Bulletin des climato-réalistes n° 86

– Décès de Jacques Duran

– Contre-COP24 des climato-réalistes le 14 décembre à Paris

DÉCÈS DE JACQUES DURAN

C’est sur une grande tristesse que s’ouvre ce bulletin, pour annoncer la mort de Jacques Duran, pionnier du climato-réalisme en France par son site pensee-unique connu de tous. Jacques était le président d’honneur de notre association. Il était un scientifique remarquable. Depuis deux ans, la maladie l’empêchait de poursuivre l’œuvre qu’il avait entreprise sur son site, mais il se rendait toujours très disponible pour tous ceux – nombreux – qui lui écrivaient. L’association s’associe à la douleur de sa famille et de ses proches.

Liens vers deux articles en hommage à Jacques Duran : ici et ici.

CONTRE-COP24 DES CLIMATO-RÉALISTES

VENDREDI 14 DÉCEMBRE À PARIS

Comme chaque année depuis 2015, l’association des climato-réalistes organise sa « Contre-COP » destinée à contrer les messages alarmistes qui ne manqueront pas d’être déversés dans les médias pendant la COP24 onusienne.

En ces temps de rejets de plus en plus fort des politiques prétendûment « climatiques » dont sont principalement victimes les oubliés du « nouveau monde », la Contre-COP24 aura pour thème « Climats et territoires ». En voici la présentation :

À notre époque qui martèle un discours écologiste fait d’incantations pour « sauver la planète », on en vient facilement à oublier que l’environnement est une réalité plurielle qui se doit d’être appréhendée avant tout à des échelles locales. L’alarmisme climatique est emblématique de cette dérive : aujourd’hui, chaque phénomène météorologique est censé constituer « un signe du dérèglement climatique », sans considération pour l’histoire ou la géographie du lieu concerné.

En se rendant aveugle à la variété des situations particulières, de telles généralités climatiques globalisantes ne sont pas seulement un outil inefficace pour comprendre le réel : elles sont malheureusement aussi des machines à détruire. Ainsi des politiques de « transition énergétique » qui, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, promeuvent à marche forcée le développement d’éoliennes qui saccageront biodiversité et cadres de vie, pour des résultats dont on sait d’avance qu’ils seront à l’opposé des bonnes intentions initiales.

Pour contribuer à l’émergence d’un vrai débat sur ces questions, la Contre-COP24 de l’Association des climato-réalistes aura pour thème « Climats et Territoires ». Elle réunira géographes, économistes, physiciens, décideurs et acteurs locaux lors d’une journée de conférences et de débats à Paris en décembre 2018.

La Contre-COP24 se tiendra à Paris la journée du vendredi 14 décembre 2018, dans une grande salle de l’ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent (Paris VIIe). Le programme détaillé sera communiqué ultérieurement.

LE GIEC SONNE UNE NOUVELLE FOIS LE TOCSIN

Comme le dit le physicien François Gervais dans une interview, « malgré des projections non validées, le GIEC persiste dans l’alarmisme ». Le dernier rapport spécial (SR15) évalue à 45% la réduction nécessaire de nos émissions de CO2 d’ici 2030 pour limiter le réchauffement à venir à 1,5°C. Les bases scientifiques sur lesquelles sont basées les injonctions du GIEC sont pourtant des plus fragiles. Une publication sur le site de Judith Curry révèle d’autre part que le SR15 a introduit des changements considérables. Ainsi, les émissions qui permettraient de rester dans les objectifs de 1,5°C sont désormais cinq fois supérieures à celles qu’indiquaient le rapport précédent du GIEC, l’AR5, à peine cinq ans plus tôt ! Cherchez l’erreur…

Chacun voit bien que ce qui est demandé à nos sociétés n’est pas souhaitable. Ce n’est même pas possible, sauf à être imposé par un ordre international autoritaire aujourd’hui encore heureusement hypothétique. Certains scientifiques semblent appeler de leurs vœux ce type de dictature climatique. Ainsi de François-Marie Bréon, directeur adjoint du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE), qui a carrément déclaré à Libération il y a quelques semaines : « On peut dire que la lutte contre le changement climatique est contraire aux libertés individuelles et donc sans doute avec la démocratie ». (Voir ici pour une analyse.)

