Comment les médias contribuent à détruire le débat sur le climat

Par Roy W. Spencer, Ph. D.

Source

Merci au Cdt Michel e.r. et à Hug pour la traduction à partir du site de Roy Spencer.

Un vieux mantra de l’industrie de l’information est, « si ça saigne, ça mène ». Si quelqu’un a été assassiné, c’est une nouvelle. Le fait que pratiquement personne ne soit assassiné n’est pas une nouvelle. Cela, en soi, devrait vous dire qu’on ne peut pas compter sur les médias grand public comme source impartiale d’information sur les changements climatiques.

Il y a maintenant beaucoup d’experts climatiques autoproclamés. Ils n’ont pas besoin d’un diplôme en physique ou en sciences atmosphériques. En ce qui concerne les titres de compétences, ils n’ont qu’à s’en soucier et à dire aux autres qu’ils s’en soucient. Ils croient que la Terre est assassinée par des humains et veulent que les médias passent le mot.

La plupart des gens n’ont ni le temps ni les connaissances nécessaires pour comprendre le débat sur le réchauffement climatique et s’en remettent donc au consensus des experts sur le sujet. Le problème, c’est que personne ne dit jamais exactement sur quoi les experts s’entendent.

Lorsqu’on creuse les détails, ce sur quoi les experts s’entendent dans leurs déclarations officielles n’a rien d’extraordinaire. La Terre s’est un peu réchauffée depuis les années 1950, une date choisie parce qu’auparavant, les humains n’avaient pas produit assez de CO2 pour vraiment compter. Pas assez de réchauffement pour que la plupart des gens le ressentent, mais assez pour que les thermomètres puissent capter le signal enfoui dans le bruit des variations naturelles de plusieurs dizaines de degrés du temps et du faux réchauffement dû aux effets de l’urbanisation. Le consensus de l’ONU est que la majeure partie de ce réchauffement est probablement due à l’augmentation du CO2 atmosphérique due à l’utilisation de combustibles fossiles (mais nous ne savons pas vraiment avec certitude).

Pour l’instant, je suis plutôt d’accord avec ce consensus.

Et pourtant, je suis largement considéré comme un négationniste du climat.

Pourquoi ? Parce que je ne suis pas prêt à exagérer et à faire des affirmations qui ne peuvent être étayées par des données.

Prenons l’exemple du chercheur Roger Pielke, Jr. Roger se considère comme un écologiste. Il est généralement d’accord avec les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU concernant le réchauffement futur. Mais en tant qu’expert en dommages causés par les intempéries, il n’est pas prêt à appuyer le mensonge selon lequel le temps violent s’est aggravé. Oui, les dommages causés par les tempêtes ont augmenté, mais c’est parce que nous continuons de construire plus d’infrastructures pour être endommagés.

Lui aussi est donc considéré comme un négationniste du climat.

Ce qui est rapporté par les médias au sujet du réchauffement de la planète (c’est-à-dire le changement climatique, la crise climatique et maintenant l’urgence climatique) est généralement exagéré, demi-vérité, ou tout simplement absurde. Tout comme l’économie et les économistes, il n’est pas difficile de trouver un expert prêt à faire des prévisions sombres et pessimistes. C’est une nouvelle intéressante. Mais elle déforme la perception du public sur les dangers du changement climatique. Et parce qu’elle est rapportée comme « science », elle est assimilée à la vérité.

Dans le cas des nouvelles sur les changements climatiques, les effets prévus sont presque universellement biaisés en faveur de résultats semblables à ceux d’Armageddon. Les événements météorologiques violents qui se sont toujours produits (tornades, ouragans, inondations, sécheresses) sont maintenant signalés, avec au moins une part de responsabilité de votre SUV.

Les grands médias se sont tellement convaincus de la justesse, de la justesse et de la véracité de leur cause qu’ils se sont unis pour faire en sorte que l’urgence climatique ne soit pas ignorée. Comme le rapporte The Guardian, « plus de 60 organes de presse dans le monde ont adhéré à Covering Climate Now, un projet visant à améliorer la couverture de l’urgence ».

Les exagérations ne se limitent pas à la science. Les rapports sur l’ingénierie liés aux sources d’énergie de remplacement proposées (p. ex. l’énergie éolienne et solaire) sont également biaisés. Les données économiques présentées sont biaisées. Une énergie « gratuite » illimitée est revendiquée autour de nous, n’attendant que d’être arrachée à la corne de la licorne.

Et pour la plus grande partie de l’Amérique (et du monde), le reportage ne nous rend pas plus intelligents, mais plus bêtes.

Pourquoi est-ce important ? Qui se soucie si la science (ou l’ingénierie ou l’économie) est exagérée, si le résultat est que nous cessons de polluer ?

Outre le fait qu’il n’existe pas de source d’énergie non polluante, c’est important parce que l’humanité dépend d’une énergie abondante et abordable pour prospérer. Juste l’espérance de vie sur Google et la consommation d’énergie par habitant. Les sociétés prospères sont en meilleure santé et vivent plus longtemps. Les sources d’énergie coûteuses imposées aux masses par le fiat gouvernemental tuent les pauvres simplement parce que l’énergie coûteuse exacerbe la pauvreté, et la pauvreté entraîne la mort prématurée. Comme l’écrit le philosophe Alex Epstein dans son livre, The Moral Case for Fossil Fuels, si vous croyez que les humains ont le droit de prospérer, alors vous devriez soutenir les combustibles fossiles.

