Bulletin des climato-réalistes n° 95

 

– Conférence sur les ours polaires le 29 octobre à Paris

– La liste des signataires de la « déclaration européenne sur le climat » s’allonge

CONFÉRENCE SUR LES OURS POLAIRES AVEC LA BIOLOGISTE CANADIENNE SUSAN CROCKFORD

L’Association des climato-réalistes organise une conférence sur les ours polaires le 29 octobre 2019

à l’Espace Chaptal, 23-25 rue Chaptal, 75009 Paris

de 20 à 22h

Cette conférence suivra l’assemblée générale de l’association qui se tiendra à la même adresse de 16h à 18h30.

Inscription par mail auprès de Marie-France Suivre (mfsuivre@hotmail.fr).

LA DÉCLARATION DES 500 700 !

Pour l’heure, seuls deux médias français ont réagi à la Déclaration climato-réaliste, signée par désormais plus de 700 scientifiques et professionnels de par le monde, et adressée le 23 septembre au secrétaire général des Nations unies. Sans surprise, Valeurs actuelles et Le Huffington Post expriment des points de vue opposés sur cette initiative, qui fait réagir dans le monde entier. Une présentation de la Déclaration a été faite lors d’une conférence de presse à Oslo le 17, en prélude à une conférence de deux jours de l’association norvégienne Klimarealistene, à l’occasion de ses dix ans.

CONVENTION CITOYENNE SUR LE CLIMAT

Dans une chronique dans Le FigaroLuc Ferry se demande qui va choisir et sur quels critères les experts que vont auditionner les 150 conventionnels tirés au sort :

« S’agira-t-il exclusivement de militants verts, d’écologistes engagés dans leur lutte contre le modèle occidental ou fera-t-on entendre aussi la voix de personnalités différentes, des médecins comme Laurent Alexandre, des philosophes comme Pascal Bruckner, des mathématiciens de l’association des « climato-réalistes », des membres dissidents du GIEC, des auteurs de livres qui dénoncent faits et arguments à l’appui les effets désastreux des éoliennes, des partisans de l’économie circulaire, voire des industriels, des constructeurs d’automobiles, des scientifiques qui défendent certains usages du glyphosate, bref, des empêcheurs de penser en rond ? …Tout semble aller dans le même sens, celui du jeunisme, de la haine de l’Occident capitaliste, des “effondristes” et des collapsologues, sans contre-pouvoir audible ».

LA COLLAPSOLOGIE : UNE IDÉOLOGIE NON VIOLENTE QUI RISQUE DE NE PAS LE RESTER

Extinction Rebellion, un « mouvement mondial de désobéissance civile en lutte contre l’effondrement écologique et le réchauffement climatique », restera-t-il non violent comme il prétend l’être ? On peut en douter. Le politologue Eddy Fougier, spécialiste des mouvements protestataires, observe que derrière un discours prudent se cachent des  objectifs d’une extrême radicalité (ne plus prendre l’avion, stopper les constructions de maisons individuelles, diviser par vingt de notre consommation de vêtements, etc.) qui ne pourraient être imposés que par un ordre autoritaire.

Qui sont les apprentis sorciers qui financent ce mouvement ? Des millionnaires philanthropes selon Libération : parmi les gros donateurs, on trouve le groupe Radiohead, selon le New York Times, le Climate Emergency Fund (fonds d’urgence climatique) créé par l’investisseur Trevor Neilson, Rory Kennedy (la fille de l’ancien sénateur Robert Kennedy), et Aileen Getty, une des héritières d’un empire pétrolier américain. Selon Sputniknewsle financier Georges Soros aurait également donné à cette association, une information qui reste à confirmer.

En France, certaines personnalités s’emploient à mettre de l’huile sur le feu, telle la maire de Paris qui, interrogée par BFMTV, a affirmé qu’elle comprenait « la colère des manifestants devant la passivité des politiques en place ». Jean-David Abel, vice président de France Nature Environnement, explique partager « la rage et l’impatience de ce mouvement ».

Ces personnalités savent-elles (ou font-elles semblant d’ignorer) que selon l’indice de performance environnementale (EPI) établi par l’université de Yale, la France est en deuxième position (l’Allemagne 13ème, les Etats-Unis 27ème, la Chine 120ème et l’Inde 177ème) ?

