Croire que le CO2 contrôle le climat c’est à peu près comme « croire à la magie »

L’article original a été publié par Merion West

SOURCE

Traduction: Camille Veyres et Scaletrans

Par Richard Lindzen, le 25 avril 2017

Le professeur de science de l’atmosphère Richard Lindzen du MIT suggère que beaucoup de déclarations concernant le changement climatique sont exagérées et inutilement alarmistes.

Introduction

Voilà plus de trente ans que je donne des conférences sur la « science du changement climatique ».

Quand je parle à un auditoire de non-experts  et essaie de leur expliquer des choses comme la sensibilité climatique, le lien entre l’anomalie de la température moyenne mondiale  et les « événements météorologiques extrêmes », ou encore que le réchauffement a, sur ces 18 dernières années, été presque négligeable ou très faible, etc.,  je puis sentir dans l’auditoire un réel manque d’intérêt et de compréhension.

Quelles que soient les preuves que je présente comme quoi il ne s’agit pas d’une catastrophe, mais d’un phénomène qui peut être plutôt bénéfique,  je vois de l’incompréhension et de la perplexité.

On me demande comment c’est possible, puisque  97% des scientifiques sont d’accord, puisque les 18 dernières années ont été parmi  les plus chaudes depuis 1880, puisque toutes sortes d’événements météorologiques extrêmes sont devenues plus fréquents, puisque les ours blancs sont en voie de disparition, tout comme la banquise arctique, etc. Pour faire bref il y a quantité de preuves d’un réchauffement.

J’étais moi-même plutôt surpris qu’on pût  admettre ces affirmations sans fondement réel et parfois même tout à fait malhonnêtes; malheureusement, cela n’était, à vrai dire, pas évident pour mes auditoires.

Je vais, dans ce court article, essayer d’expliquer pourquoi  ces affirmations sont en fait des preuves de la malhonnêteté des positions alarmistes.

Le mantra ou « meme » ou poncif des « 97% » 1

Cette  assertion vient en réalité d’un titre de couverture d’un numéro de Newsweek de 1988 selon lequel « tous les scientifiques sont d’accord ». Cette assertion vise à donner au non-expert l’impression qu’il n’a nul besoin de comprendre la science. Exprimer son accord avec les 97% montrera que l’on est un « partisan de la science » et que  l’on est  supérieur à tous ceux qui « nient le désastre ». Voilà qui suffit aux besoins psychologiques de bien des gens. Cette assertion a été formulée par nombre d’individus et peut être présentée de diverses manières. Une démystification en a été donnée en détail  par Bast et Spencer dans le Wall Street Journal 2.

Un des tours de passe-passe est de poser les trois questions « la teneur en CO2 de l’air de l’atmosphère a-t-elle augmenté ? « , « la Terre s’est-elle réchauffée (même un tout petit peu) ?  » et « l’homme  y  est-il pour quelque chose ? ». Nous pouvons presque tous être d’accord avec ces affirmations, dont aucune  n’implique quelque danger évident.  Et pourtant, cet accord est prétendu valoir adhésion au catastrophisme !

Un autre tour de passe-passe est l’examen d’un grand nombre de résumés d’articles dont, en réalité, un petit nombre seulement signalent de réels dangers. Et si 97% de ce petit nombre adhèrent au catastrophisme, ce « 97% » est  prétendu se rapporter au grand nombre de résumés !

Un de mes exemples favoris est l’affirmation récente 3 par le Christian Science Monitor (qui fut jadis un journal influent et respecté) : « Notons que des 70 000 articles sur le réchauffement climatique publiés en 2013 et 2014 dans des revues à comité de lecture, quatre auteurs seulement on réfuté l’idée que les humains sont les principaux moteurs du changement climatique ». Il n’est, je crois, nul besoin  d’être un expert pour voir que cette affirmation est une bien étrange rêverie, de façon évidente et pour bien des raisons.

Même le groupe intergouvernemental des Nations Unies sur le changement climatique (Ce groupe en général appelé IPCC/GIEC a été créé par les Nations Unies pour évaluer  de façon « scientifique » le changement climatique dû à l’action de l’homme.) n’est pas d’accord avec ce poncif.

Malgré tout, je suis un peu surpris qu’il y ait eu besoin des entourloupes que je viens de rapporter.

Depuis que la question du « réchauffement climatique » a, il y a trente ans environ, été mise sur la place publique – et a immédiatement été intégrée au catéchisme du « politiquement correct »-, le financement gouvernemental de ce domaine a crû énormément; ce financement a été fondé sur la croyance a priori en des effets catastrophiques. Aujourd’hui presque tous ceux qui travaillent dans ce domaine  y sont entrés pour profiter de ces financements, et les gouvernements ont un monopole du financement de ce domaine.

On peut donc s’attendre à ce que tous ceux qui reçoivent ces financements se sentent obligés d’affirmer l’importance et la réalité du problème. Il est certain que s’y opposer serait suicidaire pour la carrière d’un jeune universitaire.

Et donc les études sur les « 97% » ont seulement à « bien » formuler les questions posées pour s’assurer de niveaux élevés de consentement à l’alarmisme, niveaux qui, si l’anonymat était garanti aux sondés, ne seraient peut-être pas aussi élevés qu’on le prétend.

 

 

 

Le mantra ou « meme » ou poncif des « années les plus chaudes depuis que l’on fait des mesures »

fig1

Figure 1a: Écart des températures annuelles moyenne à leur moyenne à long terme. Ces points seront moyennés pour produire une série de températures globales moyennes. La plupart des points sont entre -2 et +2 °C. Cette figure montre année par année les anomalies des différentes stations.

fig2

Figure 1b: Moyenne globale des déviations par rapport aux températures moyennes tracées à la même échelle qu’à la figure précédente 1a des anomalies des stations prises une par une. Cette figure montre la moyenne de ces anomalies sur le globe.

fig3

Figure 1-c Courbe précédente (fig. 1-b) remise à l’échelle de façon à remplir tout le cadre entre -0,6°C et +0,6°C

Cette affirmation toute simple cache des myriades d’erreurs. Dans ce genre de cas il est difficile de savoir par où commencer.

Comme dans toute manœuvre de diabolisation, on commence par la supposition ridicule que tout réchauffement, quel qu’il soit, et, ici, toute augmentation de la teneur de l’air en CO2, est mauvais et démontre que le pire va arriver bientôt.  Nous savons pourtant que ces deux énoncés sont faux.

Les gens prennent leur retraite dans la Sun Belt 4 plutôt qu’en Arctique.

Du CO2 est insufflé dans les serres pour que les plantes croissent mieux et plus vite.

L’insistance sur « l’année la plus chaude depuis  que l’on fait des mesures »  semble essayer de répondre au fait que l’épisode de réchauffement observé entre 1978 et 1998 a visiblement cessé et que les températures sont quasi-constantes depuis 19985. Et donc si 1998 a été l’année « la plus chaude » toutes  les années qui suivent  le seront aussi.

Rien de cela ne contredit le fait que le « réchauffement » a cessé.

Pourtant beaucoup ont été amenés à croire que les deux affirmations ne peuvent être simultanément vraies.

Voilà qui suppose que le public est extrêmement crédule.

L’importance potentielle de la « pause » – et il est bien possible que ce ne soit pas une « pause » et que les températures se mettent à diminuer 6 –  n’est jamais mentionnée  et n’est que rarement comprise.

Son existence signifie simplement qu’il y a « quelque chose » qui est comparable au « forçage anthropique ».

Or l’attribution, par l’IPCC/GIEC de l’épisode de réchauffement de 1978 à 1998 (et de celui-là seulement 7) à une cause humaine repose sur l’hypothèse – incorporée dans les modèles – qu’il n’existe pas de processus naturel comparable au « forçage anthropique ».

La focalisation sur les seules séries de températures  mérite que l’on s’y arrête. Quelle est donc cette température que nous examinons ?  Ce ne peut certainement pas être la température moyenne de surface :

faire la moyenne des températures d’endroits aussi différents que la Death Valley 8 et le mont Everest 9 n’a pas plus de sens que faire la moyenne des numéros de téléphone d’un annuaire téléphonique, pour ceux qui se rappellent encore ces annuaires.

Ce que l’on calcule est la moyenne de ce que l’on nomme des « anomalies ».

On prend des moyennes sur trente ans des températures d’une station météorologique donnée et on calcule les écarts à cette moyenne sur trente ans, appelés « anomalies ».  Et ce sont ces « anomalies » qui sont moyennées sur tout le globe. Le seul exemple que je connaisse  de travail illustrant les étapes de ce processus a été publié par feu Stan Grotch du Lawrence Livermore Laboratory.

Le plus grand nombre des scientifiques conclurait qu’il y a là entre les stations une forte compensation des anomalies et que le résultat est une compensation presque complète. Pourtant, pour éviter cette conclusion, on dilate l’échelle des températures par un facteur de presque dix pour rendre- en apparence – plus significatifs les changements minuscules vus sur la figure 1-b.

Le résultat est montré à la figure 1-c. Il y a beaucoup de bruit aléatoire sur cette figure 1-c et ce bruit donne une bonne idée des incertitudes de cette analyse (en gros +/- 0,2°C). Les présentations habituelles montrent des figures beaucoup plus lisses. Parfois, ce lissage découle de l’application d’une moyenne mobile. C’est aussi le cas des données employées par Grotch  en provenance du UK Meteorological Office, données relatives aux stations à terre

L’inclusion des données relatives aux océans conduit à des séries plus lisses mais l’exactitude des données en est plus mauvaise parce que les données océaniques mélangent des techniques de mesure tout à fait différentes : pour les navires anciens, mesure de la température de l’eau dans un seau jeté à la mer et ramené à bord, après la première guerre mondiale, mesures aux prises d’eau de mer servant au refroidissement des moteurs, puis mesures satellitaires de la température de peau de l’eau de mer – fort différente de la température de surface-, et enfin, températures mesurées par des bouées.