Nous n’utilisons pas l’énergie éolienne et solaire parce qu’elle est économiquement compétitive. Nous l’utilisons parce que les gouvernements ont décidé de forcer les contribuables à payer les coûts supplémentaires et ont permis aux services publics de répercuter les coûts plus élevés sur les consommateurs. L’utilisation de l’énergie éolienne et solaire continue d’augmenter, mais la demande mondiale d’énergie augmente encore plus rapidement. En l’absence d’une nouvelle technologie énergétique (ou d’une nouvelle adoption de l’énergie nucléaire), il est peu probable que l’énergie éolienne et solaire satisfasse plus de 10 % de la demande mondiale d’énergie au cours des prochaines décennies. Et comme certains pays européens l’ont appris, l’utilisation obligatoire de l’énergie solaire et éolienne a un coût élevé pour la société.

Non seulement les médias, mais le système d’éducation publique est complice en cette ère de reportages scientifiques bâclés. Je suppose que la plupart des enseignants et des journalistes croient ce qu’ils enseignent et rapportent. Mais ils ont encore la responsabilité de s’assurer que ce qu’ils rapportent est relativement impartial et factuel.

Je préférerais de loin que les enseignants consacrent plus de temps à enseigner aux élèves comment penser et moins de temps à leur enseigner quoi penser.

Les climatologues ne sont pas innocents. Comme tout le monde, ils ont des préjugés. Pratiquement tous les géo-scientifiques que je connais considèrent la Terre comme « fragile ». Leurs biais affectent leur analyse de données incertaines qui peuvent être interprétées de multiples façons. La plupart d’entre eux sont relativement ignorants en matière d’ingénierie et d’économie. J’ai eu des discussions avec des climatologues qui m’ont dit : « De toute façon, nous devons nous éloigner des combustibles fossiles ».

Et peut-être qu’on finira par le faire. Mais exagérer la menace peut faire plus de mal que de bien. Le regretté Stephen Schneider a avoué, de façon infâme, que les rapports des scientifiques étaient biaisés. Vous pouvez lire l’intégralité de sa citation et décider vous-même si des scientifiques comme M. Schneider ont laissé leur vision du monde, leur politique, etc. influencer leur façon de présenter leur science au public. La publication non autorisée des courriels « ClimateGate » entre les scientifiques du GIEC a montré comment le discours alarmiste a été maintenu en sapant les opinions alternatives et même en exerçant des pressions sur les rédacteurs en chef des revues scientifiques. Même The Guardian par l’inconduite.

C’est bien de présenter la possibilité que le réchauffement de la planète causé par l’homme puisse être très dommageable, ce qui est en fait théoriquement possible. Mais prétendre que des changements importants et préjudiciables ont déjà eu lieu en raison de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est du journalisme de mauvaise qualité. Certains reporters contournent le problème en disant que le dernier ouragan n’est peut-être pas directement imputable au réchauffement climatique, mais qu’il représente ce à quoi nous pouvons nous attendre davantage dans un monde qui se réchauffe. Sauf que même le GIEC de l’ONU est équivoque sur le sujet.

D’après les médias, d’après ce que j’en sais, les histoires d’élévation du niveau de la mer ne mentionnent jamais que le niveau de la mer s’élève naturellement depuis que l’on mesure les marégraphes dans le monde (depuis les années 1850). L’homme est peut-être responsable d’une partie de l’augmentation récente, mais comme c’est le cas pour presque tous les rapports sur le climat, le rôle de la nature est rarement mentionné, et l’ampleur du problème est presque toujours exagérée. Le fait que l’aggravation des inondations marémotrices périodiques à Miami Beach est d’environ 50% due à l’affaissement des marécages récupérés n’est jamais mentionné.

Il n’y a pas d’empreintes humaines du réchauffement climatique. Aucune. On suppose simplement que le changement climatique est principalement d’origine humaine (ce qui est en fait possible), alors que nos connaissances sur le changement climatique naturel sont presque inexistantes.

Les modèles climatiques informatisés sont programmés en fonction de l’hypothèse de causalité humaine. Les modèles produisent des changements climatiques d’origine humaine parce qu’ils sont forcés de ne produire aucun réchauffement (être dans un état de « bilan énergétique ») à moins qu’on y ajoute du CO2.

Pour autant que nous le sachions, personne n’a jamais été tué par les changements climatiques d’origine humaine. Les décès dus aux intempéries ont chuté de façon spectaculaire – de plus de 90 % – au cours des 100 dernières années.

Qui a appris ça à son enfant à l’école ? Quel journaliste a eu le courage de rapporter cette bonne nouvelle ?

Ces dernières années, de plus en plus de gens m’ont dit que leurs enfants, petits-enfants ou jeunes connaissances sont maintenant convaincus que nous détruisons la planète avec nos émissions de dioxyde de carbone provenant de la combustion des combustibles fossiles. Ce message leur a été transmis par le biais de reportages, de films, de leurs enseignants et professeurs, de leurs célébrités préférées et d’une poignée de scientifiques et de politiciens qui s’expriment ouvertement et dont les connaissances sur le sujet sont d’un kilomètre de large mais ne font que quelques pouces de profondeur.

