Bulletin des climato-réalistes n° 91

– Succès de la soirée climato-réaliste

– Encore un appel à la censure

SUCCÈS DE LA SOIRÉE CLIMATO-RÉALISTE LUNDI 6 MAI

Lundi 6 mai à Paris, deux conférenciers exceptionnels ont présenté devant une salle comble autant que conquise leurs perspectives sur l’alarmisme climatique. Laurent Alexandre, chirurgien, essayiste et entrepreneur, a dénoncé le caractère régressif et anti-science des mouvements écologistes contemporains, qui en viennent à nier les bienfaits pourtant incontestables des progrès technologiques de ces derniers siècles. John Christy, climatologue à l’université d’Alabama à Huntsville, a quant à lui comparé les prévisions des modèles climatiques aux observations satellitaires qu’il mène depuis des années, pour expliquer que les certitudes du GIEC ne résistent pas à la confrontation aux données expérimentales.

Les vidéos de ces conférences sont disponibles sur la chaîne YouTube de l’association ; vous les obtiendrez en cliquant sur les liens suivants :

COMMENT DES FAITS VÉRIFIABLES DEVIENNENT DES « FAKE NEWS »

À force d’être répétée en boucle, l’affirmation selon laquelle le nombre d’événements climatiques extrêmes augmente finit par s’imposer comme une vérité ne souffrant aucune contradiction. L’émission L’heure des pros nous en en récemment fourni l’illustration : une journaliste s’est vue traitée de négationniste parce qu’elle osait questionner la réalité de l’augmentation du nombre des événements extrêmes  au cours des 30 dernières années (lire ici le commentaire de Benoît Rittaud sur cet épisode).

En réalité il n’y a pas d’augmentation du nombre des événements climatiques extrêmes, cela est même reconnu par le GIEC dans son rapport spécial de 2012. Le nombre de désastres naturels est  stable (394 événements en 2018 dont 58 séismes) selon le rapport annuel de l’assureur AON, voire en diminution sur la période 1998-2017 selon l’UNISDR (Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes ).

LA VALSE DES MILLIARDS

Tirant prétexte de l’augmentation (pourtant fictive) du nombre des événements extrêmes, certaines institutions internationales (et de nombreux gouvernements en Occident) recommandent d’investir des sommes pharaoniques pour décarboner l’économie mondiale. La Banque mondiale estime à 90 000 milliards de dollars les sommes que le monde va devoir investir  dans les infrastructures d’ici 2030. Le programme de la liste « Renaissance » (LREM) aux élections européennes (sans doute inspirée par le projet de l’économiste Pierre Larrouturou et du climatologue Jean Jouzel) propose d’investir 1000 milliards d’euros par an pendant 30 ans via une banque européenne du climat.

Le bon emploi de ces sommes est pour le moins douteux. Ce dont en revanche on peut être certain c’est qu’elles renchériront le coût de l’énergie alors que selon les données fournies par la Banque mondiale, 15% de la population mondiale (soit plus d’un milliard d’habitants), n’a pas encore accès à l’électricité (47 % pour la seule Afrique subsaharienne).

Ces sommes énormes, qui ne contribueront en rien à la résolution des vrais problèmes de l’humanité (les guerres, les maladies et la misère), sont choquantes, notamment pour les habitants des pays pauvres. Dans une tribune de 2009, Fiona Kobusingye, coordonnatrice du congrès pour l’égalité raciale en Ouganda, exprimait ainsi sa colère :

« Le vrai problème n’est pas la science discutable ou fausse, les revendications hystériques et les modèles informatiques sans valeur qui prédisent les catastrophes liées au réchauffement de la planète. C’est qu’ils sont utilisés pour justifier de dire aux Africains qu’il ne faut pas construire de centrales électriques au charbon ou au gaz naturel. C’est l’absence presque totale d’électricité qui nous empêche de créer des emplois et de devenir des sociétés modernes. C’est que ces politiques tuent » .