LE NUCLÉAIRE EST-IL LE PROBLÈME OU LA SOLUTION ?

EDF a annoncé la fermeture définitive de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). L’indemnisation d’EDF coûtera, selon les Dernières Nouvelles d’Alsace, plusieurs milliards d’euros au contribuable français.

À propos de la décision prise en catimini par le CEA d’arrêter le projet Astrid (réacteur de 4ème génération à neutrons rapides) , Yves Bréchet, membre de l’académie des Sciences, dénonce la pusillanimité d’un État qui a cessé d’être un stratège pour devenir « un bouchon flottant au fil de l’eau ». Rappelons qu’Astrid vise à réduire la quantité de déchets nucléaires. Ironiquement, cette décision intervient au moment où se tenait un débat national sur la gestion des matières et déchets radioactifs.

La vérité est que la France désinvestit du nucléaire pour des raisons de politique politicienne, alors que selon le site forumnucleaire.be le nombre de centrales nucléaires dans le monde pourrait tripler d’ici 2050, notamment en Asie et dans les pays à forte croissance économique.

Il s’ensuit que la France perd son expertise dans ce domaine. Rémy Prudhomme explique que le dérapage des délais et des coûts de  l’EPR de Flamanville condamne davantage l’ingénierie française que la technologie EPR.

Le gouvernement s’apprête maintenant à tuer EDF avec son projet « Hercule » qui vise à diviser l’entreprise en deux entités, ce qui, selon Marianne, ne sera que l’ultime étape d’un processus de démantèlement entamé depuis des années, au cours desquelles se sont enchaînées les faiblesses des gouvernements successifs.

À LIRE, VOIR ET ENTENDRE

Climat : non à l’enseignement de la peur !

Dans une tribune de Valeurs actuelles du 24 septembre, Benoît Rittaud dénonce la « énième capitulation intellectuelle de nos élites » avec cet appel d’enseignants et de dirigeants d’établissements dans le JDD du 15 septembre pour  une « une stratégie de transition de l’enseignement supérieur positionnant le climat comme urgence première ».

Benoît Rittaud en direct sur Sud Radio

Benoît Rittaud était le 9 octobre l’invité de Valérie Expert sur Sud Radio pour débattre avec Chloé Nabédian, présentatrice des bulletins météo de France 2 et auteure de La Météo devient-elle folle ? (éditions du Rocher).

Samuel Furfari : Trois solutions (et demie) pour le climat

Dans lecho.be Samuel Furfari explique ses solutions pour le climat : s’adapter aux conséquences du changement climatique, recourir au nucléaire (seule énergie qui réduit les émissions) et (demi-solution) utiliser plus de gaz naturel aux dépens du charbon et du pétrole. Ou alors stopper la croissance, et ainsi « mettre en place une société de contrôle total de l’homme dans toutes ses dimensions, c’est-à-dire un enfer carcéral et totalitaire« …

Éoliennes, la face noire de la transition écologique, par Fabien Bouglé (éditions du Rocher)

Commentaire du Figaro : « Dans une synthèse particulièrement documentée, le militant démonte un à un les arguments en faveur de l’éolien : imposture écologique, dangers pour la santé, gaspillage d’argent public, corruption. »


ADHÉREZ A L’ASSOCIATION DES CLIMATO-RÉALISTES

Remplissez le formulaire d’adhésion (téléchargeable ici) et renvoyez le avec votre chèque à l’adresse suivante :

Association des climato-réalistes
35 avenue de Breteuil
75007 Paris
Le montant de la cotisation est de 30€ pour une personne seule et 50€ pour un couple.
Si vous préférez effectuer un règlement par virement, téléchargez ici le RIB de l’association (n’omettez pas dans ce cas de mentionner vos nom, prénom et adresse E-mail de façon que nous puissions vous identifier).

 

64 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 21/10/2019 @ 14:50 Répondre à ce commentaire

Bulletin n°95 an ligne

2.  Hug | 21/10/2019 @ 17:48 Répondre à ce commentaire

L’âne Hidalgo est déjà en campagne électorale..
L’article d’Yves Bréchet est à lire !

