Climathon, semaine 22 : aux Grands hommes le climat reconnaissant

Par le jury du climathon (Benoît Rittaud, MisO, Murps & Yanarthus)

«'Sont quatre" nous a textuellement dit (deux fois) le président de la République, qui montre ainsi qu'il les a correctement dénombrés. Les quatre en question sont, bien sûr, les panthéonisées de la semaine dernière (Pierre Brossolette, Genevière de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay). La solennité de la cérémonie a fourni à François Hollande l'occasion de renforcer une nouvelle fois son statut de grand favori de la compétition de propagande climatique en s'imposant aux forceps lors de cette semaine 22. À l'occasion de son discours, notre vainqueur est en effet parvenu à suggérer que, aujourd'hui, les quatre grandes figures de la Résistance française honorées ce 27 mai militeraient certainement pour une réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Cet enrôlement forcé des héros de la France Libre pour la cause climatique à lieu à la 34è minute :

L’indifférence, voilà l’ennemi contemporain. L’indifférence face au fanatisme, au racisme, à l’antisémitisme, indifférence face aux injustices, aux inégalités, aux indécences, face aux catastrophes, au désordre climatique, à l’épuisement de notre planète. Face à l’indifférence, chaque génération a un devoir de vigilance, de résistance et chaque individu a le choix d’agir.

Climatosceptiques, sachez-le : vous êtes des collabos, vous appartenez à la même catégorie infâme que celle des fanatiques et des racistes. Voilà qui est à présent dit à la face de la Nation toute entière. Du fond de leur tombeau, les mânes des Grands hommes vous désignent comme coupables.

Avec cette nouvelle victoire, François Hollande semble de plus en plus près de tuer la compétition. Jamais en retard d'une idée pour promouvoir la COP21 de Paris en décembre, il semble définitivement installé au pinacle du climathon.

Les accessits de la semaine

Le principal rival de François Hollande, Jean Jouzel, impose sa présence dans les accessits grâce à une interview dans La République des Pyrénées qui condense toutes les facilités du genre. Nous y apprenons ainsi dès le début que "2014 est l'année la plus chaude observée depuis 150 ans, malgré son été pourri.". Deux abus scientifiques en une seule (courte) phrase : il faut le faire. Bravo au vice-président du groupe scientifique du GIEC d'avoir habilement passé sous silence le fait qu'il n'est pas clair du tout que 2014 a été l'année la plus chaude (même si elle l'a été, c'est de fort peu), et d'avoir mélangé une donnée globale à l' "été pourri" franco-français. Bravo aussi à Jean Jouzel pour avoir expliqué que la conséquence principale du réchauffement est "l'élèvation du niveau de la mer", lâchant le terrible chiffre de 20 centimètres de hausse au XXè siècle à un lecteur que l'on imagine affolé (mais qui se demandera peut-être pourquoi le Déluge n'a pas déjà eu lieu). Si l'on comprend, bien sûr, que l'interview ne se soit pas trop appesantie sur l'étrange exploit de la société industrielle à peine naissante du début du siècle dernier, qui a réussi avec pratiquement zéro automobiles à lancer la hausse des océans sur un tel rythme (les esprits tordus pourraient s'imaginer que l'élévation du niveau de l'Océan serait sans lien avec l'activité humaine), l'on s'interroge davantage en revanche sur le fait que l'interview ne mentionne pas d'accélération de la hausse du niveau des mers depuis le début du XXè siècle. Bon, d'accord, cette accélération ne se voit nulle part, mais tout de même : pour faire peur, ça marche, ça, d'habitude.

Alors que Jean Jouzel offrait aux lecteurs du Sud-Ouest le frisson de la peur de sécheresses, de canicules et de rendements agricoles décroissants, son successeur à la tête de l'IPSL, Hervé Le Treut, officiait lui du côté du Sud-Est, où il est allé vendre auprès de Nice-Matin la crainte de violentes inondations futures, causées par ce que nous savons. En bon scientifique qui ne se permet pas d'incursion dans le domaine de la politique ou des projets de société, il se borne à affirmer laconiquement que, en toute simplicité, "il faut arriver à changer de civilisation d’ici la fin du siècle". Pour faire bonne mesure, il distille également un discours subtilement malthusien (le "problème" de la démographie…), et s'inquiète aussi des risques de guerres climatiques à venir. Ah, si seulement la Terre se refroidissait ! Quelle paix, quelle concorde règnerait alors entre les hommes !…

Puisque nous en sommes à Nice-Matin, mentionnons aussi de ce journal ce splendide et mesuré article qui promet la poële à frire aux lecteurs de la région. Le fait qu'il s'appuie sur l'estimé modèle Aladin-Climat (alias le gentil flic) qui, avec son compère WRF, sert de base au fameux Rapport sur le climat en France au XXIè siècle, est un élément que le jury apprécie à sa juste valeur.

Le jury a ensuite le plaisir de saluer l'entrée en fanfare d'un anthropologue de renom dans la liste des récipiendaires d'accessits au climathon, en la personne du célèbre Bruno Latour, qui s'est déjà distingué sur la question climatique par diverses prises de positions antiscientifiques assumées. Sans doute inspiré par la qualité toujours plus frappante des simulations climatiques, Bruno Latour organise ces jours-ci des simulations de négociations climatiques avec des étudiants dont on imagine d'emblée la liberté intellectuelle qui sera la leur. Assurant la promotion de ses efforts de propagande sensibilisation auprès du journal La Croix, notre aspirant-sauveteur de planète y va carrément, montrant à la face du monde à quel point il maîtrise l'art de la cuistrerie l'étendue prodigieuse de sa hauteur de vue :

Savoir n’a jamais entraîné l’action. Heureusement d’ailleurs, car nous serions sinon entre les mains des scientifiques.

