Slideshow image
  • Derniers commentaires

Climathon : un deuxième tour pour élire le Champion d’Hiver

Hug:Hug (#26), Zut le smiley ne s’affiche...

Hug:JG2433 (#24), :P

Bernnard:JG2433 (#24), J’aime bien cette...

Bistrot du coin 2015/1

Murps:TL (#209), Qu’elles [les villes]...

TL:Bob (#211) Oui, c’est un logiciel...

Bob:TL (#209), Hum, perso ça m’a tout...

Climathon, semaine 11 : climat-réalité

Murps:Jojobargeot (#95), Ma génération rend...

Jojobargeot:Laurent Berthod (#88), Prenons un...

luc:Sur Le Point on trouve une pub...

Fil info de sceptiques 2015/1

douar:Bob (#160), Je me suis fait la même...

Bob:douar (#159), Michel Gay écrit souvent...

douar:Dans le courrier des lecteurs de...

Climathon : élection du Champion d’Hiver

AntonioSan:Jouzel

Murps:Skyfall, le site d’info sur le...

the fritz:miniTAX (#25), Merde ,...

Climathon, semaine 12 : l’art total

Jojobargeot:devinplombier (#57),C’est un...

Fabge02:Huet? Pas mal, le climats-scepticisme...

Bob:devinplombier (#57), Huet ? Ah que voila un...

mars 2015
L Ma Me J V S D
« fév    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Comment contribuer ?

L'objectif de ce blog est de mettre à la disposition des lecteurs francophones une diversité de points de vue scientifiques sur la question du changement climatique, diversité qui n'est pas forcément reflétée par les médias de langue française. Or l'actualité anglo-saxone regorge d'informations donnant une autre perspective du changement climatique, de ses impacts ainsi que des résultats de recherches en climatologie. Se tenir au courant de ces informations différentes est indispensable pour avoir un point de vue éclairé et objectif sur un phénomène complexe qui ne se limite plus à la science mais touche un grand nombre de domaines allant de la politique énergétique, le commerce international, les relations Nord-Sud, la diplomatie internationale aux modes de consommation, de transport voire à notre façon d'envisager l'avenir.

Vous pouvez participer à cet effort d'information et de vulgarisation en traduisant en français les articles listés ci-dessous :

N.B. Démarches pour participer à la traduction

  • vérifiez dans la zone commentaire que l'article n'est pas en cours de traduction
  • réservez votre choix dans la zone commentaire
  • postez votre traduction dans la zone commentaire
Catégorie:  Divers
• • • •

276 commentaires     Poster votre commentaire »

Pages : «« 1 2 3 4 5 [6] Tous les commentaires

251.  Mihai V | 12/02/2012 @ 18:29 Répondre à ce commentaire

Patrick Bousquet de Rouvex (#250),

Je me suis beaucoup investi au cours de ces dix dernières années pour aider des gens via Internet, y compris dans trois associations françaises de malades pour lesquels j’étais modérateur de leur forums Yahoo de 2000 à 2003.
J’ai posté au total plus de 20.000 messages sur deux forums d’entraide informatique, le dernier étant celui d’Assiste.com avec plus de 9650 messages et où j’interviens encore ponctuellement.

Je vous passe les détails.

252.  Patrick Bousquet de Rouvex | 6/04/2012 @ 14:59 Répondre à ce commentaire

Araucan, il me semble que le message 252 est un spam !

253.  yvesdemars | 16/04/2012 @ 19:00 Répondre à ce commentaire

traduction de l’article de Vincent Gray sur les études de Sjakun et al

http://www.prisonplanet.com/90.....erest.html

254.  Araucan | 16/04/2012 @ 21:46 Répondre à ce commentaire

yvesdemars (#255),

Il manuqe la fin … :) . (Je vais le faire …)

Je retire votre traduction : le billet est publié. Encore merci.

255.  scaletrans | 4/05/2012 @ 11:38 Répondre à ce commentaire

http://www.nlslash.nl/rorsch/pmsrorsch12.pdf

Ce document existe-t-il en Français? Sinon, pensez-vous qu’il serait intéressant de le traduire ?

