Les modèles climatiques osent tout

par Benoît Rittaud.

Oui, c’est peut-être à ça qu’on peut les reconnaître.

Un simple regard sur le rapport d’août 2014 sur le climat de la France au XXIe siècle qui nous a été pondu pour le compte du ministère de l’écologie et du dév’dur’ donne déjà de quoi rigoler. Vraiment juste un regard. Ça se passe à la page 17, avec le gros-tableau-qui-fait-peur que voici, dont la substantifique et horrifique moelle a été reprise un peu partout dans les médias.

GrosTableauQuiFaitPeur

C25 et C75 correspondent aux 25e et 75e centiles d’un ensemble de modèles régionaux, WRF et Aladin-Climat sont, eux, les deux modèles plus explicitement considérés dans le rapport. RCP signifie Representative Concentration Pathways. Il s’agit des scénarios envisagés pour les émissions futures. Ce qu’il faut en retenir, c’est que plus la valeur après les lettres RCP est grande, plus les émissions de CO2 sont supposées importantes au cours du XXIe siècle, et donc, selon le GIEC, plus la température devrait monter. Je ne vois aucun moyen pour un modèle GIEC-compatible de faire autrement.

Or dans le tableau, cette propriété incontournable est violée en pas moins de six endroits différents.

GrosTableauQuiFaitPeur2
Quelle que soit la colonne que l’on regarde, on y trouve au moins un cas dans lequel plus d’émissions implique moins de réchauffement. Le modèle WRF a droit à la palme d’or des résultats les plus aberrants : pour la période 2021-2050, qui pourrait pourtant sans problème s’appeler « demain », dans deux cas sur quatre WRF réchauffe moins la France avec un scénario à (nettement) plus de CO2. Et pas qu’un peu : de +1°C à +0,6°C pour les étés, de +1,3°C à +0,8°C pour les hivers. Un anglophone pourrait peut-être rebaptiser le modèle en remplaçant le R par un T…

Lorsque j’étais jeune étudiant sur les bancs de l’Université, un enseignant de physique avait eu la bonne idée de m’enseigner la notion de critère de pertinence. L’idée est que lorsqu’on a fini un calcul, on n’a pas pour autant fini le travail : il reste à porter un regard critique sur le résultat et la manière dont il a été obtenu, pour se donner une chance de repérer une éventuelle erreur. Que pas un des six climatologues qui ont planché sur le rapport ne se soit posé la question de l’application d’un critère de pertinence aussi simple et évident que le précédent en dit hélas long sur certaines pratiques en climatologie : adoration du Grand Ordinateur, dévotion pour les « chiffres », et manque total d’esprit critique.

97 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Abitbol | 11/11/2014 @ 11:32 Répondre à ce commentaire

Si ces gens avaient le moindre « esprit critique », ils se suicideraient ou au moins ils changeraient de métier…
Un ami me dit souvent que la race humaine s’est récemment séparée en deux branches distinctes dont l’une a cessé d’évoluer. Je vais bientôt être obligé de reconnaître qu’il a raison.

2.  Nicias | 11/11/2014 @ 11:39 Répondre à ce commentaire

On ne doit pas avoir beaucoup de run pour WRF. Il fait sans doute du yoyo chaotique (et les GCM sont particulièrement instables).
C’est étonnant peut-être qu’en lançant un dé on doit pouvoir obtenir un coup de froid qui ait des effets d’hystérésis mesurables sur 30ans dans ce modèle.

Le scénario employé n’a pas beaucoup d’importance dans les premières années (jusqu’en 2030 ? 2040 ?) avant une mystérieuse « accélération » du réchauffement (cf tableau, on prend 1°C en 45ans, puis 2,4°C en 50ans, RPC8,5 Aladin hiver, et c’est pire en été !). Cette accélération se faisant avec le logarithme de la variation du CO2…

3.  Murps | 11/11/2014 @ 11:52 Répondre à ce commentaire

Ces tableaux sont un véritable foutage de gueule :
– de acronymes totalement abscons, que seuls les gens qui les ont imaginés connaissent.
– des prévisions sur 80 ans.
– des précisions revendiquées totalement irréalistes.
– des différences considérables entre certains modèles
– et pour finir, une incohérence, pointée par Ben, entre la production de CO2 et l’augmentation de température

Combien a-t-on payé pour ce délire ????

