4 749 Comments     Poster votre commentaire »

4701.  Icelake21 | 15/10/2019 @ 12:12 Répondre à ce commentaire

Pour revenir au site Infoclimat, non seulement les modérateurs appliquent des methodes soviétiques à ceux qui s’éloigneraient de la pensée dominante, mais en plus 90 % des intervenants sont obnubilés par le réchauffement climatique. C’est effarent de voir des gens qui sont pour la plupart un peu plus informés que la moyenne et qui semblent pour certains avoir fait de lourdes etudes tombés à ce point dans le dogme. Les espaces qui parlent du changement climatique sont lamentables, remplis d’idées toute faite, aucune contradiction possible, une pensee unique totalitaire.

Pour la partie prévisions saisonniere la plupart sont incapables d’aller au dela des previsions officielles de ‘MF ou de la « Chaine météo » ou de « guillaume Sechet ». Ceux ci annoncent chaque année un hiver doux mais c’est pas grave on les prend au pied de la lettre. Par exemlle cette année on a une tendance à l’hiver doux sur la plupart des sites (comme quasiment tout les ans) car ils se basent uniquement sur le réchauffement climatique. Ils se basent sur les modeles mais sont pas capable d’ananlyser la situation actuelle, c’est à dire que l’on est en phase de NAO negative depuis plusieurs mois ce qui a pour consequence des flux meridiens tres marqués. Ce phénomene est d’ailleurs tres present cette année en Amerique avec des records de chaleurs et des records de froids severes. la principale raison etant la faible activité solaire qui favorise la formation de blocage anticyclonique sur l’Atlantique et sur les latitudes élevées. Pour moi donc l’hiver sera froid voir tres froid cette année avec de très forts échanges méridiens avec à la clé des coups de chalumeau temporaire au milieu de vagues de froids et neigeuses sévères.

4702.  Hug | 15/10/2019 @ 12:25 Répondre à ce commentaire

Hug (#4700),
Je me relis et je me rends compte d’une phrase ambiguë. Il faut lire :
la part anthropique des émissions annuelles de CO2 dans l’atmosphère qui se limite à 4% rompt l’équilibre naturel d’émissions-absorptions de CO2 et conduit à cette augmentation significative sur le long terme, de la concentration de CO2 dans l’atmosphère.

4703.  Hug | 15/10/2019 @ 17:18 Répondre à ce commentaire

Pour info, je suis tombé par hasard sur cette vidéo très intéressante estampillée ina mais, sauf erreur de ma part, visible seulement sur youtube et pas sur le site de l’ina:
https://www.youtube.com/watch?v=RfIZkfMDTnU
Sur le site de l’ina, on ne trouve qu’une version raccourcie…
https://www.ina.fr/video/I15260632

4704.  Murps | 15/10/2019 @ 21:42 Répondre à ce commentaire

Hug (#4703), par contre les commentaires valent leur pesant de cacahuètes.

4705.  Pigouille | 15/10/2019 @ 23:46 Répondre à ce commentaire

Hug (#4703), sacré Jules Verne, non seulement il écrivait les rapports du GIEC mais en plus il sauvait la planète.

4706.  Anecdote | 16/10/2019 @ 7:36 Répondre à ce commentaire

Icelake21 (#4701),
Le forum d’Infoclimat c’est beaucoup de jeunes amateurs crédules cantonnés à la comptabilité climatique, une poignée de de réchauffistes dogmatiques plus ou moins formés aux raisonnements tordus du CNRM et du LSCE, et des gardiens du temple anti-sceptiques pour préserver le partenariat avec MF concernant les données.

4707.  Fabien Toulgoat | 17/10/2019 @ 11:51 Répondre à ce commentaire

▬ Je ne saurai jamais si le réchauffement climatique est d’origine anthropique ou non, parce que je pense ne pas pouvoir faire la synthèse de toute la documentation nécessaire pour vérifier et comprendre, j’ai déjà essayé.
Ça ne me pose aucun problème.

►Par contre je crois les scientifiques qui l’affirment, je crois au fait que certains tombent en dépression, que d’autres en pleurent, que d’autres s’énervent, révoltés face à ceux qui annoncent le contraire, lors d’une grande audience télévisée.

►Je pense qu’un complot de cette taille serait trop peu probable, comparé à tout ce qui est dénoncé, toujours très habilement et avec grande envergure.

►Je pense aussi qu’il est incohérent que les scientifiques en question aient un conflit d’intérêt avec le pouvoir, puisque le pouvoir aime l’argent du pétrole,
cette éventualité est donc pour moi une aberration.

