Climathon, semaine 16 : désastre culinaire

par Benoît Rittaud (alias Ben).

C’est encore une grosse semaine de propagande climatique qui vient de s’écouler. Avertissement : les âmes sensibles sont invitées à ne pas prendre connaissance du vainqueur de cette semaine, auteur d’une révélation qui pourrait heurter leur sensibilité fragile.

Il devient difficile de faire un tri dans la foule compacte de compétiteurs qui se battent pour la désinformation climatique. Saluons tout d’abord cette belle performance du Figaro qui, sous la plume de Marianne Skorpis, nous apprend que « L’année 2015 a connu le mois de mars le plus chaud de l’histoire« . La photo introduisant l’article (un splendide coucher de soleil au-dessus d’un boulevard périphérique américain) donne d’emblée l’occasion subliminale au lecteur de confondre la couleur orangée d’un coucher de soleil avec le feu dévorant du réchauffement climatique. Les nuages font une fumée parfaite, les voitures des coupables tout aussi parfaits.

Ce bel exploit de propagande par l’image accompagne un article qui, donc, nous annonce un terrible record pour un mois de mars. Songez-y : le record précédent vient d’être pulvérisé de 0,05°C ! Pas moins ! On en tremble.

Deux ombres toutefois à ce puissant tableau de désinformation. La première est que l’article a la très mauvaise idée de signaler que le record précédent datait de 2010. Attention en effet : nos habituels prolongeurs de courbes risqueraient de suggérer que, à ce rythme de records de +0,05°C tous les 5 ans, le record à prévoir en mars 2100 pourrait être à peine un degré plus chaud que celui de 2015. Sachant que la limite-très-dangereuse-à-ne-dépasser-sous-aucun-prétexte-sinon-tout-va-s’emballer est à +2°, ne vous tirez pas une balle dans le pied, au Figaro, quoi ! Deuxième ombre : l’article donne stupidement la courbe de températures des mois de mars depuis 1880, qui confirme justement une progression de l’ordre de +1°C par siècle ! Amateurisme, quand tu nous tiens…

Accessit, donc, mais pas plus. Copie à revoir pour la prochaine fois.

Cette erreur de débutant consistant à montrer les vraies courbes de températures ne peut heureusement pas être reprochée à cette mignonne petite animation diffusé esur Arte, qui a la bonne idée d’introduire l’argument climatosceptique sur la stagnation récentes des températures en signalant qu’il est porté par Ted Cruz, l’un des candidats à l’investiture du parti républicain pour les élections présidentielles américaines. En effet, la logique binaire « républicain américain = méchant arriéré » (la voix off le présente comme un « sénateur ultraconservateur du Texas » : la messe est dite) peut habilement ici servir de repoussoir à un argument qui est en soi parfaitement défendable est logiquement qualifié de « bobard » par Arte. La « réfutation » de l’argument par le reportage nous apprend entre autres que le phénomène El Niño se produit dans l’Atlantique (jusque là, on croyait que c’était dans le Pacifique), mais aussi que l' »équipe de la NASA » (sic) fait plus confiance aux mesures de températures au sol qu’aux mesures satellitaires. Une position parfaitement logique s’agissant d’une agence spatiale, et qui n’est donc pas questionnée par les journalistes. Autre bon point : le reportage n’hésite pas à affirmer que la terre se réchauffe toujours, en utilisant la bonne vieille ficelle du « les x années les plus chaudes sont parmi les plus récentes », sans rien quantifier ni surtout, horresco referens, montrer une courbe qui risquerait de permettre au téléspectateur de se faire un avis par lui-même. Que le Figaro en prenne de la graine.

Le vainqueur de la semaine 16

Le titre de champion d’hiver accordé à Jean Jouzel a résolument orienté les compétiteurs du climathon vers une stratégie de ridicule assumé. Une fois de plus, c’est cette stratégie qui l’emporte cette semaine, avec un nouvel item à ajouter à la liste de John Brignell de toutes les choses causées par le réchauffement climatique.

