Comment les médias contribuent à détruire le débat sur le climat

Par Roy W. Spencer, Ph. D.

Source

Merci au Cdt Michel e.r. et à Hug pour la traduction à partir du site de Roy Spencer.

Un vieux mantra de l’industrie de l’information est, « si ça saigne, ça mène ». Si quelqu’un a été assassiné, c’est une nouvelle. Le fait que pratiquement personne ne soit assassiné n’est pas une nouvelle. Cela, en soi, devrait vous dire qu’on ne peut pas compter sur les médias grand public comme source impartiale d’information sur les changements climatiques.

Il y a maintenant beaucoup d’experts climatiques autoproclamés. Ils n’ont pas besoin d’un diplôme en physique ou en sciences atmosphériques. En ce qui concerne les titres de compétences, ils n’ont qu’à s’en soucier et à dire aux autres qu’ils s’en soucient. Ils croient que la Terre est assassinée par des humains et veulent que les médias passent le mot.

La plupart des gens n’ont ni le temps ni les connaissances nécessaires pour comprendre le débat sur le réchauffement climatique et s’en remettent donc au consensus des experts sur le sujet. Le problème, c’est que personne ne dit jamais exactement sur quoi les experts s’entendent.

Lorsqu’on creuse les détails, ce sur quoi les experts s’entendent dans leurs déclarations officielles n’a rien d’extraordinaire. La Terre s’est un peu réchauffée depuis les années 1950, une date choisie parce qu’auparavant, les humains n’avaient pas produit assez de CO2 pour vraiment compter. Pas assez de réchauffement pour que la plupart des gens le ressentent, mais assez pour que les thermomètres puissent capter le signal enfoui dans le bruit des variations naturelles de plusieurs dizaines de degrés du temps et du faux réchauffement dû aux effets de l’urbanisation. Le consensus de l’ONU est que la majeure partie de ce réchauffement est probablement due à l’augmentation du CO2 atmosphérique due à l’utilisation de combustibles fossiles (mais nous ne savons pas vraiment avec certitude).

Pour l’instant, je suis plutôt d’accord avec ce consensus.

Et pourtant, je suis largement considéré comme un négationniste du climat.

Pourquoi ? Parce que je ne suis pas prêt à exagérer et à faire des affirmations qui ne peuvent être étayées par des données.

Prenons l’exemple du chercheur Roger Pielke, Jr. Roger se considère comme un écologiste. Il est généralement d’accord avec les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU concernant le réchauffement futur. Mais en tant qu’expert en dommages causés par les intempéries, il n’est pas prêt à appuyer le mensonge selon lequel le temps violent s’est aggravé. Oui, les dommages causés par les tempêtes ont augmenté, mais c’est parce que nous continuons de construire plus d’infrastructures pour être endommagés.

Lui aussi est donc considéré comme un négationniste du climat.

Ce qui est rapporté par les médias au sujet du réchauffement de la planète (c’est-à-dire le changement climatique, la crise climatique et maintenant l’urgence climatique) est généralement exagéré, demi-vérité, ou tout simplement absurde. Tout comme l’économie et les économistes, il n’est pas difficile de trouver un expert prêt à faire des prévisions sombres et pessimistes. C’est une nouvelle intéressante. Mais elle déforme la perception du public sur les dangers du changement climatique. Et parce qu’elle est rapportée comme « science », elle est assimilée à la vérité.

Dans le cas des nouvelles sur les changements climatiques, les effets prévus sont presque universellement biaisés en faveur de résultats semblables à ceux d’Armageddon. Les événements météorologiques violents qui se sont toujours produits (tornades, ouragans, inondations, sécheresses) sont maintenant signalés, avec au moins une part de responsabilité de votre SUV.

Les grands médias se sont tellement convaincus de la justesse, de la justesse et de la véracité de leur cause qu’ils se sont unis pour faire en sorte que l’urgence climatique ne soit pas ignorée. Comme le rapporte The Guardian, « plus de 60 organes de presse dans le monde ont adhéré à Covering Climate Now, un projet visant à améliorer la couverture de l’urgence ».

Les exagérations ne se limitent pas à la science. Les rapports sur l’ingénierie liés aux sources d’énergie de remplacement proposées (p. ex. l’énergie éolienne et solaire) sont également biaisés. Les données économiques présentées sont biaisées. Une énergie « gratuite » illimitée est revendiquée autour de nous, n’attendant que d’être arrachée à la corne de la licorne.

Et pour la plus grande partie de l’Amérique (et du monde), le reportage ne nous rend pas plus intelligents, mais plus bêtes.

Pourquoi est-ce important ? Qui se soucie si la science (ou l’ingénierie ou l’économie) est exagérée, si le résultat est que nous cessons de polluer ?

Outre le fait qu’il n’existe pas de source d’énergie non polluante, c’est important parce que l’humanité dépend d’une énergie abondante et abordable pour prospérer. Juste l’espérance de vie sur Google et la consommation d’énergie par habitant. Les sociétés prospères sont en meilleure santé et vivent plus longtemps. Les sources d’énergie coûteuses imposées aux masses par le fiat gouvernemental tuent les pauvres simplement parce que l’énergie coûteuse exacerbe la pauvreté, et la pauvreté entraîne la mort prématurée. Comme l’écrit le philosophe Alex Epstein dans son livre, The Moral Case for Fossil Fuels, si vous croyez que les humains ont le droit de prospérer, alors vous devriez soutenir les combustibles fossiles.

