Bulletin des climato-réalistes n° 40

À LA UNE :

– Anne Hidalgo invoque l' »urgence climatique » pour imposer la piétonnisation de la voie sur berge rive droite, à Paris

– Cécile Duflot souhaite constitutionnaliser l’impératif climatique

CLIMAT

Rapport annuel sur l’état du climat de L’American Meteorogical Society

L’American Meteorogical Society a publié le 2 août son rapport annuel sur l’état du climat. « Sombre portrait de la Terre que nous donne ce rapport« , commente Le Monde qui ne mentionne que discrètement l’épisode El Niño de 2015, un des plus forts observés depuis cinquante ans (il n’aurait, selon Le Monde, fait qu' »exacerber » la tendance au réchauffement global). Gageons que le refroidissement induit par La Niña  attendue dès l’automne 2016 (avec une probabilité estimée à 55-60% par la NOAA) sera attribué à la variabilité naturelle du climat.

États Unis : incendies et inondations relancent le débat sur le réchauffement

« Ces catastrophes seraient-elles les premières conséquences du tant redouté changement climatique ? » s’interroge avec effroi La Tribune, qui s’empresse de conclure : « les preuves du lien entre catastrophes et réchauffement planétaire étant insuffisantes – mais l’absence de preuve ne prouve pas l’absence de lien ». Les astrologues, numérologues et autres pyramidologues sont d’accord.

Pour France info, la cause est entendue : « le réchauffement climatique est le facteur déterminant des incendies en Californie. » Ces événements sont évidemment qualifiés de sans précédent : nulle mention dans la presse de la crue du Mississippi de 1927 qui fut l’inondation la plus catastrophique de l’histoire des États-Unis. Nulle mention non plus du fait que la NOAA  attribue la sécheresse de Californie à des causes naturelles, comme le rappelle un article du blog elogedelacomplexite.

Pourtant, les États-Unis n’ont pas connu d’ouragan majeur depuis 11 ans

Alors que depuis 1851, un ouragan frappe les Etats-Unis environ tous les deux ans, « cette décennie de calme météorologique fait figure de record absolu » admet Atlantico qui s’empresse d’ajouter que « cette absence d’ouragan ne doit pas laisser penser que le réchauffement climatique n’est plus une menace » et que « le retour de bâton pourrait s’en trouver d’autant plus violent« . Roy Spencer titre, dans un article du 8 août : « atteindrons nous 4000 jours sans qu’un cyclone majeur n’ait frappé les Etats Unis ? ».

Sylvestre Huet et Stéphane Foucart sortent du bois

Sylvestre Huet réaffirme dans son blog {sciences²} (désormais hébergé par Le Monde) que « La poussée de fièvre planétaire… s’explique pour l’essentiel par l’intensification de l’effet de serre ». Quant à Stéphane Foucart, il évoque dans Le Monde la chimère du 1,5 °C : « Sauf à imaginer l’émergence rapide et inattendue d’un gouvernement mondial totalitaire d’obédience écologiste, on comprend que cette fameuse cible de 1,5 °C tient au mieux du rêve, au pire de l’aimable supercherie ». Stéphane Foucart souhaite t-il l’émergence de ce « gouvernement mondial totalitaire » ? Au vu de la tournure de sa phrase, le doute est permis.

ÉLECTION PRESIDENTIELLE

Cécile Duflot souhaite constitutionnaliser l’impératif climatique

Libération a publié la lettre de candidature à la présidentielle de Cécile Duflot. On y lit la profession de fois suivante :

Je plaide pour que l’impératif climatique soit rendu constitutionnel et que notre république devienne une république écologique, digne des questions soulevées par l’anthropocène. Voila le cap. Je défends l’idée d’une France 100% renouvelable qui sorte enfin de l’hiver nucléaire.

« Cécile Duflot à l’Élysée, le climato scepticisme deviendrait contraire à la Constitution, ce qui donnerait peut-être les armes juridiques pour embastiller les récalcitrants » commente Benoît Rittaud sur son blog.