La seule chose que je trouve amusante, c’est le choix « d’aladin », comme nom d’un des programmes de modélisation.
Les Mille et une Nuits, les contes à dormir de debout… C’est un excellent choix de nom pour un bouzin qui fonctionne selon le principe GIGO (« Garbage In, Garbage Out », moi aussi j’ai mes acronymes).

4.  luc | 11/11/2014 @ 11:56 Répondre à ce commentaire

çà me rappelle mes profs de physique à l’arrivée des calculatrices à 10 décimales. Il mettaient 0 à une copie où l’étudiant avait copié toutes les décimales parce qu’il ne comprenait rien à ce qu’il faisait.

Mais nous étions étudiants …

5.  Tsih | 11/11/2014 @ 12:16 Répondre à ce commentaire

Dans les colonnes C25 et C75 le critère de pertinence ne me semble pas nécessairement violé puisque vu la figure 2 du rapport les émissions 2.6 et 4.5 ne diffèrent pas des masses jusqu’en 2050, que l’on moyenne sur la période précédente de trente ans, que l’augmentation de température reste très petite et que la distribution de ces modèles se déforme certainement de façon bizarre en fonction du forçage. Bref à mon avis passe encore.

Par contre la colonne du « modèle » WRF laisse en effet pantois. C’est complètement incohérent.

Peut-être les naïfs adorateurs du grand ordinateur vont maintenant nous expliquer que jusqu’en 2050 il faudra émettre deux fois plus pour « réchauffer » deux fois moins.

6.  JG2433 | 11/11/2014 @ 13:09 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),

GIGO (”Garbage In, Garbage Out”, moi aussi j’ai mes acronymes).

Ce qui pourrait donner (en franglais) :

PIPO (”Poubelle In, Poubelle Out”). 😉

7.  Bob | 11/11/2014 @ 13:32 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#6),
Aux USA, chez les climato-réalistes :

GIGO = Garbage IN, Gold out.

8.  Cdt Michel e.r. | 11/11/2014 @ 14:54 Répondre à ce commentaire

Bob (#7),

J’ai aussi vu « Garbage In, Gospel Out ».

9.  pastilleverte | 11/11/2014 @ 21:05 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#6),
+1 smile

10.  jean l | 12/11/2014 @ 11:38 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),

La seule chose que je trouve amusante, c’est le choix “d’aladin”, comme nom d’un des programmes de modélisation.
Les Mille et une Nuits, les contes à dormir de debout… C’est un excellent choix de nom pour un bouzin qui fonctionne selon le principe GIGO

C’est faire beaucoup trop d’honneur à ce modèle, en fait. Les MEUN sont loin d’être des contes à dormir debout contrairement au bidule de MF. Plutôt un des chef d’oeuvres de la littérature mondiale. Même si Aladin ne fait probablement pas partie des MEUN.

11.  miniTAX | 12/11/2014 @ 13:39 Répondre à ce commentaire

Autre foutage de gueule visible à 3 km à la ronde : le scénario (car il s’agit bien ici de comédie climatique) RCP2.6 suppose 475 ppm de CO2 dans l’air tandis que RCP8.5 suppose 1313 ppm, un taux absolument loufoque pour l’horizon 2021-2050 et qui n’a aucune raison d’être pris comme hypothèse de simulation et présenté dans le tableau. Sauf si ce n’est pour booster les chiffres du réchauffement assisté par ordinateur qui seraient autrement anémiques et risibles au regard du catastrophisme et à l’appel du pied incessant à décarboner par la FARCE.

Du reste, c’est toujours hilarant de voir les propagandistes de la « no-debate, settled science » nous présenter les résultats différents d’une flopée de modèles concurrents. D’un côté, ils affirment avec l’aplomb d’un camelot que « il n’y a plus de débat » et de l’autre, ils nous pondent 16 modèles différents pour représenter le même climat. Imaginez que vous montez sur un avion dont les ailes n’ont jamais été testées en soufflerie mais juste simulées par 16 modèles différents aux résultats tous différents sur lesquels on fait la moyenne. Bah oui, c’est inimaginable et pourtant, la « science » climatique l’a fait, warfff.

Qu’est ce qu’on rigole avec la CAO (la climastrologie assistée par ordinateur). M’enfin, on rirait plus si ces clowns ne nous coûtaient pas si cher.

12.  the fritz | 12/11/2014 @ 23:24 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#8),

J’ai aussi vu “Garbage In, Gospel Out”.