Figure 2: Représentation schématique des anomalies de température selon les enregistrements Les lignes marron sont les barres d’erreur, ce qui laisse une grande latitude dans les ajustements possibles.

Ces difficultés sont résumées sur la figure 2 qui présente l’allure schématique, idéalisée, des observations de température et de leurs incertitudes. Nous voyons bien qu’à cause de l’arrêt de la croissance des températures en 1998,  18 des 18 années les plus chaudes  de la série des températures  ont, sur ce schéma, été les 18 dernières années.

Notons encore que l’incertitude et la petitesse des changements laissent une grande latitude pour faire des ajustements et des corrections qui peuvent modifier radicalement l’allure du graphe de la série;  l’incertitude n’est que rarement reportée sur ces graphiques.

Rendu à ce point on sera probablement confronté à des discussions sur les détails des mesures de température, qui ne feront que brouiller plus encore les cartes -ou « rendre l’eau plus boueuse »- si je puis dire.

Mais rien ne peut changer au fait que les changements de température dont on parle sont petits. Cette « petitesse » est bien sûr relative. Voyons trois façons de l’évaluer, trois approches.

Approche 1

Figure 3 : Figure du bulletin météo du quotidien Boston Globe en degrés Fahrenheit pour Boston (42°21’N) Échelle de gauche : températures extrêmes pour un 11 mars : 67°F = 19,4°C en 1990 et 9°F = -12,8°C en 1939 « Normale » (moyenne sur trente ans ou plus) des maxima d’un 11 mars : 44°F = 6,7°C, et des minima d’un 11 mars : 30°F = -1,1°C Température minimale observée la veille (10 mars) 35°F = 1,7°C

La figure 3 montre les variations de température à Boston sur une durée d’un mois (du 9 février au 11 mars).

Les bandes verticales en bleu foncé montrent pour chaque jour  la plage des températures observées; les barres en gris foncé donnent pour ce jour-là les moyennes « climatologiques » des températures min et max de la journée, et les barres en gris clair les records de froid et de chaud pour cette même journée. Au milieu court une ligne rouge  dont la largeur correspond à la plage de variation des températures moyennes globales sur les derniers 175 ans.

Voila qui suffit à montrer que les changements de température dont on parle sont petits en comparaison des changements que nous ressentons couramment.  Conservons ça en tête pour le cas où on vient nous dire que l’on « ressent » physiquement le « réchauffement global ».

Approche 2

La mesure qui suit est une comparaison entre le changement observé et celui que l’on nous dit attendre du « réchauffement par effet de serre ». Le CO2 n’est pas le seul gaz à effet de serre produit par l’homme. En prenant en compte tous ces « gaz à effet-de-serre », le GIEC/IPCC des Nations Unies trouve que nous en sommes juste au « forçage radiatif » attendu pour un doublement des teneurs de l’atmosphère en CO2; mais l’augmentation observée des températures n’a été que d’environ 0,8°.

Figure 4 : Comparaison des observations et des prédictions des « modèles »: en abscisse changements de température en degrés par décennie et en ordonnée densités de probabilité (répartition des observations).La zone hachurée en rouge représente les observations; les barres grises sont les prédictions des « modèles ».

Si donc les émissions du fait de l’homme étaient  responsables de tout le changement de température des derniers 60 ans,  la « sensibilité climatique »  serait bien moindre  que celle supposée par ceux des « modèles » dont la « sensibilité » est la plus faible; cette « sensibilité climatique » est définie comme l’accroissement de la  « température mondiale moyenne » découlant d’un doublement de la teneur de l’air en CO2; elle est dite être entre +1,5°C et +4,5°C 10.

Avec une sensibilité faible, pas de problème ! Et comme l’IPCC/GIEC nous assure que l’homme n’est responsable que du « gros » du réchauffement observé, la sensibilité pourrait être plus faible encore.

La situation n’est peut-être pas si simple, mais le calcul montre que pour des modèles ayant une forte sensibilité on en est réduit à compenser une partie -et parfois une très grosse partie- du « forçage radiatif » par ce que l’on prétend être un refroidissement par des aérosols inconnus, réglés pour que le modèle ne s’écarte pas trop des observations des décennies passées. Un article récent dans le Bulletin de l’American Meteorological Society, intitulé The Art and Science of Climate Model Tuning  (L’art et la science du réglage des modèles climatiques)  11 montre qu’il y a en réalité un très grand nombre de réglages arbitraires pratiqués sur les modèles pour qu’ils ne s’écartent pas trop des observations passées.

Et mieux l’on connaît le forçage par les aérosols, plus des sensibilités climatiques fortes deviennent invraisemblables.  Voilà qui est  bien en accord avec le fait que les modèles qui nous prédisent un « réchauffement climatique dangereux » montrent tous un réchauffement bien plus fort après la période de calibration12.

C’est à dire que le réchauffement observé est petit par rapport à ce que nous prédisent ces modèles à l’origine de nos angoisses. C’est ce que montre la figure 4.

Comme je l’ai déjà dit, les incertitudes sur les observations permettent de leur appliquer des  « ajustements » importants. Un cas tristement  célèbre est celui des « ajustements » faits par la NOAA 13 publiés dans un article de Karl et al. pour  remplacer la « pause » par la poursuite d’un réchauffement. Mais il a été facile de montrer que, même avec cet « ajustement », les modèles montrent toujours bien plus de réchauffement que les séries des observations, même « ajustées ».

De plus, la plupart des articles parus sur ce sujet réfutent l’ajustement fait par Karl et al. qui, par hasard sans doute, a été publié avec force publicité juste avant la conférence de Paris sur le climat (fin 2015).

Approche 3

La troisième approche est quelque peu différente. Au lieu d’argumenter que le changement n’est pas si petit que ça, on dit que le changement est « sans précèdent ».

C’est ce que voulait montrer la tristement célèbre  « crosse de hockey » 14 de Michael Mann. Michael Mann a employé des cernes de croissance de troncs d’arbres   de l’espèce de pins Bristlecone 15 qui permettent des estimations de la température dans l’hémisphère nord remontant sur des siècles. Il a calibré les données des cernes de croissance avec les observations des stations météorologiques de surface sur une période de trente ans et employé cette calibration pour réévaluer les températures d’un passé distant de façon à faire disparaître la période médiévale chaude (ou « optimum climatique médiéval »).

Cette reconstruction montrait des températures « plates » sur le dernier millénaire. Les tests habituels pour cette procédure sont de vérifier si les observations postérieures à la période de calibration sont correctement retrouvées … mais il n’était pas possible de retrouver le réchauffement montré par les stations météo  de surface. La solution apportée à cette difficulté a été absolument simple et stupide : la série d’observations tirée des cernes d’arbres a été coupée à la fin de la période de calibration et a été remplacée par les observations des stations météo de surface.

Dans les mails du « Climategate » (Climategate est le nom donné à la publication d’un très grand nombre de courriers électroniques  envoyés par divers scientifiques « climato-alarmistes »  discutant entre eux sur la meilleure façon de supprimer les opinions différentes des leurs, de faire disparaître les observations qui les gênent, d’intimider les éditeurs de revues scientifiques, de manipuler les données d’observation, etc.), cette opération est appelée « Mann’s trick » ou tour de passe-passe de Michael Mann.

Toute la discussion qui précède visait à souligner que ce qui compte n’est pas le réchauffement lui-même mais son ampleur. Il faut absolument éviter la tendance habituelle des « environnementalistes » à prétendre que tout ce qui pourrait être mauvais en grande quantité ou à grande échelle doit être à tout prix évité si faible que soit le phénomène réel.

En réalité, un peu de réchauffement serait fort bénéfique et pour bien des raisons.

Si vous avez assimilé ce qui précède vous serez capable d’analyser les annonces faites dans les médias et de constater que, malgré des excès rhétoriques, l’auteur de l’annonce ne dit pratiquement rien, et même, souvent, présente faussement ce qu’affirme l’IPCC/GIEC.

Le mantra ou « meme » ou poncif  des événements météorologiques extrêmes

Tout prévisionniste météo de base sait que des événements extrêmes se produisent quelque part sur le globe pratiquement tous les jours. La tendance actuelle à attribuer au changement climatique  ces événements qui se produisent tout normalement  est évidemment très malhonnête.

Roger Pielke Jr. a écrit un livre 16 détaillant ce fait d’observation qu’il n’y a, pour chaque type d’événement extrême (dont les tornades, les ouragans, les sécheresses, les inondations, etc.), aucune tendance à l’augmentation du nombre d’occurrences et même, en fait, pour certains types d’événements une moindre fréquence.

Même l’IPCC/GIEC des Nations Unies a reconnu qu’il n’y avait aucune raison d’attribuer ces événements au « changement climatique anthropique ». 17

Le mantra des températures extrêmes contredit en fait et les observations et les fondements de la météorologie.

La figure 5 présente une carte des températures sur l’Amérique du Nord le 27 février 2008.

Des températures extrêmes se produisent en un lieu quand le mouvement de l’air y transporte de l’air venant  des zones de la carte les plus froides ou les plus chaudes. Dans un  « climat plus chaud » on doit s’attendre à une moindre différence de température entre les tropiques et les hautes latitudes. Ce qui nécessairement réduit la dynamique entre les températures extrêmes.

De plus et c’est important, les mouvements qui transportent ces masses d’air viennent d’un processus appelé instabilité barocline, qui elle même découle de la différence des températures entre tropiques et hautes latitudes.

Et donc, dans un monde plus chaud, ces vents seront plus faibles  et moins susceptibles de transporter sur de longues distances des masses d’air à des températures extrêmes.