Que faut-il craindre cette fois-ci ? Un débarquement extraterrestre ? Non, celui-là, on l’a déjà fait. La mort du monstre du Loch Ness ? Pareil : déjà fait. En l’occurrence, ce qui nous attend est encore pire, au point que le jury renouvelle son avertissement : les âmes sensibles sont priées de ne pas lire ce qui suit.

Pire que le Déluge, pire que la poële à frire, pire que les cyclones, nous devons nous faire à l’idée que les célèbres « fish and chips » britanniques ne seront bientôt plus qu’un souvenir (comme la neige, selon ce qui était prophétisé il y a encore quelques années). La faute au réchauffement en mer du Nord, qui va poser des problèmes aux aiglefins, ces poissons à la base de la préparation du plat so british. Cette « information » vaut au magazine Le Point qui la relève (en provenance directe de l’AFP) le titre de vainqueur de la semaine 16 du climathon.

« La mer du Nord, partie de l’océan Atlantique qui s’étend entre la Grande-Bretagne, la Norvège, le Danemark et l’Allemagne, s’est réchauffée quatre fois plus vite que la moyenne mondiale au cours des quatre dernières décennies » nous explique l’article, reproduisant une nouvelle fois une erreur stupide consistant à faire des rapports d’accroissement de température un moyen très scientifique de présenter ce qui se passe. Soit +1,8° en plus, ce qui indique en passant, selon les propres termes de l’article, un réchauffement global de 1,8/4 = 0,45° en quarante ans pour l’ensemble du globe. Absolument horrible, d’autant plus que, s’ils s’avèrent exacts, ces +1,8° prophétisés annoncés pour dans 50 ans en mer du Nord ne montreront donc aucune accélération significative par rapport aux +1,5°C observés depuis 1962 (et qui sait si les +0,45°C en 40 ans déduits du calcul précédent ne suivraient pas le même chemin, confirmant le calcul de coin de table fait plus haut à partir des données du Figaro…). Bravo donc au Point de n’avoir pas fourni ce genre d’éléments de comparaison, qui auraient pu donner à croire que l’évolution du climat ne montrait aucune accélération particulière.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

99 Comments     Poster votre commentaire »

51.  Bernnard | 23/04/2015 @ 8:59 Répondre à ce commentaire

papijo (#42),

La faute aux batteries qui n’ont pas fait suffisamment de progrès et qui ne contiennent qu’une quantité d’énergie ridiculement faible.

je complète un peu mon post #48
La contenance d’une batterie est une chose importante à ne pas négliger, mais pas la plus importante.
Je précise mon post en soulignant le fait qu’en plus de la réserve d’électrons (plus précisément de coulomb) maintenu sous une différence de potentiel constant qui caractérise une batterie, c’est sa faculté de transformer les électrons porteurs de charges en énergie chimique aussi rapidement que ceux-ci arrivent et sans perdre un seul coulomb ! Il en est de même dans le sens de la décharge, une batterie doit être capable de fournir des coulombs (donc des électrons) à potentiel constant, aussi vite que le veux la demande !
Il n’y a pas de batterie moderne capable de résoudre ce problème du moins à ma connaissance !

52.  miniTAX | 23/04/2015 @ 9:02 Répondre à ce commentaire

Le problème, effectivement, est que les batteries sont limitées, elles ne peuvent pas fournir la quantité d’électrons nécessaire en un temps court comme elles ne peuvent pas transformer une arrivée massive d’électrons en énergie chimique.

Bernnard (#48), les batteries n’ont pas un comportement symétrique. En décharge, elles peuvent fournir des courants 50x voire 100x le courant de charge (en modélisme on appelle ça 50C, 100C), donc elles peuvent sans problème assurer d’énormes puissances. Elles peuvent faire voler des drones !
Donc techniquement, une voiture électrique n’a rien d’insurmontable. Ce qui coince, c’est le prix (et la concurrence féroce du moteur à combustion qui a fait des progrès fulgurants, choses que les escrolos « oublient » systématiquement de mentionner) , problème qui ne concerne que le petit peuple. Les bureaucrates et autres politicards promoteurs de la voitelec, avec l’argent gratuit, eux n’ont pas ce genre de contingence futile.