(Ben justement, bougre d'*****, c'est précisément ce qui nous arrive au sujet du climat !)

L’action efficace des lobbys de désinformation pour nier la gravité de ce qui se passe trouble aussi l’opinion.

(Il doit penser à des méchants comme celui-là, sans doute.)

au regard de la science, nous sommes dans une situation apocalyptique au sens banal du terme. Toutes les hypothèses les plus pessimistes des scientifiques ont été dépassées.

Voilà un bon gros mensonge comme on les aime, que Bruno Latour ne devra pas oublier de répéter encore et encore pour qu'il devienne vérité.

Dernière perle de cette interview que le Jury recommande chaudement à ses lecteurs :

Nous avons ajouté aux 20 délégations des États 20 délégations de même niveau diplomatique chargées de représenter les océans, les peuples indigènes, mais aussi les lobbys du pétrole et du charbon, dont on ne sait jamais où ils se situent… L’intérêt sera de redessiner les lignes de conflit, de savoir qui est avec qui, et qui est contre qui.

Ahhhh, le vote des océans…

Bruno Latour ayant remarquablement su vendre son initiative frappée du sceau de l'indispensable, on retrouve dans Slate ces autres détails la concernant, qui ont peut-être été produits par une version "anthropo" du célèbre pipotron :

L’architectonique virtuelle du globe et du global s’effrite dès lors que l’on considère que la nature et la politique n’ont pas d’unité et que l’universel est atteint moyennant un assemblage de collectifs. Brisant le simulacre du global, les connexions qui se révèlent sont faites de contradictions et de conflits : c’est à cette échelle réduite que l’action de composition doit être envisagée. La question climatique est d’ailleurs un problème dont la solution implique nécessairement qu’il soit ramené plus près de nous.

À encadrer.

Autre nouvelle entrée dans les accessits, celle du très attendu forum « Science, Recherche et Société » organisé par Le Monde et La Recherche dont la 7è édition avait lieu ce jeudi au Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris). Comme il se doit en cette période de redressement climatique et moral d’information objective face aux défis planétaires, ce forum était centré sur la gravissime question que vous savez. La diffusion du film de propagande documentaire scientifique sobrement intitulé Climatosceptiques – La guerre du climat a certainement permis d’en savoir plus sur ces « kidnappeurs de cerveaux » qui « nient la réalité du changement climatique ». Grâce à ses auteurs Laure Noualhat « Journaliste errant dans les sujets environnementaux depuis treize ans » et José Bourgarel, « auteur-réalisateur de documentaires géopolitiques et de société », cette « investigation au cœur du lobby climato-sceptique » a sans doute permis de répondre à cette question neutre et nuancée : « Quelles méthodes [le lobby climato-sceptique] a-t-il employé (sic) pour influencer l’opinion publique ? ».

Ce film coup de poing a été suivi de la plénière « La France face au défi climatique ». Sur le site du forum, à la page de cette conférence table ronde conversation au coin du feu avec Hervé Le Treut, Hervé Douville et Jean-François Minster, on remarque l’image d’accompagnement parfaitement adaptée à l’actuelle étendue de glace antarctique :

110_rechauffement-climatique

Cette même page rappelle aussi ces propos du Sage Hervé Le Treut qui mériteraient de figurer au fronton de nos mairies : « Une partie des changements liés au réchauffement sera irréversible, mais cela ne signifie pas que l’on en est à un point ou les actions deviendrait (sic) inutiles ». Nul doute que le Journalderéférence saura rendre compte de façon objective des « passionnants débats » qui ont animé cette journée de jeudi dernier.

Le dernier accessit de la semaine est pour Le Figaro, qui n'hésite pas à mentir comme un arracheur de dents souligner la gravité de la situation en titrant "L'Antarctique fond de plus en plus vite" pour évoquer une récente étude sur la fonte accélérée de la Péninsule. Quand on sait que ladite Péninsule représente à peu près un vingtième du continent blanc et que la glace de mer qui entoure l'Antarctique bat des records ces dernières années, l'on se dit qu'il est tout de même heureux qu'il y ait des journalistes pour confondre la partie avec le tout.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

42 Comments     Poster votre commentaire »

1.  H. | 1/06/2015 @ 7:44 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

En matière de déluge, il est regrettable, comme le faisait remarquer justement feu Jean Yanne, que Noé ait choisi d’embarquer un couple moustique dans son arche. Il n’a pas rendu service à l’humanité.

Bonne journée

2.  H. | 1/06/2015 @ 7:46 Répondre à ce commentaire

NB: il faudra y réfléchir sérieusement pour le prochain: faire des choix intelligents au vu de l’expérience accumulée.

3.  Murps | 1/06/2015 @ 8:55 Répondre à ce commentaire

Grâce à ses auteurs Laure Noualhat « Journaliste errant dans les sujets environnementaux depuis treize ans »

😀

4.  miniTAX | 1/06/2015 @ 10:16 Répondre à ce commentaire

Mazette, voilà que le réchauffement changement désordre climatique entre dans le Panthéon.
On ne s’en lasse jamais du climathon hebdomadaire, à voir la FARCE grimper toujours plus haut dans l’Everest de la bêtise et de la crapulerie.