Les affirmations sur la venue de températures extrêmes plus fortes ignorent simplement la physique de base et ne sont acceptées ou admises que parce que l’auditoire est ignare.

Ces affirmations sur les événements météorologiques extrêmes transcendent l’utilisation habituelle d’affirmations trompeuses. Elles correspondent très souvent à l’opposé exact de ce qui se passe en réalité.

L’objectif est d’être aussi terrifiant que possible, et tant pis s’il faut affirmer l’exact opposé de la réalité !

La montée du niveau des mers

En moyenne globale, le niveau des mers a, depuis un millénaire, monté d’environ 15 cm par siècle. Avant les satellites la mesure se faisait avec des marégraphes qui enregistrent le niveau de l’eau par rapport au niveau du sol.

Malheureusement le niveau du sol change aussi,  et comme le notent Emery et Aubrey dans leur livre18, c’est la tectonique qui, en bien des endroits, est la principale cause de changement du niveau relatif de l’eau et de la terre.

En 1979 on a commencé à employer des satellites pour mesurer le niveau réel des mers.  Les résultats ont été fort proches des estimations tirées des marégraphes, légèrement plus forts, mais  Wunsch  et al.19 montrent que personne ne peut dire que les petites différences dues au changement de méthode de mesure représenteraient une accélération de la montée du niveau des mers 20.

Quoiqu’il en soit, les changements sont fort petits  en comparaison des affirmations qui veulent suggérer un changement climatique catastrophique.

Pourtant, au début des années 1980 déjà, des alarmistes tels que St. Schneider ont compris que le niveau des mers serait un moyen tactique commode, facilement compris,   pour susciter de la peur. Que des personnes comme Al Gore et Susan Solomon (naguère chef du WG1 Scientific Assessment (évaluation scientifique) du GIEC/IPCC) aient lourdement investi dans des propriétés en bord de mer montre bien que le sujet est un thème de propagande et non pas une question scientifique.

La banquise arctique 21

Des satellites observent la banquise arctique (et l’antarctique aussi) depuis 1979. Chaque année voit un cycle annuel très prononcé : la couverture, quasi-totale en hiver est, en été, fortement réduite. Depuis 1979 il y a eu une tendance significative à la diminution de la banquise d’été (et l’inverse en Antarctique), mais ces dernières années, la couverture en fin d’été s’est apparemment stabilisée.

Pour discuter de changements climatiques, une durée de 40 ans est, bien sûr, plutôt courte. Cependant on a vu des tentatives – inévitables- d’extrapolation de tendances observées sur des périodes courtes à l’appui d’affirmations que l’Arctique devrait être déjà libre de glaces. Évidemment  extrapoler des tendances observées à court terme n’est pas approprié.

Extrapoler les variations des températures de l’air proche de la surface observées entre l’aube et le crépuscule  amènerait, en peu de jours, à un climat bouillant.

Extrapoler la surface estivale de la banquise arctique pourrait bien être tout aussi stupide.

De plus, quoique la couverture satellitaire soit incomparablement meilleure que ce que l’on avait avant, les données sont loin d’être parfaites. Les satellites peuvent confondre de la glace couverte d’eau de fonte avec une mer libre de glace. De plus, la température n’est pas la cause principale de la diminution de la banquise estivale. Cette banquise d’été est plutôt  fragile et des changements de vents jouent un rôle important en expulsant la glace flottante des mers arctiques.

L’association entre changement de la banquise d’été et changement climatique est, en soi, douteuse. Les « modèles climatiques numériques » ne prédisent pas de façon claire ce qui est observé.  On ne saurait donc dire que le comportement observé de la banquise confirme une quelconque de ces prédictions. 22

Des pressentiments sur la disparition de la banquise arctique ont été publiés en 192223 ce qui suggère que les phénomènes observés  ne sont pas nouveaux. Les observations venaient alors du voisinage du Spitzberg. Un biologiste marin qui est aussi un activiste militant « pour le climat » a suggéré  que ce n’était qu’un phénomène local, mais les éléments qu’il avance ne permettent pas de conclure. Entre autres, cet auteur a très soigneusement « trié » ce qu’il appelle des preuves.

Tout ce que l’on peut dire, à ce point, est que le comportement de la banquise arctique est l’un de ces nombreux phénomènes que nous offre la Terre, et pour lesquels nous n’avons ni une compréhension physique, ni de longues séries d’observations.

De plus l’ouverture du passage du nord-ouest (au nord du Canada) a longtemps fait rêver. Il est bizarre qu’on la considère maintenant comme terrifiante.

Bien sûr comme l’a noté Mencken 24 « Tout l’objectif de la pratique politique est de faire en sorte que la populace ait, en permanence, quelque chose à redouter et donc qu’elle réclame bruyamment qu’on assure sa sécurité.  On lui fait croire à toutes sortes de menaces et de maléfices, la plupart imaginaires ».

Le mouvement environnementaliste a fait sienne cette tactique, bien au delà de ce que Mencken observait.

Le mantra ou « meme » ou poncif des ours polaires

J’ai tout lieu de penser qu’Al Gore a fait faire beaucoup d’études de type focus group 25 pour découvrir l’efficacité remarquable de l’idée que le changement climatique va mettre en danger les ours polaires.

L’usage qu’il a fait de l’image pathétique – à l’évidence fabriquée par Photoshop – d’un ours blanc sur un  morceau de glace flottant 26 le suggère très fortement. Comme le souligne Susan Crockford27, spécialiste de l’évolution des ours polaires, la population des ours blancs a, dans le passé, diminué à cause de la chasse et de l’exploitation commerciale de leur fourrure. Des mesures de protection ont eu un plein succès et amené une augmentation des populations telle que la chasse a de nouveau été autorisée.

Il n’y a aucune indication, aucune preuve, que les changements de la banquise arctique estivale aient eu un quelconque effet négatif sur les populations d’ours polaires : ces ours peuvent nager plus de deux cents kilomètres; on ne voit pas pourquoi moins de glace les gênerait.

Mais, pour la petite communauté d’experts des ours polaires, les inquiétudes propagées sur le « climat »  ont eu un intérêt évident.

Le mantra ou « meme » ou poncif de l’acidification des océans

On a là encore une de ces affirmations pas claires qui semblent effrayantes mais ne résistent pas à l’examen.

Depuis la terreur fabriquée des « pluies acides » on a compris que le public est facilement manipulé et terrorisé par toute annonce avec le mot « acide ».

En réalité l’océan est basique  et non pas acide (car son pH est toujours nettement supérieur à 7), et il est absolument impossible que des teneurs croissantes de l’air en CO2 réduisent à 7 (la neutralité) le pH de l’océan (rappel: le pH chiffre le caractère acide ou basique: un pH supérieur à 7 est basique, un pH inférieur à 7 est acide). Les changements imaginés  renvoient  à des pH océaniques -très- légèrement moins basiques.

Une description correcte des phénomènes ne susciterait nulle frayeur. Comme toujours, il y a tant d’erreurs et de faussetés dans cette affirmation d’une acidification des océans que les analyser demanderait un article assez long. Je recommande la source suivante:

Patrick Moore Ocean « acidification » alarmism in perspective, (Nov. 2015, 28 pages)

https://fcpp.org/sites/default/files/documents/Moore%20-%20Ocean%20Acidification%20Alarmism.pdf

Le mantra ou « meme » ou poncif  de la disparition des récifs coralliens

La prétendue mort des récifs de coraux est en partie liée aux fables sur  » l’acidification  » exposées ci-dessus, et comme on le peut voir, la relation causale est presque exactement l’inverse de ce que l’on nous raconte.

Il y a aussi l’histoire selon laquelle le réchauffement lui-même causerait le blanchiment des coraux. On verra une présentation alarmiste typique dans :

http://www.nature.com/nature/journal/v543/n7645/full/nature21707.html.

L’accès en est payant mais la plupart des bibliothèques universitaires ont un accès à Nature.

Une réponse argumentée à ce papier est  http://landscapesandcycles.net/falling-sea-level–bleached-great-barrier-reef.html

Jim Steele, l’auteur de cet article, explique que le blanchiment a des causes autres que le seul réchauffement et n’est pas du tout l’annonce de la mort des coraux qui ont les moyens de récupérer. L’article http://www.breitbart.com/big-government/2017/04/10/delingpole-gullible-fools-believe-great-barrier-reef-dying/  est un peu polémique  mais, sur le fond, est correct.

Le réchauffement climatique, cause de tout et de n’importe quoi

Comme on vient de le voir, il y a une tendance à rendre le réchauffement climatique responsable de tout ce qui est déplaisant. Nous allons voir plus loin encore une illustration de ces absurdités.

Ça n’a pas empêché l’Environment Protection Agency américaine d’employer ce genre d’argument pour affirmer que sa politique de  » lutte contre le changement climatique  » aura des effets sanitaires bénéfiques.

Devant tant d’affirmations je crains le  » à quoi bon ?  »  Personne n’a assez de temps et d’énergie pour réfuter ce très grand nombre d’affirmations.

Heureusement beaucoup sont, de toute évidence, absurdes. La revue Nation a publié récemment ce que l’on a sans doute écrit de mieux dans ce genre :

Juan Cole (18 avril 2017) : Cet autre gaz toxique  qui tue des Syriens: les émissions de dioxyde de carbone.

Si Trump et ses sbires  s’intéressaient vraiment aux enfants tués par des gaz toxiques, ils n’essaieraient pas de rejeter plus encore de CO2 dans l’atmosphère  https://www.thenation.com/article/the-other-poison-gas-killing-syrians-carbon-dioxide-emissions/

Le CO2, notons le d’abord, n’est pas du tout toxique. Au contraire le CO2 est essentiel à la vie sur notre planète et des teneurs aussi élevées que 5000 ppm sont, dans nos sous-marins, considérées comme  sans danger.

