La Cop21 à Paris coutera-t-elle plus cher en frais d’accueil qu’elle ne collectera d’engagements verts ?

Il charge un peu la barque et il faudrait diviser son chiffre par trois ou quatre ; le ministre en charge du tourisme, M. Laurent Fabius, se rendrait alors compte que les plus 200 millions que la France investit dans cette COP sont encore moins rentables que l'investissement pour une coupe du monde de football. Ceci dit, si vous n'êtes pas d'accord avec l'article, à vos calculettes !
Nicias

Par Eric Worral

Traduction par Scaletrans

Source

Christopher Booker, l’un des sceptiques du climat les plus en vue du Royaume Uni, a écrit un brillant exposé à propos de la préparation chaotique de la conférence COP21 de Paris. Une des caractéristiques les plus saisissantes de l’exposé de Booker, est le peu d’argent que les pays ont engagé pour le fond vert de "$ 100 milliards".

Selon l’Australian Financial Review ;

A la fin de ce mois-ci 40.000 politiciens, officiels, activistes verts, lobbyistes et journalistes de 195 nations convergeront en dehors de Paris – vers le plus grand aéroport d’Europe uniquement réservés aux avions d’affaires – pour une conférence qu’ils espèrent devoir changer le monde.

Le but affiché est de s’accorder sur un traité s’engageant à une telle réduction des émissions de gaz à effet de serre que cela empêche la température terrestre d’augmenter de plus de 2 degrés Celsius par rapport au moment où le climat recommença à se réchauffer naturellement il y a deux siècles.

L’obstacle principal à un tel accord est exactement le même qu’à Kyoto en 1997, et à la dernière conférence mammouth de Copenhague en 2009, qui échoua lamentablement à renouveler Kyoto. La grande majorité des pays ont plaidé sans discontinuer que si le CO2 anthropique cause un problème, la faute en incombe à ces nations « développées » qui devinrent riches avant tous les autres en brûlant des combustibles fossiles pour alimenter leur révolution industrielle.

Il appartient par conséquent aux nations occidentales développées d’effectuer les réductions les plus drastiques, laissant les nations encore "en développement" les rattraper. Elles disent qu’elles sont prêtes à contribuer à la réduction du CO2, mais à la condition qu’elles soient payées pour le faire à la hauteur de $ 100 milliards par an provenant d’un "fond climatique vert", financé par les pays riches qui sont à l’origine du problème. "

Et qu’en est-il de ce Green Climate Fund supposé distribuer 100 milliards de dollars par an en 2020 pour aider les pays en développement à s’adapter au changement climatique? Les engagements fermes totalisent juste $ 700 millions, il reste donc à trouver 99,3 milliards de dollars.

Evidemment, 700 millions de dollars sont une somme – mais réfléchissons au coût de l’accueil du grand Jamboree climatique parisien.

40.000 politiciens et participants, hébergés pour une semaine 11 jours. Je suppose qu’ils n’iront pas vers les logements Parisiens à petit budget, et il ne fait pas de doute que les entreprenants hôteliers parisiens augmenteront leurs prix en anticipant l’afflux d’invités attendus. Donc mettons 11 nuits à 1000 dollars.

Ceci amène immédiatement notre budget pour 40.000 personnes X 11 nuits X US $1000 = $440 millions de dollars.

Naturellement, nous devons ajouter la nourriture à ce total. Je suis allé à Paris, vous pouvez obtenir quelque chose de décent dans un restaurant pour environ 40 dollars US, mais nous savons que ce genre de conférence ne pousse pas à l’économie. Nombre de délégations disposeront de provisions importantes, les pays en question cherchant à les utiliser pour favoriser leur agenda. Donc je ne pense pas qu’il soit déraisonnable de suggérer que les frais de bouche coûteront en moyenne 500 USD par jour et par personne.

Coût de la nourriture : 40.000 X 11 jours X $500 = $220 millions de dollars.

Puis naturellement, il y a le coût des transports aériens. C’est un peu plus difficile à évaluer, mais on peut raisonnablement penser que les compagnies aériennes y verront l’opportunité de faire un profit rapide avec un tel afflux de personnes, et que nombre de délégués arriveront en avions privés des point éloignés. Même si vous ne pouvez disposer de votre jet privé, si vous êtes capable d’obtenir un siège à la COP21, il est peu probable que vous voyagerez en classe économique.

