Renouvelables et vague de froid

Par Rémy Prud’homme, le 21 janvier 2017

Le semaine du 16 au 20 janvier a été marquée en France par une vague de froid, et donc par une augmentation de la demande d’électricité. La ministre de l’Environnement a déclaré le 18 janvier : « aujourd’hui, l’éolien et le solaire vont produire l’équivalent de 8 réacteurs nucléaires ». Elle s’appuie sur cette « constatation » pour conclure qu’il y a trop de nucléaire en France. Sa petite phrase est un gros bijou de désinformation. Elle mérite d’être analysée avec soin dans les écoles d’administration et de journalisme où l’on enseigne le mensonge (pas pour préparer nos élites à le pratiquer, bien sûr, mais pour mieux les en protéger). Cette déclaration, brève comme un tweet de Donald Trump, est en effet un bel exemple de la combinaison d’au moins trois techniques de désinformation.

La première est le mensonge simple. Un réacteur nucléaire de 1,2 GW produit en 24 heures 29 GWh. Le 18 janvier, l’éolien et le solaire ont produit 125 GWh. Chacun peut le vérifier en deux clics sur le site de RTE (qui, félicitons-le, publie la production de chaque filière pour chacune des heures de l’année). Nos renouvelables ont donc produit ce jour-là autant que 4,3 réacteurs. Transformer 4,3 en 8, ce n’est pas arrondir, c’est tricher. Mais pourquoi la ministre se gênerait-elle ? Elle sait qu’aucun média ne se donnera la peine de vérifier, et que tous reprendront son affirmation – ce qui s’est effectivement produit. Mais ceci n’est qu’un début, et l’art de la désinformation va bien au-delà du mensonge grossier.

La deuxième technique est le mensonge par sélection. Elle porte ici à la fois sur le choix du jour, et sur le choix du moment. La ministre donne un chiffre (faux, on l’a vu) pour le mercredi 18 janvier. Ce fut, du point de vue des renouvelables, le meilleur jour de la semaine. Une présentation plus honnête considérerait tous les jours de la semaine: on y verrait que la production des renouvelables a été en moyenne égale à celle de 3 réacteurs.

Surtout, le problème posé par une vague de froid est évidemment celui des pointes de la demande, et de la façon d’y faire face. Les chiffres significatifs se rapportent à la production des renouvelables à ces heures-là, pas à celle de la journée toute entière. Ils sont également disponibles sur le site de RTE. La production des renouvelables aux heures de pointes (qui ont eu lieu à 19 heures quatre des cinq jours de la semaine considérée), a été en moyenne égale à celle de 2,9 réacteurs nucléaires. Ca aurait pu être bien pire. A 19h en janvier, la production d’électricité solaire est toujours égale à zéro. En fait, nous avons eu cette semaine-la la chance d’avoir du vent, et donc une production éolienne assez soutenue.

La troisième technique de désinformation est le mensonge par omission. La ministre écarte toute référence au coût des filières qu’elle compare : cachez-moi ces euros que je ne saurais voir. Les installations solaires et éoliennes installées en France ont coûté un peu moins de 50 milliards d’euros. Selon la Cour des Comptes, les installations nucléaires ont coûté 83 milliards (en euros constants de 2010). Aux heures de pointe de la semaine les 50 milliards investis dans les renouvelables ont produit en moyenne 3,5 GWh, et les 83 milliards investis dans le nucléaire 56 GWh. Il fallait tout juste 10 fois plus d’investissement dans les renouvelables que dans le nucléaire pour produire la même quantité d’électricité.

La ministre, qui méprise sans doute les ingénieurs autant que les comptables, se garde bien de mentionner la durée de vie des investissements qu’elle compare. Celle d’un investissement éolien ou solaire est d’environ 25 ans. Celle d’un investissement nucléaire est d’au moins 50 ans. Prendre en compte ce détail divise simplement par deux l’intérêt relatif du renouvelable.

