Des chercheurs découvrent que l’activité volcanique modifie la géologie de l’ Antarctique

Par James Edward Kamis
Source
Le 10 janvier 2016, au milieu d’un déluge de fanfare médiatique mondiale, une équipe de 44 scientifiques du Département Antarctique Australien a embarqué à Hobart, Australie, pour le Plateau des Kerguelen (figure 1) situé près de l’Antarctique pour ce qui était programmé en tant Projet de Recherche sur le Réchauffement/Changement Climatique Global (Scientifiques allant sur le Point Chaud Biologique pour étudier le changement climatique dans l’Océan Austral).


James Edward Kamis
Figure 1: Carte montrant l’emplacement du plateau de Kerguelen, îles Kerguelen et l’île Heard (Fourni par AAD).

L’hypothèse de recherche était que le réchauffement global anthropique réchauffait les régions océaniques de la zone du Plateau des Kerguelen et menaçait les phoques, baleines, oiseaux, et pire que tout, faisait fondre la banquise. Ils écrivaient que ces séries de catastrophes environnementales ‘déstabilisaient l’écosystème délicat de la région’ et étaient la conséquence du réchauffement océanique d’origine humaine.

Le Plateau des Kerguelen
est une plateforme géante sous-marine avec activité volcanique, et on a récemment trouvé d’autres régions côtières de l’Antarctique présentant des volcans sous-marins actifs (voir Figure 2). Plus important, un flux chaud d’origine géologique provenant d’une importante faille est responsable de la fonte de la base de Glaciers de l’Ouest Antarctique.

Lorsque le navire et les scientifiques arrivèrent dans la zone du Plateau de Kerguelen, le volcan (Big Ben) sur Heard Island, qui est dans le voisinage immédiat, était en éruption. Les scientifiques commencèrent à immerger des sondes dans l’océan à proximité de Heard Island pour y découvrir dès les premiers jours 50 bouches hydrothermales.

La plupart des géologues savent que le Plateau des Kerguelen est une grande plateforme volcanique très active. Ce qu’ils finirent par prouver c’est que des événements géologiques naturels provoquaient tous les soi-disant réchauffements de l’océan, et non le réchauffement global. Pire encore, en arrivant à destination, les chercheurs furent confrontés à deux très puissants événements géologiques en cours : une éruption du volcan Big Ben sur Heard Island et un flux significatif d’eau de mer très chaude provenant de bouches hydrothermales actives du fond marin.

La prise de conscience que l’énergie thermique émise par ces événements géologiques jouait un rôle majeur dans le réchauffement des eaux de l’océan du Plateau de Kerguelen devait au final forcer les chercheurs à modifier leurs objectifs de recherche initiaux. Malheureusement, il y a peu d’argent pour l’étude des événements d’origine naturelle.

Topographie du fond marin a proximité de l'Antarctique
Figure 2 : Volcans sous-marins visibles sur une image sonar 3-D nouvellement découverts près des Iles Sandwich du Sud proches de l’Antarctique (image du British Atlantic Survey).

Ces facteurs montrent que les forces géologiques jouent un rôle significatif, sinon majeur, en conduisant nombre d’événements climatiques et en rapport avec le climat dans l’ensemble de la zone Antarctique tels que : variations de la température et de la chimie océaniques, variations dans la répartition de la banquise, fonte de la base des glaciers, génération d’un énorme système interconnecté d’eau douce, et par rapport à l’objectif initial de la recherche… altération de l’écosystème prétendument délicat du Plateau de Kerguelen.

Qualifier l’écosystème du Plateau des Kerguelen de « délicat » est également incorrect. En plus d’être une plateforme volcanique ancienne, les éruptions volcaniques dans cette région sont très courantes ; 1881, 1910, 1950, 1953, 1954, 1986, 1992, 1993, 2001, 2007, 2012, 2014 et 2016. Ce n’est pas un écosystème délicat, plutôt un système qui a appris à s’adapter aux millions d’années de variations intenses d’origine géologique des températures océaniques, courants et composition chimique.

