Bulletin des climato-réalistes n° 28

À LA UNE :

–  Extension de la végétation mondiale grâce au CO2

– Faillites en cascade dans l’énergie solaire

CLIMAT 

Arrêter d’avoir peur

Invité de la tête au carré le 26 avril, le professeur Didier Raoult spécialiste des maladies infectieuses tropicales  à la faculté de médecine de Marseille, nous invite à cesser d’avoir peur à propos de la santé, de l’environnement et du climat: rafraichissant !

Green fields

Une étude publiée dans Nature Climate change le 25 avril montre une augmentation de 25 à 50 % de la zone de végétation mondiale, la fertilisation par le CO2 expliquant selon les auteurs 70% de la tendance observée. Bonne nouvelle qui nostalgiquement nous évoque la célèbre chanson des années 1960  » Greenfields ».

Pas de diminution de l’albédo de la terre sur 16 années d’observation

Une étude publiée le 4 avril dans la revue Geophysical Research Letters étudie l’évolution de l’albedo de la Terre entre 1998 et 2014. Rappelons que l’albedo mesure la part de rayonnement solaire qui est renvoyée vers l’espace et qui donc ne servira pas à chauffer la planète. Celle-ci montre des variations annuelles mais aucune tendance à la diminution sur les 16 années d’observation. Ce résultat a été obtenu à l’aide de deux télescopes; les chercheurs indiquent qu’avec huit stations robotisées ils pourraient obtenir une précision 2 – 3 fois supérieure, soit selon la journaliste Joanne Nova l’équivalent du coût de 225 000 éoliennes.

ALARMISME

2016 sera-t-elle l’année la plus chaude du siècle ?

Sempiternelle antienne : Slate.fr croit savoir que 2016 battra tous les records de chaleur : la preuve?  la NOAA  l’a annoncé et l’oracle Gavin Schmidt a twittéI estimate >99% chance of an annual record in 2016 in @NASAGISS temperature data, based on Jan-Mar alone. Les marges d’erreur étant ce qu’elles sont (+/- 0.1 degré), affirmer que le pic de température provoqué par le El Niño 2016 sera supérieur à celui provoqué par celui de 1998 (autre El Niño historique), est tout simplement malhonnête.

Le GIEC avait tout faux

« Le réchauffement climatique plus sévère que prévu à cause des nuages » titrait la presse.ca le 08 avril. Le magazine canadien se réfère à une récente étude publiée dans la revue Science selon laquelle les modèles informatiques actuels surestiment la capacité protectrice des nuages. Qu’on fait les « chercheurs » ? ils ont modifié les paramètres desdits nuages. Miracle, la sensibilité du climat passe de 4°C à 5,3°C. Quand on cherche, on trouve ! Le GIEC avait donc tout faux qui reconnaissait  que les nuages sont la principale source d’incertitude de l’effet réel des GES  comme indiqué dans son rapport de 2013 :

Low clouds contribute positive feedback in most models, but that behaviour is not well understood, nor effectively constrained by observations, so we are not confident that it is realistic. [7.2.4, 7.2.5, 7.2.6, Figures 7.9–7.11].

PROCES EN SORCELLERIE

Haro sur les incroyants aux Etats-Unis  

Selon dailysignal.com, 17 procureurs (dont 15 procureurs généraux) ont formé une coalition autoproclamée  « AGs United for Clean Power« . Lors d’une conférence de presse le 29 Mars à New York (en présence du grand inquisiteur Al Gore) le procureur général Eric Schneiderman a averti : « Le changement climatique est réel…si les entreprises «mentent» sur ses dangers elles seront poursuivies « .

Exxon : le bouc émissaire

Sur le site de Judith Curry  un article d’Andy May qui a travaillé pour Exxon de 1980 à 1985: selon lui les chercheurs d’Exxon ont publié  104 études (la plupart dans des revues à comité de lecture) et participé à tous les rapports d’évaluation du GIEC  (du 2ème au 5ème). Pas mal pour des conspirationnistes cherchant à cacher au public les turpitudes de leur employeur.

TRANSITION ENERGETIQUE

Sale temps pour le solaire

Selon le romandie.com, le Tribunal de Commerce de Séville a accordé au groupe espagnol Abengoa un délai de sept mois de répit pour se restructurer. Reculer pour mieux sauter ?

Le Wall Street Journal annonçait le 16 mars que Ivanpah la plus grande centrale solaire thermodynamique au monde était menacée de faillite. Finalement selon Le Daily Caller la centrale a obtenu un délai pour lui permettre d’atteindre ses objectifs de production. On peut avoir des doutes sur la pérennité de cette ferme solaire critiquée par ailleurs pour être à l’origine de la mort de milliers d’oiseaux comme l’affirme un expert du « Center for Biological Diversity ». Même  Libération reconnait que le solaire thermodynamique est prohibitif par rapport (notamment) au gaz naturel avec lequel le rapport de coût de 1 à 5,5.