Dirons-nous une moyenne de $2000/délégué pour un aller et retour à Paris ?

Coût des transports aériens : 40.000 X $2.000 = 80 millions de dollars.

Et naturellement, il y a le coût de location des limousines. Les chauffeurs de limousines, comme tout un chacun, ajouteront une prime pour leurs clients conférenciers largement pourvus.

Disons $800 / Jour / délégué

Coût des limousines : 40.000 X 11 X $800 = 352 millions de dollars.

Au final, il y a, comment les évaluerons-nous, les distractions. La France s’enorgueillit de sa liberté sociale, de l’acceptabilité sociale d’activités transactionnelles qui sont quelquefois vues d’un mauvais œil dans des pays plus stricts. Ce qui se passe à Paris doit rester à Paris – mais le coût de sorties de découvertes nocturnes individuelles fera sans aucun doute son chemin vers les comptes de divers payeurs et donateurs.

Supposons que seuls 10% des délégués décide de participer à une nuit quelconque. Je pense raisonnable de supposer qu’ils ne choisiront probablement pas l’option économique, donc tenons-nous à un prudent 1.000 dollars par nuit.

40.000 X 11 X $1000 X 10% = 44 millions de dollars.

Il y a d’autres coûts, tels que la location d’équipements pour la conférence – mais je pense que cela n’est pas énorme comparé aux autres dépenses que j’ai identifiées – disons $ 10 millions.

Coût total : $1146 millions

Quelques possibles engagements de dernière minute, par des délégations qui ont été spécialement bien lubrifiées par les services de divertissement les plus sophistiqués que Paris puisse offrir, peuvent augmenter un peu le montant des participations au fond vert. D’un autre côté, peut-être ai-je sous-estimé certains des coûts – l’excitation de toutes ces dernières nuits de négociations frénétiques pourrait amener des délégations à des excès de dépenses bien au-delà de mes estimations assez prudentes.

Et naturellement, même des engagements fermes de financements verts peuvent s’étioler, si d’autres délégations hésitent à remplir leurs engagements, ou si un changement de gouvernement amène à une réévaluation des options budgétaires.

Si vous acceptez mes paramètres de modélisation, il ne semble pas exagéré de suggérer que le coût de la procession conférence COP21 de Paris peut équivaloir ou dépasser les montants réels de tout fond vert de l’ONU.

Les dates officielles de la Conférence de Paris sont du 30 novembre au 11 décembre, c’est pourquoi les calculs de coûts ont été actualisés sur 11 jours au lieu de 7.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

37 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Nicias | 7/11/2015 @ 8:06 Répondre à ce commentaire

40000, c’est le nombre de chambres 5 étoiles en Ile de France. Si les 40000 touristes attendus pour la COP en prennent une, évidement le marché va se tendre et les prix exploser. Bon, on atend pas que des émirs pour la COP.

2.  Christial | 7/11/2015 @ 8:53 Répondre à ce commentaire

Rentable ? L investissement de Fabius est clairement pour l horizon mai 2017. Probabilité faible de réussite mais l argent ne sort pas de sa poche.

3.  Marco40 | 7/11/2015 @ 10:02 Répondre à ce commentaire

Cet article ne tient pas la route!
1000$ la nuit? Je viens de faire une simulation sur booking, pour 13 nuits dans un 4 étoiles, ça va de 3000 à 5000 euros (5370$), soit 413$ la nuit pour un grand hôtel!

Idem pour la nourriture, et encore plus ridicule pour les « limousines »!!!!
Franchement, cet article ne nous sert pas, bien au contraire…..

4.  pastilleverte | 7/11/2015 @ 10:35 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#3),
J’abonde, dans sa simplification démonstrative (?) c’est du grand n’importe quoi. On dirait Fabius (essayant de) parler « scientifique », i.e « le GIEC « montre » qu’on se dirige vers 4 à 6°C d’ici 2100″ et autres vérités mantra – doxa – psittacées.
En plus des éléments que vous citez, il est évidemment absurde de coller ces chiffres fantaisistes à la totalité des 40.000 participants.
Mais bon soyons charitable et ne divisons « que » par trois le chiffrage ci-dessus et bingo, à peine 400millions de $, soit à peine 350 millions d’€.
Une paille quoi !

