Bulletin des climato-réalistes n° 30

À LA UNE :

– Une nouvelle publication de François Gervais

– Incendies en Alberta : pas de lien avec le changement climatique 

CLIMAT

Une nouvelle publication de François Gervais

François Gervais, membre du comité scientifique de l’Association des climato-réalistes, vient de publier dans la revue Earth-Science Reviews une étude intitulée « Anthropogenic CO2 warming challenged by 60-year cycle« , qui montre que le climat mondial suit des cycles d’environ 60 ans, ce qui doit conduire à revoir sensiblement à la baisse la réponse climatique transitoire (c’est-à-dire l’augmentation de température induite par un doublement de la concentration de CO2).

Les bonnes nouvelles du climat

Le dernier billet de Pensée unique de notre président d’honneur Jacques Duran nous détaille trois bonnes nouvelles qui déjouent les pronostics traditionnellement pessimistes des carbocentristes : sous l’effet du CO2 notre Terre a nettement verdi, les sécheresses et les pluies que nous connaissons ne sont pas supérieures à celles des siècles passés, et enfin les planctons qui vivent dans la partie supérieure des océans supportent sans dommages de grandes variations de température au cours de leur vie.

Stabilité du niveau de la mer au Japon depuis 1906

Contrairement aux prévisions alarmistes selon lesquelles plusieurs villes Japonaises seront bientôt englouties, l’Agence Météorologique japonaise ne relève aucune tendance à l’élévation du niveau de la mer au Japon pour la période de 1906 à 2015. La courbe montre une variabilité avec des cycles de 10 à 20 ans et un niveau de la mer maximal apparaissant vers 1950.

ALARMISME

Cinq îles des Salomon engouties par les eaux du Pacifique

Selon une étude australienne publiée dans Environmental Research Letters, cinq îles Salomon ont été submergées (sur les 33 étudiées) entre 1947 et 2014. Le Dr Simon Albert, auteur du rapport indique lui-même que l’aspect « changement climatique » a été exagéré par plusieurs médias, notamment par le Guardianqui l’a reconnu lui-même en indiquant que « Des unes ont ‘exagéré le lien entre climat et submersion d’îles du Pacifique« Le Monde, qui n’avait pas manqué de hurler avec les loups (en titrant : « Changement climatique : cinq îles des Salomon disparues sous les eaux du Pacifique ») n’a lui pas eu le courage de faire amende honorable. L’incontournable WattsUpWithThat fournit quant à lui une analyse détaillée de l’étude Australienne.

Incendie en Alberta

Les  causes de l’incendie ont fait l’objet d’une polémique au Canada. Elizabeth May, chef du Parti vert local, a ainsi lié les feux de forêt en Alberta au changement climatique. Cette hypothèse pour le moins hardie a été aussitôt rejetée par le premier ministre, Justin Trudeau, ce qui a conduit l’écologiste à revenir sur ses propos et faire cette déclaration :

Certains rapports ont suggéré que les incendies de forêt sont directement causés par le changement climatique. Aucun scientifique climatique crédible n’établit une telle relation.

Selon la courbe fournie par le service météorologique, l’évolution des températures à Fort McMurray est plate depuis 25 ans. Une étude du Groupe de Recherche en Écologie Forestière de l’Université de Montréal ne montre aucune évolution dans la fréquence des incendies depuis le réchauffement qui a suivi la fin du petit âge glaciaire. Pendant ce temps, tandis que le Figaro s’est interrogé sur le causes de l’incendie, Le Parisien a cru bon d’affirmer « un lien très probable avec le réchauffement climatique ». Et n’oublions pas Le Monde qui, dans l’un de ses exercices réguliers de prophétie climatique, nous indique que « Les experts canadiens s’attendent à une augmentation des feux de forêt et des superficies ravagées, notamment en forêt boréale, sous l’effet du réchauffement climatique« .

