L’Ancêtre et les Mignons Petits Hexagones

par Benoît Rittaud (alias Ben).

Suite de cet article sur la comparaison entre les prophéties prévisions projections climatiques pour la France métropolitaine du Rapport de 2014 et celles de son Ancêtre de 2005.

Parmi les points de comparaison possible entre l’Ancêtre et le Rapport, il y a la courbe de températures estivales jusqu’en 2100 selon les scénarios du pire (A2 pour l’Ancêtre et RCP8.5 pour le Rapport, ces scénarios d’émissions étant à peu près identiques). La superposition des graphes en spaghettis donne ceci :

CompTempAncRapp

Les courbes qui se comparent sont d’une part le mouvement brownien rouge (Ancêtre, page 52) et la ligne pointillée rouge du haut (Rapport, page 16), car ce sont ces deux courbes qui correspondent à ce que nous dit Météo-France (j’évite ici d’insister sur la cruelle comparaison avec WRF (ligne pointillée rouge du bas) pour ne pas froisser l’IPSL). Elles sont assez compatibles entre elles, même s’il semble que la France doit se préparer à chauffer encore plus depuis le Rapport. « It’s worse than we thought » : air connu, d’autant plus valable en la circonstance que, jusqu’au Rapport de 2014, la France ne se réchauffait plus depuis 20 ans.

Lorsqu’on en vient au détail par région, les choses se gâtent :

TmoyAncRapp

À gauche, ce que disait Météo France à l’époque de l’Ancêtre pour les températures en été à l’horizon 2070-2099 selon le scénario A2 (page 51). À droite, ce que dit Météo France (i.e. Aladin-Climat) dans le Rapport, pour le scénario équivalent RCP8.5 (page 21). Indépendamment des valeurs absolues des changements de températures (pour les comparer rigoureusement, il faudrait que les deux Mignons Petits Hexagones utilisent la même période de référence, ce qui n’est pas le cas), on constate que du point de vue qualitatif, eh bien il y a, disons… quelques divergences. Le « point chaud » de l’Ancêtre se situe dans une aire qui comprend Toulouse, Albi, Montauban et Cahors. Rien de tel dans le Rapport, qui estime quant à lui que les températures se réchaufferont surtout dans l’Est. Le texte du Rapport, qui ne manque jamais une occasion d’insister sur ce qui fait peur, précise d’ailleurs que l’augmentation irait « jusqu’à 7°C pour les régions de l’Est ».

La comparaison est possible aussi pour les vagues de chaleur, mais doit être prise avec davantage de prudence, dans la mesure où les Mignons Petits Hexagones de l’Ancêtre et du Rapport ne mesurent pas exactement la même chose. La comparaison doit être ici purement qualitative. D’abord, Météo-France. À gauche, l’Ancêtre (page 52), à droite le Rapport (Aladin-Climat, page 30) :

VaguesChMF

Du point de vue qualitatif, Aladin-Climat ne se mouille pas trop. On peut quand même se dire que la situation semble s’être… disons… uniformisée.

À présent, l’IPSL :

VaguesChIPSL

Les lignes de niveau montrent que ce n’est pas la franche entente qualitative entre les deux, le fait que Toulouse cède à Nice son titre de point chaud n’étant qu’un exemple des nombreuses divergences entre les deux.

Notons que si l’on compare les points de vue entre Météo-France et l’IPSL à l’époque de l’Ancêtre (Mignons Petits Hexagones de gauche des deux figures ci-dessus), on constate qu’en ces temps bénis, il y avait un certain accord entre les deux. L’Ancêtre, lui, était donc assez cohérent avec lui-même. Tout se perd…

Allez, un dernier pour la route : les précipitations extrêmes, toujours pour la période 2070-2099 selon le scénario Chauffe Marcel. Dans le domaine, Météo-France fait particulièrement fort (page 53 pour l’Ancêtre ici à gauche, page 36 pour le Rapport ici à droite) :

PrecipExtMF

Difficile de faire plus désaccordés d’un point de vue qualitatif : là où la version 2005 propose plus de précipitations extrêmes en allant vers le Sud et notamment le Sud-Est, c’est le contraire pour la version 2014. Les départements alpins ne savent plus où donner de la tête.

Pour l’IPSL, petite surprise :

PrecipExtIPSL

La surprise, c’est que ce n’est pas si mal. Là, on a vraiment l’impression que le Rapport de 2014 offre une précision supplémentaire dont l’Ancêtre de 2005 n’était pas encore capable. Il y a des différences, bien sûr, mais qu’on peut facilement voir comme découlant d’un simple affinage. Au vu de toutes les incohérences du reste, il ne s’agit peut-être que d’une coïncidence, mais pour ma part je vois ces derniers hexagones comme une petite raison d’espérer.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

6 Comments     Poster votre commentaire »

1.  miniTAX | 12/06/2015 @ 8:21 Répondre à ce commentaire

Ah la climatologie, une « science » où le passé est incertain (on en est à la ERSST.v4 ou la HADCRUT v5 pour la température) et où l’avenir est plein de certitude(s).

2.  Bernnard | 12/06/2015 @ 9:13 Répondre à ce commentaire

Et si les choses ne se passent pas comme prévues, il y a gros à parier que ce sera dû à un biais des mesures actuelles qu’il faudra corriger ! 😆

3.  pastilleverte | 12/06/2015 @ 10:44 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2),
OH !!! Le vilain sceptique 🙂

4.  Murps | 12/06/2015 @ 11:35 Répondre à ce commentaire

Après le « plat de spaghetti » constitué de reconstructions de dizaines de températures de labos différents sur lesquelles on en trouve pas une seule paire qui dit la même chose, voila « le patchwork clignotant » ou les cartes de prévisions climatiques successives voient leurs couleurs s’inverser comme les dels rouges d’un bordel… De la pornoclimatologie en somme.

A part ça, la science climatique progresse…

5.  Nicias | 12/06/2015 @ 12:24 Répondre à ce commentaire

Le premier graphique est assez hallucinant. On voit que la température fait des bons et chutes erratiques de 3 ou 4°C en quelques années. C'est peut-être du à à des canicules type 2003 qui deviendraient notre lot quotidien.

Et si la courbe verte est bien celle de observations, et bien à première vue, je ne vois pas de réchauffement depuis 20ans, ni même rien de significatif depuis 100ans.

Le w-e dernier, j'étais à un espèce de festival altermondialiste avec pour thème principal le climat. Je suis tombé sur un chercheur de l'IPSL (VMD devait passer le lendemain mais je ne suis pas du dimanche matin) à qui j'ai essayé de tirer les vers du nez sur la théorie de l'effet de serre. Sur la fin, une vieille dame s'est approchée pour s'inquiéter de la canicule (le temps était parfait ce jours là). Le chercheur lui a expliqué qu'il avait beaucoup plut cet hiver et que le risque était faible cette année car il y avait beaucoup d'eau à évaporer.
Elle s'est alors inquiétée de l'avenir et à mon tour je lui ait expliqué que les prévisions étaient à une augmentation des pluies d'hiver et que suivant le raisonnement du chercheur nous n'avions pas à nous inquiéter. Le chercheur a alors commencé à pinailler mais je devais partir.
J'ai pris des photos et je ferai probablement un petit reportage.

6.  misO. | 14/06/2015 @ 12:06 Répondre à ce commentaire

Ah les jolis graphes en spaghetti.
D’ordinaire, j’aime bien les pates carbonara, mais ceux de la première figure me paraissent bien trop cuits.
Le nom de la recette viendrait de celui des membres d’une société secrète à vocation politique créée au début du XIXe siècle.
Toute ressemblance etc.