Bulletin des climato-réalistes n° 97

Toute l’équipe vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et sera heureuse de vous retrouver en 2020 

« Les choses se passent généralement en deux étapes : on commence par construire une représentation qui empêche d’accéder à une connaissance effective de la réalité ; puis cette représentation finit par se substituer à la réalité elle-même. Seul ce qui est imprimé dans le journal finit par être réel, mais perd aussi, du même coup, toute réalité véritable. »

(Jacques Bouveresse, Le philosophe et le réel, 1998 )

LA THÉORIE DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE EST UN TOTALITARISME EN PUISSANCE 

Dans un essai de 2015, l’économiste Rémy Prud’homme expliquait comment la théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique présentait tous les attributs d’une idéologie : une prémisse ( les rejets de gaz à effet de serre entraînent un dramatique réchauffement de la planète),  l’étatisme (la théorie  est adoptée par la plupart des États du monde développé et par « cet d’embryon d’État universel qu’est l’ONU »), la nécessité d’actions préventives  pour « sauver la planète », enfin le succès populaire, notamment chez les jeunes.

Loin de jouer son rôle de 4ème pouvoir la presse adhère massivement à la doxa. Le journal Les Echos vient d’illustrer de façon caricaturale cette adhésion inconditionnelle en prétendant fournir « 5 preuves que le dérèglement climatique est déjà là », soit-disant preuves, brillamment réfutées par Vincent Courtillot et Benoit Rittaud dans un article à lire ici.

Pire, le journal Le Monde érigé en « media indépendant » est chargé par certains réseaux sociaux de démêler le vrai du faux  via sa rubrique Les décodeurs de l’info . C’est ainsi qu’une publication relative au courrier signé par 500 scientifiques et professionnels adressé au secrétaire général des Nations unies s’est vu qualifiée de fausse information .

LE PACTE VERT UN ÉVÉNEMENT COMPARABLE AU « PREMIER PAS DE L’HOMME SUR LA LUNE »

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a comparé le 11 décembre son pacte vert au « premier pas de l’homme sur la lune ». Sauf que le programme « Apollo » de la Nasa a coûté entre 200 et 240 milliards de dollars actuels en treize ans. C’est donc un même ordre de grandeur que Madame von der Leyen se propose d’investir, mais tous les ans.

Le coût du pacte vert qui veut faire de l’Europe le premier continent au monde climatiquement neutre d’ici à 2050 est en effet astronomique. Cent milliards d’euros sur sept ans ont été mis dans la balance pour lever les réticences de la Pologne, de la République tchèque et de la Hongrie, auxquels s’ajoutent 1.000 milliards d’euros que la Banque Européenne d’investissements promet de mobiliser sur dix ans. De plus, reconnait la Commission européenne cela ne sera pas encore suffisant : Il faudra, pour atteindre l’objectif de neutralité carbone, au moins 260 milliards d’euros d’investissement supplémentaires par an d’ici à 2030 (soit environ 1,5 % du PIB de 2018) qui ne pourront provenir que des budgets nationaux.

De plus l’Europe entend imposer son modèle soit disant vertueux au reste du monde par la mise en place d’un « mécanisme inclusif du carbone » (MIC), une sorte de taxe carbone aux frontières qui selon transitionsenergies.com a toutes les apparences d’une usine à gaz.

LA PLANIFICATION PLURIANNUELLE DE L’ÉNERGIE DOIT ÊTRE MODIFIÉE

La France qui n’est jamais en reste quand il s’agit de donner des leçons de  bonne conduite au monde entier, s’est engagée dans une ruineuse programmation pluriannuelle de l’énergie. Une commission d’enquête parlementaire présidée par le député Julien Aubert a chiffré le coût du seul soutien financier apporté par l’État aux éoliennes :

« Si la politique actuelle est maintenue, le montant du soutien financier apporté par l’État aux éoliennes sur la période 2011-2028 (de 72,7 à 90 milliards d’euros) sera supérieur au coût de construction initial de l’ensemble du parc nucléaire français établi en 2012 par la Cour des comptes (70 milliards d’euros valeur 2010 soit environ 80 milliards d’euros valeur 2019). »

François Gauchenot se demande si nos compatriotes seront toujours autant séduits par cette politique si les milliards d’argent public investis conduisent à un doublement, voire pire, du prix de l’énergie ? et cela pour une efficacité climatique à peu près nulle (la France rappelons le n’est responsable que de 0,9%  des émissions mondiales de gaz à effet de serre).