Benoît Hamon : code du travail et dérèglement climatique, même combat

Dans un style carrément amphigourique, Benoît Hamon nous fait connaître sa vision dans Le Figaro : « Notre modèle de développement est à bout de souffle. Est-ce que vous vous rendez compte de ce qu’on est prêt à sacrifier pour courir après un demi point de croissance? Le Code du travail, des milliards d’argent public, une remise en cause de notre environnement qui, objectivement, se traduit par un dérèglement climatique… C’est devenu totalement insoutenable« .

Arnaud Montebourg : climat ou nucléaire, il faut choisir

Arnaud Montebourg, lui aussi candidat à la candidature à la présidentielle de 2017, avait fait connaître  sa position sur les ondes de France Inter dès le mois de juin : « L’urgence c’est le dérèglement et le réchauffement climatique… On ne peut pas avoir deux fronts, le réchauffement climatique et le nucléaire (…) faire les deux c’est irréaliste ».

BÊTISIER

6% pendant 5 ans d’augmentation, ça fait 30% d’augmentation !

Le gag est ancien, mais le sujet reste d’actualité, et je ne peux m’empêcher de l’exhumer pour ceux auxquels il aurait échappé : Jean-Paul Chapel du service économique de France 2 a prononcé lors du Journal Télévisé du 19 Février 2013 cette phrase inoubliable, digne d’un économiste de haut vol :

pas besoin d’avoir fait polytechnique pour comprendre que 6% d’augmentation de sa facture d’électricité pendant 5 ans, ça fait 30% d’augmentation.

Le réchauffement de la planète menace la santé, voire la vie des sportifs !

Sans rire, La Tribune nous rapporte une étude coordonnée par l’ONG brésilienne Observatorio do Clima, selon laquelle « une augmentation de la température de 10°F (environ 5°C) « coûte » deux minutes lors des marathons ».

Mais comment ont fait les athlètes Ethiopiens  depuis tant d’années ?

Faut-il faire des enfants en période de réchauffement climatique?

Devant un public de plusieurs dizaines d’étudiants, le philosophe Travis Rieder  (Berman Institute of Bioethics, Université de Baltimore) a essayé de convaincre son auditoire de ne pas faire d’enfants, ou du moins pas trop : « c’est un devoir moral envers les générations futures qui vivront au milieu de la dévastation climatique » a t-il indiqué. Allez savoir pourquoi revient en mémoire cette pensée d’Arnold Toynbee : « Les civilisations meurent par suicide, non par meurtre« .

Voie sur berge à Paris : Anne Hidalgo ne suivra pas l’avis défavorable de la commission d’enquête publique

La mairie de Paris a annoncé qu’elle ne suivrait pas l’avis défavorable la commission d’enquête publique sur la piétonnisation des voies sur berge rive droite à Paris. Motif invoqué par la maire, Anne Hidalgo : «ces motivations [de la commission] résonnent comme un déni complet de l’urgence climatique» a t-elle déclaré, précisant qu’elle convoquera «début septembre une conférence destinée à faire prévaloir, malgré tous ceux qui cherchent à le détisser, l’application intégrale de l’accord de Paris sur le climat».

REJOIGNEZ L’ASSOCIATION !

Vous aimez notre bulletin ? Vous souhaitez nous aider à diffuser le climato-réalisme dans la sphère francophone ? Rejoignez l’association et soutenez-nous !

Ce bulletin a été réalisé par les climato-réalistes.

Retrouvez-nous sur Skyfall, ainsi que sur notre page Facebook.

Pour nous contacter, cliquez ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

70 Comments     Poster votre commentaire »

51.  JC | 28/08/2016 @ 11:01 Répondre à ce commentaire

Amike : si on souffre de la chaleur en été dans son logement, il est fort probable qu’on y soufrerait également beaucoup en hiver sans pousser le chauffage.

Tu veux sans doute dire que c’est la mauvaise isolation du logement qui induit la forte chaleur dans un appart ?
Je crois que ce n’est pas toujours vrai : mon appart est très bien isolé : ça marche très bien l’hiver : mon appart garde très bien la chaleur. Par contre en cas de forte chaleur l’été : les principaux murs de mon appart sont chauffés directement de midi au coucher du soleil, je peux te dire que la chaleur s’accumule et rentre et si la soirée n’est pas fraiche pour contrecarrer cet effet, à l’intérieur c’est très chaud et l’isolation permet de bien garder cette chaleur. Donc tu vois, ce n’est pas aussi simple.