Au total, on a – au service de la bonne cause – une affirmation carrément fausse, deux choix arbitraires ou indéfendables, et deux omissions grossières. Ignorance ou cynisme ? On ne sait pas (et on ne sait d’ailleurs pas lequel des deux serait le plus déplorable). Etonnez-vous du peu de crédibilité des politiciens et des médias.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

83 Comments     Poster votre commentaire »

51.  Christial | 27/01/2017 @ 13:35 Répondre à ce commentaire

patilleverte (#40),

100% électricité fournie par les EnR(i) à l’horizon 2050 c’est possible

Petit joueur, pas seulement de l’électricité, de l’énergie dans sa globalité.

52.  Hug | 27/01/2017 @ 15:27 Répondre à ce commentaire

Nicias (#48),

extrait de http://www.rte-france.com/fr/eco2mix/chiffres-cles
Votre lien ne donne apparemment pas les puissances totales. Par ex. il n’indique que 6,6 GW pour le gaz alors que le gaz est régulièrement à 9 GW depuis plusieurs semaines.
Maintenant si le chiffre de 8,6 GW pour le fioul est surévalué, c’est sûr que mon calcul n’est plus tout à fait le même.

volauvent (#50),

une centrale à fioul arrêtée depuis longtemps, ça démarre mal, surtout en hiver

Dans ce cas on la démarre avant d’en avoir absolument besoin en la faisant tourner au ralenti pour pouvoir mettre la gomme sans difficulté quand ça devient nécessaire.

L’hydraulique est conditionnée par les réserves d’eau, pas la puissance installée

Je n’ai pas dit le contraire, quand j’ai dit qu’on avait de la marge, je n’ai pas dit que c’était grâce à l’hydraulique.

Le gaz par les stockages de gaz, et justement, il a d’énormes problèmes d’approvisionnement en gaz d’Algérie actuellement.

Peut-être mais le journaliste n’en a pas parlé ici, mais ça avait été évoqué dans un autre article il y a une ou deux semaines, selon lequel les difficultés d’approvisionnement ne mettaient pas vraiment en péril la production gazière.

Pour le nucléaire, mon propos tenait bien sûr compte du fait que l’ASN avait été autorisé à relancer plusieurs réacteurs. Je suis d’accord que c’est le 6 janvier avant cette autorisation de redémarrage, qu’on a sans doute été plus près du blackout.

53.  Hug | 27/01/2017 @ 15:34 Répondre à ce commentaire

Hug (#52),
Rectificatif: il fallait lire, « …que l’ASN avait autorisé EDF à relancer plusieurs réacteurs ».

54.  volauvent | 27/01/2017 @ 16:00 Répondre à ce commentaire

Hug (#52),

Je maintiens qu’on a eu chaud aux fesses, et pas que le 6 Janvier. Et que c’est un scandale. De toute façon, avec tout à bloc et l’hydraulique à 15 GW, on est à 120 GW: avec même un taux de marche à 90 % ça fait 108 GW; sans vent la nuit ça ne fait pas beaucoup de marge. Or il en faut pour réagir à un incident.

55.  papijo | 27/01/2017 @ 20:33 Répondre à ce commentaire

Hug (#52),
Toutes les centrales fuel + turbine à vapeur doivent fermer d’ici 2018. Votre chiffre doit comprendre la centrale d’Aramon fermée en 2016, et aussi les centrales à turbine à gaz marchant au fuel (Lien)
Carte des centrales thermiques

56.  Christial | 28/01/2017 @ 18:34 Répondre à ce commentaire

volauvent (#54),

Je maintiens qu’on a eu chaud aux fesses

Froid, voulez-vous dire ?