Sans compter les risques de pénurie : le 4 décembre 2019 à 19h, selon Rémy Prud’homme, nous avons dû importer de l’énergie et faire appel au centrales à charbon. ! Le gestionnaire du réseau à haute tension RTE  a prévenu que la sécurité de l’approvisionnement électrique de la France doit faire l’objet d’une « vigilance » en 2022-2023, avec notamment l’arrêt programmé des centrales à charbon. Au point qu’EDF envisage de faire fonctionner la centrale à charbon de Cordemais jusqu’en 2024. De même, il faudrait plus de 3.000 éoliennes pour compenser l’arrêt de la centrale Fessenheim programmé en 2020.

LES YEUX DES HABITANTS DE LA PLANÈTE TERRE (OU DE LEURS REPRÉSENTANTS) VONT-ILS SE DÉSSILLER ?

Fin novembre ont été dévoilés le résultats d’une étude Ipsos initiée par EDF  menée dans 30 pays auprès de 25.000 personnes représentant 2/3 de la population mondiale . selon ce sondage, le changement climatique ne préoccupe que 40 % des personnes interrogées. Trente pour cent des participants à l’enquête n’identifient pas les émissions de gaz à effet de serre comme responsables du changement climatique et croient en un phénomène naturel.

Cela est cohérent avec un sondage réalisé en France par Opinion Way en mars 2019, qui montrait qu’un quart des Français ne croient pas au phénomène de réchauffement climatique. A noter, ce sont les sont les tranches d’âge 18-24 ans et  25-34 ans les plus sceptiques quant à la réalité du phénomène, avec respectivement 36 % et 28 % des sondés avouant ne pas croire au réchauffement climatique.

Autre signe encourageant : il s’est trouvé le 28 novembre 225 députés européens (sur 751)  pour rejeter  une motion des partis écologistes déclarant « l’urgence climatique ».

À LIRE : UN OUVRAGE DE SAMUEL FURFARI

L’urgence d’électrifier l’Afrique (aux éditions l’Harmattan)

L’utilisation de l’énergie a changé le monde. Pourtant ce changement, qui se répand largement en Asie, ne décolle pas en Afrique. Sans électricité bon marché et abondante en permanence, il n’y aura pas de développement en Afrique et encore moins de développement durable. Cet essai, basé sur une analyse factuelle, plaide pour une électrification urgente et massive de l’Afrique. Cela doit se faire comme nous l’avons fait en Europe, avec l’énergie bon marché et abondante : le charbon, le gaz et l’hydroélectricité. Ceux qui plaident pour d’autres solutions, que nous-mêmes ne parvenons pas à faire décoller malgré les milliards de subventions, trompent les Africains, et les maintiennent à l’écart du développement.

 


ADHÉREZ A L’ASSOCIATION DES CLIMATO-RÉALISTES

Remplissez le formulaire d’adhésion (téléchargeable ici) et renvoyez le avec votre chèque à l’adresse suivante :

Association des climato-réalistes
35 avenue de Breteuil
75007 Paris
Le montant de la cotisation est de 50€ pour une personne seule et 80€ pour un couple.
Si vous préférez effectuer un règlement par virement, téléchargez ici le RIB de l’association (n’omettez pas dans ce cas de mentionner vos nom, prénom et adresse E-mail de façon que nous puissions vous identifier).

 

96 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 26/12/2019 @ 13:17 Répondre à ce commentaire

Bulletin 97 en ligne

2.  Michel Le Rouméliote | 26/12/2019 @ 16:27 Répondre à ce commentaire

On ne pourra pas dire que les climato-réalistes n’avaient pas prévenu les décideurs d’aujourd’hui de la catastrophe énergétique et, donc, économique et sociale à venir pour cause du pseudo réchauffement de la planète d’origine anthropique !
Un détail : il ne faut pas écrire « son modèle soit disant vertueux « , mais « son modèle soi-disant vertueux « . Merci.