Par contre, peu de gens sont au courant des articles scientifiques montrant des observations satellitaires qui révèlent qu’un phénomène mondial de verdissement  est en train de se produire en raison de l’augmentation du CO2 atmosphérique.

Encore une fois, je pose la question : à qui a-t-on enseigné cela à l’école ? Quel journaliste ose rapporter les bénéfices positifs du CO2, sans lesquels la vie sur Terre n’existerait pas ?

Non, si c’est une nouvelle climatique, c’est toujours une mauvaise nouvelle.

Autres exemples de biais médiatique

Voici quelques exemples récents (et pas si récents) de reportages médiatiques qui ne font qu’empirer les choses et dégrader le débat public sur le changement climatique. Très souvent, ce qui est rapporté, ce sont en fait des événements météorologiques qui se sont toujours produits sans que rien ne prouve qu’ils se soient aggravés ou qu’ils soient devenus plus fréquents au cours des 60 dernières années que les humains pourraient être au moins en partie accusés.

L’Amazonie brûle

Il y a quelques jours, le Guardian a annoncé que de larges pans de la forêt amazonienne brûlaient. Je ne sais pas comment cela est soudainement entré dans la conscience du public, mais pour ceux d’entre nous qui font le suivi de ces choses, les terres agricoles et certaines forêts tropicales humides en Amazonie et sur les terres adjacentes ont été brûlées par les agriculteurs pendant de nombreuses décennies à cette époque de l’année pour qu’ils puissent planter leurs cultures. Cette année n’est pas exceptionnelle à cet égard, mais quelqu’un a décidé d’en faire un numéro cette année. En fait, il semble que 2019 pourrait être l’une des années les plus basses pour la combustion de la biomasse. La déforestation y a considérablement diminué au cours des 20 dernières années.

La forêt tropicale elle-même ne brûle pas en réponse au réchauffement climatique, et en fait, le réchauffement sous les tropiques a été si lent qu’il est peu probable qu’un résident tropical le perçoive au cours de sa vie. Ce n’est pas une question de changement climatique ; c’est une question d’agriculture et d’utilisation des terres.

Le Groenland fond rapidement

L’inlandsis du Groenland reçoit chaque année de la nouvelle neige, et la gravité fait en sorte que l’inlandsis s’écoule lentement vers la mer où la glace est perdue par le vêlage des icebergs. La quantité de glace qui se trouve dans la calotte à un moment donné est basée sur l’équilibre entre les gains et les pertes.

Pendant les mois d’été de juin, juillet et août, la fonte de la surface est plus importante que l’accumulation de neige. Le récent épisode (météorologique) d’une masse d’air saharienne traversant l’Europe occidentale et atteignant le Groenland a provoqué quelques jours de fonte exceptionnelle. De l’avis général, cela a eu de graves conséquences.

Forbes a décidé de repousser les limites du journalisme responsable avec un titre de reportage, Massive Ice Melt du Groenland n’était pas censé se produire avant 2070. Mais les données réelles montrent qu’après cette très brève période (quelques jours) de forte fonte, les conditions sont ensuite revenues à la normale.

La fonte de surface du Groenland, dont on a beaucoup parlé vers le 1er août 2019 (ovale vert), a ensuite été suivie d’un retour à la normale dans les semaines suivantes (ovale violet), ce qui n’a pas été rapporté par les médias.

Bien sûr, les médias n’ont fait état que d’une brève période de fonte des glaces, ce qui a contribué à alimenter le régime constant d’informations climatiques biaisées auquel nous sommes tous habitués.

De plus, après tous les rapports de chaleur record au sommet de la calotte glaciaire, on a constaté que les lectures du capteur de température étaient trop chaudes et que la température n’a jamais vraiment dépassé le point de congélation.

Est-ce que cela a été rapporté avec la même fanfare que l’histoire originale ? Bien sûr que non. Le mal a été fait et les milliers d’articles alarmistes continueront d’être diffusés à perpétuité.

Cela ne veut pas dire que le Groenland ne perd pas plus de glace qu’il n’en gagne, mais la plus grande partie de cette perte est due au vêlage d’icebergs sur le bord de la nappe qui est alimenté par la glace qui coule en aval. Pas à cause du réchauffement de la surface par le haut fourneau. Il pourrait s’agir de la perte au cours des dernières décennies est une réaction tardive à l’accumulation excessive de neige il y a des dizaines ou des centaines d’années (j’ai fait une mineure en glaciologie tout en travaillant à mon doctorat en météorologie). Personne ne le sait vraiment parce que la dynamique de la calotte glaciaire est compliquée avec beaucoup d’incertitude.

Ce que je veux dire, c’est que le public n’entend parler que de ces brefs événements météorologiques qui sont presque toujours utilisés pour promouvoir un récit alarmiste.

Juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais enregistré

La température annuelle moyenne de la surface de la Terre est d’environ 60 degrés F. Elle a augmenté lentement et irrégulièrement au cours des dernières décennies à un taux d’environ 0,3 ou 0,4 degré F par décennie.

