Bistrot du coin 2016/1

Pour discuter de tout et de rien.

Le fil « bistrot du coin » permet de sortir du climat et sert de défouloir, les commentaires qui y sont envoyés ou écrits ne représentent pas la ligne éditoriale de skyfall autrement que parfois par coïncidence.
D’une manière générale les commentaires n’engagent que ceux qui les écrivent.

Suite du fil « bistrot » précédent.

Lifting de Skyfall

Par Nicias.

Mise à jour.

Skyfall cherche 1 ou 2 modérateurs, voir des auteurs.

J'ai mis à jour la page "Comment contribuer ?". Faites des propositions pour des articles que vous aimeriez voir sur Skyfall.

J'aimerai rénover la liste de liens vers les données-mesures. Je suis sur que certains d'entre vous, comme Phi, ont des favoris ou leur propre liste de liens vers les pages qu'ils utilisent. Faites des propositions en commentaire.

Merci. 

Lire la suite

La théorie du réchauffement climatique et le précédent de l’eugénisme

Par John Linder – Elu républicain de Géorgie, membre de la Chambre des représentants des Etats-Unis de 1993 à 2011, membre du Comité finance et fiscalité.

Traduction par Nathalie MP

Le réchauffement climatique a succédé à l’eugénisme au cœur des préoccupations du monde. Dans son roman Etat d‘urgence, Michael Crichton se livre à une comparaison remarquable entre la façon dont le monde d’aujourd’hui s’est saisi du « réchauffement climatique » sur le plan politique et la façon dont la « science » eugéniste s’est propagée il y a un siècle. Pendant près de cinquante ans à partir de la fin du 19è siècle, les intellectuels, les dirigeants politiques et les élites médiatiques du monde entier se sont convaincus avec toujours plus de force que la science de l’eugénisme était « établie ». Quelques voix isolées tentaient bien de se faire entendre pour contrer cette science vérolée, mais elles étaient tournées en ridicule ou ignorées. Lire la suite

Les maladies de la Science

Une liste des maladies qui affectent les milieux scientifiques.

Par Arturo Casadevall et Ferrique C. Fang (Source -Traduction Cdt Michel e.r.)

« II est plus important de savoir quelle sorte de personne a une maladie que de savoir quel genre de maladie a cette personne. » (attribué à Hippocrate)

enflure.jpg

Nous avons récemment observé une affection généralisée chez les scientifiques appelée manie du facteur d’impact (1), également dénommée impactis (2), pour laquelle il semble n’y avoir aucun remède. Cela nous a amené à déterminer si d’autres conditions médicales non reconnues peuvent être uniques ou sur-représentées parmi les scientifiques.

Ahypothesemia

Caractérisée par l’absence d’hypothèse. Certains scientifiques ont émis l’hypothèse qu’il s’agit d’un problème (3). Voir aussi hypothesosis.

Origitiosa de l’amnésie – Amnesia Origitiosa
L’incapacité à se souvenir de l’origine réelle d’une idée que l’on considéré maintenant comme allant de soi. Des individus sans scrupule sont en mesure de présenter les idées des autres comme source de leur propre travail, sans culpabilité ou sans référence au véritable original.

Hypertrophie appendiculaire – Appendiceal Hypertrophy

Une maladie relativement nouvelle qui s’est d’abord manifestée lorsque les journaux ont commencé à diffuser des données supplémentaires. Les auteurs souffrant d’hypertrophie appendiculaire ont tendance à farcir leurs documents de données supplémentaires, indépendamment de toute pertinence, peut-être dans l’espoir de provoquer une lassitude par surenchère dans la critiques des données. Les superviseurs, en particulier ceux qui souffrent d’experimentitis infinitum (voir ci-dessous), peuvent aggraver l’hypertrophie appendiculaire en demandant des informations supplémentaires de valeur incertaine. Les mesures préventives imposeront des frais supplémentaires pour les données supplémentaires analogues à l’augmentation des impôts prélevés sur l’usage du tabac.

Lire la suite

Lobsters attack.