5.  scaletrans | 1/06/2015 @ 10:33 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#4),

Et je me permettrai d’ajouter: la bobardise crapuleuse (une expression que j’aime bien, malgré le caractère sulfureux du génial écrivain qui en fut l’auteur).

6.  Bernnard | 1/06/2015 @ 11:19 Répondre à ce commentaire

Trop c’est trop ! « le climat qui change à cause de nous » servi à toutes les sauces entrainera une indigestion prévisible. Pour faire une analogie avec le « budilator » nous devenons transparents aux arguments frauduleux du RCDCA (Réchauffement Changement Désordre Climatique Anthropique) après en avoir trop absorbé et rejeté.

http://www.boursorama.com/actu.....ad2edb00e4

8.  TL | 1/06/2015 @ 12:40 Répondre à ce commentaire

De plus en plus désespérant. Je milite pour une loi rendant obligatoire la lecture des pages « Planète » de l’Immonde, et la présence obligatoire devant le petit écran des émissions écolo-climato-débiles passant sur ARTE!
http://www.atlantico.fr/decryp.....67219.html

http://www.lesechos.fr/politiq.....124091.php

9.  miniTAX | 1/06/2015 @ 14:08 Répondre à ce commentaire

TL (#8), c’est à se tordre de rire les résultats du sondage sur « la priorité accordée à l’environnement » : on constate que les sympathisants du PS, même si la majorité s’en fiche, y sont autant sensibles que ceux du FN, bien plus que ceux de l’UMP.
Si quelqu’un douterait encore que l’idéologie du FN n’est rien d’autre que du Nazional Socialisme, c’est qu’il lui faut d’urgence une greffe du cerveau.
M’enfin, on rirait plus si c’était moins tragique : on a le choix entre le socialisme rose, le socialisme vert, le socialisme rouge, le socialisme national et le socialisme à la Sarko (le géniteur du Grenelle de l’Environnement et promoteur zélé de la discrimination positive). C’est l’alternative politique à la française, un modèle dont le monde entier nous envie. Pas.

10.  misO. | 1/06/2015 @ 17:11 Répondre à ce commentaire

Lorsque la société s’affole exagérément et que la machine s’emballe, alors un trublion, un fou du roi est le seul à pouvoir remettre les pendules à l’heure : il nous manque effectivement un Jean Yanne capable de produire une satire sociale sur les délires climatiques dans la veine des « Moi y’en a vouloir des sous » et « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ».
« La manipulation des élites est encore plus facile que celle des masses » écrivait-il il y a 40 ans.
Il n’y a décidément rien de nouveau sous le soleil.

11.  Hug | 1/06/2015 @ 18:50 Répondre à ce commentaire

misO. (#10),
Bien d’accord. Canteloup avait un peu brocardé Ségolène Royal lors de l’appel de Manille mais ça restait dans son registre imitatoire et pas méchant.
Il faudrait effectivement une satire nettement plus « crue ». Jean Yanne ou mieux encore Coluche auraient sûrement pu la faire. Ils nous manquent.

12.  Gilles des Landes | 1/06/2015 @ 18:59 Répondre à ce commentaire

J’ai cru comprendre que Bourdin envisage de postuler… Il démarrerait ce jeudi (sur RMC Ifo) un dossier sur la lutte contre le RC (A).

Monsieur Bourdin se fait fort d’être toujours objectif et de ne pas prendre parti. Va-t-il cette fois-ci craquer ?

La suite peut-être dans le Climathon ?

13.  pastilleverte | 1/06/2015 @ 20:04 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#6),
et le Chaos ? et le Bouleversement ???

14.  pastilleverte | 1/06/2015 @ 20:06 Répondre à ce commentaire

Tristesse sans nom… les lauréats et accessisés sont/font tellement forts qu’on n’entend plus Mme/Me Cori*ne Lep*ge, pourtant grande prêtresse de la moralisation écolo bobo punitive…

15.  Murps | 2/06/2015 @ 11:03 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#14), il faut dire que les candidats actuels au climathon sont brillantissimes !
C’est dur de sortir du lot.
misO. (#10), je partage encore votre point de vue.
En fait, il nous manque des artistes provocateurs et talentueux pour dénoncer les excès de cette écolopolitique sectaire qui fonctionne à « l’entrisme » partout.
Des comiques qui dégommeraient le Giec, un film sur la corruption écologiste, une pièce de théâtre sur la manipulation verte, un roman docu/fiction sur un petit militant d’ONG qui découvre les tartufferies de ses chefs…
Le tout sur un mode rigolo ou bien policier.

16.  derouvex | 2/06/2015 @ 11:32 Répondre à ce commentaire

Murps (#15),

ou bien policier.

C’est Luc qui devrait s’y coller !

17.  AntonioSan | 2/06/2015 @ 16:19 Répondre à ce commentaire

Admirable. Un champion du monde…

18.  pastilleverte | 2/06/2015 @ 17:24 Répondre à ce commentaire

Murps (#15),
il y a ce « comique » américain qui fait du stand-up, pas tout jeune avec un look de « hippie », déjà vu sur You Tube, mais je ne me souviens plus de son nom.
Il était assez féroce (réaliste) avec les écolos dans le sketch que j’avais vu.