Donc, disons que la température moyenne atteint 60,4 degrés F plutôt qu’une température plus normale de 60 degrés F. L’adjectif « le plus chaud » est-il vraiment le meilleur adjectif à utiliser pour informer le public de ce qui se passe ?

Voici un graphique géographique des écarts de juillet 2019 par rapport à la normale par rapport au modèle du système de prévisions climatiques de la NOAA.

Juillet 2019 : la température de surface s’écarte de la normale. La moyenne mondiale n’est que de 0,3 degré. C (0,5 degré F) au-dessus de la moyenne de 1981 à 2010, et de nombreuses régions ont connu des températures inférieures à la normale. (WeatherBell.com).

Certaines régions étaient au-dessus de la normale, d’autres en dessous, mais les manchettes du « mois le plus chaud de l’histoire » vous feraient croire que la Terre entière est devenue un four de chaleur insupportable.

Bien sûr, les changements de température impliqués dans les nouveaux records de mois chauds sont si faibles qu’ils sont généralement inférieurs au niveau d’incertitude des mesures. Et, différents ensembles de données globales donnent des résultats différents. Surveiller le réchauffement de la planète, c’est comme chercher une aiguille climatique dans une botte de foin de la variabilité du temps.

Bait and Switch : Modèles remplaçant les observations

On a de plus en plus tendance à faire passer les projections des modèles climatiques pour des observations réelles dans les bulletins de nouvelles. C’est ce qui s’est produit il y a à peine quelques jours lorsque j’ai été alerté d’un article qui affirmait que Tuscaloosa, en Alabama, connaît deux fois plus de 100 degrés F et plus. jours comme avant. A son crédit, le journaliste a corrigé l’histoire lorsqu’on lui a fait remarquer qu’il ne s’était rien passé de tel, et c’est une projection du modèle climatique qui a fait (à tort) une telle « prédiction ».

Un autre exemple s’est produit l’an dernier avec un reportage selon lequel la 100e frontière climatique du méridien aux États-Unis se déplaçait vers l’est, avec un assèchement graduel qui a commencé à envahir la ceinture agricole du Midwest américain. Mais, encore une fois, la vérité, c’est qu’il ne s’est rien passé de tel. Il s’agissait d’une projection de modèle climatique, qui a été présentée comme une réalité. Ayant travaillé avec des intérêts céréaliers pendant près de 10 ans, j’ai abordé cette fausse nouvelle climatique avec des mesures de précipitations réelles ici.

Le réchauffement climatique d’Al Gore et Bill Nye dans une expérience de bocal

C’est un de mes préférés.

Dans le cadre du Climate Reality Project d’Al Gore, Bill Nye a produit une vidéo de l’expérience Climate 101, (Voir sur Skyfall )dans laquelle deux pots en verre contenant des thermomètres étaient éclairés par des lampes. Un pot contenait de l’air, l’autre du CO2 pur. La vidéo montre prétendument le bocal contenant du CO2 avec une augmentation de température plus importante que le bocal contenant seulement de l’air.

Bien sûr, cela visait à démontrer à quel point il est facile de montrer qu’une plus grande quantité de CO2 provoque le réchauffement. Je suis sûr qu’il a inspiré de nombreuses expériences scientifiques dans les écoles. La vidéo a été visionnée plus de 500 000 fois.

Le problème est que cette expérience ne peut pas montrer un tel effet. N’importe quel expert en transfert radiatif atmosphérique peut vous le dire. Les pots sont de toute façon totalement opaques au rayonnement infrarouge, la quantité de CO2 impliquée est beaucoup trop faible, les thermomètres étaient bon marché et imprécis, les lampes ne peuvent pas être exactement identiques, les pots ne sont pas identiques, et le « froid » de l’espace extérieur n’était pas inclus dans l’expérience. Anthony Watts, météorologue à la télévision, a démontré que Bill Nye a dû truquer les résultats par le biais d’un montage vidéo post-production.

L’effet de réchauffement dû à l’augmentation du CO2 atmosphérique est étonnamment difficile à démontrer. La démonstration est essentiellement un exercice théorique impliquant des calculs d’absorption radiative et un modèle de transfert radiatif. Je crois que l’effet existe ; je dis simplement qu’il n’y a pas de moyen facile de le démontrer.

Le problème, c’est que cette vidéo frauduleuse existe toujours et que des milliers de personnes sont amenées à croire que l’expérience prouve à quel point il est évident de…

Le voyage en voilier de Greta Thunberg

La nouvelle porte-parole de la jeunesse mondiale pour les préoccupations relatives au réchauffement climatique est la Suédoise Greta Thunberg, 16 ans. Greta traverse l’Atlantique à bord de ce que CNN qualifie de « yacht zéro émission » pour participer au Sommet des Nations Unies sur le climat le 23 septembre à New York.

Tout d’abord, il n’existe pas de yacht à émissions nulles. Une énorme quantité d’énergie a été nécessaire pour fabriquer le yacht, et il transporte si peu de personnes sur  si peu de kilomètres au cours de sa vie, le yacht est un merveilleux exemple du gaspillage d’énergie typique des modes de vie de l’élite riche. Quatre (!) personnes devront prendre l’avion de l’Europe vers les États-Unis pour soutenir le retour du yacht en Europe après que Greta y aura été livrée.