3.  ppm451 | 26/12/2019 @ 18:20 Répondre à ce commentaire

Michel Le Rouméliote (#2),
Oui, les décideurs essayeront de trouver un moyen de se disculper, mais ils ne pourront pas dire que les réalistes ne les avaient pas prévenus.

Il nous faut répéter, et mettre devant leurs responsabilités tous ceux dont les motivations  »scientifiques », politiques ou idéologiques, y compris et surtout sur les blogs, que la direction qu’ils font prendre à la société aboutira dans un futur proche à une électricité chère, encore plus de CO2 émis, et des contraintes réglementaires tous azimuts sans cesse renouvelées.

Il faut leur faire écrire que c’est cela qu’ils veulent.

4.  papijo | 26/12/2019 @ 18:55 Répondre à ce commentaire

Horreur … et sur Skyfall en plus … (bon d’accord … le père Noël a été généreux, il y avait quelques bonne bouteilles, mais tout de même …)

De même, il faudrait plus de 3.000 éoliennes pour compenser l’arrêt de la centrale Fessenheim programmé en 2020.

3000 éoliennes ne compenseront rien du tout …
3000 éoliennes de 5 MW qui tournent à 1% de leur capacité, c’est 150 MW, et c’est une situation qui arrive très fréquemment ! (Courbe monotone production éolienne)

5.  AntonioSan | 26/12/2019 @ 19:11 Répondre à ce commentaire

Un excellent papier de Heller!

The 1896 heatwave in Australia was the hottest on record, and killed huge numbers of kangaroos, dingoes, rabbits and birds. Once again, BOM seems to believe that these animals were victims of improperly situated thermometers

6.  Toto l'Asticot | 26/12/2019 @ 19:28 Répondre à ce commentaire

On est là en face d’une véritable religion de substitution. Avec ses apôtres illuminés, ses dogmes intangibles, ses grands prêtres tout-puissants, son Inquisition impitoyable, ses piloris et ses bûchers. Il existe d’autres fausses religions tout aussi totalitaires, mais en parler peut être source de sérieux ennuis judiciaires et autres. On laissera donc courageusement au lecteur la lourde responsabilité de deviner lesquelles. Bref, nous vivons une époque formidable, où la rigueur scientifique recule sans cesse au profit de l’émotion et de l’enfumage systématique. Au bout de tout ça, un chaos multiforme. Dont ne fera pourtant pas partie ce réchauffement climatique d’origine anthropique qui risque fort de tourner en fait au nouvel âge glaciaire.

7.  prof | 26/12/2019 @ 21:41 Répondre à ce commentaire

soit-disant preuves, brillamment réfutées par Vincent Courtillot et Benoit Rittaud dans un article à lire ici.

Qui ne font que nous ressortir les arguties déjà maintes fois réfutées… Il faudrait quand même que ces figures de la sphère climatonégatrice essayent de trouver quelque chose de scientifiquement valable…

8.  jean nivon | 26/12/2019 @ 23:04 Répondre à ce commentaire

prof (#7),
La lettre d’informations N° 12 de Jean Claude Pont vient de sortir ; et donner, par la même occasion, à un certain « prof », les arguments nécessaires pour critiquer les Grands scientifiques, et mathématiciens, que sont Messieurs Vincent Courtillot, Benoit Rittaud et Jean Claude Pont, que je respecte profondément ; et dont on peut, à la rigueur, réfuter certaines thèses — avec preuves à l’appui — : mais certainement pas les trainer dans la boue par les propos « climato-négateurs » que vous leur attribuez — avec tout ce que celà sous-entend d’insultant — ! :
https://www.climato-realistes.fr/climatologie-aspects-de-la-desinformation-actuelle-jean-claude-pont/
En attendant, je vous souhaite à tous une bonne et heureuse année 2020 climatiquement favorable !
Climatiquement vôtre. JEAN

9.  Hug | 27/12/2019 @ 0:36 Répondre à ce commentaire

jean nivon (#8),
Oui, les propos à la limite de l’insulte, ça commence à bien faire.