►Ayant séjourné chez les deux opposés, je constate que les arguments des climatosceptiques sont vraiment moins solide, du point de vue de la légitimité de celui qui s’exprime que du support, et que peu d’entre eux ont lu le rapport du giec, c’est juste mon point de vue.

►J’ai vécu sur leur page beaucoup de moqueries, d’attaques et du « je suis supérieur », ou encore « Troll detected » sans même pouvoir argumenter, discussion très difficile, puis j’ai été viré sans explication, peut-être que je posais les bonnes questions?

►Beaucoup confondent météo et climat qui pourtant sont des notions accessibles, je pense par conséquent qu’une grande partie de ceux qui s’expriment chez les climatosceptiques ne se renseignent pas.

►J’ai aussi essayé de parler de l’étude d’effondrement d’une consommation de type exponentielle, « pas convaincus », alors que c’est également une notion accessible.

►C’est l’état des lieux tel que je le ressens après avoir essayé de comprendre leur point de vue, et franchement ils ne m’ont pas aidé à ce que je les crois, je suis toujours dans l’attente d’arguments.

►Je ne m’attend pas à être bien reçu ici, je suis plutôt amer et peut-être que ça se sent, je poste en espérant que ceux qui n’ont pas encore d’avis ne plongent pas sans avoir eu la démarche d’aller voir les deux sons de cloche.

L’un des deux étant bien sûr le ▬ RAPPORT DU GIEC ▬ pour les plus compétents, sinon des raisonnements secondaires pour le commun de mortel.

4708.  the fritz | 17/10/2019 @ 12:24 Répondre à ce commentaire

Fabien Toulgoat (#4707),

je suis toujours dans l’attente d’arguments

Nous aussi laugh

4709.  BenHague | 17/10/2019 @ 12:37 Répondre à ce commentaire

Fabien Toulgoat (#4707),
Je suis d’accord avec un certains nombre de vos points ( complots , etc etc )
Pour vous répondre, sur quelquechose d’absolument irrefutable :
Dans le rapport du GIEC , il y a la fourchette de l’ECS (Equilibrium Climate Sensitivity) .
Cette fourchette va de [ 1.5 degC – 4.5 degC] et le GIEC ne donne pas de « aucun best estimate » . Il ne donne aucun « best estimate » parce qu’il reflete la réalité de la connaissance scientifique sur ce point : ON NE SAIT PAS. ( ceux qui prennent le milieu de la fourchette +3degC , ont absolument rien compris au rapport du GIEC et comment cette fourchette a été élaborée)

Ce que l’on peut dire c’est que
>> si : ECS = 1.5 degC alors c’est trés benin et toute cette histoire est un faux probleme

>> si ECS = 4.5 degC alors il y aura des changements trés importants dans certaines régions de la planete au niveau météo ( positifs pour certaines regions , negatifs pour d’autres). Mais la encore les etudes sont tres contradictoires ( plus d’eau , moins d’eau , plus chaud , plus froid , moins de vent etc etce)

Donc , comment peut on prendre des décisions stratégiques fondamentales alors que l’ON NE SAIT PAS !!!
Le seul argument des réchauffistes comme vous , c’est le sacro-saint Principe de Précaution … Mais ce n’est pas un principe scientifique !
Donc toute l’hystérie en cours n’est pas basée sur la Science ( puisque meme le GIEC dit qu’il ne sait pas quel est l’ECS et donc la gravité ou non du RC(A) ) mais sur un principe fumeux ….

4710.  Hug | 17/10/2019 @ 13:10 Répondre à ce commentaire

Fabien Toulgoat (#4707),

je poste en espérant que ceux qui n’ont pas encore d’avis ne plongent pas sans avoir eu la démarche d’aller voir les deux sons de cloche

Savez-vous que les climatosceptiques sont en grande majorité des anciens climatocroyants qui se sont mis à douter pour une ou plusieurs raisons et qui ont creusé un peu (ou beaucoup) le sujet pour essayer de se forger leur propre opinion plutôt que de gober tout cru le discours médiatique unilatéral ?
Le site pensée-unique du regretté Jacques Duran a été et reste une référence pour ceux-là.

4711.  Nicias | 17/10/2019 @ 13:27 Répondre à ce commentaire

Fabien Toulgoat (#4707),

Soyez le bienvenu.

Par contre je crois les scientifiques qui l’affirment, je crois au fait que certains tombent en dépression, que d’autres en pleurent, que d’autres s’énervent, révoltés face à ceux qui annoncent le contraire, lors d’une grande audience télévisée.