57.  Murps | 29/01/2017 @ 11:17 Répondre à ce commentaire

Christial (#56), Rapport au marché japonais de l’électricité, j’ai découvert récemment que le réseau nippon était largement sur-capacitaire à cause d’une gestion globale un peu à la « one again ». Lorsqu’ils ont dû arrêter leurs réacteurs pour plusieurs mois, il existait une floppée de centrales classiques qui ont pu prendre le relais et éviter un blackout généralisé.

Nous ne sommes pas dans cette situation : en france l’électricité sans l’atome, c’est pas d’électricité du tout.

58.  Roby W | 2/02/2017 @ 22:56 Répondre à ce commentaire

Le système électrique et la vague de froid lors de la semaine du 16 au 20 janvier 2017

Jacques Patel, membre de l’Institut énergie et développement
L’Humanité, Lundi, 30 Janvier, 2017

http://www.humanite.fr/le-syst.....017-631340

Analyse intéressante…

59.  amike | 3/02/2017 @ 1:24 Répondre à ce commentaire

Roby W (#58), Ouah, cette nostalgie des années 70 : nationalisation, retour des poêles à bois après la crise pétrolière… 😉

60.  Roby W | 3/02/2017 @ 10:06 Répondre à ce commentaire

amike (#59), avez-vous lu l’article ? Sans à priori ? De la même manière que s’il avait été publié sur Contre points . Org ?

Je ne comprends pas votre commentaire !

[…] d’où l’installation par les propriétaires de chauffage au bois non dimensionné pour les vagues de froid de convecteurs électriques, qui contribuent fortement au phénomène de pointe !).

Sur ces questions scientifiques et techniques (RCA, mix energetique), il y a des réalistes à gauche et à droite . Et tous les « grands » candidats à la présidentielle soutiennent le dogme du RCA, et certains par opportunisme comme François F.

61.  scaletrans | 3/02/2017 @ 10:27 Répondre à ce commentaire

Roby W (#60),

C’est assez pertinent, sauf en ce qui concerne les illusions sur la biomasse, et le parti-pris anti économie de marché, qui n’a rien à voir avec les problèmes de disponibilité. Dans le paysage électrique français, on sait bien que la fermeture de centrales à énergies fossiles est du à l’introduction forcée d’énergies intermittentes, et notamment aux prix négatifs germaniques en période de surproduction intermittente.

62.  Roby W | 3/02/2017 @ 13:21 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#61), +1 Content de vous lire.

Pour la biomasse, je vous écoute car je n’y connais rien. Pour le « parti-pris anti économie de marché », c’est clair ; et c’est le parti-pris contraire que je note sur contre points org, ce qui n’enlève rien à la pertinence de certaines analyse publiées par ce média.

C’est assez intéressant de trouver des analyses similaires, malgré des parti-pris politiques aussi différents.

🙂

63.  scaletrans | 3/02/2017 @ 18:09 Répondre à ce commentaire

Roby W (#62),
Question biomasse, je n’en sais pas plus que vous, mais il semble évident qu’on ne pourra jamais atteindre de chiffres significatifs sans que ce soit au détriment d’autre chose, surfaces pour cultures vivrières par exemple. On ne va pas nous refaire le coup des agro carburants avec les émeutes à la clé.
En ce qui concerne les parti pris politiques, on assiste à un bouleversement des clivages, lesquels de toutes façons ne devraient pas brouiller le réel, qu’il soit scientifique, économique, etc. vous ne pensez pas ?

64.  Roby W | 3/02/2017 @ 19:12 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#63), +11

65.  papijo | 4/02/2017 @ 21:13 Répondre à ce commentaire

L’info a peut-être déjà été donnée par d’autres: RTE a émis un billet le 27 janvier concernant le passage de la vague de froid. On y apprend que les renouvelables ont fourni jusqu’à 17% de la demande (les réalistes diront: heureusement que nos anciens ont parsemé la France de centrales hydrauliques … aujourd’hui, ce n’est même pas pensable de créer un tout petit barrage ! Les écolos y verront une grande victoire de l’éolien et du photovoltaïque).

