Énergie et politiques du climat

Pour discuter de nos vaillants efforts afin de décarboner l’économie.


Le rapport de l’académie des technologies sur la réglementation thermique 2012.


Ils sont contre les éoliennes :

Le site de l’EPAW, Plateforme européenne contre l’éolien industriel.

Stop these things (Australie, eng),  » We’re not here to debate the wind industry, we’re here TO DESTROY IT ! »

Le Plan Climat de Nicolas H.

 

 

7 327 Comments     Poster votre commentaire »

7301.  Demokratia | 14/01/2022 @ 15:24 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#7297),
En France, c’est d’ailleurs la seule raison d’être des éoliennes et du solaire.
Et bizarrement, on n’entend pas Piketty sur le sujet, ni les ONG genre Attac ou Oxfam, ni même le parti communiste ou Mélenchon : tous des naïfs ou des corrompus. Et avec Laudato Si, le pape soutien une politique contraire à ses prises de positions sur le sujet.

7302.  Demokratia | 15/01/2022 @ 1:09 Répondre à ce commentaire

Suite à la politique gouvernementale, le courant électrique coûte trop cher. On va donc faire payer les autres pour réparer : EDF va devoir vendre à perte (lien). Mettre à mal l’industrie énergétique ne suffit, détruisons aussi les entreprises. C’était amusant avec Alsthom, continuons…..

7303.  fritz | 15/01/2022 @ 14:09 Répondre à ce commentaire

Lettre ouverte d’UARGA au Président du Conseil de l’Union Européenne Emannuel Macron (du 10 janvier 2022)

Après 15 vertueuses années durant lesquelles l’Europe s’est pieusement efforcée de déréguler le marché de l’électricité et d’y promouvoir les seules énergies renouvelables, force est de constater un bilan peu flatteur sur tous les fronts : l’espérance d’atteindre en 2050 nos objectifs d’émissions carbonées ne cesse de s’amenuiser année après année, et le marché de l’électricité désorganisé n’offre plus guère pour perspective qu’envol des prix et pénurie.

Une réalité en décalage avec les discours de parangon de vertu climatique que nous projetons à la face du monde. Des voix sont de plus en plus nombreuses à dénoncer cette impasse, mais il est très difficile de se faire entendre au sein de la grande instance européenne.

Aussi, sous l’impulsion de Jean-Luc Salanave, UARGA a saisi l’opportunité qu’offrait la présidence de la France à la tête du Conseil de l’Union européenne pour faire valoir, sous la forme d’une Lettre ouverte adressée à cette présidence, la nécessité absolue d’inclure la solution nucléaire dans la panoplie des armes que l’Europe doit promouvoir pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

L’abandon inéluctable des énergies fossiles dans un bref délai est le renoncement le plus difficile que nos sociétés auront à résoudre durant ce siècle. A cette fin, plutôt que de s’enliser dans des quadratures chimériques à l’efficacité douteuse – quand elles ne menacent pas à terme notre indépendance -, concentrons-nous sur l’optimisation d’une solution éprouvée, l’énergie nucléaire pour en faire l’une des bases de la ré-industrialisation de l’Europe.

A l’occasion de cette première newsletter de l’année l’equipe communication d’UARGA vous présente ses meilleurs voeux.
Lire la lettre
https://www.uarga.org/downloads/Breves%20et%20actu/2022-01-11_UARGA_lettre_ouverte_E.Macron_Pdt_Conseil%20_UE.pdf?utm_source=sendinblue&utm_campaign=Redressez%20lEurope%20nergtique%20&utm_medium=email
Avez vous un point de désaccord avec cette lettre , Moi oui

7304.  Demokratia | 15/01/2022 @ 17:26 Répondre à ce commentaire

fritz (#7303),
Un désaccord, oui.

l’Europe s’est pieusement efforcée de déréguler le marché de l’électricité

L’Europe a peut-être dérégulé certains aspects du marché, mais elle l’a fortement régulé pour privilégier les énergies dites « renouvelables ». De même, décréter que le nucléaire est ou n’est pas vert, ou le gaz, aboutit à une forte régulation du marché. Si le marché était réellement dérégulé, toutes les énergies intermitentes auraient disparues, car elles fournissent un produit de très mauvaise qualité et qui coûte cher. Arrêtons d’attribuer au « libéralisme » les problèmes de l’anti-libéralisme.

