La construction du consensus : l’histoire du début du GIEC

Par Judith Curry

Source

Bref résumé : les scientifiques ont cherché l’implication des décideurs politiques. La pertinence politique a permis de mettre en avant l’évaluation scientifique à l’attribution du changement climatique.

Bernie Lewin a écrit un nouveau livre important :

SEARCHING FOR THE CATASTROPHE SIGNAL:The Origins of The Intergovernmental Panel on Climate Change

L’importance de ce livre se reflète dans ses remerciements, dans le contexte de l’aide et les contributions des premiers dirigeants et participants au GIEC:

Ce livre n’aurait pas été possible sans les documents obtenus par Mike MacCracken et John Zillman . Leur intérêt constant pour une présentation véridique et exacte des faits a empêché mes recherches d’être induites en erreur. Beaucoup de ceux qui ont participé aux événements ici décrits ont donné généreusement de leur temps pour répondre à mes questions, ils comprennent Ben Santer, Tim Barnett, Tom Wigley, John Houghton, Fred Singer, John Mitchell, Pat Michaels. . . et beaucoup plus.

Vous vous rappelez peut-être un précédent post : Consensus by Exhaustion, sur Lewin 5 part series on Madrid 1995: The last day of climate science.

Le livre mérite d’être lu. L’objectif de mon Résumé du livre sont les chapitres 8 et 16 dans le contexte du thème de la « détection et attribution », « La charte politique devant le monde scientifique » et le « la construction du consensus ». Les annotations des extraits du livre sont indiquées ci-dessous.

La crise énergétique de 1970

Dans un rapprochement que je n’avais pas fait auparavant, Lewin fournit un contexte historique à l’accent mis sur la recherche sur le CO2 dans les années 1970, motivé par la «crise pétrolière» et les préoccupations concernant la sécurité énergétique. Il y a eu un débat important concernant la question de savoir si le charbon ou l’énergie nucléaire devrait remplacer le pétrole. (Chapitre 8):

Mais dans la lutte entre nucléaire et le charbon, les partisans de l’alternative nucléaire avaient un avantage important, qui a émergé à la suite du repositionnement du vaste réseau de laboratoires financés par le gouvernement de R & D au sein de la machine bureaucratique. C’est dans ces « laboratoires nationaux », à ce moment que le programme sur le dioxyde de carbone est né.

Cette déferlante de nouveaux financements signifiait que la recherche d’une influence humaine spécifiquement sur le climat deviendrait une branche importante de la recherche climatique générale. Aujourd’hui, nous pourrions sauter cette étape pour la simple raison que la « question sur le dioxyde de carbone » depuis longtemps domine tout le champ de la recherche sur le climat jusqu’au sens même du terme « changement climatique » contracté [adopté] en conséquence.

Ce n’était pas la motivation des scientifiques de l’atmosphère :

Le pic d’intérêt dans le climat parmi les scientifiques de l’atmosphère a été une conférence internationale sur le climat qui s’est tenue à Stockholm en 1974 et une publication par le « Comité américain pour GARP » [GARP est le Programme de recherche atmosphérique mondial] l’année suivante. Le rapport US du GARP s’appelait:  ‘Understanding climate change: a program for action’, where the ‘climate change’ refers to natural climatic change, and the ‘action’ is an ambitious program of research.

 [Il y avait] Un programme coordonné et bien financé des recherches sur les effets potentiellement catastrophiques, avant toute préoccupation particulière, au sein de la communauté météorologique au sujet de ces effets, et avant toute inquiétude publique ou politique importante pour le conduire. Il a commencé au milieu d’un débat sur les mérites relatifs de charbon et la production d’énergie nucléaire [suite à la crise pétrolière des années 1970]. Il a été coordonné par les scientifiques et les gestionnaires ayant des intérêts sur le côté nucléaire de ce débat, et où le financement en raison des inquiétudes de la sécurité énergétique a été canalisé vers une direction d’un problème potentiel avec le charbon afin de regagner le soutien de l’option nucléaire.

L’émergence du « réchauffement planétaire »

En février 1979, à la première Conférence mondiale sur le climat, les météorologues ont pour la première fois soulevé un concert de préoccupation à propos du réchauffement. La Conférence mondiale sur le climat a évacué l’alarme sur le refroidissement, mais il n’a pas encore défini exactement ce que serait la peur d’un réchauffement important.