10.  Bernnard | 27/12/2019 @ 8:04 Répondre à ce commentaire

prof (#7),
Dans vos propos: Vous disserter pour insinuer l’incompétence de scientifiques qui sont certainement d’un niveau très au dessus du votre. Si vous n’êtes pas capable de dire en quoi ils sont incompétents en expliquant par vous-même sans vous servir de liens glanés au petit bonheur la chance sur internet évitez de commenter. Faites en une règle pour l’avenir si vous voulez continuer à poster des commentaires ici.

11.  Daniel | 27/12/2019 @ 9:12 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#10),
Tous ceux qui ne croient pas à l’infaillibilité des modèles alarmistes sont forcément des hérétiques et des mécréants négateurs…

12.  prof | 27/12/2019 @ 10:23 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#10),

Aucun d’entre eux n’est climatologue… Courtillot n’a produit qu’un ou deux articles sur le sujet lesquels ont été réfutés et lui ont valu le sobriquet de « chevalier de la terre plate »… Quand j’ai mal au dents, je ne vais pas voir un neurologue…

13.  Bernnard | 27/12/2019 @ 10:35 Répondre à ce commentaire

prof (#12),
Oui et Jean Jouzel est chimiste… Un géophysicien ne pourrait pas parler climat ? Où trouve-t-on des diplômes de climatologie en temps que science exacte ?
Le fait est que vous n’avez pas d’arguments personnels. C’est une constatation.
Dans votre monde: « asinus asinum fricat »
FIN du DÉBAT !

14.  prof | 27/12/2019 @ 11:35 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#13),

Et les votres d’arguments ? Où sont ils ?

A propos de Jouzel dont vous semblez ignorer l’ensemble de la carrière

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Jouzel

https://www.futura-sciences.com/planete/personnalites/climatologie-jean-jouzel-907/

En ce qui concerne Courtillot c’est différend :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Courtillot

15.  phi | 27/12/2019 @ 11:55 Répondre à ce commentaire

L’absence d’arguments chez prof est à la fois sa limite et son utilité. Il donne une image misérable de la climatologie. Comme elle vaut un tout petit mieux que ça, on se demandera encore une fois pourquoi dans un forum libre, il n’y a pas un peu plus évolué pour la défendre. Se poser et se reposer cette question.

16.  Boken | 27/12/2019 @ 15:02 Répondre à ce commentaire

Wikipédia à propos de Jouzel salue la lucidité de sa vision politique pour son soutien aux perdants allant de Marie Ségolène Royal à Benoît Hamon.
La fiche de Courtillot a visiblement été rédigée à charge par un adversaire idéologique , on croirait lire Médiapart ou Libération.

17.  prof | 27/12/2019 @ 15:28 Répondre à ce commentaire

Boken (#16),

Le problème c’est que tout ce qui y est dit sur Courtillot est jusqu’à preuve du contraire exact, j’ajoute que Courtillot se définit lui-même comme un non spécialiste du climat, ce qui ne l’empêche pas de l’ouvrir, c’est comme si un charcutier intervenait sur un sujet de plomberie…

18.  scaletrans | 27/12/2019 @ 16:19 Répondre à ce commentaire

Toujours les mêmes arguments d’autorité, sans fondement, puisque la climatologie est une science pluridisciplinaire relativement jeune, ce qui fait que nombre de branches de la science peuvent, et même doivent avoir le droit de « l’ouvrir », Vincent Courtillot au moins autant que les autres étant donné que son domaine est la géophysique, branche utile à l’étude du climat. Par ailleurs, les scientifiques capables de manier l’épistémologie, ce qui est le cas de notre géophysicien, sont encore plus aptes à rendre compte des multiples interactions de la climatologie… et aussi des aberrations proférées par certains, dont malheureusement quelques uns sont de vrais scientifiques, mais présentant des lacunes regrettables… ou ayant été opérés de la honte tout petits.

19.  ppm451 | 27/12/2019 @ 16:31 Répondre à ce commentaire

Bravo scaletrans !