52.  micfa | 28/08/2016 @ 11:25 Répondre à ce commentaire

JC (#48), C’est là qu’il faut que je me sauve alors à la prochaine canicule.
Je vous recevrai avec plaisir devant une bonne bière au risque de libérer quelques bulles de CO2 dans l’air et de faire monter le taux. Vous serez mon premier réfugié climatique.

53.  papijo | 28/08/2016 @ 17:36 Répondre à ce commentaire

JC (#51),
Parmi les points à surveiller: les volets (extérieurs) fermés, l’isolation des portes (pas seulement des murs), la température du « sol » devant l’appartement (en général bitume ou béton en ville, donc forte accumulation de chaleur en soirée – dans l’idéal, il faudrait le conserver à l’ombre ou mouillé en permanence)

54.  tsih | 28/08/2016 @ 18:40 Répondre à ce commentaire

papijo (#53),

(en général bitume ou béton en ville, donc forte accumulation de chaleur en soirée – dans l’idéal, il faudrait le conserver à l’ombre ou mouillé en permanence)

Encore plus idéal, pour ne pas aggraver la situation et augmenter l’effet UHI en faisant tourner des pompes pour maintenir mouillé, on pourrait remplacer le béton et le bitume par de la prairie permanente et de la forêt. Ces végétaux font du frais à moindre frais, tous seuls comme des grands, et cerise sur le gâteau même pas de verglas en hiver.

En fait, comme d’autres l’ont suggéré bien avant moi, on pourrait simplement mettre les villes à la campagne…

55.  Gilles des Landes | 28/08/2016 @ 22:31 Répondre à ce commentaire

tsih (#54), Ouais, quand même, quand je travaille « à la campagne », y compris dans la lande comme je l’ai fait pas mal de fois cet été, j’aimerais parfois avoir la clim… Faute de cela j’arrive à survivre avec 4 l d’eau par jour (c’est plus écolo que la clim…). Mais vivement la retraite !

56.  Christial | 29/08/2016 @ 12:02 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#55),
A la Clim’ je préfère un ventilateur-brumisateur, plus agréable, moins cher, utilisable à l’extérieur et surtout, surtout, plus écolo.
Je pourrais ainsi, je l’espère, accéder au paradis vert garanti sans CO2, en compagnie de sainte Cécile et de saint Nicolas. 😉

57.  Herté07 | 29/08/2016 @ 13:08 Répondre à ce commentaire

La clim , c’est écolo! cela permet d’utiliser l’électricité abondamment fourni par les panneau photovoltaïque dont on ne sais que faire 😉 , et accessoirement se chauffer l’hiver.

58.  Gilles des Landes | 29/08/2016 @ 17:14 Répondre à ce commentaire

Un bonne (?) référence pour un prochain bulletin ; je viens d’être invité à cette conférence à Pau (je ne pourrai pas y aller toutefois). J’ai l’impression que l’Univ de Pau est en train de devenir un repaire de carbocentristes (voyez la terminologie … anthropocène…)

59.  lemiere jacques | 29/08/2016 @ 17:41 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#58), faut pas se laisser abuser par des mots, quelle serait la définition de l’anthropocène? on pourrait imaginer : une ére dans laquelle l’influence de l’homme sur le climat, la biosphère est..(ajouter un terme quantitafif flou) …plus importante que sans elle était plus petite, plus négligeable, prépondérante , majoritaire etc…
tiens au fait ça a commencé quand l’anthropocène?

et je suis allé voir wikipedia…

L’Anthropocène (prononciation) est un terme de chronologie géologique proposé pour caractériser l’époque de l’histoire de la Terre qui a débuté lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l’écosystème terrestre.

alors c’est quoi un impact significatif?
on devrait en rire…
le giec pense qu’on est peut être dans l’anthropocène….pas sur…sur mais presque quoi…

60.  Gilles des Landes | 29/08/2016 @ 18:35 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#59), Voir mon billet n° 16 sur l’idiocène où je fais allusion à l’anthropocène@novlangue verdâtre