19.  miniTAX | 2/06/2015 @ 18:41 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#18), il s’agit de feu Georges Carlin. C’est le Coluche américain (ou plutôt l’inverse vu son âge) : irrévérencieux, anti-politiquement correct et délicieusement vulgaire.
Des comme ça, on n’en fait (presque) plus, à notre époque où règne la pensée unique et le terrorisme intellectuel contre ceux qui ne sont pas dans la bienpensance.

Le texte de son sketch, à coller sur le front des sauveurs du climat et autres éco-tartuffes de la future COPerie à Paris :

J’aime bien quand y’a des produits chimiques dans la nourriture
Je fais pas partie de ces gens qui s’inquiètent de tout . vous en connaissez tous….
Le pays en est plein maintenant. Des gens qui, en permanence,
s’inquiètent de tout.
De l’air, de l’eau, de la terre
pesticides, insecticides, additifs alimentaires,
substances cancérigènes, amiante.
Des gens qui veulent sauver
les espèces en voie de disparition.
Je vais vous dire un truc sur les espèces en voie de disparition.
Sauver les espèces en voie de disparition n’est qu’une
tentative arrogante de plus de la part des humains pour contrôler la nature.
Cette ingérence arrogante, c’est déjà ce qui nous a foutu dans la merde au départ.
Personne comprend ça?
Interférer avec la nature!
Plus de 90% de toutes les espèces ayant jamais existé sur cette planète
ont disparu!
Exctinction totale!
Nous ne les avons pas TOUTES tuées!
Elles ont juste disparu!
La nature est ainsi conçue!
Elles s’éteignent maintenant au rythme de 25 par jour.
Et ceci indépendamment de l’activité de l’homme sur la planète.
25 espèces qui existent aujourd’hui auront disparu demain.
Laissons-les s’en aller dignement!
Laissons la nature tranquille!
N’en avons-nous pas déjà assez fait???
Nous sommes si imbus de nous-mêmes…
Tout le monde se croit obligé de sauver quelque chose maintenant.
Sauvons les arbres, sauvons les abeilles,
sauvons les baleines, sauvons les escargots.
Et la plus arrogante de toutes: Sauvons la planète!
Hein??
On se fout de ma gueule ou quoi?
Sauver la planète? On n’est même pas foutus de s’occuper de nous-mêmes!
On n’est pas encore capables de s’aider les uns les autres
et on va sauver la planète?
J’en ai vraiment marre de ces conneries.
Marre de la « Journée de la Terre »
Marre de ces écolos bien-pensants
Marre de ces blancs libéraux bourgeois qui pensent que
le seul problème de la planète c’est qu’il y’a pas assez de pistes cyclables.
Ils veulent juste rendre le monde plus sûr et plus propre pour leur Volvos.
Et j’en ai vraiment, vraiment marre de ces stars du rock ou du cinéma
qui culpabilisent après avoir sniffé toute cette cocaïne
et qui pensent pouvoir se racheter une conscience en sauvant une forêt.
Et d’ailleurs,
les écolos n’en ont rien à foutre de la planète.
Dans l’absolu.
Tout ce qu’ils veulent, c’est pouvoir vivre dans un endroit bien propre.
Leur propre habitat.
Ils ont juste peur d’être personnellement incommodés.
Egoïsme et étroitesse d’esprit… Tout ça ne m’impressionne pas beaucoup.
Et d’ailleurs, il n’y a rien qui cloche avec la planète.
La planète va très bien!
C’est les gens qui sont foutus!
Les gens sont foutus!
Comparé à l’humanité, la planète se porte comme un charme!
La planète est là depuis 4.5 milliards d’années
4 milliards et demi!
Et nous? 100’000, peut-être 200’000 ans?
A tout casser.
Et l’activité industrielle n’a pas plus de 200 ans.
Donc ça fait 200 ans contre 4.5 milliards d’années.
Et on a l’arrogance de croire
que nous constituons une menace?
Que d’une façon ou d’une autre, nous mettons en péril
cette belle boule bleue et verte qui tourne autour du soleil?
La planète à survécu à des choses bien pires que nous
et pendant longtemps.
Tremblements de terre, éruptions volcaniques,
tectonique des plaques, dérive des continents,
éruptions solaires, orages magnétiques,
inversions du champ magnétique terrestre,
des centaines de milliers d’années de bombardements
par des comètes, astéroides et autres météores,
tempêtes de sables, et toutes sortes d’érosions,
radiations cosmiques, incendies planétaires,
inondations planétaires et glaciations récurrentes,
et nous pensons vraiment,
que quelques canettes en alu
et quelques sacs en plastique
vont y compter pour quelque chose?
La planète ne va nulle part.
Mais nous, si!
On s’en va!
On s’en va!
Faites vos bagages, les gars!
On dégage!
Et on laissera pas vraiment de traces derrière nous, non plus.
Dieu merci!
Eventuellement
un peu de polystyrène… peut-être.
La planète sera encore là longtemps après nous
Juste une énième mutation ratée,
rien d’autre qu’une erreur biologique avortée,
un cul-de sac dans l’histoire de l’évolution.
La planète se débarrassera de nous
comme un chien qui se secoue pour se débarasser de ses puces.
Un simple désagrément de surface.
Vous voulez savoir comment se sent la planète?
Demandez à ces gens à Pompéi,
qui sont pétrifiés dans la cendre volcanique,
comment va la planète.