Nous n’utilisons pas l’énergie éolienne et solaire parce qu’elle est économiquement compétitive. Nous l’utilisons parce que les gouvernements ont décidé de forcer les contribuables à payer les coûts supplémentaires et ont permis aux services publics de répercuter les coûts plus élevés sur les consommateurs. L’utilisation de l’énergie éolienne et solaire continue d’augmenter, mais la demande mondiale d’énergie augmente encore plus rapidement. En l’absence d’une nouvelle technologie énergétique (ou d’une nouvelle adoption de l’énergie nucléaire), il est peu probable que l’énergie éolienne et solaire satisfasse plus de 10 % de la demande mondiale d’énergie au cours des prochaines décennies. Et comme certains pays européens l’ont appris, l’utilisation obligatoire de l’énergie solaire et éolienne a un coût élevé pour la société.

Non seulement les médias, mais le système d’éducation publique est complice en cette ère de reportages scientifiques bâclés. Je suppose que la plupart des enseignants et des journalistes croient ce qu’ils enseignent et rapportent. Mais ils ont encore la responsabilité de s’assurer que ce qu’ils rapportent est relativement impartial et factuel.

Je préférerais de loin que les enseignants consacrent plus de temps à enseigner aux élèves comment penser et moins de temps à leur enseigner quoi penser.

Les climatologues ne sont pas innocents. Comme tout le monde, ils ont des préjugés. Pratiquement tous les géo-scientifiques que je connais considèrent la Terre comme « fragile ». Leurs biais affectent leur analyse de données incertaines qui peuvent être interprétées de multiples façons. La plupart d’entre eux sont relativement ignorants en matière d’ingénierie et d’économie. J’ai eu des discussions avec des climatologues qui m’ont dit : « De toute façon, nous devons nous éloigner des combustibles fossiles ».

Et peut-être qu’on finira par le faire. Mais exagérer la menace peut faire plus de mal que de bien. Le regretté Stephen Schneider a avoué, de façon infâme, que les rapports des scientifiques étaient biaisés. Vous pouvez lire l’intégralité de sa citation et décider vous-même si des scientifiques comme M. Schneider ont laissé leur vision du monde, leur politique, etc. influencer leur façon de présenter leur science au public. La publication non autorisée des courriels « ClimateGate » entre les scientifiques du GIEC a montré comment le discours alarmiste a été maintenu en sapant les opinions alternatives et même en exerçant des pressions sur les rédacteurs en chef des revues scientifiques. Même The Guardian par l’inconduite.

C’est bien de présenter la possibilité que le réchauffement de la planète causé par l’homme puisse être très dommageable, ce qui est en fait théoriquement possible. Mais prétendre que des changements importants et préjudiciables ont déjà eu lieu en raison de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est du journalisme de mauvaise qualité. Certains reporters contournent le problème en disant que le dernier ouragan n’est peut-être pas directement imputable au réchauffement climatique, mais qu’il représente ce à quoi nous pouvons nous attendre davantage dans un monde qui se réchauffe. Sauf que même le GIEC de l’ONU est équivoque sur le sujet.

D’après les médias, d’après ce que j’en sais, les histoires d’élévation du niveau de la mer ne mentionnent jamais que le niveau de la mer s’élève naturellement depuis que l’on mesure les marégraphes dans le monde (depuis les années 1850). L’homme est peut-être responsable d’une partie de l’augmentation récente, mais comme c’est le cas pour presque tous les rapports sur le climat, le rôle de la nature est rarement mentionné, et l’ampleur du problème est presque toujours exagérée. Le fait que l’aggravation des inondations marémotrices périodiques à Miami Beach est d’environ 50% due à l’affaissement des marécages récupérés n’est jamais mentionné.

Il n’y a pas d’empreintes humaines du réchauffement climatique. Aucune. On suppose simplement que le changement climatique est principalement d’origine humaine (ce qui est en fait possible), alors que nos connaissances sur le changement climatique naturel sont presque inexistantes.

Les modèles climatiques informatisés sont programmés en fonction de l’hypothèse de causalité humaine. Les modèles produisent des changements climatiques d’origine humaine parce qu’ils sont forcés de ne produire aucun réchauffement (être dans un état de « bilan énergétique ») à moins qu’on y ajoute du CO2.

Pour autant que nous le sachions, personne n’a jamais été tué par les changements climatiques d’origine humaine. Les décès dus aux intempéries ont chuté de façon spectaculaire – de plus de 90 % – au cours des 100 dernières années.

Qui a appris ça à son enfant à l’école ? Quel journaliste a eu le courage de rapporter cette bonne nouvelle ?

Ces dernières années, de plus en plus de gens m’ont dit que leurs enfants, petits-enfants ou jeunes connaissances sont maintenant convaincus que nous détruisons la planète avec nos émissions de dioxyde de carbone provenant de la combustion des combustibles fossiles. Ce message leur a été transmis par le biais de reportages, de films, de leurs enseignants et professeurs, de leurs célébrités préférées et d’une poignée de scientifiques et de politiciens qui s’expriment ouvertement et dont les connaissances sur le sujet sont d’un kilomètre de large mais ne font que quelques pouces de profondeur.

Par contre, peu de gens sont au courant des articles scientifiques montrant des observations satellitaires qui révèlent qu’un phénomène mondial de verdissement  est en train de se produire en raison de l’augmentation du CO2 atmosphérique.

Encore une fois, je pose la question : à qui a-t-on enseigné cela à l’école ? Quel journaliste ose rapporter les bénéfices positifs du CO2, sans lesquels la vie sur Terre n’existerait pas ?