Le géologue Charles Darwin comprenait assez bien comment des écosystèmes non délicats s’adaptaient à des plateaux volcaniques océaniques. Il consacra sa vie à comprendre comment fonctionnait une autre importante plateforme volcanique océanique du Globe, les Iles Galapagos. Darwin écrivit un livre sur la faculté des plantes et animaux de surface, et animaux marins à s’adapter à des conditions environnementales toujours changeantes et sévères : La Théorie de la Sélection Naturelle.

Bien que l’objectif initial du projet de recherche aux Kerguelen ait été au minimum mal formulé, d’autre volets mieux ciblés des objectifs du projet de recherche sont bien pensés et louables, particulièrement la cause possible et les liens entre les forces géologiques et les éclosions de plancton.

Les éclosions de plancton nécessitent des minéraux tels que le fer et le phosphate pour se développer. Les bouches hydrothermales émettent ces minéraux en abondance, diffusant ainsi dans les eaux de mer environnantes les bases du plancton. L’idée selon laquelle les éclosions de plancton, qui sont le principal producteur d’oxygène du Globe, soient pour une large part générées directement ou indirectement par des forces géologiques fut une des doctrines originales de la Plate Climatology Theory (7 octobre 2014). Malheureusement, ce volet de la recherche aux Kerguelen ne figure pas de manière évidente dans la promotion médiatique pré-recherche.

Tous ces ajouts à la montagne de preuves s’accumulant en permanence montrent que nombre de variations dans les événements climatiques ou liés au climat se produisant dans toute la zone Antarctique sont le fruit de forces géologiques et non d’un réchauffement global atmosphérique d’origine humaine.

Plus généralement, cette nouvelle information fait progresser l’idée que tous les écosystèmes supposés délicats sur le Globe sont en fait très robustes et tout à fait capables de s’adapter à une vaste gamme de changements environnementaux, y compris ceux d’origine géologique.

Il est clairement temps de modifier notre perception de ce qui amène notre climat à changer en introduisant un peu plus de géologie dans la sottise du réchauffement global. Diaboliser le gaz rare du dioxyde de carbone parce que des groupes d’intérêts se sont déchargés de problèmes environnementaux pour capitaliser dessus est probablement la pire sorte de science que pouvaient adopter les médias.

Note de l’auteur: Les publications de la presse media concernant les projets de recherche sur le climat sont intentionnellement fabriquées par des organes de presse majeurs pour capter l’attention du public. Sur la toile, on connaît ça sous le nom de « piège à click (click bait)». Leur métier est de vendre des publicités, pas de nous informer avec précision de tous les détails débiles concernant les objectifs du projet de recherche. Ceci étant, il est certainement vrai que les vrais scientifiques qui travaillent sur le projet de recherche sur le Plateau des Kerguelen sont dévoués, très qualifiés et de bonne foi. Les objectifs de recherche pré-mission mal formés et trompeurs ne sont pas du fait de ces gars là.

James Edward Kamis est un géologue professionnel en activité, membre de l’American Association of Petroleum Geologists de 42 ans qui a un BS et un MS (Master of Science) en géologie. Il a toujours été fasciné par la relation entre Géologie et Climat. Des années de recherches/observations l’ont convaincu que le moteur du flux de chaleur de la Terre, qui actionne les plaques tectoniques est également un important acteur du climat terrestre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

23 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Bernnard | 21/02/2016 @ 11:14 Répondre à ce commentaire

Il est clair que l’aspect « chaleur dégagé » est peu investigué dans les études scientifiques sur le volcanisme sous-marin. Quand on trouve des articles qui en parle, c’est surtout pour mettre l’accent sur le CO2 des volcans sous-marins qui se dégage en abondance, comme si le CO2 allait absorber les IR dans l’eau liquide où ceux-ci n’ont aucune durée de vie. Il n’y a pas de concentration exceptionnelle de CO2 au-dessus de l’océan lors des activités volcaniques. On oublie, ou on minore, le dégagement de chaleur qui a lieu au moment de ces turbulences tectoniques.

Les bouches hydrothermales émettent ces minéraux en abondance, diffusant ainsi dans les eaux de mer environnantes les bases du plancton.