7305.  Demokratia | 15/01/2022 @ 18:25 Répondre à ce commentaire

En Belgique circulait il y a quelques années une histoire disant qu’il y a des politiciens intelligents, des politiciens honnêtes, des politiciens socialistes. Mais que l’on ne peut jamais faire partie des trois groupes à la fois.
Visiblement, on peut refaire pareil avec écolo, intelligent et Allemand. La parti écolo finlandais change d’avis et annonce que le nucléaire est une énergie verte et qu’il faut le promouvoir (lien)

7306.  Murps | 15/01/2022 @ 20:35 Répondre à ce commentaire

Demokratia (#7304), nulle part il y a eu dérégulation.
L’Europe et nos responsables politiques sont les seuls responsables de cette Berezina.
Avec les pannes de Chooz et Civaux, si il y a un coup de froid dans le mois qui vient, on est parti pour un scénario à la Texane ou à l’australienne…

7307.  Marco40 | 16/01/2022 @ 12:52 Répondre à ce commentaire

Demokratia (#7304), Murps (#7306), Il FAUT dire à tous qu’il n’y a pas eu libéralisation ou dérégulation, mais au contraire encore plus de réglementation puisqu’EDF est OBLIGE de vendre à perte à des concurrents qui ne sont que des revendeurs.
Je crois moi, qu’il est URGENT qu’une enquête soit faite pour vérifier si ce capitalisme de connivence, n’est pas un moyen détourné d’enrichir des copains.

7308.  Demokratia | 16/01/2022 @ 13:27 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#7307),
Le capitalisme de connivence est TOUJOURS un moyen de transférer de l’argent à certains au dépend des autres. Est-ce que dans ce cas, le « certains » égal les « copains » ? En tout cas celui qui réclame ce genre de mesures, c’est rarement pour que d’autres en bénéficient….
Pour la dérégulation, il est absolument faux de dire qu’il n’y en a pas eu. Il y a bien eu une dérégulation au niveau des producteurs et distributeurs. L’Europe a voulu libéraliser en partie le marché, et l’a fait. Il y a 40 ans, vous ne pouviez acheter, en France, qu’à EDF, qui avait le monopole de la distribution et de la plus grande part de la production. Il y a bien eu libéralisation, d’autres opérateurs sont apparus.
Mais bien sûr, en même temps, il y a eu des règles très contraignantes misent en places pour les énergies renouvelables (particulièrement les règles d’achat préférentiel à coût garanti) et le « marché » du CO2.

7309.  joletaxi | 16/01/2022 @ 13:39 Répondre à ce commentaire

Murps (#7306),

vous voyez bien que le nucléaire n’est pas fiable, il nous donc plus d’éoliennes

7311.  Murps | 16/01/2022 @ 19:20 Répondre à ce commentaire

jdrien (#7310), j’avais vu aussi. Pas de surprise, ce genre de situation se répète assez souvent.
J’aimerais bien avoir les retours des particuliers pour qui l’opération s’est « bien passé ».
C’est rentable vraiment ?
search
J’en serai surpris.

– Mélenchon dans son discours « immersif » de campagne, a encore assuré que 45 éoliennes offshore équivalaient à 1 réacteur. Il a aussi proposé une agriculture « écologique et paysanne ».
Avec des programmes comme celui-là on part pour faire la queue avec des tickets de rationnement dans les magasins. Dans le noir et le froid.

7312.  Marco40 | 16/01/2022 @ 20:32 Répondre à ce commentaire

Demokratia (#7308), Déréguler, c’est enlever des règles.
Est-ce le cas?
Je suis d’accord avec la fin du monopole d’EDF, mais en réalité ce marché est totalement artificiel puisque qu’EDF doit vendre à prix bradé à ses concurrents. Donc pas de marché libre.
A l’origine, si le marché avait été libre, la situation monopolistique d’EDF aurait rendu très difficile tout nouvel entrant. Il aurait fallut « découper » EDF en plusieurs entités et vendre ses entités devenues de fait concurrente.
Cela n’a pas été le cas à cause du parc nucléaire mais aussi parce qu’à coup sûr, les prix auraient d’abord augmenté (j’avais lu un rapport à ce sujet lorsqu’il avait été question de « privatiser » EDF), et politiquement les dirigeants ne voulaient pas prendre ce risque.