L’APRÈS COP21

Schizophrénie climatique

Le Monde (encore lui) rapporte que les 3 000 délégués réunis jusqu’au 26 mai à Bonn sont invités à « plonger dans le moteur », selon les termes de Christiana Figueres responsable climat de l’ONU : « La phase de négociation est derrière nous, nous entrons dans une phase de collaboration. Le monde entier est uni derrière cet engagement de Paris », a-t-elle ajouté. Pourtant, tout le monde ne semble pas disposé à mettre les mains dans le cambouis du CO2 autant que le demande l’ancienne responsable de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique. En effet, pendant cette énième parade de délégués internationaux, l’Union européenne a annoncé son intention de renoncer après 2020 au seuil de 10% d’énergie renouvelable dans les transports.

BÊTISIER

Un site de jeux en ligne propose de parier sur les conséquences du réchauffement climatique

Afin de dédramatiser l’impact de nos comportements sur la planète mais également permettre à tout un chacun de s’enrichir facilement et de surcroît de façon ludique, une société Britannique de jeux en ligne propose de parier sur les innombrables conséquences du réchauffement climatique. N’oublions pas l’avertissement traditionnel : attention, jouer à se raconter des catastrophes climatiques comporte des risques (endettement, dépendance…).

ASSOCIATION DES CLIMATO-RÉALISTES

Rejoignez-nous !

Vous aimez notre newsletter ? Vous souhaitez nous aider à diffuser le climato-réalisme dans la sphère francophone ? Rejoignez l’association, et soutenez-nous financièrement ! Pour tous les détails, cliquez ici.

Ce bulletin a été réalisé par le Collectif des climato-réalistes.

Retrouvez-nous sur Skyfall, ainsi que sur notre page Facebook.

Pour nous contacter, cliquez ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

22 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 19/05/2016 @ 8:30 Répondre à ce commentaire

Bulletin n°30 publié

2.  Roby Walrus | 19/05/2016 @ 9:18 Répondre à ce commentaire

Merci.
Les séquelles de l’affaire RICO font partie des nouvelles de la semaine ?

3.  Pastilleverte | 19/05/2016 @ 10:05 Répondre à ce commentaire

Décidément le journaldereference a une belle « tête de champion » (au moins pour ces questions, voire plus si affinités désinformatives)

4.  Sandra | 19/05/2016 @ 11:12 Répondre à ce commentaire

Ça me gonfle, ces histoires de feux de forêt toujours reliées au RCA. Certes, l’incendie de Fort McMurray est dramatique. Mais ce que les médias « oublient » de relater, c’est que le feu fait partie de la vie de la forêt et permet à certaines espèces de pins de se reproduire. Ces arbres ont besoin des incendies pour l’éclosion de leurs pignes. De plus, les feux que la foudre allume dans les zones de Wilderness participent à la régénération de la forêt et, du moment qu’aucune habitation n’est menacée, les pompiers se contentent de les surveiller sans les combattre. Après, il convient de distinguer les incendies naturels de ceux d’origine criminelle qui, eux, sont combattus. En Amérique du Nord, on rencontre facilement des gens de la rue qui nous expliquent tout ça sans avoir besoin d’être bardés de diplômes. Et en Europe, les médias sont infoutus de faire un travail correct, une fois de plus.

5.  Christial | 19/05/2016 @ 12:04 Répondre à ce commentaire

Pastilleverte (#3),
Mais c’est qu’on ne s’improvise pas champion au journal de référence.
C’est assez amusant et instructif de suivre le parcours des journalistes du Monde ayant échoué dans les domaines de l’écologie.

Je distingue la classe biberon, depuis le stagiaire anonyme et pas cher qui veut son CDI au journaliste qui s’est frayé une petite place, imprégné, s’il est sincère, dès ses plus tendres années de la cause écolo-bobo.Quand je dis biberon j’ai d’ailleurs tort, pas question d’alimenter en lait ces partisans du régime Vegan.
Exemple la sympathique Audrey Garric qui se réjouissait du licenciement de son confrère P. Verdier.

Et les vieux chevaux de retour qui ont peur du chômage et du déclassement, genre Van Eeckhout passée des causes altermondialistes à la sauvegarde de la planète, ou un Le Hir devenu par le miracle du Monde journaliste scientifique 🙂 🙂 🙂 (excusez-moi c’est nerveux) et qui ont trouvé un excellent segment de marché, articles faciles, pour la bonne cause et qui a son public au cerveau nettoyé, du sol au plafond, de tout esprit critique.