L’article de Nation  est typique en ce qu’il énonce en peu de lignes beaucoup d’affirmations très bizarres. Il argumente qu’ « un emballement de l’effet de serre »  amène sur Vénus des températures de surface supérieures à la température de fusion du plomb 28. Pourtant personne n’affirme que la Terre puisse être sujette à un tel « emballement ».

La planète Mars  dont l’atmosphère a trente fois plus de CO2 que la Terre est plus éloignée du  Soleil et a une surface fort froide.

Mais comme nous venons de le voir, bien souvent, la réalité est sans importance pour ceux qui font de terroriser le public leur activité principale.

Remarques pour conclure

Une accumulation d’affirmations fausses et/ou trompeuses est souvent appelée  » preuve irréfutable  » de la catastrophe qui va arriver.

Sans ça, on pourrait légitimement se demander s’il y a même seulement une preuve.

Quoiqu’il en soit, le changement climatique sert de justification à de nombreuses politiques publiques qui presque toutes semblent avoir fait beaucoup plus de mal que le supposé changement climatique (voir http://www.thegwpf.com/every-climate-initiative-imposed-on-us-by-politicians-has-ended-in-disaster/)  et vont évidemment faire encore bien plus de mal.

Le mieux que l’on puisse dire de ces efforts est qu’il est reconnu par tous que, malgré leur coût immense, ils n’ont que fort peu d’effet sur les teneurs de l’air en CO2 et sur les températures.  Voilà plutôt une bonne nouvelle, car il y a bien des preuves que ces changements des teneurs de l’air en CO2 et des températures ont des effets bénéfiques, tandis que l’énorme gaspillage d’argent n’est pas du tout bénéfique.

Je n’ai pas passé beaucoup de temps sur les détails de la science, mais voici un point qui devrait exciter l’esprit critique de tout lecteur intelligent : le système que nous considérons est constitué de deux fluides turbulents en interaction, l’air et l’eau; ils couvrent une planète en rotation qui reçoit du soleil une quantité de chaleur variable selon la latitude. Le constituant vital de l’atmosphère est l’eau sous ses phases liquide, solide et vapeur et les changements de phase ont d’énormes conséquences.

Le bilan énergétique de ce système implique l’absorption et la réémission d’environ 200 Watt par mètre carré. Un doublement de la teneur en CO2 modifierait ce budget de 2% environ.

Mais des modifications très mineures de la couverture nuageuse et d’autres caractéristiques encore ont le même effet, et ces modifications se produisent tous les jours.

Dans ce système complexe avec un grand nombre de facteurs, quelle vraisemblance y a-t-il que le climat (qui lui-même découle d’un grand nombre de  variables et non pas seulement d’une anomalie des températures calculée en moyenne globale) soit piloté par la perturbation de 2% d’une seule variable ?

Le croire serait quasiment croire en la magie. Mais on vous dit que c’est croire en la « Science ».

Cette affirmation devrait vous prévenir qu’il y a là quelque chose qui ne va pas.

La Science est en effet une façon de poser des questions et non pas un système de croyances !

Richard Lindzen est Professeur des Sciences de l’atmosphère, titulaire de la chaire Alfred P. Sloan, Emérite, au Massachusetts Institute of Technology.

Le traducteur  a cru bon d’ajouter des notes à l’usage du lecteur francophone, pour préciser quelques points ou faciliter l’accès aux références. Ces indications sont signalées comme « Note du Traducteur »  NdT.

1 NdT    R. Lindzen emploie le mot « meme »  qui désigne un élément culturel reconnaissable, répliqué et transmis par l’imitation du comportement d’un individu par d’autres individus.  (Source : http://www.linguee.fr/francais-anglais).https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A8me

Commentaire publié le 26 mai 2014

https://www.wsj.com/articles/joseph-bast-and-roy-spencer-the-myth-of-the-climate-change-97-1401145980?tesla=y

Voir aussi

http://www.drroyspencer.com/2014/05/ill-see-your-97-percent-and-raise-you-3-percent/

https://wattsupwiththat.com/2014/05/30/the-myth-of-the-97-climate-change-consensus/

https://www.cfact.org/2014/05/30/the-myth-of-the-97-climate-change-consensus/

       http://www.csmonitor.com/Science/2017/0330/How-climate-skeptics-are-trying-to-influence-200-000-science-teachers?cmpid=TW

 » For the record, of the nearly 70,000 peer-reviewed articles on global warming published in 2013 and 2014, four authors rejected the idea that humans are the main drivers of climate change. The atmospheric carbon concentration is 44 percent higher than it was in pre-industrial times (and rising), and 2016 was the planet’s hottest year ever, breaking the previous record holders 2015 and 2014.  »

4 La « Sun Belt » (en français la « Ceinture du Soleil ») se compose des États du Sud et de l’Ouest des États-Unis présentant un dynamisme économique, un cadre de vie et une zone ensoleillée agréable (wikipedia).

5 NdT     Pour la série des mesures satellitaires de la basse troposphère en moyenne globale  dite RSS/MSU et publiée par REMS la meilleure approximation linéaire de janvier 1999 à décembre 2015  est  0,23°C -0,00046 (t-1999) soit moins 0,046°C par siècle équivalent à une totale absence de réchauffement (aussi appelé « pause » ou hiatus » du réchauffement); sur janvier 1999 à décembre 1997 cette meilleure approximation linéaire est -0,03°C + 0,0082 (t-1979) soit +0,82°C par siècle. Les années 1998 et 2016  sont celles de deux grands El Niño  avec certains mois à plus de 0,7°C par rapport aux mêmes mois des années antérieures.

6 NdT       Après le grand El Niño de 2016, les températures « mondiales moyennes » sont en février 2017 revenues -ou presque- à leur valeur moyenne sur 1999-2015. Ci-dessous le tracé de deux séries des anomalies des températures « mondiales » moyennes RSS-MSU de la basse troposphère  et HadCRUT de la surface.  Elles n’ont pas la même référence et sont décalées entre elles de quelques dixièmes de degré : moyennes sur 1999-2015 de 0,26°C pour la première et de 0,49°C pour la seconde.

7 NdT       Les réchauffements très comparables observés de 1860 à 1878 et de 1920 à 1941 ne sauraient être attribués  aux « émissions anthropiques » venant de combustibles fossiles car ces émissions étaient alors extrêmement faibles (de 100 à  200 M t-C/an vers 1870, 1000 M t-C/an vers 1940) comparées à celles de 1978-1998 (6000 M t-C/an), elles mêmes de l’ordre de 3% des dégazages annuels naturels de CO2  par les océans (en zone intertropicale) et par les sols (de l’ordre de 160 000 M t-C/an).

8 NdT      Vallée de la mort en Californie, vers 36°N, avec des moyennes des températures maximales sur 24 heures atteignant 46°C en juillet.

9  NdT      Températures moyennes au sommet (8848 m)  de l’ordre de -35°C en hiver et -17°C en juillet.

10 NdT       Cette plage dont les bornes sont dans un rapport un à trois a été décrétée en 1979 par une commission  présidée par le météorologiste américain Jules Charney ; les dizaines de milliards de dollars dépensés depuis  par les divers états pour le financement de la « recherche climatique » n’ont pas permis de mieux préciser cette fourchette qui figure encore et toujours dans le dernier rapport du GIEC (AR5, 2013).

Ce concept fait l’hypothèse que la modulation de la teneur en vapeur d’eau  des hautes couches de la troposphère (celles  d’où la vapeur d’eau rayonne effectivement vers le cosmos et assure)  n’efface pas en quelques heures ou jours les effets des variations sur la même période des teneurs de l’air en CO2.

11 http://journals.ametsoc.org/doi/pdf/10.1175/BAMS-D-15-00135.1

12 NdT    La période de calibration est par exemple de 140 ans (1850-1990) et les multiples paramètres ajustables sont ajustés pour que l’anomalie de la température moyenne global ne s’écarte pas trop des observations; la période de prédiction ira alors de1991 à, par exemple, 2100.

13 NdT   La NOAA National Oceanic and Atmospheric Administration est une agence du département (ministère) du commerce des USA, chargée entre autres de la météorologie. Une enquête a été lancée par une commission du Sénat des Etats-Unis.

https://science.house.gov/news/press-releases/former-noaa-scientist-confirms-colleagues-manipulated-climate-records

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-4192182/World-leaders-duped-manipulated-global-warming-data.html 

http://www.nationalreview.com/article/444942/john-bates-whistleblower-climate-scientist-smeared-global-warming-advocates

La revue Science a publié un article d’un journaliste visant à minimiser l’ampleur de la fraude : http://www.sciencemag.org/news/2017/02/how-culture-clash-noaa-led-flap-over-high-profile-warming-pause-study

Notons que les données et même les programmes de calcul employés par Karl et al. ont « bizarrement » disparu à cause « d’une panne d’ordinateur », ce en violation de toutes les procédures d’archivage des données et des programmes réglementées dans des institutions qui archivent de très gros volumes de données.

Ces procédures sont en partie décrites dans  https://judithcurry.com/2017/02/04/climate-scientists-versus-climate-data/

14 NdT  En anglais « hockey stick » ; le lecteur curieux trouvera une documentation complète sur le site

https://climateaudit.org/multiproxy-pdfs/ site tenu par le découvreur de cette fraude, ingénieur des mines et canadien, ce qui explique la référence au hockey sur glace.

15 NdT   Aussi appelé Pinus aristata longaeva, il pousse entre 2100 m et 3700 m dans les montagnes de l’ouest des USA et a une longévité exceptionnelle, de 4000 ans à 5000 ans.