LA RÉVOLTE DES AUTOMOBILISTES 

« Il n’y a pas de solution magique au problème du dérèglement climatique » a déclaré Édouard Philippe lors d’un déplacement au Viêt-Nam. «Ça râle un peu… » a t-il ajouté. Ça râle même beaucoup, surtout chez les provinciaux qui ont besoin de leur voiture pour leurs déplacements professionnels et personnels. Le 6 novembre, une pétition en ligne contre la hausse des carburants avait déjà recueilli plus de 776 000 signatures. Une journée d’action nationale (dite « des gilets jaunes ») est prévue samedi 17 novembre. Même Ségolène Royal, ancienne ministre de l’Environnement que l’on a connu moins dérangée par l’écologie punitive en son temps, s’est désolidarisée de la mesure. Selon elle, cette hausse des taxes sur les carburants serait illégale, l’article premier de la loi sur la transition écologique de 2015 prévoyant la neutralité fiscale (un centime de hausse de la fiscalité carbone doit donner lieu à un centime de baisse d’une autre taxe).

Droit dans ses bottes, le président de la République assume. Interpellé par un passant lors de sa tournée dans le nord et l’est de la France, il a déclaré : « le carburant, c’est pas bibi ! », c’est (selon lui) l’effet de l’augmentation des cours mondiaux du pétrole. L’économiste  Rémy Prud’homme a fait les calculs, qui contredisent cette affirmation : la variation des cours du pétrole n’explique que 33% de l’augmentation du prix à la pompe de l’essence, et 18% de celle du gazole.

L’AIR EST PUR À PARIS, MAIS ANNE HIDALGO NE LE SAIT PAS

Soyons clair : la hausse du prix du carburant est une question pour les provinciaux. Les Parisiens, eux, n’en ont cure. Ainsi, le Plan Climat Air Énergie (PCAE) de la ville de Paris prévoit la fin des moteurs diesel à Paris en 2024 et celle des moteurs à essence en 2030. Anne Hidalgo veut lutter contre la pollution et le dérèglement climatique : « On ne mourra pas demain de la pollution : on en meurt aujourd’hui » affirme-t-elle dans la préface de son opus, Respirer, qui vient de paraître. Dans un essai publié le même jour aux éditions du Toucan (commenté ici), Christian Gerondeau démontre pourtant, en se fondant sur les données les plus officielles fournies par AirParif, que la pollution atmosphérique sous toutes ses formes a considérablement régressé en Île-de-France depuis les années 1950, au point de devenir indécelable par les capteurs. Les particules fines à l’origine de la stigmatisation du moteur Diesel sont quant à elles largement en-dessous des seuils d’alerte européens.

LA MOBILITÉ PROPRE EST COÛTEUSE ET… PLUTÔT SALE

La stigmatisation du moteur thermique est en train d’anéantir des décennies d’expérience, des milliards d’investissement en recherche et développement, et d’ouvrir une formidable fenêtre d’opportunité aux constructeurs chinois. Comme le souligne dans Le Point Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research, le cœur du véhicule est désormais la batterie, dont les technologies les plus avancées sont entre les mains des groupes d’électronique japonais, coréens et chinois. D’autre part, selon un rapport du cabinet FTI Consulting rapporté par BFMTVla marche forcée vers la voiture électrique va détruire de nombreux emplois chez les fabricants automobiles et leurs sous-traitants. Carlos Tavares a résumé sur France-Inter la situation par cette formule :  « la mobilité propre, c’est comme la nourriture bio, c’est plus cher ».

Or est-elle si propre, cette mobilité ? On en doute : « Une voiture électrique pollue (presque) autant qu’un diesel », admet L’Obs.  Nicolas Meilhan, consultant spécialisé dans les secteurs du transport et de l’énergie, estime dans un article intitulé « La voiture électrique ou l’externalisation de la pollution » que la fabrication d’une voiture électrique émet plus de gaz à effet de serre que celle d’une voiture thermique.

LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE L’ÉNERGIE UNE NOUVELLE FOIS REPOUSSÉE

Devant cet inextricable imbroglio de contradictions, on comprend que le gouvernement tarde à faire connaître ses arbitrages sur la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, dont la présentation a été à nouveau repoussée courant novembre. Dans un article intitulé « Programmation énergétique : savoir aller contre le vent » publié par l’Opinion, Jean-Pierre Chevènement donne le ton : « EDF, sous la tutelle de M. de Rugy, prépare un plan prévoyant la fermeture d’au moins une demi-douzaine de centrales nucléaires. A-t-on vu quelque part dans le monde un pays qui manifeste une telle défiance à l’égard de ses propres capacités au point de porter un tel coup à la crédibilité de son industrie ? ».

ACTIVITÉS DE L’ASSOCIATION 

FRANCOIS GERVAIS SUR FRANCE INTER

Jeudi 1 novembre 2018, François Gervais participait à l’émission de France Inter de Laurent Goumarre sur le thème « Climat en Folie ». Parmi ses contradicteurs, Aymeric Caron, journaliste, Françoise Vimeux et Jean Jouzel.

PUBLICATIONS

Deux nouvelles publications à signaler aux éditions de l’Artilleur :

• Christian Gerondeau, L’Air est pur à Paris mais personne ne le sait.

• François Gervais, L’Urgence climatique est un leurre, dans la collection Grandeur Nature initiée et soutenue par l’association des climato-réalistes.

L’essai de François Gervais a fait l’objet d’un article dans Valeurs actuelles  : « Malgré des projections non validées, le GIEC persiste dans l’alarmisme » ! Cet article a donné lieu à quelques critiques auxquelles l’auteur, et Valeurs actuelles, ont apporté plusieurs éléments de réponses.

Numéro hors-série 67 de la revue de vulgarisation mathématique Tangente

Des articles de Rémy Rémy Prud’homme, Jean-Claude Bernier François Gervais et Benoît Rittaud

Dernières publications sur le site des climato-réalistes

Journée sans voiture du 16 septembre 2018
Le nombre d’ouragans est en diminution aux États-Unis
Cycle du carbone, l’éclairage de trois nouvelles publications

53 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 8/11/2018 @ 12:52 Répondre à ce commentaire

Bulletin 86 en ligne

2.  the fritz | 8/11/2018 @ 14:59 Répondre à ce commentaire

Usbek (#1),

Droit dans ses bottes, le président de la République assume

J’ai même lu qu’il a dit que il préfèrerait taxer le diesel que le travail; pour le promoteur du prélèvement à la source , je trouve cela un peu gonflé car à part les banquiers qui remplissent leur caisse sans travailler , le prélèvement à la source , pour le commun du mortel , c’est plus que jamais une taxe sur le travail

3.  the fritz | 8/11/2018 @ 15:03 Répondre à ce commentaire

Usbek (#1),
Il me semble aussi que j’ai lu que Bruno Lemaire avait dit qu’il voulait arrêter de subventionner le diesel; faudrait lui rappeler que les carburants dont 80% est du diesel représente le troisième revenu de l’état via la TIPP, après la TVA et la taxe sur le travail ou précédemment appelé impôt direct

4.  Claude C | 8/11/2018 @ 16:32 Répondre à ce commentaire

Pour ce qui est de François Gervais sur France Inter, je trouve qu’il est gonflé good de s’être prêté isolé à ce débat déséquilibré …

5.  Bernnard | 8/11/2018 @ 17:08 Répondre à ce commentaire

Claude C (#4),
Sur les médias publics (et les autres), ce sont toujours des débats déséquilibrés quand le sujet est le climat.
La couleur est généralement annoncée dans l’introduction du débat. Le climat change, quelle horreur !
Au mieux, l’opposant (il est souvent seul.) est ignoré. Au pire, il sert à faire valoir.

6.  scaletrans | 8/11/2018 @ 17:57 Répondre à ce commentaire

En tous cas, le contradicteur de François Gervais sur VA s’est fait étriller. Et en plus, le gus en question se réclame du « consensus »: quel mot malheureux lorsqu’on parle de science !