3.  Cdt Michel e.r. | 21/10/2019 @ 20:42 Répondre à ce commentaire

Hug (#2),

L’article de Bréchet est à lire ainsi que celui du député André Chassaigne cité sur la page de la revue Progressistes.

4.  Murps | 21/10/2019 @ 23:49 Répondre à ce commentaire

Hug (#2), merci de rester courtois avec les gens qui ne sont pas de notre avis, on peut être contestataire, moqueur et irrévérencieux sans être franchement désobligeant.

5.  Hug | 22/10/2019 @ 7:54 Répondre à ce commentaire

N’en déplaise à Imaz-Aizpura mais le « brocardage » d’acteurs de la vie politique ne date pas d’aujourd’hui. Rappelez-vous le bébête-show:
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Le_Bébête_show
Et il me semble qu’un maire qui cautionne des troubles à l’ordre public sur son propre territoire mérite aussi son petit « brocardage ».

6.  the fritz | 22/10/2019 @ 11:55 Répondre à ce commentaire

Hug (#5),
Que vaut il mieux , cautionner le public mécontent qui cause quelques troubles passagers ou soutenir les politiques qui sont responsables de ce mécontentement à force d’imposer sur la durée des règles liberticides ou économiques précipitant le pays dans la récession
Je comprends Imaz-Aizpura qui sature avec ces problèmes écologiques qu’on nous rabâche à longueur de journée

7.  BenHague | 22/10/2019 @ 12:09 Répondre à ce commentaire

De toutes facons , Anne Hidalgo et son équipe se voient en Baron Haussmann du XXIieme siécle .. Ils sont convaincus de batir le Paris du futur et de rester dans l’Histoire comme Haussmann . Et la grogne/ exaspération/résistance des parisiens ne les émeut pas le moins du monde. ( c’etait la meme chose du temps d’Haussmann , il suffit de lire les journaux de l’époque)

8.  BenHague | 22/10/2019 @ 13:36 Répondre à ce commentaire

Dans la meme veine … :
https://fr.news.yahoo.com/mesure-co2-%C3%A0-paris-veut-122117619.html
L’etrange impression d’etre dans un asile de fous ….

9.  jean nivon | 22/10/2019 @ 14:14 Répondre à ce commentaire

BenHague (#8),
Ces capteurs sont-ils capables de distinguer le CO2 d’origine humaine ?
Si oui, on pourra établir quel est le taux de celui naturel. On pourra donc réduire nos émissions jusqu’à ce seuil, au prix d’un effondrement de notre économie lié à cette neutralité carbone tant attendue. Ca n’est guère souhaitable !
Si non, on sera obligé de réduire le CO2 à zéro ppm, pour être sûr que celui d’origine humaine soit lui aussi neutralisé. En ce cas, à l’effondrement de l’économie, s’ajoutera la disparition pure et simple de toute vie sur terre.
La deuxième solution est finalement la meilleure : on partira tous ensemble, et la planète sera sauvée !
Vive la Collapsologie !
Climatiquement vôtre. JEAN

10.  Pigouille | 22/10/2019 @ 15:54 Répondre à ce commentaire

BenHague (#8), on pourrait aussi placer des capteurs à Achères pour demander aux poissons ce qu’ils pensent des incendies dans les stations d’épuration.

11.  AntonioSan | 22/10/2019 @ 16:04 Répondre à ce commentaire

1057 hPa en octobre au dessus du Groenland…
https://weather.gc.ca/data/analysis/951_100.gif

12.  amike | 22/10/2019 @ 16:31 Répondre à ce commentaire

BenHague (#8), On peut rappeler que la pollution toxique dans les grandes villes a quasiment disparu. Il reste : 1/la bordure des voies périphériques (mais au-delà de quelques mètres, tout est atténué), 2/le métro, 3/l’intérieur des maisons mal ventilées. On peut peut-être ajouter 4/les serres (un piège à CO2 monstrueux).

Je suis sûr que les particuliers qui se sont plaint des fumées de l’incendie à Rouen seraient surpris de ce qu’on pouvait sentir le long d’une autoroute un soir d’été il y a à peine 30ans, ou prés d’une gare avec une loco fonctionnant à l’huile lourde.

