Vous cherchez les climatosceptiques ? Nous voilà !

Lettre ouverte au journal Les Échos.

par Benoît Rittaud (membre du Collectif des climato-réalistes).

Dans le numéro du 11 septembre des Échos, Yann Verdo se demande « où sont passés les climatosceptiques. » Curieusement, alors qu’il évoque les noms de Claude Allègre, Vincent Courtillot et François Gervais, il n’a pas jugé bon d’interroger l’une ou l’autre de ces personnes, et a choisi de ne donner la parole qu’à Hervé Le Treut, qui est aux climatosceptiques ce que le pape est aux athées.

Vous ne voyez pas les climatosceptiques dans les médias ? Rien de plus normal, puisqu’on ne les y invite pas ! Il y a peu, je devais participer à une émission sur une radio de Radio France pour parler d’un livre que j’ai fait paraître cette année. Horreur : en le lisant, le journaliste y a trouvé un ou deux passages climatosceptiques. Le climat est loin d’être au cœur de cet ouvrage, pourtant le verdict est tombé : désinvitation immédiate.

Ce n’est hélas pas le seul exemple du genre. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que Yann Verdo ne trouve pas les climatosceptiques. Mais qu’il se rassure : malgré le matraquage médiatique incessant qui conduit tant de journalistes à se muer en militants assumés de la Grande Cause Climatique, les climatosceptiques français existent bel et bien. Mieux : ils agissent ! Qu’il sache donc qu’un Collectif des climato-réalistes a été lancé le premier septembre, qui engrange chaque jour de nouveaux soutiens. Ce Collectif se fera un plaisir de présenter ses arguments aux Échos, ce qui permettra enfin aux lecteurs d’en connaître autre chose que des caricatures — la vieille ficelle du rapprochement avec le créationnisme étant l’une des plus grossières.

Scientifiques, ingénieurs, chefs d’entreprises, consultants, médecins, enseignants… oui, aujourd’hui des personnes de tous horizons en ont assez du bourrage de crâne climatique et commencent à y afficher leur opposition. Oui, des citoyens choisissent de ne plus avoir peur de l’omerta régnante qui tente de faire passer ceux qui doutent pour des criminels négationnistes. Oui, ô surprise, il existe des gens qui pensent par eux-mêmes, tout en se fichant pas mal de l’argent du pétrole, et qui estiment que d’autres sons de cloche seraient les bienvenus dans un débat qui a la prétention d’orienter l’avenir de notre civilisation.

La bonne question n’est pas de savoir où sont les climatosceptiques. Elle est de savoir si Les Échos auront le courage de leur donner loyalement la parole ou s’ils se contenteront de relayer servilement la communication gouvernementale pré-COP21.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

38 Comments     Poster votre commentaire »

1.  delperbe | 15/09/2015 @ 7:05 Répondre à ce commentaire

Le rival des Echos , le journal l’Opinion a donné la parole aux climato sceptiques ( voir l’excellent feuilleton de Ben cet été)
Peut être ceci explique t il cela

2.  Esteld | 15/09/2015 @ 7:59 Répondre à ce commentaire

Il est tout de même curieux que les journalistes ne s’interressent pas davantage aux commentaires des articles pro RCA . Ils sauraient ou sont les climatosceptiques.

3.  Bob | 15/09/2015 @ 10:32 Répondre à ce commentaire

Billet repris opportunément par Agoravox Mobile, avec des commentaires.

http://mobile.agoravox.fr/trib.....les-171832

4.  Zendog | 15/09/2015 @ 10:37 Répondre à ce commentaire

Et si on a la curiosité de sortir de France parce qu’après tout la France n’est pas le monde, on trouve des kyrielles de « climatosceptiques » qui en plus écrivent des bouquins lesquels ne sont jamais traduits of course.

5.  ESPOIR 37 | 15/09/2015 @ 12:04 Répondre à ce commentaire

Il va falloir par je ne sais quel moyen que les français connaissent « le collectif des climato-réalistes. A chaque fois que j’en ai l’occasion je donne à mes amis les adresses des sites mais ce n’est qu’une goutte d’eau!