16  Roger Pielke Jr. The Rightful Place of Science: Disasters and Climate Change Paperback, 124 pages – November 1, 2014

17 http://www.ipcc.ch/report/srex/ MANAGING THE RISKS OF EXTREME EVENTS AND DISASTERS TO ADVANCE CLIMATE CHANGE ADAPTATION, 2012, Cambridge University Press, 582 pages (31 M Octets)

18  Emery K. O., Aubrey D. G.    Sea Levels, Land Levels, and Tide Gauges, Springer, 1991, 237 pages

19 Carl Wunsch,  Rui M. Ponte, Patrick Heimbach, Decadal Trends in Sea Level Patterns : 1993–2004 Journal of Climate, AMS, 15 Dec. 2007,  pp. 5889-5911

Extrait du résumé:  » Estimates made here produce a global mean of about 1.6 mm yr−1, or about 60% of the pure altimetric estimate, of which about 70% is from the addition of freshwater. »

20 NdT  Les marégraphes équipés de GPS de haute précision permettent des calculs du mouvement du sol et du niveau des mers et même de la variation de la quantité d’eau.

Voir articles du professeur  Guy Wöppelmann: http://marine-climate.uib.es/SLR2015/presentations/Woppelmann.pdf  Wöppelmann, G. et al. Rates of sea-level change over the past century in a geocentric reference frame. Geophysical Research Letters 36: 10.1029/2009GL038720.

Autres articles sur http://www.co2science.org/articles/V12/N40/C1.php

21 NdT  Voir par exemple http://www.climate4you.com/SeaIce.htm pour des graphiques des ces surfaces de banquise

22 NdT   Depuis 1980 les modèles prédisent, pour un doublement de la teneur de l’air en CO2, en Arctique, +12°C en hiver,  mais seulement +2°C en été. Les observations pour la basse troposphère polaire (série UAH MSU v6)  sont rapportées aux figures ci-dessous pour décembre et pour janvier.

Les +12°C en hiver dits par les « modèles » pour un doublement de la teneur en CO2   donnerait, sur ces mois d’hiver, sur 1978-2017, selon les formules usuelles  12°C ln(403 ppm / 335 ppm) / ln(2) = + 3,2°C   … qui ne sont pas du tout observés sur les figures ci-dessus !

23 https://docs.lib.noaa.gov/rescue/mwr/050/mwr-050-11-0589a.pdf

You ask, I provide. November 2nd, 1922. Arctic Ocean Getting Warm; Seals Vanish and Icebergs Melt.

24  NdT   Henry Louis Mencken (1880-1956) journaliste américain

25  NdT   Dans le monde du marketing, les focus groups, ou réunions de consommateurs, sont perçus comme des outils privilégiés afin de procéder à une analyse concernant les nouveaux produits et services.

Le focus groupe permet aux entreprises qui le désirent de développer, tester et discuter des noms, des matériaux de conditionnement, des emballages, avant de les commercialiser. Cette démarche permet aussi de recueillir des informations sur le potentiel du marché et la réaction du public, pour que le produit ou service, soit largement accepté. (Wikipedia)

26    http://www.istockphoto.com/fr/photo/dernier-ours-polaire-gm135183496-4095333

27   Son site est https://polarbearscience.com/

28  NdT   La température de fusion du plomb est 327°C.

La température de surface de Vénus, 462 °C,  est une conséquence de la masse de son atmosphère 100 fois celle de l’atmosphère de la Terre.

La relation  entre température et pression T/Tref = (P/Pref) R/(Cp+|Ch|) vaut sur Terre     T/ (255 K) = (P/(0,53 atm))0,19   et sur Vénus T/(243 K) = (P/(0,1 atm))0,16 avec en surface  une pression P=1 atmosphère sur Terre contre P= 92 atmosphère sur Vénus.

Les 255 K et 243 K sont les Tref , températures équivalentes de rayonnement de la couche qui assure le gros du rayonnement de la planète vers le cosmos et Pref  la position de ces couches, respectivement vers 5 km et vers 60 km. Le gradient de température, g/(Cp+ |Ch|)  entre cette couche  et la surface est de 6,5 °C/km sur Terre et de 8,2 °C/km sur Vénus, d’où  les températures de surface de 255 + 5 x 6,5 = 287,5 K (14,4 °C) sur Terre et  243 + 60 x 8,2 = 735 K (462 °C) sur Vénus.

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

192 Comments     Poster votre commentaire »

151.  MichelLN35 | 2/09/2017 @ 11:32 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#150),
zimba (#136),

Merci scaletrans et entièrement d’accord. Les données de zimba pourraient être très utiles, surtout si elles comportent les min et max quotidiens car, comme dit phi, les homogénéisations sont des catastrophes, le plus souvent inévitables et impossibles à rattraper. Des données brutes sur une cinquantaine d’années seraient inestimables.

Pour éclairer cette discussion à partir de FAITS mesurés en Allemagne depuis une trentaine d’années par divers auteurs ; je signale que divers articles du site de P. Gosselin ont étés traduits ici https://dropcanvas.com/gru2o/117 et ici https://dropcanvas.com/gru2o/134 . Certains autres sont encore sur le site skyfall.

Les impressions de variations de températures sont une chose, l’intervalle de temps concerné, l’importance de la variation interannuelle, etc. en sont d’autres.

152.  Christial | 2/09/2017 @ 11:59 Répondre à ce commentaire

phi (#142),

Et oui grosse astuce pour les simplets genre politiciens ou pour le grand public, excusable car pas toujours familier avec les représentations mathématiques.
Et oui, avant 1979 ?
En matière de climat, il vaut mieux élargir la vision et depuis l’époque préindustrielle le réchauffement constaté est alors d’environ 0,8 °C (à condition de ne pas retenir, comme Frocard le tricheur, la température au sommet de El Nino 2016) . Et si le manipulateur de courbe avait choisi de fractionner la base en une période 1980-2000 et 2000 à aujourd’hui, alors le hiatus qui déplait tant aux réchauffistes aurait été mis en évidence. Couvrez ce hiatus que je ne saurais voir.

+0,8 °C au moment où l’on atteint un doublement de la concentration en «équivalent CO2 », compte tenu de l’ensemble des GES. A priori elle correspondrait donc à la sensibilité du climat, moyennant bien sûr des corrections, sensibilité qui est le principal point de discorde entre les climato-sceptiques et les réchauffistes.
Principal correctif à apporter à ce 0,8 °C, le forçage par aérosols, négatif donc avec effet refroidissant à quasi nul selon le GIEC lui-même. Un forçage nul des aérosols signifierait une sensibilité constaté autour de 1,0 °C. La quasi totalité des études révisent d’ailleurs à la baisse cette sensibilité de la température au GES, autour d’une valeur centrale de 2.0 °C.

Les rapporteurs du GIEC, dans leur dernière livraison, révisent bien eux aussi à la baisse la fourchette probable de sensibilité à [1.5, 4.5 °C] alors que la précédente mouture de la synthèse de l’AR4 citait et présentait des sensibilités allant de 2.0 °C jusqu’à 6.1 °C (tableau RID.6 par exemple), valeur la plus probable de 3.0 °C. Les rapporteurs n’excluaient pas que la borne supérieure de leur fourchette du probable (4.5 °C) soit explosée. Je les cite : « des valeurs nettement supérieures à 4,5 °C, ne peuvent être exclues, mais la concordance des modèles et des observations n’est pas aussi bonne pour ces valeurs ». Ah ce joli «pas aussi bonne »alors qu’on sort de la fourchette de probabilité, dans la science du GIEC, tout est dans l’art des mots et de l’emballage !

Pas sûr que le compte mais soit bon dans l’AR5 mais c’est déjà un effort qui a dû couter aux propagandistes réchauffistes du GIEC qui rédigent les rapports .
Heureusement il y a donc l’emballage car, à propos d’astuces de présentation, il y a des amateurs et les champions professionnels sélectionnés pour rédiger les rapports du GIEC.

La sensibilité climatique, qui faisait l’objet dans l’AR4 dans paragraphe spécifique bien lisible et visible avec un beau graphique, est devenue dans l’AR5 peau de chagrin, un détail genre alinéa 56 de votre contrat d’assurance. Même pas droit à des caractères gras ! A croire que la présentation de la sensibilité est proportionnelle à sa valeur supposée.
Quant aux conséquences elles sont carrément escamotées, la question est réglée.

153.  tsih | 2/09/2017 @ 13:24 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#150),

Les échanges ci-dessus basés sur des souvenirs et des comparaisons entre des impressions du moment ne sont pas de mise.

Je pense que si.
Quand Courtillot prétend qu’on ne peut pas ressentir individuellement le changement en termes de température, il a tort. On ne ressent évidemment pas directement la variation de la moyenne globale de 0.7 °C mais on voit bien que les étés sont plus chauds en moyenne et les hivers moins froids, enfin ! Si on a autour de 70 ans comme vous ou moi, on le peut, de façon certaine, à condition de ne pas avoir eu les yeux dans ses poches ou avoir passé sa vie dans un bureau climatisé évidemment.
Je viens d’avoir au téléphone un ami ( depuis près de 50 ans ) vigneron en Alsace. Les vendanges commencent là-bas dès aujourd’hui alors que dans les années 1960-70 c’était fin septembre ou début octobre !
Bien sûr, on ne peut pas le quantifier par l’anecdote et qu’il faut que ce soit confirmé par de vraies mesures de qualité scientifique, mais justement ça l’est !
Après la cause du réchauffement, naturel ou anthropique, c’est une autre affaire.

154.  chercheur | 2/09/2017 @ 14:45 Répondre à ce commentaire

Tous les commentaires sur les ressentis sont des plus intéressants. Je vais donc donner le mien.

Je vis au bout de l’ile de Ré depuis 20 ans où je passais deux mois d’été durant toutes les années 60 venant d’Alsace. J’y venais avec un simple sac de sport contenant des tee-shirts, shorts et maillots de bain. J’ai le souvenir d’étés chauds et même très chauds et toujours ensoleillés avec seulement de très rares jours de pluie. On vivait tout le temps dehors du matin jusqu’à tard dans la nuit. La réalité est que ce n’est plus possible aujourd’hui près de la moitié du temps.