Qui annoncent le contraire de quoi ?
Je suppose qu’on parle d’un « scientifique » venu annoncer ce qu’il va se passer en 2100 ? Quand on joue les Mme Irma, on risque gros. A commencer par se faire railler par ceux qui pensent que l’on est pas pas dans le domaine de la science mais dans celui des pseudo-sciences comme l’astrologie.

Si non peu de scientifiques tombent en dépression. Et même ceux-là continuent comme leurs collègues de rouler en voiture, de prendre l’avion et de manger de la viande. C’est plus important pour eux que de « sauver le climat ».

J’ai aussi essayé de parler de l’étude d’effondrement d’une consommation de type exponentielle, « pas convaincus », alors que c’est également une notion accessible.

Voici une notion accessible : Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. La consommation transforme un produit utile en un produit inutile. Son pendant est la production qui consiste à transformer un produit inutile en produit utile. Si on ne manque pas d’énergie, il n’y a aucune possibilité que cela s’arrête. Votre problème est que vous avez un modèle théorique qui est peut-être solide, mais comme il n’est pas en prise avec la réalité de ce qu’il se passe, vous ne convaincrez personne.


Voici un proxi de la consommation trouvé dans un des derniers rapports du GIEC. Sauriez vous me dire ou se trouve le point d’inflexion correspondant au début de votre effondrement de la consommation ? Est-il juste à côté de celui du pic-oil (prévu en 2005) ou du début de la transition énergétique ?

Mais cela m’amène à votre histoire de complot. Vous ne faites pas partie d’un complot (et les scientifiques non plus), vous avez juste des biais. L’un d’entre eux est que vous pensez que la consommation va s’effondrer. Alors pourquoi vous battre contre les prévisions apocalyptiques sur le climat ? C’est tout a fait inutile puisque quoi qu’il se passe sur le front du climat, vous pensez déjà qu’il faut arrêter de consommer et produire du CO2. Vous n’avez pas envie de défendre deux politiques/positions opposées. C’est tout à fait normal d’avoir des biais, pas besoin de parler de complot.

4712.  Pigouille | 17/10/2019 @ 14:33 Répondre à ce commentaire

Fabien Toulgoat (#4707), Vous avez une approche rationnelle en allant consulter les arguments des parties. Continuez, prenez le temps de la réflexion. Ne cédez pas à l’angoisse car le changement climatique vous passe au dessus de la tête, vous ne pourrez pas aller contre lui. L’homme est doué pour s’adapter au froid et au chaud, il a investi toutes les niches de la planète. Les espèces aiment la chaleur. Il y a bien plus d’espèces aux tropiques qu’aux pôles. Il est important de protéger les espèces en danger mais le climat n’est pas la menace première. L’uicn classe le climat en 9e position. Les gilets jaunes font la révolution car la ruralité est en crise, les bobos des villes sont sourds aux alarmes des champs. La collapsologie est fondée sur le malthusianisme. Il y a trop d’humain sur la planète, disent ils. Relativisez: dans un siècle ces humains seront tous morts. Vous êtes passager de la.planete, profitez bien du voyage, foncez, découvrez, participez. Ne vous laissez pas enfermer dans une sobriété heureuse monacale.

4713.  AntonioSan | 17/10/2019 @ 17:43 Répondre à ce commentaire

La plus récente victime du totalitarisme académique vert: Susan Crockford. Apres une attaque en règle de la « communauté scientifique » au travers d’une publication à laquelle elle a répondu point par point l’année passée, son université, qui fut très enthousiaste pour ses conférences y compris sur les ours polaires, ne renouvelle pas son statut de professeur adjoint.
Soit on répond a la science par la science, soit on use de pressions politiques pour faire taire une voix discordante. Et pourtant Crockford mentionne que les inuits du Nunavut partagent sa position sur la conservation des ours polaires, en opposition aux « spécialistes » estampillés.
Mais c’est vrai, qu’en savent-ils, n’est-ce pas?
On avait déjà eu le cas de Cliff Mass, pas assez orthodoxe pour la Cause et donc vilipende par l’Université de Washington. Peter Ridd qui osa défier le consensus alarmiste sur la Grande Barriere de Corail…
Décidément, avec une science aussi convaincante, on se demande pourquoi ses thuriféraires ont tant besoin de jouer les inquisiteurs…

4714.  AntonioSan | 17/10/2019 @ 18:04 Répondre à ce commentaire

Encore un qui desire preter allegeance et se placer pour un futur poste…
Une coincidence bien sur, un hasard…

4715.  Araucan | 17/10/2019 @ 21:57 Répondre à ce commentaire

Fabien Toulgoat (#4707),
Moi, j’aimerais qu’on m’explique les causes de la variabilité naturelle depuis la sortie de la dernière glaciation. Ensuite, j’aimerais savoir pourquoi le soleil ne joue aucun rôle dans les variations ( vous connaissez des objets naturels qui ne varient pas ?). Ensuite, on verra pour le CO2.
Oui, on consomme beaucoup : cela va-t-il durer ? No se.
L’avenir n’est écrit.