61.  Roby W | 30/08/2016 @ 12:54 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#59),

Et le sexe des anges ?
😉

62.  micfa | 30/08/2016 @ 18:15 Répondre à ce commentaire

En fait depuis 1970, nous sommes entrés dans l’écolocène, où dictature de l’écologie. Cette période géologique se caractérise par l’apparition de plusieurs espèces invasives: les éoliennes qui poussent sur les endroits ventés et les panneaux solaires qui colonisent les toitures en se nourrissant des mousses, des lichens, et des rayons solaires. Cette nouvelle ère peut se diviser en plusieurs sous-périodes. C’est ainsi qu’on distingue à partir de l’an 2000, l’ourspolairocène, qui débute avec l’annonce de la disparition de la faune arctique par les scientifiques et qui paradoxalement coïncide avec le début d’une stagnation des températures. L’année 2015 marque le début d’une nouvelle sous-période: l’illuminocène avec l’apparition d’une espèce très invasive: les illuminés climatiques. Cette espèce a notamment proliféré avec la COP21 et a envahi en particulier l’espace audiovisuel provoquant des délires, des hallucinations collectives, des intoxications comparables à des addictions et contre lesquelles il est extrêmement difficile de lutter.

63.  pastilleverte | 30/08/2016 @ 19:12 Répondre à ce commentaire

micfa (#62),
🙂

64.  Gilles des Landes | 31/08/2016 @ 7:27 Répondre à ce commentaire

micfa (#62), +1

Vous omettez juste le lepagocène qui se caractérise par l’élimination progressive des climato-réalistes, espèce jugée par certains comme constituant une population de décérébrés, invasifs et dangereux pour la Planète.

65.  micfa | 31/08/2016 @ 11:37 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#64), Il faut noter que grâce à leurs bonnes défenses climato-immunitaires les climato-réalistes résistent bien à cette élimination voulue par les illuminés climatiques dont l’éclosion a été favorisée aussi pas les deux années chaudes 2014 et 2015.
Par exemple, ils ne sont pas contaminés par les hallucinations des illuminés qui ne voient pas des éléphants roses mais des ours blancs qui dérivent sur des glaçons. Ce trouble atteint son paroxysme lorsque les sujets atteints prennent le bateau pour se rendre au pôle Nord pour le vérifier. Ils deviennent alors irrécupérables.

66.  pastilleverte | 31/08/2016 @ 16:40 Répondre à ce commentaire

micfa (#65),
Ce trouble atteint son paroxysme lorsque les sujets atteints prennent le bateau pour se rendre au pôle Nord pour le vérifier. Ils deviennent alors irrécupérables.
Vous pensez à quelqu’un(e) en particulier ?
Soyez plein de compassitude pour nous et dites le nous.
Royal(e) récompense à la clé.

67.  Gilles des Landes | 31/08/2016 @ 22:34 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#66), n’oubliez pas que notre ami l’homme au parapluie organise des conférences sur … devinez quoi ? … lors des croisières polaires destinées aux bobos qui veulent constater de visu l’abominable fonte des glaces

68.  Christial | 1/09/2016 @ 10:46 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#67),
Gratuit ou c’est pour se payer des chaussettes?

69.  AntonioSan | 1/09/2016 @ 16:54 Répondre à ce commentaire

Le Point cite l’AFP…

Parmi les énergies vertes, le solaire a vu son prix chuter de 80 % entre 2009 et 2015, permettant à cette technologie de se diffuser bien plus largement. D’ailleurs, « les investissements mondiaux dans l’électricité et les carburants renouvelables ont atteint un niveau record l’an dernier » avec 286 milliards de dollars, met en avant l’ONG, avec dans l’ordre la Chine, les États-Unis, le Japon, le Royaume-Uni et l’Inde.
La couverture des besoins domestiques en électricité par des renouvelables atteint désormais des seuils élevés dans certains pays : 32 % en Allemagne et 48 % au Portugal en 2015. Conséquence de cet essor des énergies décarbonées, le nombre d’emplois dans le secteur des renouvelables est estimé à 8,1 millions, dont 2,1 millions dans le solaire.

Cela s’appelle de l’onanisme…

70.  pastilleverte | 2/09/2016 @ 18:59 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#69),
O
onanisme soit qui mal y pense…