256.  the fritz | 4/05/2012 @ 13:23 Répondre à ce commentaire

J’ai une autre idée pour relancer l’audimat du site; ouvrir des thèmes propres à critiquer et commenter d’autres sites où je pense que je ne suis pas le seul à ne plus pouvoir y aller; on ouvrirait ainsi un fil “tripes et boyaux” où l’on commenterait les derniers articles et commentaires de sa suffisance Huet qui entretient des contacts téléphoniques avec pleins de sommités scientifiques de toutes catégories et disciplines et qui pond des articles tellement nuls et tendancieux que c’en est à pleurer; ils suffirait alors qu’on habitue les lecteurs de la science au carré de venir lire les commentaires sur skyfall avec un petit message discret pour leur rappeler la censure sur le site
On peut faire la même chose pour climat évolution , ou pour d’autres sites que personnellement je ne consulte plus
Je dis cela parce que le dernier papier de Huet sur les glaces et les niveaux de la mer farci de co…ies que cela me fait mal de ne pas les relever
On aurait bien sûr un assaut de la tribu avec Olivier , RobertTitoune , warm Chria, Puytre, etc.., mais cela ne devrait pas poser de pb; ils seraient interdits sur d’autres fils, et puis s’ils dépassent les bornes , un mois de quarantaine avec une bottes de foin et deux avoinées pour survivre

257.  Laurent Berthod | 8/05/2012 @ 23:46 Répondre à ce commentaire

the fritz (#257),

Ouais. Bonne idée.

Et on pourrait faire de la pub pour les sites amis, et mettre à la discussion leurs articles.

Le mien, par exemple !

258.  Mihai | 27/12/2012 @ 20:16 Répondre à ce commentaire

sklep (#259), c’est un cyber-spam.

259.  cdc | 22/01/2013 @ 23:13 Répondre à ce commentaire

Je suis en train de traduire un article qui me semble très intéressant de Philip Lloyd paru chez WUWT (http://wattsupwiththat.com/2013/01/18/a-climate-of-scepticism/)
Je compte le mettre sur mon blog et vous l’envoyer dès que j’aurai l’imprimatur de Philip Lloyd.
Et vous en faites ce que vous voulez…

260.  Bob | 22/01/2013 @ 23:29 Répondre à ce commentaire

cdc (#260),
Oui, merci;
Cet article de LLoyd est bien vu. Il est surtout pédagogique même si on peut lui faire quelques reproches ici ou là.