Vous voulez savoir si la planète va bien?
Demandez donc à ces gens à Mexico City,
ou en Arménie ou dans des centaines d’autres endroits,
tous ensevelis sous des centaines de tonnes de gravats
à la suite d’un tremblement de terre,
s’ils ont l’impression de représenter un un réel danger
pour la planète, cette semaine.
Ou alors ces gens à Kilowaia, Hawaii
qui ont construit leur maison juste à côté d’un volcan actif,
et qui se demandent pourquoi il y a de la lave dans le salon.
La planète sera encore là longtemps,
très longtemps après que nous ayons disparu,
Et elle se guérira,
se purifiera d’elle-même,
parce que qu’elle est faite pour ça.
C’est un système auto-régulateur.
L’air et l’eau redeviendront propres,
la terre sera renouvelée,
et si vraiment le plastique n’est pas biodégradable,
eh bien, la planète trouvera simplement le moyen
d’incorporer le plastique dans un nouveau paradigme:
La Terre Avec Du Plastique.
La planète ne partage pas nos préjugés à l’encontre du plastique,
le plastique vient de la Terre,
elle considère probablement le plastique comme juste un autre de ses enfants.
ça pourrait même être la seule raison pour laquelle la Terre
a permis à notre espèce d’exister au départ:
Elle voulait du plastique pour elle-même!
Savait pas comment en fabriquer!
Elle avait besoin de nous!
ça pourrait être la réponse à l’éternel questionnement existentiel:
« Pourquoi sommes-nous ici? »
PLASTIQUE!
Connards!
Donc
maintenant que le plastique est là
notre travail est accompli,
nous pouvons être évacués.
Et je crois que le processus a déjà commencé, pas vous?
Pour être honnête,
la planète doit probablement nous voir comme une menace légère,
un problème à gérer,
et je suis sûr que la planète se défendra
à la manière d’un grand organisme
comme une ruche d’abeilles ou une colonie de fourmis,
Elle va bien trouver quelque chose à faire. Que feriez-vous?
Si vous êtiez la planète et que vous deviez vous défendre contre
une espèce pénible et encombrante,
voyons…
Un virus!
ça devrait marcher,
ils semblent vulnérables aux virus.
En plus, les virus sont complexes,
toujours en train de muter ou de former de nouvelles souches
à mesure que les vaccins se développent.
Ce premier virus pourrait fonctionner de sorte à
compromettre le système immunitaire de ces créatures.
Un virus immuno-défensif,
qui les rendrait vulnérables à toutes sortes d’autres maladies et infections,
et il pourrait se répandre sexuellement,
pour les rendre un peu réticents à s’engager dans l’acte de reproduction…
C’est une notion poétique.
Et c’est un début.
Et il n’est pas interdit de rêver…
La planète s’occupera des petites choses,
les abeilles, les arbres, les baleines, les escargots,
Je crois que nous sommes des éléments d’un autre ordre de choses,
une sagesse plus grande que ce que nous pourrons jamais comprendre.
Un intérêt supérieur.
Appelez-le comme vous voulez.
Moi je l’appelle
Le Grand Electron.
Le Grand Electron.
Il ne punit pas,
Il ne récompense pas,
Il ne juge même pas.
Il se contente d’être.
Comme nous,
pour un petit moment.
Merci d’avoir été ici avec moi ce soir, pour un petit moment.
ça? Interférer avec la nature! Plus de 90% de toutes les espèces ayant jamais existé sur cette planète ont disparu! Exctinction totale! Nous ne les avons pas TOUTES tuées! Elles ont juste disparu! La nature est ainsi conçue! Elles s’éteignent maintenant au rythme de 25 par jour. Et ceci indépendamment de l’activité de l’homme sur la planète. 25 espèces qui existent aujourd’hui auront disparu demain. Laissons-les s’en aller dignement! Laissons la nature tranquille! N’en avons-nous pas déjà assez fait??? Nous sommes si imbus de nous-mêmes… Tout le monde se croit obligé de sauver quelque chose maintenant. Sauvons les arbres, sauvons les abeilles, sauvons les baleines, sauvons les escargots. Et la plus arrogante de toutes: Sauvons la planète! Hein?? On se fout de ma gueule ou quoi? Sauver la planète? On n’est même pas foutus de s’occuper de nous-mêmes! On n’est pas encore capables de s’aider les uns les autres et on va sauver la planète? J’en ai vraiment marre de ces conneries. Marre de la « Journée de la Terre » Marre de ces écolos bien-pensants Marre de ces blancs libéraux bourgeois qui pensent que le seul problème de la planète c’est qu’il y’a pas assez de pistes cyclables. Ils veulent juste rendre le monde plus sûr et plus propre pour leur Volvos. Et j’en ai vraiment, vraiment marre de ces stars du rock ou du cinéma qui culpabilisent après avoir sniffé toute cette cocaïne et qui pensent pouvoir se racheter une conscience en sauvant une forêt. Et d’ailleurs, les écolos n’en ont rien à foutre de la planète. Dans l’absolu. Tout ce qu’ils veulent, c’est pouvoir vivre dans un endroit bien propre. Leur propre habitat. Ils ont juste peur d’être personnellement incommodés. Egoïsme et étroitesse d’esprit… Tout ça ne m’impressionne pas beaucoup. Et d’ailleurs, il n’y a rien qui cloche avec la planète. La planète va