RETOUR À LA SCIENCE (ET À LA RAISON)

Le comble est que ces dépenses n’auront aucun effet sur le réchauffement. Le statisticien danois Bjorn Lomborg l’a déjà démontré en 2016 dans la revue Global Policy (traduction en français accessible ici) : la mise en œuvre des politiques climatiques prévues par l’accord de Paris ne réduirait la hausse de la température mondiale que d’environ 0,17 °C en 2100.

Les travaux du dernier prix Nobel  d’Economie William Nordhaus vont dans le même sens : son analyse coûts/avantages (expliquée dans cet article par l’économiste Rémy Prud’homme) montre que l’objectif de l’ONU de limiter le réchauffement à 1,5°C appauvrirait l’humanité.

PUBLICATIONS

L’écologisme, nouveau totalitarisme ?, le nouveau livre de Drieu Godefridi  paru chez Texquis (disponible sur Amazon).

La Physique du Climat, un livre en ligne de Jacques-Marie Moranne et Camille Veyres, préfacé par François Gervais.

« Appel au bon sens » par Christian Gerondeau et Rémy Prud’homme, sur l’effet réel des émissions anthropiques mondiales annuelles.

DANS LES MÉDIAS

« Transition énergétique allemande : le fantasme fait place à la gueule de bois », par Philippe Manière, Challenges11 mai.

Une interview de François Gervais dans Atlantico du 15 mai sur la géo-ingénierie.

Une interview de Benoît Rittaud sur Radio Notre Dame (23 avril), sur le thème « pouvons-nous encore échapper à l’ effondrement de la planète ? »

Un débat sur France 3 Corse (21 avril) entre Benoît Rittaud et Antoine Orsini.

 

31 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 22/05/2019 @ 9:02 Répondre à ce commentaire

Bulletin n°91 en ligne (avec les vidéos de la conférence du 06 mai )

2.  rpf | 22/05/2019 @ 16:32 Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour les vidéos des 2 conférenciers, … et de traduction pour la conférence de J. Christy.
Plus généralement, bravo pour votre travail d’information.

3.  andqui | 22/05/2019 @ 16:36 Répondre à ce commentaire

Laurent Alexandre est une recrue de choix, de premier choix. En effet, il est le seul à être réellement connu. Courtillot, Prudhomme, Gervais, Galam et les autres sont très bons mais ils sont quasi-invisibles sur les médias mainstream; en revanche, on s’arrache Alexandre parce que son discours est nouveau (avec Harari) et séduisant, et qu’il est surdiplômé, éloquent et propre sur lui. Mais si on l’écoute plus attentivement, on peut percevoir des thèses très clivantes: il y aura les c…s, très nombreux, qui ne comprennent rien et seront vite dépassés, et quelques autres qui auront la maîtrise de leur vie.
Je crains, à écouter mes amis, connaissances et autres, qu’il n’ait raison
Il faut le cajoler!

4.  Hug | 22/05/2019 @ 21:03 Répondre à ce commentaire

Merci pour les vidéos de la soirée du 6 mai. Elles sont de très bonne qualité, tant pour le  »contenu » que pour la technique

5.  Cdt Michel e.r. | 23/05/2019 @ 1:42 Répondre à ce commentaire

Usbek (#1),

En parcourant l’article, j’ai vu qu’il y avait une traduction d’un article de Lomborg. Ça me disait quelque chose et je l’ai téléchargée. Après avoir tout parcouru en diagonale, j’ai constaté que c’était moi qui l’avait traduit. Je ne m’en souvenais plus.

Plus sérieusement, j’ai payé un abonnement annuel de DeepL Pro Starter+ (108 €/an, soit 9 €/mois) qui me permet de faire traduire des documents entiers pour autant qu’il s’agisse de documents Word (.docx) ou Powerpoint (.pptx).à raison de maximum 20 documents par mois.
DeepL ne précisant nulle part la taille maximum de ces documents, je me suis livré à quelques essais en lui faisant traduire le Weather.pdf de James A. Marusek (18 Mo).
Après avoir fait convertir ce PDF en DOCX, je l’ai scindé en 4 parties que j’ai envoyées séparément à DeepL Pro. Ces docs étaient acceptés mais il n’y avait que 300 à 400 pages A4 traduites, le reste restant en anglais.
Je suis arrivé à la conclusion que le nombre de caractères, espaces comprises, dans le texte à traduire ne pouvait pas dépasser 1,5 à 2 millions de caractères. La taille des images n’entre pas dans ce décompte. C’est quand même énorme, quand on pense qu’un roman comme « 1984 » d’Orwell, ce n’est même pas 650.000 caractères pour 383 pages.