20.  prof | 27/12/2019 @ 16:57 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#18),

puisque la climatologie est une science pluridisciplinaire relativement jeune,

Ah bon ? Développez je vous prie…. j’ai l’impression qu’on va s’amuser…

21.  bruno chaumontet | 27/12/2019 @ 17:26 Répondre à ce commentaire

Personnellement je n’attache pas beaucoup d’importance au CV de Courtillot et Jouzel.
Ce qui est important ce n’est pas qu’ils sont mais ce qu’ils disent.
Il me semble que tout citoyen doit se forger sa propre opinion sur tout ! Sans se référer à quelques Gourous.
Faut il que l’UE dépense 1 Milliards € dans l’ordinateur quantique ? Je ne sais pas encore.
Faut il valider la théorie de la matière noire ou changer les lois de la gravité ? Je ne sais pas encore.
Ma culture scientifique, ma compréhension du monde dans lequel je vis, le bon millier d’heure que j’ai passé sur le sujet font que j’adhère aux thèses de Courtillot mais pas à celles de Jouzel (ou du GIEC).
Je suis un citoyen ordinaire, fervent défenseur de la nature sans aucune connexion avec les énergies fossiles et je suis de plus en plus inquiet ! le monde se trompe à vouloir décarbonner l’économie. Malheureusement plus je lis, plus les thèses des climato-réalistes raisonnent favorablement chez moi. Je suis très mal à l’aise.
Sur un plan professionnel, mon expérience des systèmes bouclés, compte tenu des constantes et des échelles de temps, me fait dire : Si les boucles de réactions étaient positives, le système aurait divergé depuis longtemps. Autrement dit les boucles de réactions sont très probablement négatives et conduisent à la stabilisation. Rien de nouveau sous le soleil, le carbone des énergies fossiles mais aussi des montagnes calcaires était autrefois dans l’atmosphère.
Au lieu de décarbonner l’économie on ferait mieux de lutter contre la pollution et éventuellement s’adapter au changement climatique dont l’origine est majoritairement naturelle.

22.  Michel Le Rouméliote | 27/12/2019 @ 17:38 Répondre à ce commentaire

prof (#20), C’est plutôt nous qui nous amusons devant quelqu’un pour qui Wikipedia est le summum de la source scientifique !

23.  Murps | 27/12/2019 @ 17:57 Répondre à ce commentaire

On ne peut pas démontrer l’inexistence de quelque chose.
On ne peut pas montrer l’inanité du RCA.
Le RCA est une théorie politique autocohérente, elle justifie en circuit fermé.

24.  Daniel | 27/12/2019 @ 18:10 Répondre à ce commentaire

Boken (#16),
Petit rappel
Pour le climatologue Jean Jouzel, l’Allemagne, avec sa politique énergétique, montre l’exemple. Maud Fontenoy, en revanche, estime que notre voisin d’outre-Rhin est un contre-exemple qui conduit à faire « exploser » les émissions de CO2. Pour Corinne Lepage les propos de cette navigatrice sont non seulement « stupides » mais « mensongers ».

« Je mets souvent la stratégie allemande en avant » en matière de politique énergétique explique Jean Jouzel aux Techniques de l’ingénieur. « De façon positive bien entendu car je crois vraiment que ce sont eux qui sont sur la bonne voie y compris sur le plan économique ».

https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/energie-jean-jouzel-et-corinne-lepage-ne-partagent-pas-lanalyse-de-maud-fontenoy-1001/

25.  Daniel | 27/12/2019 @ 18:20 Répondre à ce commentaire

Jean Jouzel vu par des antinucléaires…
Portrait d’un chantre institutionnel de l’atome, le manipulateur Jean Jouzel ou l’éclatante médiocrité d’un « expert » adulé des médias.
http://coordination-antinuclea.....de-l-atome

26.  the fritz | 27/12/2019 @ 18:20 Répondre à ce commentaire

bruno chaumontet (#21),
«  » » » » » » » » »Ce qui est important ce n’est pas qu’ils sont mais ce qu’ils disent. » » » » » » » »
C’est quand même important de savoir ce qu’ils sont: honnêtes ou malhonnêtes , modestes ou prétentieux , académiciens ou prix nobel, de savoir s’ils ont les pieds sur terre ou la tête dans les nuages ou sur le sol de VENUS pour nous affirmer que l’effet de serre est responsables des 450°C à la surface de cette planète et que dans 20 ans on aura des étés à 55°C en Alsace
Sinon , merci de relancer des discussions sur la matière noire et la gravité , et donc les trous noirs et l’expansion de l’univers : je pense qu’il suffira de donner une masse au photon , si petite soit elle pour résoudre bien des questions concernant ces sujets qui concernent l’astrophysique et pourquoi pas la climatologie