13.  Hug | 22/10/2019 @ 16:59 Répondre à ce commentaire

jean nivon (#9),
Il faudrait en fait avoir plusieurs capteurs de CO2 sur le territoire, dont au moins un ou deux en zone non urbaine qui donnerai(en)t la concentration de fond. Par différence entre les mesures faites en ville et ces mesure de références, on pourrait en déduire la part de CO2 anthropique spécifique en ville.

14.  the fritz | 22/10/2019 @ 17:18 Répondre à ce commentaire

amike (#12),

On peut peut-être ajouter 4/les serres (un piège à CO2 monstrueux).

Sérieux? Qui émet du CO2 dans une serre ; en principe une serre est faite pour faire pousser les légumes plus vite et plus grand ; le taud de CO2 devrait donc baisser smile

15.  pastilleverte | 22/10/2019 @ 17:20 Répondre à ce commentaire

amike (#12),
J’aurai bien mis en 1/ le métro ou plutôt le RER, mais bon, on ne va pas chipoter…
smile

16.  Cyril | 22/10/2019 @ 17:31 Répondre à ce commentaire

BenHague (#8),
On pourrait aussi mettre des capteurs dans les salles de classe. Quand il verront le taux de CO2 au bout d’une heure, ils fermeront les écoles.
J’ai l’impression que ce truc va mesurer n’importe quoi, mais surtout ce qu’on lui dira de mesurer.
Ce sera un prétexte pour la foire aux idées débiles, de l’interdiction des poêles à bois à celle des marchands de marrons dans les rues.

17.  jdrien | 22/10/2019 @ 17:47 Répondre à ce commentaire

BenHague (#8), je ne savais pas que l’on pouvait émettre du carbone search (à part sous forme de suie, bien sûr)

18.  Araucan | 22/10/2019 @ 20:38 Répondre à ce commentaire

jdrien (#17),
Si vous émettez quand vous expirez …

19.  jdrien | 22/10/2019 @ 20:56 Répondre à ce commentaire

Araucan (#18), du gaz carbonique, pas du carbone

20.  JC | 22/10/2019 @ 21:49 Répondre à ce commentaire

Cyril (#16),
Ils y ont pensé !
Hier (21/10/19) dans le journal de 20h de France 2 à 28min3, on voit un reportage intitulé « le bon filon de l’air pur » où on fait la chasse au CO2, polluant des salles de classe. Les maires de certaines communes sont très intéressés par le dispositif proposé par des sociétés pour protéger les enfants !

Encore la confusion CO2/polluant !

21.  Gilles des Landes | 23/10/2019 @ 7:01 Répondre à ce commentaire

the fritz (#14),

Sérieux? Qui émet du CO2 dans une serre

Ben justement les maraîchers qui produisent « sous CO2 », ce qui a l’avantage d’accélérer la croissance et de limiter les intrants

22.  Hug | 23/10/2019 @ 8:04 Répondre à ce commentaire

JC (#20),
J’ai vu ça (sur TF1 il me semble). Selon leurs dires, un taux de CO2 élevé était plutôt néfaste pour l’attention et la concentration des élèves.

23.  the fritz | 23/10/2019 @ 8:13 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#21),
Bravo ; enfin des vrais écolos qui capte du CO2 ; encore que! Du coup le CO2 devient un « intrant » et je pense qu’il faut un équilibre entre engrais et CO2 pour assurer cette croissance accélérée

24.  JC | 23/10/2019 @ 10:01 Répondre à ce commentaire

Hug (#22),
Oui et le pire c’est que tout ça c’est de la foutaise, une vraie escroquerie. Il suffit désormais de dire qu’il y a du CO2 dans une salle pour que cela effraye tout le monde. Cette entreprise va vendre ses détecteurs comme des petits pains. A côté de ça, c’est limite si on parle de polluants en parlant des pires fumées issues de l’usine de Rouen.

25.  Hug | 23/10/2019 @ 10:43 Répondre à ce commentaire

JC (#24),
C’est clair que cette hystérie sur la « pollution » de l’air ça profite essentiellement aux vendeurs d’appareils de mesure !

