L’Arctique se réchauffe

Par George Nicolas Ifft,

En date du 10/10/1922 le Consul américain à Bergen, Norvege, a envoyé le rapport suivant au Département d’Etat à Washington, DC.

L’Arctique semble se réchauffer. Des rapports de pécheurs, chasseurs de phoques et d’explorateurs qui naviguent dans les mers qui entourent le Spitzberg et l’Arctique de l’Est indiquent tous un changement radical des conditions climatiques et de hautes températures jamais vues dans cette partie du monde.

En aout 1922 le Ministère Norvégien du Commerce a envoyé une expédition au Spitzberg et à l’Ile aux Ours sous la direction du Dr Adolf Hoel, professeur de géologie à l’université de Christiania. Son but était d’explorer et de cartographier les terres adjacentes aux mines norvégiennes de ces iles, faire des relevés des eaux adjacentes et faire d’autres recherches océanographiques.

Le Dr Hoel, qui vient de rentrer, signale la localisation de couches de charbon jusque-là inconnues sur la rive Est de Advent Bay – des couches de vastes proportions et de qualité supérieure. Ceci est considéré de la plus haute importance, étant donné que la majorité du charbon exploité par les compagnies norvégiennes n’était pas jusque-là de la meilleure qualité.

Les observations océanographiques ont été encore plus intéressantes. L’état de la glace était exceptionnel. En fait, on n’avait jamais remarqué aussi peu de glace. L’expédition a établi un véritable record, navigant jusqu’à 81° 29’ de latitude Nord sans glace. C’est le plus au Nord jamais atteint avec des appareils océanographiques modernes.

La condition des eaux du grand bassin polaire était pratiquement inconnue jusqu’à maintenant. Le Dr Hoel rapporte qu’il coupa une partie du Gulf Stream à la latitude de 81° Nord et fit des sondages jusqu’à 3100 m. Ceux-ci montrent un Gulf Stream très chaud, qui a pu être suivi comme courant de surface jusqu’au-delà du 81ème parallèle. La chaleur des eaux rend probable que les conditions glaciaires favorables dureront encore quelque temps.

Plus tard une section du Gulf Stream a été croisée au large de l’ile aux Ours et des Isfjord ainsi qu’une section du courant froid qui descend le long de la côte Ouest du Spitzberg au large du cap sud.

En liaison avec le rapport du Dr Hoel, il faut noter l’été inhabituellement chaud dans l’Arctique norvégien et les observations du capitaine Martin Ingebrigtsen, qui navigue dans l’arctique de l’Est depuis 54 ans. Il dit qu’il a remarqué des conditions chaudes pour la première fois en 1918 et que depuis cette époque il a fait de plus en plus chaud et que cette région de l’Arctique ne ressemble pas du tout à celle de 1868 à 1917.

De nombreux paysages ont tellement changé qu’ils ne sont pas reconnaissables. Où on trouvait antérieurement de grandes quantités de glace il n’y a souvent que des moraines et des accumulations de terre et de pierres. En de nombreux endroits où des glaciers s’étendaient loin dans la mer ils ont maintenant entièrement disparu.

Le changement de température a aussi apporté de grands changements dans la flore et la faune de l’Arctique. Cet été il a cherché les poissons blancs dans les eaux du Spitzberg. Auparavant on en trouvait de grands bancs. Cette année il n’en a pas trouvé, bien qu’il ait visité toutes les anciennes zones de pêche.

Il y avait peu de phoques dans les eaux du Spitzberg cette année, les prises étant très en dessous de la moyenne. Ceci pourtant ne l’a pas surpris. Il fit remarquer qu’antérieurement les eaux du Spitzberg restaient l’été autour de 3° Celsius ; cette année on a enregistré des températures jusqu’à 15° et l’hiver dernier l’océan n’a pas gelé même sur la côte Nord du Spitzberg.

Avec la disparition du poisson blanc et des phoques sont apparus d’autres espèces dans ces eaux. Cette année on a trouvé de grands bancs de hareng sur la côte ouest du Spitzberg depuis le fretin jusqu’au véritable grand hareng. On a rencontré aussi des bancs d’éperlans.

Monthly Weather Review, November 1922 (American Meteorological Society)

(Traduction Serge Monier, décembre 2016)

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

118 Comments     Poster votre commentaire »

101.  Géd | 7/12/2016 @ 1:29 Répondre à ce commentaire

math (#100),

J’ai commencé à mettre un coup de karcher.

Bravo Nicias vous vous décidez enfin à me censurer, sans toucher bien sûr aux commentaires de vos amis.

[ … bla bla bla … Merci pour cette thèse complotiste mais quel est le rapport avec l’arctique ?]

102.  Murps | 7/12/2016 @ 9:12 Répondre à ce commentaire

Il me semble que cet article de 1922 a été cité plusieurs fois ces dernières années. Celui-là ou un équivalent.
Mais cela reste une piqûre de rappel intéressante.

103.  Géd | 7/12/2016 @ 14:12 Répondre à ce commentaire

Géd (#101),

quel est le rapport avec l’arctique ?

Nicias vous n’y mettez pas vraiment du vôtre…

Walt Meier est un chercheur spécialiste de l’Arctique, il est attaqué par AntonioSan qui le dénigre et se moque de lui, je défends Meier et tout ce que vous trouvez à dire c’est :« quel est le rapport avec l’arctique ? »…

Je remarque également que vous conservez le commentaire d’AntonioSan sans en enlever une miette, comme s’il apportait quelque chose de positif, c’est ce que l’on appelle « avoir deux poids deux mesures ».

J’arrête là de commenter sur cet article bidon qui n’apporte rien à la compréhension des phénomènes actuellement en jeu.