J’ai encore la possibilité de faire traduire 15 longs documents jusqu’au 7 mai.
C’est-à-dire bien plus d’articles en en regroupant plusieurs dans un seul docx.
Je n’en aurai vraisemblablement pas l’usage.

Si vous avez encore des documents à traduire, c’est le moment de me les signaler.
Je passe plusieurs fois par jour sur Skyfall et vous avez mon adresse e-mail dans la traduction que vous avez publiée.

Cordialement,
Jean-Claude

6.  PierreG | 23/05/2019 @ 8:34 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#5),
Bonjour Jean-Claude,
Je ne vous ai pas cité dans le bulletin (peut-être aurais-je dû ?) comme l’auteur de la traduction du papier de Lomborg, mais l’ai fait savoir lors de nos réunions.
Nous acceptons avec plaisir votre proposition de traduire d’autres articles. Si vous avez vous même des idées de traduction, n’hésitez pas à nous le proposer.
Encore merci et à bientôt
Pierre

7.  Claude C | 23/05/2019 @ 10:44 Répondre à ce commentaire

Sincères félicitations pour la qualité des vidéos en net progrès, prise de vue, son (doublage), éclairages…etc… merci aux organisateurs.

8.  jdrien | 23/05/2019 @ 12:39 Répondre à ce commentaire

A propos de traduction, j’ai découvert qu’il existe une traduction du résumé pour décideurs.
Il serait intéressant de diffuser aussi une traduction (au moins partielle) du rapport technique (à moins qu’elle existe déjà?).

9.  rpf | 24/05/2019 @ 4:07 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#5),
Un document dont la traduction serai utile est celui ci:

https://www.heartland.org/_template-assets/documents/Books/Why%20Scientists%20Disagree%20Second%20Edition%20with%20covers.pdf

Mais cette traduction existe peut-être déjà ?

10.  Cdt Michel e.r. | 24/05/2019 @ 8:56 Répondre à ce commentaire

rpf (#9),
Why Scientists Disagree About Global Warming
The NIPCC Report on Scientific Consensus

Ce n’est pas un PDF éditable, mais un document qui a été scanné.
Cela m’étonnerait donc qu’il ait déjà été traduit.
Pas de problème pour moi, il a déjà été OCéRisé et enregistré au format Open Document Text (.odt) par mon brave Abbyy Fine Reader 12 Corporate. Ça a pris moins de 5 minutes.
Je serai absent de chez moi jusqu’en fin d’après midi, mais je l’aurai probablement traduit ce soir encore.

11.  Paul Aubrin | 24/05/2019 @ 12:41 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#5),
Vous pouvez traduire « la physique du climat » en anglais, et poster, avec l’accord des auteurs, le lien sur la traduction sur quelques blogs en langue anglaise (judithcurry.com, joannenova.com.au, notrickzone.com). Cela intéressera peut-être quelques lecteurs.

12.  rpf | 24/05/2019 @ 13:40 Répondre à ce commentaire

Paul Aubrin (#11),
A ma connaissance, cet ouvrage est en phase de mise au point, il est préférable d’en différer une eventuelle traduction .
M. Moranne, à partir des commentaires des lecteurs, compte parfaire encore son texte.

13.  rpf | 24/05/2019 @ 13:50 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#10),
Merci d’avance.
C’est un texte dont les auteurs ont quelques compétences: ils ne sont PAS climatologues.