Non, si c’est une nouvelle climatique, c’est toujours une mauvaise nouvelle.

Autres exemples de biais médiatique

Voici quelques exemples récents (et pas si récents) de reportages médiatiques qui ne font qu’empirer les choses et dégrader le débat public sur le changement climatique. Très souvent, ce qui est rapporté, ce sont en fait des événements météorologiques qui se sont toujours produits sans que rien ne prouve qu’ils se soient aggravés ou qu’ils soient devenus plus fréquents au cours des 60 dernières années que les humains pourraient être au moins en partie accusés.

L’Amazonie brûle

Il y a quelques jours, le Guardian a annoncé que de larges pans de la forêt amazonienne brûlaient. Je ne sais pas comment cela est soudainement entré dans la conscience du public, mais pour ceux d’entre nous qui font le suivi de ces choses, les terres agricoles et certaines forêts tropicales humides en Amazonie et sur les terres adjacentes ont été brûlées par les agriculteurs pendant de nombreuses décennies à cette époque de l’année pour qu’ils puissent planter leurs cultures. Cette année n’est pas exceptionnelle à cet égard, mais quelqu’un a décidé d’en faire un numéro cette année. En fait, il semble que 2019 pourrait être l’une des années les plus basses pour la combustion de la biomasse. La déforestation y a considérablement diminué au cours des 20 dernières années.

La forêt tropicale elle-même ne brûle pas en réponse au réchauffement climatique, et en fait, le réchauffement sous les tropiques a été si lent qu’il est peu probable qu’un résident tropical le perçoive au cours de sa vie. Ce n’est pas une question de changement climatique ; c’est une question d’agriculture et d’utilisation des terres.

Le Groenland fond rapidement

L’inlandsis du Groenland reçoit chaque année de la nouvelle neige, et la gravité fait en sorte que l’inlandsis s’écoule lentement vers la mer où la glace est perdue par le vêlage des icebergs. La quantité de glace qui se trouve dans la calotte à un moment donné est basée sur l’équilibre entre les gains et les pertes.

Pendant les mois d’été de juin, juillet et août, la fonte de la surface est plus importante que l’accumulation de neige. Le récent épisode (météorologique) d’une masse d’air saharienne traversant l’Europe occidentale et atteignant le Groenland a provoqué quelques jours de fonte exceptionnelle. De l’avis général, cela a eu de graves conséquences.

Forbes a décidé de repousser les limites du journalisme responsable avec un titre de reportage, Massive Ice Melt du Groenland n’était pas censé se produire avant 2070. Mais les données réelles montrent qu’après cette très brève période (quelques jours) de forte fonte, les conditions sont ensuite revenues à la normale.

La fonte de surface du Groenland, dont on a beaucoup parlé vers le 1er août 2019 (ovale vert), a ensuite été suivie d’un retour à la normale dans les semaines suivantes (ovale violet), ce qui n’a pas été rapporté par les médias.

Bien sûr, les médias n’ont fait état que d’une brève période de fonte des glaces, ce qui a contribué à alimenter le régime constant d’informations climatiques biaisées auquel nous sommes tous habitués.

De plus, après tous les rapports de chaleur record au sommet de la calotte glaciaire, on a constaté que les lectures du capteur de température étaient trop chaudes et que la température n’a jamais vraiment dépassé le point de congélation.

Est-ce que cela a été rapporté avec la même fanfare que l’histoire originale ? Bien sûr que non. Le mal a été fait et les milliers d’articles alarmistes continueront d’être diffusés à perpétuité.

Cela ne veut pas dire que le Groenland ne perd pas plus de glace qu’il n’en gagne, mais la plus grande partie de cette perte est due au vêlage d’icebergs sur le bord de la nappe qui est alimenté par la glace qui coule en aval. Pas à cause du réchauffement de la surface par le haut fourneau. Il pourrait s’agir de la perte au cours des dernières décennies est une réaction tardive à l’accumulation excessive de neige il y a des dizaines ou des centaines d’années (j’ai fait une mineure en glaciologie tout en travaillant à mon doctorat en météorologie). Personne ne le sait vraiment parce que la dynamique de la calotte glaciaire est compliquée avec beaucoup d’incertitude.

Ce que je veux dire, c’est que le public n’entend parler que de ces brefs événements météorologiques qui sont presque toujours utilisés pour promouvoir un récit alarmiste.

Juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais enregistré

La température annuelle moyenne de la surface de la Terre est d’environ 60 degrés F. Elle a augmenté lentement et irrégulièrement au cours des dernières décennies à un taux d’environ 0,3 ou 0,4 degré F par décennie.

Donc, disons que la température moyenne atteint 60,4 degrés F plutôt qu’une température plus normale de 60 degrés F. L’adjectif « le plus chaud » est-il vraiment le meilleur adjectif à utiliser pour informer le public de ce qui se passe ?

Voici un graphique géographique des écarts de juillet 2019 par rapport à la normale par rapport au modèle du système de prévisions climatiques de la NOAA.

Juillet 2019 : la température de surface s’écarte de la normale. La moyenne mondiale n’est que de 0,3 degré. C (0,5 degré F) au-dessus de la moyenne de 1981 à 2010, et de nombreuses régions ont connu des températures inférieures à la normale. (WeatherBell.com).

Certaines régions étaient au-dessus de la normale, d’autres en dessous, mais les manchettes du « mois le plus chaud de l’histoire » vous feraient croire que la Terre entière est devenue un four de chaleur insupportable.