Selon Reuters,  le groupe américain  SunEdison s’est placé jeudi sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, devenant l’une des plus grosses entreprises non financières à déposer son bilan depuis une dizaine d’années.  Selon le New York times, cette décision met fin aux ambitions de la compagnie de devenir un des leaders mondiaux des énergies renouvelables.

La France premier pays à émettre des obligations vertes

La France sera le premier pays à émettre des « obligations vertes » et va mettre en place unilatéralement un « prix plancher » pour la tonne de carbone dans la production d’électricité a déclaré le président de la République lors de la conférence environnementale. (dépêche AFP du 25 avril). De nouvelles dettes en perspective nous explique Contrepoint.

La route solaire : un magnifique coup de pub… à quel coût ?

Ségolène Royal défend le projet de lancer à grande échelle (1 000 km d’ici 5 ans) le projet de route photovoltaïque  » Wattway ». Olivier Appert, Président du Conseil Français de l’Énergie rappelle à ce propos qu’il est nécessaire de redonner au paramètre coût l’importance qu’il a trop souvent perdue.

Des effets pervers de la transition énergétique

Dans un article de connaissancesdes energies.org, Jacques Percebois Directeur du CREDEN (Centre de Recherche en Économie et Droit de l’Énergie), estime que favoriser le développement des énergies renouvelables via des prix d’achat régulés provoque de multiples effets pervers dont une surproduction à un moment où la demande d’électricité a plutôt tendance à stagner.

BÊTISIER

46ème journée de la terre nourricière

Etonnante discrétion des médias à propos de la 46ème journée de la terre. Sans doute parce que la couverture de cet événement aurait obligé à rappeler les 18 prédictions apocalyptiques (dont aucune ne s’est évidemment réalisée) à laquelle avait donné lieu en 1970 la première édition de cette journée. Seul Atlantico a eu l’honnêteté de se livrer à cet inventaire. On y relève cette prophétie de l’écologiste Kenneth Watt :

Depuis vingt ans, le monde se refroidit rapidement. Si la tendance actuelle se poursuit, le monde sera plus froid d’environ 4 degrés en moyenne d’ici à 1990, et 11 degrés d’ici à l’an 2000, soit deux fois la baisse qu’il faudrait pour nous plonger dans une nouvelle Ere glaciaire.

Convaincre les climato-sceptiques par l’humour

Le site WE Demain rapporte la tentative de youtubers qui comme Molière cherchent à « faire rire les honnêtes gens tout en faisant de leur mieux pour attaquer et corriger les vices de leur époque ». De l’humour, fortement teinté de bien-pensance comme on le voit. Al Gore rendu furieux par les négationnistes du climat australiens se livre ici  à un remarquable exercice d’humour (plusieurs « bull shit » retentissants émaillent son allocution).

Une Formule E « bleu glacier » pour le prix de Paris

Le créateur italien Lapo Elkann (petit-fils de Giovanni Agnelli) a dévoilé une F1 Electrique de couleur bleue « comme les glaciers qui fondent » nous apprend Le Point. Selon le designer, « la Formule E est un concept extrêmement intéressant, «aveniristique» (sic), qui représente le futur ». Leonardo Di Caprio est le parrain de l’écurie Venturi de Formule E, présente à Paris pour le 1er EPrix.  »

Ce bulletin a été réalisé par le Collectif des climato-réalistes.

Retrouvez-nous sur Skyfall, ainsi que sur notre page Facebook.

Pour nous contacter, cliquez ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

12 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 29/04/2016 @ 1:02 Répondre à ce commentaire

Bulletin n° 28 publié

2.  Nicias | 29/04/2016 @ 9:11 Répondre à ce commentaire

Usbek (#1),

C’est sympa d’avoir une news sur Jacques Percebois, c’est l’économiste dont je vous avais parlé lors de la dernière réunion ou j’étais présent. C’est un des seuls a comprendre un tant soit peu le fonctionnement du marché de l’électricité.

3.  amike | 29/04/2016 @ 9:40 Répondre à ce commentaire

Albedo: Logique qu’il ne baisse pas malgré les prévisions catastrophiques sur la fonte de l’Arctique :
1: les banquises des pôles par définition reçoivent moins de lumière que l’équateur
2: L’inclinaison du Pôle Nord se fait au solstice de Juin, donc au plus grand éloignement du Soleil
3: A l’inverse, l’Antarctique fond peu, et même paradoxe, cela étend sa banquise

On n’en parle sur WUWT

4.  Bernnard | 29/04/2016 @ 10:47 Répondre à ce commentaire

L’information concernant l’augmentation du verdissement de la planète ne passe pas dans les grands médias radio-visuels.
On comprend que si le gaz carbonique a des bienfaits ça va être gênant de le faire savoir. Il n’a pas de bienfaits à attendre de l’accroissement de la teneur de ce gaz dans l’atmosphère, car alors il faudrait envisager un équilibre possible entre les méfaits et les bienfaits de ce composé. Horreur, il ne peut y avoir qu’un méfait croissant (de préférence exponentiellement) et surtout pas d’équilibre ou de cycle !
Alors il faut éviter ça à tout prix !
Les contorsions que l’on voit, de-ci de-là, pour arriver à nous convaincre de la dangerosité absolue du CO2 ne duperont personne. Pour moi, c’est le début de la fin de cette fable. Le problème, c’est qu’il en restera quelque chose quand enfin, on admettra que tout cela était une « arnaque » mondiale.