104.  Cunctator | 7/12/2016 @ 14:31 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous,
Je suis un peu hors sujet mais, évidemment pas tant que cela …
Le site de Jacques Duran n’est plus alimenté depuis plusieurs mois et je m’inquiète de sa santé … Quelqu’un a-t-il des nouvelles??

105.  Claude C | 7/12/2016 @ 15:13 Répondre à ce commentaire

Cunctator (#104),
Je l’ai signalé aux admins, il y a quelques semaines pour éviter d’être indiscret sur le forum, mais étant donné que vous êtes nombreux à demander de ses nouvelles, sachez, qu’effectivement, il a un problème de santé.
Je n’ai aucune autres précisions sur son état, seulement un petit échange de mail au cours duquel il m’a signalé qu’il etait momentanément éloigné de son ordinateur pour raison de santé.
Vous pouvez, si vous le souhaitez, lui adresser un petit message de soutien par le biais de son site « pensée unique ».

106.  jG2433 | 7/12/2016 @ 16:31 Répondre à ce commentaire

Claude C (#105),
Mes remerciements vous sont adressés sur le fil « Bistrot du coin 2016/1 » http://www.skyfall.fr/2016/03/.....ent-181444

107.  AntonioSan | 7/12/2016 @ 17:28 Répondre à ce commentaire

Géd (#103), Je me moque des truismes emis par Meier sur le lien canadien que vous avez poste. Meier en 2007 ne se distinguait pas non plus par ses connaissances en meteorologie. Il a depuis ete recrute au GISS dont le directeur n’est autre que Gavin. Entre Serreze et Gavin Schmidt, votre walt fait une belle carriere d’apparatchik.
Vous ne repondez bien sur pas aux questions: pourquoi ne peut-on simplement dater et cartographier la glace « ancienne » si celle ci etait si stable au cours des siecles? La reponse est simple: il y a des periodes de stabilite et d’autres de remobilisation, naturelle liee a la dynamique atmospherique. Et contrairement aux elucubrations rechauffistes, ce sont pendant les periodes de transition cers un refroidissement que la glace est mobilisee et je citais Kinnard qui a note durant le PAG une extension moindre.
Alors Walt Meier dans tout cela…

108.  scaletrans | 8/12/2016 @ 9:51 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#107),

Sans parler des effets de la rotation (la lessiveuse) du pack.

109.  Abitbol | 9/12/2016 @ 1:44 Répondre à ce commentaire

Olivier (#86),

Il y a de nouveau élevage depuis les années 1920, dans des conditions aussi difficiles, mais avec apport des techniques de l’agriculture moderne.

Au temps pour moi, mais je note la différence entre l’élevage de moutons résistants au froid sévère et celui des bovins qui lui a disparu.

110.  the fritz le testut | 14/12/2016 @ 16:19 Répondre à ce commentaire

Rom73 (#20),

But this 1,000-foot-thick piece of floating ice is colossal

http://www.businessinsider.fr/.....g-2016-12/
Ils ont du venir sur skyfall et nous lire pour rectifier la profondeur de la faille

111.  Castor | 16/12/2016 @ 19:49 Répondre à ce commentaire

Le Titanic coule et on trouve en première classe des gens qui parient sur l’heure d’arrivée du paquebot. La bétise est non seulement universelle mais aussi intemporelle.

112.  Esteld | 16/12/2016 @ 20:41 Répondre à ce commentaire

Castor (#111), êtes vous le monsieur Castor de la sécu ?

113.  jG2433 | 16/12/2016 @ 20:48 Répondre à ce commentaire

Castor (#111),

Le Titanic coule et on trouve en première classe des gens qui parient sur l’heure d’arrivée du paquebot.

Vous faîtes allusion aux jours / heures qui ont précédé le naufrage.
En effet, avant le drame, il y eu quelques spéculations faites par certains passagers sur l’heure d’arrivée à New York.
Permettez-moi de trouver votre phrase critiquable.

114.  volauvent | 17/12/2016 @ 9:42 Répondre à ce commentaire

Castor (#111),

Avec un bon réchauffement et moins d’icebergs le Titanic n’aurait pas coulé

115.  jG2433 | 17/12/2016 @ 13:00 Répondre à ce commentaire

volauvent (#114),
Oui.
D’ailleurs, devant la commission d’enquête américaine, le Deuxième Officier survivant Charles Lightoller, avait déclaré – en substance – que le Titanic avait été victime d’une anomalie climatique.

116.  Cdt Michel e.r. | 17/12/2016 @ 13:35 Répondre à ce commentaire

jG2433 (#115),
C’est aussi ce que l’on trouve sur la page L’Iceberg tueur du Titanic (dans le texte juste au-dessus de la carte du parcours supposé du glaçon-qui-n’aurait-pas-dû-être-là).

J’ai lu ailleurs qu’il aurait mieux valu pour le Titanic foncer droit dans l’iceberg plutôt que de virer pour tenter de l’éviter. Il y aurait eu beaucoup moins de compartiments étanches endommagés et il aurait probablement évité le naufrage.

Je propose d’arrêter ici le hors sujet.

117.  tsih | 17/12/2016 @ 16:00 Répondre à ce commentaire

Castor (#111),

Le Titanic coule et on trouve en première classe des gens qui parient sur l’heure d’arrivée du paquebot. .

Si le Titanic a coulé c’est d’abord parce qu’il avait embarqué en classes et autres ponts inférieurs de vulgaires rongeurs comme Castor et le cousin du lièvre. Tous les marins le savent ils portent malheur et sont une plaie à bord à éviter comme la peste et à pourchasser sans pitié. D’ailleurs à mon bord il est toujours interdit même d’en évoquer le nom.

118.  Bernnard | 17/12/2016 @ 16:36 Répondre à ce commentaire

tsih (#117),
Oui c’est connu:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Superstition_des_marins