Ce voyage n’est rien de plus qu’un coup de publicité, et il conduit à une désinformation accrue sur la consommation mondiale d’énergie. En fait, il fonctionne beaucoup mieux comme satire. Imaginez si tous ceux qui ont traversé l’océan utilisaient des yachts plutôt que des avions à réaction. Il faudrait plus d’énergie, et non moins, en raison de la construction de dizaines de milliers de yachts supplémentaires qui transportent inefficacement peu de passagers sur des trajets relativement peu nombreux et très lents. En revanche, un avion à réaction parcourt en moyenne 50 millions de kilomètres au cours de sa durée de vie. La plupart des gens ne se rendent pas compte que les déplacements en avion à réaction sont maintenant plus économiques en carburant que les déplacements en voiture.

L’histoire du voyage en bateau de Greta est à bien des égards la pire façon de sensibiliser les gens aux questions climatiques, à moins que vous ne connaissiez des experts en sciences, en ingénierie ou en économie. C’est comme quelqu’un qui s’oppose à manger de la viande en consommant trois cheeseburgers McDonald’s pour montrer comment nous devrions changer notre régime alimentaire. Cela n’a aucun sens.

Je pourrais donner bien d’autres exemples de médias qui contribuent à détruire la capacité du public d’avoir une discussion rationnelle sur les changements climatiques, sur la quantité causée par les humains et sur ce qui peut ou devrait être fait pour y remédier.

Au lieu de cela, les médias choisissent de ne publier que les articles les plus médiatiques, et la question du changement climatique est alors présentée comme deux extrêmes : soit vous croyez les « vrais scientifiques » qui sont tous d’accord pour dire que nous détruisons la planète, soit vous êtes un négateur de climat de 8e année qui a la queue qui traîne et qui a des armes et des tendances racistes.

200 Comments     Poster votre commentaire »

151.  rpf | 2/10/2019 @ 12:43 Répondre à ce commentaire

Célestin (#150),
V’là la réponse climatosceptique:
http://carbon-budget.geologist-1011.net/
Résumé: on ne sait (presque) rien du CO2 émis par les volcans.

152.  Ecophob | 2/10/2019 @ 13:24 Répondre à ce commentaire

rpf (#151), c’est à l’Ouest France qui publie ces idioties qu’il faudrait répondre !

153.  shayabe | 2/10/2019 @ 13:50 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#152), rpf (#151), Il est quasiment impossible de commenter un article publié sur le site de Ouest-France. Pour eux l’information c’est à sens unique. De toutes façons lui comme d’autre sites d’informations ne font que recopier des dépêches de l’AFP.

154.  Laplassotte | 4/10/2019 @ 15:17 Répondre à ce commentaire

Lorsque je dis que je suis climato sceptique et que je cite L’OREGON PETITION ou les rapports des Climatos Réalistes je me fais littéralement insulter
Le catastrophisme climatique est devenu une religion . Lorsque vous entendez BRUNE POIRSON , qui n’est scientifique en rien, dire qu’il faudrait investir
35 milliards de dollars pour lutter contre le réchauffement climatique , on mesure le degré d’hallucination et d’aveuglement des politiques.

155.  AntonioSan | 4/10/2019 @ 16:18 Répondre à ce commentaire

Le Figaro, agitprop

156.  scaletrans | 4/10/2019 @ 16:43 Répondre à ce commentaire

Laplassotte (#154),
Serait-ce parce que j’aborde la question autrement par un: c’est la plus grande entreprise de bobardise crapuleuse jamais fricotée au nom de la science, du Lyssenko à la puissance 1.000″, mais je ne me suis jamais fait insulter. pourtant je la sort souvent lors des visites du musée minier dont je suis à la fois le président et le guide (enfin, j’ai eu du renfort cette année).

157.  rpf | 6/10/2019 @ 17:45 Répondre à ce commentaire

Sexisme et Ségolénophobie:

C’est ainsi que vendredi 4 octobre dernier, Ségolène Royal – encore elle – était interrogée – une fois de plus – par Jean-Jacques Bourdin – encore lui – qui l’accueillait dans sa matinale pour recueillir ses avis qualifiés d’experte ès science, ès médecine, ès chimie, ès énergie et ès agronomie.

– et elle continue à égrener ses fausses vérités avec un aplomb qu’on serait presque tenté de qualifier d’admirable vu que ce cirque dure sans interruption depuis trente ans.

Royal : la « Fake Science » n’a aucun secret pour elle !
L’article sexiste d’un auteur féminin est à lire ici

159.  jdrien | 10/10/2019 @ 13:30 Répondre à ce commentaire

JC (#158), plutôt que la calculatrice dont la fabrication a généré du CO2 et qui nécessite des piles, je suggère la règle à calcul et la table de log, ce dont je me contentais étant étudiant.

160.  rpf | 10/10/2019 @ 22:11 Répondre à ce commentaire

La presse est un naufrage:

Cet aigle cameraman a filmé les glaciers des Alpes pour alerter sur le réchauffement climatique. La démarche est scientifique, le résultat en vidéo édifiant, notamment concernant le massif du Mont Blanc.