6.  Nick de Cusa | 15/09/2015 @ 13:43 Répondre à ce commentaire

ESPOIR 37 (#5), Pensez au journal en ligne qui insiste sur une approche factuelle sur ce sujet :

https://www.google.com/?gfe_rd=cr&ei=3QP4VcSVEdKq8wfamY6IBA&gws_rd=ssl,cr&fg=1#q=site:contrepoints.org+climat

7.  de Rouvex | 15/09/2015 @ 14:03 Répondre à ce commentaire

Nick de Cusa (#6), Belle lettre, à diffuser largement.

8.  Araucan | 15/09/2015 @ 15:18 Répondre à ce commentaire

En voilà un autre :
https://jacqueshenry.wordpress.com/category/climat/

9.  Duramen | 15/09/2015 @ 17:14 Répondre à ce commentaire

Araucan (#8),
Si Jacques Henry n’existait pas il faudrait l’inventer. On ne peut que se régaler de l’opportunité et de la verdeur de ses billets. Je ne cesse chaque jour de me féliciter d’avoir croisé ses analyses pertinentes.
Tous mes compliments.

10.  scaletrans | 15/09/2015 @ 18:43 Répondre à ce commentaire

Araucan (#8), Duramen (#9),
Le reproche qu’on pourrait faire à Jacques Henry est de ne parler que de l’irradiance solaire, alors que les rayons cosmiques modulés par notre étoile semblent jouer un rôle important dans la couverture nuageuse et, partant, dans les variations de l’albédo.

11.  lemiere jacques | 15/09/2015 @ 20:18 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#10), pas besoin de théorie alternative .. la critique des modèles suffit…l’étrange definition de la variabilité naturelle du climat aussi.
si votre théorie alternative est fausse…alors , du point de vue du public, il s’agit d’une confirmation de la théorie en vogue…
Non, simplement les éléments de preuves de la dite théorie sont faiblards , bien flous voire insaisissables sinon infalsifiables par l’expérience.

12.  lemiere jacques | 15/09/2015 @ 20:28 Répondre à ce commentaire

c’est absurde et vain, vous allez affronter des moulins à vent au sens propre et au figuré…
il faut exiger plus d’explications sur les raisons pour lesquelles des modèles qui sont par définition faux puisse prédire l’évolution futur du climat..

Vous affrontez des gens qui ‘instrumentalisent la science.
regardez séralini… sa stratégie fonctionne très bien.. et vous vous adressez à des gens qui vous considèrent que ses travaux sont valables..

politiquement et médiatiquement , c’est foutu pour le moment ..
qui sait quelle est l’histoire de « exxon qui paye 10000 dollars « .que raconte jado?

13.  scaletrans | 15/09/2015 @ 21:40 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#11),

Justement, la réponse que fait un Jouzel… ou d’autres, est que la variation d’irradiance est trop faible pour avoir un effet (ce qui n’est pas sûr naturellement), alors que les variations de la magnétosphère et les vents solaires sont d’une autre échelle. La seule certitude est la quasi simultanéité des variations solaires et des variations climatiques.

14.  volauvent | 16/09/2015 @ 10:14 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#13),

Philippe de Larminat a utilisé la technique de l ‘identification en théorie des systèmes dynamiques qui est largement utilisée dans d’autres domaines, mais jamais par les climatologues. (qui se limitent à de simples examens de corrélation) . Cela consiste à ne faire aucune hypothèses sur la physique de l’atmosphère mais à essayer de construire un modèle à l’aide des données existantes. Il a défini 3 variables d’entrée externes au système donnant lieu à des forçages (qui, dans sa démarche, n’impliquent rien sur le plan de la physique): l’activité solaire, l’activité volcanique et l’ajout de CO2. La température est la variable de sortie. Il a ensuite sélectionné 3 ou 4 jeux de données sur chaque variable, là encore, sans à priori sur leur fiabilité. Il a identifié ensuite sa « boîte noire » en combinant ses différents jeux de données. Dans tous les cas où le modèle identifié « colle » bien avec le passé, c’est la variation de l ‘activité solaire qui est la variable de loin prépondérante.
Je n’ai pas d’avis sur ce résultat, mais le livre de P de Larminat est un des plus intéressants que j’aie eu à lire sur la question.