Alors que la direction du PNUE (programme des Nations Unies de l’environnement) a priorisé la question du réchauffement climatique, la conduite a prévalu à l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale). Lors de la demande du PNUE pour la modélisation des scénarios climatiques venant du comité PMRC (programme mondial de recherche sur le climat), ils ont rechigné à l’idée : la modélisation informatique est restée trop primitive et, en particulier au niveau régional, pas de résultats significatifs pourraient être obtenus. Entreprendre le développement des scénarios climatiques risquerait simplement l’élaboration d’évaluations d’impact trompeuses.

Il ne fallut pas longtemps avant de voir la recherche scientifique sur le changement climatique se marginaliser dans le processus politique, dans le contexte du principe de précaution :

À Villach en 1985, au début du mouvement du traité sur le climat, la rhétorique du mouvement politique rompait déjà les amarres avec la science. Des doutes croissants et des spéculations les plus folles tournant autour d’une rhétorique du principe de précaution  : nous devons agir de toute façon, juste au cas où. Avec la charge de la preuve inversée, la recherche peut se poursuivre alors que la question reste (très légèrement) ouverte.

Origines du GIEC

En ce qui concerne les origines du GIEC :

Jill JÅNager a estimé que l’une des raisons pour lesquelles les États-Unis soutenaient activement un groupe d’experts intergouvernemental sur le changement climatique était que le Département d’État américain pensait que la situation devenait incontrôlable, avec des francs-tireurs définissant l’ordre du jour lorsque les gouvernements devraient le faire. Un groupe d’experts intergouvernemental, selon ce raisonnement, ramènerait la discussion sur les politiques sous le contrôle des gouvernements. Cela permettrait également de rapprocher la science des décideurs politiques, sans être médiatisée par les entrepreneurs politiques. Après que le groupe intergouvernemental se soit mis d’accord sur la science, de cette façon, ils pourraient procéder à une discussion sur toutes les implications politiques.

Alors que la politique dévoyait déjà la science, Bert Bolin et John Houghton ont ramené l’attention sur elle:

Dans l’année suivant la première session du GIEC, son processus d’évaluation se transformerait en un rapport représentants des pays ayant la taille d’une brochure d’un document   en trois grands volumes rédigés par des scientifiques indépendants et des experts à la fin du processus le plus complexe et coûteux jamais entrepris par un organisme des Nations Unies sur un seul problème météorologique. L’élargissement de l’évaluation et le transfert du pouvoir vers les scientifiques sont survenus au même moment où un flot d’enthousiasme politique était canalisé avec succès vers l’investissement dans le processus de l’ONU, ayant ce panel intergouvernemental à la base.

John Houghton (président du Groupe de travail I) a déplacé orienta  le GIEC vers un modèle plus proche des lignes d’examen proposées par des experts : il nomma un ou deux scientifiques experts « principaux auteurs », à rédiger des chapitres et il a établi un processus par lequel ceux-ci seraient examinés lors des réunions avec les principaux auteurs.

Le principal changement fut de déplacer la responsabilité des délégués gouvernementaux vers des scientifiques en exercice. La décision de recruter des évaluateurs qui étaient des leaders dans la science évaluée a également ouvert un autre problème, à savoir la tendance pour eux de citer leur propre travail actuel, même s’il est non publié.

Toutefois, le problème de la marginalisation de la science ne disparaissait pas:

Avec le processus des traités maintenant dirigé par des diplomates de carrière, et probablement dominé par des agitateurs politiques hostiles du Sud, les scientifiques envisageaient la possibilité réelle que leur panel sur le climat soit dissous et remplacé lors de l’entrée en vigueur de la Convention-cadre.

Et de nombreux scientifiques étaient sceptiques:

Avec l’avènement du mouvement inexorable allant vers un traité, il y avait une vague de scepticisme de la communauté scientifique. Ce chœur d’inquiétude était à peine audible comparé à la clameur de la course au traité et il est maintenant en grande partie oublié.

À l’époque, John Zillman a présenté un document dans un forum politique qui a essayé de fournir à ceux qui sont engagés dans le débat politique une idée de l’étendue des divergences de vue  à l’intérieur de la communauté des chercheurs. Zillman a déclaré que :

. . que le débat sur l’effet de serre est maintenant découplé des considérations scientifiques qui l’ont déclenché; il existe de nombreux programmes, mais ils n’incluent pas, sauf en périphérie, la recherche d’un changement du climat dû au renforcement des forçages et la question de savoir si de tels changements seront bons ou mauvais pour la planète.

