CHANGEMENTS CLIMATIQUES DANS LES MERS DE L’ARC ARCTIQUE EURASIEN/1

• • • • •

4.3 Changements climatiques et dérive des glaces du bassin Arctique

Dérive moyenne des glaces

Figure 6: Dérive moyenne des glaces l’été (a) et l’hiver (b) en époque chaude et différence entre les vecteurs de dérive en époque chaude et froide pour l’été (c) et l’hiver (d).

4.3.1 MODIFICATION DES ECHANGES DE GLACE ENTRE LE BASSIN ARCTIQUE, LES MERS MITOYENNES ET LA MER DU GROENLAND

Il y a des échanges de glace importants entre le basson arctique et les mers mitoyennes qui sont les sources principales de jeune glace pour le bassin arctique. Le bassin arctique sert de réservoir aux mers contiguës ; il reçoit à la fois de grandes masses de glace exportées et fournit aux mers de la glace pluriannuelle plus épaisse. La direction et l’intensité de l’échange de glace dépendent en grande partie du régime des vents. Cependant, les vents locaux seuls ne déterminent pas totalement cet échange de glace. L’exportation de glace provenant des mers mitoyennes dépend des conditions de la glace dans l’Arctique central car la glace provenant des mers mitoyennes doit avoir la possibilité de remplacer la glace de l’Arctique central. Donc, les mers mitoyennes dépendent dans une certaine mesure de l’intensité de l’exportation de glace depuis le bassin arctique vers le Groenland (notamment par le détroit de Fram) et autres mers subarctiques. Cependant le flux de glace en provenance du bassin par vent du large est fortement réduit par la côte et la glace côtière, et la circulation océanique influence aussi cet échange.
Suit une étude documentée sur le volume et la vitesse de ces échanges en fonction des divers paramètres influents (vents, pression, gradient de pression…). L’exportation moyenne annuelle par le détroit de Fram se situerait entre 650 et 866.000 km², pour les deux tiers entre novembre et avril. Les fluctuations interannuelles de l’englacement dans l’arc sibérien sont corrélées avec les surfaces exportées en mer du Groenland par le détroit de Fram avec un coefficient de 0.95. La corrélation intéresse en fait toutes les mers du bassin. La différence de niveau entre le Pacifique et l’Atlantique se traduit par des entrées via le détroit de Béring.

Il est remarquable de constater que l’accroissement de l’exportation de glace par le détroit de Fram est accompagné par un accroissement de l’englacement des mers arctiques, contrairement à l’opinion selon laquelle l’exportation de glace vers la mer du Groenland s’accroît durant le réchauffement climatique. Le décalage entre augmentation de l’exportation de glace par le détroit de Fram et augmentation de l’englacement  des mers arctique est d’environ 5 ans. Lorsque ces exportations augmentent on peut s’attendre à une augmentation de l’englacement de l’Arctique environ 5 ans après.

 

Limite moyenne 1954-1991 de vieille glace majoritaire en Mars (1) et glace résiduelle fin Septembre de l’année précédente (2)

Figure 7 : Limite moyenne 1954-1991 de vieille glace majoritaire en Mars (1) et glace résiduelle fin Septembre de l’année précédente (2). Les segments caractérisent les déviations standard correspondantes.

• • • • •

4.3.2 CHANGEMENTS A LONG TERME DE L’ENGLACEMENT PLURIANNUEL DU BASSIN ARCTIQUE

Les caractéristiques de la glace pluriannuelle, qui comprennent son étendue, son épaisseur, sa concentration et sa localisation, sont autant d’indicateurs importants de changement climatique dans l’océan arctique. Les observations ont été recueillies à partir des cartes AARI  éditées tous les 10 jours.

 

Localisation moyenne de la limite de vieille glace dans les mers Arctiques orientales pour les périodes de 1960 à 1979 (1) et de 1980 à 2000 (2)

Figure 8: Localisation moyenne de la limite de vieille glace dans les mers Arctiques orientales pour les périodes de 1960 à 1979 (1) et de 1980 à 2000 (2). (Ndt encore une idée reçue balayée).

• • • • •

4.3.3 CHANGEMENTS A LONG TERME DE CERTAINES CARACTERISTIQUES DES MASSES D’EAU DE L’OCEAN ARCTIQUE

L’état actuel de l’eau de l’Océan Arctique et sa variabilité à long terme sont des facteurs importants car ils reflètent les modifications du climat global et influencent ces changements. La salinité est particulièrement signifiante car la densité de l’eau et donc sa dynamique (courants, convection) en dépend aux hautes latitudes.

Les paramètres connus pour influencer la salinité de l’eau de surface sont les suivants:

  • Rafraîchissement du à l’écoulement des fleuves.
  • Equilibre entre précipitations atmosphériques et évaporation à la surface de l’océan.
  • Equilibre entre croissance et fonte de la glace.
  • Processus de remontée et descente près des côtes de glace côtière sous l’influence des vents
  • Processus de convection et de mélange turbulent vertical des eaux.
  • Influence du pompage de couche Ekman sous vents non uniformes (champs de pression cycloniques et anticycloniques) accompagné de remontée (en basse pression atmosphérique) et de descente (en haute pression).
En relation avec ce pompage, on trouve le gyre anticyclonique de Beaufort (76,20°N, 152° W), réservoir d’eau peu saline. Selon les données collectées de 1950 à 1993, le contenu d’eau douce a décru d’un tiers durant cette période, avec naturellement des différences entre les secteurs, y compris de signe opposé. Ces variations ont une périodicité de 20 ans, avec des fluctuations de plus hautes fréquences (6-10 ans).
Suit une évaluation des zones de vortex atmosphérique et leur évolution ; les modifications de champs de pression et d’activité cyclonique précèdent de 5 ans environ les modifications de salinité en mer du Groenland par exemple, toujours selon cycle général de 20 ans. Les auteurs établissent également une correspondance avec l’oscillation de l’Atlantique Nord (NAO) dont le cycle moyen est de 21 ans.