4716.  Abitbol | 18/10/2019 @ 7:01 Répondre à ce commentaire

« Par contre je crois les scientifiques »
Oui, oui, d’autres croient en dieu, au père noël, en la théière cosmique, ou en la petite souris, etc.
Tant que vous vivrez à la remorque de croyances, il vous faudra un prêtre, des cadeaux, des dents de lait ou des rapports du giec, etc.
Votre problème est commun avec la plupart des humains, vous préférez croire à quelque chose, plutôt d’accepter de ne jamais savoir et passer à autre chose, ça s’appelle : manque d’humilité. Vous n’êtes pas « savant » vous-même, mais vous voulez « croire » qu’il existe des « savants ».

4717.  papijo | 18/10/2019 @ 11:01 Répondre à ce commentaire

Fabien Toulgoat (#4707),
Vous « croyez au GIEC », alors vous êtes certainement capable de m’expliquer cette figure tirée du dernier rapport du GIEC – Chapitre 9 – Evaluation of climate models au sujet de la sensibilité climatique.
Cette figure montre que la valeur de cette sensibilité est « correcte » sur la période 1951 – 2012 (normal, les modèles ont été ajustés pour reproduire ces valeurs « passées »), mais si on regarde dans les détails, elle est trop faible pour la période 1984 – 1998 (de 30% environ), et beaucoup trop élevée (d’un facteur 3 ou 4 ?) sur la période 1998 – 2012 (période traitée par le GIEC de « hiatus » dans ce même chapitre).
Qu’en déduisez vous ?
– Que plus il y a de CO2 dans l’air, plus les modèles du GIEC sont faux ?
– Que si on n’observe pas une augmentation de température « catastrophique » sur la période suivante 2012 – 2026 pour rattraper ce hiatus, l’avenir des spécialistes du GIEC serait gravement compromis ? et donc que ces spécialistes ont intérêt à tirer parti de toutes les mesures, même les plus « gallarguesques » s’ils veulent conserver un minimum de crédibilité ?
– Que ce réchauffement « catastrophique » ne se produisant toujours pas, il y a intérêt à reconnaitre ses « erreurs passées » et « gommer le hiatus » au plus vite !

4718.  de passage | 18/10/2019 @ 11:59 Répondre à ce commentaire

papijo (#4717),

Que ce réchauffement « catastrophique » ne se produisant toujours pas,

Mais bien sur .. A moins qu’eux aussi trafiquent les données ….Un peu de théorie du complot n’a jamais fait de mal à personne n’est-ce-pas ?

https://www.ncdc.noaa.gov/sotc/global/201909

4719.  JG2433 | 18/10/2019 @ 13:12 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#4716),

vous préférez croire à quelque chose,

« Croire à quelque chose, non parce que cela est vrai ou faux, mais parce qu’on a besoin de croire ».
(Raymond Boudon)

4720.  papijo | 18/10/2019 @ 20:15 Répondre à ce commentaire

de passage (#4718),
Non ! Ils ne traficotent pas les données … et vous me donnez le lien vers le site qui va me permettre de vous prouver le contraire !!!!
– Donc sur ce site, vous changez la date « Year » en 2018 (au lieu de 2019 … qui n’est pas fini !), et « Month » en « Annual » (au lieu de « September »), puis vous cliquez sur « Submit » … facile !
– Dans le chapittre « Ten warmest years », vous choisissez au hasard « 2005 » (la manip marche aussi avec les autres années … mais vous le ferez tout seul !) et vous notez l’anomalie, donc:
L’anomalie de l’an 2005 est de 0.66 °C dans le rapport 2018
– Retournez en haut de page, et changez d’année, par exemple 2013 (on va pas tous les faire, ce serait trop long !), et cliquez à nouveau « Submit » et retrouvez le tableau
L’anomalie de l’an 2005 est de 0.65°C dans le rapport 2013
– Remontons encore dans le temps, par exemple en 2009:
L’anomalie de l’an 2005 est de 0.62°C dans le rapport 2009 et enfin:
L’anomalie de l’an 2005 est de 0.58°C dans le rapport 2005 (il faut lire le texte !)