7.  JC | 8/11/2018 @ 22:14 Répondre à ce commentaire

Sur l’émission de France Inter : c’est fou comme la discussion sur des éléments scientifiques n’intéresse pas les gens autour de la table. Personne ne veut les entendre et en discuter.
La nana a quand même le toupet – et avec aisance et aplomb en plus – de dire à un moment que les modèles sont incapables de dire ce que deviendront les zones tropicales mais que ce sera quand même catastrophique !! (« pour certaines régions on manque de connaissances pour dire si ce sera des changements avec plus de pluie ou moins de pluie et là c’est très grave car ces pays ne savent pas à quoi s’adapter).

8.  BenHague | 9/11/2018 @ 0:27 Répondre à ce commentaire

Bourseiller a tout de même rappelé toutes les âneries catastrophistes énoncées dans les années 70 et notamment le fait que certains climatologues annonçaient un refroidissement climatique.
J’ai aussi remarqué que Jouzel était très prudent face à Gervais. PLusieurs fois (au moins 2 fois) l’animateur est revenu sur les 55 degC en France prophétisé par Jouzel et ce dernier a esquivé …

9.  ardeche07 | 9/11/2018 @ 9:41 Répondre à ce commentaire

JC (#7),

Oui l’évolution des précipitations dans les modèles c’est n’importe quoi, en tout cas pour l’instant.
J’ai vu la leçon de Jancovici de 2012, sortant les prévisions de précipitations du GIEC, on y voyais une aridification du bassin méditerranéen ( il y voyait donc un soucis pour l’hydraulique).
Ben cette année je peux vous dire qu’on manque pas d’eau, depuis fin octobre il pleut même tous les jours, et ça va durer ….
On a bien eu une petite sécheresse l’an passé mais rien de plus banal.
De fait c’est même plus vert en Provence qu’en Alsace.
On voit en effet le nord de l’Europe s’assécher, donc l’inverse des modèles …

10.  Hug | 9/11/2018 @ 10:13 Répondre à ce commentaire

ardeche07 (#9),
Oui et il neige même au Maroc :
https://www.moroccoworldnews.com/2018/11/256955/morocco-snowfall-delights-burdens/
Mais attention hein, c’est de la météo, pas du climat…

11.  Bernnard | 9/11/2018 @ 11:50 Répondre à ce commentaire

Hug (#10),
Il neige au Maroc !
C’est normal ça arrive tous les ans. L’Atlas marocain est élevé (point culminant ≈ 4100 m).
Cependant généralement c’est plus tard que ça arrive.

12.  Hug | 9/11/2018 @ 11:54 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#11),
Oui mais fin octobre / début novembre tout de même et pas à 4000m, mais à 1000/1500m.

13.  M_a_n_u | 11/11/2018 @ 19:42 Répondre à ce commentaire

Bah ! Si une voiture électrique pollue autant, c’est qu’elle pollue moins. CQFD.
J’imagine qu’une pollution n’a pas été prise en compte : le bruit.
Conclusion : ça pollue moins qu’une voiture classique, ça ne fait pas de bruit et ça ne coûte quasi rien en entretien. Comme voiture secondaire voire tertiaire reste quoi à la voiture classique ?

14.  M_a_n_u | 11/11/2018 @ 19:58 Répondre à ce commentaire

Tiens, c’est bizarre, aucun mention du dossier du magazine Challenges sur le nucléaire, pardon, le radioactif.
Il est sûr qu’y lire même là que le coût du radioactif nouveau ne fait plus le poids face aux renouvelables, et qu’à part les pays à « états forts » il n’y a plus de nouvelle commande (et cells prévues ne seront pas forcément toute réalisées), ça écorne sérieusement le mythe propagé ici.

15.  papijo | 11/11/2018 @ 21:49 Répondre à ce commentaire

M_a_n_u (#13),

ça pollue moins qu’une voiture classique, ça ne fait pas de bruit et ça ne coûte quasi rien en entretien.