très bien! C’est les gens qui sont foutus! Les gens sont foutus! Comparé à l’humanité, la planète se porte comme un charme! La planète est là depuis 4.5 milliards d’années 4 milliards et demi! Et nous? 100’000, peut-être 200’000 ans? A tout casser. Et l’activité industrielle n’a pas plus de 200 ans. Donc ça fait 200 ans contre 4.5 milliards d’années. Et on a l’arrogance de croire que nous constituons une menace? Que d’une façon ou d’une autre, nous mettons en péril cette belle boule bleue et verte qui tourne autour du soleil? La planète à survécu à des choses bien pires que nous et pendant longtemps. Tremblements de terre, éruptions volcaniques, tectonique des plaques, dérive des continents, éruptions solaires, orages magnétiques, inversions du champ magnétique terrestre, des centaines de milliers d’années de bombardements par des comètes, astéroides et autres météores, tempêtes de sables, et toutes sortes d’érosions, radiations cosmiques, incendies planétaires, inondations planétaires et glaciations récurrentes, et nous pensons vraiment, que quelques canettes en alu et quelques sacs en plastique vont y compter pour quelque chose? La planète ne va nulle part. Mais nous, si! On s’en va! On s’en va! Faites vos bagages, les gars! On dégage! Et on laissera pas vraiment de traces derrière nous, non plus. Dieu merci! Eventuellement un peu de polystyrène… peut-être. La planète sera encore là longtemps après nous Juste une énième mutation ratée, rien d’autre qu’une erreur biologique avortée, un cul-de sac dans l’histoire de l’évolution. La planète se débarrassera de nous comme un chien qui se secoue pour se débarasser de ses puces. Un simple désagrément de surface. Vous voulez savoir comment se sent la planète? Demandez à ces gens à Pompéi, qui sont pétrifiés dans la cendre volcanique, comment va la planète. Vous voulez savoir si la planète va bien? Demandez donc à ces gens à Mexico City, ou en Arménie ou dans des centaines d’autres endroits, tous ensevelis sous des centaines de tonnes de gravats à la suite d’un tremblement de terre, s’ils ont l’impression de représenter un un réel danger pour la planète, cette semaine. Ou alors ces gens à Kilowaia, Hawaii qui ont construit leur maison juste à côté d’un volcan actif, et qui se demandent pourquoi il y a de la lave dans le salon. La planète sera encore là longtemps, très longtemps après que nous ayons disparu, Et elle se guérira, se purifiera d’elle-même, parce que qu’elle est faite pour ça. C’est un système auto-régulateur. L’air et l’eau redeviendront propres, la terre sera renouvelée, et si vraiment le plastique n’est pas biodégradable, eh bien, la planète trouvera simplement le moyen d’incorporer le plastique dans un nouveau paradigme: La Terre Avec Du Plastique. La planète ne partage pas nos préjugés à l’encontre du plastique, le plastique vient de la Terre, elle considère probablement le plastique comme juste un autre de ses enfants. ça pourrait même être la seule raison pour laquelle la Terre a permis à notre espèce d’exister au départ: Elle voulait du plastique pour elle-même! Savait pas comment en fabriquer! Elle avait besoin de nous! ça pourrait être la réponse à l’éternel questionnement existentiel: « Pourquoi sommes-nous ici? » PLASTIQUE! Connards! Donc maintenant que le plastique est là notre travail est accompli, nous pouvons être évacués. Et je crois que le processus a déjà commencé, pas vous? Pour être honnête, la planète doit probablement nous voir comme une menace légère, un problème à gérer, et je suis sûr que la planète se défendra à la manière d’un grand organisme comme une ruche d’abeilles ou une colonie de fourmis, Elle va bien trouver quelque chose à faire. Que feriez-vous? Si vous êtiez la planète et que vous deviez vous défendre contre une espèce pénible et encombrante, voyons… Un virus! ça devrait marcher, ils semblent vulnérables aux virus. En plus, les virus sont complexes, toujours en train de muter ou de former de nouvelles souches à mesure que les vaccins se développent. Ce premier virus pourrait fonctionner de sorte à compromettre le système immunitaire de ces créatures. Un virus immuno-défensif, qui les rendrait vulnérables à toutes sortes d’autres maladies et infections, et il pourrait se répandre sexuellement, pour les rendre un peu réticents à s’engager dans l’acte de reproduction… C’est une notion poétique. Et c’est un début. Et il n’est pas interdit de rêver… La planète s’occupera des petites choses, les abeilles, les arbres, les baleines, les escargots, Je crois que nous sommes des éléments d’un autre ordre de choses, une sagesse plus grande que ce que nous pourrons jamais comprendre. Un intérêt supérieur. Appelez-le comme vous voulez. Moi je l’appelle Le Grand Electron. Le Grand Electron. Il ne punit pas, Il ne récompense pas, Il ne juge même pas. Il se contente d’être. Comme nous, pour un petit moment. Merci d’avoir été ici avec moi ce soir, pour un petit moment.