Une vidéo était diffusée sur la 5 (bien que cette chaine soit réchauffiste) où on montrait la forme des panaches des « fumeurs noirs » .
J’ai mis l’extrait ici. Dans cette video, qui dure une cinquantaine de minutes, on avait imaginé de vider la mer de son eau. C’est pourquoi dans l’animation de l’extrait on voit les nuages.
Une étude à été entreprise à l’IPGP par un stagiaire, pour théoriser la forme de ces panaches. http://web.mit.edu/jaolive/www.....hermal.pdf

2.  testut | 21/02/2016 @ 11:34 Répondre à ce commentaire

Le titre qui est pourtant bien traduit , apparaît comme une lapalissade; mais je vais néanmoins lire l’article

3.  Scaletrans | 21/02/2016 @ 15:32 Répondre à ce commentaire

testut (#2),

Ce n’est pourtant pas évident pour tout le monde !

4.  Murps | 21/02/2016 @ 20:44 Répondre à ce commentaire

Très bien cet article.
« des écosystèmes non délicats » par contre, c’est amusant comme expression. Un oxymore en quelque sorte. Un écosystème est forcément délicat, il est même « fragile ».
C’est la base même de l’écologie.
😉

5.  Scaletrans | 21/02/2016 @ 21:59 Répondre à ce commentaire

Murps (#4),

C’est du second degré ?

6.  Murps | 22/02/2016 @ 0:46 Répondre à ce commentaire

En quelque sorte. Le terme « écosystème » sous entend « système écologique en équilibre », non ?
Comment considérez vous un écosystème « solide » ? Est-ce encore un écosystème ? et le terme « écosystème » n’est-il pas plus une description anthropomorphique d’un monde, une vision philosophique plutôt que le produit d’une raisonnement scientifique ?

7.  Bernnard | 22/02/2016 @ 1:24 Répondre à ce commentaire

Murps (#6),

système écologique en équilibre

Comme si l’état naturel d’un système écologique est l’immobilité d’un équilibre.
C’est purement un schéma de pensée à la mode dans le monde de l’écologie
Un système vivant est dynamique ! L’équilibre est une notion qui existe et qui plaît aux écolos, mais la réalité est que le changement sur la terre est la règle. À commencer par le climat. La règle est l’adaptation aux changements inévitables : ce que la nature sait faire.
C’est quoi un climat en équilibre ? La mort est un équilibre : plus rien ne bouge ! La lune est en équilibre. Pas la terre heureusement !

8.  Monmon | 22/02/2016 @ 14:50 Répondre à ce commentaire

Bernard (#`7)
Il faut bien entendu des extinctions massives pour faire la place aux nouveaux venus. L’espace laissé par l’extinction des dinosaures a sans doute permis aux mammifères qui protégeaient mieux leurs petits grâce à l’utérus, de résister et de proliférer….. sans préjuger de l’apparition de Sapiens.
Autre exemple, une forêt est un système d’accaparation capitaliste qui permet à des glands de s’approprier chacun plusieurs centaines de m2 pour plusieurs centaines d’années au dépens des herbes folles de la prairie ou des « parkings de super marchés ». Il a fallu plus de 8000 ans à Sapiens pour éliminer la forêt de chêne en région parisienne car le gland est amer!

9.  François Bastien | 22/02/2016 @ 15:07 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7),

L’écologie est bien une science, mais les gens qui s’en occupent, je ne sais pas comment les appeler: certainement pas des écologistes.

En tout cas dans leurs travaux, ils n’ont jamais trouvé de systèmes en équilibre, d’après ce que j’ai vu.

Bon, les écologistes profitent de leurs travaux, comme les astrologues de ceux des astronomes!

10.  de Rouvex | 22/02/2016 @ 15:10 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7),

La lune est en équilibre. Pas la terre heureusement !

oui, si on met de côté leur mouvement !!!

11.  de Rouvex | 22/02/2016 @ 15:10 Répondre à ce commentaire

François Bastien (#9), ils se dénomment des écologues.

12.  Murps | 22/02/2016 @ 16:26 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7), c’était le sens de mon propos.

de Rouvex (#10), le système Terre/Lune est considéré comme stable, donc si on veut, en équilibre.
Mais je ne suis pas certain qu’on puisse le considérer comme un « écosystème », le terme désigne plutôt une vision du monde relative à la description des interactions à l’intérieur d’un ensemble d’être vivants.

