Flagrants délires de médias qui trompent

Un journal, un site web, un livre peut raconter n'importe quoi. Tout le monde sait et ce n'est pas une nouvelle. Mais il peut aussi délibérément changer l'information sans qu'on le sache et il faut alors remonter à la source pour retrouver la modification qui change le sens. Deux exemples ci-dessous avec des traductions.

@@@@@@

Voici un article sur l'enseignement du RCA aux USA que j'ai pêché.

Voici la réaction de Marot, parti à la recherche de l'original, sur la traduction :

Les traductions, oubli et additions de mots qui “arrangent” :
Mot “oublié” le conseil est “élu”, pffft disparu
“balanced” fashion devient en restant “mesurés”
Les “school administrators” administrateurs élus deviennent “le chef d’établissement”.
La seule citation du créationnisme dans A la différence des enseignants de biologie, qui, depuis plus d’un siècle, sont les principales cibles des attaques sur l’évolution et le créationnisme est une invention.
L’original ne contient RIEN là dessus.

La version en français est caviardée en plus comme en moins

Des § entiers sont en français et inconnus dans la version originale.
Des § entiers sont dans la version originale et inconnus en français.

L’accusation disant que le RCA changement climatique dérèglement climatique, bref le truc vient en second comme suscitant des protestations des parents et des administrateurs provient selon le texte original d’An informal survey this spring of 800 NESTA members (see word cloud) found that climate change was second only to evolution in triggering protests from parents and school administrators.

Ce § a été supprimé dans leCouriier international.

5) Le financement de l’institut Heartland par Exxon Mobil de $676,500 en neuf ans, de 1998 à 2006, est inconnu dans la version originale.

• • • • •  
Voici un autre exemple par Bob :
Le Courrier International (9 janvier 2007) dont j’étais (autrefois) un lecteur occasionnel, rapportait sur un article paru dans le Financial Times intitulé ” L’écologie, une nouvelle religion “.
J’en ai profité pour aller voir l’article original sur le FT et je me suis aperçu, à ma grande horreur, que “l’interprétation ” du CI défigurait l’article initial afin de partisaner (je crée des néologismes comme Sego) pour l’effet de serre:

D’après l’auteur de l’article original ce sont les écolos qui sont financés par des lobbies.
D’après le “traducteur” du CI, ce sont les autres!

Bref , rien à voir !

Voici l’original :

The discovery of global warming filled a gap in the canon. That is why environmentalists attach so much importance to the assertion not just that the world is warming up, which is plainly true, but that this warming is our fault, which is less plainly true…….Most environmental initiatives that have been implemented – phasing out fluorocarbons, renewable energy and emissions trading – have significant commercial lobbies behind them.

La “traduction” /interprétation/cherry-picking du journaleux du CI dit strictement l’opposé et rajoute un commentaire partisan ! :

“Derrière cette inquiétude, l’économiste décèle l’empreinte du mythe religieux de l’Apocalypse. “C’est pourquoi les écologistes attachent autant d’importance à l’idée que non seulement le monde se réchauffe, ce qui est vrai, mais surtout que ce serait de notre faute, ce qui est discutable.” Une discussion que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a pourtant officiellement tranché en liant bel et bien réchauffement climatique et activité humaine. Les seuls scientifiques encore détracteurs de cette thèse sont presque tous liés à des entreprises ou à des lobbies qui ont intérêt à nier ce fait.”

J’ai écrit une bafouille indignée comme on dit de nos jours, à la rédaction du CI avec copie à l’auteur de l’article du FT (qui m’a
répondu que c’était “shocking “).
J’attends encore la réponse du Courrier ….et je ne le lis plus.

@@@@@@

1 513 Comments     Poster votre commentaire »

1501.  8sup | 9/08/2020 @ 21:26 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#1498),

C’est une blague belge ?

1502.  8sup | 9/08/2020 @ 22:47 Répondre à ce commentaire

micfa (#1492),

A Paris, le 7 août 1718, le thermomètre de Lahire, malgré son exposition défavorable, indiqua néanmoins vers trois heures de l’après-midi 35° ou 36° : il s’éleva aux mêmes chiffres le 11, le 21 et le 23.