5.  lemiere jacques | 7/11/2015 @ 10:39 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#3), oui je trouve que si l’idée de l’article est rigolote sur le principe , les calculs faits sont plus que douteux..

6.  Araucan | 7/11/2015 @ 10:46 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#3), Tout à fait d’accord : cela ne sert à rien de relayer ce genre de calculs foireux.

7.  Bernnard | 7/11/2015 @ 11:24 Répondre à ce commentaire

Bon ! On fera les bilans après-coup ! Ce n'est que la base des frais. Faisons du "catastrophisme" nous aussi mais alors, disons le.
Imaginez ! Un embouteillage gigantesque de la région nord parisienne pendant toute la durée de cette rigolade. Des retards énormes, des voies autoroutières dédiées, des trains bloqués (ça arrive régulièrement en temps normal dans la banlieue nord de Paris), des millions d'heures de travail perdues.
Et des impondérables comme des alertes (Avec le "climat" sécuritaire paranoïaque actuel, c'est "l'effet papillon" qui guette: une valise oubliée et… 😉 ) …
Il y a bien d'autres choses qui peuvent nous coûter, que les frais de base de l'article.  Evitons de parler des dépenses maintenant mais parlons-en aprés.

8.  yvesdemars | 7/11/2015 @ 11:39 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7),
les coûts des embouteillages supplémentaires causés par cette mascarade ne sont pas pris en compte. Supposons que 1.000.000 de parisiens perdent 1/2 heure poa jour en déplacement au tarif du SMIC cela fait à la louche 15€/h charges comprises 75 millions soit 82 M$

9.  Bass17 | 7/11/2015 @ 11:46 Répondre à ce commentaire

Pour ma part un article inutile car truffé de chiffres bidons. D’accord sur le fond, puisqu’en ces périodes de crise c’est clairement de l’argent balancé par les fenêtres, mais ridicule sur la forme. L’auteur ne sait même pas combien dure la COP !
Ce n’est pas au moment où l’on commence enfin à donner la parole à des personnes qui ne sortent pas du moule du « consensus » qu’il faut mettre en avant ce genre d’article.

10.  Nicias | 7/11/2015 @ 12:08 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7),

Bon pour moi ce dont parle l’article, ce sont des recettes pour nous. J’ai tendance à raisonner en Français. Je suis un peu vieux jeu et égoïste.

Les coûts pour nous ont parait-il été évalué à 217millions par Fabius (j’ai lu cela dans des commentaires ici, j’espère que cela comprend la mobilisation des forces de sécurité). A lire l’article, je pense qu’il faudrait retrancher les recettes (à la louche, disons 300€x11x40000=132 millions) et rajouter une somme par effet d’éviction, c’est à dire que tout un tas de touristes vont éviter la capitale pendant la COP.

Bien sur pour la société humaine en entier, il ne faut rien soustraire car tout se cumule pour faire du gaspillage.

11.  Bernnard | 7/11/2015 @ 12:37 Répondre à ce commentaire

Nicias (#10),
J’ai tendance à ne pas croire aux chiffres officiels.
Oui, si les participants paient de leurs poches.
Tout dépend si les participants sont invités par le pays organisateur avec tous les frais ou pas. Cela, on le saura peut-être après !
Il faudra bien faire le bilan bien sûr. Je ne crois pas aux chiffres de Fafa.

12.  Nicias | 7/11/2015 @ 12:51 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#8),

Si il y a une ville capable d’absorber cette convention en Europe (voir dans le monde) c’est Paris. Championne incontestée du tourisme d’affaire et championne du trafic automobile avec des l’A1, le périf ou l’A4 qui dépassent 240000 V/j. Par contre très localement, il y aura des problèmes d’engorgement.

13.  Bernnard | 7/11/2015 @ 13:11 Répondre à ce commentaire

Nicias (#12), yvesdemars (#8),
Pour ceux qui ne sont pas des habitués des conditions de circulation dans la région parisienne il y a "le site d'info Trafic" qui présente en direct la densité sur les axes routiers et autoroutiers. On pourra s'y référer pendant la COP21 pour estimer l'impact éventuel sur les engorgements.