Il y a eu les requins, puis les méduses et puis maintenant, le danger venu de la mer s’appelle le homard. Ne laissez surtout pas vos orteils dépasser du canot dans la baie du Maine sur la Côte Est des États-unis ! Le homard est cannibale. La belle affaire, c’est une pratique fort répandue en mer. Mais la cause fondamentale à ce qui ne peut qu’apparaître comme un dérèglement de mère Nature, forcément harmonieuse et paisible, est bien sûr le RCA. Le RCA rend fou et aurait touché les homards de son rayon mortifère.

Voilà comment une caméra posée au fond de la baie et deux courbes, dont une de température, créent un marronnier d’été. Araucan.

• • • • • •

Voici la vidéo.

La caméra, dis ai-je, été posée au fond de la mer pour voir la prédation des poissons démersaux (cabillauds, harrengs …) sur le homard, car il n’y a pas que les humains qui aiment sa chair parfumée. Las, la scène d’horreur défila devant les yeux ébahis d’un étudiant, qui interprète cela comme un phènomène anormal, le cannibalisme homarien (d’Homarus, nom latin du genre ) n’étant documenté qu’en captivité. La caméra permettrait même d’établir que 90 % des jeunes homards sont mangés par de plus gros.

La température a augmenté dans le golfe du Maine. (Ce pourrait être du Gore)

warming-seas-640_2.jpg

Car voilà qu’en parallèle, un phénomène étrange frappe les caseyeurs de homard du Maine : les homards grossissent et les prix baissent.

lobster-graphs-combined-640_4.jpg

C’est assez contre-intuitif dans le domaine halieutique : plus pêcher et de plus gros individus un produit recherché ne devrait pas conduire à la ruine du secteur.

La logique algorienne et giecienne ayant été fort diffusée ces quinze dernières années, il s’ensuit donc que le parallélisme des courbes conduit à la conclusion : c’est l’augmentation de la température du golfe (pour la courbe, on ne sait s’il s’agit de la température de l’eau de mer ou de l’atmosphère) qui permet aux homards de mieux se reproduire et de grossir plus vite. Pour cela, il faut manger et donc le homard consomme sa progéniture plus nombreuse …

Bien sur, cela ne peut durer longtemps (quoique cela fait vingt ans) et la chute brutale de population est attendue. Si cela se produit, on en entendra parler.

Le RCA rend les homards obèses et cannibales, les pêcheurs pauvres et bientôt ruinés pour cause de surproduction (c’est le seul point nouveau, dans le secteur, c’est plutôt la sous-production qui renvoie les pêcheurs à terre.

De fait, il n’y a peut-être pas besoin d’invoquer le spectre du RCA. La sur-pêche d’autres espèces et en particulier des poissons démersaux, friands de jeunes crustacés, peut tout à fait expliquer cette pullulation de homards. Trouver une solution sera certainement plus compliqué, car le homard consomme aussi des alevins … et les populations de cabillaud de l’Ouest atlantique tardent à se reconstituer : les mauvais esprits disent que c’est dû aux phoques devenus trop nombreux car protégés, les autres se grattent la tête et ne voient pas de solution.

Mais bon, une vidéo et deux courbes suffisent désormais pour évoquer l’apocalypse. En attendant, mangez du homard du Maine ! (Le breton n’est pas mal non plus, mais il y en a beaucoup moins et il est surveillé de près, paraît-il). 😉 .

D’après Source 1, source 2.

@@@@@@

Pétitions.

Une fois n'est pas coutume … Et par un prompt renfort … 😉

• • • • • •

Nous demandons que les recherches concernant la climatologie mettent en avant les incertitudes graves des projections élaborées par le GIEC et reconnaissent que les actions mises en œuvre, dans l'état des connaissances actuelles, n'ont pas un fondement scientifique réel vis-à-vis de la faible étendue de nos connaissances. Avant toute action pour limiter les émissions de CO2, il est indispensable de comprendre beaucoup mieux le climat.

Pour signer , c'est là : Regarder_en_face_le_changement_climatique

• • • • • •

L'écologie, cela ose tout c'est bien connu : y compris mettre des éoliennes en face des plages du débarquement (60ième anniversaire l'année prochaine).

Pour protester : EPAW

@@@@@@