14.  Claude C | 24/05/2019 @ 16:26 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#5),
Merci commandant et bon nombre d’entre vous pour votre travail de diffusion, il est primordial, et nous pouvons constater un énervement croissant de la part de nos contradicteurs et quelques ralliements…tout cela contribue à la cause de la science…je ne suis qu’un simple passeur et n’étant ni un bon anglophone ni un scientifique, cela me simplifie la vie… yes

15.  AntonioSan | 24/05/2019 @ 19:33 Répondre à ce commentaire

Excellente presentation de John Christy. A diffuser largement…

16.  Maralee | 25/05/2019 @ 7:52 Répondre à ce commentaire

Usbek, thank you for your blog post.Really thank you! Awesome.

17.  AlterEgo | 25/05/2019 @ 16:00 Répondre à ce commentaire

Peut-être cet article mériterait une traduction. Pour résumer l’imminence d’un « mini âge glaciaire » est au mieux une utopie, au pire une théorie complotiste …

But the term Little Ice Age is a misnomer, and some climate scientists have argued that the name should be abandoned

18.  Cdt Michel e.r. | 25/05/2019 @ 17:06 Répondre à ce commentaire

rpf (#13),
Le travail est bien avancé.
Comme je l’avais signalé hier matin, le PDF en anglais est le résultat d’un scan du bouquin.
Pour pouvoir récupérer un texte éditable ,j’ai dû lancer un logiciel d’OCR, qui m’en a fait un document ODT. Abbyy Fine Reader 12 Corporate est un des meilleurs, mais malgré tout, il ne peut pas tout reconnaître.
J’ai dû consacrer quelques heures à corriger le document ODT, pour corriger les fautes soulignées par le vérificateur d’orthographe de Libre Office et surtout supprimer les sauts de page, les marques de retour à la ligne et de fin de paragraphe mal placées, qui allaient gêner le traducteur.
A 1 heure 25 j’envoyais le docx à DeepL Pro et deux minutes plus tard j’avais une très bonne traduction en retrour.
Il me restait à retravailler celle-ci, corriger quelques erreurs restantes, remettre les exposants et indices et les sauts de pages entre les chapitres
Maintenant la traduction est presque terminée. Il me reste à faire retraduire des paragraphes qui ont été traduits partiellement à cause de marques oubliées, réinsérer les figures incomplètes et revoir la mise en page. J’aurai terminé ce week-end.

Avant de publier largement.cette traduction, il faudra quand même obtenir l’autorisation du Heartland Institute.

19.  PierreG | 26/05/2019 @ 11:34 Répondre à ce commentaire

Merci pour tout ce travail.
Je ne doute pas de l’accord Heartland Institute, mais il serait effectivement courtois de les prévenir avant diffusion
Bien cordialement

20.  Cdt Michel e.r. | 27/05/2019 @ 0:32 Répondre à ce commentaire

Salut,
J’ai deux bonnes nouvelles.
Dimanche matin, avant d’aller « veauter », j’ai eu la bonne idée de consulter mon smartphone. Bien m’en a appris, il y avait dans ma boîte vocale, un messagerie me disant que j’étais dispensé d’aller me présenter au bureau de dépouillement
De retour à la maison, je me suis de nouveau occupé de la traduction du NIPCC 2d édition.
A treize heures, j’aurais pu poster une première version provisoire de celle-ci.
J’ai préféré encore tout reparcourir et corriger encore quelques problèmes de mises en page.
C’est maintenant terminé.

Cette version est satisfaisante sur mon moniteur de 22 pouces en zoomant pour occuper toute la largeur de l’écran.
Par contre, en taille réelle, les caractères sont beaucoup trop petits pour être facilement lisibles. Même chose, si on imprime une page.

J’ai mis le PDF sur mon site pour les plus curieux d’entre vous. Je mettrai les versions suivantes dans la même archive Winrar.
Lien

21.  Cdt Michel e.r. | 27/05/2019 @ 0:46 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#20), Oups ! Lire : Bien m’en a pris, il y avait dans ma boîte vocale, un message me disant que j’étais dispensé d’aller me présenter au bureau de dépouillement.

Pour ceux qui s’étonneraient du nom que j’ai donné à l’archive, CCR-II est là pour Climate Change Reconsidered II, en français Changement Climatique Reconsidéré II. C’est le nom très utilisé dans le bouquin pour ce deuxième rapport du NIPCC.