14.  de Rouvex | 7/11/2015 @ 13:24 Répondre à ce commentaire

Certes, ces chiffres sont exagérés, l’auteur imagine Paris comme un grand lupanar de luxe, où tous les prix sont gonflés dès que les parisiens voient affluer le gogo. Mais il est évident qu’un client chasse l’autre, donc un hôtel qui a des délégués plein ses chambres n’a pas besoin de modifier ses prix, il se frotte simplement les mains de faire le plein. La phrase « des délégations qui ont été spécialement bien lubrifiées par les services de divertissement les plus sophistiqués que Paris puisse offrir » me semble le summum de la délation : imaginer que les p’tites femmes de Paris vont suffisamment bien « travailler » les délégués au corps pour qu’ils signent des gros chèques le jour d’après est une caricature assez grotesque…

15.  joaquim | 7/11/2015 @ 14:35 Répondre à ce commentaire

C’est une situation assez classique : combien faut-il dépenser d’argent pour en récupérer ? Si on veut collecter beaucoup d’argent, il va falloir commencer par en dépenser beaucoup … C’est le principe de cette grand’ messe internationale.

Le sujet est intéressant, mais il vaut mieux ne pas répondre en donnant de estimations trop fantaisistes. Par exemple, le coût des nuitée sera en moyenne bien inférieur à 1000€ ! Dans les 40 000 personnes il y a bien entendu des « chefs de services » qui logeront dans des hôtels 4 ou 5 étoiles (plutôt 500€ en moyenne que 1000€ la nuit), mais il y aura aussi des représentants des ONG et du « petit personnel » qui logera peut-être à 2 par chambre dans des 2 ou 3 étoiles fonctionnels en proche banlieue (90€ à 150€ la nuit)…
(les prix des hôtels ne s’envolent pas avec la fréquentation, ils sont fixés d’avance… Il faudrait regarder le droit de la consommation sur le sujet)
Dans les 40 000 personnes il y aura des français et des européens proches qui viendront en train 1ère mais aussi 2ème classe.
La plupart des vols seront en classe éco.
Les administrations acceptent rarement dans les notes de frais des « soirées parisiennes libertines ». Seuls quelques haut dignitaires y auront droit.
Les 40 000 personnes ne resteront pas 11 jours complets.
Le solde coût réel ne sera jamais connu.
A mon avis il faudrait diviser par 3 ou 4 le chiffre annoncé dans l’article.

Il n’en reste pas moins que ça fera du bien à l’économie de la Région parisienne, même si cela occasionne des gros inconvénients pour les franciliens.

J’espère qu’on connaitra à postériori le coût et le bénéfice (financier, pas politique !) réel pour la France, poste par poste de cette manifestation (si au moins cela pouvait rapporter un peu d’argent à la France, ce serait pas si mal !)

Sur le plan politique, nous savons d’avance que les organisateurs se féliciteront du succès de cette COP 21 . Je suis sûr que les communiqués de presse sont déjà rédigés ! La France aura une fois de plus sauvé le monde !

16.  Gilles des Landes | 7/11/2015 @ 15:05 Répondre à ce commentaire

Il me semblerait plus intéressant de dresser un bilan carbone, et surtout « pollution » (la vraie, pas celle due au CO2…) de cette triste fête…

Certes, il y aura des recettes sur Paris, de par l’hébergement, les déplacements, la bouffe (et le reste si j’ai bien compris…).

Mais les 200 millions d’euros et plus du coût de la manif, cela ne représente que 3 € par contribuable. Alors merci les contribuables d »écluser cette chose inutile et que la plupart d’entre vous applaudissent des deux mains ! (sauf les manchots, bien entendu…)

Par contre, si des décisions venaient par le plus grand des hasards à être prises, c’est certainement le contribuable français qui paiera le prix fort : puisqu’il n’y a pas assez de taxes actuellement (…), les taxes Carbone déguisées (ou non) vont exploser.