Constatez avec moi que de 2005 à 2018 (13 ans), les températures de l’an 2005 ont augmenté de 0,08°C, ce n’est pas beaucoup, mais c’est tout de même 0,615°C par siècle uniquement dus au traficotage des méthodes de mesure ! Pas mal pour un soi-disant réchauffement de l’ordre de 1 ou 1.5°C par siècle !
Vous avez une explication ? (les années de référence n’ont pas changé pour le calcul de l’anomalie)

4721.  papijo | 18/10/2019 @ 20:25 Répondre à ce commentaire

Si un « Gentil Modérateur » passe par là et veut bien débloquer ma réponse à « de passage » enregistrée à 20 h 15 … merci à lui !

4722.  Bernnard | 18/10/2019 @ 22:58 Répondre à ce commentaire

papijo (#4721),
c’est fait!

4723.  Murps | 18/10/2019 @ 23:38 Répondre à ce commentaire

L’est parti le Fabien…

4724.  pastilleverte | 19/10/2019 @ 20:45 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#4714),
Montée de l’extrême gauche (ou du moins de ses « meilleures » idées) aux States

4725.  Abitbol | 20/10/2019 @ 0:18 Répondre à ce commentaire

papijo (#4720),
Sublime !

4726.  BenHague | 20/10/2019 @ 0:52 Répondre à ce commentaire

papijo (#4720),

Je crains de vous decevoir . Mais l’augmentation d’anomalie pour l’année 2005 ( et les autres) se fait par rapport á la moyenne de 1880-1900. Donc on ne peut pas extrapoler sur un siecle comme vous le faite.
Ce que cela dit c’est qu’entre 2005 et 2018, la NOAA a réviser á la hausse de +0.08 degC l’augmentation de l’index de temperature moyenne depuis 1 siecle.
Considerant tous le travail de calibration, d’harmonisation des stations de mesures etc etc , une modification de la valeur +0.08 degC ne me choque pas. ( ces 0.08 degC sont á comparer au 1 degC d’augmentation de la temperature moyenne soit de l’ordre de 10% sur la tendance). Pas de traficotage selon moi .. juste un travail en continu ….

4727.  papijo | 20/10/2019 @ 10:00 Répondre à ce commentaire

BenHague (#4726),
Pour moi, cela signifie que le passage d’un ensemble de mesures « brutes » à une « température globale moyenne » a été modifié de manière à produire cette augmentation des températures. Cela ne serait pas choquant si on observait des ajustements tantôt vers le haut et tantôt vers le bas, or ici, les températures récentes sont systématiquement ajustées à la hausse comme on peut le constater sur ce tableau tiré d’un article de WUWT.

On peut aussi se référer à ce site qui répertorie(*) les modifications mensuelles du « GLOBAL Station Temperature Index » du GISS. Son utilisation n’est pas très conviviale. Il faut aller sur la page correspondant au mois de modification, et l’anomalie annuelle (en 1/100°C) est la 13ème valeur non barrée sur chaque ligne … De mois en mois, les modifications ne vont pas systématiquement dans le même sens, mais sur une durée plus longue, une année par exemple,les modifications se traduisent régulièrement par une augmentation des températures récentes et une diminution des températures anciennes

(*): ou plutôt répertoriait. Il semble que le site a connu un « changement de propriétaire » et a cessé ses mises à jour au début 2019. Je crains que les archives ne soient pas conservées très longtemps …

4728.  JC | 20/10/2019 @ 19:25 Répondre à ce commentaire

On peut lire ici (https://library.wmo.int/doc_num.php?explnum_id=5796) page 8, ce passage étrange :

« Le chiffre de 14 °C est couramment retenu lorsqu’on
se réfère à la température moyenne de la
période 1961–1990. Cette valeur n’est pas connue
avec une grande précision, il faudrait peut-être
retrancher ou ajouter un demi-degré
. Comme il
est dit plus haut, la marge d’erreur en l’occurrence
est nettement plus grande que pour les anomalies
annuelles de la température, où elle est en général
de quelque 0,1 °C.
 »

Sur les T° absolues :
https://www.klimamanifest-von-heiligenroth.de/wp/es-war-vorsatz-als-sven-ploeger-daserste-am-11-04-2019-im-wdr-ein-grad-celsius-aus-dem-treibhauseffekt-verschwinden-liess-eehni/

4729.  Philippe | 20/10/2019 @ 23:11 Répondre à ce commentaire

Araucan (#4715),
Pendant le « Petit Age Glaciaire » (1340-1880) la décennie la plus froide fut 1695-1705 (le « minimum de Maunder »).
Or, pendant cette décennie spécialement froide, l’Observatoire de Paris, fraîchement fondé par Louis 14, relève 0 (zéro) taches solaires.

