Aladin-climat, pour (beaucoup) moins cher

par Benoît Rittaud.

Je ne l'ai fait qu'à moitié exprès, mais je dois dire que je suis assez fier du résultat : je peux reconstituer les prévisions projections du modèle Aladin-climat pour les étés du XXIe siècle en France en un coup de cuillère à pot. Eh oui, moi aussi je sais prophétiser quel temps il fera en 2100, et gratuitement encore : pas besoin de tous les téraflops de Météo France, ni d'une équipe de climatologues-très-pointus-qui-font-consensus. J'ai peut-être raté ma vocation…

Vous croyez que je fanfaronne ? Jugez-en par vous-mêmes.

Voici les prévisions pour les étés en France métropolitaine selon la figure 3 de l'inénarrable Rapport sur le climat en France au XXIè siècle, le fameux "rapport-qui-fait-peur" avec ses +5°C en été si nous ne faisons pas pénitence climatique.

Fig3Ete

Les spaghettis qui nous intéressent sont les trois courbes en pointillés : la rouge qui finit à presque +7° en 2100, la verte qui s'arrête à un peu plus de +3° (et qui colle à une courbe discontinue en rouge qui ne nous intéressera pas ici), et enfin la bleue, qui finit par redescendre légèrement pour atteindre un peu plus de +1° (tout en se mélangeant à deux autres courbes). Chacune de ces trois courbes pointillées correspond à un scénario climatique : la rouge pour Chauffe Marcel, alias RCP8.5, où l'on émet des gaz à effet de serre sans retenue ; la verte pour le scénario médian, alias RCP4.5, où les émissions se stabilisent après 2050 ; la bleue, enfin, pour le scénario On Arrête Tout, alias RCP2.6, où les émissions décroissent à partir de 2030. Les courbes de ces scénarios (en terme de forçage radiatif) font l'objet de la figure 2 du Rapport que voici :

Fig2Scenars

Ouvrons ici une longue parenthèse : (Oui, je sais, sur cette figure, il y a aussi une courbe jaune, mais c'est pour un autre scénario qui n'est pas traité dans le Rapport. Pourquoi le Rapport l'indique-t-il dans sa figure 2 ?, demanderez-vous peut-être, auquel cas je vous répondrai : il n'y a pas de raison, c'est comme ça. Et tiens, je n'arrive plus à bouger ma souris, elle reste bloquée en bas à gauche de la figure, ajouterez-vous alors, ce à quoi je vous répondrai que non, cette petite flèche que vous voyez dans la dernière figure est dans la figure du Rapport. Voici une conjecture pour relier les deux observations précédentes : les auteurs ont dû se contenter de repomper une figure existante.) Parenthèse refermée. Si c'était tout ce qu'il y avait à reprocher au Rapport, ça ne mériterait pas un billet.

Comme vous l'avez peut-être remarqué, la prophétie projection de Cocorico-Aladin pour le scénario Chauffe Marcel (la courbe pointillée rouge de la première figure) va à peu près tout droit dès avant 2030, tout comme la courbe rouge du scénario Chauffe Marcel. Plus remarquable : la courbe pointillée bleue de On Arrête Tout, quant à elle, ressemble beaucoup à celle de la seconde figure, à un décalage de quelques années près. J'ai alors eu l'idée diabolique de superposer les deux figures, en grossissant celle des scénarios pour que les échelles de temps correspondent, puis en décalant un peu celle des températures vers la droite. Et je n'ai rien eu d'autre à faire, pas même modifier l'échelle en ordonnée. Voyez le résultat :

Fig2Fig3Superp

La superposition des courbes rouges, ainsi que des courbes bleues, est presque parfaite, et celle des courbes vertes n'est qu'à peine moins bonne. Ainsi donc, pour les étés à l'échelle métropolitaine, Aladin-Climat ne fait rien d'autre que d'appliquer aux émissions de gaz à effet de serre un facteur multiplicatif constant, avec un décalage d'une vingtaine d'années. S'rais curieux d'savoir l'prix que l'CNRM a payé pour son joujou.

