Ours polaires, faits et mythes.

On a fait croire aux enfants qu’il ne reste que quelques centaines d’ours polaires,  mais l’implacable message sur les ours polaires condamnés (par la faute de l’homme) est heureusement faux. Il est temps qu’on révèle la vérité aux jeunes.

Voici donc les bonnes nouvelles qu’on doit apprendre aux enfants: les ours polaires n’ont jamais été menacés d’extinction à cause d’un réchauffement global anthropique. Il y a effectivement davantage d’ours polaires qu’il y en avait il y a 50 ans, et la population globale est d’une taille respectable, en dépit du fait que la banquise d’été ait atteint des niveaux ayant dû, selon les prévisions, mener à la catastrophe depuis 2007.

Les ours polaires se sont adaptés admirablement bien à ces niveaux, et contre toute attente, leur nombre a augmenté et non pas diminué au cours des années.

L’ours polaire: Faits et Mythes est un livre scientifique inspirant sur la survie dans l’Arctique qui plaira aussi bien aux parents qu’aux enfants.

À propos de l’auteur: Susan Crockford est une zoologiste professionnelle. Depuis plus de 20 ans elle étudie l’écologie et l’évolution de l’ours polaire. Elle possède un PhD et maintient un blog sur le passé et le présent des ours polaires appelé http://www.polarbearscience.com.

Depuis longtemps, les lecteurs réclamaient un livre clair et simple sur la science de l’ours polaire s’adressant aux enfants comme aux adultes, offrant la même approche rationnelle que celle de ses publications scientifiques pour adultes. Susan leur livre enfin cet ouvrage.

Un livre d’accompagnement (en anglais) est aussi disponible (Polar Bears: Outstanding Survivors of Climate Change) présentant des détails bien référencés sur les questions et enjeux récents concernant la conservation de l’ours polaire. Pour les amateurs de fiction, elle propose aussi un thriller sur les attaques d’ours polaires (EATEN: A Novel), également en anglais.

Titre: Ours Polaire Faits et Mythes: Un résumé scientifique pour tous âges
L’autheur: Susan J. Crockford
Traduit par: Reynald Duberger
Date de publication: 10 September 2017
ISBN: 1976158362
Nombre de pages: 44
Le prix: USD $12.99  €10.87  £9.94 [soon to be £10.03 to qualify for free shipping]  CAD $20.22 [with free shipping]

Acheter-le ici: Amazon.com [USA]; Amazon.ca [Canada, also in the French Immersion Store]; Amazon.fr [France]; Amazon.uk [UK]; Amazon.de [Germany]

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

6 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Nicias | 22/09/2017 @ 0:39 Répondre à ce commentaire

C’est Noël, enfin bientôt. Il est temps de claquer des thunes pour nos enfants. Chasser les ours blancs est mauvais pour les ours blancs et laisser les ours blancs chasser les hommes est pas bien mieux.

2.  Hug | 22/09/2017 @ 9:24 Répondre à ce commentaire

http://ledefibimedia.com/?p=8121

3.  Dicende | 22/09/2017 @ 9:45 Répondre à ce commentaire

Hug (#2), Le RCA rendrait-il sourds les ours ?

4.  Nicias | 22/09/2017 @ 11:16 Répondre à ce commentaire

Hug (#2),

Cela me rappelle mon premier commentaire sur Skyfall en 2011 :

Ricanez, ricanez, en attendant le RCA vient de faire une nouvelle victime.
En effet un ours blanc affamé vient de manger un jeune touriste britannique:
http://www.guardian.co.uk/worl.....tish-death

« The tour was aimed at introducing youngsters to « remote, wild environments to develop their confidence » and included climate change science projects »
C’est pas juste !

5.  Nicias | 22/09/2017 @ 11:23 Répondre à ce commentaire

Nicias (#4),

Marot avait ensuite traduit des bouts de l’article du Guardian:

Le Guardian rappelle les objectifs de ce camp d’été :

Le séjour visait à introduire les jeunes dans «des environnements sauvages lointains pour développer leur confiance» et incluait des projets sur la science des changements climatiques.

Il dit ensuite une vérité :

Les ours polaires sont un danger constant sur l’archipel… Cela a toujours été le cas, à partir du 17e et 18e siècles…

et ne peut pas s’empêcher d’en mettre une couche :

Un autre facteur est que les proies normales des ours, les phoques, sont plus difficiles à atteindre car la glace autour des îles a diminué ces dernières années. Le port de Spitsbergen était pris dans les glaces pendant la plus grande partie de l’année, mais récemment, la glace a été brisée plus tôt et est plus mince. Les ours polaires ne peuvent plus trouver des phoques sur la glace et tentent plus loin de trouver de la nourriture. Ces dernières années certains ont été trouvés en malnutrition car ils doivent maintenant nager plus loin pour attraper des phoques.

Presse militante toujours.

Bilan : 1 mort, 4 blessés et un ours blanc abattu.

6.  pierreb1 | 22/09/2017 @ 12:19 Répondre à ce commentaire

🙂