Plutôt: ça ne pollue que chez les chinois (pour la fabrication des batteries et de beaucoup d’autres pièces), ça fait moins de bruit, on se les gèle, ça coûte 69 €/mois de frais de batterie (en Zoé) et ça va pas loin, et c’est les cou…llons de pèquenots de la campagne et des banlieues qui paient les subventions à l’achat grâce aux taxes sur le diésel !
Liens: Location batterie, autonomie, confort en hiver.

16.  amike | 11/11/2018 @ 22:05 Répondre à ce commentaire

M_a_n_u (#14), J’ai vu un article en septembre. Rien, mais rien (ou dans l’implicite : forcément, tout est prévu) sur les centrales de soutien aux EnR, les subventions, le coût pour le particulier. Pourtant, ce n’est pas difficile pour un magazine aussi unioniste d’aller voir en Allemagne…

Les capacités éoliennes et solaires étant en plein boom – elles devraient tripler d’ici quinze ans –

Sauf que tripler les capacités ne veut pas dire triplement en parallèle de la production réelle, les chiffres allemands montrent que la progression effective est bien plus faible, comme par exemple une surproduction temporaire qui ne trouve pas de consommateur…
Graphique : instabilité de l’Europe du vent

On a du mal à croire à la dé-carbonisation dans 15ans…

17.  the fritz | 11/11/2018 @ 22:06 Répondre à ce commentaire

M_a_n_u (#13),
Manu, vous répondez à qui , à quoi , c’est vous qui dites une ânerie pareille ?

Bah ! Si une voiture électrique pollue autant, c’est qu’elle pollue moins

Si le bruit vous dérange , faut aller vivre à la campagne; mais peut-être que le chant du coq le matin à six heures vous dérange aussi

Comme voiture secondaire voire tertiaire reste quoi à la voiture classique ?

Vous êtes comme Hulot si je comprends bien : six voitures et un yacht avec 500 CV au c..l

18.  geoff chambers | 12/11/2018 @ 15:02 Répondre à ce commentaire

Est-ce que quelqu’un a vu François Gervais chez Pascal Praud (l’heure des pros) sur C News ce matin? Praud l’a introduit vers 9h comme prof émerite, directeur de recherche au CNRS, l’a laissé parlé quinze secondes, a tenu son livre dans sa main (mais ne l’a pas ouvert) puis on l’a laissé poireauter une heure avant de lui demander d’expliquer son thèse en trente secondes. Et puis Praud a dit qqchose comme : « Comment je peux savoir que vous n’êtes pas un fou, un hurluberlu ? » Le porte parole du PC a dit « Galilée disait que la terre tourne, mais la terre brule » le journaliste de CNews, celui avec les cheveux bouclés grisonnants et le gros pif, a dit « la terre est plate ». Et ainsi de suite.

19.  geoff chambers | 12/11/2018 @ 15:29 Répondre à ce commentaire

L’essentiel de l’interview est à
https://www.youtube.com/watch?v=GUrYJ-1HYPM
vers 15 minutes, mais Gervais avait déjà été insulté par les participants dans la séquence précédente

20.  moujik22 | 12/11/2018 @ 17:25 Répondre à ce commentaire

A propos de l’air de Paris et de nos villes en général. Existe-t-il des études vétérinaires montrant que nos amis à 4 pattes -qui ont la truffe à hauteur des pots d’échappement- sont plus sujets à certaines pathologies ( pulmonaires) en ville que leurs congénères de la campagne ? Je cherche mais n’ai rien trouvé de tel… A part les rats qui pullulent à Paris et n’ont pas l’air gêné par leur environnement….

21.  Bernnard | 12/11/2018 @ 18:39 Répondre à ce commentaire

geoff chambers (#18),
Effectivement. François Gervais était bien seul à se taire durant la plus grande partie de cette émission où tout les participants gauche comme droite s’étripaient sur l’actualité non-climatique, mais dès qu’on en est venu au climat, tous ont mis sous le coude leurs divergences pour vilipender le seul physicien qui savait de quoi il parlait. Sauf peut-être Élisabeth Levy qui disait à la fin que cette affaire était une religion.

22.  Hug | 12/11/2018 @ 20:46 Répondre à ce commentaire

geoff chambers (#19),
Gérard Leclerc est un con de classe mondiale, potentiellement un champion du monde.