La France est classée en queue de peloton pour le niveau de rejet en CO2 ( voir billet n° 6 dans « l’Affaire climatique »http://www.affaireclimatique.fr/page5.html) grâce au nucléaire notamment, il ne faut pas l’oublier, et ce serait une erreur de plus, et une ineptie, de vouloir s’engager dans cette démarche de taxation du Carbone !
Dommage que les connards n’aient pas droit à la parole…

17.  Gilles des Landes | 7/11/2015 @ 15:06 Répondre à ce commentaire

le lien (si ça marche…) http://www.affaireclimatique.fr/page5.html

18.  Gilles des Landes | 7/11/2015 @ 15:06 Répondre à ce commentaire

yesss…

19.  Marco40 | 7/11/2015 @ 15:08 Répondre à ce commentaire

Nicias (#10), Effectivement, les coûts propres à l’organisation : location des lieux, tout le personnel lié à l’organisation (hôtesses, agents de sécurités, mobilisation de secours sur place, tout le personnel pour retransmettre les réunions, les traducteurs, etc, etc…
Et le gros paquet lié à la sécurité : réorganisation Vigipirate et plus récemment, la remise en route du contrôle aux frontières!
Combien de dizaines de réunions préparatoires?
Voilà un aperçu des coûts non mentionné en plus de ceux propres aux délégués.
de Rouvex (#14), Cet événement longtemps programmé à l’avance, a du permettre aux hôtels d’augmenter leurs tarifs : à Bordeaux, pour Vinexpo, les prix des chambres s’envolent!!

20.  Nicias | 7/11/2015 @ 16:02 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#16),

Par contre, si des décisions venaient par le plus grand des hasards à être prises,

On est plus dans les mêmes ordres de grandeur. Agir, sur une trentaine d'année avec le le "facteur 4" pour objectif, c'est juste 10000 fois plus cher.

21.  miniTAX | 7/11/2015 @ 17:39 Répondre à ce commentaire

C’est une situation assez classique : combien faut-il dépenser d’argent pour en récupérer ? Si on veut collecter beaucoup d’argent, il va falloir commencer par en dépenser beaucoup … C’est le principe de cette grand’ messe internationale.

joaquim (#15), euh non, il y a sûrement confusion ! Ce principe ne s’applique qu’à ceux qui dépensent leur propre argent (entreprise, entrepreneurs, investisseurs, parieurs…) et qui prennent des risques.
Nos parisites eux, ne s’intéressent pas ni ne sont soumis à ce genre de contingence futile du monde réel.

Quant à dire que ça ferait du bien à l’économie parisienne, cf le sophisme de la vitre brisée de Bastiat.

22.  Bernnard | 7/11/2015 @ 18:16 Répondre à ce commentaire

Je crains quand même que nous ne sachions jamais ce qu'aura coûté cette gabegie à la France et si nous en aurons un quelconque bénéfice.
Entre ce qui est pris en charge par l'ONU, ce qui est pris en charge par l'état français, ce qui sera financé par des dons de sponsors, ce qui est pris en charge par les pays d'origine des participants et les participants eux même, et les gains qu'en retireront l'état français et les entreprises françaises, il y a là de quoi manipuler les chiffres, tout dire et son contraire.
Peut-être avez-vous des chiffres concernant ces différents postes, mais c'est un brouillard que je ne vois pas se dissiper. Il y aura des gagnants et des perdants.

23.  Nicias | 7/11/2015 @ 18:49 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#22),

Déjà, si on pouvait connaitre le budget de fonctionnement du GIEC… Bon on connait sans doute son budget officiel, mais ils il y a tous ces scientifiques « volontaires » qui travaillent et se déplacent à leurs frais pour le GIEC selon les contradicteurs de Verdier (cf les décodeurs du Monde).

Comme toute dépense, ce qui est aussi important est ce que cette dépense rapporte. Le mieux que l’on peut espérer ici, c’est que ce soit un échec total.

On sait ce qui est budgété par l’Etat français, c’est 170millions selon le site officiel du gouvernement sur la COP. Pourquoi est-ce nous qui payons et pas l’ONU ? Mystère. Les premiers perdants de cette conférence, c’est bien les Français.

24.  Araucan | 7/11/2015 @ 22:35 Répondre à ce commentaire

Nicias (#23),
Ils se déplacent aux frais de leurs gouvernements… Ou aux frais des pays donateurs du GIEC, qui payent pour les pays en développement …

25.  Laurent Berthod | 7/11/2015 @ 22:36 Répondre à ce commentaire

Christial (#2),

Comme disait l’autre rigolo, ça ne coûte rien, c’est l’Etat qui paye !

