SCOOP : La température annuelle en France était accessible !

par Benoît Rittaud.

Alors que Météo France m’a explicitement refusé la liste des températures en France depuis 1900, se réfugiant à la fois derrière les coûts du rassemblement des données et les impératifs de confidentialité, cette liste est en réalité en accès libre depuis des mois !

Il faut croire que le fichier tout bête des anomalies de températures ayant permis la constitution du graphique de son Bilan climatique 2011 était réservé aux happy fews : vous le trouverez… sur le site de l’IPSL, principal laboratoire de recherche carbocentriste français.

Ce fichier permet une seule comparaison avec les (rares) données que Météo France m’a transmises, pour l’année 2011. Et devinez quoi : les chiffres ne correspondent pas. Selon ce que l’IPSL met en ligne (et qui cite explicitement Météo France comme source), la température moyenne de 2011 est de 13,4°C, alors qu’elle est de 13,6°C selon le fichier que Météo France m’avait envoyé. Là, l’erreur d’arrondi va être plus compliquée à défendre…

Il va décidément être difficile de préparer ma réclamation à la CADA, tant il y a de choses à dire sur l’attitude de Météo France. À suivre, donc : m’est avis qu’on n’a pas fini d’en apprendre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

109 Comments     Poster votre commentaire »

101.  Bernnard | 8/10/2014 @ 14:07 Répondre à ce commentaire

Sur la carte ci-dessus, je voudrai une précision si quelqu’un sait:
Que signifie chaque carré ? Une zone d’étude de la météo locale ?
Peut être juste des coordonnées ?

102.  Cdt Michel e.r. | 8/10/2014 @ 16:35 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#101),

Un maillage de 135 km, me semble-t-il.
Voir les valeurs indiquées en abscisses et ordonnées.
La distance entre Cognac et Lyon, qui se situent juste à gauche de lignes verticales, est de ~400 km d’après Google Earth. Cela correspond bien à trois largeurs de maille

103.  de Rouvex | 8/10/2014 @ 16:58 Répondre à ce commentaire

en effet, le Massif Central est réduit à Clermont, ville en cuvette surchauffée s’il en est ! Qu’ils aillent en haut du Mont Dore voir si les t° ont tellement augmenté…

104.  jean l | 8/10/2014 @ 18:30 Répondre à ce commentaire

Merci à Papijo. C’est nettement mieux en effet.

105.  Bob | 8/10/2014 @ 18:35 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#103),
Oui, c'est plutôt rigolo quand on connaît l'effet de foehn qui règne sur Clermont et alentours (la Limagne) où on cultive(ait ?) du tabac…
Pas vraiment représentatif du climat du Massif-Central.
A moins que le thermomètre ne soit situé au sommet du Puys de Dôme ?

106.  Laurent Berthod | 8/10/2014 @ 22:16 Répondre à ce commentaire

Bob (#105),

Avant le phylloxera, le département du Puy-de -Dôme était un grand département viticole et le premier fournisseur de vin de la région parisienne.

107.  Bob | 8/10/2014 @ 23:13 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#106),
Oui. Merci de le rappeler. De là, sans doute, la réputation des bougnats vendeurs de vins (et de charbon) dans la capitale.

108.  Laurent Berthod | 8/10/2014 @ 23:54 Répondre à ce commentaire

Bob (#107),

A l’époque, je ne sais pas d’où étaient originaires les bougnats auvergnats, mais aujourd’hui il est certain que ceux qui ont subsisté dans la capitale sont très majoritairement des aveyronnais, très loin derrière lesquels arrivent les cantalous.

109.  scaletrans | 9/10/2014 @ 14:03 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#106),

La vigne a été relancée du côté de Chateaugay et en aval de Volvic: il y a de bons petits vins locaux…