Bien sûr, les changements de température impliqués dans les nouveaux records de mois chauds sont si faibles qu’ils sont généralement inférieurs au niveau d’incertitude des mesures. Et, différents ensembles de données globales donnent des résultats différents. Surveiller le réchauffement de la planète, c’est comme chercher une aiguille climatique dans une botte de foin de la variabilité du temps.

Bait and Switch : Modèles remplaçant les observations

On a de plus en plus tendance à faire passer les projections des modèles climatiques pour des observations réelles dans les bulletins de nouvelles. C’est ce qui s’est produit il y a à peine quelques jours lorsque j’ai été alerté d’un article qui affirmait que Tuscaloosa, en Alabama, connaît deux fois plus de 100 degrés F et plus. jours comme avant. A son crédit, le journaliste a corrigé l’histoire lorsqu’on lui a fait remarquer qu’il ne s’était rien passé de tel, et c’est une projection du modèle climatique qui a fait (à tort) une telle « prédiction ».

Un autre exemple s’est produit l’an dernier avec un reportage selon lequel la 100e frontière climatique du méridien aux États-Unis se déplaçait vers l’est, avec un assèchement graduel qui a commencé à envahir la ceinture agricole du Midwest américain. Mais, encore une fois, la vérité, c’est qu’il ne s’est rien passé de tel. Il s’agissait d’une projection de modèle climatique, qui a été présentée comme une réalité. Ayant travaillé avec des intérêts céréaliers pendant près de 10 ans, j’ai abordé cette fausse nouvelle climatique avec des mesures de précipitations réelles ici.

Le réchauffement climatique d’Al Gore et Bill Nye dans une expérience de bocal

C’est un de mes préférés.

Dans le cadre du Climate Reality Project d’Al Gore, Bill Nye a produit une vidéo de l’expérience Climate 101, (Voir sur Skyfall )dans laquelle deux pots en verre contenant des thermomètres étaient éclairés par des lampes. Un pot contenait de l’air, l’autre du CO2 pur. La vidéo montre prétendument le bocal contenant du CO2 avec une augmentation de température plus importante que le bocal contenant seulement de l’air.

Bien sûr, cela visait à démontrer à quel point il est facile de montrer qu’une plus grande quantité de CO2 provoque le réchauffement. Je suis sûr qu’il a inspiré de nombreuses expériences scientifiques dans les écoles. La vidéo a été visionnée plus de 500 000 fois.

Le problème est que cette expérience ne peut pas montrer un tel effet. N’importe quel expert en transfert radiatif atmosphérique peut vous le dire. Les pots sont de toute façon totalement opaques au rayonnement infrarouge, la quantité de CO2 impliquée est beaucoup trop faible, les thermomètres étaient bon marché et imprécis, les lampes ne peuvent pas être exactement identiques, les pots ne sont pas identiques, et le « froid » de l’espace extérieur n’était pas inclus dans l’expérience. Anthony Watts, météorologue à la télévision, a démontré que Bill Nye a dû truquer les résultats par le biais d’un montage vidéo post-production.

L’effet de réchauffement dû à l’augmentation du CO2 atmosphérique est étonnamment difficile à démontrer. La démonstration est essentiellement un exercice théorique impliquant des calculs d’absorption radiative et un modèle de transfert radiatif. Je crois que l’effet existe ; je dis simplement qu’il n’y a pas de moyen facile de le démontrer.

Le problème, c’est que cette vidéo frauduleuse existe toujours et que des milliers de personnes sont amenées à croire que l’expérience prouve à quel point il est évident de…

Le voyage en voilier de Greta Thunberg

La nouvelle porte-parole de la jeunesse mondiale pour les préoccupations relatives au réchauffement climatique est la Suédoise Greta Thunberg, 16 ans. Greta traverse l’Atlantique à bord de ce que CNN qualifie de « yacht zéro émission » pour participer au Sommet des Nations Unies sur le climat le 23 septembre à New York.

Tout d’abord, il n’existe pas de yacht à émissions nulles. Une énorme quantité d’énergie a été nécessaire pour fabriquer le yacht, et il transporte si peu de personnes sur  si peu de kilomètres au cours de sa vie, le yacht est un merveilleux exemple du gaspillage d’énergie typique des modes de vie de l’élite riche. Quatre (!) personnes devront prendre l’avion de l’Europe vers les États-Unis pour soutenir le retour du yacht en Europe après que Greta y aura été livrée.

Ce voyage n’est rien de plus qu’un coup de publicité, et il conduit à une désinformation accrue sur la consommation mondiale d’énergie. En fait, il fonctionne beaucoup mieux comme satire. Imaginez si tous ceux qui ont traversé l’océan utilisaient des yachts plutôt que des avions à réaction. Il faudrait plus d’énergie, et non moins, en raison de la construction de dizaines de milliers de yachts supplémentaires qui transportent inefficacement peu de passagers sur des trajets relativement peu nombreux et très lents. En revanche, un avion à réaction parcourt en moyenne 50 millions de kilomètres au cours de sa durée de vie. La plupart des gens ne se rendent pas compte que les déplacements en avion à réaction sont maintenant plus économiques en carburant que les déplacements en voiture.

L’histoire du voyage en bateau de Greta est à bien des égards la pire façon de sensibiliser les gens aux questions climatiques, à moins que vous ne connaissiez des experts en sciences, en ingénierie ou en économie. C’est comme quelqu’un qui s’oppose à manger de la viande en consommant trois cheeseburgers McDonald’s pour montrer comment nous devrions changer notre régime alimentaire. Cela n’a aucun sens.

