Al Gore et Bill Nye ont RATÉ une expérience simple sur le CO2

M. Gore ayant utilisé des lampes à infrarouge pour éclairer les deux bocaux de verre, je décidai de faire de même pour mon test :

ÉTAPE 4 Reproduire exactement l’expérience vidéo de l’expérience Climate 101 de M. Gore – durée 10 minutes

Dans la vidéo de Climate 101 le commentateur Bill Nye “l’homme de science” dit :

Dans quelques minutes vous verrez que la température du bocal avec du dioxyde de carbone monte plus rapidement et plus haut.

Comme selon M. Gore c’est de la “simple physique de lycée”, cela devrait être du gâteau à reproduire. J’ai pris les “quelques minutes” au mot, donc j’ai essayé une expérience de 10 minutes. J’explique également le montage expérimental et avec le compteur de CO2 je prouve que le CO2 est en fait injecté dans le bocal “B”. Mes excuses pour le dialogue décousu, mais j’expliquais tout en avançant. Et la caméra dans une main j’expliquais et installais l’expérience en même temps, mais ce que cela perd en qualité gagne en réalisme.

Vous remarquerez qu’après 10 minutes, il s’avère qu’il n’y a de changement sur aucun thermomètre. Rappelons-nous que ce sont des thermomètres ORAUX ? Qui conservent la mesure (vous pouvez le mettre dans la bouche et le montrer à votre mère en demandant “puis-je rester au lieu d’aller à l’école aujourd’hui ?”. Donc, il n’y a pas lieu de s’inquiéter du temps écoulé après que j’ai éteint les lampes. Pour remettre les thermomètres il faut les secouer pour ramener le liquide dans l’ampoule.

Voici les écrans des deux thermomètres des bocaux A et B.

Il est clair que 10 minutes ne sont pas suffisantes pour que l’expérience fonctionne. Donc oublions les “quelques minutes” et prenons plus de temps.

RÉSULTAT : pas de changement, pas de différence de température. Rien qui approche l’élévation de 2°F montré par la vidéo. Non concluant.

==============================================================

ÉTAPE 5 Reproduction exacte de l’expérience vidéo Climate 101 de M. Gore à l’aide du même équipement – durée 30 minutes

Ok, montage identique au précédent, la seule différence étant le temps, l’expérience se déroule sur 30 minutes. J’ai ajouté un chronomètre digital de façon à ce que vous puissiez voir la progression de l’expérience.

Et voici les écrans tirés de la vidéo au-dessus des résultats :

RÉSULTAT : Légère montée et différence de température avec 97,4° pour le bocal “A” Air, et 97,2°F pour le bocal “B” CO2. Rien à voir avec l’élévation de 2°F montrée dans la vidéo

==============================================================

Étape 6 Reproduction de l’expérience vidéo Climate 101 de M. Gore avec un thermomètre digital – durée 30 minutes

Dans cette expérience, je remplace les thermomètres oraux avec liquide dans du verre par des thermomètres digitaux enregistreurs avec affichage LCD.

Ce modèle :

J’ai utilisé deux modèles identiques pour reproduire l’expérience :

Voici les résultats tracés par l’application fournie avec l’enregistreur. Le Rouge est la Température, le Bleu est l’humidité, le Vert est le point de rosée.

Naturellement les graphes ont des échelles verticales différentes ce qui peut porter à confusion, donc j’ai pris les données brutes et tracé la température seule :

Après avoir visionné ma propre vidéo, j’étais préoccupé parce que j’avais peut-être un éclairage direct de la portion visible de la lampe chauffante vers le boîtier du capteur sur la thermistance, ceux-ci étant de côté. Donc j’ai procédé de nouveau avec les enregistreurs montés verticalement dans des gobelets de papier pour garantir que les thermistances soient protégées de tout rayonnement direct de quelque longueur d’onde ce soir. Voir la vidéo :

Les deux runs avec l’enregistreur USB sont tracés ci-après :

==============================================================

RÉSULTATS :

Run 1 légère élévation et différence de température 43,5°C pour le bocal “A” Air avec une brève impulsion à 44°C, et 43,0°C pour le bocal “B” CO2

Le Run 2 finissait avec 1°C de différence, le bocal A avec de l’air étant plus chaud que le bocal B avec CO2

Le bocal “A” Air était plus chaud que le bocal “B” CO2 durant la totalité de l’expérience.

