Climathon, semaine 24 : socle commun de propagande

Par le jury du climathon (Benoît Rittaud, MisO, Murps & Yanarthus)

Notre bien-aimée ministre Najat Vallaud-Belkacem avait annoncé la couleur lors de sa victoire en semaine 6 : l'École de la République ne serait pas la dernière en fait de propagande climatique. Notre ministre confirme en empochant cette semaine une fort belle victoire en clôture du championnat de printemps.

Comme chaque année à cette époque, la Ministre de l’Éducation Nationale a publié la circulaire de la rentrée scolaire suivante. Avec ses 8 864 mots, l’édition 2015 est un pensum particulièrement indigeste, battant fièrement le record de 2013 (8 020 mots) et expédiant aux oubliettes le hiatus de 2014 (1 222 mots). Le recours constant aux caractères gras pour appuyer des points très importants que les enseignants devront garder à l'esprit durant chaque minute de l'année scolaire est particulièrement pénible, outre qu'il laisse penser que les profs sont vraiment des abrutis à qui il faut montrer comment lire un texte

Comme il se doit, cette circulaire parfaitement structurée comporte trois parties : I. Construire une école plus juste pour offrir à chaque élève un parcours de réussite ; II. Garantir l’égalité et développer la citoyenneté ; III. Former et accompagner les équipes éducatives et enseignantes pour la réussite des élèves (ce dernier paragraphe fera certainement ricaner tout membre des « équipes éducatives et enseignantes » concernées).

En habitué de la novlangue en usage, le jury s'est aussitôt précipité sur le chapitre II, et plus précisément son sous-paragraphe 2 intitulé « Renforcer la transmission des valeurs de la République », qui ne pouvait manquer d'aborder le sujet fondamental de notre temps. C'est le cas en conclusion dudit paragraphe (les caractères gras sont de l'original, leur utilité a déjà été expliquée plus haut) :

L'éducation au développement durable, par la prise en compte des interdépendances entre l'environnement, dont le climat et la biosphère, la société, l'économie et la culture, est généralisée dans les programmes d'enseignement et les formations, dans les projets des écoles et des établissements scolaires, en s'appuyant sur les partenariats, en particulier territoriaux. C'est dans le cadre de cette éducation transversale que notre ministère se mobilise pour l'accueil, en décembre 2015, de la conférence des Nations unies sur le changement climatique « Paris Climat 2015-COP 21 ». Dans les établissements, des débats sur le changement climatique seront organisés, notamment pendant la Semaine du climat, à partir du 5 octobre. Les établissements scolaires s'inscriront à titre individuel ou en lien avec d'autres établissements dans l'organisation d'un projet pédagogique, de simulations de négociations internationales sur le changement climatique, afin de permettre à la communauté éducative de s'approprier ces enjeux et de participer à la mobilisation citoyenne de l'école contre le changement climatique.

Il s'agit là d'une simple redite de la propagande climatique institutionnelle que notre estimée ministre avait déjà annoncée sur son blog. Elle prend toutefois un relief nouveau à l'aune du titre du paragraphe, qui est, rappelons-le, « Renforcer la transmission des valeurs de la République ». Si, si, vous avez bien lu : désormais, la bonne moralité climatique en fait partie ! Voici donc la nouvelle devise qui ornera peut-être bientôt le fronton de nos mairies :

liberté, égalité, fraternité, pas plus d'deux degrés.

Autre relief pris par cette belle pièce de bourrage de crâne : le fait que, quelques lignes plus haut, la circulaire de rentrée évoque un « parcours citoyen [visant à] reconnaître le pluralisme des opinions » et « à développer l’éducation aux médias et à l’information ». En fait, il faut sans doute comprendre qu'être bien éduqué aux médias, c'est lire les pages "Planète" du Monde chaque jour : z'ont pas été vainqueurs de la semaine dernière pour rien, ceux-là, quand même, hein !

Il est rassurant de voir que, au moment où les « équipes éducatives » sont encouragées à être autonomes, à développer des « pratiques pédagogiques différenciées », à proposer des « parcours individualisés » aux élèves, la Ministre n'oublie pas de prévenir les éventuels débordements qu'une telle liberté intellectuelle risquerait d'engendrer. Elle n'hésite donc pas, pour le bien des générations futures comme pour celui des coraux et des ours polaires, à ordonner le recours à la propagande la plus outrancière et la plus massive pour le bien de la Cause et la réussite de la reconquête de l'opinion par le Gouvernement en vue des prochaines élections de la conférence Paris Climat 2015, si absolument neutre et désintéressée qu'on n'imagine pas un seul instant les figures apolitiques que sont François Hollande ou Laurent Fabius (président de la conférence et accessoirement ministre des Affaires étrangères) tirer d'un éventuel succès de la COP21 un profit personnel quelconque en terme de prestige.