Bref, quand le Soleil entre en léthargie, ici sur Terre il fait très froid…

Incidemment, c’est ce réchauffement amorcé vers 1705 qui se poursuit de nos jours et qui fait tourner tant de têtes…

4730.  andqui | 21/10/2019 @ 7:40 Répondre à ce commentaire

Philippe (#4729),

4731.  andqui | 21/10/2019 @ 7:53 Répondre à ce commentaire

andqui (#4730), Intéressant mais…
– Vous parler du minimum de Maunder: concernait -il la France, l’Europe, ou la totalité de la terre? Comment peut-on répondre à cette question?
– Vous mettez en relation cette période froide et l’absence de taches solaires: y a-t-il une relation causale? ( vous semblez l’affirmer) Pour cela, de combien d’observations similaires dispose-t-on pour le dire? Quels seraient les mécanismes physiques qui pourraient expliquer ça? (expérience « Cloud »?)
Bien sûr, j’ai lu ça 10 fois, en particulier chez Jacques Duran, mais je pense que ça reste une hypothèse.
D’une façon générale, ne sommes-nous pas tentés, les climato-réalistes, de tomber dans les mêmes pièges, généralisations abusives, biais de confirmation et autres obstacles épistémologiques, que nos amis réchauffistes? Mais à nous, on ne le pardonne pas.

4732.  BenHague | 21/10/2019 @ 8:41 Répondre à ce commentaire

andqui (#4731),

Pour le minimum de Maunder , il y a des etudes tendant á montrer que cela fut global ( apparemment certaines couches profondes de l’Ocean Pacifique continuent de se refroidir á cause du minimum de Maunder)

C’est comme l’optimum medieval , l’ensemble des travaux historiques ( je dit bien historique ..) tendent á montrer que les grandes civilisations ( Chine , Amerique du Sud , Europe) ont connu un développement rapide simultanément … Apparemment avec un boom de l’agriculture … Le consensus historique ( bouh le vilain mot) était encore recemment que l’optimum mefieval était global ….
Mais lá encore , il faut retourner l’argument des rechauffistes : Si c’est local … quel mécanisme ? .. comment un réchauffement est contenu á une seule region du globe ( et pas de bol sur celle ou on a le plus d’information ….)

4733.  scaletrans | 21/10/2019 @ 10:17 Répondre à ce commentaire

andqui (#4731), BenHague (#4732),
Il convient de préciser que le Minimum de Mauder concerne les taches solaires, et donc, qu’on le veuille ou non, c’est un phénomène qui intéresse l’ensemble de la Terre et son effet est confirmé par les chroniques du temps sur l’ensemble du globe.

4734.  andqui | 21/10/2019 @ 10:29 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#4733), Vous voulez dire que l’on dispose de chroniques sérieuses pour l’Europe, bien sûr, mais aussi pour le continent américain, l’Asie, l’Afrique, l’antarctique, l’Océanie,…, et les océans, alors que, même aujourd’hui, la couverture terrestre des mesures est très hétérogène (euphémisme!)? Quelles sont les sources?
Je suis perplexe, vous vous en doutez mais je ne demande qu’à vous croire et j’utiliserai vos arguments.

4735.  BenHague | 21/10/2019 @ 10:46 Répondre à ce commentaire

andqui (#4734),

Pour le Minimum de Maunder , le plus convainquant que j’ai trouvé c’est le refroidissement en cours des couches profondes du Pacifique .
Je vais essayer de remettre la main sur l’article/papier …

4736.  BenHague | 21/10/2019 @ 11:02 Répondre à ce commentaire

Il y a cela :

https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-6558285/Little-Ice-Age-hundreds-years-ago-cooling-bottom-Pacific-researchers-find.html ( á vous de creuser plus avant)

https://www.swsc-journal.org/articles/swsc/abs/2017/01/swsc170014/swsc170014.html

vous avez aussi cela .. tout chaud …
https://www.nature.com/articles/s41467-017-02082-2

Sinon pour les abrutis qui disent que le LIA n’étaient pas global , alors ils faut leur rappeler que la derniere étude sur laquelle ils ont fait les gorges chaudes liait le LIA á la conquete de l’Amerique et aux génocide des amerindiens (si ,si, si) : les champs n’etant plus cultivés ( land use change) , le CO2 aurait été pompé massivement par la Nature et aurait déclenché un refroidissement ( forcément global)

D’habitude la discussion se termine lá car ils ont le nez dans le caca :
soit ils disent que c’est local mais alors ils sont en contradiction avec cette theorie bien-pensante diffusée massivement dans les médias , soit ils disent que c’est global (pour ne pas etre en porte-a-faux avec cette theorie pipeau) et ils ne peuvent plus évacuer l’impact du Soleil ….