Les modèles issus de ces observations contredisent l’opinion largement répandue selon laquelle le réchauffement de l’Arctique commençant à la fin du vingtième siècle est accompagné d’un rafraîchissement de l’eau de surface de l’océan arctique et d’une influence correspondante de cette eau sur la circulation thermo haline dans cette région. Cela démontre au contraire qu’en raison d’un abaissement de l’anticyclone arctique et l’entrée d’eau océanique méridionale plus saline, la salinité de l’eau de surface du bassin arctique s’est accrue durant cette période. (A suivre).

• • • • •

• • • • •

 Climate Change in Eurasian Arctic Shelf Seas: Centennial Ice Cover Observations . (CHANGEMENTS CLIMATIQUES DANS LES MERS DE L’ARC ARCTIQUE EURASIEN : Cent ans d’observations de la couverture de glace.) Ivan E. Frolov, Zalman M. Gudkovich, Valery P. Karklin, Evgeny G. Kovalev and Vasily M. Smolyanitsky

• • • • •

@@@@@@

1.  Marot | 31/01/2011 @ 9:44 Répondre à ce commentaire

Passionnant.

Je souhaite mettre en relief quelques petites choses en rapport avec la moyenne des températures vue par Hansen soi-même déjà affichée ici.

La figure 5 page 3 Anomalie de la température moyenne annuelle en °C dans la zone 70°-85° de latitude Nord entre 1891 et 2000 et leur tendance polynomiale montre un ajustement polynomial exactement synchrone avec les deux périodes de croissance de Hansen 1910-1940 et 1970-2000.

La tendance linéaire durant le siècle 0,8°C est exactement la même que celle retenue par S. Akasofu.
(un détail ce doit être 0,8°C plus ou moins 0,09 et non 0,9 !)

On peut noter par la figure 2 page 2 Variations de l’étendue totale de glace de mer. Droites de régression pour les mers du Groenland, de Barents et de Kara pour la période 1900 ± 2003 une opposition de phase étonnante : baisse de 1910 à 1940 et de 1970 à 2000 et montée de 1940 à 1970.

2.  Tequila | 31/01/2011 @ 14:03 Répondre à ce commentaire

« Des centaines de marins russes libérés après un mois bloqués par les glaces

lundi 31 janvier 2011, 13:00
Deux brise-glaces russes ont fini par extraire le dernier d’un groupe de navires bloqués par la glace avec des centaines de personnes à bord depuis décembre en mer d’Okhotsk, achevant une opération de sauvetage sans précédent menée dans les conditions de l’Extrême-Orient russe. “L’opération s’est terminée avec succès”, a déclaré lundi à l’AFP le porte-parole de l’Agence fédérale de la pêche (Rosrybolovstvo), Alexandre Saveliev. Cette annonce a été faite un mois tout juste après l’appel à l’aide de cinq navires qui s’étaient retrouvés prisonniers de glaces épaisses de deux à quatre mètres, par des températures inférieures à moins vingt degrés dans la baie de Sakhaline. »

Je n’y comprends plus rien. Est-ce encore un coup du réchauffement climatique dû au CO2 sibérien, nord chinois, ou coréen, lequel serait la conséquence des feux de forêt de la région de Moscou.
Peut-être est-ce la conséquence du refroidissement des relations entre les deux Corée, le Japon ?
Je vais consulter ma grand-mère qui me dira que c’est à cause de la révolution en Tunisie et en Egypte.

3.  scaletrans | 31/01/2011 @ 15:52 Répondre à ce commentaire

Marot (#1),

Il y a une tentative d’explication de l’opposition de phase entre les mers Arctiques occidentales et orientales (lesquelles sont d’ailleurs beaucoup moins sensibles aux agents extérieurs) dans la deuxième partie du texte.

4.  pastilleverte | 31/01/2011 @ 15:54 Répondre à ce commentaire

Merci Scaletrans, très impressionnant !
Moi qui suit un « layman », j’ai presque compris (ah ah diraient Warm et consorts).
Est-ce qu’on peut dire que ces travaus valident la théorie des AMP chère au regretté Marcel leroux, et toujours rejetée par Meteo-France ?
@ Tequila,
je vous rappelle que, par exemple, une tequila (même « boum boum »), ne fait pas un mexicain, et que, comparaison n’est pas raison, un temps chaud ne fait pas un RCA, un temps froid ne fait pas un nouveau PAC.
Moi, ma grand-mère avait coutume de dire « couvre toi bien, il fait froid en hiver », mais il est vrai qu’elle était née à la fin du XIX° siècle, et fort peu instruite en matière(s) scientifique(s), a fortiori climat-pssitacco-alarmiste.

5.  scaletrans | 31/01/2011 @ 16:06 Répondre à ce commentaire

Marot (#1), et pour Araucan

(un détail ce doit être 0,8°C plus ou moins 0,09 et non 0,9 !)

Un petit problème lors du copier/coller à partir du texte d’origine a transformé le tiret en caractère plus/moins, je n’ai pas assez fait attention et ça donne des quiproquos.

6.  Marot | 31/01/2011 @ 18:36 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#3), scaletrans (#5)
Merci pour les deux messages, cher correspondant.

7.  Araucan | 31/01/2011 @ 18:47 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#5),

Corrigé mais j’ai mis 0,8-0,9 …

Sorry, the comment form is closed at this time.