Je pourrais donner bien d’autres exemples de médias qui contribuent à détruire la capacité du public d’avoir une discussion rationnelle sur les changements climatiques, sur la quantité causée par les humains et sur ce qui peut ou devrait être fait pour y remédier.

Au lieu de cela, les médias choisissent de ne publier que les articles les plus médiatiques, et la question du changement climatique est alors présentée comme deux extrêmes : soit vous croyez les « vrais scientifiques » qui sont tous d’accord pour dire que nous détruisons la planète, soit vous êtes un négateur de climat de 8e année qui a la queue qui traîne et qui a des armes et des tendances racistes.

200 Comments     Poster votre commentaire »

101.  JC | 12/09/2019 @ 5:06 Répondre à ce commentaire

Murps (#100),
« … et je complimente mes collègues féminines sur leurs robes  »
Dragueur en plus de ça !

102.  Murps | 13/09/2019 @ 22:59 Répondre à ce commentaire

JC (#101), ça alors, j’avais pas vu cela comme ça.
En général elles apprécient. Je reste professionnel, ce sont des collègues, zut alors. Ne me dites pas que cela fait de moi un délinquant ! Ca ne fait pas de moi un délinquant, n’est ce pas ?

103.  JC | 14/09/2019 @ 8:49 Répondre à ce commentaire

Murps (#102),
Dans la période « me too », tu trouves pas ça un peu dangereux de complimenter tes collègues femmes ?
Si c’est chaque jour, on va t’accuser d’harcèlement… fais gaffe…

104.  Ecophob | 14/09/2019 @ 12:00 Répondre à ce commentaire

Murps (#102), climato-sceptique et amateur de jolies femmes! Aie, vous êtes mal barré! laugh

105.  zorglub | 14/09/2019 @ 14:13 Répondre à ce commentaire

Ah non votre honneur, mon client n’a jamais parlé de jolies femmes et encore moins d’en être amateur ! pardon

106.  rpf | 19/09/2019 @ 5:50 Répondre à ce commentaire

Un extrait d’un texte très récent de R. Lindzen:

… il s’agit d’un problème politique et que, de ce fait, il est entre les mains du public, et plus particulièrement de la classe dirigeante. Pour l’essentiel, ces groupes ignorent tout des sciences du climat, et même de la science tout court.

C’est à lire ici

107.  bastinor | 19/09/2019 @ 8:22 Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Fake news, l’expression à la mode pour détruire l’opposition, donc si vous en avez le cœur regardez l’émission « ouvrez le 1: fake news et climat » du 18 septembre sur France Tel. Je n’ai vu qu’une partie avec Nicole d’Almeida et Emmanuel Vincent qui nous expliquent l’importance de ne débattre qu’avec des climatologues assermentés. Pas de bol, la première ne l’est pas et si le second l’a été il passe aujourd’hui le plus clair de son temps à chasser le camp du mal.
Mamère et Pulvar (climatologues de premier ordre laugh )sont aussi au programme mais j’avoue ne pas avoir eu le courage d’aller jusque là.

108.  rpf | 20/09/2019 @ 22:19 Répondre à ce commentaire

Message d’espoir (involontaire) de l’Agence Science Presse
Montée du populisme et déni des changements climatiques en Europe
à lire ici

109.  rpf | 20/09/2019 @ 22:31 Répondre à ce commentaire

Un Quizz chafouin qui n’est pas proposé par l’Agence Science Presse.
Mais à proposer, en revanche, aux jeunes manifestants de « Youth fot Climate » (ancien nom: « Illiterates without Borders »)

110.  JC | 20/09/2019 @ 23:30 Répondre à ce commentaire

rpf (#108),
Jean-Claude Dacier (sur BFM ou LCI ?) était bien climatosceptique il y a deux jours concernant les nouvelles prévisions du giec. Un de plus.

111.  Anecdote | 21/09/2019 @ 21:53 Répondre à ce commentaire

https://www.rtl.fr/actu/meteo/video-climat-quand-haroun-tazieff-tentait-d-expliquer-l-effet-de-serre-en-1979-7798358884
Ou comment faire croire que certains scientifiques avaient raison il y a 40 ans… en pleine hystérie sur le retour à l’ère glaciaire !
Hystérie bien masquée par les merdias actuels.

112.  rpf | 22/09/2019 @ 11:15 Répondre à ce commentaire

Klimatisch propagandastaffel :

Si vous vous demandez pourquoi nous avons été bombardés d’histoires alarmistes du climat au cours de la semaine dernière, c’est le résultat d’un complot délibéré.

Article original
Traduction ici

113.  Araucan | 22/09/2019 @ 19:33 Répondre à ce commentaire

rpf (#112),
Le mot complot est exagéré : il s’agit juste des campagnes de comm orchestrées avant chaque COP …

114.  rpf | 22/09/2019 @ 22:39 Répondre à ce commentaire

Araucan (#113),
Complot dans cet article est sans doute exagéré, mais campagne de com est insuffisant.
Cette campagne de propagante insistante, orchestrée, quelque peu mensongére est surtout librement consentie par cette presse.
A partir de lundi nous allons avoir un tsunami monocolore de la part de la classe jacassante.
Les « débats » seront entre petitboutiens (la fin du monde c’est dans 12 ans) et grosboutiens (la fin du monde c’est la semaine prochaine), ils seront arbitrés par des cervaux liliputiens.