4737.  BenHague | 21/10/2019 @ 12:43 Répondre à ce commentaire

Plus détaillé :
https://science.sciencemag.org/content/363/6422/70.full

4738.  amike | 21/10/2019 @ 14:45 Répondre à ce commentaire

BenHague (#4732), Cela n’arrêtera pas les « climato carbo centristes », qui diront qu’il s’agit d’un phénomène (minimum de tâches) de refroidissement ponctuel et léger, qui s’ajoute à un phénomène (RCA) de réchauffement long et intense !
Les optimistes diront qu’il ne reste plus que 10ans de plus pour agir, les pessimistes, pire que prévu quand il prendra fin.

Encore une fois, le RCA est décrit comme n’étant pas naturel (par définition) , et donc incomparable avec des conditions passées : Qu’il ait fait plus chaud, qu’il y ait plus de CO2, que l’inlandsis ait tenu, que les coraux soient toujours là … n’est pas pertinent.

Comme dit The Guardian : c’est systémique, c’est la faute de l’homme, il faut donc changer l’homme pour le préserver.
D’ailleurs, l’urgence climatique n’est peut-être que le symptôme : https://wattsupwiththat.com/2019/10/20/extinction-rebellion-isnt-about-the-climate-its-about-heteronormativity/

4739.  BenHague | 21/10/2019 @ 15:18 Répondre à ce commentaire

amike (#4738),
Je suis d’accord sur votre analysis …
Le débat scientifique est secondaire … Seulement les gens aux pouvoirs qui ne sont fanatisés vont se rendre compte ou les menent les fanatiques écolos ( cf Chili, GJ ) et ils vont faire machine arriere

4740.  scaletrans | 21/10/2019 @ 16:02 Répondre à ce commentaire

andqui (#4734),
Les mesures sont trop récentes (Central England date du 17°), mais les chroniques et les analyses par proxies montrent que le PAG fut mondial, avec toutefois des décalages temporels d’une région à l’autre (c’est toutefois ce que j’avais remarqué dans les datations sur des documents que je n’ai pas le temps de rechercher…)

4741.  Jojobargeot | 22/10/2019 @ 15:30 Répondre à ce commentaire

BenHague (#4732), Local l’optimum médival, ha bon ?
Vous n’en voulez? En voilà.
https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1akI_yGSUlO_qEvrmrIYv9kHknq4&ll=-5.891904349949243%2C38.03818700000005&z=1

4742.  Murps | 22/10/2019 @ 21:39 Répondre à ce commentaire

Jamais été totalement convaincu par la démonstration du minimum de Maunder.
D’une part la corrélation taches-températures n’est pas si flagrante que cela, d’autre part corrélation n’est pas causalité.
Je ne dis pas que c’est faux, ni que les crachotements du soleil n’ont pas d’impact sur le climat, je pense simplement que l’on a pas assez de données pertinentes sur une longue période pour conclure quoi que ce soit de certain.
Je ne parle même pas des mécanismes du climat , que l’on ne connait pas, ni ceux de la dynamique solaire des taches qu’on ne maîtrise pas plus.

Après, si un coup de froid planétaire survient dans la décennie avec le faible nombre de taches…

4743.  the fritz | 23/10/2019 @ 7:51 Répondre à ce commentaire

Murps (#4742),

Jamais été totalement convaincu par la démonstration du minimum de Maunder.

Si la succession millénaire de chauds et de froids n’est pas dû au soleil , peut-être que c’est le rythme de respiration de la Terre creuse via les rides océaniques
https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/hollowearth.html

4744.  andqui | 23/10/2019 @ 8:19 Répondre à ce commentaire

Murps (#4742), Bon ben on penche du même côté: voir en 4731. Il nous faudrait du solide avant d’utiliser cet argument.
En revanche, tout phénomène antérieur à la période actuelle concernant le climat et ayant une extension planétaire observée ou prouvée est forcément d’origine naturelle( peu importe laquelle) ce qui veut dire, au nom du principe de parcimonie, que les observations contemporaines doivent d’abord être attribuées à des origines naturelles. L’explication anthropique ne peut être que du second ordre, qualitativement et quantitativement.
Le problème, c’est que la formation des scientifiques en épistémologie est désastreuse, y compris sur ce site.