23.  geoff chambers | 12/11/2018 @ 21:48 Répondre à ce commentaire

Bernnard 21
Le porte parole communiste était aussi intéressant. Pendant la première intervention de Gervais, quelque part ici
https://www.youtube.com/watch?v=WFi_2s6dWxk
il disait qqchose comme « Galilée disait que la terre tourne, mais elle brule. » mais on le voit l’écouter avec interêt et poser une question intelligente dans la 2ième partie.
Hug 22
Merci pour m’avoir rappeller le nom de Gérard Leclerc. C’est vrai qu’il ressemble a un char et il est con comme un supermarché.

24.  JC | 12/11/2018 @ 22:30 Répondre à ce commentaire

Evidemment, ils tombent tous sur François Gervais mais au moins on entend sa voie dissonante et c’est déjà ça car ça fout un peu le bazar dans ce qui d’habitude est déjà tout écrit. Que F. Gervais tienne bon.

25.  Cyril | 13/11/2018 @ 9:02 Répondre à ce commentaire

J’ai regardé cette vidéo. C’est effrayant, et pourtant Pascal Praud s’est pourtant déjà montré plus incisif et plus respectueux de ses invités.
Si on invite quelqu’un, surtout sur un sujet aussi polémique, c’est pour bien écouter ce qu’il à à dire (sauf peut-être dans l’émission de Ruquier ONPC).
Pourtant, dès que François Gervais prend la parole, on la lui coupe, le pire étant Gérard Leclerc , les bras croisés, la mine renfrognée, style « l’accusé est coupable, et je n’ai même pas besoin de le démontrer ».
Et puis cette accusation répétée « êtes vous climatologue ? », sans même s’interroger sur ce à quoi la climatologie doit faire appel comme connaissances : physiciens, astronomes, chimistes, océanologues, … pour pouvoir établir des hypothèses et des théories.
Pas la moindre connaissance scientifique, pas le moindre bon sens, pas le moindre intéret pour l’invité et les débats qu’il suscite.
Effectivement, seule Elisabeth Levy et sa pensée à rebrousse poil, apportent un peu d’espoir pour une approche véritablement scientifique des ces problèmes qui mobilisent des milliards d’argent publics, sans certitude, et engagent, voire bloquent, la politique énergétique pour des décennies.
Et à ce propos, avec le tout électrique (renouvelable bien sur), nous ne serons peut-être plus dépendant du pétrole, mais surement de la Chine via les terres rares dont elle a acquis le quasi monopole, pour le batteries et les aimants des moteurs électriques

26.  JG2433 | 13/11/2018 @ 10:00 Répondre à ce commentaire

geoff chambers (#23),
Amusante, votre référence aux supermarchés. smile
En France, Michel-Édouard Leclerc est le patron de la chaîne éponyme des magasins « Leclerc » – hyper et supermarchés). Par votre allusion sous-jascente (volontaire ou non), vous ne le loupez pas ! laugh

27.  Ecophob | 13/11/2018 @ 20:49 Répondre à ce commentaire

Cyril (#25), Pascal Praud a eu un rappel à l’ordre récemment de la part de chiens de garde de Rance Info comme quoi il était trop ouvert aux opinions dissidentes dans ses débats. Ca a l’air de l’avoir calmé!

28.  rpf | 13/11/2018 @ 22:04 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#27), Cyril (#25)
A propos de journaliste , vous avez Frédéric Taddeï qui s’est exilé sur une chaine « fakes news »
Il a osé inviter, et surtout laisser longuement parler cette dame:
https://www.youtube.com/watch?v=tW2PKz_OTsA
à voir à partir de 7:00

Un de ces jours, il est bien capable d’inviter des climatosceptiques pour un débat sur le climat.

29.  Jojobargeot | 14/11/2018 @ 7:09 Répondre à ce commentaire

rpf (#28), Déjà fait. Mal traité. Faux débat. J’ai déjà eu l’occasion de lui mettre une crotte dans sa face sur RT à ce sujet.