C’est quand ton gamin a pris un coup de soleil

13.  Hug | 13/11/2014 @ 9:20 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#11),
Le taux de 1313ppm du scénario RCP8.5 est celui prévu en 2100 et non 2050. Ceci dit, c’est tout de même effectivement loufoque car au rythme d’augmentation actuel du CO2, on ne sera même pas à 800ppm en 2100…

14.  Bernnard | 13/11/2014 @ 9:42 Répondre à ce commentaire

Hug (#13),
Oui, mais il y a le CO2 caché qui va resurgir comme la chaleur !
C’est effectivement loufoque.

15.  Hug | 13/11/2014 @ 10:45 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#14),
Oui ou les hydrates de méthane actuellement piégés dans le pergélisol et les sédiments océaniques qui vont se gazéifier avec la fonte du pergélisol et la chaleur enfouie au fond des océans ! mwouarf…

16.  Bob | 13/11/2014 @ 11:09 Répondre à ce commentaire

Hug (#15),

les hydrates de méthane actuellement piégés dans le pergélisol et les sédiments océaniques qui vont se gazéifier

A quelle température cela se produit-il ?
Les Russes extraient depuis longtemps du méthane des pergélisols. Mais ce n’est pas rentable parce qu’il faut chauffer énergiquement.
Encore un mythe, le pergélisol.

17.  Murps | 13/11/2014 @ 22:57 Répondre à ce commentaire

jean l (#10), absolument !
J’ai même la version intégrale.
C’est pas tout à fait pour les enfants.
😆

18.  Astre Noir | 14/11/2014 @ 7:25 Répondre à ce commentaire

Murps (#17),

Ca c’est sûr…
Quelle traduction avez vous ? Celle de René Khawam (celle que j’ai lu il y a déjà quelques paires d’années) ou celle d’André Miquel ?

19.  Murps | 14/11/2014 @ 11:35 Répondre à ce commentaire

Astre Noir (#18), traduction de Joseph Charles MARDRUS, collection « bouquins ».

C’est bien salé… J’adore.
😆

20.  de Rouvex | 14/11/2014 @ 16:33 Répondre à ce commentaire

the fritz (#12), Vanne à éviter, svp.

21.  dontcare | 19/11/2014 @ 13:03 Répondre à ce commentaire

hmm…Benoit…c’est des simulations régionales non ?
Quelle est donc cette « propriété incontournable » qui serait violée ?
Peut-être, que si ces 6 climatologues n’ont pas appliqué ce « critère de pertinence » si simple et évident…c’est qu’il n’en est pas un. Juste une idée comme ça hein.

22.  Ben | 19/11/2014 @ 13:40 Répondre à ce commentaire

dontcare (#21),

Quelle est donc cette “propriété incontournable” qui serait violée ?

C’est écrit dans l’article. Lisez bien.

Peut-être, que si ces 6 climatologues n’ont pas appliqué ce “critère de pertinence” si simple et évident…c’est qu’il n’en est pas un. Juste une idée comme ça hein.

Peut-être aussi que si vous ne proposez rien de plus qu’un argument d’autorité… c’est que vous n’avez pas d’argument valable. Juste une idée comme ça, hein.

23.  dontcare | 19/11/2014 @ 14:00 Répondre à ce commentaire

Ok ok…je vais être plus précis…

Vous écrivez:
« donc, selon le GIEC, plus la température devrait monter. Je ne vois aucun moyen pour un modèle GIEC-compatible de faire autrement. »

Je ne crois pas, mais je peux me tromper, que le GIEC avance le fait que plus la concentration globale de co2 augmente, plus la température en France doit augmenter, nécessairement. Mais si vous avez une référence ??

24.  Ben | 19/11/2014 @ 14:14 Répondre à ce commentaire

dontcare (#23), ici, « GIEC-compatible », ça veut dire conforme à l’idée du GIEC selon laquelle plus de CO2 réchaufferait la planète de façon significative. Des variations à l’échelle régionale sont bien sûr possibles (des figures des rapport du GIEC le montrent), mais je ne vois pas comment la température en France augmenterait beaucoup avec un peu de CO2 et moins avec beaucoup. Les auteurs ont peut-être un argument (l’arrêt du Gulf Stream ? 😉 ), le problème est qu’ils ne le présentent pas dans leur rapport. Cette question du rapport qui s’inverse entre température et CO2 est pourtant très naturelle, on ne peut pas l’esquiver dans un rapport comme celui-là destiné à une large diffusion.