26.  Laurent Berthod | 7/11/2015 @ 22:39 Répondre à ce commentaire

Nicias (#12),

Paris, championne du trafic automobile ? Vous voulez rire ! Championne des embouteillages monstres, tous les jours, pas seulement à l’occasion de la cop21demerde.

27.  JG2433 | 7/11/2015 @ 22:43 Répondre à ce commentaire

Nicias (#23),

170millions selon le site officiel du gouvernement sur la COP

Il me semble que L. Fabius a annoncé (je ne sais plus où…) une participation à hauteur de 20 % de la part des entreprises partenaires.

28.  joaquim | 7/11/2015 @ 23:09 Répondre à ce commentaire

miniTAX (#21),

J’aurais dû préciser que cette remarque était faite du point de vue de l’organisateur…
Parce que du point de vue du citoyen « collecte » se traduira par « taxation ».
Une taxation des pays les plus riches qui gênera le développement des pays les plus pauvres.
Ce sera de toutes façons une opération financière à somme négative.

29.  scaletrans | 8/11/2015 @ 2:19 Répondre à ce commentaire

Si j’arrive à passer un commentaire avec mon IP laotienne…

La Grand’Messe parisienne sera certainement un échec quand aux engagements, et il serait intéressant d’en connaître les montants exacts. Ce sera également un échec – on peut l’espérer – quant aux engagements de réduction des gaz sataniques, mais j’ai peur qu’une fois de plus, nos édiles « chauffés » par le grand-prêtre et et ses thuriféraires, ne cherchent à donner l’exemple avec l’argent des autres, je veux dire des cochons de payants.

30.  Nicias | 8/11/2015 @ 7:50 Répondre à ce commentaire

Araucan (#24),

Le Monde a accusé sans rire Verdier de mentir lorsqu’il dit que les scientifiques du GIEC sont payés par les gouvernement.

JG2433 (#27),

Oui, le texte exact du site officiel est « Le budget alloué par l’État à l’organisation et à la préparation de la COP21 est de 170 millions d’euros (avec un objectif de 15 à 20% de mécénat). « .
Ceci dit cela ne change pas grand chose. Le mécénat vient d’entreprises publiques (La poste à mon souvenir par exemple), ou l’Etat a une participation ou plus simplement dont il est un grand client. Au final, si c’est pas le contribuable, ce sera le client et il sera Français.

31.  lemiere jacques | 8/11/2015 @ 8:24 Répondre à ce commentaire

Nicias (#12), même si on raisonne sur des coûts vrais, il s’agit toujours d’argent public donc pris dans la poche de A par E pour donner à B, ce qui est moralement problématique et qui n’est éventuellement tempéré que si au final l’action est bénéfique en partie pour A et encore!!
A ce compte là je vous prends 5 euro que je donne à mon beau frère et c’est bon pour vous car vous l’auriez dépensé à acheter du pif ou de la viande rouge!!!

ensuite si on voit ça comme un « investissement  » on se retrouve toujours devant le problème que l’argent de A pris par E dépensé par B va aussi largement profiter à C si l’investissement est « valable » et sinon..de l’argent foutu en l’air..pour A qui aurait pu utiliser son argent à faire ce qui lui plait et notamment l’investir dans un projet économiquement valable….c’est dur à avaler!
Et comme on ne saura pas avant 50 ans cet argent a été bien dépensé et que ça implique que pendant les 100 ans qui viennent que les A e B et C du monde entier respectent les engagements… on peut émettre des doutes…

mais bon si A a donné à E un blanc seing …A a juste une grande confiance en E pour régler ses problèmes… rien à dire…
Si E est l’état,’ l’onu ou la ue )et A le contribuable, il existe certains éléments qui laissent à penser que E ne dépense par toujours l’argent judicieusement.

faut que le diagnostic quantitatif du giec soit juste…
faut que les politiques proposées soient acceptées par tous et pendant 100 ans…

sinon il faut mettre en regard les sous dépensés dans toutes les cop l’argent déja dépensé du fait des politiques climatiques et comparer à d’autres politiques ( voir lomborg par exemple) ..