15.  Hug | 16/09/2015 @ 10:44 Répondre à ce commentaire

Duramen (#9),
Il faudrait l’inventer, c’est sûr…
Mais bon, il est aussi excessif, si ce n’est plus, que le sont les alarmistes du RCA. Cf. le billet suivant:
https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/09/05/rechauffement-climatique-episode-6-fraude-scientifique-par-omission-leffet-du-soleil/
Quand il dit cela:

En 2025, dans seulement dix ans, il commencera déjà à faire vraiment froid, le climat de Stockholm à Paris, et celui de Paris à Alger ou Naples, difficile à imaginer, et pourtant …

il signifie que les températures vont baisser de 4°C environ d’ici 10 ans.
Et cela :

Il n’y a donc maintenant plus aucun doute, le climat va devenir glacial et il est urgent de se préparer à ce changement climatique à l’évidence duquel il faut se rendre et sans tarder car il y a un réel danger pour l’équilibre géopolitique global. Imaginez une plaine de Beauce où on ne peut plus faire pousser de blé tendre : plus de blé, plus de pain, souvenons-nous de la famine de 1787-1788 qui fut l’un des éléments à l’origine de la révolution française ! Plus de maïs, c’est certain, les champs de maïs seront devenus un vieux souvenir, mais aussi plus de vignes en Champagne ou en Alsace, ni dans le Val de Loire ni en Bourgogne.

On peut imaginer sans peine que la quête de nourriture alimentera des conflits armés meurtriers inévitables partout dans le monde non pas motivés pour la domination de ressources minières, diamantifères ou pétrolières mais pour avoir accès à la nourriture. On ne travaillera plus que pour se nourrir tant les aliments de base seront devenus hors de prix. Des centaines de millions de personnes chercheront à se nourrir à n’importe quel prix quitte à verser dans l’anthropophagie : quand on a faim on est prêt à tout, jusqu’à occire le premier quidam venu pour lui ôter le pain de la bouche ou le manger tout cru !

L’anthropophagie, mêmes les délires réchauffistes digne du climathon n’ont pas encore été jusque là…

Donc, il est rigolo et a de bonnes idées mais il s’auto-décrédibilise aussi.

16.  jdrien | 16/09/2015 @ 11:05 Répondre à ce commentaire

volauvent (#14), +1
je conseille vivement sa lecture, bien qu’il soit payant.

17.  Araucan | 16/09/2015 @ 11:29 Répondre à ce commentaire

http://www.nss-journal.org/art.....f#G1055285

Une critique du GIEC (si, si, !)

18.  Araucan | 16/09/2015 @ 11:41 Répondre à ce commentaire

Une autre (y compris la question des modèles …)

http://www.nss-journal.org/art.....f#G1055285

19.  Bob | 16/09/2015 @ 11:55 Répondre à ce commentaire

Araucan (#18),
Mais, mais Araucan, c’est la même réf ???

20.  Bob | 16/09/2015 @ 12:01 Répondre à ce commentaire

Hug (#15),

L’anthropophagie, mêmes les délires réchauffistes digne du climathon n’ont pas encore été jusque là…

Mais si, mais si. Dès 2008. Ted Turner (CNN) a affirmé que le RCA allait provoquer le cannibalisme.

http://www.infowars.com/ted-tu.....nnibalism/
Ou :
https://www.youtube.com/watch?v=DSlB1nW4S54

21.  Araucan | 16/09/2015 @ 12:28 Répondre à ce commentaire

Bob (#19),

Oups
Voici l’ensemble de la revue
http://www.nss-journal.org/art.....tents.html

et le second article
http://www.nss-journal.org/art.....150022.pdf

Bonne lecture

22.  andqui | 16/09/2015 @ 12:33 Répondre à ce commentaire

Araucan (#17), Papier passionnant, mais surtout effrayant de bêtise, monument postmoderne. La critique du GIEC y est anecdotique. C’est de la « science sociale » à 2 balles où la connaissance est traitée comme une opinion banale, comme un élément lambda de la sphère politico-sociologique. Le RCA est considéré comme une donnée incontestable, constitutive d’une « réalité » perçue par l’environnement sociologique et politique: il y a la terre, les hommes et le RCA! Après, on se perd en conjectures socio-machin.
Je n’ai pas peur, ni du réchauffement, ni des OGM, ni des ondes, ni des nanotechnologies, ni des réfugiés( les pauvres gens!), ni de quoi que ce soit, sauf de ces fous-furieux

23.  Araucan | 16/09/2015 @ 12:35 Répondre à ce commentaire

Au passage

http://www.notre-planete.info/.....p?id=68269

24.  Tsih | 16/09/2015 @ 12:43 Répondre à ce commentaire

Duramen (#9)

Si Jacques Henry n’existait pas il faudrait l’inventer.