27.  Boken | 27/12/2019 @ 18:34 Répondre à ce commentaire

A prof
Pluridisciplinarité :
Le climat est régit entre autre par la répartition océans continents présence d’un continent au pôle sud répartition des reliefs et leur évolution dans le temps, volcanisme , courants marins (géographie ,géologie, océanographie)
Paramètres orbitaux ,rôle du soleil (astronomie), physique de l’atmosphère et des nuages , composition de l’atmosphère et son évolution ( GES) qui serait plus du domaine de la climatologie. sans oublier l’évolution des climats à travers les traces historiques et les méthodes directes ou indirectes d’évaluation de ces variations : glaces , sédiments, évolution du nombre de stomates des plantes fossiles (en relation avec la teneur en CO2), cette énumération n’est limitative.

28.  Daniel | 27/12/2019 @ 18:46 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#13),
Jouzel spécialiste de l’énergie !
Jean Jouzel: « D’ici 2020, il faudrait 10.000 éoliennes en France »par BFMTV
https://meteo.orange.fr/videos/jean-jouzel-d-ici-2020-il-faudrait-10-000-eoliennes-en-france-CNT0000019rhrN.html

29.  AntonioSan | 27/12/2019 @ 19:13 Répondre à ce commentaire

prof (#17), Ou l’opinion d’un comptable sur le climat…?
Courtillot est un specialiste des sciences de la Terre et donc parfaitement qualifie pour emettre une opinion scientifique sur les changements climatiques.

30.  prof | 27/12/2019 @ 20:06 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#29),

Clairement non…surtout quand il affirme ceci : »La température a augmenté autant et aussi vite de 1010 à 1940 que de 1970 à 2000, alors que la quantité de gaz à effet de serre émise était bien moins importante. Et la température a décru de 1940 à 1970, alors que la production de gaz à effet de serre augmentait considérablement. » C’est la preuve formelle que Courtillot est soit ignorant soit malhonnête (je connais la réponse) car scientifiquement parlant on ne peut pas dire ce genre de choses sans en aborder les causes, or les aérosols que Courtillot cache sous le tapis ont occupé un rôle majeur dans ces fluctuations c’est très bien documenté…

31.  Daniel | 27/12/2019 @ 20:51 Répondre à ce commentaire

prof (#30),
Sauf que

Les interactions et rétroactions entre nuages, aérosols, évolutions climatiques et météo sont complexes et mal comprises.
Voir par la https://fr.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9rosol

Avec l’industrialisation rapide entre autre de la Chine les émissions de ces aérosols sont probablement encore a la hausse

32.  scaletrans | 27/12/2019 @ 21:01 Répondre à ce commentaire

« c’est très bien documenté… »
Ce genre de langage est typique; on les connaît comme si on les avait fait laugh

33.  prof | 27/12/2019 @ 21:51 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#32),

Répondez aux questions d’abord, et faites ce que doit faire toute personne se prétendant scientifique : De la bibliographie car c’est par là que débute le processus… Ca permet d’ailleurs de voir que Courtillot qui a été formellement réfuté prend quelques libertés avec l’éthique.. Maintenant on sait ce que vaut un climatonégateur…

34.  BenHague | 27/12/2019 @ 22:05 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#32),

De toutes facons , il suffit juste de lire l’ AR5 . Entre le chapitre sur les modèles et celui sur les incertitudes liés aux aerosols et à la rétroactions des nuages , il y a suffisament de grain à moudre.

35.  AntonioSan | 27/12/2019 @ 22:08 Répondre à ce commentaire

prof (#30), illuminating!

36.  the fritz | 27/12/2019 @ 22:17 Répondre à ce commentaire

prof (#33),
C »‘est bien de nous inciter à jouer

Répondez aux questions d’abord,

Pour vous , quel est le gaz à effet de serre le plus important?