22.  Claude C | 27/05/2019 @ 6:41 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#21),
Merci Cdt Michel…. good

23.  rpf | 27/05/2019 @ 7:25 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#20),
Ce texte vous a donné un peu de fil à retordre, sans doute à cause de sa longueur et du nécessaire passage (via OCR) sous forme texte. La correction manuelle peut être très longue ….

Donc merci beaucoup pour votre travail, que je pense utile, car ce document présente une vue générale du millénarisme / lyssenkisme contemporain.
Il est produit par non par des « climatologues » mais bien par des scientifiques, c’est-à-dire des personnes qui cherchent honnêtement, à partir des observations, une description du monde réel.

24.  scaletrans | 27/05/2019 @ 8:48 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#21),

Merci Commandant. J’ai téléchargé et c’est parfaitement lisible. En enregistrant sous PDF j’ai eu un message m’indiquant « optimisation pour la visualisation » ou quelque chose d’approchant. Débordé par la gestion de mon musée minier, je n’aurais pas eu le temps de faire ce travail.

25.  Cdt Michel e.r. | 27/05/2019 @ 15:19 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#24),

C’est parfaitement lisible, mais à chaque fois que j’ouvre le document .odt, je trouve encore de petites erreurs à corriger (principalement des retours à la ligne et fins de paragraphe excédentaires).

En enregistrant sous PDF j’ai eu un message m’indiquant « optimisation pour la visualisation » ou quelque chose d’approchant.

.
Ce n’était pas plutôt proposer de « reconnaître des parties scannées ».
J’avais ça avec mon Foxit PhantomPDF 9.50 Edition Business. J’ai désactivé ce genre de messages inutile.

J’ai par curiosité laissé ce logiciel « Optimiser le PDF » (créé par LibreOffice Writer). C’était un PDF 1.4 et il l’a converti en PDF 1.7 en compressant les images et en nettoyant des choses inutiles. Du coup le fichier qui pesait ~ 6800 Ko n’en pèse plus que ~1800. Et on ne voit pas de différence à l’affichage.

26.  PierreG | 27/05/2019 @ 21:29 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#25),
Bonsoir Commandant,
Je n’ai pas de logiciel pour ouvrir le fichier .rar
Pouvez-vous mettre un lien vers le fichier .pdf ?
Merci bcp
Bien à vous

27.  Cdt Michel e.r. | 27/05/2019 @ 22:15 Répondre à ce commentaire

PierreG (#26),

Voilà le lien demandé. Vous aurez la version optimisée.
Lien
Je m’étonne que vous n’ayez pas de logiciel pour ouvrir les fichiers RAR, C’est un mode de compression très répandu sur la Toile.
Vous pouvez télécharger l’excellent 7-zip, qui est gratuit :
https://www.pcastuces.com/pratique/astuces/3261.htm

28.  Cdt Michel e.r. | 27/05/2019 @ 22:44 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#27),
7-Zip est bien présenté sur PC Astuces
Mais il est fortement conseillé de toujours télécharger un logiciel depuis le site de l’éditeur. C’est ici et en français :
https://www.7-zip.fr/

29.  JG2433 | 28/05/2019 @ 10:06 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#27),
Bonjour Jean-Claude,
Merci pour votre traduction.
Je diffuse le lien (pdf) que vous avez proposé.

30.  Cdt Michel e.r. | 28/05/2019 @ 13:50 Répondre à ce commentaire

Bonjour Jean,

Je continue à travailler sur cette traduction.
Le lien vers le PDF deviendra invalide, si je mets le fichier à jour.

Donnez plutôt le lien vers l’archive RAR, qui lui ne changera pas.
Lien
L’avantage d’utiliser une archive, c’est de pouvoir mettre à jour, ajouter ou supprimer des documents sans devoir modifier le lien.

Amicalement,

Jean-Claude

Cet après-midi nous avons eu droit à une bonne drache : de la flotte avec de petits grêlons.

31.  AntonioSan | 28/05/2019 @ 15:14 Répondre à ce commentaire

Une image pieuse…