A titre d’exemple, à la pointe du soir du 19 janvier (jour d’un de ces « records »), l’éolien a fourni 2852 MW, l’hydraulique 14918 MW, le fuel 4095 MW, etc… et le solaire évidemment 0 MW !

66.  amike | 5/02/2017 @ 12:30 Répondre à ce commentaire

Roby W (#60),
«  »avez-vous lu l’article ? Sans à priori ? De la même manière que s’il avait été publié sur Contre points . Org ? » »

Cet article ne pourrait pas sortir sur un site libéral. Et franchement, c’est la fin de l’article qui m’a rappelé qu’il était sur l’Humanité.fr

1/C’est une analyse d’un communiste qui critique le « mauvais » choix du gouvernement (les EnRs) pour ses subventions, mais pas les subventions elles même.

2/ Il reproche au privé de fermer les installations qui ne sont plus rentables. Pourtant, c’est le gouvernement qui fait baisser le prix en subventionnant les EnR. Vous même en convenez.

3/ Il propose en définitive de nationaliser ces installations. Les socialistes l’auraient également proposé mais depuis les années 70, ils sont passés aux subventions 😉

4/ Quand aux poêle à bois, je ne comprends ce qu’il dit, que dans le sens où il croit que les gens se chauffent principalement au bois ! AMHA, ce cas doit assez faible, la plupart des usagers d’un poêle préférant l’utiliser quand il fait vraiment froid, préférant par défaut la facilité d’utilisation du chauffage électrique. Donc on est loin de la cause des pics qui sont plutôt dû à l’allumage intempestifs de tous ces appareils électriques assez peu courant dans les années 70 😉

Je persiste et signe : Les remarques sur le climat étaient de pures généralités pour introduire une pure solution politique.

67.  Gilles des Landes | 5/02/2017 @ 13:52 Répondre à ce commentaire

Indécrottables à Sud-Ouest : ils font un article sur la sensibilité de certaines régions aux tempêtes et donnent comme argument pour améliorer la situation, qu’il faut lâcher le nucléaire !!! Fabuleux… et triste à la fois. J’ai laissé un commentaire.

68.  devinplombier | 5/02/2017 @ 14:11 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#67),
pourquoi la bretagne est très exposée ?
centrale du carnet

69.  scaletrans | 5/02/2017 @ 15:07 Répondre à ce commentaire

Gilles des Landes (#67),

Oui, on passe de la nécessité (coûteuse) d’enterrer les lignes à celle de sortir du nucléaire. On ne voit pas le rapport, mais c’est pas grave, c’est magique comme dirait H16.

70.  scaletrans | 5/02/2017 @ 15:09 Répondre à ce commentaire

devinplombier (#68),

Tout à fait ! Les bretons (enfin, ceux qui se sont exprimés en leur nom) n’ont que ce qu’ils méritent.

71.  the fritz le testut | 6/02/2017 @ 13:03 Répondre à ce commentaire

Moratoire immédiat sur l’éolien demandé par Marine le Pe

Décréter un moratoire immédiat sur l’éolien ( article 133)

ENVIRONNEMENT ET TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FRANCE DOIT VISER L’EXCELLENCE

131 Pour préserver l’environnement, rompre avec le modèle économique fondé sur la mondialisation sauvage des échanges et le dumping social, sanitaire et environnemental ; la véritable écologie consiste à produire et consommer au plus près et retraiter sur place.

132 Afin de lutter contre la précarité énergétique et agir directement sur le pouvoir d’achat des Français, faire de l’isolation de l’habitat une priorité budgétaire du quinquennat, parce que l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas.

133 Développer massivement les filières françaises des énergies renouvelables
(solaire, biogaz, bois…) grâce à un protectionnisme intelligent, au patriotisme économique, à l’investissement public et privé et aux commandes d’EDF.
Décréter un moratoire immédiat sur l’éolien.