261.  Murps | 24/10/2013 @ 22:39 Répondre à ce commentaire

Lindzen : comprendre le 5 ème rapport du Giec…

Il semble que chaque rapport du Giec aient pour but de conclure que le consensus international sur la hausse du CO2 se renforce. Il faut dire que ces rapports (et en particulier les dossiers de presse accompagnant leur publication) sont avant tout politiques, et comme le disait George Orwell, « le discours politique est destiné à donner aux mensonges l’accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et donner une apparence de solidité à un simple courant d’air ».
En ce qui concerne le climat, nous avons 17 années sans réchauffement ; tous les modèles montrent un plus grand réchauffement tropical que ce qu’on a pu observer depuis 1978 ; la banquise arctique s’est étendue brusquement de manière étonnante. Et alors que la divergence entre modèles prédictifs et observations s’accentue, le Giec assure que la confiance dans ces mêmes modèles est plus grande que jamais.
Concernant la « pause » de 17 ans, le Giec évoque deux possibilités : soit la sensibilité du climat à l’augmentation des gaz à effet de serre est plus faible que ne le prévoit la modélisation, soit la chaleur additionnelle se « cache » au fond des océans. Deux interprétations en contradiction avec les affirmations alarmistes.
Avec une faible sensibilité climatique, les analyses économiques suggèrent qu’un réchauffement de moins de 2°C serait bénéfique. Une chaleur « cachée » dans les profondeurs de l’océan signifierait l’échec des modèles dans leur description des échanges thermiques entre les eaux profondes et celles de surface. Ces échanges caractérisent la variabilité naturelle du climat et toutes les affirmations du Giec attribuant une origine anthropique au changement climatique sont basées sur le fait que ces mêmes modèles reproduisent fidèlement cette variabilité naturelle.
Dans ces tentatives de convaincre le public d’accepter les différentes feuilles de route liées à l’environnement, il est fait constamment référence à un consensus.
Ce n’est pas l’absence de ce consensus qui rend une telle affirmation malhonnête, mais le fait d’oublier qu’il existe d’autres consensus sur le fait que le réchauffement est irrégulier depuis 1850 (et petit, hormis des variations locales), que les changements climatiques sont répétés dans l’histoire de la terre, que l’augmentation des gaz à effet de serre s’étale sur plus de 200 ans, que leur impact est de 80 % de ce qu’on aurait prévu d’un doublement du CO2 et que tout cela est bien compatible avec une absence d’effets négatifs.
Même les rapports du Giec admettent que des conséquences catastrophiques sont hautement improbables et que la relation entre un réchauffement et des évènements météorologiques extrême n’a pas pu être mise en évidence. L’affirmation comme quoi le réchauffement du demi-siècle passé est très probablement dû à l’homme, exacte ou non, ne fait que confirmer l’absence de danger. Prétendre que la plupart des petites modifications climatiques sont d’origine humaine peut difficilement servir d’argument pour en prédire de grandes.
Si les politiques de restriction en carbone devaient avoir un effet sur le climat, cela supposerait l’exactitude des pires prévisions et l’adoption de réductions énergétiques massives et globales. On s’interroge peu sur les conséquences de ces politiques sur les revenus, le développement, l’environnement, les prix et la distribution de la nourriture, en particulier chez les plus pauvres. Ce serait clairement immoral.
D’un autre côté, une politique raisonnable et morale consisterait à favoriser le développement économique, réduire la pauvreté, améliorer la qualité de vie, en permettant à notre société de supporter un changement climatique quel qu’en soit son origine.
Les politiques actuelles de réduction semblent avoir un effet exactement inverse sans pour cela réduire de manière significative le risque, hypothétique, d’un tel changement.
Alors que la réduction de la vulnérabilité de nos sociétés aux aléas climatique est un objectif louable, le soutien aveugle aux mesures de réduction – qu’elles qu’en soient les justifications – peut être qualifié de faillite morale.
Une politique ne doit pas artificiellement contenter des aspirations supposées morales. Et est-il utile de repréciser que cet alarmisme climatique n’a plus grand-chose de scientifique ?

Richard S. Lindzen, Massachusetts Institute of Technology, 5 Octobre 2013

262.  Bob | 24/10/2013 @ 23:54 Répondre à ce commentaire

Murps (#262),
Merci Murps !

263.  Cdt TSM JCl Michel e.r. | 25/10/2013 @ 1:21 Répondre à ce commentaire

Murps (#262),

Juste une petite faute à corriger tout au début :
Il semble que chaque rapport du Giec aient pour but de conclure que …

Je n’en ai pas vu d’autres.

264.  JG2433 | 25/10/2013 @ 9:08 Répondre à ce commentaire

Murps (#262),
Merci Murps !

Une faute d’accord de frappe ;)
Alors que la réduction de la vulnérabilité de nos sociétés aux aléas climatiqueS […]

265.  Le chti | 25/10/2013 @ 10:24 Répondre à ce commentaire

la banquise arctique s’est étendue brusquement de manière étonnante.

Comment peut on accorder le moindre crédit au gars qui est capable de sortir ça ?

266.  Murps | 25/10/2013 @ 10:34 Répondre à ce commentaire

Cdt TSM JCl Michel e.r. (#264), Merci, votre remarque est un honneur pour moi et une source de fierté.

Je n’en ai pas vu d’autres.

Je vais me faire imprimer un T-shirt avec ça et signé “Cdt TSM JCl Michel e.r. |”
;-)

Merci à tous pour vos encouragements.

267.  Cdt TSM JCl Michel e.r. | 25/10/2013 @ 10:56 Répondre à ce commentaire

Murps (#267),

Salut,

Je vais me faire imprimer un T-shirt avec ça et signé “Cdt TSM JCl Michel e.r. |”

Faut quand même pas exagérer ;)

Je remarque toujours les grosses fautes sans problème, mais je n’ai plus la même concentration qu’avant. La preuve, c’est que JG2433 en a trouvé une qui m’a échappé.