5.  Christial | 29/04/2016 @ 13:17 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#4),

Mon pauvre, vous ne comprenez pas que le CO2 satanique vous tend un piège, on commence par verdir puis, une fois la proie à portée, les tentacules se referment. Armageddon, vous dis-je.

Vade retro satanas, n’oubliez pas de prier Gaïa avant votre repas vegan et de porter jour et nuit un collier de gousse d’ail bio autour du cou.

6.  yvesdemars | 29/04/2016 @ 14:27 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#4),

ce matin sur Europain N Polony a lié le verdissement non au CO2 mais au réchauffement climatique sans doute par ignorance (comment ne l’a t on pas virée pour incompétence) mais plus probablement par poliquementcorrectisme

7.  Bernnard | 29/04/2016 @ 14:43 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#6),
Oui: c’est bien connu que dans une serre de jardin, avec du CO2, les plantes poussent mieux parce qu’il y fait plus chaud (évidement à cause du CO2) CQFD ! 🙂
La biosynthèse c’est quoi ? J’opte pour l’ignorance elle aura des circonstances atténuantes.

8.  Polaris | 29/04/2016 @ 15:01 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#4),
Pourquoi on n’arrive pas à construire des émetteurs de radio et de télévision afin d’informer les foules, clandestinement s’il le faut, comme dans les années 60 ou 70 en mer du nord, pour informer et toucher un maximum de gens. Ils n’oseront pas à fermer car cela ferait trop de bruit.
Enfin ce n’est pas assuré de réussir, mais cela faudrait peut-être la peine d’essayer .

9.  Claude C | 29/04/2016 @ 16:33 Répondre à ce commentaire

Par curiosité je me suis hasardé à faire une traduction de cet article cité dans le bulletin N°28 que je souhaiterais utiliser.
N’étant pas spécialement anglophone, je vous remercie de me corriger
http://www.nature.com/nclimate.....e3004.html
Greening of the Earth and its drivers
« Le changement environnemental actuel modifie rapidement la dynamique de la végétation terrestre, avec des conséquences sur le fonctionnement de l’écosystème de la terre.
La façon dont la végétation globale en cours d’évolution répond à l’environnement n’est toutefois pas encore bien établie.
Dans notre configuration, nous avons utilisé trois satellites pour étudier à long terme l’évolution des (feuilles) et dix modèles d’écosystème pour étudier quatre indicateurs du verdissement qui ont été analysés de 1982 à 2009.
Il en ressort une augmentation de 25 à 50% de la période de végétation (verdissement), alors que moins de 4% du globe montre l’inverse (brunissement). Les simulations avec les modèles d’écosystème utilisés, suggèrent que les effets de la fertilisation induite par le CO2 expliquent 70% de la tendance au verdissement observée, suivi du dépôt d’azote (9%), puis du changement climatique (8%) et enfin, des modifications concernant l’occupation des sols (4%).
Les effets de la fertilisation induite par le CO2 expliquent la plupart des tendances au verdissement des tropiques, tandis que le changement climatique a comme conséquence le verdissement des latitudes élevées comme le plateau tibétain. L’occupation des sols a contribué au verdissement régional observé en Chine du sud-est et à l’Est des États-Unis. Les effets régionaux de certains facteurs inexpliqués suggèrent que la prochaine génération des modèles d’écosystème devra explorer les impacts consécutifs à l’évolution de la forêt ainsi que les changements intervenus régionalement dans la gestion des terres cultivées et des pâturages, ainsi que d’autres contraintes naissantes liées à la productivité comme la disponibilité en phosphore. »

10.  philippe | 29/04/2016 @ 17:40 Répondre à ce commentaire

Polaris (#8),
Aujourd’hui c’est plus facile, ça s’appelle internet.

11.  AntonioSan | 29/04/2016 @ 19:26 Répondre à ce commentaire

A lire, specialement pour ceux qui ressassent les moyennes en meteorologie…

12.  Polaris | 29/04/2016 @ 22:18 Répondre à ce commentaire

philippe (#10),
C’est vrai que c’est plus facile mais pas si efficace que la radio pour toucher un maximum de gens. Internet peut toucher seulement ceux qui veulent s’informer. La radio s’impose, surtout avec de la bonne musique.
C’est pour cela que les médias de masse sont plus présent.