53.  Bernnard | 23/04/2015 @ 9:06 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#51),
Je complète encore: une chose primordiale à respecter est le rapport:
énergie stockée/volume (ou poids) évidement.

54.  Bernnard | 23/04/2015 @ 9:12 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#52),
Nos post se sont croisés ! Oui les réactions mises en œuvre ne sont pas symétrique mais le problème des batteries ne se limite pas à la décharge la charge est importante. Ce ne sont pas des condensateurs.
La densité d’énergie est vraiment à améliorer elle n'est pas compétitive .

55.  pastilleverte | 23/04/2015 @ 10:36 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#28),
Cessez ce changement que je saurais (voudrais pas) voir ! 🙂

56.  pastilleverte | 23/04/2015 @ 10:40 Répondre à ce commentaire

luc (#38),
demandez à Al gore, c’est un champion de la chose.
Lui, il a acheté à San Francisco, « les pieds dans l’eau », donc pas de problème pour là-bas, pour Miami ???

57.  miniTAX | 23/04/2015 @ 11:31 Répondre à ce commentaire

La densité d’énergie est vraiment à améliorer elle n’est pas compétitive .

Bernnard (#54),
La densité d’énergie d’une batterie étant 100x moins que celle d’un carburant liquide, elle ne sera JAMAIS compétitive. Donc ce n’est clairement pas un critère pour un objet roulant (pour un avion peut-être, pour une voiture, non) : vous n’aurez pas 10x moins d’autonomie en passant de 50kg de batteries à 500 kg, c’est la magie de la roue.
Les vrais critères, c’est la durée de vie (et à la rigueur le problème d’emballement thermique, assez bien résolu maintenant, notamment avec les batteries LiFePo) et donc on se ramène toujours à la même chose : le prix !

Pour un camion de livraison en ville par exemple (beaucoup d’arrêts, rayon d’action faible, énorme volume disponible, faible vitesse), même des batteries au plomb seraient compétitives… si elles étaient moins chers.

58.  Bernnard | 23/04/2015 @ 11:55 Répondre à ce commentaire

Oui le prix ne sera pas à la hauteur des carburants liquides et je pense ne le sera jamais.

même des batteries au plomb seraient compétitives… si elles étaient moins chers.

Le plomb c’est lourd et c’est un poids inutile ! c’est vrai que pour un camion de livraison en ville peut être que ce n’est pas grave mais quel poids et quel encombrement (autant de marchandise en moins! ) .
L’idéal serait d’avoir sur une voiture une batterie de la taille et du poids que représente un plein de carburant avec la même quantité d’énergie que ce carburant à un prix équivalent. Je laisse de coté la durée de vie qui pose problème (mais qui est un élément du prix).
Je crois qu’on va attendre (un peu ?) pour être dans ce cas idéal ! non ?

59.  Murps | 23/04/2015 @ 12:04 Répondre à ce commentaire

papijo (#49),

En fait, on ne roule jamais à la puissance maxi. Une voiture de 120 kW est capable de rouler à 200 km/h. A 100 km/h, elle aura une puissance de seulement 15 kW (120 x (100/200)^3) environ. La réserve de puissance (ou de couple) est utile uniquement pour les accélérations, les montées, …

Bonne réponse. Vous revenez en deuxième semaine.
😉

Ce n’est pas un problème de rendement de Carnot, effectivement.

miniTAX (#57), on a en a déjà parlé ici il y a quelques mois.
Les liaisons covalentes que l’on casse dans une combustion sont bien plus énergétiques que les liaisons ioniques utilisées dans une réaction redox électrochimique.
Je pense AMHA que la batterie à grosse capacité et à charge rapide fournissant la même souplesse que 50 litres d’hydrocarbure est un graal impossible à atteindre.
On a fait des progrès sensibles sur les possibilités des batteries depuis 100 ans, mais pas spectaculaires.
Par contre les derniers moteurs à explosion, eux, sont franchement bluffants : silencieux, sobres, fiables et puissants tout à la fois. Rien à voir avec les moulins des années 60 ou 70.