Terre/Lune est l’archétype du système dynamique prédictible et modélisable, celui-là même qui permettait de dire au XVIII et XIX siècle qu’on avait « tout compris » et que tout était prévisible par la théorie mécaniste.

13.  Christial | 22/02/2016 @ 17:48 Répondre à ce commentaire

François Bastien (#9),

L’écologie est bien une science, mais les gens qui s’en occupent, je ne sais pas comment les appeler: certainement pas des écologistes.

On est dans « l’écologie politique » sachant que ces 2 mots sont incompatibles si on retient l’écologie dans son sens premier de science.
La politique a phagocyté la science.

14.  Araucan | 22/02/2016 @ 22:40 Répondre à ce commentaire

L’eau de mer est structurellement carencée en sels minéraux : le fer pour la chlorophylle, N, P, K, etc…
De ce fait , toute zone où des remontées d’eaux chargées en sels minéraux est plus riche que d’autres zones moins bien pourvues. Les récifs de coraux ont également besoin de ces apports … D’où le fait que la productivité biologique d’un milieu marin dépend plus des sels minéraux utiles dans la chaîne alimentaire que de la température de l’eau … Les cadavres de baleines ou les troncs d’arbres coulés au fond des mers, deviennent des oasis de durée limitée, certes … Mais des oasis tout de même .
NB : tout dépend bien sûr, de la composition de ces apports.

15.  Gilles des Landes | 22/02/2016 @ 23:47 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#11), Je me considère comme écologue professionnellement parlant, même si je n’en ai pas la formation.

Par contre, je ne suis pas écologiste au sens de l’écologisme qui constitue une idéologie, un courant de pensée… et qui ne nécessite aucune formation !

16.  Gilles des Landes | 22/02/2016 @ 23:57 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#7), Oui mais l’Homme a quand même une responsabilité dans des dysfonctionnements.
J’étais hier sur une conférence, où un confrère a parlé de virus dont la cause n’est pas connue, chez des mammifères marins. Je peux dire que je me fous quelque part des mammifères marins ou des cartilagineux comme les requins… Mais dans la mesure où je suis quand même concerné par notre Planète (à condition que ce ne soit pas dans le cadre de sa destruction anthropique inexorable…), ces sujets m’intéressent particulièrement, d’autant plus que je connais certains des scientifiques qui les étudient et qui ne sont pas en phase avec la théorie du RCA…

17.  Sam | 24/02/2016 @ 15:37 Répondre à ce commentaire

Le point de vue des bons géologues sur l’idéologie carboclimatostrophique est souvent une bonne claque qui fait grand bien. Ne pas rater – et qui donc nous le traduira en français – la petite somme qu’est Heaven and Earth, de Ian Plimer.

18.  Pastilleverte | 2/03/2016 @ 22:54 Répondre à ce commentaire

Monmon (#8),
C’est du deuxième degré ?
Bon, je sors 🙂

19.  papijo | 8/04/2016 @ 22:51 Répondre à ce commentaire

Sur l’influence de la chaleur interne de la terre sur les calottes glaciaires (du Groënland cette fois !): http://phys.org/news/2016-04-e.....acial.html

20.  testut | 9/04/2016 @ 20:31 Répondre à ce commentaire

papijo (#19),
Vous pouvez aussi commenter ici
http://www.laterredufutur.com/.....464#p74464

21.  lemiere jacques | 10/04/2016 @ 8:22 Répondre à ce commentaire

de Rouvex (#10), et ils ne sont pas en équilibre..il y un couplage entre mouvement orbital et rotation, introduisant de la dissipation..l’équilibre n’est m^me pas possible , tiens je me demande m^me comme on bricole la géométrie d’un géoïde théorique avec les déformations de la croûte induites par les marées pour corriger le niveau de la mer

22.  papijo | 10/04/2016 @ 10:42 Répondre à ce commentaire

testut (#20),
Inutile, la discussion en cours sur ce site porte sur la même étude !

23.  Bernnard | 10/04/2016 @ 10:56 Répondre à ce commentaire

papijo (#19), testut (#20),
Un article est programmé sur ce sujet . Il paraitra bientôt.