Pour donner une idée de la frustration qui régnait parmi les chercheurs en climatologie à l’époque, Zillman a cité le directeur du PMRC. C’est Pierre Morel, explique-t-il, qui a « piloté l’effort international de recherche climatique au cours de la dernière décennie ». Quelques mois avant la présentation de Zillman, Morel avait soumis un rapport au comité du PMRC dans lequel il évaluait la situation ainsi :

L’implication directe croissante des Nations Unies. . . Dans les questions du changement climatique mondial, l’environnement et le développement témoignent du succès des scientifiques qui ont rivalisé de « visibilité politique » et de « reconnaissance publique » des problèmes liés au climat de la Terre. La prise en compte du changement climatique a maintenant atteint le niveau où cela intéresse les négociateurs professionnels des affaires étrangères et est donc sorti des limites des connaissances et incertitudes scientifiques

Les négociateurs, a déclaré Morel, ont peut d’intérêt pour d’autres contributions d’agences scientifiques, GIEC compris, « et encore moins d’intérêt pour les déclarations compliquées avancées par la communauté scientifique ».

Il y avait un écart croissant entre la politique / les politiques et la science:

Le sentiment général dans le milieu de la recherche que le processus politique avait pris de l’avance sur la science a souvent eu un effet différent sur les scientifiques engagés à la question du réchauffement planétaire grâce à son financement élargi. Pour eux, la situation était plus que le président Bush avait laissé entendre en promettant plus de financement : le fait que « la politique et de l’opinion ont dépassé la science » a amené les scientifiques sous pression « à combler le fossé ».

En fait, il y avait beaucoup de scepticisme de la modélisation exprimé librement dans et autour du programme sur le dioxyde de carbone dans ces jours avant que le processus de traité sur le climat ait commencé. Ceux qui persistaient dans la recherche d’une validation sont restés coincés sur le problème de mieux identifier la variabilité naturelle du climat.

Le défi de « la détection et de l’attribution »

En ce qui concerne le témoignage au Congrès de Jim Hansen en 1998 :

Un article paru dans « Science » le printemps suivant, donne un aperçu de l’agitation. Dans l’article de Hansen  « le monde sous la menace de l’effet de serre », le journaliste scientifique Richard Kerr a expliqué que « les scientifiques apprécient l’attention que l’effet de serre suscite sur le Capitole », mais qu’ils évitent la manière prétendument non-scientifique dont leur collègue James Hansen s’approprie cette attention

Il est clair que l’opposition scientifique à toute revendication de détection (NdT : du signal anthropique sur le climat) était forte en 1989 lorsque l’évaluation du GIEC a commencé.

La détection et l’attribution du signal climatique d’origine anthropique est la question clé:

Au cours du processus d’examen du GIEC (pour le premier rapport d’évaluation), Wigley a été invité à répondre à la question suivante : quand la détection sera-t-elle susceptible d’être réalisée ? Il a répondu en ajoutant un chapitre du GIEC qui explique que nous devrions attendre jusqu’à ce que le demi-degré de réchauffement qui s’était déjà produit au cours du 20e siècle soit répété. Ce n’est qu’alors que nous déterminerions à quel point cela est induit par l’homme. Si le réchauffement entraîné par le dioxyde de carbone se situe au sommet des prévisions, alors ce serait au début du 21e siècle, mais si le réchauffement était lent, nous ne le saurons peut-être pas avant 2050.

Le premier rapport d’évaluation du GIEC n’a pas aidé la cause des décideurs politiques. Dans la préparation du Sommet de la Terre de Rio:

Pour soutenir les discussions de la Convention-cadre au Sommet de la Terre de Rio, il a été convenu que le GIEC fournirait une évaluation supplémentaire. Ce « supplément de Rio » explique :

. . le système climatique peut répondre à de nombreux forçages et il reste à prouver que le signal de l’effet de serre se distingue suffisamment des autres signaux à détecter sauf en cas d’augmentation brutale de la température troposphérique tellement  importante que d’autres explications ne sont pas probables.

 

Eh bien, cette évaluation supplémentaire n’a pas aidé non plus. Les scientifiques, sous la direction de Bolin et Houghton, doivent être félicités pour ne pas céder à la pression. Mais le GIEC risquait la marginalisation dans le processus des traités.

Pendant la préparation de la CoP1 à Berlin, le GIEC lui-même harcelait le comité de négociation pour qu’il reste impliqué dans le processus politique, mais des tensions sont apparues lorsqu’il a refusé de compromettre ses propres processus pour répondre aux besoins politiques.