Dommage pour cette belle idée qu’est la voiture électrique.

60.  Laurent Berthod | 23/04/2015 @ 12:26 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#52),

Ce n’est pas l’argent gratuit, c’est le contribuable !

61.  jdrien | 23/04/2015 @ 13:41 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#57),

Pour un camion de livraison en ville par exemple

je me souviens que dans les années 50, à Bordeaux, le ramassage des ordures se faisait par des véhicules électriques, solution qui apparemment n’a pas eu d’avenir.
autre problème avec les batteries, si on arrivait à augmenter suffisamment le rapport capacité/volume, on tendrait à fabriquer potentiellement des bombes. Sans compter les effets thermiques aussi bien à l’usage qu’à la charge (difficile d’échapper à l’effet Joule)

62.  luc | 23/04/2015 @ 14:12 Répondre à ce commentaire

Il est vrai qu’à l’époque, il s’agissait de batteries au plomb et l’électrolyte était de l’acide sulfurique. Si on arrêtait pas de charger à temps, l’eau s’électrolysait et dégageait de l’oxygène et de l’hydrogène.

Le livreur de glace (les frigos étaient à peine inventés) était aussi équipé comme çà. La raison en était que pour faire du porte à porte les embrayages n’auraient pas résisté.

63.  H. | 23/04/2015 @ 18:03 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Le chef de l’état US devient un prétendant: « Changement climatique : « On ne peut plus nier la réalité » estime Barack Obama. En Floride, où la montée du niveau de la mer menace l’industrie du tourisme, le président américain a insisté sur les conséquences économiques de ce phénomène. » (http://www.atlantico.fr/pepite.....09533.html)

Les fous sont lâchés. Ça va donner.

64.  pastilleverte | 23/04/2015 @ 19:17 Répondre à ce commentaire

jdrien (#61),
ah oui, nostalgie, nostalgie, je m’en souviens encore (à Bordeaux !), ainsi que … le bruit, mais c’était dû aux éboueurs qui prenaient un malin plaisir à bien cogner les poubelles qui étaient métalliques et à g*** bien fort au conducteur, tout cela vers 5 ou 6 h du mat’, pas tous les jours, heureusement !

65.  Cdt Michel e.r. | 23/04/2015 @ 19:34 Répondre à ce commentaire

Un site intéressant sur les voitures électriques : Voiture électrique populaire
Lire le dossier VE, en passant sur les phôtes-d-aurtograffe.

66.  scaletrans | 23/04/2015 @ 22:13 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#65),

Il manque la DS 5 hybride que je viens d’essayer: 4 litres au cent en ville, Citroën a fait fort !

67.  luc | 24/04/2015 @ 1:04 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#66),
C’est à peu près les perf de Toyota depuis 10 ans

68.  Cdt Michel e.r. | 24/04/2015 @ 6:28 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#66),
On en parle ICI
A près de 40.000 euros, c’est pas la voiture pour Mr Toutlemonde…

Ce que j’ai trouvé de plus intéressant sur ce site c’est leur dossier Voiture électrique, pas trop mal fait bien que partisan.

69.  scaletrans | 24/04/2015 @ 17:15 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#68),

C’est même au-dessus de 50.000 pour le modèle que j’ai essayé (qui appartient à un de mes fils).

70.  devinplombier | 25/04/2015 @ 11:57 Répondre à ce commentaire

Nhulot sur RTL nominable pour la 17ème ?

71.  Bernnard | 25/04/2015 @ 12:05 Répondre à ce commentaire

devinplombier (#70),
Un vrai charlatant !

72.  Bob | 25/04/2015 @ 13:04 Répondre à ce commentaire

devinplombier (#70),
Les commentaires sont saignants…
Les porte-coton de Nhulot devraient les lire.

73.  Nicias | 25/04/2015 @ 13:17 Répondre à ce commentaire

devinplombier (#70),

C’est maladif et puant cette récupération de tous les drames pour faire avancer leur cause.