Amicalement,

Jean-Claude

268.  Murps | 4/03/2015 @ 18:31 Répondre à ce commentaire

Thanasis Staveris (#268), d’où sort ce pingouin qui ne se présente pas et poste des trucs HS complètement “space” ?

269.  Bernnard | 4/03/2015 @ 18:57 Répondre à ce commentaire

Murps (#269)
Ce post n’a rien à faire ICI !

270.  Bernnard | 4/03/2015 @ 19:00 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#270),
A moins que vous trouviez une bonne raison de le garder, je peux le supprimer.

271.  Bob | 4/03/2015 @ 19:27 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#270),
Pffouittt. Il est parti. S’il revient on le classera “spam”.

272.  Bernnard | 4/03/2015 @ 19:52 Répondre à ce commentaire

Bob (#271),
Bon vent !

273.  Cdt Michel e.r. | 4/03/2015 @ 20:56 Répondre à ce commentaire

Spencer Partie 2 : Plusieurs particularités du CO2 – le rapport isotopique C13/C12
Anthony Watts / 28 janvier 2008

Remarque : Ce post est le deuxième de la série du Dr Roy Spencer du National Space Science and Technology Center à l’Université de l’Alabama, Huntsville. La première, faite vendredi dernier, a été appelée Le CO2 atmosphérique augmente : la raison serait-ce l’océan, plutôt que de l’humanité ?

En raison du grand intérêt et du débat que son premier post a généré, le Dr Spencer m’a demandé de faire cette seconde, et je suis heureux de l’obliger.

Voici la partie 2 de l’essai du Dr Spencer sur le CO2 sans aucune modification ou commentaire de ma part.

- - - - - -

Plusieurs particularités du CO2 : le rapport des isotopes C13/C12
Roy W. Spencer
28 janvier 2008

Dans mon précédent post, j’ai montré une preuve de la possibilité qu’il existe une composante naturelle à la hausse de la concentration du CO2 dans l’atmosphère. Brièvement, la covariabilité interannuelle de la SST dans l’hémisphère Sud et du CO2 à Mauna Loa était plus que suffisante pour expliquer la tendance à long terme du CO2. Bien sûr, une partie de l’augmentation à Mauna Loa doit être anthropique, mais il n’est pas clair qu’il est tout à fait ainsi.

Eh bien, maintenant, je vais fournir ce qui semble être une preuve supplémentaire qu’il pourrait y avoir une source naturelle importante de l’augmentation à long terme du CO2.

Une des prétendues signatures du CO2 anthropique est le rapport des isotopes du carbone, C13/C12. La teneur « naturelle » en C13 du CO2 est d’un peu plus de 1,1 %. En revanche, on prétend que la teneur en C13 du CO2 produit par la combustion de combustibles fossiles est légèrement plus petite – juste en dessous de 1,1 %.

La concentration en C13 n’est pas signalée directement, elle est donnée comme « dC13 », qui est calculé à partir de :
dC13 = 1000 * {([C13/C12]échantillon / [C13/C12]std) – 1}

Le graphique de la moyenne mensuelle de cet indice à Mauna Loa est illustré à la Fig. 1.

Maintenant, comme nous brûlons des combustibles fossiles, le ratio C13 sur C12 est en baisse. De ce que je peux trouver en fouillant sur Internet, certaines personnes pensent qu’il s’agit de la signature des émissions anthropiques. Mais si vous examinez l’équation ci-dessus, vous verrez que l’indice du C13 signalé peut descendre non seulement par une diminution de la teneur en C13, mais aussi par une augmentation de la teneur en C12 (les autres 98,9 % du CO2).

Si nous convertissons les données à la figure 1 en contenu C13, nous trouvons que le contenu de l’atmosphère en C13 est en augmentation (Fig. 2).

Donc, comme le contenu en CO2 de l’atmosphère a augmenté, la teneur en C13 a fait de même… ce qui, bien sûr, est logique quand on se rend compte que le CO2 des combustibles fossiles a seulement très légèrement moins de C13 que le CO2 « naturel » (environ 2,6 % de moins en termes relatifs). Si vous ajoutez plus de CO2, qu’il provienne d’une source naturelle ou anthropique, vous allez ajouter plus de C13.

La question est : comment le taux d’accroissement en C13 se compare à l’augmentation de CO2 de sources naturelles versus de sources anthropiques ?

