Irma et le RCA

Par Araucan.

Le lien entre l’ouragan Irma ou Harvey et le réchauffement climatique a été fait à de très nombreuses reprise par les médias mais aussi par de nombreux experts, ou supposés, interviewés.

Je ne vais pas détailler ce que dit le GIEC, Nicias l’a très bien fait sur Skyfall. Pour résumer, pour le moment, il n’est pas possible de faire un lien entre un ouragan donné, sa force et le réchauffement climatique, que ce soit par l’examen des séries statistiques ou par le biais des déterminants des ouragans, puisqu’il n’existe pas à ce jour de modèle permettant de prédire le devenir d’un ouragan et sa force.

Mais parmi les personnes ayant accès aux médias, nombre ont allègrement sauté le pas. On pourrait alléguer que parmi eux, beaucoup ne sont pas des météorologues ou des climatologues, ou des lecteurs de la partie I des rapports du GIEC. Peut-être préfèrent-il lire la partie II ou le rapport pour décideurs, ou simplement ce qui est vulgarisé ici et là.

Je n’irai pas à soupçonner qu’ils ont lu sans comprendre. D’ailleurs, je ne me fatiguerai même pas à l’écrire.

Parce que pour moi, ce n’est certainement pas la véritable cause de cette épidémie de « fake link » qui s’est répandue dans les journaux, ou sur les ondes, ou sur Internet.

Secours aux Antilles. Il y a un lien avéré entre les ouragans et la fréquence des apparitions dans les médias d'ambulances que l'on relie au réchauffement climatique.

Secours aux Antilles après Irma. Il y aurait un lien avéré entre la fréquence d’apparitions dans les médias d’ambulances et le réchauffement climatique.

La véritable cause est que pour tous ceux qui professent la catastrophe à venir du RCA et l’urgence à mettre en place des politiques dédiées à l’exclusion de toutes les autres urgences, il est impossible de venir dans le médias et dire : « Non, non, Irma et Harvey n’ont rien à voir avec le RCA et vos émissions automobiles… De temps à autre, il y a un très gros ouragan, terrible, dans ses effets, mais on ne sait pas les prédire … mais il faut quand même mettre en place toutes les politiques nécessaires liée au RCA ».

Pour l’auditeur moyen, il y aurait alors une discordance énorme. Comment cela, un phénomène lié aux zones tropicales, donc lié à la chaleur, ne serait pas lié au RCA ? M’aurait-on trompé ? Me promènerait-on sur cette histoire de RCA ?

Dans le catastrophisme ambiant, tout est signe du RCA : des vendanges anticipées, des pluies trop fortes, une marguerite trop méridionale, un moustique tropical sous nos latitudes, la grippe aviaire, les migrations, la pauvreté, les épidémies, la neige abondante, la neige rare, j’en passe et bien d’autres. Comme bien des prophètes, en fait comme tout politique qui se respecte, ils ont besoin, désespérément besoin de signes annonciateurs, comme preuves de leurs dires. Sans ces signes, leur discours ne saurait durer. Des courbes et des modèles, cela aide, mais frapper les esprits, c’est nettement mieux, n’est-ce pas M. Gore ?

Donc, si un ouragan de 500 km de diamètre et de force 5 survient, il devient impossible de dire qu’il n’a aucun lien avec le RCA et les catastrophes annoncées. Ce ne peut-être que le RCA. Hors du RCA, il n’y a plus de sens. Pour sauver la planète, il doit y avoir du sens derrière les manifestations de la nature.

Et ne croyez pas que ce soit l’effet d’une manipulation ou d’un cynisme délibérés, un ouragan de force 5 est trop gros pour ne pas avoir de cause et cette cause ne peut être que le RCA. C’est impensable et même impensé pour tous ces petits soldats qui alimentent les pages Planète de nos journaux. Quand bien même, on leur dirait que le GIEC n’en sait rien, ils vous avanceraient que le réchauffement des océans ne peut que conduire à de telles tempêtes, cataclysmes suprêmes, parce que le dérèglement climatique génère et doit générer des phénomènes violents, par contraste avec la représentation sans à-coups, sinon stable d’une situation, qui, elle, serait normale.

Eh bien non, ce n’est pas parce que le climat est devenu une affaire politique, qu’il y a de bons et de méchants phénomènes météorologiques. Les ouragans ne parlent pas et ne punissent personne. Ils naissent, se déplacent, grossissent et vont mourir sur un continent (ou pas) sans que cela dise quelque chose de nos turpitudes alléguées. Ils n’ont pas plus de signification qu’un bel automne indien.

Le carbocentrisme n’est qu’un millénarisme de plus, mais à l’échelle planétaire : il lui faut des preuves à cette échelle.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

52 Comments     Poster votre commentaire »

51.  lemiere jacques | 27/09/2017 @ 19:05 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#22), négateur du climat n’est pas de la diffamation, c’est de la stupidité…
e

52.  Roby W | 27/09/2017 @ 19:22 Répondre à ce commentaire

@pastilleVerte

Merci d’avoir signalé un auteur affilié à l’IDDRI et qui n’écrit pas n’importe quoi. Une des conséquences de cette histoire de RCA, c’est de décrédibiliser la méthode et les institutions dites scientifiques. Le crédit de l’IDDRI n’est pas terrible. Heureusement que le CNRS ne communique pas trop sur le RCA, même s’il y a des communiqués de presse pour quelques publications.

OUI pour lutte contre la pauvreté. Mais ceux qui surfent sur le RCA sont en train de s’approprier la lutte contre la pauvreté… C’est inquiétant.