115.  legendre | 23/09/2019 @ 19:09 Répondre à ce commentaire

pour quelle raison hal gore a convoquer les plus grands chefs d’entreprises a travers le monde pour leur expliquer que le changement climatique peux rapporter beaucoup d’argent ?et le soleil dans tout ça ???
GIEC définition Groupement Intérêt Économique du Climat

116.  Anecdote | 23/09/2019 @ 19:16 Répondre à ce commentaire

legendre (#115),
Al Gore qui prévoyait la disparition de la banquise en 2013.
Foi de climatologue

117.  Anecdote | 23/09/2019 @ 19:16 Répondre à ce commentaire

http://www.lefigaro.fr/flash-a.....lefigarov3

118.  Claude C | 24/09/2019 @ 6:41 Répondre à ce commentaire

Anecdote (#117),
Greta Thunberg à l’ONU: «Comment osez-vous? Vous avez volé mes rêves et mon enfance!»
C’est un message sous-jacent pour ses parents indignes…? dash

119.  douar | 24/09/2019 @ 7:30 Répondre à ce commentaire

Claude C (#118),
Les commentaires ne sont pas particulièrement élogieux. Il me semble que beaucoup découvrent l’ampleur de la manipulation
A trop en faire, l’activisme de l’équipe de Greta finit pas être contreproductif pour leur cause, ce qui, personnellement n’est pas pour me déplaire.

121.  Cdt Michel e.r. | 24/09/2019 @ 23:36 Répondre à ce commentaire

JC (#120),

Excellent, comme d’habitude…
Je vous ai mis dans mes favoris.

Quelques suggestions de corrections :
En effet, en invitant Maîtresse Greta à leur parler, … nous nous sommes rendus compte[-s]
génération sont sur vous »[+espace]Comment osez-vous

122.  Claude C | 25/09/2019 @ 6:57 Répondre à ce commentaire

JC (#120),
Bien vu ! yes

123.  JC | 25/09/2019 @ 17:49 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#121), Claude C (#122),

Merci.

124.  rpf | 25/09/2019 @ 19:03 Répondre à ce commentaire

La presse comme il faut commence enfin à en parler:

Dans une tribune envoyée à l’ONU, 500 “scientifiques” veulent alerter sur l’absence “d’urgence ou de crise climatique”. On a épluché la liste des signataires.

1) On peut noter les guillemets pour scientifiques dans l’article du HUFFPOST.

2) « On a épluché la liste des signataires » est inexact.
On a épluché une partie (celle qui est accessible) de la liste (qui va s’allonger) des signataires serait moins inexact. (ils n’ont pas épluché les quelques 500 signataires mais quelques dizaines soit 10% au mieux)
C’est ici, on y découvre néanmoins certains détails …

125.  joletaxi | 25/09/2019 @ 19:19 Répondre à ce commentaire

c ‘est tout de même curieux.
on sentait bien que le ‘rester sous 2° ne marchait pas, n’était pas de nature à semer la saine terreur.
Et comme par hasard, sort une « étude » qui promet 7° avec un vrai souk de prophéties invraisemblables de catastrophes.
Personne ne pose de question, sur la validité du bazar, personne ne l’a lue
Ce soir chez calvi, c’était un festival.
Mais comment ils s’organisent pour sortir ce genre de daube « just in time »
comment ils s’organisent pour que cela soit diffusé en un éclair?
et ce n’est pas la première, fois, c’est chaque fois la même stratégie.
Mais qui est derrière cette manipulation?
Et ne me dites pas que c’est un hasard,
curieux non?

126.  rpf | 25/09/2019 @ 21:07 Répondre à ce commentaire

Courrier climato-réaliste à l’ONU : les signataires pour la France
B. Rittaud amène quelques précisions ici

127.  scaletrans | 25/09/2019 @ 21:38 Répondre à ce commentaire

rpf (#124),

à l’instar de Vincent Courtillot, membre de l’Académie des sciences et géophysicien au sein de L’institut de physique du globe de Paris dont les partenariats avec Total ou Shell ont suscité interrogations

C’est à ça qu’on les reconnaît ! Dans le genre langue de vipère on ne fait pas mieux !

128.  rpf | 25/09/2019 @ 22:19 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#127),
Il faut comprendre que c’est le prix à payer.
Disons l’hommage du vice (plutôt de l’ignorance) à la vertu (plutôt au doute scientifique)

L’important c’est que la presse ‘comme il faut ‘ en parle (évidement en mal).
Car alors les lecteurs (il en subsiste encore) de cette presse constateront qu’il n’y a pas consensus, et que les scientifiques égarés dans le climatoscepticisme sont décidément bien nombreux…

Par ailleurs il y aura des commentaires de lecteurs, et les lecteurs sont plus informés que les malheureux journalistes (ils lisent leurs confrères ! )

129.  Hug | 26/09/2019 @ 12:18 Répondre à ce commentaire

rpf (#126),
Je préfère le dire ici que sur le blog de Benoît Rittaud, mais je ne suis pas sûr que la présence de JP Bardinet dans la liste soit vraiment pertinente. Je respecte et apprécie plutôt sa contribution à la lutte contre la propagande réchauffiste, mais d’une part, il ne me semble pas respecter les critères requis pour faire partie des signataires, d’autre part, ses contributions tombent un peu trop dans « l’à peu près » (« 22 vérités qui dérangent » notamment) facilement critiquable par le camp adverse (ce qui a été fait).
Son nom ne me semble pas vraiment contribuer à la crédibilité de cette pétition. Ceci dit sans animosité aucune.