7313.  Murps | 16/01/2022 @ 22:21 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#7312), le marché de l’électricité est toujours monopolistique de fait en france.
Sauf que l’opérateur historique a été massacré par des petits calculs politiques et des gros bidouillages affairistes.
L’ARENH est un scandale d’Etat. Comme les éoliennes, les PV et la méthanisation d’ailleurs.

7314.  fritz | 18/01/2022 @ 18:28 Répondre à ce commentaire

file:///C:/Users/Auchan01/Downloads/_ARENH%20et%20concurr.%C3%A9lectrique%20factice.pdf
Faut faire quelque chose ; on marche sur la tête en France et en Europe

7315.  Andre | 18/01/2022 @ 19:51 Répondre à ce commentaire

C’est votre disque dur.

7316.  fritz | 18/01/2022 @ 20:12 Répondre à ce commentaire

Andre (#7315),
Oui , cela m’arrive de plus en plus quand je copie des liens que je reçois sur des mails sans faire attention ; ci dessous le lien
http://www.geopolitique-electr.....ne-235.pdf

7317.  Demokratia | 18/01/2022 @ 23:09 Répondre à ce commentaire

fritz (#7316),
Très intéressant. Pour qui veut comprendre. L’histoire est pleine de cas où une majorité de gens, intelligents, n’ont pas voulu comprendre.

7318.  Hug | 19/01/2022 @ 12:57 Répondre à ce commentaire

Demokratia (#7317),
Faut dire qu’avec des menteurs aux manettes de notre politique énergétique, il n’est pas étonnant que beaucoup ne veulent pas comprendre: https://www.lefigaro.fr/flash-eco/prix-de-l-electricite-il-est-normal-de-demander-a-edf-de-contribuer-souligne-pompili-20220119

«Je trouve que c’est normal qu’on demande cela à EDF, parce que c’est de l’argent de centrales nucléaires qui sont amorties», a déclaré Barbara Pompili. «Qui a payé pour la construction de ces centrales nucléaires? Ce sont les contribuables français, donc c’est normal que dans une période de crise, dans une période exceptionnelle, qu’on demande une aide exceptionnelle à EDF»

Amorties, peut-être, mais il va falloir investir pour les prolonger de 20 ans et/ou les remplacer. Mais surtout, ce ne sont pas les contribuables français qui ont payé, mais les consommateurs. C’étaient certes les mêmes à l’époque, mais plus aujourd’hui, si des consommateurs ont quitté EDF pour des fournisseurs qui ne produisant pas d’électricité l’achètent eux-mêmes à ceux qui en produisent et que ça pose problème aujourd’hui vu le niveau stratosphérique atteint par les prix de l’électricité sur le marché de gros, tant pis pour eux et pour leurs fournisseurs. EDF n’est pas en faute dans cette affaire, ce sont les politiques énergétiques européennes délirantes qui sont responsables. De plus si EDF doit revendre une part encore plus importante à prix d’ami à ces fournisseurs de pacotille et que ça l’oblige pour compenser cette production qu’elle ne peut plus attribuer à ses clients à en acheter au prix fort sur le marché spot, c’est une grosse escroquerie au bénéfice de ces traders/fournisseurs, véritables parasites qui profitent de cette politique énergétique délirante.

mais EDF «nationalisé ou pas, on a besoin de plus d’économies d’énergie, on a besoin de plus de renouvelables, et on a besoin de travailler pour solidifier notre nucléaire, quelle que soit la solution choisie».

Bla bla bla politique complètement creux, on a surtout besoin de plus de moyens pilotables et pénaliser EDF comme on le fait ne contribue sûrement pas à « solidifier » le nucléaire.

7319.  scaletrans | 20/01/2022 @ 11:04 Répondre à ce commentaire

Hug (#7318),

En complément de cette réponse à Barbara -sois-belle-et-surtout-fermes-la-Pompili, voici une photographie communiquée par un retraité d’EDF:
Production d’électricité du jeudi matin, 7 janvier 2021 à 7h45 en France
Intéressant de voir ce que représentent l’éolien et le solaire… !
Quand c’est chiffré c’est beaucoup plus parlant ! vive les verts !
Solaire 0
Eolien 931 Mégawatts, 1%
Hydraulique 11415 Mégawatts, 11%
Nucléaire 51673 Mégawatts, 68%
Fioul-charbon-gaz 11052 Mégawatts, 14%
Bioénergies 893 Mégawatts, 1%
Import 7475 Mégawatt, essentiellement d’Allemagne donc du charbon.