6.  testut | 19/05/2016 @ 12:57 Répondre à ce commentaire

Christial (#5),

Le Hir devenu par le miracle du Monde journaliste scientifique 🙂 🙂 🙂

Vous avez l’air bien renseigné ; alors j’ai fait un tour sur WIKI concernant le sieur Le Hir ; bientôt une huile au Monde

Biographie[modifier | modifier le code]
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Pierre Le Hir a fait des études de lettres classiques avant de commencer sa carrière de journaliste au Dauphiné libéré.

Alors laissez vous aller , votre aide est la bien venue

7.  zorglub | 19/05/2016 @ 15:32 Répondre à ce commentaire

testut (#6),

Pour être plus précis :

« Pierre Le Hir, 53 ans, est titulaire d’une maîtrise de Lettres classiques »

8.  Claude C | 19/05/2016 @ 15:34 Répondre à ce commentaire

Bravo pour la création de l’assoc…!
c’était indispensable…!
Maintenant, restent à cibler les actions à venir.
Comité scientifique = parfait, mais peut éventuellement se développer avec des courageux, tout au moins je l’espère…?
Ma question :
Quelle stratégie adopter et sous quelle forme pour contre balancer les infos récurrentes politico-médiatques orientées
Beaucoup de boulot…c’est sûr…!

9.  Nicias | 19/05/2016 @ 15:47 Répondre à ce commentaire

Sandra (#4),

Le GIEC nous dit sur les sécheresses qui sont à la source du problème :

it is not possible to attribute changes in drought frequency in North America to anthropogenic climate change

Il n’est pas possible d’attribuer les dans les fréquences des sécheresses en Amérique du Nord au réchauffement changement climatique anthropique.

Le problème de l’attribution vient delà :

Il s’agit de l’évolution constatée (en noir) des précipitations aux hautes latitudes dans l’hémisphère nord et des résultats des modèles (lignes oranges).
Les modèles reproduisent tout et n’importe quoi même s’ils sont forcés par la construction du graphique pour coller entre eux sur quelques dizaines d’années au milieu du graphique (baseline).

J’avais trouvé une reconstruction des précipitations pour la Colombie britannique. Dans sa partie nord-est, couverte de la même forêt et frontalière de la zone ou a eut lieu l’incendie, les précipitations ont doublé depuis le début du 20ème siècle.

10.  Nicias | 19/05/2016 @ 15:50 Répondre à ce commentaire

Claude C (#8),

Il faut écrire aux médias et publier ici des réponses simples et factuelles chaque fois que c’est nécessaire. Les volontaires peuvent écrire à l’association pour proposer leur aide.

11.  jG2433 | 19/05/2016 @ 20:49 Répondre à ce commentaire

Sud-Ouest avec AFP :
Le feu, toujours hors de contrôle, a franchi la ligne frontalière de la Saskatchewan, province voisine à l’Alberta
http://www.sudouest.fr/2016/05.....4-4803.php

12.  testut | 19/05/2016 @ 21:11 Répondre à ce commentaire

jG2433 (#11),
On a là un responsable tout trouvé pour le mois de mai le plus chaud depuis l’enregistrement des données

13.  Herté07 | 19/05/2016 @ 21:32 Répondre à ce commentaire

Le bêtisier me laisse songeur, le lien renvoi sur un site dont on peut lire dans l’à propos :

Voilà, il suffit juste d’être un peu curieux et de cliquer sur ce lien pour découvrir que ce site d’information scientifique publie des informations totalement fausses, voire archifausses et en plus, même pas vraies.
Qu’on se le dise une fois pour toutes : le site ScienceInfo.fr est un site parodique, satirique, anxiogène et sans gêne.
Toutes les informations exposées sont, malheureusement pour certaines et heureusement pour d’autres, inventées de toutes pièces.
Bref, tout est faux. Cela va des noms et citations attribués à des personnes imaginaires ou sociétés imaginées.
Quand aux actions et citations attribuées à des personnes existantes – ainsi que les faits les concernant – elles sont évidemment fausses et imaginées pour renforcer le caractère ubuesque des articles.
Bref, ne croyez pas tout ce que l’on vous raconte et à plus forte raison tout ce que vous lisez sur internet. Soyez vigilants … et pensez à sourire 🙂

c’était quoi l’idée?