Une de mes mesures sur les différences de température suivant les époques est la capacité à dîner dehors le soir après 20h sans se geler. Dans les années 60, on n’ imaginait pas ne pas pouvoir dîner dehors durant les deux mois d’été. Quand je suis arrivé il y a 20 ans, il me semble qu’en moyenne on était obligé de rester à l’intérieur à cause du froid 1 jour sur 6, ce que je trouvais déjà beaucoup par rapport à mes souvenirs de chaleur permanente. Aujourd’hui, c’est un jour sur 2 ou 3 à en devenir pénible. Même ma petite fille qui vient ici depuis 15 ans s’en est rendue compte depuis quelques années. Elle m’a étonnée l’autre jour en affirmant qu’elle estimait qu’il faisait plus chaud avant…même sur la Côte d’Azur où elle passe aussi une partie de ses vacances. Quand je lui ai dit que ces deux derniers étés étaient les plus chauds depuis 1900, elle m’a répondu que c’était n’importe quoi. De la part d’une jeune fille de 16 ans abreuvée par l’idée d’un réchauffement climatique depuis son enfance sa réflexion n’est pas anodine.

155.  scaletrans | 2/09/2017 @ 15:10 Répondre à ce commentaire

tsih (#153), chercheur (#154),

Vous raisonnez sur des laps de temps qui correspondent à la durée de vie humaine. De mon côté, je me souviens d’étés très chauds à la fin des années quarante, mais ce sont des souvenirs d’enfant. Par contre, j’ai des souvenirs très précis de grands froids (56 en particulier) qui ont suivi, et ce jusqu’au milieu des années 70. Cela correspond à des périodes de réchauffement suivis de refroidissement, etc.
Quant aux événements météo, moi qui vis au sud de Rennes, j’ai vu la température baisser de 20° entre mardi et mercredi dernier à la même heure; je ne souviens pas d’avoir noté un tel contraste… mais ça ne veut rien dire au fond.

156.  phi | 2/09/2017 @ 18:20 Répondre à ce commentaire

BenHague écrivait en #144 Il n’en demeure pas moins que le réchauffement climatique global est une réalité physique.
Plus loin : La première étape fut l’acceptation de la température de surface moyenne comme indice de mesure…
Et : Ce fut long et difficile mais aujourd’hui tout le monde s’y réfère.

Au delà du ressenti, quelqu’un aurait-il des données d’observations quelconques de cette réalité physique confirmant la mesure du réchauffement ?

Je cherche depuis bientôt dix ans et je n’ai rien trouvé. Ce que l’on pêche a une drôle d’allure (désolé, je mets ce graphique pour la centième fois) :

157.  amike | 2/09/2017 @ 19:18 Répondre à ce commentaire

tsih (#153),

Quand Courtillot prétend qu’on ne peut pas ressentir individuellement le changement en termes de température, il a tort. …. mais on voit bien que les étés sont plus chauds en moyenne et les hivers moins froids,

L’exceptionnalité (donc anthropique) de ce réchauffement serait son « extrême rapidité », qui ne permettrait pas l’adaptation de la nature ou de l’homme à ce changement environnemental.
— Je mets de coté les prédictions catastrophiques sur la montée des mers et les cyclones qui traversent la région parisienne… —
Or jusqu’à présent, et hors les études sur les conséquences possibles qui sont toujours à horizon 2050-2100, on ne peut pas dire que la contrainte est absolument gênante, au contraire. Ainsi, même si les vendangeurs peuvent noter une avancée moyenne par rapport aux pires périodes de froid (1980), rien ne les poussent encore à changer de métier. Les différences restent dans les marges de la variabilité naturelle.

PS Courtillot pouvait faire aussi référence aux maxi des températures diurnes, qui n’augmentent pas réellement en absolu. Et quant à dire que j’ai ressenti que cet été était le 2nd plus chaud depuis que les mesures existent…

158.  Bernnard | 2/09/2017 @ 20:06 Répondre à ce commentaire

C’est bien parce que personne n’a la même perception du ressenti surtout pour la température, qu’on a « inventé » la température ressentie. Que voilà une belle échelle de température qui va bien se prêter à toutes les manipulations et homogénéisations imaginables.😉

159.  Gilles des Landes | 3/09/2017 @ 7:41 Répondre à ce commentaire

tsih (#153), Pour ce qui concerne les vendanges, on prend des ceps plus précoces que par le passé… Normal que les vendanges le soient également !

160.  amike | 3/09/2017 @ 8:07 Répondre à ce commentaire

tsih (#153),

Je viens d’avoir au téléphone un ami ( depuis près de 50 ans ) vigneron en Alsace. Les vendanges commencent là-bas dès aujourd’hui alors que dans les années 1960-70 c’était fin septembre ou début octobre !

L’Alsace est une région fortement encaissée. Les calmes météo sont fréquents par rapport à la Lorraine,les Vosges empêchant les vents d’Ouest de balayer l’air. Si on ajoute la chaleur interne par l’urbanisation galopante et l’augmentation de la circulation automobile, on peut dire qu’elle forme avec le Baden une serre géante car le refroidissement nocturne est réduit.

PS
Rien que la courbe du parc automobile français est éloquente – et l’Alsace est un couloir routier :

161.  tsih | 3/09/2017 @ 8:52 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#159), amike (#160),

Tout ça est probablement vrai, et de plus c’est les vendanges du crémant qui ont démarré, si j’ai bien compris, vin pétillant qu’ils ne faisaient pas dans les années 1960 et qui a besoin de plus d’acidité et de moins de sucre. Mais l’Alsace a toujours été encaissée et a toujours bénéficié d’un microclimat et c’est pour ça qu’elle peut produire ses vins et que la Lorraine ou ma Bretagne qui se trouvent à la même latitude ne le peuvent pas. Cela ne suffit donc pas pour expliquer un mois de décalage.

162.  tsih | 3/09/2017 @ 8:53 Répondre à ce commentaire

amike (#157),

Bien sûr que le phénomène a clairement un certain nombre d’effets positifs en tout cas jusqu’ici. Je ne pense pas que les vignerons bourguignons ou alsaciens s’en plaignent, les vins changeront peut-être un peu de caractère mais la chaptalisation sera une affaire du passé. De même dans ces régions un allongement de la saison de croissance et moins de gels printaniers sont les bienvenus, ainsi que des hivers sans trop de périodes avec du -20 °C. En même temps il y a l’effet fertilisant du CO2 qui est manifeste partout.
Après il y a plus de risques de sécheresses en fonction des régions, c’est le principal problème pour les agriculteurs. peut-être moins de neige et de skieurs dans les Alpes etc.
Il y aura des gagnants et des perdants comme toujours avec les changements environnementaux et climatiques quelle que soit leur origine. Cela se passe ainsi depuis la nuit des temps et certaines espèces d’êtres vivants s’adaptent d’autres non. C’est la dure loi de la nature. Et les bouleversements induits par les êtres vivants eux-mêmes sont la règle et non l’exception dans l’histoire de la biosphère. Par exemple celui-ci

Ainsi, la vie aérobie (utilisant l’oxygène atmosphérique libre), actuellement majoritaire, résulte de l’adaptation de la vie primitive (anaérobie) à un environnement qu’elle a rendu toxique.

163.  lemiere jacques | 3/09/2017 @ 8:54 Répondre à ce commentaire

tsih (#153),
courtillot a tort ou raison… ça dépend comment on le lit ou l’ecoute mais pas si grave, me semble t il il dit on ne peut pas « ressentir » une variation de 1 degré sur un siècle.
on ne ressent pas une variation moyenne de temperature de l’ordre de celle qui est sensée être théoriquement produite par le CO2, mais on ressent bien sur les variations climatiques,lindzen rappelle souvent la petitesse de 1 degré sur un siècle par rapport aux variations diverses de températures subies,et courtillot quand il releve le palier de temperature en europe rapplle qu’il concorde, de mémoire avec la date de floraision des poiriers ou autre sauf que ce n’est pas 1 degrés sur un siècle c’est plus de 1 degré subitement .
Oui les hivers sont plus doux en Europe et les étés plus chauds moins clair chez moi ..ça ne ressent pas d’ailleurs mais se constate..

Que le palier soit une vue de l’esprit ou non…le fait est que la variabilité météorologique est importante et d’une année sur l’autre minore l’effet en tous les cas hypothétiquement thermique du CO2…

En somme tout le monde ou presque est d’accord pour constater une augmentation significatives des températures en france, Les hivers plus doux , c’est très clair.

164.  lemiere jacques | 3/09/2017 @ 8:59 Répondre à ce commentaire

tsih (#153),
courtillot a tort ou raison… ça dépend comment on le lit ou l’ecoute mais pas si grave, me semble t il il dit on ne peut pas « ressentir » une variation de 1 degré sur un siècle.
on ne ressent pas une variation moyenne de temperature de l’ordre de celle qui est sensée être théoriquement produite par le CO2, mais on ressent bien sur les variations climatiques,lindzen rappelle souvent la petitesse de 1 degré sur un siècle par rapport aux variations diverses de températures subies,et courtillot quand il releve le palier de temperature en europe rapplle qu’il concorde, de mémoire avec la date de floraision des poiriers ou autre sauf que ce n’est pas 1 degrés sur un siècle c’est plus de 1 degré subitement .
Oui les hivers sont plus doux en Europe et les étés plus chauds moins clair chez moi ..ça ne ressent pas d’ailleurs mais se constate..