37.  Daniel | 27/12/2019 @ 22:48 Répondre à ce commentaire

BenHague (#34),
Avec toutes les incertitudes on doit pouvoir construire un ensemble de modèles que nul ne peut réfuter.

38.  prof | 27/12/2019 @ 23:23 Répondre à ce commentaire

the fritz (#36),
Tout dépend de ce que vous appelez important… En influence c’est le CO2, en quantité c’est la vapeur d’eau…

39.  prof | 27/12/2019 @ 23:26 Répondre à ce commentaire

BenHague (#34),

Vous vous devez être ingénieur… Vous n’y comprenez pas grand-chose…

40.  ppm451 | 27/12/2019 @ 23:39 Répondre à ce commentaire

prof (#38), justement, si vous pouviez m’expliquer (je n’y connais rien) ? CO2 et vapeur d’eau sont inégalement répartis dans la colonne atmosphérique (le CO2 refroidit la stratosphère, la vapeur d’eau est présente dans les basses couches), il ne jouent pas dans les mêmes bandes d’absorption, le CO2 n’a pas de chaleur latente… comment faites-vous pour évaluer l’influence plus importante du CO2 sur la vapeur d’eau ? et votre terme « important » concerne quel paramètre physique dans l’ensemble de la colonne atmosphérique ?

41.  Murps | 27/12/2019 @ 23:41 Répondre à ce commentaire

Bidulator strikes back.

42.  ppm451 | 28/12/2019 @ 0:21 Répondre à ce commentaire

We need to have a few laughs.

43.  ppm451 | 28/12/2019 @ 0:48 Répondre à ce commentaire

Et puis comme cela a l’air simple pour prof, on va pouvoir voir où il va se prendre les pieds dans le tapis ? s’il veut bien répondre autrement que par une phrase sibylline terminée par trois petits points 😉

44.  scaletrans | 28/12/2019 @ 10:02 Répondre à ce commentaire

@prof
Quand vous m’aurez expliqué scientifiquement comment, dans ses petits bras puissants constitués par deux bandes de fréquences étroites, un gaz constituant 0,04% de l’atmosphère (laquelle a mille fois moins de capacité thermique que les océans) peut avoir une influence sur la température terrestre, je consentirai à devenir poli. Mais je dois vous prévenir que les articles peer ou pal reviewed qui traitent de la question je les ai tous lus, et même traduits pour beaucoup.

45.  Pimpin | 28/12/2019 @ 11:43 Répondre à ce commentaire

prof (#12),
Oui, mais un neurologue est tout à fait en mesure de juger le travail d’un dentiste !
D’ailleurs n’importe quel patient peut aussi juger le travail d’un dentiste.

46.  Michel Le Rouméliote | 28/12/2019 @ 11:43 Répondre à ce commentaire

ppm451 (#40), scaletrans (#44), Prof ! Vous avez deux heures et, attention ! Ils ramassent les copies ! laugh

47.  the fritz | 28/12/2019 @ 12:15 Répondre à ce commentaire

Pimpin (#45),

D’ailleurs n’importe quel patient peut aussi juger le travail d’un dentiste.

D’ailleurs peut-être mieux que le dentiste ; la grosse différence avec les spécialistes du climat, c’est qu’on les traîne à vie avec leur syndicat nommé GIEC

48.  the fritz | 28/12/2019 @ 12:16 Répondre à ce commentaire

Michel Le Rouméliote (#46),
Sinon , c’est au coin laugh

49.  prof | 28/12/2019 @ 12:53 Répondre à ce commentaire

Pimpin (#45),

Non, comment juger si un pivot est correctement placé si on n’est pas du métier ? Même chose pour un bridge, un implant, un soin de kyste etc…

50.  prof | 28/12/2019 @ 13:00 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#44),

Vous relisez Lindzen que vous avez certainement traduit…J’ajoute que Spencer (bien que partisan d’ l’intelligent design), Watts, Curry et beaucoup d’autres scientifiques « sceptiques » n’ont aucun problème avec l’existence de l’effet de serre.
Le gros problème des climatonégateurs c’est leur totale incohérence, chacun y va de son petit argument, franchement ça fait désordre et démontre que leurs « arguments » sont pour le moins fallacieux quand ils ne sont pas carrément grotesques (comme le votre).