Celle là vaut son pesant de cacahuètes, car, à cette époque la notion de degré et surtout le point de référence n’étaient pas encore définis.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_de_La_Hire

Bref vous voulez infirmer les affirmations de météo-France à partir d’un copié-collé d’un site bourré d’âneries, il paraît que c’est ça être climatosceptique.

1503.  Hug | 9/08/2020 @ 23:36 Répondre à ce commentaire

the fritz (#1500),

La vague de chaleur devrait se situer parmi les 5 plus sévères connues par la France ces dernières décennies, toutefois derrière les canicules historiques de 2003 et 2006.

Pourtant en 2003 on était à 375ppm de CO2, aujourd’hui on est à 415ppm, soit 10% de plus…

1504.  8sup | 10/08/2020 @ 10:47 Répondre à ce commentaire

A lire, ça en dit long sur la fiabilité des mesures de l’époque.

https://www.academie-sciences.fr/pdf/dossiers/Reaumur/Reaumur_pdf/p545_576_vol3532m.pdf

https://hal.archives-ouvertes.fr/ads-00121342/document

1505.  micfa | 11/08/2020 @ 18:46 Répondre à ce commentaire

8sup (#1504),
Vous pouvez aussi envoyer ces messages aux historiens du climat Emmanuel LE ROY LADURIE et Emmanuel GARNIER. Dans son livre « Les fluctuations du climat de l’an mil à aujourd’hui », LE ROY LADURIE exprime les températures en degrés. Il y a un tableau des températures moyennes mensuelles à Paris depuis 1676 à nos jours. La première série donne les températures observées de 1676 à 1712 par Louis Morin. Dans son livre « Les dérangements du temps, 500 ans de chaud et de froid sur l’Europe » GARNIER donne un graphique des températures quotidiennes du mois de janvier 1709. Dans les deux cas ces températures sont exprimées en degrés C au dixième près. Louis Morin consignait toutes ses observations dans un registre très détaillé, les températures n’étaient pas en degrés. Legrand et Legoff ont analysé toutes ces données et ont reconstitué les graduations des thermomètres, et c’est ainsi qu’ils ont reconstitué les températures en degrés, mais je n’ai jamais dit qu’elles étaient fiables. Si les températures de l’époque sont données en degrés dans des transcriptions contemporaines, c’est qu’elles ont été converties grâce au travail de ces deux chercheurs du CNRS. (Le lien de leur étude ne s’est pas inséré, taper Legrand Legoff sur google). Vous avez remué beaucoup de foin pour rien. Ah c’est vrai que celles de Météo France sont beaucoup plus fiables. Quand on consulte son site on peut lire que les données de bonne qualité sont postérieures à 1960, que le nombre de longues séries d’observations de bonne qualité et de plus de 60 ans est encore insuffisant et que ce recul est trop court pour porter un diagnostic sur l’évolution du climat en France. Et avec ça on nous parle d’années, de mois les plus chauds, de records depuis le début des enregistrements en 1873. Paris-Montsouris, c’est la France et la France c’est la planète. Pour comparer sans avoir les données ils ont dû faire appel à des marabouts. Quand on consulte la fiche des stations on voit qu’un bon nombre font état de sources de chaleur gênantes. C’est tout bon pour les thermomètres, surtout quand ils sont placés dans les aérodromes ou des avions envoient régulièrement des gaz à 500° sur 1km. Même à la station du Mont Aigoual il y a maintenant une source de chaleur mais elle reste toutefois encore fiable. Son record du 10/08/1923 de 29,4° a été battu en juin 2019 avec 29,9. Un siècle pour 0,5°, y’a de quoi s’acheter une voiture électrique et changer sa chaudière à fioul. On sait aussi que les îlots de chaleur urbains gagnent du terrain et influencent les stations, mais quand les records tombent, MF n’en parle pas, le sujet est tabou. Il est cependant évoqué par le météorologue Guillaume Séchet dans son livre « y’a plus de saison » qui écrit que le réchauffement doit être pondéré. Alors l’intensité des canicules selon MF, bof. Les mesures par satellite faites depuis 1979 sous réserve qu’elles soient fiables sont aussi trop récentes mais elles attestent d’un réchauffement de 0,13° par décennie, mais ça ne doit pas être assez alarmant car personne n’en parle.