Données:

JarA Air only run1.txt  JarB CO2 run1.txt

JarA Air only run2.txt JarB CO2 run2.txt

==============================================================

Étape 7 Reproduire exactement l’expérience vidéo Climate 101 de M. Gore avec un thermomètre digital enregistreur haute résolution calibré NIST – durée 30 minutes

Dans cette expérience j’utilise un enregistreur à haute résolution (0.1°F) calibré NIST avec sondes calibrées. Les données étaient collectées sur mon LAN vers une application spéciale. Voici le modèle d’enregistreur :

Feuille de données : Model E Series et l’application pour enregistrer les données est décrite ICI

Description de l’expérience :

Je dus passer pas mal de temps à attendre la sonde du Bocal “B” pour être à parité avec le Bocal “A” en raison de l’effet refroidissant du CO2 introduit. Comme nous le savons, lorsqu’un gaz se détend, il refroidit, et c’est exactement ce qu’il se passe avec du CO2 sous pression libéré. On peut voir l’effet au début de la zone plate de la courbe ci-dessous.

Voici la copie d’écran du résultat final avec l’application de traçage utilisée dans l’expérience, cliquer sur l’image pour agrandir.

RÉSULTATS :

Valeur de pointe du Bocal A avec de l’air : 117.3°F

Valeur de pointe du Bocal B avec CO2 : 116.7°F

A nouveau, l’air précédait le CO2 durant toute l’expérience.

A noter que j’ai permis à cette expérience de passer par un refroidissement après que j’aie coupé les lampes chauffantes à infra rouge, comme le montre la pente après la pointe. Curieusement, alors que le Bocal “A” (sonde 1 en vert) avec Air, devançait le Bocal “B” (sonde 2 en rouge) avec CO2, les positions s’inversaient rapidement après l’arrêt des lampes.

Le bocal rempli de CO2 perdait de la chaleur plus lentement que le bocal avec air, malgré que le bocal d’air “A” ait chauffé légèrement plus vite que le bocal de CO2 “B”.

Qu’est-ce qui peut expliquer cette inversion après l’extinction des lampes ? La réponse se trouve sur le site Engineer’s Edge sous la forme de cette table :

Table des transferts de chaleur

Ce tableau donne la conductivité thermique des gaz en fonction de la température.

Sauf indication contraire, les valeurs se réfèrent à une pression de 100 kPa (1 bar) ou à la pression de saturation de vapeur si celle-ci est < 100 kPa.

La notation P = 0 indique que la limite inférieure de pression est donnée. En général, les valeurs P = 0 et P = 100 kPa diffèrent de moins de 1%.

Les unités sont des milliwatts k-1m-1

Notez les valeurs Air et CO2 que j’ai surlignées dans la colonne 300K. 300K = 80.3°F

L’air est un meilleur conducteur de chaleur que le CO2.

==============================================================

Donc voici à mon avis ce qu’il se passe avec l’expérience Climate 101 de M. Gore.