Nul doute que ces séances de bourrage de crâne débats et autres projets pédagogico-politico-climatiques, déjà mis sur les rails que l'on sait par le brillantissime Bruno Latour (qui, pour cela, a obtenu deux beaux accessits les deux dernières semaines, 22 et 23) constituent des priorités absolues sur des apprentissages obsolètes et très surfaits tels que la lecture, le calcul, ou encore le raisonnement. Rien ne saurait arrêter la « mobilisation citoyenne de l’école contre le changement climatique » qui nous mène vers de beaux lendemains qui chantent.

Les accessits de la semaine

Lorsque François Hollande a brillamment rapproché la lutte contre le dérèglement changement drame climatique de la Résistance française lors de la Seconde guerre mondiale, il ne pensait pas que, outre une indiscutable victoire en semaine 22, son idée d'instrumentaliser l'histoire ferait à ce point école. Reprise sans délai par Bruno Latour en semaine 23 (qui, lui, évoquait la Révolution), elle vient d'être réutilisée à nouveau, cette fois par Ségolène Royal, à l'occasion de la remontée de l'Hermione (le navire de La Fayette) dans les eaux du Potomac. Le Figaro, un journal assez peu connu pour servir la soupe à Ségo, ne s'est curieusement pas donné la peine de commenter plus avant ce passage qu'il nous livre :

«Nous, nous avons une planète à sauver»

Ségolène Royal, elle, parle de son émotion d'assister à l'aboutissement d'un projet qu'elle soutient «depuis 10 ans». Elle aussi appelle à méditer «la leçon de La Fayette quand il dit pourquoi pas et montre que tout est possible, que cela dépend de nous». «Cette conviction lui a permis de sauver une révolution, nous, nous avons une planète à sauver», lance-t-elle, en allusion à la mission de la France à la conférence climat de décembre.

En cette semaine 24 avait lieu la millionième conférence préparatoire très importante (ou bien était-ce une "étape cruciale" ?) qui s'est conclue par le fiasco habituel par des déclarations volontaristes qui, comme toujours, ne déboucheront sur rien de concret "achoppent hélas toujours sur la question du financement". C'était à Bonn. Libération s'y est collé pour déplorer l'impuissance des politiques et valoriser la volonté farouche, courageuse, loyale, visionnaire, désintéressée, indomptable, vaillante et sans faille des militants de base du climat. Ceux-ci n'ont pas fait le déplacement pour rien : pensez, ils avaient des pancartes déroulant la liste des catastrophes selon le nombre de degrés d'augmentation de la température globale. Et bien sûr, il s'agit d'une "aggravation exponentielle des catastrophes", un propos appuyé plus loin par une savante invocation au "non-linéaire" :

D’autant que les scientifiques ont montré que les dommages n’augmentaient pas de façon linéaire avec la hausse des températures, mais de manière exponentielle.

Cela donne donc une nouvelle fois l'occasion de faire un peu de pub (à qui la faute si l'exponentielle est partout ?).

L'article de Libération reprend complaisamment la délicieuse idée de donner des noms de climatosceptiques à des cyclones, désigne "les pays pétroliers" comme les méchants, fait une énième retape pour le dernier… comment dire… "livre" de Pascal Canfin, ainsi que celui d'Amy Dahan et Stefan Aykut… bref, de la belle ouvrage. Petite innovation : selon le "climatologue Bill Hare" interrogé par Libération, l'humanité dispose pour de bon d'un thermostat pour régler la température de la Terre. On peut même la faire baisser, apparemment :

Selon Bill Hare, «il est techniquement impossible de rester en dessous de 1,5°C. Par contre, on peut les dépasser, puis y revenir d’ici 2100». 