Navré, mais s’il y en a un qui raconte que des âneries sur le climat, c’est bien lui.

C’est pour décrédibiliser le scepticisme qu’il est au top et tout se passe comme s’il avait justement été inventé par les « réchauffistes ».

Il fait partie des imbéciles qui prétendent encore que l’effet de serre violerait la second principe de la thermodynamique.

D’ailleurs son dernier « billet » est aussi idiot et catastrophiste que les réchauffistes eux-mêmes. Pour lui on va tous geler dans 10 ans, tout ça basé sur de sa pseudoscience de cuisine.

25.  Araucan | 16/09/2015 @ 12:49 Répondre à ce commentaire

andqui (#22),

Dans le contexte actuel, la critique du RCA en lui-même dans les publis mainstream n’existent pas. C’est un fait.
Il y a quelques années, la mise en cause du GIEC, des modèles globaux n’existait pas non plus.
On peut tout rejeter en bloc ou commencer à voir une certaine dissolution du bloc.

26.  Hug | 16/09/2015 @ 13:28 Répondre à ce commentaire

Bob (#20),
Bon ça rassure, ce sont bien eux les plus extrémistes.

27.  phi | 16/09/2015 @ 13:54 Répondre à ce commentaire

Tsih (#24),
Bla, bla, bla.

Ce graphique est incompatible avec le second principe de la thermodynamique :

Avant de trouver des ânes, des imbéciles et des pataphysiciens à tous les détours, préoccupez-vous plutôt de bien comprendre le bric à brac que vous défendez.

28.  Tsih | 16/09/2015 @ 13:59 Répondre à ce commentaire

Hug (#26)

Sans doute mais ce qui est certain c’est que Jacques Henry prend simplement ses lecteurs pour des cons.

Lisez donc la publication originale sur les ouragans (et notamment sa conclusion) qui correspond à son dernier « billet » et comparez à ce qu’il en dit.

29.  ppm 451 | 16/09/2015 @ 14:53 Répondre à ce commentaire

phi (#27), Tsih (#28), Salut les gars
j’allais justement demander à Tsih de m’expliquer simplement cette histoire de second principe appliqué au réchauffement. Comme je vois que Phi n’est pas d’accord, je veux bien qu’on m’explique simplement si ma compréhension basique est la bonne : l’atmosphère jusqu’à 11.000m est plus froide que le sol, donc cette atmosphère ne peut pas avoir une action réchauffante pour le sol. j’ai bon ou faux ? car avec vos interventions, je me met à douter (en fait, c’est parce que je ne perçois pas encore bien quels sont vos présupposés, de l’un et de l’autre. Merci

30.  Tsih | 16/09/2015 @ 15:22 Répondre à ce commentaire

ppm 451 (#29)

Regardez donc autour de vous dans la rue en hiver.

Depuis que certaines vedettes impayables du climatoscepticisme ont expliqué qu’un manteau plus froid ne peut certainement pas réchauffer un corps plus chaud plus personne n’aurait l’idée d’en porter un.

Pensez-donc, cela violerait le second principe de la thermodynamique.

31.  volauvent | 16/09/2015 @ 15:24 Répondre à ce commentaire

phi (#27),
Ce graphique est incompatible avec à peu près tous les principes fondamentaux de la physique, sauf le second principe.
Ajouter ou retrancher des rayonnements comme si c’était des courants électriques, ça ne marche que dans un guide d’onde.
Le problème de ce type de schémas c’est qu’ils n’ont rien à voir avec un calcul de modèle de circulation globale, et ainsi ils génèrent des faux débats.

32.  phi | 16/09/2015 @ 15:27 Répondre à ce commentaire

ppm 451 (#29),
Que l’atmosphère soit plus froide que la surface ne l’empêche pas d’avoir un effet réchauffant tout comme l’isolation d’un bâtiment, plus froide que l’air des pièces, permet de faire des économies de chauffage.