  1. Comme nous le savons, la vidéo Climate 101 utilise des lampes chauffantes à infrarouge
  2. Les bocaux de verre choisis ne permettent pas la mesure complète de l’infrarouge des lampes entrant au centre du bocal et affectant le gaz. J’ai montré cela de deux manières différentes avec la caméra infrarouge dans les vidéos ci-dessus.
  3. Durant les expériences, j’ai montré la montée en température des bocaux de verre avec la caméra infrarouge. Il était clair qu’ils absorbaient l’énergie infrarouge provenant des lampes.
  4. Les gaz à l’intérieur des bocaux, air et CO2 pur devaient être chauffés par l’émission secondaire du verre à mesure qu’il s’échauffait. Ils n’absorbaient pas d’infrarouge des lampes, mais plutôt de la chaleur au contact du verre.
  5. Selon la table d’ingénierie, l’air est un meilleur conducteur de chaleur que le CO2 pur, donc il chauffe plus rapidement, et lorsque les lampes sont éteintes, il refroidit plus rapidement.
  6. La différence de valeur de 2°F montrée dans l’écran partagé n’a été rencontrée dans aucune des expériences que j’ai menées.
  7. Les conditions décrites dans la vidéo Climate 101 selon laquelle “En quelques minutes vous verrez que la température du bocal avec le dioxyde de carbone monte plus vite et plus haut.” n’ont été rencontrées dans aucune des expériences que j’ai menées. En fait, c’était exactement l’opposé : l’air se réchauffait constamment plus vite que le CO2.
  8. Donc, l’expérience conçue par M. Gore ne montre pas l’effet de serre que nous avons dans notre atmosphère, elle montre le fonctionnement du transfert de chaleur et les différences des taux de transfert avec différentes substances, mais rien d’autre.

L’expérience Climate 101 de M. Gore est falsifiée, et ne pourrait pas fonctionner avec l’équipement spécifié. S’ils ont réellement essayé de réaliser l’expérience eux-mêmes, peut-être est-ce la raison pour laquelle à ont du faire appel à de la mise en scène de studio pour contrefaire la montée de température des thermomètres sur l’écran partagé.

L’expérience telle que présentée par Al Gore et Bill Nye “monsieur science” est un échec et n’est pas représentative de l’effet de serre du CO2 dans notre atmosphère. Telle que présentée, la vidéo est non seulement une contrefaçon fabriquée en post production, mais les prémisses en sont également fausses et ne pourraient jamais fonctionner avec l’équipement présenté. Même avec des instruments de mesure supérieurs, cela ne marche pas mais, plus important, cela ne pourrait marcher comme publié.

Le défaut de conception fut la combinaison de bocaux en verre et de lampes chauffantes à infrarouge.

Gore s’est PLANTÉ.

MISE à JOUR : Certains commentateurs me font dire bien plus que je ne l’envisage dans cet article. Par conséquent je répète cette mise en garde que j’avais posté dans mon premier article où je me concentrais sur les problèmes de montage vidéo et de mise en scène :

Il doit être clair que je ne doute pas que le CO2 ait un effet de réchauffement radiatif dans notre atmosphère en raison de la réémission LWIR, ce qui est bien établi scientifiquement. Ce que je dis est que le Climate Reality Project de M. Gore a fait un médiocre travail de démonstration expérimentale, tellement médiocre en fait qu’ils ont été obligés de fabriquer des parties de la présentation et que l’expérience elle-même (s’ils l’ont vraiment faite, on ne sait) montrerait un mécanisme physique complètement différent de celui qui se produit effectivement dans notre atmosphère.

Il n’était pas question d’autre chose d’autre que de montrer que l’expérience était falsifiée et avait échoué – Anthony

19 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Bernnard | 3/04/2018 @ 17:40 Répondre à ce commentaire

Pop…

2.  Nicias | 3/04/2018 @ 20:03 Répondre à ce commentaire

Voila qui fait suite à notre dernière discussion sur l’effet de serre et les vitres. A consommer sans modération pour les professeurs qui voudrait faire une expérience montrant l’effet de serre atmosphérique.

Merci à Bernard et Scaletrans.

3.  Loiselet | 4/04/2018 @ 0:57 Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

C’est une belle démonstration et un travail de recherche de preuves assez poussé. Ce qui a attiré mon attention personnellement est le fait que les thermomètres utilisés dans les jarres de verre de la vidéo Climate 101 ne sont pas les mêmes que le thermomètre (puisqu’il n’y en a qu’un) qui indique les températures de l’air / CO2. En effet, les thermomètres des jarres indiquent comme graduation de départ 35°C alors que celui servant à comparer l’enceinte d’air par rapport à l’enceinte CO2 commence à 36°C.
Il reste un point que vous n’avez pas bien regardé, je pense : le fait d’utiliser un tuyaux souple de grande longueur, lové et bien exposé sous les lampes IR pour apporter du CO2 vers la jarre en verre peut, suivant le débit de gaz, apporter dans la jarre CO2 un CO2 à plus haute température que l’ambiant et donc générer une hausse de température. Certes on n’est plus à iso surface d’échange.
Cordialement.