De quoi on s'inquiète, je vous le demande…

Le dernier accessit de la semaine est pour la CCCCCNUCCCCCC (la Convention-Cadre Collective, Collégiale et Consensuelle des Nations Unies qui Croient au Changement Climatique Catastrophique Coûteux et Casse-pieds)… heu pardon, la CCNUCC (Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques), qui vient de s'offrir ce qu'on appelle, dans le jargon propagandiste communicationnel, un "chiffre d'appel", c'est-à-dire un pourcentage bidon obtenu par une étude trafiquée de sorte à être d'emblée sûr qu'on obtiendra un bon score le résultat d'une étude très sérieuse faite dans les règles de l'art. La preuve que c'est du sérieux : il s'agissait d'une enquête d'opinion pour déterminer la proportion de "citoyens du monde" qui se sentent concernés par le sujet du terrible-climat-qui-fait-peur. Allez, le chiffre : 80%. Du béton. Pour l'obtenir, Novethic (le "média expert de l'économie responsable") nous explique la méthodologie en toute candeur :

Une centaine de participants de tous horizons, préalablement informés des enjeux, sont réunis pour une journée autour de tablées animées par des modérateurs, puis sont interrogés sur les enjeux du réchauffement et des négociations s'y rapportant.

Et dire qu'il est est quand même resté 20% de réfractaires à l'issue de l'interrogatoire du sondage…

Alerte info : mercredi a lieu, toute la journée sur MM&M, l'élection, ouverte à tous, du champion de printemps du climathon !

Les candidats sont les vainqueurs des semaines de 13 à 24. Si aucun candidat n'obtient la majorité absolue à l'issue du vote, un second tour opposera le lendemain les deux premiers. Pour préparer votre vote, ne manquez pas de réviser les réalisations de nos compétiteurs : semaine 13, semaine 14, semaine 15, semaine 16, semaine 17, semaine 18, semaine 19, semaine 20, semaine 21, semaine 22, semaine 23 (…et semaine 24, où vous vous trouvez présentement).

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

29 Comments     Poster votre commentaire »

1.  philippe | 15/06/2015 @ 8:41 Répondre à ce commentaire

Je suggère un petit accessit pour France 2 qui, en quête de reconnaissance, a fait le forcing ce week-end dans le JT de Delahousse.

2.  Cdt Michel e.r. | 15/06/2015 @ 9:40 Répondre à ce commentaire

Je propose des corrections du texte :

leur utilité a déjà expliqué plus haut —> leur utilité a déjà été expliquée plus haut

les éventuels débordement —> les éventuels débordements

C’est fait. Merci. Ben.

3.  misO. | 15/06/2015 @ 11:07 Répondre à ce commentaire

Vouloir honorer un climato-sceptique en donnant son nom à l’un des cyclones est une idée certes généreuse, mais ces phénomènes sont de plus en plus rares, et nous sommes tellement nombreux ! En retour, proposons d’attribuer à tous les sauveurs de la planète des noms de voiries bien pérennes: montée Jean Jouzel, grimpette Stéphane Foucart, escalier Sylvestre Huet, rampe Bruno Latour, impasse GIEC…

4.  Hug | 15/06/2015 @ 11:25 Répondre à ce commentaire

philippe (#1),
C’est à ce reportage que vous pensez ?

5.  Murps | 15/06/2015 @ 11:57 Répondre à ce commentaire

Je suis atterré par ces projets pédagogogiques…

Notez que parmi les « EPI » (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires » on trouve les deux thèmes imposés « Développement durable » et « sciences et société ».
Autrement dit un projet de société et une réflexion philosophique évidemment orientée vers ledit projet de société.

Mais de sciences « tout court », point…
Jugé trop élitiste ? à moins que cela amène les élèves à réfléchir ? voire à se poser des questions ?

6.  Bob | 15/06/2015 @ 12:16 Répondre à ce commentaire

liberté, égalité, fraternité, pas plus d’deux degrés.

J’adore !

7.  Bob | 15/06/2015 @ 12:20 Répondre à ce commentaire

Murps (#5),
Eh oui, « l’éducation nationale » a bien remplacé « l’instruction publique ». Aucun gouvernement de passage n’hésite à en tirer profit.
Là, c’est un peu trop voyant, c’est tout.

8.  miniTAX | 15/06/2015 @ 12:35 Répondre à ce commentaire

Le terme même « développement durable », est d’une crétinerie et d’une vanité sans nom. Car ça supposerait que ses promoteurs savent non seulement prédire le futur mais aussi prescrire ce qui serait le mieux pour la société toute entière, en leur imposant des solutions qui au mieux n’ont jamais été testées, au pire ont démontré leur stupidité et leur nocivité (par ex. les bio-carburants, la décroissance énergétique ou l’agriculture bio). C’est d’autant plus piquant qu’ils sont tous des bureaucrates qui pour l’immense majorité n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise et encore moins créé un seul projet viable et sans subvention et qu’ils ont souvent un passif de gaspilleur d’argent public qui les foutrait en tôle s’ils étaient dans le privé, cf par exemple la Ségogolène et l’affaire Mia. Ils ne sont même pas fichu de pondre du viable et ils prétendent faire du durable, ces clowns !