1506.  JC | 11/08/2020 @ 20:46 Répondre à ce commentaire

Prévisions météo du 11 aout 2020 pour Paris : https://ibb.co/9NK1b4Q
– A 16 h je regarde les prévisions météo : rien en vue : orages prévus à 23h. pas de pluies en perspective dans l’immédiat.
Vers 17h je vois que le temps est bien noir, je retourne sur le site météo pour vérifier ce qu’il disait et là changement de prévisions :
– A 17 h30 : on me prévoit un orage avec de la pluie : ben effectivement moi aussi en regardant par ma fenêtre j’ai fait la même prévision.
– De 18 à 19 h orage à Paris, je coupe l’ordi. Je le rallume à la fin de l’orage et vais voir le site météo : nouvelle carte : l’orage de 18 h qui a effectivement eu lieu a disparu de la carte mais il continue sur la carte à 19 h et à 20 h : ben pas en vrai en tout cas !!!
– Carte de 20 h : encore de l’orage à 21 h. En vrai il s’est terminé à 19 h. Bon, je sais chez moi c’est pas tout Paris…

1507.  ppm451 | 11/08/2020 @ 21:15 Répondre à ce commentaire

JC (#1506),
Lorsque j’ai besoin de savoir comment va se déplacer l’épisode pluvieux ou surtout orageux, je vais sur ce site (il existe pour ma ville à moi) ; avec un peu d’expérience on peut prévoir finement comment les choses vont évoluer, car les déplacements des zones orageuses en fonction du vent sont animées :

http://www.meteo-paris.com/ile.....luies.html

C’est vital pour moi car la foudre tombe régulièrement là où j’habite (je suis sur une butte, et il doit y avoir dans le sous-sol quelque faille, ruisseau ou masse à la bonne polarité), et je ne compte plus les appareils électriques qui ont explosé. Maintenant je surveille et débranche tout avant le flash blum

1508.  JC | 11/08/2020 @ 21:25 Répondre à ce commentaire

J’ai oublié de dire le fond de ma pensée :
Les prévisions météo posent un pb : l’historien du futur regardera les cartes météo des journaux (TV ou papier) pour écrire l’histoire. Or ces cartes présentent les prévisions et non la météo réelle. On n’a jamais la carte météo qui a eu effectivement lieu même si celle-ci est relativement proche des prévisions. mais quand même sur les périodes actuelles où on nous prévoit des T° records avec un discours catastrophiste, il serait bon de vérifier si ces prévisions ne sont pas un peu au-dessus de ce qui a eu lieu en réalité.

1509.  JC | 11/08/2020 @ 21:34 Répondre à ce commentaire

La biodiversité se porte bien !
Mais j’ai une larme qui coule pour tous ces insectes (en voie de disparition) qu’on élimine
https://www.lejdc.fr/nevers-58000/actualites/plus-de-60-nids-retires-par-jour-par-les-professionnels-les-guepes-ont-envahi-la-nievre_13820885/

1510.  Murps | 11/08/2020 @ 21:38 Répondre à ce commentaire

JC (#1508), non, vous avez les cartes météo d’observations, par exemple les METAR pour l’aviation.
Les cartes de prévisions sont plutôt à l’usage du vulgum et des merdias.

1511.  Cdt Michel e.r. | 12/08/2020 @ 20:16 Répondre à ce commentaire

Murps (#1510),

METAR pour l’aviation.

Ces observations sont très précises mais difficiles à interpréter pour le non professionnel.
Nirsoft fournit un petit programme gratuit et bien pratique pour se les procurer et les décoder.
Metar Weather

1512.  Cdt Michel e.r. | 13/08/2020 @ 1:03 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#1511),
Un site fiable et très intéressant est Tu Tiempo.
Voir en colonne de gauche, « Méteo & Climat temps réel » sous « Mesures-données ».
Exemple : La météo dans les villes de France
https://fr.tutiempo.net/france.html

1513.  JC | 13/08/2020 @ 8:28 Répondre à ce commentaire

Murps (#1510),

Par exemple dans cette étude (http://sogeco31.blogspot.com/2.....rdhui.html), on prend pour vrai les cartes météo prévisionnelles et non les relevés météo réels d’après coup !