Que le palier soit une vue de l’esprit ou non…le fait est que la variabilité météorologique est importante et d’une année sur l’autre minore l’effet en tous les cas hypothétiquement thermique du CO2…

En somme tout le monde ou presque est d’accord pour constater une augmentation significatives des températures en france, Les hivers plus doux , c’est très clair.
Bernnard (#158), on ressent surtout les échanges de chaleurs avec le milieu.échanges qui résultent de beaucoup de parametres, vent hygrometrie couche de vétements corpulence age métabolisme…ensoleillement
je serais cueiux (ou pas) de savoir comment il on établit l’echelle de temperature ressentie…

165.  chercheur | 3/09/2017 @ 11:12 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#158),

Je serais moins dur que vous sur la température ressentie. On peut imaginer qu’elle correspond plus ou moins à la mesure d’un thermomètre qu’on mettrait devant soi sans être à l’abri. Cette idée de température ressentie ne me choque pas.

Si les impressions de températures passées sont évidemment subjectives, la question posée face aux annonces actuelles est pour moi la suivante:

« Est-ce que durant les étés 2016 et 2017, vous n’avez jamais eu aussi chaud de toute votre vie que vous ayez 20 ou 80 ans? » Car c’est bien cela qui nous est annoncé par Météo-France. Il est question de records absolus. On doit bien être capable de répondre à une telle question. Ceux qui ont connu par exemple l’été 76, sont-ils capables de dire qu’ils ont eu plus chaud cette année? Pour moi la réponse est non, sans hésitation et de beaucoup.

166.  Ecophob | 3/09/2017 @ 11:26 Répondre à ce commentaire

chercheur (#154), je suis également de votre avis au niveau du ressenti. Je vis sur la côte Nord de la Bretagne, et dans les années 60-70, il me semble que les étés étaient plus marqués. On allait à la plage et on se baignait plus souvent. J’ai le souvenir de voir le goudron fondre sur les routes et cela m’impressionnait (j’étais jeune!). Aujourd’hui, c’est beaucoup plus rare, hormis durant les périodes que l’on qualifie de ‘canicules’.

167.  Ecophob | 3/09/2017 @ 11:37 Répondre à ce commentaire

chercheur (#165), Oui, 76 a été sans conteste, l’année la plus chaude que j’ai connu. En 2003 il a fait très chaud également, mais sur une période beaucoup plus courte (dans ma région). Rien à voir avec cette année où juillet et août ont vraiment été pourris et plutôt froids, mais il ne faut trop le dire pour ne pas faire fuir les touristes.

168.  shayabe | 3/09/2017 @ 13:35 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#167), En 1976 j’ai fait le tour de la Bretagne à vélo. Les roues s’enfonçaient dans le goudron fondu, comme dans de la boue. Je n’ai jamais revu cela depuis.

169.  zimba | 3/09/2017 @ 15:02 Répondre à ce commentaire

Le sujet semble intéresser beaucoup de monde chacun avec son vécu, son âge, et ses lieux de vie ou de vacances. Tout ça fait qu’il y a des avis partagés et différents. C’est bien normal. D’abord pour les observations de la nature qui nous entoure et des éléments spécifiques qui nous intéressent ou pas. La mémoire ensuite qui est parfois sélective et pas toujours régulière il faut le reconnaître. Le ressenti lui aussi dépend beaucoup du milieu où l’on se trouve. Par exemple le vent et l’humidité ambiante. Dans le sud est où la température est très souvent plus élevée que dans le centre où l’ouest du pays (comme cet été), l’air sec et les vents rendent l’atmosphère plus supportable. Idem plus sur la côte qu’à l’intérieur des terres. Tout ceci rend difficile un comparatif assez représentatif de la réalité. Il suffit de quelques jours de pluie en debut juillet ou mi août pour dire que l’été a été pourri même si au final il se rapproche des plus chauds releves. Mais bon chacun est de bonne foi. Il faut malgré tout regarder les mesures régulières de température, du moins pour ceux qui leur font confiance. Pas évident surtout pour ceux qui datent de plusieurs décennies. Mais c’est la référence la moins subjective à condition de ne pas trop les « homogénéiser ».

170.  BenHague | 3/09/2017 @ 15:45 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#166),

C’etait peut etre pas le meme « goudron » non plus . La DDE aussi a fait des progres depuis sur les revetements des routes ….

171.  Bernnard | 3/09/2017 @ 16:01 Répondre à ce commentaire

shayabe (#168), BenHague (#170), Ecophob (#166),
La fusion ou plutôt le ramollissement du goudron (ou bitume) n’est absolument pas constant et dépend de la qualité du goudron, de la provenance du brut utilisé, du taux d’épuisement, du vécu ou de la vieillesse du goudron… Un goudron frais se ramolli à une température plus basse qu’un goudron de 20 ans !
Le point de fusion d’un corps pur ne varie pas tandis que le point de transition vitreuse d’un mélange de composés plus ou moins polymérisés et/ou cristallisés n’est pas constant.
Pour les composés bitumineux on préfère parler de point de ramollissement
Bref, ce ne sont pas des critères pertinents.

172.  MichelLN35 | 3/09/2017 @ 16:53 Répondre à ce commentaire

phi (#156),

Merci pour ce graphique et surtout pour la courbe verte. Plusieurs enseignements peuvent en être tirés.

La courbe verte correspondant à 70 arbres en Suisse retrace le rapport bois dur/bois tendre, ou bois d’hiver/bois de printemps. Plus ce rapport est faible plus la température de la période de croissance est favorable et donc la température optimale. Cette correspondance a été étudiée par Grudd en 2008 (Tornetrask tree-ring width and density … https://dropcanvas.com/ogmw0/23 ) graphique popularisé par Allègre et constituant un assez bon thermomètre atmosphérique.

Mais cette particularité avait aussi été étudiée, à partir des premiers travaux de Libby sur les isotopes de l’oxygène et du carbone, par Kitagawa et al en 1993-95 https://dropcanvas.com/ogmw0/1 et les suivants : /2, /3, /4, dont j’ai traduit et commenté les résumés ici : https://dropcanvas.com/ogmw0/57 . Ces travaux japonais ont abouti au papier de 1995 dans JGR : https://dropcanvas.com/ogmw0/38 présenté par Lüning et Vahrenholt sur notrickszone de Pierre Gosselin https://dropcanvas.com/ogmw0/37 en juin 2012.

Nous disposons donc d’un excellent thermomètre isotopique dans les cernes des arbres. Il et assis sur une propriété physique et non biologique comme souvent allégué pour impliquer la responsabilité humaine par les carburants fossiles. Voir la preuve ici : https://dropcanvas.com/ogmw0/43 .

La température de l’atmosphère locale, dans plusieurs sites forestiers dans le monde, pendant la période de croissance des arbres, n’augmente pas mais stagne ou baisse depuis le milieu du 19e siècle.

173.  Araucan | 3/09/2017 @ 19:02 Répondre à ce commentaire

MichelLN35 (#172),
Les arbres ne s’accroissant pas en hiver, les cernes représentent le bois de printemps et le bois d’été. Ils sont fonction des conditions favorables à l’espèce (TP, eau, principalement) mais peuvent être affectés par d’autres facteurs : ravageurs, fructification, etc…

174.  Araucan | 3/09/2017 @ 19:04 Répondre à ce commentaire

MichelLN35 (#172), Quelle espèce , à quelle altitude ?

175.  papijo | 3/09/2017 @ 20:51 Répondre à ce commentaire

chercheur (#165),

Je serais moins dur que vous sur la température ressentie. On peut imaginer qu’elle correspond plus ou moins à la mesure d’un thermomètre qu’on mettrait devant soi sans être à l’abri.

Plus précisément, je pense qu’il s’agit de la température de la peau calculée par modélisation. La démarche est à mon avis justifiée (je me souviens de températures de -15 à -20°C, par un beau soleil, sans vent en Allemagne, suivis d’une 1/2 heure d’attente de taxi à Roissy, avec +5 ou 6°C, dans le noir « humide » et un petit vent … la différence est nette, et pas dans le sens du thermomètre ordinaire à bulbe sec !)

Par contre, ce qui me pose problème, c’est l’absence de définition standard de cette température ressentie, chacun a sa formule et peut donc en changer quand ça l’arrange.

On trouve par exemple en Amérique du Nord un « wind chill index » adapté aux basses températures (27°C) prenant en compte la température sèche et l’humidité et une « wet-bulb globe temperature » qui prend en compte température sèche, vent, humidité et rayonnement solaire. Les Australiens ont leur formule, Météo-France certainement aussi, mais je ne l’ai pas trouvée (ils la cachent …) !

Infos trouvées sur Wikipedia anglais , suivre les liens pour chaque terme

176.  Bernnard | 3/09/2017 @ 21:18 Répondre à ce commentaire

papijo (#175),

Par contre, ce qui me pose problème, c’est l’absence de définition standard de cette température ressentie, chacun a sa formule et peut donc en changer quand ça l’arrange.

C’est aussi mon avis
Même si c’est justifié d’avoir une échelle de température qui soit adaptée à un être humain en bonne santé avec toute sa perception sensorielle pour plusieurs raisons pratiques.
Le problème est que je ne crois pas qu’il soit possible de « standardiser » une telle température.
Ce ne peut être qu’une étude « statistique » en faisant varier température, humidité et vitesse de vent sur l’ensemble du corps d’un individu (pas seulement la tête ou les mains) et en demandant à chaque individu quelle est la température qu’il ressent et bien sûr en opérant sur un très grand nombre d’individus en bonne santé. Autant dire que la difficulté d’une telle étude la rend impossible.
Il y aura donc plusieurs manières approchées et raisonnées de calculer cette température ressentie.
Et si un jour, on arrive à parler d’une augmentation de la température mondiale moyenne ressentie alors là, on sera dans la vraie manipulation.