Le seul endroit où le « développement durable » mériterait de s’inscrire dans le cursus scolaire, c’est en philo, pour être dénoncé en tant que religion aberrante et le symptôme du fanatisme et de la déviance des gauchistes.
Si on avait des philosophes dignes de ce nom, ils auraient tous discouru sans fin sur la fatuité de cette immense hystérie collective. Seulement on n’en a plus, ou si peu, un Luc Ferry par ci, un Pascal Bruckner par là, pas plus, pendant que les autres éco-tartuffes ont les coudées franches pour bourrer le mou à nos jeunes à l’école.

9.  AntonioSan | 15/06/2015 @ 16:27 Répondre à ce commentaire

Bob (#6), +1

10.  jmr | 15/06/2015 @ 17:46 Répondre à ce commentaire

Bonnnnnn !

la circulaire de rentrée évoque un « parcours citoyen [visant à] reconnaître le pluralisme des opinions »

Bravo ! J’y vois là une incitation à se connecter dare-dare sur Skyfall, Pensée Unique, le blog de Jean-Louis Duret, et bien d’autres… et à devenir membre de l’association Climato-optimiste afin de découvrir au plus vite le pluralisme des opinions avant la lobotomie.

11.  lemiere jacques | 15/06/2015 @ 18:45 Répondre à ce commentaire

hallucinant et à la limite de foutre les jetons tant la connerie, les paradoxes, les contres sens ne semblent changer personne.

si on ajoute à cela la modeste contribution de « scientifiques militants » qui nous « prouvent » toutes les semaines des trucs qui font peur…

On a le sentiment d’un basculement dans la folie.

12.  lemiere jacques | 15/06/2015 @ 18:46 Répondre à ce commentaire

les contre sens ne semblent choquer personne..

13.  papijo | 15/06/2015 @ 21:48 Répondre à ce commentaire

jmr (#10),

la circulaire de rentrée évoque un « parcours citoyen [visant à] reconnaître le pluralisme des opinions »

Il faut reconnaitre que pour un enseignant (primaire / collège) qui cherche des sites avec des opinions écolo-alternatives, il y a un sacré vide (mais je ne suis peut-être pas bien informé !). Les climatosceptique ont manifestement omis l’endoctrinement des enfants !

Faut-il s’y mettre pour ne pas laisser le champ libre au camp adverse (ou au minimum, présenter un message « équilibré ») ?

14.  pastilleverte | 15/06/2015 @ 22:31 Répondre à ce commentaire

Décidément ça fait froid dans le dos, malgré le réchauffement climatique…
D’accord pour la nouvelle devise de la République (un degré, ça va, deux degrés, bonjour les dégâts)

15.  Gilles des Landes | 15/06/2015 @ 23:17 Répondre à ce commentaire

Et çà, vous croyez que c’est mieux ??? http://newsletter.infos-unicef.....4400003138
Nos enfants pris en otages … ceux-là mêmes que l’on dit menacés par le RC (A) ; à moins que ce ne soit par la c****rie ????

16.  the fritz | 15/06/2015 @ 23:32 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#15),
C’est horrible , tout mon entourage est ou était dans l’EDUC

17.  ck66 | 16/06/2015 @ 5:54 Répondre à ce commentaire

On est dans un schéma ubuesque où les expériences des uns ne servent pas les autres … allez demander aux allemands ce qu’ils pensent de la politique  » verdâtre  » imposée en terme d’indépendance énergétique via le tout renouvelable . A ce rythme , la décroissance leur pend au nez , d’où la création de nouvelles centrales et la réouverture d’anciennes … a charbon !!!!
Les belles rethoriques imposées a nos têtes blondes sur l’urgence de la situation , sur la démarche eco-citoyenne et sur la prise de conscience nécessaire , ne tiennent pas la route face a la réalité … mais de cela point n’est nécessaire de leur en parler . Vive la décroissance nationale , européenne et mondiale mais pour les décideurs , non a la décroissance privée et patrimoniale . Comme je me plais a le répéter , les conseilleurs ne sont jamais les payeurs .
Pour info  » eco-citoyenne  » , j’ai vu un reportage un jour sur l’Élysée … dont tous les éclairages restent allumés 24/24 h

18.  luc | 16/06/2015 @ 10:26 Répondre à ce commentaire

On a notre champion toutes catégories confondues le pape.
Il n’a trouvé que çà pour ranimer une religion moribonde? C’est pathétique!