Cependant, la dynamique de l’action à l’approche de Rio est restée suffisamment forte pour que ces difficultés avec la justification scientifique puissent être ignorées.

Deuxième rapport d’évaluation

Dans le contexte des activités du traité, le deuxième rapport d’évaluation du GIEC a été considéré comme très important pour justifier la mise en œuvre du Protocole de Kyoto.

En 1995, le GIEC était coincé entre sa science et sa politique. Le seul moyen de se sauver du véritable danger de l’oubli politique serait que son diagnostic scientifique puisse évoluer dans la bonne direction et de l’aligner sur l’action politique.

La principale question scientifique à l’époque était la détection et l’attribution:

L’écriture du chapitre 8 (chapitre concerné par la détection et de l’attribution) a connu un départ différé en raison de la cession tardive de son auteur principal de coordination. Il a fallu attendre avril pour que quelqu’un accepte d’assumer le rôle. Ce fut Ben Santer, un jeune modélisateur du climat   à Lawrence Livermore Laboratory.

Le chapitre que Santer a commencé à rédiger a été grandement influencé par un article principalement écrit par Tim Barnett, mais il a également listé Santer comme un auteur. C’est ce document qui résume, en un mot, tous les problèmes de la quête de « détection ». C’était une nouvelle tentative d’aller au-delà de la vieille pierre d’achoppement de la recherche de la « première détection»: établir correctement le « critère » de la variabilité naturelle du climat. L’article décrit fabuleusement comment ce projet n’a pas réussi à le faire.

Le chapitre de détection que Santer a rédigé pour le GIEC fait de nombreuses références à cette étude. Plus que toute autre chose citée au chapitre 8, c’est le révélateur de toutes les revendications d’attribution, que ce soit à partir d’études de modèle, ou de l’analyse de la moyenne globale. C’est la principale base de la conclusion du chapitre 8. .

. . Aucune étude à ce jour n’a à la fois détecté de changement climatique significatif et attribué positivement tout ou partie de ce changement à des causes anthropiques.

Pour la deuxième évaluation, la dernière réunion des quelque 70 auteurs principaux du groupe de travail 1. . . était prêt à finaliser le projet de résumé à l’intention des décideurs, prêt pour un examen intergouvernemental. Le projet que Houghton avait préparé pour la réunion n’était pas si sceptique sur la science de la détection que le texte principal du chapitre sur la détection rédigé par Santer; en effet, il contenait une revendication de détection faible.

Cette revendication de détection est apparue incongrue avec le scepticisme tout au long du texte principal du chapitre et était en contradiction directe avec son résumé de conclusion. Il s’agissait d’un changement de perspective auquel Santer n’était parvenu que récemment, en raison d’une percée dans ses propres enquêtes sur les « empreintes digitales ». Ces découvertes étaient si nouvelles qu’elles n’étaient pas encore publiées ou disponibles, et, en effet, la première occasion pour Santer de les présenter pour un examen scientifique plus large était quand Houghton lui a demandé de faire une présentation spéciale à la réunion des auteurs principaux.

Cependant, les résultats ont également été contestés lors de cette réunion : la découverte des « empreintes digitales » de Santer et la nouvelle revendication de détection ont été vigoureusement combattues par plusieurs experts dans le domaine.

Le premier jour de la session de Madrid du Groupe de travail 1, en novembre 1995, M. Santer a présenté à nouveau ses nouvelles conclusions, cette fois à des délégués pour la plupart non-experts. Quand il eu fini, il a expliqué qu’à cause de ce qu’il avait trouvé, le chapitre était obsolète et qu’il avait besoin d’être changé. Après un débat, John Houghton a appelé un groupe de travail ad hoc à parvenir à un accord sur la question de la détection à la lumière de ces nouvelles découvertes importantes et à remanier le passage sur la détection du « Résumé pour les décideurs » afin qu’il puisse  pleinement obtenir un accord. Bien que cette démarche ait recueilli l’approbation générale, quelques délégations s’y sont vigoureusement opposées, surtout lorsqu’il est devenu clair que le chapitre 8 nécessiterait des changements, et que la résistance aux changements a occupé la réunion pendant trois jours.

Après un débat plus approfondi, une version finale d’une demande de détection de « résultat net » a été décidée :

La prépondérance de la preuve suggère une  influence humaine discernable sur le climat mondial.