130.  the fritz | 26/09/2019 @ 14:46 Répondre à ce commentaire

Hug (#129),

Je préfère le dire ici que sur le blog de Benoît Rittaud

Et pourquoi ? Il fait aussi partie de ceux qui nient la responsabilité anthropique à l’augmentation du CO2 atmosphérique; et pourtant il est pronucléaire il me semble , ce qui est une bonne chose ; mais comme il est aussi convaincu que l’effet de serre (du CO2 entre autre ) est une invention du GIEC et de Al Gore , on se demande pourquoi il est pro nucléaire , sauf s’il a des preuves de la fin imminente des fossiles , ce qu’il peut venir discuter ici

131.  Le Rouméliote | 26/09/2019 @ 16:38 Répondre à ce commentaire

rpf (#124), C’est sûr, il vaut mieux en parler que la chape de silence, mais le fiel coule quand même à flot. Quand l’auteur écrit : « Enfin si, plusieurs des quarante personnalités écrivent régulièrement tribunes et articles sur le site libéral Contrepoints ou sur Valeurs actuelles, force est de constater qu’aucune n’a une expertise directe en climatologie. » Et l’expertise climatique au Monde, à Libération, au Figaro ou sur Arte, on ne pose pas la question ?
Forcément qu’ils écrivent chez les sulfureux libéraux ! Aucun journal, aucune revue, aucune radio ni aucune télévision de gauche ou libéralo-macronien ne prendra un article d’un quelconque climato-réaliste ! J’en ai fait bien des fois l’expérience. La dernière à Attac (pas plus à gauche !), je suis fort apprécié pour mes analyses sur la « crise » grecque, mais si j’aborde le climat, c’est niet sur toute la ligne, les cerveaux se ferment instantanément.
Au fait, je fais mon plein de GPL à la station Total Access, serais-je vendu au lobby pétrolier ? Je m’interroge… unknw

132.  rpf | 27/09/2019 @ 17:31 Répondre à ce commentaire

L’agence Science Presse en parle, évidemment pour le dénoncer, mais elle en parle.

La liste, avait révélé au début du mois le média en ligne DeSmog, est le résultat d’un effort coordonné de plusieurs groupes de pression libertariens, de droite ou d’extrême-droite, en Europe et aux États-Unis, et contient à ce titre plusieurs de leurs « vedettes » habituelles.

A lire ici

134.  ppm451 | 27/09/2019 @ 22:17 Répondre à ce commentaire

Excellent, on se régale à lire cette bande-annonce catastrophiste ! encore, encore 😉

135.  Pigouille | 27/09/2019 @ 23:56 Répondre à ce commentaire

JC (#133), lol on voudrait pleins de saisons.
Avec des pompiers inquiets (dicaprio)
Et des scientifiques en larmes (guillaume canet)

136.  JC | 28/09/2019 @ 8:10 Répondre à ce commentaire

J’ai fait qques rajouts.

137.  AntonioSan | 28/09/2019 @ 20:50 Répondre à ce commentaire

rpf (#132), Desmog est le produit d’un certain James Hoggan, le type qui a soutenu la fondation Suzuki, donc on se doute que ces reseaux sont interconnectes et ne font que renvoyer l’echo de leurs propre militantisme. D’ailleurs le type recut la medaille du Jubilee de la reine en 2012… on trouverait mieux comme « rebelle » au systeme…
On pouvait, comme certains journalistes « Establishment & media sympathize with Greta’s ‘Fridays for Future’ movement… So how is that a ‘protest’ exactly? », aussi questionner le terme de « manifestation » pour ces marches climat qui etaient adoubees par les autorites, les ecoles -l’education nationale-, les politiciens de tous poils, les associations et autres fondations vertes etc… meme la Police a Montreal a felicite les marcheurs pour leur calme et absence de debordements, comme se gargarisait Adrienne Arseneault presentatrice vedette du National sur la CBC…
On oublie trop vite que le fameux Hansen travaillait pour le NASA, pas vraiment une ONG anti-gouvernementale. Aucun scientifique pro-CAGW en France ne provient de labos independants: ce sont tous des fonctionnaires CNRS ou CEA et donc payes par le gouvernement. Le GIEC est intergouvernemental… Alors la mascarade des momes qui defilent contre l’inaction des gouvernements c’est pour les credules.
D’ailleurs, on voit dans certains pays pointer le nez d’un droit de vote a 16 ans… Ce n’est donc pas un hasard si des politiciens en place ouvrent la porte a un electorat qui risque de tout bouleverser apres avoir ete gentiment brainwashed par la Greta, l’ado qui passe de Davos a l’Assemblee de l’ONU comme vous et moi changeons de chaussettes.
Ah j’oubliais, c’est vrai, c’est une coincidence, un hasard, une mode et surtout pas une strategie bien rodee… Dixit les Eyes Wide Shut du ciel qui tombe…

138.  rpf | 28/09/2019 @ 22:45 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#137), Merci pour vos précisions.
Je doute qu’une seule explication domine pour comprendre la croyance écologique et son produit phare actuel le RCA.
Complot et intérêt pouvoir/argent sont une partie de l’explication, mais il ne faut sous estimer ni la bêtise naturelle, ni la soif d’obscurantisme (lorsque d’autres religions s’effacent), ni le simple hasard, ni la relative vraisemblance de la théorie (ici climatique), ni la séduction irrésistible de l’anthropomorphisme.
L’effondrement de l’enseignement joue également un rôle, ainsi que l’oisiveté, mère de tous les vices bobos.