Pour les hivers, reconnaissons que le jeu marche un peu moins bien… à moins que. En modifiant l'échelle des ordonnées de sorte à faire coller au mieux les courbes Chauffe Marcel, j'obtiens en effet ceci :

SuperpFig2Fig3Hivers

Chauffe Marcel colle parfaitement (mais c'était pensé pour). Pour le scénario médian, c'est moins bon, mais on peut observer cette fois une excellente superposition avec le scénario médian de WRF (la ligne verte pointillée). En d'autres termes : le jeu marche moins bien pour Cocorico-Aladin, mais beaucoup mieux pour Cocorico-WRF, l'autre modèle du Rapport, dont la courbe Chauffe Marcel est très voisine de celle d'Aladin. Enfin, pour le scénario On Arrête Tout (en bleu), les courbes de Cocorico-Aladin et du scénario On Arrête Tout finissent quand même par se rejoindre, en valeur et en tendance, vers 2100. (Et pour Cocorico-WRF ? demanderez-vous. Ce à quoi je vous réponds : Cocorico-WRF n'a pas jugé bon de traiter ce scénario. Et là encore, on ne sait pas pourquoi. Du coup, comme le collage ne vaut que pour deux courbes, il est moins impressionnant que celui des étés de Cocorico-Aladin, qui marche pour trois courbes.) Pour zéro euros, que demander de plus ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

4 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Murps | 29/12/2014 @ 20:55 Répondre à ce commentaire

Je suis atterré….

Comme la courbe rouge s’aplatit (se « logarithmise ») j’imagine qu’on lui modélise au bout de 200 ans une forme de saturation en CO2 de l’atmosphère qui fait stagner la température.

Personne ne réagit plus que cela dans nos média ????

2.  lemiere jacques | 30/12/2014 @ 10:03 Répondre à ce commentaire

oh de toutes façons c’est ce que Willis Eschenbach a remarqué… malgré leur complexité les modèles sont en ce qui concerne la réponse température globale /forçage quasiment parfaitement corrélés.

Et c’est normal me semble il, un modèle de circulation ne doit pas pouvoir » conserver » l’énergie, il faut la tenir en bride…

C’est je crois une des raisons majeures qui font douter des modèles; ils ne sont pas réalistes . La température globale de la basse troposphère ne répond certainement pas aussi simplement aux forçages.
Bah

3.  Murps | 30/12/2014 @ 19:45 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#2),

La température globale de la basse troposphère ne répond certainement pas aussi simplement aux forçages.
Bah

La température « globale » de la basse troposphère ne répond à rien du tout…

4.  the fritz | 31/12/2014 @ 15:16 Répondre à ce commentaire

Une chose qui m’a toujours étonné , c’était le rattrapage des températures et du CO2 ( vers des situations avant déséquilibrage )après l’arrêt de la pollution humaine de l’atmosphère par le CO2, telles que données par le GIEC
Je me rappelle d’une image d’un AR, où , si on arrête les émissions demain, le CO2 se stabilise aux valeurs actuelles pendant 100 à 300 ans d’après le texte , plus de mille ans d’après la figure ; pour la température idem: plusieurs siècles de stabilisation d’après le texte de la figure et plus de mille ans d’après le graphique
Le niveau de la mer continuera à s’élever pour des raisons thermiques pendant au moins un millénaire et les glaces continentales continueront de fondre pendant des millénaires
Primo , je ne vois pas pourquoi la biosphère marine et continentale qui se gave de CO2 en ce moment arrêterait ses agapes tant qu’il y en a , pour finir par se faire ceinture comme avant quand on sera arrivé aux valeurs d’avant.
Je ne vois pas non plus pourquoi la mer continuerait de monter alors que les températures de l’atmosphère se serait stabilisées ; la dilatation serait elle une grandeur latente différée dans le temps ?
et Pire pour la fonte des glaces continentales ; serait-ce la mer qui continuerait de se réchauffer qui la ferait fondre puisque l’air ne se réchauffe plus ?