25.  dontcare | 19/11/2014 @ 14:29 Répondre à ce commentaire

Non mais on est bien d’accord que ce serait plus qu’intéressant qu’une explication soit donnée sur ces résultats…mais ce n’est pas la même chose que de dire qu’une « propriété incontournable est violée ».
Mais bon, au final cela ressemble juste à du « bruit »…puisque les résultats pour 2071-2100 (là les différences de concentrations sont je suppose bien bien marquées) vont tous eux dans le même sens.
Et si c’est une « vrai » réponse des modèles à l’augmentation du co2 sur cette période, c’est intéressant de trouver et dire pourquoi, mais ce n’est pas une énormité incroyable comme votre article le suggère un peu quand même smile

26.  Ben | 19/11/2014 @ 15:29 Répondre à ce commentaire

dontcare (#25), merci de votre réponse, je suis ravi de voir que nous pouvons finalement nous entendre sur certains points. Je maintiens néanmoins « incontournable » vu l’absence de tout mécanisme qui nous serait proposé pour expliquer la chose. Quant au « bruit », il court quand même jusqu’au milieu du siècle : si les modèles sont à ce point douteux pour l’horizon proche, pourquoi devrait-on leur faire confiance pour l’horizon lointain ? D’ailleurs, trouvez-vous que les prévisions des deux modèles qui proposent pour les été 2071-2100 +1,2°C pour l’un et +2,9°C pour l’autre (scénario RCP4.5), ou +2,6°C pour l’un et +5,3°C pour l’autre (scénario RCP8.5) puissent être tenues pour valables simplement parce qu’elles vont « dans le même sens » ?

27.  dontcare | 19/11/2014 @ 15:56 Répondre à ce commentaire

Ben (#26),
Pas de problème ! Bien sur qu’il y a des points d’ententes !

Vous dites que vous maintenez le « incontournable » parce qu’ils ne donnent pas de raisons…
Je ne suis pas trop ce raisonnement. La propriété +de co2 -> + de réchauffement en France d’ici 2050 n’est pas « incontournable » car cela n’est pas une propriété largement admise. Et cela ne figure d’ailleurs pas, je crois, dans les compilations du GIEC.

« si les modèles sont à ce point douteux pour l’horizon proche, pourquoi devrait-on leur faire confiance pour l’horizon lointain ? »

Confiance est un grand mot, mais si on part du postulat que le co2 a un effet important sur le climat, et que l’on fait des « scénarios » tablant sur son augmentation. Alors il est logique de se retrouver avec un « signal » plus fort quand le changement de co2 est le plus élevé (et donc 2071-2100 plutôt que 2021-2050).

« puissent être tenues pour valables simplement parce qu’elles vont “dans le même sens” ? »

Evidemment que non smile Cela montre juste (probablement hein, faut quand même regarder) que dans ces modèles la température en France réagit à l’augmentation de co2. Le reste ça demande du travail. Pour étudier à quel point les résultats sont fiables, puis pour essayer d’améliorer ça. La science quoi smile

28.  de Rouvex | 21/11/2014 @ 0:09 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#1), Trouvé ces citations sur le web :

L’histoire des Sciences montre que les progrès de la Science ont constamment été entravés par l’influence tyrannique de certaines conceptions que l’on avait fini par considérer comme des dogmes. Pour cette raison, il convient de soumettre périodiquement à un examen très approfondi les principes que l’on a fini par admettre sans plus les discuter. [Louis de Broglie – Nouvelles Perspectives en Microphysique]

Pour examiner la vérité il est besoin, une fois en sa vie, de mettre toutes choses en doute autant qu’il se peut. [Descartes]

Ce qui est incompréhensible, c’est que le monde soit compréhensible [Albert Einstein]

29.  Abitbol | 21/11/2014 @ 13:40 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#28),

En voici d’autres :

Le but de la physique n’est pas de découvrir ce qu’est la nature, mais ce qu’on peut dire sur elle.
Niels Bohr.

30.  Abitbol | 21/11/2014 @ 13:43 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#29),

« La théorie ne décrit pas les caractéristiques d’objets réels mais l’information dont on dispose à leur sujet ».