Tout d’abord, regardons le C13 versus le C12 pour la partie de la tendance linéaire de ces données (Fig. 3).

La pente de cette ligne (1,0952 %) représente le rapport entre la variabilité du C13 à la variabilité du C12 associée avec des signaux de la tendance. Quand nous comparons cela à ce qui est à attendre du pur CO2 fossile (1,0945 %), c’est en effet très étroit : 97,5 % de la façon à partir du contenu C13 « naturel » (1,12372 %) au contenu fossile.

À ce stade, on pourrait dire : « Le voilà ! Le signal anthropique ! ». Mais, hélas, l’histoire ne s’arrête pas là.

Si on enlève la tendance à partir des données pour regarder les signaux interannuels en CO2 et en C13, nous obtenons les courbes illustrées aux Figures 4 et 5.

Remarquez la forte similitude – les variations du C13 suivent de très près les variations de C12, qui, encore une fois (comme dans mon précédent post), sont liées aux variations de la SST (p. ex. le signal fort pendant l’événement El Niño de 1997-98).

Maintenant, quand on regarde le ratio de ces signaux interannuels comme nous l’avons fait partir des tendances dans la Fig. 3, nous obtenons la relation vue dans la Fig. 6.

De manière significative, notez que le ratio de variabilité du C13 à la variabilité du CO2 est EXACTEMENT LE MÊME que celui observé dans les tendances !

LIGNE DE BASE : Si la relation C13/C12 au cours de la variabilité interannuelle NATURELLE est la même que celle trouvée pour les tendances, comment peut-on prétendre que le signal de tendance est FAIT PAR L’HOMME ??

Source : http://wattsupwiththat.com/200.....ope-ratio/

(Je mets le documents complet, mis en forme avec les figures sur mon DropCanvas, aux formats DOC et ODT)

274.  volauvent | 5/03/2015 @ 0:01 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#273),

Il y a 200 Mt de CO2 qui s’échangent annuellement, et nous en balançons 10. Le brassage est énorme et nous n’avons pas une connaissance suffisante du cycle du CO2 pour tirer quoi que ce soit des rapports entre isotopes. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’une molécule de CO2 ne reste pas longtemps dans un réservoir, elle passe constamment de l’un à l’autre, avec des circuits préférentiels selon les isotopes.
Mais en plus on s’en fiche complètement; ce qu’il faut déterminer, c’est comment le système retrouve un équilibre après une perturbation; en automatique, c’est le retour après un pulse, ou un échelon, dans notre cas c’est plutôt une rampe.
Il y a des travaux là dessus, et c’est très compliqué à définir avec les données que l’on a . Probablement, après un pulse, , le système reviendrait assez rapidement à une valeur peut être de la moitié de l’addition ( puisqu’on constate que la concentration augmente instantanément de la moitié des émissions), par une décroissance , plus ou moins exponentielle, pour décroître ensuite beaucoup plus lentement, vers une asymptote, peut être pas tout à fait la valeur de départ . Dans notre cas, c’est plus compliqué car on applique une rampe au système, on augmente continument la valeur additionnelle.
Nous ne savons pas modéliser le cycle du carbone, et encore moins celui de l’eau…alors, espérer faire des calculs d’effet de serre à 100 ans… cela tient du conte de fées.

275.  Bernnard | 5/03/2015 @ 0:25 Répondre à ce commentaire

volauvent (#274),

Le brassage est énorme et nous n’avons pas une connaissance suffisante du cycle du CO2 pour tirer quoi que ce soit des rapports entre isotopes

Je suis d’accord. Les isotopes peuvent à la rigueur indiquer des pistes avec des incertitudes importantes, mais certainement pas donner une conclusion sur la provenance du CO2. Tirer des calculs des proportions relatives c13/c12 une conclusion sur la part du CO2 anthropique est une bévue.

276.  de Rouvex | 5/03/2015 @ 12:33 Répondre à ce commentaire

volauvent (#274),

Mais en plus on s’en fiche complètement; ce qu’il faut déterminer, c’est comment le système retrouve un équilibre après une perturbation;

Vous teez vraiment à désespérér Billancourt Williams !!

Pages : «« 1 2 3 4 5 [6] Tous les commentaires