26.  Bernnard | 23/10/2019 @ 11:50 Répondre à ce commentaire

the fritz (#23), JC (#24), Hug (#25),
Vous vous rendez compte !
On ne pourra plus faire du saumon fumé, du haddock, du hareng fumé etc… Quelle pollution toute cette fumée ! Voilà qui explique la mortalité passée quand nos ancêtres pratiquaient le fumage comme moyen de conservation des aliments ! 😁😁😁

27.  Cyril | 23/10/2019 @ 12:36 Répondre à ce commentaire

JC (#20),
Suggérons à ces maires de prendre un arrêté interdisant à leurs administrés de respirer, pour leur bien, évidemment.

28.  JC | 23/10/2019 @ 18:45 Répondre à ce commentaire

Et surtout interdisons le sport !
Car comme je le disais ici :
https://climatosceptique.wordpress.com/2019/08/10/le-prochain-rapport-du-giec-qui-paraitra-juste-avant-les-jo-de-2024-sattaquera-aux-pratiques-sportives/ :

« Selon la 8ème édition du Baromètre Sport Santé de la FFEPGV, les Français accordent de plus en plus de temps à la pratique d’une activité physique avec une moyenne de 3 h 36 par semaine en 2018. Chaque Français libère donc par semaine 1380,24 L de CO2 en plus que s’il ne faisait pas ce sport, soit pour les 67.2 millions de français 93 milliards de litres de CO2 rejetés par semaine dans l’atmosphère soit 4836 milliards de litres par an ! Ce nombre astronomique est l’économie de CO2 dont nous pourrions faire si les Français décidaient d’arrêter de faire du sport ! »
Ces 4836 milliards de litres de CO2 par an libérés par les français qui font du sport, ça fait quand même 9.5 millions de tonnes de CO2/an/pour la France soit 9.5 millions d’aller-retour Paris-NY en avion ! Donc le sport à l’école pas très écolo !

29.  JC | 23/10/2019 @ 19:35 Répondre à ce commentaire

Ben tiens, cela vient de me donner une idée :
https://climatosceptique.wordpress.com/2019/10/23/interro-n1-pour-les-ecolos/

Si vous avez d’autres exercices à proposer…

30.  ppm451 | 23/10/2019 @ 20:39 Répondre à ce commentaire

Bravo JC pour le site ! la page d’accueil est réussie (très agréable visuellement) et l’idée du large panneau coloré (et qui change) me plaît beaucoup, mais je ne saurais pas expliquer pourquoi (peut-être l’originalité du procédé, je ne l’ai pas vu ailleurs). Articles excellents ! si je n’étais pas un peu occupé en ce moment, je chercherais un exercice à proposer…

31.  Araucan | 23/10/2019 @ 21:50 Répondre à ce commentaire

jdrien (#19),
Y’a du carbone dans le gaz carbonique , non ?

32.  Michel M | 23/10/2019 @ 21:58 Répondre à ce commentaire

the fritz (#14), On a l’habitude d’injecter du CO2 dans les serres, pour mieux faire pousser les plantes. Si on veut nourrir 10 milliards de personnes, il faudra injecter du CO2 dans l’atmosphère. Michel

33.  the fritz | 23/10/2019 @ 22:13 Répondre à ce commentaire

Michel M (#32),
Ben on s’y attache et on fait progresser de 2ppm par an

34.  JC | 23/10/2019 @ 22:28 Répondre à ce commentaire

the fritz (#33),
Le CO2 anthropique rejeté dans l’atmosphère c’est 7,8.10^15 g de C/an soit 16.5 ppm de CO2 et seul 2 ppm reste dans l’atmosphère par an. En admettant que tout le CO2 resté dans l’atmosphère soit anthropique, cela veut dire que 12 % du CO2 rejeté reste dans l’atmosphère.

35.  jdrien | 23/10/2019 @ 22:30 Répondre à ce commentaire

Araucan (#31), simplement, cela m’agace que l’on utilise le mot carbone à la place de gaz carbonique

36.  JC | 23/10/2019 @ 23:11 Répondre à ce commentaire

Faut faire très attention à leurs unités. Ils utilisent le Kg équivalent carbone qui n’est pas la même chose que le Kg équivalent CO2 puisque 1 kg de CO2 contient 272,7 gr de carbone.