31.  Abitbol | 21/11/2014 @ 13:46 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#29),

32.  Abitbol | 21/11/2014 @ 13:49 Répondre à ce commentaire

La quantité totale d’informations disponibles sur un système est toujours limitée et invariante en l’absence de nouvelles observations.
Anton Zeilinger

Les « climatologues » devraient tourner ces phrases en tête avant de nous dire que la science est achevée ou qu’ils ont des certitudes à 95%…

33.  Nicias | 21/11/2014 @ 16:34 Répondre à ce commentaire

dontcare (#25),

Je suis d’accord, c’est probablement du « bruit ». Ce qui est surprenant est que l’on retrouve cette « variabilité naturelle » (el nino ?) dans une moyenne sur 30 ans.

34.  dontcare | 27/11/2014 @ 13:04 Répondre à ce commentaire

Nicias (#33),

mouais, peut-être un peu…mais bon les RCP ne divergent pas encore de beaucoup avant 2050…
Et si vous regardez dans le passé, en prenant comme ici deux périodes de 30 ans espacées de 15 ans (donc disons 1976-2005 comme la référence du tableau, et 1932-1961), la France se réchauffe en effet, mais une bonne partie des USA se refroidit sur ces deux saisons. Donc les différences régionales sont marquées. Et la différence de T° globale entre ces 2 périodes n’est pas éloignée de celle que donnent les scénarios RCP en 2021-2050.

Donc ce n’est pas du tout un résultat hallucinant !

35.  Nicias | 28/11/2014 @ 16:16 Répondre à ce commentaire

dontcare (#34),

Sauf qu’on est pas dans la réalité mais dans un modèle. L’est des USA (le « warming hole ») ne se refroidit pas dans les modèles.

J’avais donné mon fond de pensée plus haut : Nicias (#2)

36.  miniTAX | 28/11/2014 @ 16:56 Répondre à ce commentaire

mais bon les RCP ne divergent pas encore de beaucoup avant 2050…

dontcare (#34), mais oui, mais oui, bien sûr, puisqu’il suffit de planquer tous ceux qui divergent : http://www.skyfall.fr/?p=139
Dans le monde merveilleux du réchauffisme, il suffit de balayer sous le tapis tous les faits qui dérangent pour que ces faits n’existent pas. Et de répéter ad nauseam un bobard sorti du chapeau pour que ça devienne Vérité.

37.  dontcare | 28/11/2014 @ 17:02 Répondre à ce commentaire

Sauf qu’on est pas dans la réalité mais dans un modèle. L’est des USA (le “warming hole”) ne se refroidit pas dans les modèles.

Ça ne se refroidit pas forcément aux mêmes endroits non…mais il y a quand même des disparités régionales dans les modèles non ? Mais évidemment si on regarde des moyennes entre simulations, ça les gomment un peu hein…je serais pas étonné que la plupart des modèles aient des runs avec ce refroidissement au USA (donc je vous suis quand vous dites que l’ensemble de simulations pour WRF n’est probablement pas très important.)
Enfin bref, tout cela pour dire, que le fait que ces modèles ne montrent pas tous un réchauffement bien constant localement entre les différents scénarios en 2021-2050 n’a rien de si étonnant. Et que ce n’est pas une aberration si l’on regarde les observations passées.

Au #2 vous dites:

avant une mystérieuse “accélération” du réchauffement

C’est pas juste du au fait que les scénarios RCP eux mêmes ont cette propriété de diverger tardivement ?

38.  dontcare | 28/11/2014 @ 17:07 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#36),

Hein ? Je parlais des RCP, donc des scénarios d’émissions donnant des concentrations/forcages différents. Donc je ne parlais pas de température. Le lien que vous donnez n’a rien à voir…

39.  dontcare | 28/11/2014 @ 17:16 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#36),

Le RCP2.6 et RCP4.5 par exemple, ne sont pas très différent avant 2050. Rien de surprenant donc que les différences de température (pour un même modèle) ne soient pas très fortes voir inversées localement entre ces scénarios.
C’est pas dur à comprendre, si ?

40.  miniTAX | 28/11/2014 @ 17:24 Répondre à ce commentaire

dontcare (#37),
Mais qu’est ce que vous racontez ??? On parle ici de températures et de leurs divergences selon les RCP (divergence qui rappelons le n’est dû qu’aux rétroactions fixées dans les modèles et non à la sensibilité climatique réelle), ce que vous faisiez d’ailleurs dans votre post.
Les RCP eux-même ne sont ici que de simples et hypothétiques projections linéaires du forçage aux pentes positives légèrement différentes, il n’y a aucune « divergence », si vous le pensiez réellement (et non à divergence-de-températures), c’est que vous êtes encore plus ignare que prévu et que votre post incriminé n’a aucun sens.