74.  Hug | 25/04/2015 @ 14:13 Répondre à ce commentaire

Fabius nominable aussi. Sa prose dans le Figaro n’est pas en lecture libre sur internet , mais voici quelques extraits de la version papier:

Depuis toujours, le climat a été porteur de menaces sécuritaires. On insiste surtout sur l’aspect environnemental, mais les désordres climatiques bouleversent l’ensemble des équilibres économiques et sociaux ils entrainent donc des risques pour la sécurité intérieure des Etats. Les historiens ont montré que les pluies diluviennes de 1788 ont été, par leur impact sur les récoltes, à l’origine de la crise alimentaire qui a contribué au déclenchement de la révolution française. Plus près de nous, en 2005, l’ouragan Katrina a provoqué un chaos qui ss’est traduit par des troubles majeurs à l’ordre public, obligeant à un déploiement de l’armée sur le sol américain.

Un autre facteur d’insécurité provient des déplacements massifs de populations. En rendant certaines zones inhabitables, les sécheresses et la montée des eaux placent des populations entières en déshérence. Celles-ci trouvent souvent refuge dans des régions déjà surpeuplées, entrainant de fortes tensions. Sans repères, elles peuvent devenir la proie de mouvements radicaux. A la fin des années 1970, c’est ce qui s’est produit au Sahel les sécheresses extrêmes contribunt à l’exode vers la Libye de nombreux Touaregs, qui y ont été pour la plupart enrolés dans la « Légion islamique » de Kadhafi. On en trouve encore la trace dans la déstabilisation du nord du Mali qui a conduit à l’intervention militaire de la France en janvir 2013.

Une planète « climato-déréglée » deviendra une planète de tous les dangers.

La désertification accrue de zones instables telles que le Sahel favoriserait encore davantage l’essor des réseaux criminels et des groupes armés terroristes qui y prospèrent déjà.

Je veux insister sur un autre aspect essentiel: l’usage massif d’énergies carbonées constitue un accélérateur de conflits depuis que celles-ci se trouvent au coeur de nos économies. Pourquoi ? Parce-que les gisements d’énergies fossiles sont très inégalement répartis. d’où des dépendances, des convoitises, des rivalités, qui représentent autant de menaces pour la sécurité internationale.

J’en tire une conviction: nous avons besoin d’une « communauté mondiale de l’énergie propre » pour nous libérer de la dépendance envers les énergies fossiles et des risques de conflits qui lui sont liés.

75.  Bob | 25/04/2015 @ 15:02 Répondre à ce commentaire

Hug (#74),
Dire que selon les lois du hasard, il n’aurait pu se tromper qu’une fois sur deux, au lieu de les accumuler…

76.  Bernnard | 25/04/2015 @ 15:16 Répondre à ce commentaire

Hug (#74),
C’est un catalogue d’arguments de bistrot qu’il met en avant pour La cause!

La désertification accrue de zones instables telles que le Sahel

Il faudrait lui envoyer cet article qui date de 2 ans !

77.  Laurent Berthod | 25/04/2015 @ 17:39 Répondre à ce commentaire

devinplombier (#70),
Bernnard (#71),
Bob (#72),

« …car il y a d’ores et déjà trois fois plus de réfugiés climatiques que de réfugiés liés aux conflits »

Nhulot est un menteur. Point barre.

78.  amike | 25/04/2015 @ 18:53 Répondre à ce commentaire

Hug (#74),
« Je veux insister sur un autre aspect essentiel: l’usage massif d’énergies carbonées constitue un accélérateur de conflits depuis que celles-ci se trouvent au coeur de nos économies. Pourquoi ? Parce-que les gisements d’énergies fossiles sont très inégalement répartis. d’où des dépendances, des convoitises, des rivalités, qui représentent autant de menaces pour la sécurité internationale. »

Une bien belle histoire ! Il fait même appel à la mémoire collective des Français qui ont subi les chocs pétroliers des années 70. Sauf que depuis, il y a eu le contre choc et le peak oil s’est avéré d’abord un bobard des habituels catastrophistes.
Les politiques sont des rantanplan toujours en retard à claquer leurs gueules sur les mauvais mollets.