37.  Le Rouméliote | 24/10/2019 @ 11:20 Répondre à ce commentaire

JC (#36), Et pour calculer tout ça, s’ils utilisaient un peu plus de kg équivalent neurones ? laugh

38.  Araucan | 24/10/2019 @ 22:16 Répondre à ce commentaire

jdrien (#35),
Moi aussi…

39.  Zimba | 28/10/2019 @ 20:59 Répondre à ce commentaire

En fait le CO2 que les hommes et les animaux expirent suit le cycle naturel plantes / animaux et ne rentre pas en ligne de compte pour l’effet de serre. C’est le carbone contenu dans les hydrocarbures fossiles qui en brûlant se combine à l’oxygène et devient du CO2 qui va se rajouter à l’existant atmosphérique d’environ 410ppm actuellement. Vous pouvez toujours courir, pas de soucis ! C’est mieux que la bagnole…

40.  JC | 29/10/2019 @ 8:47 Répondre à ce commentaire

Zimba (#39),
« En fait le CO2 que les hommes et les animaux expirent suit le cycle naturel plantes / animaux et ne rentre pas en ligne de compte pour l’effet de serre »

Y a du CO2 qui chauffe et y a du CO2 qui ne chauffe pas !
Y a le bon CO2 et y a le mauvais CO2 !
Le mauvais CO2 c’est le CO2 composé d’un carbone et de deux oxygène et le bon CO2 c’est le CO2 composé d’un carbone et de deux oxygène.

41.  papijo | 29/10/2019 @ 9:24 Répondre à ce commentaire

Zimba (#39),
Ce n’est pas à moi de faire la leçon à un vrai écolo, mais tout de même …
Vous savez bien que la meilleure énergie, c’est celle qu’on ne consomme pas, pour la nourriture, c’est pareil !
Si vous vous étiez abstenu de faire des efforts, vous auriez moins consommé (à moins que vous n’ayez décidé d’investir dans votre « capital-graisse », mais c’est un autre débat). Supposons que la banane que vous avez consommée après l’exercice n’ait pas été mangée et ait pourri dans votre placard (ou dans le supermarché, ou chez l’agriculteur). Le CO2 de la banane aurait été séquestré pendant plusieurs jours dans cette banane au lieu d’encombrer l’atmosphère et le climat se serait refroidi pendant ces quelques jours. Et si vous aviez acheté moins de bananes, l’agriculteur qui vous fournit aurait moins déboisé, son tracteur aurait moins roulé, le camion de livraison aurait été plus léger, donc aurait moins consommé, etc.
Bref, vous êtes un affreux pollueur et je vais vous dénoncer à Greta !

43.  micfa | 29/10/2019 @ 17:47 Répondre à ce commentaire

JC (#42), Reste à savoir si ce CO2 émis par les ruisseaux est du bon ou du mauvais CO2, c’est comme pour le cholestérol. laugh

44.  Astre Noir | 30/10/2019 @ 14:07 Répondre à ce commentaire

JC (#42),

Le plus important est là , dans les dernières lignes :

« Mais des mesures dans les cours d’eau de montagne du monde entier restent nécessaires pour lever les nombreuses incertitudes qui substituent. « En outre, la surveillance à long terme des flux de carbone dans les ruisseaux de montagne est essentielle pour comprendre comment le changement climatique affecte leur biogéochimie », concluent-ils. »

Il nous faut encore des crédits ! #TraduisonsLes

45.  Jojobargeot | 30/10/2019 @ 15:24 Répondre à ce commentaire

the fritz (#14), J’ai eu la chance de visiter une exploitation sous serre moderne. Le principe est d’utiliser la chaudière à gaz quand il y a du soleil et d’envoyer les gaz de combustion directement dans la serre et de faire monter le taux de CO2 quand il y a beaucoup de lumière, la photosynthèse étant à fond, les 1000 à 1500ppm dopent la croissance des fruits cultivés, voire des fleurs comme en Hollande.Simultanément on chauffe une grande quantité d’eau dans des réservoirs très bien isolés, cette chaleur stockée servant au chauffage de la serre en absence de soleil. Le bilan carbone est ainsi nettement meilleur puisque le CO2 émis est consommé directement par les plantes.
Ce genre de méthode claque le bec aux escrologistes ignares, ceux qui ont oubliés leur cours sur la photosynthèse.