41.  miniTAX | 28/11/2014 @ 17:27 Répondre à ce commentaire

Rien de surprenant donc que les différences de température (pour un même modèle) ne soient pas très fortes voir inversées localement entre ces scénarios.
C’est pas dur à comprendre, si ?

dontcare (#38), bah, pour un ignare comme vous, prêt à sortir du chapeau une affirmation simpliste, non.

Mais pour ceux qui veulent savoir réellement ce que pond un modèle climatique, il faudrait d’abord lire le lien avant : http://www.skyfall.fr/?p=139 .

42.  dontcare | 28/11/2014 @ 17:28 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#39),

??
Vous me citez sur une phrase où je parle clairement des RCP.
« les RCP ne divergent pas encore de beaucoup ». Ce n’est pas assez clair ??
Cela veut dire: Les RCP2.6, 4.5 et 8.5 ne divergent pas de beaucoup avant 2050. Ce qui est vrai.
Et ils ne sont PAS linéaires…

Et vous me traitez d’ignare…rigolo…

43.  miniTAX | 28/11/2014 @ 17:30 Répondre à ce commentaire

Le RCP2.6 et RCP4.5 par exemple, ne sont pas très différent avant 2050.

dontcare (#38),
Ils ne sont pas « très différents » non plus en 2100. Bref, vous parlez pour ne rien dire. Quelle surprise…

44.  miniTAX | 28/11/2014 @ 17:33 Répondre à ce commentaire

Cela veut dire: Les RCP2.6, 4.5 et 8.5 ne divergent pas de beaucoup avant 2050. Ce qui est vrai.
Et ils ne sont PAS linéaires…

dontcare (#41), le forçage (qui est le logarithme du CO2) est linéaire, Einstein ! C’est écrit en clair, si vous ne comprenez pas la première fois, relisez, avec le doigt.

45.  dontcare | 28/11/2014 @ 17:39 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#43),

Bon vous avez compris ce que je disais, c’est déjà ça.
Ils sont largement plus différent en 2010 ! Quelle mauvaise foi !!
Le 2.6 par exemple à un pic, puis redescend…enfin bref, vous n’êtes clairement pas soit très malin, soit très honnête.

miniTAX (#44),

hehe…dans les RCP, ce ne sont pas des droites, ces concentrations en co2…ce ne sont pas tous des pentes positives d’ici 2100…
aieaiaie..une simple recherche google pourtant, vous éviterais ce ridicule…

46.  dontcare | 28/11/2014 @ 17:40 Répondre à ce commentaire

dontcare (#45),

Ils sont largement plus différent en 2010

Oups, « différent en 2100 » évidemment.

47.  Nicias | 28/11/2014 @ 17:53 Répondre à ce commentaire

dontcare (#37),

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sc%C3%A9nario_RCP

L’augmentation n’est exponentielle que pour le 8.5. et c’est le log du CO2 qui compte.
L’accélération est visible aussi pour le scénario 4.5 chez Aladin-Climat.
Mais elle est bien sur plus forte et visible pour le scénario 8.5. Ce doit être des rétroaction positive, la couverture nuageuse qui se déplace au nord en hiver ou l’Antarctique qui se met à fondre passé une température seuil…

48.  dontcare | 28/11/2014 @ 18:00 Répondre à ce commentaire

Nicias (#47),

Ici, vous avez une figure avec le forcing radiatif directement:
http://www.pik-potsdam.de/~mmalte/rcps/

Et on parle ici de différences ENTRE scénario, faut pas oublier !

49.  Nicias | 28/11/2014 @ 18:00 Répondre à ce commentaire

dontcare (#37),

« je serais pas étonné que la plupart des modèles aient des runs avec ce refroidissement au USA »

Aucun modèle ne prédit du refroidissement nulle part en moyenne. On peut peut être trouver un run par hasard qui trouve du refroidissement au USA mais surement pas la plupart.
Je regarderai si je trouve un papier sur le « warming hole ».

PS : Je suis aussi modérateur. Vous avez le droit de vous offusquer du langage employé et je sévirai.

50.  Nicias | 28/11/2014 @ 18:02 Répondre à ce commentaire

dontcare (#48),

Ok, merci.