A l’époque des centrales nucléaires, tout était clair techniquement (à l’exception des déchets). Avec les éoliennes, on fabrique l’électricité avant même de savoir la distribuer ou la stocker !

79.  Bob | 25/04/2015 @ 19:13 Répondre à ce commentaire

Laurent Berthod (#77),
Oups, l’abominable baratineur de plateaux télés !
Il n’a qu’à aller demander aux épaves-people qui risquent leur vie chaque jour pour atteindre l’Italie s’ils l’ont fait parce qu’il a fait trop chaud ! Ou encore aux centaines de milliers qui se sont réfugié au Liban.

80.  Laurent Berthod | 26/04/2015 @ 0:23 Répondre à ce commentaire

amike (#78),

En outre, les richesses naturelles, de quelque nature qu’elles soient, ont été de tous temps, sont et seront de tous temps inégalement réparties. In secula seculorum, Amen. Le facteur d’égalisation des conditions entre les régions du globe : le génie humain et les échanges.

81.  Nicias | 26/04/2015 @ 1:57 Répondre à ce commentaire

Hug (#74),

Un autre facteur d’insécurité provient des déplacements massifs de populations. En rendant certaines zones inhabitables, les sécheresses et la montée des eaux placent des populations entières en déshérence. Celles-ci trouvent souvent refuge dans des régions déjà surpeuplées, entrainant de fortes tensions. Sans repères, elles peuvent devenir la proie de mouvements radicaux. A la fin des années 1970, c’est ce qui s’est produit au Sahel les sécheresses extrêmes contribunt à l’exode vers la Libye de nombreux Touaregs, qui y ont été pour la plupart enrolés dans la “Légion islamique” de Kadhafi. On en trouve encore la trace dans la déstabilisation du nord du Mali qui a conduit à l’intervention militaire de la France en janvir 2013.

Donc on fait la guerre au mali à cause de la montée des eaux et du soutient de Kadhafi aux islamistes.

C'est un discours que je pourrai pardonner à mon buraliste au bout de sa deuxième bouteille de vodka.

82.  Bob | 26/04/2015 @ 11:01 Répondre à ce commentaire

Nicias (#81),
C’est une analyse typique de ce que l’on apprend à l’ENA ?

83.  Yanartus | 26/04/2015 @ 16:55 Répondre à ce commentaire

Dans la même veine : ce matin, Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, porte-parole de la conférence des évêques de France, était invité sur France Inter.
Après une aimable conversation au coin du feu sur les menaces d’attentats contre des églises et les naufrages de bateaux de migrants en méditerrannée, l’inévitable s’est produit :
« Nous n’arriverons pas à régler cette question de l’immigration si nous n’acceptons pas de remettre en cause notre propre mode de vie pour permettre à ceux qui vivent moins bien de vivre un peu mieux, et ça c’est une remise en cause personnelle de ce que nous vivons et le sommet climatique par exemple qui aura lieu en décembre à Paris est un des éléments de cette interrogation que nous devons avoir ».
Un nouveau bel exemple de mélange de tout et n’importe nawak…

84.  JG2433 | 26/04/2015 @ 17:18 Répondre à ce commentaire

Un adepte de la « secte climatique »… ne dit pas autre chose !
Extrait du fil « Citations » – colonne de gauche de la page d’accueil de Skyfall :

On doit dire clairement qu’on veut redistribuer de facto la richesse grâce à la politique climatique. On doit se débarrasser de l’illusion que la politique climatique internationale est une politique d’ordre écologique. Ottmar Edenhofer, responsable du Groupe de Travail 3 du GIEC

http://www.skyfall.fr/?page_id=248

85.  CK66 | 26/04/2015 @ 17:43 Répondre à ce commentaire

Un peu en marge du climat mais concernant la Terre,C .Chazal aux infos à propos des avalanches faisant suite au séisme népalais : « … en pleine saison des randonnées sur le mont Everest …  »
Plait-il ????? des randonnées sur l’Everest ???
Et peut-être de l’apnée dans la fosse des Mariannes !!!