46.  Jojobargeot | 30/10/2019 @ 15:30 Répondre à ce commentaire

JC (#28), Hi hi hi, plus ils en rajoutent, plus je me marre. A force de faire chier sur tout, ils vont vraiment finir par se faire détester. Bon, ici on le sait depuis longtemps, mais les foules lobotomisées vont finir par faire la grève pour ne plus émettre de CO2 satanique.

47.  Gilles des Landes | 30/10/2019 @ 19:02 Répondre à ce commentaire

Jojobargeot (#46), ils peuvent aussi arrêter de respirer pour respecter la charia climatique « 0 émission »
Quant à la culture sous CO2, cela fonctionne parfaitement et donne des légumes avec moins d’intrants et d’eau … mais le CO2 est dangereux pour l’Humanité … donc mieux vaut se la fermer sur le sujet, le bio c’est mieux !

48.  douar | 31/10/2019 @ 8:57 Répondre à ce commentaire

Jojobargeot (#45),
Initialement, la chaudière à gaz sert à la production d’électricité. L’astuce est de récupérer la chaleur de la chaudière et le CO2 pour cultiver des tomates, concombres…sous serre.
Le souci est que la période de rachat de cette électricité par EDF est limitée par rapport par exemple à la Hollande (nous avons du nucléaire!). Ainsi, les serres hollandaises sont continuellement sous ce régime de cogénération, contrairement à la France.
C’est un moyen pour la Hollande de subventionner les serristes.
Aujourd’hui, la rentabilité d’une serre dépend de son équipement de Cogénération. D’ailleurs, pour installer une serre, il faut désormais qu’elle soit à proximité d’un gazoduc.

49.  Jojobargeot | 31/10/2019 @ 9:04 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#47), Climato-sceptique depuis 1989, j’ai fini par renoncer à fermer ma gueule. Claquer le bec à ces ignares est une discipline dans laquelle je me défend assez bien. Exemple:Stand de grinepisse et la fameuse affiche avec le manchot empereur sur le dos, juste au moment ou la banquise antarctique était tellement étendue que les bases scientifiques étaient difficiles d’accès pour les ravitailler et que l’année précédente des écobobotouristes furent bloqués par les glaces, dégagés par trois brise-glaces successifs, c’était du pain béni pour les accuser de publicité mensongère. Mieux, avec l’accès à internet, pour échafauder mes remarques, j’ai donné à l’auditoire, qui comme il se doit se forme dès que l’on monte le ton contre ces propagandistes, tous les accès aux vraies donnés qui contredisait leur discours alarmiste et ce en temps réel. Le coup de grâce ce fut quand j’évoquais la surmortalité des poussins à cause du stress engendré par ces mêmes touristes en visite et dérangeant ces colonies alors que les parents devaient se taper un trajet nettement plus long pour rejoindre l’eau libre afin d’y pêcher la pitance pour leur progéniture. Ce fut le pompon, en les accusant, preuves en main, de tuer les poussins pour mieux justifier ensuite leur protection nécessaire. Tout ça en une dizaine de minutes. Ce jour là, ils ne rencontrèrent pas beaucoup de succès en matière de dons, étrange non?. Ancien rugbyman, il est vrai que vouloir me faire taire par la force est un risque certain, même pour des écowarriors aguerris, la seule perspective de se retrouver avec le pif allant d’une pommette à l’autre ça calme assez leur velléité à faire taire les voix discordantes . laugh laugh laugh

50.  Hug | 31/10/2019 @ 13:15 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#47),

la charia climatique

Bonne trouvaille, je la ressortirai à l’occasion.
Je la trouve encore plus inquiétante que la charia islamique que les islamistes cherchent à instaurer en France, parce qu’elle vient de nos propres élites et que l’idéologie qui la supporte s’est bien infiltrée dans les cerveaux de la grande majorité de nos concitoyens !