19.  Ben | 16/06/2015 @ 10:45 Répondre à ce commentaire

luc (#18), c’est vrai qu’il a ses chances…

20.  douar | 16/06/2015 @ 10:59 Répondre à ce commentaire

luc (#18),
Non, à mon avis, au contraire, il est en train d’accélérer la chute du catholicisme, du moins en France.
Il est frappant de voir que les catholiques « sociaux » transmettent très mal leurs valeurs religieuses à leur progéniture, celle ci ne gardant que le côté social (voir C.Duflot, JM Airault…).
Sa Sainteté a d’ailleurs beaucoup plus de fans hors de l’Église. ce n’est pas pour autant qu’ils y reviendront. Les catholiques pratiquants la ferment et « voteront » avec leurs pieds.

21.  luc | 16/06/2015 @ 12:58 Répondre à ce commentaire

douar (#20),

En fait, le déclin de l’Eglise en France date des années 60 quand ils se sont mis à courir derrière la gauche sans la rattraper style Télérama, TC et autres crypto-marxistes. Maintenant, comme le marxisme n’est plus en état de nuire, il prennent une autre théorie totalitaire. L’évangile tout seul ne leur suffit pas, même au pape. C’est bien ce que j’appelais se tirer une balle dans la soutane.

Il n’y a pas grand changement depuis le moyen-âge. Il faut s’appuyer sur un pouvoir.

22.  the fritz | 16/06/2015 @ 13:20 Répondre à ce commentaire

luc (#18),

Le Vatican s’est empressé de préciser qu’il ne s’agissait pas là de la version définitive, s’efforçant de minimiser une fuite inédite pour un texte de cette importance dans l’Eglise catholique.

Comme c’est bizarre ! Comme si cette fuite n’était pas voulue pour tâter le terrain.

23.  luc | 16/06/2015 @ 14:00 Répondre à ce commentaire

the fritz (#22),

Peut-être certains cardinaux, sont-il en train d’expliquer au pape qu’il s’est trompé de métier?

24.  Ben | 16/06/2015 @ 14:46 Répondre à ce commentaire

NB : pour discuter de l’encyclique, merci à tous de vous rendre sur le fil dédié.

25.  CK66 | 17/06/2015 @ 17:32 Répondre à ce commentaire

Entendu sur les ondes ce matin , S Royal (e ? ) voudrait restreindre la consommation de … Nutella pour préserver l’environnement .
http://www.lemonde.fr/planete/....._3244.html

Elle va finir hors concours !!

26.  Marco33 | 17/06/2015 @ 17:50 Répondre à ce commentaire

CK66 (#25), Cruche un jour, cruche toujours.
Pourtant habitué à ses sorties de routes, j’en reste toujours baba!
A croire que dans la promotion Voltaire, ils sont un paquet à avoir du sniffer un truc qui leur à détruit quelques milliards de neurones.

27.  Murps | 17/06/2015 @ 19:34 Répondre à ce commentaire

Marco33 (#26), ah que oui, y-z-ont du en sniffer de la bonne, de la colombienne…
Y a vraiment de quoi se taper le fondement sur la tomette.

Dans quelques années on va se passer ce genre de vidéo comme les perles du bac. Les générations futures vont alors se dire « Avant, les humains étaient cons comme des plumeaux, maintenant on a tout compris et on est beaucoup plus lucides et futés ».

Dans le fond, notre vernis de civilisation est très mince, il craque facilement, on est pas très éloignés de l’époque ou on virevoltait avec des plumes autour d’un arbre en psalmodiant « Wololoooooo ! ».

La seule chose qui a changé, c’est la manière de le dire et… l’absence des plumes !

28.  Bernnard | 17/06/2015 @ 20:16 Répondre à ce commentaire

Murps (#27),
.

.., il craque facilement, on est pas très éloignés de l’époque ou on virevoltait avec des plumes autour d’un arbre en psalmodiant “Wololoooooo !”.

Ben oui, c’était déjà pour sauver le climat : la danse de la pluie !
Remarquez, avec la rentré du Pape sur la scène climatique, on va peut-être être invités à des prières incantatoires ! (pour une réponse éventuelle prenez le bon fil de discussion) . 😆

29.  MichelLN35 | 18/06/2015 @ 14:20 Répondre à ce commentaire

CK66 (#25),
Marco33 (#26),
Murps (#27),
Bernnard (#28),

Voir le fil info des sceptiques de ce jour MichelLN# 926 je crois. Comme disait mon père et Ségolène aussi pourrait le dire avec un humour « poitevin ».

« Riez ! Riez ! Je suis pas si bête que vous en avez l’air »