20.  MichelLN 35 | 2/06/2015 @ 19:19 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#19),

Excellent ! Dommage le petit doublon de la fin mais quel bonhomme !!!

21.  Nicias | 2/06/2015 @ 19:36 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#19),

Très bon. J’adore le passage sur le plastique.

22.  Bernnard | 2/06/2015 @ 20:19 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#19),
Très bon ! C’est bien de l’avoir édité, même si on le trouve facilement sur YouTube sous-titré.
Je rêve que ce sketch soit diffusé pendant la COP21! J’imagine les commentaires indignés qu’il suscitera.

23.  Murps | 2/06/2015 @ 21:54 Répondre à ce commentaire

J’adore le :

Vous voulez savoir comment se sent la planète?
Demandez à ces gens à Pompéi,
qui sont pétrifiés dans la cendre volcanique,

😀

De plus ce type a un discours qui est beaucoup moins « léger » que cela parait.

24.  miniTAX | 3/06/2015 @ 0:07 Répondre à ce commentaire

L’on notera que même Carlin, un sceptique devant l’éternel, a repris sans le savoir quelques gros bobards de la propagande verte, comme « l’extinction de 25 espèces par jour » (il n’y a même pas 1000 espèces végétales et animales comptées comme disparues depuis qu’on a commencé à compter le vivant il y a plus de 500 ans) ou « le plastique non biodégradable » (il y a des bactéries qui dévorent même le métal, alors le plastique…). Comme quoi, la bonne vieille tactique goebelienne adoptée par les fascistes verts du « plus le mensonge est gros, mieux ça passe » marche toujours.

25.  luc | 3/06/2015 @ 17:33 Répondre à ce commentaire

Le débat en Allemagne devrait plutôt faire sourire; il est vrai qu’il est rapporté par Le Monde

26.  luc | 3/06/2015 @ 18:00 Répondre à ce commentaire

derouvex (#16),

c’est fait depuis longtemps, cela s’appelle « L’hiver le plus chaud »

27.  luc | 3/06/2015 @ 18:05 Répondre à ce commentaire

Hug (#7),
Magnifique, Sego dit sans le dire mais en le disant tout de même que ce n’est qu’une grosse farce. Elle fait même semblant d’y croire. Un peu comme Sarko qui s’agitait à Copenhague pendant le Climategate, avant qu’Obama vienne faire un tour pour dire qu’il n’y avait pas de quoi d’exciter.

28.  Cdt Michel e.r. | 3/06/2015 @ 18:09 Répondre à ce commentaire

luc (#26),

Avec ce lien ça marche plus mieux 🙂

29.  AntonioSan | 3/06/2015 @ 18:41 Répondre à ce commentaire

Hollande bis repetita…
http://www.lefigaro.fr/flash-e.....-echec.php

« De l’accord de Paris dépendra aussi une perspective de croissance, si nous échouons ce n’est pas simplement une catastrophe sur le plan écologique, c’est pas simplement un échec sur le plan politique, c’est également une menace sur le plan économique », a dit le président lors d’un discours à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). « Nous n’aurons aucune excuse, sur le climat nous savons tout, il n’y a pas besoin d’un rapport de l’OCDE de plus (…) nous savons quel est le coût de l’inaction », a ajouté le chef de l’Etat, qui a fait d’un accord mondial contraignant pour contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C une priorité pour le diplomatie française.
« Nous avons besoins de règles, nous avons besoin de stabilité, nous avons besoin de réformes, nous avons besoin d’investissements, nous avons besoin de visibilité, eh bien un accord sur le climat permettra de répondre à l’ensemble de ces exigences », a poursuivi François Hollande.

En voila un qui sait tout sur le climat… 😉

30.  Bob | 3/06/2015 @ 19:40 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#29),

sur le climat nous savons tout

Il sait tout, comme Nhulot.
Il est très fort. Le rapport complet du GIEC fourmille d’incertitudes.

31.  AntonioSan | 3/06/2015 @ 19:54 Répondre à ce commentaire

Bob (#30), C’est pour cela qu’il est President… 😉

32.  Gilles des Landes | 4/06/2015 @ 18:20 Répondre à ce commentaire

Les candidats se bousculent ; maintenant à vélo : https://alternatiba.eu/tour2015/

Quelques explications :

Bonjour,

Le Tour Alternatiba de promotion des alternatives au changement climatique va démarrer le vendredi 5 juin.

Il s’agira de réaliser sur des quadruplettes et des triplettes – symboles tant de transition énergétique et écologique que de solidarité et d’action collective – 5 600 km de Bayonne à Paris, en traversant 6 Etats européens. (Cf : https://alternatiba.eu/tour2015/ ).

Ce sera l’une des plus importantes mobilisations citoyennes sur le climat de cette année 2015, qui verra l’important sommet international sur le changement climatique, la COP21, se tenir à Paris début décembre. Elle touchera 187 territoires différents du 5 juin au 26 septembre 2015, et passera donc également près de chez vous.

Tous les collectifs et associations locales, regroupements divers, antennes locales des organisations, mouvements, syndicats, associations nationales (hors partis politiques) sont invités à y participer et peuvent y avoir un rôle de mobilisation et une visibilité certaine.

Nous vous convions donc aujourd’hui à appeler vos membres et vos sympathisants à participer en vélo aux 5 derniers kilomètres de l’étape traversant votre territoire et à la grande fête du départ du Tour le 5 juin à Bayonne.

Vous pouvez le faire de manière unitaire avec les autres associations locales en co-signant un Appel type (en voici un exemple en pièce jointe) à envoyer à la presse de votre territoire, ainsi qu’à vos membres et sympathisants, et à publier sur votre site, blog, page Facebook, etc.

Votre participation sera mise en évidence sur la page internet consacrée aux arrivées d’étape de votre territoire. Pour cela :
– vous pouvez vous-même ajouter vos informations et votre logo sur les pages des étapes de votre territoire via ce lien https://alternatiba.eu/tour-alternatiba/5000km/
– vous pouvez aussi nous envoyez à l’adresse tourtandem@alternatiba.eu le nom de votre collectif local, un logo, éventuellement l’adresse de votre site web (ou réseaux sociaux) et les étapes concernées.