Faucon ou vrai infox, l’aigle qui aide les buses de Radio France , c’est ici

161.  JC | 11/10/2019 @ 5:46 Répondre à ce commentaire

jdrien (#159),
La règle à calcul : plus personne ne sait les utiliser maintenant ! J’imagine que les jeunes informaticiens-geek de l’institut Palace ne savent même pas ce que c’est.
Mais c’est vrai qu’on oublie que les premières petites calculatrices électronique sont récentes (début des années 70). Ma scolarité qui a commencé à cette époque m’a permit de bénéficier de cette nouvelle invention.

162.  papijo | 11/10/2019 @ 8:05 Répondre à ce commentaire

rpf (#160),
Sans aigle, mais avec un GPS et un hélicoptère, des photos du Mont-Blanc à 100 ans d’intervalle (Lien et traduction).

163.  rpf | 12/10/2019 @ 10:38 Répondre à ce commentaire

Une potence pour alerter sur le réchauffement climatique

La non-violence des c.ncernés par le climat (de panique) s’admire ici

164.  AntonioSan | 12/10/2019 @ 18:28 Répondre à ce commentaire

rpf (#163),
Cet article montre bien la connivence entre la presse pétassière comme les DNA et le mouvement XR.

Une potence pour alerter sur le réchauffement climatique
Les militants d’Extinction Rebellion ont mené une action place Gutenberg à Strasbourg, ce vendredi soir. Leur mise en scène percutante a permis d’interpeller la foule présente sur la crise climatique.

Imaginez un instant si la mise en scène était dirigée vers un groupe ethnique… Quand les Gilets Jaunes ont dénoncé la main mise d’Attali, BHL et consorts, la même presse les avait immédiatement catalogués tous dans le même sac et vilipendés…

Par son positionnement place Gutenberg, l’organisation « souhaite sensibiliser un public large » explique Ewilan*. « Mais le but est également d’inciter les Strasbourgeois à rejoindre Extinction Rebellion », poursuit Nathan*. Pour cela, des militants passent dans la foule pour interpeller directement les gens, en complément des pancartes qui expliquent leur action.
Les passants sont nombreux à s’arrêter, comme Pauline et ses amis. « Ils ont raison, on est dans une situation grave, il faut faire des efforts », admet la jeune femme, même si elle n’est pas encore prête à rejoindre l’activisme écologiste.
*Pseudonymes

La presse est complaisante dans sa description d’une action qui recommande la pendaison, dans sa banalisation de la désobéissance civile et dans sa protection des activistes engagés en leur attribuant des pseudonymes.
Cet article est donc un « infomercial », une publicité déguisée qui ne coute pas un rond a ceux qui en bénéficient.
A Paris, rapporte Le Figaro, un militant le disait:

«La police n’est pas notre ennemie, nos ennemis ce sont les industriels qui exploitent le vivant et les Etats qui les laissent faire», a lancé dans un micro un participant, casquette et lunettes de soleil. «Notre combat est juste et non violent et nous nous battrons jusqu’à ce qu’on nous entende», a-t-il ajouté.

D’ailleurs, l’article de DNA n’est même pas signé…

166.  Ecophob | 13/10/2019 @ 10:36 Répondre à ce commentaire

JC (#165), Excellent, plus vrai que nature!

168.  Le Rouméliote | 13/10/2019 @ 15:23 Répondre à ce commentaire

JC (#167), C’est une blague ?

169.  JC | 13/10/2019 @ 17:14 Répondre à ce commentaire

Le Rouméliote (#168),
Et oui l’avenir du monde dans les mains de 150 abrutis tirés au sort !
Je pense qu’il faudrait aussi tirer au sort notre futur président et ses ministres.
Sinon, y a un virus de la connerie qui sévit en ce moment ?

170.  Le Rouméliote | 14/10/2019 @ 11:27 Répondre à ce commentaire

JC (#169), Je crois qu’il s’agit d’une pandémie de connerie !
Les soi-disant « tirés au sort » ont une feuille de route d’une rigueur scientifique absolue : https://www.conventioncitoyennepourleclimat.fr/wp-content/uploads/2019/10/03102019-convcit-socledoc-web.pdf
En attendant je soigne mon empreinte carbone en achetant désormais de l’eau en bouteille plastique, des pailles par paquets de 10.000 et des pommes venant du Chili, en regrettant de ne pas pouvoir faire ça : https://www.youtube.com/watch?v=rYPMbLO4pAY
rofl

171.  Hug | 14/10/2019 @ 13:01 Répondre à ce commentaire

JC (#165),
J’ai bien ri, excellent smile

172.  Claude C | 15/10/2019 @ 11:01 Répondre à ce commentaire

Mouarf ! la planète reverdit ce matin chez Bourdin Direct, mais pas comme on le pense…
https://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/objectif-terre-notre-planete-est-plus-verte-qu-il-y-a-20-ans-1510-1194139.html

173.  Trillot | 19/10/2019 @ 17:19 Répondre à ce commentaire

Bonjour, Je lis ou visionne différentes choses sur internet concernant le réchauffement climatique et je cherche à bénéficier d’une variété de positions sur le sujet. Le texte présenté ici est vraiment de la mauvaise littérature avec des arguments du café du commerce qui n’apporte rien. C’est d’une faiblesse argumentaire désolante.