86.  yvesdemars | 26/04/2015 @ 18:52 Répondre à ce commentaire

Yanartus (#83),

c »est vrai que s’il n’y avait pas eu de le développement industriel de l’Occident suivi ensuite par l’Asie du SE, nous serions restés au niveau de vie du XVIII ème siècle guère plus riches que les tribus du Sud

C’est vraiment une phrase socialiste : quand il n’y aura plus que des pauvres ….

87.  Bob | 26/04/2015 @ 18:54 Répondre à ce commentaire

Yanartus (#83),
Ribadeau-Dumas ne fait qu’anticiper l’encyclique à venir…

88.  the fritz | 26/04/2015 @ 18:57 Répondre à ce commentaire

CK66 (#85),
Ce redoux climatique et ces avalanches font beaucoup de dégâts cette année

89.  de Rouvex | 26/04/2015 @ 19:03 Répondre à ce commentaire

Bob (#82), Je pense que ses cours sont loin et qu’il a dû les oublier depuis belle lurette ! ça, c’est ce que l’on y apprend aujourd’hui et qui lui est soufflé par ses scribouillards !!

90.  the fritz | 26/04/2015 @ 20:04 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#89),
J’ai compris que vous parliez de Fafa, mais il est au même niveau que Nulot qui lui n’a pas fait d’études selon le commandant et que le Monseigneur dont je ne vais même pas chercher le nom
Tous à mettre dans le même panier , ne savent que profiter de n’importe quelle occasion pour se faire mousser, accuser le bas peuple de corruption et dilapider la dîme en constructions inutiles .

91.  de Rouvex | 26/04/2015 @ 20:19 Répondre à ce commentaire

the fritz (#90), oui, c’est de lui, mais Nhulot aussi a ses scribouillards qui lui donnent à manger du foin dont il se repaît. Monseigneur vingt quatre doit en avoir aussi, mais il nous coûte moins cher ! La dîme de l’Eglise catholique ne sert plus à construire de bâtiments, utiles ou non, ou si peu, et puis on n’oblige personne à la payer !

92.  the fritz | 26/04/2015 @ 20:32 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#91),

et puis on n’oblige personne à la payer

Je suis ALSACIEN

93.  Nicias | 26/04/2015 @ 23:26 Répondre à ce commentaire

Bob (#82),

L’ENA leur apprend à mentir, au nom de la raison d’Etat. Fabius fait du zèle.

Petit rappel sur les « sécheresses extrêmes » qui ont poussé des touaregs dans les bras de Kadhafi, cela a commencé comme ça :

En octobre 1965, les populations dans le département de Mangalmé dans la région de Guéra se soulèvent contre un emprunt forcé payable en bétail et le quadruplement de la « taxe civique ». Une dizaine de fonctionnaires sont tués. En représailles l’Armée Nationale Tchadienne rase plusieurs villages

20 ans de guerre ont suivit.

http://fr.wikipedia.org/wiki/G.....65-1979%29

94.  de Rouvex | 27/04/2015 @ 9:57 Répondre à ce commentaire

the fritz (#92), oui, mais si vous ne vivez pas en Alsace, le fisc ne vous poursuit pas dans les L

95.  de Rouvex | 27/04/2015 @ 9:58 Répondre à ce commentaire

Landes, quand même ?
ça craint, ces messages coupés en cascade !!

96.  Cdt Michel e.r. | 27/04/2015 @ 13:22 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#95),

ça craint, ces messages coupés en cascade !!

Ça arrive systématiquement quand vous appuyez par erreur sur les touches Tab et A en même temps. C’est un problème avec WordPress.

97.  pastilleverte | 27/04/2015 @ 15:04 Répondre à ce commentaire

the fritz (#92),
pas de bol… 🙂

98.  scaletrans | 28/04/2015 @ 15:09 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#96),

Les dites touches A et TAB étant voisines 🙂

99.  de Rouvex | 3/05/2015 @ 14:10 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#98), et ma vue étant basse…