4.  Scaletrans | 4/04/2018 @ 9:46 Répondre à ce commentaire

Nicias (#2),
C’est surtout Bernard qu’il faut remercier car il s’est coltiné les sous-titres !

5.  Claude C | 4/04/2018 @ 15:09 Répondre à ce commentaire

Merci Bernard…! ça ne vous rappelle rien ?
https://www.youtube.com/watch?v=WA2etvWvVxY

6.  Bernnard | 4/04/2018 @ 15:14 Répondre à ce commentaire

Claude C (#5),
rofl N’en jetez pas tant !

7.  Bernnard | 4/04/2018 @ 17:54 Répondre à ce commentaire

Dans cette expérience, Anthony détecte assez vite que le verre des jarres bloque les Infrarouges et il pense avec raison que ce n’est pas une représentation de « l’effet de serre » tel qu’on le décrit classiquement. Et il a raison. N’empêche, le verre des jarres rayonne à l’intérieur de celles-ci des infrarouges. On a donc deux relevés comparatifs du comportement de deux atmosphères. Une riche en CO2 et l’autre pauvre.

On constate une légère différence dans l’évolution des températures. Tout se passe comme si le CO2 temporisait l’augmentation du chauffage ou du refroidissement. Il attribue ce comportement à la conductivité thermique du CO2 par rapport à celle de l’air. AMHA, on ne peut exclure ce comportement comme pouvant être celui d’un GES.

Pour lever cette difficulté, des essais avec d’autres GES (par exemple du méthane) devrait être intéressants.

8.  patilleverte | 6/04/2018 @ 18:56 Répondre à ce commentaire

En fait, la réponse est simple, Al Gore n’est PAS (plus) au lycée…

9.  Bernnard | 7/04/2018 @ 8:49 Répondre à ce commentaire

+patilleverte (#8),
Cela démontre la force de tromperie d’un montage vidéo bien fait, appuyé par les commentaires d’un « scientifique » d’opérette. Nous savons maintenant qu’elle amplitude cette tromperie a prise.

10.  Christial | 7/04/2018 @ 9:48 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#9),
Le Gore, prix Nobel de prestidigitation.

11.  Bernnard | 7/04/2018 @ 14:25 Répondre à ce commentaire

Qui est Bill Nye ?

blum

13.  Bernnard | 7/04/2018 @ 16:38 Répondre à ce commentaire

Tom (#12),
Ou voulez vous en venir en postant ces liens ici ?
Quels rapports avec le sujet du fil ?

14.  papijo | 7/04/2018 @ 18:13 Répondre à ce commentaire

Tom (#12),
J’ai regardé les 3 liens, et les 3 se proposent de démontrer l’effet de serre à des lycéens …( et les 3 concluent … « Ces manips ne marchent pas ou ne démontrent pas l’effet de serre » !)

On est donc bien dans le sujet, mais 3 petits mots d’explication n’auraient pas fait de mal !

15.  amike | 7/04/2018 @ 19:10 Répondre à ce commentaire

papijo (#14),

et les 3 concluent…

En effet, on pourrait même dire qu’on n’est pas loin avec ces tests de démontrer surtout l’importance majeure de l’eau sous toutes ses formes :

La seule expérience qui donne des résultats nets semble être est celle avec de la vapeur d’eau… mais je doute très fort que cela soit à cause de son « effet de serre » (ou pour être plus précis de l’effet du rayon infrarouge grande longueur d’onde sur la vapeur d’eau). En effet la vapeur d’eau possède plusieurs bandes d’absorption dans le proche infrarouge (vers 1 μm),…

CQFD : c’est l’eau, le thermostat !

Mais comme l’eau est une constante dans un cycle climatique, que l’augmentation de température est sensée être unique depuis des millions d’années et que le seul événement climatique majeur est l’homme… alors, c’est le CO2 !