On peut même penser que si l’homme descend du singe, lorsqu’il est écologiste, c’est parfois le Magot (Macaca sylvanus).

139.  Marco40 | 29/09/2019 @ 8:29 Répondre à ce commentaire

rpf (#138), +1000
Convergences d’intérêts politiques et économiques, peur de l’avenir provenant d’une éducation chrétienne culpabilisante, incompétence et stupidité à tous le étages bien sûr.
A cela le sentiment du transfert et donc de perte du leadership mondial vers l’Asie (Chine, Corée et dans une moindre mesure le Japon) : ces dernières années, l’occident a peur du potentiel paraissant sans limite des possibilités de révolution en matière génétique et informatique (cela se reflète aussi bien dans la culture cinématographique que littéraire, que dans l’inscription en France du principe de précaution, ou principe de peur). Or c’est dans ces pays que cela bouge de plus en plus vite, avec des visions morales différentes des nôtres.
Le mélange de ces deux révolutions ouvrent les voies au transhumanisme, vision plus positive de l’eugénisme. Il y a donc une peur de l’avenir, peur d’une perte de contrôle, et donc une réaction de vouloir revenir à un passé idéalisé, contrôlé et perçu comme rassurant. L’Eglise (les religions?) et les écologistes (de vrais conservateurs réactionnaires pour le coup) idéalisent ce passé qui ne remet pas en cause ni leur autorité morale pour l’un, ni leur penchant collectiviste totalitariste (pléonasme) pour l’autre, figeant ainsi la société et permettant son contrôle.

140.  rpf | 29/09/2019 @ 16:03 Répondre à ce commentaire

L’encéphalopathie spongiforme atteint aussi un (probable) végétarien:

Plus une seule personne raisonnable ne nie les changements climatiques : augmentation de la température globale terrestre, effondrement de la biodiversité, extinctions d’espèces et morts massives d’individus composant les espèces survivantes, acidification des océans, catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes et exacerbées, etc.

Pour ceux qui ont le cœur bien accroché on peut lire l’article ici.
Pour les autres on déconseille la pratique du légumisme intégral, de la sociologie, des « sciences du comportement », ainsi que l’achat de la presse.

141.  JG2433 | 29/09/2019 @ 18:26 Répondre à ce commentaire

rpf (#140),
Pour l’augmentation de la température des océans, ça monte moins vite que ce qui vient d’en être dit dans une article « bidon ».
https://www.climato-realistes.fr/retractation-dun-article-de-nature-sur-le-rechauffement-des-oceans/

142.  amike | 29/09/2019 @ 19:06 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#141), Article qui remet en cause l’argument « presse » du « oui, mais ce ne sont pas de vrais climatologues… »

143.  rpf | 29/09/2019 @ 19:20 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#141),
Je l’avais signalé jeudi sur le fil info en #4562.
Et cela a bien une … certaine… importance

Michael Mann bis = fraudeur(s) pris sur le fait.
Le ventre (IPSL/LMD) est encore fécond. Et pas que pour signer des pétitions

144.  rpf | 29/09/2019 @ 19:54 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#141), Instruisons nous encore:
Le 24 Mars 2010, L. Bopp (LSCE/IPSL) a signé cette pétition (bas de la page 4)
Hélas, le signataire « climatologue » de 2010 ne semble pas infaillible en 2019: voir ici pour Canossa
Pourvu qu’il ne s’agisse pas d’une fraude !

Les nombreux signataires imprudents de 2010 (Tsih, si vous me lisez...) seraient-ils maudits?
Rappel du texte ici: http://sciences.blogs.liberati.....e-allegre/
Le texte commence par: Nous, scientifiques du climat, attachés au devoir de rigueur scientifique

145.  BenHague | 30/09/2019 @ 10:40 Répondre à ce commentaire

Inconscient ou courageux ?

http://www.lefigaro.fr/vox/pol.....tor=AL-201

146.  douar | 30/09/2019 @ 13:26 Répondre à ce commentaire

BenHague (#145),
L’auteur a déjà le cuir bien tanné, il est habitué à prendre des coups.

147.  Cdt Michel e.r. | 30/09/2019 @ 14:35 Répondre à ce commentaire

douar (#146),
Il est surtout habitué a prendre des coups et à les rendre.

148.  BenHague | 30/09/2019 @ 14:36 Répondre à ce commentaire

https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/09/30/sur-facebook-le-president-des-amis-du-palais-de-tokyo-appelle-a-abattre-greta-thunberg_6013581_3246.html

Une victime de Greta … mais bon il l’a bien cherché …difficile de le plaindre aprés avoir sorti une telle connerie.

Cette jeune fille est avant tout une victime .. victime de l’anxiété et du stress crée par les climato-alarmistes et leurs complices, victime de ses parents aussi qui l’exhibe telle une monstre de foire (j’ai honte pour eux, car ils devraient la protéger), victime des politiques aussi qui sont vraiment á gerber dans leur facon de l’instrumentaliser en l’encensant et de la jeter comme une m…. quand son discours fanatique et irrationnel se retournent contre eux une semaine plus tard.

149.  Le Rouméliote | 30/09/2019 @ 17:35 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#139), Et on peut ajouter l’influence de la pyramide des âges ! L’Occident et plus particulièrement l’Europe, sont des continents vieux, d’où la floraison des idéologies réactionnaires (au sens propre : vouloir revenir à un passé mythifié) dont la pire est l’écologisme. C’est le retour en force de l’archaïsme.