Pour une consommation totale de 83424 MW, pic prévu le même soir à 19h avec 87300 MW.
Et toujours 6 milliards de subvention par an alloués aux énergies intermittentes (éolien, solaire) payés par tous les consommateurs sur leur facture d’électricité au travers de la CSPE !
On ferme les centrales de production pour permettre à quelques-uns de faire du fric avec des éoliennes ou des photovoltaïques qui ne produisent pas l’hiver, voilà le résultat ! Merci les écolos .
Heureusement que peu d’automobilistes circulent en voiture électrique…
Signé un retraité EDF

7320.  Hug | 20/01/2022 @ 13:10 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#7319),
Le pire c’est que cette minuscule production des fameuses ENR n’est pas seulement ponctuelle, elle est continue depuis le 10 janvier et va perdurer encore une dizaine de jours au moins du fait des conditions anticycloniques stables.
Sur ces 10 derniers jours, j’ai noté un maximum de production solaire+éolien le 16 à 13h avec 7365MW soit 9,8% de la consommation (75143MW). Ce pourcentage non négligeable (mais faible quand même) a été assez bref car il était en majeure partie du au solaire et au fait que c’était un dimanche (consommation nettement plus faible qu’en semaine).
Mais à part ça on est souvent plus proche de la situation du 14 à 18h30 où solaire+éolien ne couvraient que 0,93% de la consommation (0MW+751MW pour 80731MW).
On a beau multiplier les moulins à vent, il y a toujours des périodes où l’éolien ne couvre pas plus de 1% de la consommation. Cent, mille ou dix mille fois epsilon, ça fait toujours epsilon… no

7321.  Dexter | 20/01/2022 @ 14:22 Répondre à ce commentaire

https://www.boursier.com/actions/actualites/economie/electricite-la-hausse-de-44-a-laquelle-vous-avez-echappe-47652.html
J’ai plutôt envie de dire que SANS le gouvernement, EDF n’aurait pas fermé de centrales, en aurait construit d’autres, l’argent des éoliennes aurait été intelligemment investi, et nous aurions à la fois une électricité bon marché, fiable, et conservé une bonne indépendance énergétique

7322.  joletaxi | 20/01/2022 @ 14:28 Répondre à ce commentaire

Dexter (#7321),

mais bon dieu, pensez aux ours polaires,

7323.  Demokratia | 20/01/2022 @ 15:41 Répondre à ce commentaire

Hug (#7320),
Surtout que nous sommes sans doute déjà dans un schéma de rendements décroissants : les meilleurs sites (rn terme d’exposition au vent) sont employés en priorité, donc plus on installe de nouvelles éoliennes, moins les sites sont propices à leur exploitation.

7325.  Marco40 | 21/01/2022 @ 11:29 Répondre à ce commentaire

Demokratia (#7323), Parfaitement exact! Avec en plus une obligation de solution back-up encore plus sollicitée et donc selon leurs critères, encore plus polluantes.

7326.  Murps | 23/01/2022 @ 1:00 Répondre à ce commentaire

Hug (#7318),

«Qui a payé pour la construction de ces centrales nucléaires? Ce sont les contribuables français,

Ben non Mme Pompili.
Les contribuable français ont payé et paient encore les éoliennes. Mais pas les centrales nucléaire. Ce sont les clients qui les ont financé ces centrales, avec des factures d’électricité bon marché et pas avec des impôts.

7327.  jdrien | 23/01/2022 @ 13:56 Répondre à ce commentaire

Un article de Contrepoints sur la voiture électrique et l’entretien de de Carlos Tavares aux Echos.

Carlos Tavares n’en démord pas. Pour le patron de Stellantis, groupe automobile formé il y a un an par la fusion entre PSA et Chrysler Fiat, les pouvoirs publics se sont engouffrés dans le « tout électrique » et ils nous l’imposent maintenant à marche forcée sans que la question ait reçu une attention scientifique, industrielle et sociale suffisante. Il le disait déjà en 2017, il l’a répété en décembre dernier et il vient de le confirmer sans langue de bois dans un long entretien accordé cette semaine à quatre médias européens dont Les Échos