Tout cela a déclenché des accusations de « tromperie »:

Un éditorial d’opinion écrite par Frederick Seitz « Tromperie majeure sur le réchauffement planétaire » est  parue dans le Wall Street Journal du 12 juin 1996

Ce rapport du GIEC, comme tous les autres, est tenu en haute estime en grande partie parce qu’il a été examiné par des pairs. C’est-à-dire qu’il a été lu, discuté, modifié et approuvé par un groupe international d’experts. Ces scientifiques ont mis leur réputation en cause.  Mais ce rapport n’est pas ce qu’il semble être, ce n’est pas la version qui a été approuvée par les scientifiques contributeurs énumérés sur la page de titre. Au cours de mes plus de 60 ans en tant que membre de la communauté scientifique américaine, notamment en tant que président du NAS et de l’American Physical Society, je n’ai jamais été témoin d’une corruption plus dérangeante du processus d’évaluation par les pairs pour conduire ce rapport du GIEC.

En comparant la version finale du chapitre avec la version qui vient d’être publiée, il a constaté que les principales déclarations sceptiques à l’égard de toute constatation d’attribution humaine avaient été modifiées ou supprimées. Ses exemples de passages supprimés incluent :

  • Aucune des études citées ci-dessus n’a démontré clairement que nous pouvons attribuer les changements [climatiques] observés à la cause spécifique de l’augmentation des gaz à effet de serre.

  • Aucune étude à ce jour n’a attribué de manière positive la totalité ou une partie [des changements climatiques observés à ce jour] à des causes anthropiques [du fait de l’homme].

  • « Toute affirmation de détection positive d’un changement climatique significatif devrait rester controversée jusqu’à ce que les incertitudes sur la variabilité naturelle totale du système climatique soient réduites ».

Le 4 juillet, Nature a finalement publié le papier d’ « empreintes digitales humaines » de Santer. Dans Science, Richard Kerr a cité Barnett disant qu’il n’était pas entièrement convaincu que le signal de l’effet de serre ait été détecté et qu’il restait « un certain nombre de questions lancinantes ». Plus tard dans l’année, une critique frappant au cœur  la revendication de Santer était publiée en réponse.

La formation du consensus au GIEC

Ce que nous pouvons voir de toute cette activité de la part des scientifiques proches des deuxième et troisième évaluations du GIEC, c’est l’existence d’un nombre important d’opinions difficiles à concilier avec le message du GIEC selon lequel la détection du signal catastrophe fournit la base scientifique de l’action politique

Le débat scientifique sur la détection et l’attribution a été efficacement réprimé par le deuxième rapport d’évaluation du GIEC:

 

La critique continuerait à être sommairement rejetée comme étant la politisation de la science par des intérêts particuliers, tandis que les puissants partisans politiques du panel s’assureraient que le rôle de celui-ci en tant qu’autorité scientifique dans les pourparlers sur le climat en cours ne soit plus jamais sérieusement menacé.

Et bien sûr le « glas » des arguments scientifiques concernant la détection a été traitée par le troisième rapport d’évaluation, dans lequel l’analyse des paléoclimats de l’hémisphère nord par MBH Hockey Stick a effectivement éliminé l’existence d’une période chaude médiévale hémisphérique et du petit âge glaciaire, résolvant l’énigme de la détection.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

55 Comments     Poster votre commentaire »

51.  rpf | 29/01/2018 @ 20:21 Répondre à ce commentaire

A propos des débuts de l’IPCC, sujet de ce fil de discussion, un nouvel article de Jacques Henry.

52.  Araucan | 30/01/2018 @ 22:42 Répondre à ce commentaire

rpf (#51),
Il faudrait qu’il vérifie ses sources : le GIEC a été créé en 1988 et la CCNUCCC date de 1992 …et est entrée en vigueur en 1994 … ( pas en 1979 ! )

53.  rpf | 30/01/2018 @ 23:25 Répondre à ce commentaire

Araucan (#52),
Vous avez raison pour les dates , et il faut rappeler le rôle – majeur – d’une organisation sise en Helvétie: WMO ou OMM.
Le recyclage des modèles météorologiques (échec dans la prévision au delà de 3 semaines) vers des modèles climatiques (au delà de 3 décennies soit X 500) pour sauver les serials modélisateurs.

54.  Le Rouméliote | 2/02/2018 @ 11:46 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#47), J’ai fait la même chose et je suis arrivé au même amusement. Et pour rire un peu plus, si on faisait des captures d’écran des images satellitales et si on dessinait les contours sur du papier calque avec un bon vieux stylo… On aurait des cartes plus fiables !

55.  AntonioSan | 2/02/2018 @ 19:05 Répondre à ce commentaire

Le Rouméliote (#54), Eh oui…