Je pense que les expériences de SVT devraient plutôt porter sur le cycle de l’eau. C’est totalement idéologique de choisir de faire des expériences climatiques (ou météo) à partir de source de chaleur comme l’IR et le CO2. Pour agir sur l’eau, on peut utiliser n’importe quelle forme de chaleur, ça réagit smile
Mais des élèves un peu futés pourraient commencer par douter de l’importance du CO2 s’ils se rendaient compte des capacités de l’eau à stocker, ou diffuser la chaleur… no

16.  JC | 7/04/2018 @ 21:07 Répondre à ce commentaire

Sans compter que dans toutes ces expériences (qui ne fonctionnent pas), on ne rajoute pas 100 ppm de CO2 en plus (pour mimer le passage de 300 ppm à 400 ppm) mais bien davantage. C’est dire la pertinence de l’effet de serre du CO2 sur la T°.

Voici mon raisonnement concernant les prédictions du giec. Il faut, je pense, en revenir à ce qui a été publié initialement, il faut revenir aux sources.

Cet article de Hansen (https://pubs.giss.nasa.gov/docs/1988/1988_Hansen_ha02700w.pdf) est important puisque les forçages radiatifs des gaz à effet de serre calculés dans les différents rapports du giec le sont avec les données de Hansen qu’il a développé dans son article de 1981 paru dans Science.

Sur le graph de Hansen tiré de cette publication, on voit l’évolution des T° connues (jusqu’en 1985, puisque l’article parait en1987) et il donne les évolutions (prédictions) des T° du futur (que nous connaissons désormais) à l’aide de ses formules de forçage radiatif. Or ce futur, nous le connaissons maintenant et nous pouvons donc dire si oui ou non les formules des forçages radiatifs ont vraiment prédits ou non les T° actuelles.
On se rend compte que le scénario C qui prévoit la T° en arrêtant d’émettre du CO2 à partir de l’an 2000 montre le plateau de T° que nous avons réellement connu !
Alors que les scénarios avec continuité des émissions de CO2 donnent, d’après les calculs de Hansen, les scénario A ou B.
Or le CO2 a continué à être émis et les prédictions ne se sont pas produites !
Le CO2 a continué à être émis dans l’atmosphère et nous avons obtenus un hiatus comme dans le scénario C de Hansen ! Cela signifie donc que les calculs de Hansen (toujours utilisés) pour mesurer les forçage radiatifs, sont faux !
Le hiatus des T° de près de 20 ans montre donc que les prédictions du giec sont fausses car leurs modèles informatiques sont faux. Et pourquoi sont-ils faux ?
1 – le système climatique du globe n’est pas compris dans sa totalité, il ne prend donc pas en compte tous les paramètres existants. Actuellement on ne sait pas modéliser la formation des nuages. Pour l’anecdote, Pascale Delecluse, qui a modélisé l’océan, dit, elle-même, dans une conférence publique filmée : « on connait moins l’océan que la surface de mars ». C’est dire !
2 – Il manque des données expérimentales sur le forçage radiatif des gaz à effet de serre. Aucune mesures du pouvoir réchauffant du CO2 n’ont été effectuées.
3 – Il manque une théorie physique fiable pour expliquer le mécanisme de l’effet de serre.
De plus, le giec essaie depuis 20 ans de trouver des explications aux failles de leurs modèles, explications qui sont encore des hypothèses mais qui sont présentées par le giec comme des conclusions : « nos modèles prédictifs ne peuvent se tromper, qqchose cache momentanément les résultats de nos modèles ».

17.  Murps | 8/04/2018 @ 16:16 Répondre à ce commentaire

JC (#16),

le système climatique du globe n’est pas compris dans sa totalité,

Je pense qu’il n’est pas compris du tout…

18.  patilleverte | 8/04/2018 @ 18:05 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#11),
« Pauvre » Al Gore … sad

19.  Catier | 12/04/2018 @ 7:46 Répondre à ce commentaire

Le giec n’est pas là pour expliquer le climat mais seulement les causes anthropiques des modifications de celui ci . Il respecte son statut !
Donc c’est le CO2…
Qui le sait ?