177.  phi | 3/09/2017 @ 21:48 Répondre à ce commentaire

Araucan (#173),

Ils sont fonction des conditions favorables à l’espèce (TP, eau, principalement) mais peuvent être affectés par d’autres facteurs : ravageurs, fructification, etc…

Oui pour la croissance et donc pour les largeurs de cernes. C’est pourquoi les reconstructions récentes priviégient les MXD (maximum density). Cette variable n’a de dépendance démontrée qu’à la température des mois d’été.

178.  phi | 3/09/2017 @ 22:02 Répondre à ce commentaire

MichelLN35 (#172),

La courbe verte correspondant à 70 arbres en Suisse retrace le rapport bois dur/bois tendre, ou bois d’hiver/bois de printemps.

Les valeurs correspondent uniquement à la densité maximale. La courbe est construite sur les données brutes (g/cm3) avec normalisation des séries sur la période 1901 à 1950.

179.  Araucan | 3/09/2017 @ 22:26 Répondre à ce commentaire

phi (#177),
Quelle espèce ?

180.  phi | 3/09/2017 @ 22:55 Répondre à ce commentaire

Araucan (#179),
Dans le cas particulier, essentiellement épicéa et sapin blanc.

181.  Araucan | 3/09/2017 @ 23:36 Répondre à ce commentaire

phi (#180),
Merci.
Encore que je m’interroge sur le mélange. Et sur le fait de généraliser à un pays entier …

182.  phi | 3/09/2017 @ 23:54 Répondre à ce commentaire

Araucan (#181),
Comme les séries sont normalisées avant d’être moyennées, les biais d’échantillonnages sont en principe limités. Et finalement ce sont les observations qui dictent y compris pour la question de la généralisation. La cohérence des anomalies de fonte, des MXD et des hautes fréquences des températures des stations suggère que cela fonctionne plutôt bien.

183.  douar | 4/09/2017 @ 7:51 Répondre à ce commentaire

amike (#160),
concernant les dates de vendanges, les pratiques culturales ont évoluées.
Dans les pays de Loire, les viticulteurs n’arrivent toujours pas à faire des vins rouges corrects, à moins de les aimer avec une pointe d’acidité. Les vins rouges n’ont pas la rondeur souvent appréciée, même avec des cabernets, merlots. En cause, le manque de chaleur et d’ensoleillement dans la région (de Nantes à Chinon).
C’est en tout cas ce que me dit un ami, viticulteur, qui fait d’excellents blancs mais qui ne s’aventure pas à faire des rouges, connaissant les limites.

184.  Curieux | 4/09/2017 @ 10:11 Répondre à ce commentaire

papijo (#175),
Pour info, test personnel, le corps ressent très nettement une variation de 0,5° rapide (en moto) et plus rapidement que la sonde du véhicule.
Par contre quand je prend mon petit déjeuner sur la terrasse, si en janvier il fait 12°, j’ai l’impression d’être en été mais en septembre avec la même t° j’hésite à sortir !

185.  patilleverte | 4/09/2017 @ 10:16 Répondre à ce commentaire

Et à propos de la température « ressentie », pour ma part, là où j’ai eu, pardon, où j’ai « ressenti » le plus chaud, c’était à Manhattan, New York en été en … 1976.
Sauf que, quelques années après, j’ai fait un séjour au Burkina Faso en pleine saison sèche. Je n’ai pas vérifié le thermomètre, peut être près de 50°C « sous abri », et malgré la chaleur très sèche (et pour cause), le ressenti a été quand même supérieur à celui de New York, où la T° « sous abri » ne devait pas atteindre les 40°C.
Quelques décennies plus tard, les quelques jours caniculaires à Paris (2014 ? 2015 ?)… m’ont rajeuni de plusieurs années… (entre NY et Ouaga).
Pour le fun, la T° record « officielle » en France est, selon les sources 44°C en 1923 à Toulouse, ou 2003 (quand même) 44,1°C dans le Gard, mais pas vraiment homologuée.
et voir : .https://www.notrefamille.com/chroniques/les-records-de-temperature-quelques-records-en-france-et-ailleurs-o41806.html

186.  MichelLN35 | 4/09/2017 @ 15:03 Répondre à ce commentaire

Araucan (#174),

Pour GRUDD, il s’agit des forêts de Pinus sylvestris au nord de la Suède, le nombre d’arbres est très important (plusieurs centaines). Pour Kitagawa, il s’agit de Cryptomeria japonica entre ~300m et ~1700m. Mais les premiers travaux notamment de Mook et Tans datent des années 1970 et 80 et concernent diverses essences, Quercus (rubra, robur, petraea), Fagus, et Abies en Europe et en Amérique du nord..

Les premiers articles de Libby semblent être de 1972 et un colloque du CNRS à Paris en 1973 que je n’ai pas pu lire. J’ai par contre leur article de 1973 avec Pandolfi où ils comparent les marqueurs isotopiques 18O, D, et 13C, sans repérer tout à fait clairement les comportements inversés pour le 13C par rapport aux deux autres.

187.  Araucan | 5/09/2017 @ 23:34 Répondre à ce commentaire

Merci,
Allez faire un tour sur climate audit, dans les articles relatifs aux proxies et en particulier la dendrochronologie …

188.  lemiere jacques | 8/09/2017 @ 6:37 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#176), alors tu n’appelles pas ça une temperature..tu appelles ça « mets un pull », « porte un short », « ne sort pas de chez toi. »..tu dis les choses..il y a du vent froid et sauf à être un couillon tu ne te ballade pas à poil..zut alors…c’est quoi cette volonté de réduire un truc multiparametrique à un seul qui serait la temperature ressentie..c’est sérieux il y a des gars qui ont fait des simulations…sérieuses par ailleurs..mais..qui peuvent se comprendre à la rigueur si ce sont des concepteur de vêtements..
parce que la temperature de la peau…c’est bien joli…mais dans les m^mes conditions deux personnes différentes ne ressentent pas la m^me chose..
donc je n’ai aucun problème avec la temperature ressentie sauf que ça n’est pas une temperature et que ce n’est pas ressenti…

Alors un couillon pour savoir comment s’habiller regarde la météo pour lui dire ce qu’il va ressentir et attraper la mort parce que par celle belle journée il se promène à poil , à l’ombre , dans un courant d’air…

pourquoi il y a t il une temperature ressentie? d’abord et avant tout parce que des tas de gens appellent la météo pour leur dire tu annonces 20 ° et il fait froid… mais apporter une réponse abrutissante à un question de bon sens n’est pas intellectuellement stimulant pour les gens…mieux vaut leur dire ce qu’est que la temperature annoncée..

189.  amike | 8/09/2017 @ 6:56 Répondre à ce commentaire

donc je n’ai aucun problème avec la temperature ressentie sauf que ça n’est pas une temperature et que ce n’est pas ressenti…

Oui, mais il faut bien « vulgariser » ou – pire – rendre « intuitif » la compréhension d’un phénomène scientifique. D’où il y a 40ans les petits soleils en lieu et place des lignes de fronts et un petit baigneur sur le bord des plages…

190.  Claude C | 8/09/2017 @ 7:19 Répondre à ce commentaire

amike (#189),
Les petits soleils et petits baigneurs (ou parasols) sur les plages qui figuraient sur les cartes des anciens bulletins météo qui ont été remplacés également par un rouge vif, digne de l’enfer, dès que les températures se rapprochent des 30 °C…
Encore un signe qui ne trompe pas, si ça ce n’est pas anxiogène…?
http://www.20minutes.fr/insoli.....er-chaleur

191.  patilleverte | 8/09/2017 @ 9:34 Répondre à ce commentaire

Claude C (#190),
Bien d’accord.
même remarque sur la diffusion du « nuage » de Fukushima vers l’Europe ; le dégradé de couleur était assez faible, alors que les valeurs qu’elles (les couleurs) représentaient, diminuaient de plusieurs ordres de grandeur à chaque changement de couleur.
Effet alarmiste garanti si lecture rapide du graphique !
Il y a aussi le « réchauffement » de l’Antarctique en rouge vif pour +1°C, et le refroidissement en bleu profond pour -1°C;
Et encore plein d’autres exemples sans doute

192.  lemiere jacques | 9/09/2017 @ 9:20 Répondre à ce commentaire

amike (#189), je n’appelle pas ça vulgariser mais crétiniser.
metofrance utilise un indice de confiance .qui n’a rien à voir a priori avec la confiance mais avec la convergence… météofrance utilise(ait?) des « probabilités « de précipitations qui n’ont rien à voir avec des probabilités ( j’avais écrit pour demander des explications)…
et si vous ajoutez un journaliste derrière l’indice de confiance devient une probabilité et la prévision du temps se conjugue au présent de l’indicatif..demain il pleut…

m’enfin on va arrêter quand…les produits chimiques sont mauvais , la nature, l’environnement, le bois qui brûle sans émettre de CO2 etc…

et demain une humidité ressentie… demain il pleuvra et vous votre impression d’humidité ( la grandeur choisie pour définit être mouillé étant la surface de peau recouverte d’eau par rapport à la surface totale de peau d’un corps standardisé après une exposition de 1 mn à la précipitation en position allongée grandeur calculable en dépit de la difficulté à définir au plus juste ce qu’est la surface de peau grâce à la taille moyenne des gouttes qui est d’une dimension suffisante pour éluder le problème en admettant que les gouttes ruissellent sans s’évaporer sur votre corps d’une façon qui correspond à une peau standard épilée et nettoyée avec d’une solution à 5 % de savon de Marseille fait à Vesoul dans de l’eau chimiquement pure dans les 2 mn qui précédent le mouillage) comme si vous marchiez dans une hauteur d’eau liquide qui vous arrive à la cheville en normalisant votre corpulence à une corpulence standard définie par le bureau des international des gens qui ont décidé de réfléchir à votre place..euh…je prends un parapluie ou pas??