L’isolation, comme les GES dans l’atmosphère, ne peuvent pourtant que ralentir le refroidissement, ils n’ajoutent en aucun cas de l’énergie au système. Ni l’un ni l’autre ne représentent quelque chose qui ressemble de près ou de loin à un forçage.

Le problème du schéma de Kiehl-Trenberth est que sont figurées des b-radiations au bilan comme s’il s’agissait d’un flux énergétique pouvant avoir une influence indépendante sur la surface (donc un effet qui ne serait pas simplement une réduction du flux IR sortant).

La raison de cette représentation singulière est simplement que les forçages (et les rétroactions) sont cachées dans ce flux de b-radiations.

La notion de forçage et celle de b-radiations indépendantes sont incompatibles avec le second principe parce qu’il s’agit de flux issus de sources plus froides que la cible.

33.  phi | 16/09/2015 @ 15:33 Répondre à ce commentaire

volauvent (#31),
Incompatible avec le second principe avant tout comme je viens de le rappeler.

Sinon, Tsih pédale toujours dans la semoule, il ferait mieux de se renseigner un peu sur ce qu’est la physique giecienne et sur les reproches qui lui sont adressés.

34.  Ben | 16/09/2015 @ 15:43 Répondre à ce commentaire

Aux bidulator guys : merci d’aller sur votre fil.

35.  ppm 451 | 16/09/2015 @ 16:01 Répondre à ce commentaire

Ah, j’imagine que je je viens de faire partie des bidulators’s guys (y’a un début à tout) ; désolé, j’avais pas vu que je n’étais pas dans la bonne case.

36.  Tsih | 16/09/2015 @ 16:30 Répondre à ce commentaire

ppm 451 (#35)

Que cela vous soit un avertissement.

Bidulator est un terme à la mode ici, à la fois très prisé et qui se veut particulièrement méprisant, utilisé par tous ceux qui sont très fiers de ne strictement rien vouloir comprendre à la chose.

Ne les dérangez donc plus avec ça.

37.  amike | 16/09/2015 @ 16:58 Répondre à ce commentaire

ppm 451 (#29),

l’atmosphère jusqu’à 11.000m est plus froide que le sol, donc cette atmosphère ne peut pas avoir une action réchauffante pour le sol

Moi, je dirais faux car trop imprécis. L’atmosphère à 11kms n’a pas la même densité qu’au sol, et de quelle action réchauffante parlez vous ? Infra rouge ou convection ?.

Je vais prendre un exemple plus terre à terre : Je chauffe ma maison avec un poêle de masse. Principe: je fais un gros feu qui chauffe une masse de pierre (2tonnes) pendant 2 heures, puis la masse rayonne en IR et chauffe petit à petit la pièce. L’important dans un tel système, ce sont les murs opaques qui renvoient les IR : sans eux, par exemple de grandes baies vitrées, le poêle de masse est inefficace car les IR fuiraient littéralement par la fenêtre.

Pour la Terre, on a : le chauffage de la pierre, c’est le soleil du jour qui chauffe en lumière visible ; l’arrêt du feu, c’est la nuit ; l’effet de serre, ce sont les GES qui bloque les IR et les renvoient vers l’intérieur. Et c’est là que les choses se corsent : comment sont renvoyés ces IR ?

Dans le cas des murs de ma pièce, les IR ne sont pas renvoyés comme le ferait un miroir, il faut que le mur chauffe pour que lui même génère des IR.
Dans le cas des GES, s’agit-il d’un effet miroir ou d’un échauffement des gaz qui renverrait de l’IR ?

Et encore, tout ceci n’est qu’un moindre mal. Dans la théorie réchauffiste, il faut obligatoirement un effet de domino (moins de perte de chaleur la nuit, donc plus de nuages, encore plus de nuages, encore plus de GES, etc… jusqu’à l’équivalent vénusien, en température.

38.  ppm 451 | 16/09/2015 @ 17:08 Répondre à ce commentaire

amike (#37), merci amike,

On a basculé vers « Fil info des Septiques » pour respecter les titres des sujets et leur contenus !