30.  patilleverte | 14/11/2018 @ 12:24 Répondre à ce commentaire

rpf (#28),
Je pense que je vais acheter son bouquin « Les marchands de nouvelles », (Ingrid Riocreux)

31.  JG2433 | 14/11/2018 @ 12:48 Répondre à ce commentaire

patilleverte (#30),
[Pour info]
Mme Ingrid Riocreux publie des articles dans son blog :
https://blog.causeur.fr/lavoixdenosmaitres/articles

32.  devinplombier | 14/11/2018 @ 18:16 Répondre à ce commentaire

rpf (#28),

Excellent , je doute que la version russe passe à Moscou .

33.  patilleverte | 14/11/2018 @ 20:53 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#31),
Thanks ou plutôt spassiba !

34.  M_a_n_u | 15/11/2018 @ 22:31 Répondre à ce commentaire

the fritz (#17),
Arg, j’ai oublié un mot :
« Bah, si une voiture électrique pollue presque autant, c’est qu’elle pollue moins ».
Par contre je cherche le rapport entre se féliciter d’échapper à la pollution sonore de l’automobile et le chant du coq à 6 h du matin…
Quant à la remarque sur le nombre de voitures, nous ne sommes plus dans les années 60 : avoir plus d’une voiture n’est plus nécessairement un signe d’aisance. C’est le lot d’une grande partie de la population non parisienne intra-muros.

35.  Philippe | 16/11/2018 @ 19:21 Répondre à ce commentaire

Quelqu’un sait ce que va devenir le site de Jacques Duran ? Ce serait dommage qu’il disparaisse !

36.  patilleverte | 16/11/2018 @ 19:37 Répondre à ce commentaire

M_a_n_u (#34),
Voir « néo ruraux », plutôt pauvres (ou pas), habitant « à la campagne », donc a priori loin du chant des moteurs auto, mais pas de celui du coqs-réveille matin.

37.  JG2433 | 16/11/2018 @ 20:20 Répondre à ce commentaire

Philippe (#35),
Pour information.
Vous pourriez consulter le site de Benoît Rittaud :
https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2018/10/31/a-jacques/
afin de prendre connaissance de la réponse qu’il avait donnée (9 novembre 2018 – 19h05), à un des lecteurs de son billet, suite à sa question, assez similaire à la vôtre :
https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2018/10/31/a-jacques/#comment-5874

38.  Papi.G | 22/11/2018 @ 12:32 Répondre à ce commentaire

Philippe (#35)

J’ai effectué une copie du site de Jacques Duran avec HTTrack
460 gigaoctets, 7970 dossiers, 8899 fichiers.
Cela m’a pris quatre jours.
Je ne sais pas trop quel est le régime de copyright…

39.  Nicias | 22/11/2018 @ 15:58 Répondre à ce commentaire

Papi.G (#38),

Il faut qu’on demande à la famille.

40.  Cdt Michel e.r. | 22/11/2018 @ 18:22 Répondre à ce commentaire

Papi.G (#38), Nicias (#39),
L’accord de la famille de Jacques ne suffit pas malheureusement.
Au sein de l’Union Européenne, c’est le droit d’auteur est d’application.
Mais avec HTTrack vous avez aspiré une majorité de fichiers sur d’autres sites que celui de Jacques Duran, ce qui complique tout.

41.  Papi.G | 22/11/2018 @ 19:31 Répondre à ce commentaire

OK, je vire tout ça!
Merci pour vos réponses.
On va laisser Benoit gérer le maintien du suite.

42.  Marco40 | 23/11/2018 @ 6:42 Répondre à ce commentaire

Papi.G (#41), Papi.G (#41), Pas besoin de virer : site en accès libre, pas de contenu payant et tant que c’est pour un usage personnel, il n’y a pas de raison d’avoir de soucis. C’est seulement si vous deviez utiliser ces données pour diffusion (même gratuite) que vous pourriez avoir un problème.

43.  williams | 23/11/2018 @ 10:09 Répondre à ce commentaire

Le comble sur les taxes dont la taxe carbone est que les avions et bateaux y échappent contrairement aux voitures, camions, motos,… alors que le secteur aérien est indéniablement un des principaux responsables de la pollution mondiale, avec en outre une empreinte carbone de 241 kg de CO2 par passager pour un trajet de 500 km aller-retour en avion, contre 170,6 environ pour le même trajet effectué cette fois en voiture, selon les chiffres de l’Ademe. Pas mieux côté transport maritime : un seul cargo pollue autant que 50 millions de voitures, selon une étude menée par France Nature Environnement.