174.  andqui | 19/10/2019 @ 17:37 Répondre à ce commentaire

Trillot (#173), Il a raison! Bien dit! Je partage entièrement vos propos, à 1000%! Ceci dit, pourriez-vous me dire de quoi vous parlez?

175.  BenHague | 20/10/2019 @ 1:06 Répondre à ce commentaire

La déclaration de foi du « Guardian » . Au moins c’est clair :

We have some news…

… about how we will respond to the escalating climate crisis – we will not stay quiet. This is the Guardian’s pledge: we will continue to give global heating, wildlife extinction and pollution the urgent attention and prominence they demand. The Guardian recognises the climate emergency as the defining issue of our times.

Our independence means we are free to investigate and challenge inaction by those in power. We will inform our readers about threats to the environment based on scientific facts, not driven by commercial or political interests. And we have made several important changes to our style guide to ensure the language we use accurately reflects the environmental catastrophe.

The Guardian believes that the problems we face on the climate crisis are systemic and that fundamental societal change is needed. We will keep reporting on the efforts of individuals and communities around the world who are fearlessly taking a stand for future generations and the preservation of human life on earth. We want their stories to inspire hope. We will also report back on our own progress as an organisation, as we take important steps to address our impact on the environment.

176.  Murps | 22/10/2019 @ 21:57 Répondre à ce commentaire

Trillot (#173), le texte est une traduction d’un article de Roy Spencer, spécialiste météo en radiométrie à la Nasa, ça n’est pas un article scientifique.
D’une part il manque effectivement d’un peu de « fluidité », mais surtout il s’adresse à un public déjà averti et convaincu sur le sujet.
Sur le fond si vous cherchez des analyses contradictoires poussées, il y a une flopée de liens et de données sur le site, cela devrait vous interpeller autrement que des considérations de café du commerce.

177.  the fritz | 23/10/2019 @ 10:22 Répondre à ce commentaire

andqui (#174),
laugh

178.  andqui | 23/10/2019 @ 10:29 Répondre à ce commentaire

the fritz (#177), On est pas toujours d’accord, mais ça fait plaisir de voir que l’ironie reste accessible à quelques initiés. Merci.

179.  Marco40 | 23/10/2019 @ 20:11 Répondre à ce commentaire

andqui (#178), il a senti le piège : il n’a pas répondu. Quoique son absence de réponses montre ce qu’il est….

180.  Murps | 23/10/2019 @ 20:30 Répondre à ce commentaire

Ne vous fichez pas de ma g… les amis…
unknw

182.  douar | 28/10/2019 @ 9:05 Répondre à ce commentaire

Je pense que vous l’avez déjà vu, mais la Convention citoyenne pour le climat démarre sur les chapeaux de roues (en version roues libre!)
crazy

183.  scaletrans | 28/10/2019 @ 15:18 Répondre à ce commentaire

douar (#182),

Pouvions nous attendre à autre chose ? Est-ce qu’on peut mettre les vérités scientifiques aux voix ?

184.  the fritz | 28/10/2019 @ 15:59 Répondre à ce commentaire

douar (#182), scaletrans (#183),
Ce n’est pas Mathieu qui se ridiculise , ce sont ceux qui ont organisé cette mascarade

185.  douar | 28/10/2019 @ 16:57 Répondre à ce commentaire

the fritz (#184),
C’est ce que je pense en effet.
Les organisateurs feigneront d’avoir « entendu » les messages de cette assemblée consultative, histoire de montrer qu’ils sont ouverts.
Bien entendu, les « soluces » resteront au placard (du moins, je l’espère).
Il y a cependant un mouvement mondial qui se dessine, contre les conséquences de l’augmentation du prix de la mobilité (GJ ici, Chili, Bolivie…) au nom de l

186.  douar | 28/10/2019 @ 17:03 Répondre à ce commentaire

the fritz (#184),
C’est ce que je pense en effet.
Les organisateurs feigneront d’avoir « entendu » les messages de cette assemblée consultative, histoire de montrer qu’ils sont ouverts.
Bien entendu, les « soluces » resteront au placard (du moins, je l’espère).
Il y a cependant un mouvement mondial qui se dessine, contre les conséquences de l’augmentation du prix de la mobilité (GJ ici, Chili, Bolivie…) au nom de la cause.
Rajoutez à celà, la révolte, plus que larvée désormais, des agriculteurs européens (NL, D, Fr…) contre les réglementations à venir pour  » la cause », le contexte devient tendu.
Brice Couturier sur France Culture revient régulièrement sur ces évolutions (je lui fais de la pub!).