Vous pouvez participer aux rassemblements à vélos avec vos couleurs, fanions, autocollants. Une photo de groupe sera réalisée à chaque arrivée d’étape avec un.e représentant.e de chaque collectif local ayant appelé à participer à cette étape. Vous pourrez également tenir un stand avec vos publications et expositions à l’arrivée de l’étape.

Merci de votre appui et de votre participation, et à très vite !

Ensemble, nous pouvons relever le défi climatique !

Pour le Tour Alternatiba
Xabier Harlouchet

Mais où trouvent-ils l’argent pour organiser tout cela ?

33.  papijo | 4/06/2015 @ 18:46 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#32),

Mais où trouvent-ils l’argent pour organiser tout cela ?

En recherchant « Xabier Harlouchet » sur le net, on tombe sur ça: Château / Gites de France. Un château comme ça, avec 3 chambres à louer, ça ne permet certainement pas de joindre les 2 bouts, mais ça laisse des loisirs !
De quoi peuvent bien vivre les organisateurs, avant, pendant et après ce tour d’Europe ?

34.  Hug | 5/06/2015 @ 0:40 Répondre à ce commentaire

Encore une bonne candidate au climathon: François Gaill, ancienne directrice de l’institut écologie et environnement du cnrs, qui a bénéficié d’une tribune chez Libé pour envoyer du lourd.

35.  derouvex | 5/06/2015 @ 11:58 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#24),

Juste une énième mutation ratée,
rien d’autre qu’une erreur biologique avortée,
un cul-de sac dans l’histoire de l’évolution.
La planète se débarrassera de nous
comme un chien qui se secoue pour se débarasser de ses puces.
Un simple désagrément de surface.

Et ça j’aime moins, le rejet de l’humanité comme avorton de l’évolution, vouéeà disparaître bientôt, et sans regret… Le commandant Cousteau n’en était pas loin, et le furieux finlandais aussi. Bref, ce discours pue à mes délicates narines !

36.  derouvex | 5/06/2015 @ 12:04 Répondre à ce commentaire

derouvex (#35),

Si vous êtiez la planète et que vous deviez vous défendre contre une espèce pénible et encombrante, voyons… Un virus! ça devrait marcher, ils semblent vulnérables aux virus. En plus, les virus sont complexes, toujours en train de muter ou de former de nouvelles souches à mesure que les vaccins se développent. Ce premier virus pourrait fonctionner de sorte à compromettre le système immunitaire de ces créatures. Un virus immuno-défensif, qui les rendrait vulnérables à toutes sortes d’autres maladies et infections, et il pourrait se répandre sexuellement, pour les rendre un peu réticents à s’engager dans l’acte de reproduction… C’est une notion poétique. Et c’est un début. Et il n’est pas interdit de rêver…

On croirait du Philip d’Edimbourg ! Le must WWF -compatible de la nauséance ! Mais bon, il est mort, le Carlin, et au Purgatoire, il aura des cours de recyclage à l’humanisme…

37.  yvesdemars | 5/06/2015 @ 12:27 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#32),

perso je préfère les sextuplettes bon je =>

38.  jean l | 5/06/2015 @ 13:50 Répondre à ce commentaire

derouvex (#35),
Bien d’accord.

39.  luc | 7/06/2015 @ 19:57 Répondre à ce commentaire

Nous avons un concurrent de poids ici

40.  pastilleverte | 7/06/2015 @ 21:51 Répondre à ce commentaire

Un accessit d’encouragement ?
https://d6c7c221-a-62cb3a1a-s-sites.googlegroups.com/site/thibaultgajdos/climat.pdf?attachauth=ANoY7cpLTGPd3RVunbjG-71Woie88ZrrZc9O1UB8VOGpp6eAe60qwByRgi9pcqlWRLdI6IBCh5s-JfTsDfuIJCynjImLWSYbQ_v1yMVdEYi2RvYKrY2IiXdqUNZ8ydUsdLUSV2nTODW5zUFxBz4OksohRTTJsY_d0Cy-tgcxFXqb7lV1AD7Zcda4HnNh5D4S-FwG-ct9P4_SRXDnzXQiUDhKmws5j9OXtg%3D%3D&attredirects=0

En effet, un billet dans le journalderéférence ayant pour titre : Pourquoi croit-on les climatosceptiques », ne peut pas émaner d’un mauvais homme, même si, en bon économiste il trouve que les sceptiques sont sur représentés dans les médias, car
« [résultat d’un étude worlwide entre 2000 et 2010]au cours de cette période, 20% des scientifiques cités sur le RC dans les dix principaux journaux français étaient des climatosceptiques [je suppose que Claude Allègre était alors assez souvent cité ,]. Ce qui est loin de représenter le très fort consensus au sein de la communauté scientifique »
Et je vous passe l’attaque contre les « hérétiques » de l’académie des sciences, que vous pourrez lire dans le lien.
Si je comprends bien ce monsieur, on ne devrait être cité dans les journaux qu’en proportion de ce que l’on représente, quantitativement, dans la réalité (comme par exemple nos chers « verts » ???

41.  Murps | 7/06/2015 @ 23:34 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#40), en plus j’ai du mal à voir les sceptiques dans les média.

Didier Raoult, qui chronique dans « Le Pouin » peut-être ?
Vous en voyez d’autres dans la presse mainstream ?

42.  luc | 8/06/2015 @ 0:28 Répondre à ce commentaire

Et aussi la dernière de Foucart, on efface la pause, si, si! D’ailleurs c’est publié dans Science