reste que les calculs de cet article s sont trop caricaturaux…

32.  de Rouvex | 8/11/2015 @ 10:10 Répondre à ce commentaire

et on a oublié la faute dans le titre : « qu’elle ne collectera… »

33.  Nicias | 8/11/2015 @ 10:19 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#32),

Merci

34.  joaquim | 8/11/2015 @ 12:21 Répondre à ce commentaire

Je comprends qu’il y aura environ 1,4 milliards de $ (à mon avis pas mal surestimés) injectés de diverses manières dans l’économie française par les participants à la Cop 21, sans compter l’injection de 170 millions d€ de l’état français pour organiser.
Si on est un peu keynésien et optimiste, on peut se dire que c’est toujours bon à prendre, surtout l’argent des autres pays…
Cette somme est à mettre en face des montants fermement engagés par les états à ce jour : 0,7 milliard de $ pour amender le « fond vert pour le climat ».
Concernant ce fond vert…
Si j’ai bien compris il faut trouver 100 milliards $ par an à partir de 2020.
J’ai entendu notre ministre de l’économie dire qu’on a « récolté » quasiment la totalité des 100 milliards. A la lecture du sujet, je comprends qu’il s’agit de promesses et non d’engagement réels pour le premier versement ?
Pour suivre les promesses j’ai trouvé ça :
http://www.greenclimate.fund/c.....ge-tracker

Et ça :

http://www.greenclimate.fund/d.....894dad4db3

Et aussi ça pour la France :
http://www.greenclimate.fund/d.....ersion=1.0

Mais je n’y comprends rien ! Quelle est la force des promesses et des engagements ? Qu’est ce qui est compté comme engagement ou promesse -par exemple si la France subventionne des équipement industriels « écologiques » pour vendre aux pays en voie de développement, est-ce que les subventions rentrent dans les calculs de « engagements » ???

J’ai l’impression qu’on est en face d’un machin indigeste et peu transparent !

Il y a pas mal de pays qui n’ont signé aucun engagement, entre autres les USA, le Pérou (organisateur de la Cop 20), l’Indonésie, le Portugal, le Canada…

Si quelqu’un est à l’aise dans l’étude de ce type de documents…

35.  Nicias | 8/11/2015 @ 12:49 Répondre à ce commentaire

joaquim (#34),

La France essaye de réduire son déficit, donc on ne peut pas dire que les 170 millions seront financé par l’emprunt et il n’y aura pas d’effet keynésien. Pour les touristes, l’effet est a priori positif. De toutes façons avec des sommes si petite on peux rien mesurer de discernable.

Le fond vert est théoriquement abondé à hauteur de 10 milliards, étalés sur combien d’années et pour combien de temps, j’en sais rien. De ce côté aussi l’auteur force le trait, même s’il est possible qu’à l’instant t actuel (hors promesses), il n’y ai dedans que 0,7 milliard.

Les 100 milliards « récoltés » dont parle Sapin, ce n’est pas le fond vert. C’est de l’aide au développement bilatérale ou multilatérale renommée en aide à la décarbonisation. C’est une tentative de masquer l’échec total du fond vert décidé à Copenhague.

36.  joaquim | 8/11/2015 @ 14:35 Répondre à ce commentaire

Nicias (#35),

Merci de ces précisions (je me rends compte que j’ai écrit « amender » le fonds au lieu d’ « abonder »…Mes origines paysannes surement, amender c’est aussi enrichir, mais avec du fumier…)

Concernant les effets positifs décevants en particulier sur l’emploi dans le 93 du chantier de la Cop, Il y avait un article intéressant dans le figaro qui montrait que les embauches se sont reportées majoritaires sur des travailleurs étrangers détachés et que les promesses d’embauches et de sous-traitance pour la préparation du sommet ont été loin d’être tenues pour le département 93.
http://www.lefigaro.fr/emploi/.....antier.php

37.  Araucan | 8/11/2015 @ 19:14 Répondre à ce commentaire

Nicias (#30),
Ce ne sera pas la première fois qu’ils parleront sans savoir … : les programmes de recherche sont pour la plupart payés sur fonds publics surtout les modèles. Un certains nombre d’instituts sont publics et ceux qui participent aux réunions et qui contribuent ne demandent pas des congés sans solde pour leurs contributions et leurs participations…