134 Pour maintenir, moderniser et sécuriser la filière nucléaire française, engager le Grand Carénage, et garder le contrôle de l’État sur EDF, en lui redonnant une véritable mission de service public. Refuser la fermeture de la centrale de Fessenheim.

135 Soutenir une filière française de l’hydrogène (énergie propre), par un appui de l’État en matière de recherche et développement, afin de réduire notre dépendance au pétrole.

136 Interdire l’exploitation du gaz de schiste, tant que des conditions satisfaisantes en matière d’environnement, de sécurité et de santé ne seront pas réunies, et appliquer le principe de précaution en interdisant les OGM.

137 Faire de la protection animale une priorité nationale. Défendre le bien-être des animaux en interdisant l’abattage sans étourdissement préalable et en remplaçant le plus possible les expérimentations animales. Refuser le modèle des fermes-usines, du type « ferme des 1 000 vaches 

Je vous balance cela comme cela ; mais je fais confiance à la source

72.  jdrien | 6/02/2017 @ 13:29 Répondre à ce commentaire

Refuser le modèle des fermes-usines, du type « ferme des 1 000 vaches 

faudra-t-il rebaptiser le Plateau de Millevaches ?
bon, je sors

73.  Murps | 6/02/2017 @ 15:32 Répondre à ce commentaire

the fritz le testut (#71), je n’avais pas encore consulté et je suis surpris de tant de moutonisme social de la part d’une personnalité qui est censée se démarquer de ses adversaires politiques.

Je suis certain d’avoir vu et entendu MLP dans une interview d’il y à quelques années ou elle assurait que le RCA était bidon.

Je sais bien qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis mais cette déferlante de conneries écolos de toutes les couleurs politiques, ça commence à bien faire.

Personne ne moufte ! Et le comble c’est que ce sont les mêmes inepties que dans le programme du candidat socialiste.
Ou se trouve le choix démocratique ??

74.  Hug | 6/02/2017 @ 16:11 Répondre à ce commentaire

Murps (#73),

Ou se trouve le choix démocratique ??

Il est train de se faire torpiller…

75.  zorglub | 6/02/2017 @ 17:25 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#69),

Difficile d’espérer mieux d’un expert en « marchabilité » !

76.  the fritz le testut | 6/02/2017 @ 17:29 Répondre à ce commentaire

Hug (#74), Murps (#73),
Je ne sais plus pour qui voter; je crois que je vais ressortir la gaule ce jour là

77.  Claude C | 6/02/2017 @ 18:17 Répondre à ce commentaire

Dans ce cas, il faut voter, mais blanc…!
comme je m’apprête à le faire si tout ça continue sur la lancée….!

78.  DURAMEN | 7/02/2017 @ 8:40 Répondre à ce commentaire

jdrien (#72),

Pourquoi rebaptiser le plateau des « Mille vaches » ? Vous n’y êtes pas…

Les mille vaches ne sont pas les bovins que vous croyez, ce sont tout simplement les très nombreuses « sources d’eau » dont le Massif Central est le réservoir !!!

79.  jdrien | 7/02/2017 @ 10:37 Répondre à ce commentaire

DURAMEN (#78), c’était de l’humour, raté ?

80.  Murps | 7/02/2017 @ 12:07 Répondre à ce commentaire

DURAMEN (#78), vous cassez un mythe…

81.  the fritz le testut | 7/02/2017 @ 13:05 Répondre à ce commentaire

Murps (#80),
Va falloir le rebaptiser si le RCA continue et le climat méditerranéen s’y installe

82.  jdrien | 8/02/2017 @ 13:28 Répondre à ce commentaire

Au journal de 13h de FR2, une pub éhontée pour les éoliennes

83.  Claude C | 8/02/2017 @ 14:11 Répondre à ce commentaire

jdrien (#82),
vu…! lamentable…!