4745.  amike | 23/10/2019 @ 9:24 Répondre à ce commentaire

andqui (#4744),

L’explication anthropique ne peut être que du second ordre, qualitativement et quantitativement.

D’où le préalable imposé par les alarmistes : que le changement est extrêmement brusque à l’échelle des temps : jamais eu autant de CO2 émis ET le réchauffement n’a jamais été aussi rapide, itou. Le coupable devient alors évident…

En paleo climatologie, une chose à remarquer est qu’on ne donne pas de raisons naturelles aux « périodes chaudes », hormis qu’elles correspondent à la fin des « périodes froides ». Pour ces dernières, on a toute sorte de causes (volcan, cycles, rayonnement, nuages…).
Soit on peut penser que la période chaude est un temps où l’échauffement par le Soleil n’est pas perturbé, soit que l’Océan se met à dégager un excédent de chaleur sur une longue période.

Ou encore, que la Température Moyenne Globale du passé est un calcul totalement incertains de relevés régionaux.

4746.  scaletrans | 23/10/2019 @ 9:32 Répondre à ce commentaire

L’effet d’un minimum solaire, si effet il y a (ce que je pense personnellement), ne peut être immédiat. Rien que l’accumulation de chaleur dans les océans dont la capacité thermique est mille fois celle de l’atmosphère interdit de le penser. Cependant, l’alternance régulière des périodes chaudes/froides est bien documentée, et comme par hasard, les reconstructions de l’activité solaire le sont aussi et correspondent. Alors ?

4747.  MichelLN35 | 23/10/2019 @ 9:57 Répondre à ce commentaire

Murps (#4742),
andqui (#4744),

Votre position m’étonne, si vous n’êtes pas convaincus, ce n’est sans doute pas de l’existence du « minimum » qui signifie seulement que le nombre de taches solaires s’est effondré au 17e siècle, juste après Galilée et sa lunette. Ceci me paraît tout à fait sûr et aucun des minimums depuis cette période n’a atteint cette faiblesse du nombre de taches.

La relation éventuelle avec les températures sur la terre a d’abord été établie par W Herschel en 1801 cf https://www.bvoltaire.fr/rechauffement-quelques-vraies-raisons-changements-climatiques/
Ces travaux ont été repris au 21e siècle par au moins une équipe en Israël, je pourrais vous trouver la référence si vous voulez.

De plus, les travaux de Kitagawa, 1993-5, après Leona Libby 1974-5 à l’origine de son interview de 1979 rapportés par HELLER ;et ceux de Grudd à Tornetrask, sont aussi basés sur la relation des minimums solaires avec la croissance végétale et la teneur en éléments lourds dans les cernes des arbres, la glace, les varves lacustres et les stalagmites etc. 18O d’abord puis surtout 13C. Des analyses mathématiques de « spectres de phase » (Fournier) sont nombreuses et parlantes pour ceux qui connaissent (pas moi mais je leur fais confiance).

Je vous montre seulement ce que l’on peut observer sur la mortalité pour mille en France depuis 1975, les cycles solaires de #11 ans sont clairement visibles ici : Gr mort p 1000 https://tinyurl.com/y6uv3wtu

4748.  MichelLN35 | 23/10/2019 @ 10:06 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#4746),

Tout à fait d’accord, vous le dites mieux que moi et surtout en plus court, mille excuses pour vous avoir oublié. Je pense que le graphique décennal de Kitagawa rapporté par Lüning et Vahrenhold sur un Cryptomeria de ~1800 ans est incontournable.

4749.  andqui | 23/10/2019 @ 10:12 Répondre à ce commentaire

amike (#4745), scaletrans (#4746), Bien sûr, les corrélations sont là, mais sont-ce des causalités? Les explications sont naturelles mais vraisemblablement multi-factorielles, l’activité solaire étant, sans doute, prépondérante, mais on en sait rien en réalité.
En outre, on compare des évènements à pas de temps géologique avec des évènements à l’échelle humaine: c’est stupide, mais la masse considérable des abrutis croyants ne voit pas la différence et ça leur convient car ça ne dépasse pas leurs capacités conceptuelles.
La bêtise est toujours la cause ultime.