187.  Claude C | 28/10/2019 @ 17:48 Répondre à ce commentaire

douar (#186),
feindront pas « feignerons »…! no cdt

188.  douar | 28/10/2019 @ 17:55 Répondre à ce commentaire

Claude C (#187),
oups, merci smile

190.  Pigouille | 6/11/2019 @ 13:56 Répondre à ce commentaire

Hug (#189), en complément, le chiffre alarmiste aberrant des 48000 morts a été pondu par un modèle de Santé Publique France. Celui ci n’a pas réussi à donner les noms et les adresses des victimes virtuelles, juste du bluf.
https://www.contrepoints.org/2018/12/15/332493-pollution-de-lair-en-france-48-000-ou-11-morts-par-an

191.  andqui | 6/11/2019 @ 16:14 Répondre à ce commentaire

Hug (#189), Pouvez-vous nous donner la source? Merci

192.  JG2433 | 6/11/2019 @ 16:33 Répondre à ce commentaire

andqui (#191),
L’Express a publié l’article dans l’hebdo n° 3566, du 6 au 12.11.2019, (p. 24)
et sur son site internet sous le titre :
La pollution de l’air s’effondre

193.  Hug | 6/11/2019 @ 17:52 Répondre à ce commentaire

andqui (#191), JG2433 (#192),
L’article est accessible sur le site de l’express mais pas en totalité, le lien que j’ai donné (trouvé sur la page facebook du collectif des climato-réalistes) permet de lire la totalité de l’article.

194.  Murps | 6/11/2019 @ 19:42 Répondre à ce commentaire

Pigouille (#190), c’est bien de rappeler le discours de Macro du 27 novembre 2018.
https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/11/28/transition-energetique-changeons-ensemble

Parce que l’utilisation massive du pétrole, du fioul, du charbon, du gaz naturel, a des conséquences dramatiques pour notre pays.

D’abord, des conséquences en matière de santé, toutes les dix minutes un Français meurt prématurément du fait de la pollution, notamment des particules qui proviennent de la combustion des énergies fossiles. Cette hécatombe, c’est 48.000 décès par an, c’est plus que tous les accidents de la route, tous les suicides, tous les meurtres, toutes les noyades tous les accidents domestiques réunis.

Qui a mis en place une loi sur les fake news ???
A-t-on entendu la presse « checker » « l’information » ??

195.  yvesdemars | 6/11/2019 @ 20:22 Répondre à ce commentaire

Murps (#194), ce qui prouve que nous avons élu un ignare incapable et dangereux

196.  Pigouille | 6/11/2019 @ 20:58 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#195), Murps (#194), permettez moi de penser que la faute incombe aux autorités scientifiques qui laissent passer des études bidons sans correction et sans rétractation. Les journalistes ont fait leur boulot en dénonçant l’étude. Pierre Rustin aussi raconte des grosses bêtises sous couvert du CNRS.
https://www.agriculture-environnement.fr/2019/09/09/fongicide-sdhi-marketing-peur-pris-dur-vif-decryptage-video-pollinis
Je cause même pas des modèles du Giec que le consensus adore.

197.  Hug | 7/11/2019 @ 11:12 Répondre à ce commentaire

C’est un peu anecdotique mais à mon avis bien significatif de la volonté de fRance TV de ne pas laisser la place au doute sur le réchauffement climatique:
Hier soir, après le JT de FR2, présentation de la météo guère folichonne en ce moment avec de la neige prévue sur les massifs (en quantités non négligeables) et avec une limite pluie-neige annoncée assez basse (1200m environ), au moins en fin d’épisode.
De la neige à basse altitude dès la première quinzaine de novembre, c’est un peu gênant n’est-ce pas quand on proclame à longueur d’année que la planète va se transformer en étuve. Qu’à cela ne tienne, on termine le journal météo en rappelant que la mer de glace (images estivales à l’appui) a fortement reculé et disparaitra d’ici la fin du siècle, si le réchauffement continue au rythme actuel.
Je trouve le procédé assez vicieux.
Il aurait été honnête de montrer d’abord les images actuelles de la mer de glace.
Ensuite de rappeler que la saison déterminante pour les glaciers, c’est essentiellement l’été et que même un bon enneigement hivernal qu’il soit précoce ou tardif, ne permet pas d’empêcher la forte fonte estivale engendrée par des étés chauds comme on en a eu ces 5 dernières années. Les glaciers pourraient effectivement continuer à fondre et reculer fortement (disparaitre pour un bon nombre) d’ici 2100 même sans réchauffement climatique mais simplement par la récurrence d’étés similaires à ceux des dernières années.

198.  Ecophob | 9/11/2019 @ 12:45 Répondre à ce commentaire

Hug (#197), tous les soirs de cette semaine le JT de fRance 2 a passé des reportages faisant allusion au RCA ou à des délires écolo. On a même eu le droit à un reportage sur la colapsologie avec des interview d’ingénieurs partis en camps de travail pour apprendre à survivre au moment où tout va s’effondrer. Ils auraient lu des publications scientifiques sur internet affirmant que tout va s’effondrer. A la fin du reportage ont a juste eu le droit à une interview de saint Jouzel (qui semble un peu malade ou alors il a pris un coup de vieux ?) pour rassurer les croyants : la fin du monde n’est pas pour 2030 mais pour plus tard.
Pauvre France.

199.  JG2433 | 9/11/2019 @ 13:22 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#198),
À propos de J.J., d’aucuns ont dit qu’il se bat contre le « crabe »… Ce qui n’est pas rien (bon courage à lui) et ce qui pourrait expliquer l’impression qu’il vous a laissée.

200.  the fritz | 9/11/2019 @ 16:01 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#198),
Je l’ai vu à Bordeaux il y a six mois de cela et c’est l’impression qu’il m’a laissé