14.  Usbek | 19/05/2016 @ 22:07 Répondre à ce commentaire

Herté07 (#13),
Bon, je conviens qu’il ne faut pas ajouter de la désinformation à la désinformation
Même si on a eu un peu d’indulgence pour ce site « parodique, satirique anxiogène et sans gêne »
Comme dans ce domaine on est jamais très loin de la théorie du complot, je conviens qu’on aurait du s’abstenir de relayer ce canular

15.  Miesbach | 20/05/2016 @ 20:11 Répondre à ce commentaire

Ou peut-on trouver la publication de François Gervais en français ?

16.  Bob | 20/05/2016 @ 23:21 Répondre à ce commentaire

Miesbach (#15),
Je ne suis pas sûr qu’il existe une version en français…il faut demander à François Gervais.

17.  Sandra | 21/05/2016 @ 21:20 Répondre à ce commentaire

Nicias (#9), Aaaaah, mais merci d’avoir communiqué de telles informations! On ne les trouve jamais nulle part et on n’arrête pas d’évoquer des sécheresses abominables – exceptionnelles – sans précédent que les dinosaures n’ont forcément jamais vécues. 🙂

18.  Gilles des Landes | 22/05/2016 @ 8:37 Répondre à ce commentaire

Piqûre de rappel sur l’imminence de la fin du monde ; on reste malgré tout en-deçà de 1°C/siècle, mais une curieuse « accélération » depuis les années 1980-1990 (exit le hiatus…).
Dans le même registre, on vient de montrer le coût du RC(A) pour l’humanité… On a montré une augmentation spectaculaire des « dégâts RC(A) » au cours des 30 derrières années (bon, j’aurais pu faire la même démo…compte tenu de l’accroissement de la population, des biens, de l’urbanisation…).
Marrant, ces études qui surgissent de temps à autres, et qui sont totalement incontestées ! (et incontestables d’après certains…).

19.  testut | 22/05/2016 @ 9:50 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#18),
Dans le même registre

Climat: un glacier géant menace de surélever encore le niveau des mers

AFP le 19 mai 2016

Le niveau des océans pourrait gagner au moins deux mètres avec la seule fonte d’un glacier géant de l’est de l’Antarctique, dont les scientifiques ont découvert l’instabilité croissante sous l’effet du réchauffement climatique. Jusqu’ici les chercheurs se préoccupaient surtout du recul des calottes du Groënland et de l’ouest de l’Antarctique, mais une étude parue jeudi dans Nature pointe une 3e source de menace pour les centaines de millions d’humains vivant en zones côtières.

Mais c’est comme pour la pub, il faut le répéter souvent
on nous la sert tous les ans

Citer:

L’Antarctique de l’Est plus vulnérable que prévu – global-climat
https://global-climat.com/2015/03/17/la … que-prevu/
17 mars 2015 – Selon l’étude publiée dans la revue Nature Geoscience le 16 Mars, la fonte du glacier Totten pourrait avoir des répercussions mondiales parce …
Antarctique: Fonte préoccupante du glacier Totten | GRANDES …
http://www.grandesterresbio.com/?p=5943
9 févr. 2015 – Le glacier Totten, qui fait 120 kilomètres de long sur plus de 30 km de large, était jusque là considéré comme étant situé dans une zone …

20.  Araucan | 22/05/2016 @ 13:14 Répondre à ce commentaire

testut (#19),
Dans votre 1er lien, on y apprend que l’ouest de Antaectique fond à cause de l’eau chaude profonde circumpolaire : mais chaude de combien de dégrés, et pourquoi chaude ?
Ensuite spéculations.

21.  testut | 22/05/2016 @ 13:39 Répondre à ce commentaire

Araucan (#20),
Vous lisez encore ce genre d’article ? 😉 Moi je m’arrête au titre 🙂

22.  Araucan | 22/05/2016 @ 14:29 Répondre à ce commentaire

testut (#21),
C’est la preuve qu’il est utile de parfois de regarder en détail.
Mais bon tout le monde connaît des phases de saturation.