Cette différence de traitement est un symptôme de l’injustice sociale générée par la façon dont la fiscalité écologique est appliquée en France puisque l’aviation et le transport maritime sont des pollueurs non payeurs et qu’on met tout sur dos des français comme pour tout !

Williams

44.  Marco40 | 23/11/2018 @ 10:16 Répondre à ce commentaire

williams (#43), Attention : quand on taxe le lait, ce n’est pas la vache qui paie! Idem pour les avions et le transport maritime : c’est le consommateur final qui paie.

45.  williams | 23/11/2018 @ 11:54 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#44),

Oui je suis d’accord que c’est toujours le consommateur qui paie mais il faut voir comment les médias et le gouvernement dit la raison pour laquelle est mis la taxe carbone. De plus le gouvernement ne fait rien pour que n’augmente plus le nombre des avions dans le ciel quand on voit par exemple combien d’année il a fallut pour que ne soit pas construit le 2ème aéroport à Nancy, etc. Puis regardez toutes les voitures et motos qui ont suivit le président avec sa nouvelle voiture diesel le 11/11/2018 et Trump qui est venu voir Macron avec 2 gros avions ! Cela montre qu’ils disent au français de faire une chose et font tout l’inverse eux même.

Puis ce n’est pas par ce que seul la France se bougera que cela aura un effet sur l’effet-de-serre et la pollution !

Williams

46.  the fritz | 23/11/2018 @ 12:45 Répondre à ce commentaire

williams (#43),
Faut donner les liens , mais cent fois d’accord avec toi

47.  the fritz | 23/11/2018 @ 12:47 Répondre à ce commentaire

williams (#45),
Encore d’accord avec toi

48.  the fritz | 23/11/2018 @ 12:54 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#44),
Oui , mais j’ai l’impression de devenir la vache à lait du gouvernement français ; c’est vrai que vu mon âge je ne produis plus beaucoup de lait ; mais quand je travaillais ils se sont rempli les poches; il fallait qu’ils ne le placent pas dans l’ADEME ou dans des ministères de l’écologie mais dans la recherche et le nucléaire de quatrième génération

49.  scaletrans | 23/11/2018 @ 17:30 Répondre à ce commentaire

williams (#43),

alors que le secteur aérien est indéniablement un des principaux responsables de la pollution mondiale, avec en outre une empreinte carbone de 241 kg de CO2 par passager pour un trajet de 500 km aller-retour en avion, contre 170,6 environ pour le même trajet effectué cette fois en voiture, selon les chiffres de l’Ademe.

Franchement je doute de ces chiffres, d’autant plus que la consommation par km/passager est inférieure à celle du transport automobile (de moitié si je me rappelle bien). L’Ademe n’est d’ailleurs pas une référence en général.

50.  the fritz | 23/11/2018 @ 18:47 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#49),
On est bien d’accord , mais quand vous prenez l’avion vous faites beaucoup de Km ; comparez un allez retour pour la Réunion -Paris avec ce que fait le campagnard auquel on a fermé la boulangerie du bled pour aller à la ville faire ses courses ; je n’ai rien contre les gens qui ont de l’argent et se payent des vacances aux Antilles ; je n’ai rien non plus contre les gens qui prospectent , éduquent ou investissent aux quatre coins de la planète ; j’en veux simplement aux gens qui vont de COP en COP pour dire qu’il faut arrêter le fossile
Hier soir Hulot nous a répété qu’il faut arrêter le pétrole pour éviter la fin du monde et pour cela le taxer ; le pétrole n’est pas éternel , mais si on laisse l’humanité se rendre compte de cela elle se débrouillera ; c ‘est comme dans les temps passés avec le bois ou le charbon qui n’a pas dit son dernier mot. L’avenir c’est le nucléaire pour les infrastructures de l’état et le renouvelable pour les besoins personnels