Véhicule électrique et émissions de CO2

Un récent rapport du Ministère de la développitude durable évalue les bénéfices du véhicule électrique. Nous nous intéresserons ici principalement au bilan CO2.

Une batterie de 24kWh c’est 6 tonnes de CO2 contre 38 tonnes émises pour un véhicule conventionnel à essence sur toute sa durée de vie.

Après prise en compte des pleins d’électrons nécessaires pour rouler, le bilan est favorable en terme d’émissions de CO2 pour tout mix de production électrique qui émet moins de 864g/kWh produit. L’Allemagne taquine les 500 grammes et la Pologne les 800.

Le chiffre de 6 tonnes vient de l’Ademe qui explique :

Concernant la production de la batterie qui est une phase très consommatrice d’électricité, le facteur d’émission est donné pour un mix électrique correspondant au mix français.

Le chiffre utilisé pour le mix français est de 53g/kWh. Si les batteries sont construites en France on peut utiliser sa voiture et aller rouler en Allemagne tout en conservant un bilan favorable. Toutefois ce sera un trajet périlleux et un tantinet longuet vu la taille de la batterie.

Le prix des batteries baissant, la tendance est à l’augmentation de leur taille. Le nouveau Kangoo ZE à une batterie de 30 kWh contre 22 kWh pour l’ancien modèle. La dernière Zoé a une batterie de 41kWh. La Chevrolet Bolt en est à 60 kWh et la Tesla va jusqu’à 100 kWh.

Une batterie de 48 kWh, c’est 12 tonnes de CO2. Si elle est fabriquée en France et si les calculs de l’Adème sont justes.

Il est illusoire de penser qu’on va construire 38 millions de véhicules (le parc actuel) en France équipés de batteries françaises. Une batterie de 48 kWh construite en Allemagne, c’est 120 tonnes de CO2 si je fais une règle de trois. Ceci avant même d’avoir fait le premier plein d’électrons plus ou moins décarbonné. Il vaut mieux dans ce cas en rester au 38 tonnes du véhicule à essence.

Tesla en feu

Une Tesla émet aussi de la vapeur d’eau, un gaz à effet de serre, lors de sa phase de refroidissement après combustion spontanée de sa batterie

Le rapport nous explique que le véhicule électrique pollue peu, « essentiellement des particules émises lors du freinage ou de l’abrasion des pneus et des chaussées« . Nos auteurs n’ayant pas jugé bon de prendre en compte le poids des véhicules dans leur étude, on ne pourra pas parler du petit problème de surpoids des véhicules électriques.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

60 Comments     Poster votre commentaire »

51.  shayabe | 8/10/2017 @ 11:50 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#49),

Je n’accorde guère de poids au consensus et à la démocratie quand il s’agit de connaitre la vérité

. André Brahic le disait toujours dans ses conférences : la science n’est pas démocratique.

52.  Murps | 8/10/2017 @ 14:52 Répondre à ce commentaire

shayabe (#51), je dirais même que la science est une sacré fasciste.

53.  shayabe | 8/10/2017 @ 23:57 Répondre à ce commentaire

Murps (#52), Le mot est sévère. Je pense ici aux sciences « dures » dont les résultats, les démonstrations et les lois s’imposent en effet à tous, contents ou pas. Ce n’est pas le cas des sciences plus »molles ».

54.  patilleverte | 9/10/2017 @ 19:32 Répondre à ce commentaire

jdrien (#33),
bennes à ordure de Bordeaux… il y a quelques décennies…
+1
et en plus, les éboueurs se faisaient un malin plaisir de faire le plus de bruit possible (ils passaient très tôt le matin dans mon quartier), bien aidés, il est vrai par les poubelles qui étaient métalliques…

55.  Murps | 9/10/2017 @ 23:02 Répondre à ce commentaire

shayabe (#53), non. Fasciste est le mot qui convient.
Les lois de la physique sont impitoyables, elles ne sont jamais prises en défaut, ne font pas de sentiments et ne discutent pas. Elles s’appliquent froidement quoiqu’il arrive. Tout le contraire des lois humaines qui par essence sont consensuelles, souples et surtout « violables » à tour de bras.
La science est l’expression de ces lois, et on ne peut pas trouver de consensus dans une discussion entre scientifiques.

56.  lemiere jacques | 10/10/2017 @ 18:49 Répondre à ce commentaire

http://www.lepoint.fr/automobi.....93_652.php

57.  jdrien | 10/10/2017 @ 20:08 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#56), heureusement, les commentateurs ont les pieds sur terre!

58.  scaletrans | 10/10/2017 @ 21:35 Répondre à ce commentaire

jdrien (#57),

Oui c’est rassurant.

59.  Bernnard | 10/10/2017 @ 22:43 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#56), jdrien (#57), scaletrans (#58),
Quelle rigolade cette batterie !
Et si on croit que le niobium se trouvera sous les sabots d’un cheval et qu’il sera facile à purifier sans dégât pour l’environnement, on ne prend pas la mesure des absurdités écologiques actuelles et je parle pas de la puissance électrique domestique qu’on devra installer pour recharger une telle batterie!!
Les commentaires sont effectivement réjouissants.

60.  lemiere jacques | 11/10/2017 @ 18:20 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#59), de toutes façons, la question ‘est pas la voiture électrique, c’est son soutien par les politiques, or ce genre d’annonce , à savoir la technologie qui va tout changer de dans deux ans est à double tranchant… car si même admettez l’imminence d’une rupture technologique il alors est idiot de subventionner l’achat d’une batterie sur le point de devenir obsolète..subventionner la recherche pourquoi pas…subventionner l’achat d’une voiture électrique est pervers.