Le changement climatique rend les poissons plus petits.


(Il ne manquait plus que cela à la longue liste des calamités engendrées par le changement climatique : les poissons raccourcissent ! Noter que l'étude a été faite dans des zones notoirement pêchées et surpêchées …)

• • • • •

Les poissons des eaux européennes ont perdu la moitié de leur masse corporelle en l'espace de quelques décennies sous l'effet du changement climatique, selon une étude de l'institut français Cemagref publiée lundi aux Etats-Unis. Les chercheurs de cet institut public spécialisé dans la gestion durable des eaux et des territoires ont étudié les populations de poissons dans les rivières européennes, ainsi qu'en mer du Nord et en mer Baltique. Leur conclusion, publiée dans la revue "Proceedings of the National Academy of Sciences" est que les différentes espèces de poissons ont perdu en moyenne 50% de leur masse corporelle au cours des 20 à 30 dernières années et que la masse totale des poissons présents dans les eaux européennes a baissé de 60%.Carte postale 1909

Carte postale, 75, Avril 1909, France. Source.

Les espèces les plus petites tendent en effet à prendre proportionnellement une place plus importante dans les mers et les cours d'eaux, a expliqué à l'AFP le principal auteur de l'étude, Martin Daufresne. Les chercheurs savaient déjà que les eaux plus chaudes sont généralement habitées par des espèces plus petites. Et que le réchauffement des eaux a eu des conséquences sur les flux migratoires et les habitudes de reproduction des poissons. Mais l'impact du rétrécissement des poissons est "énorme", estime M. Daufresne. Les poissons plus petits pondent ainsi moins d'oeufs et sont à l'évidence des proies plus petites pour leurs prédateurs, y compris l'homme, d'où des conséquences graves pour la chaîne alimentaire et l'écosystème.Même si la surpêche a un impact sur la diminution de la taille des poissons, "cela n'est pas la seule raison", observe le chercheur. "Notre étude établit que la température joue un rôle majeur".

Source : (belga)

,

59 réponses à “Le changement climatique rend les poissons plus petits.”

  1. Est-ce que le réchauffement climatique ne diminuerait pas aussi le nombre de synapses dans le cerveau de certains chercheurs ?

    Y a-t-il une étude là dessus ?

  2. Emilie (#1), Cette étude est à faire.

    Pour les poissons, ceux des lacs et rivières en France relèvent du Cemagref, ceux des mers n’ont rien à faire là-dedans.

    Le nommé Daufresne cherchait des fonds, il va en recevoir puisqu’il se raccroche à la mode.

    Les métaanalyses ont du bon, où comment recycler les travaux des collègues.

  3. Complément ) Marot (#2),

    Je viens de lire l’étude la plus fouillée du Cemagref sur le Rhône et sa biologie.
    http://www.cemagref.fr/le-cema…..nload/file

    Ce qui me laisse rêveur en fin de lecture est que les espèces de poissons sont analysées dans le détail, qu’il est relevé que là où la température a augmenté, les poissons thermophiles se régalent et réciproquement.

    Mais nulle part la diminution de 50 à 60 % du volume de poissons n’est signalée.
    Les auteurs étaient-ils aveugles à cela en 2008 ?

  4. Quand le GIEC fait de l’humour , ça donne ça….

    humour

    ahahah, qu’est-ce qu’on s’amuse!

    Maintenant vous savez: ce sont des petits hommes verts avec un nez de clown contre qui il faut lutter…. Ca devient difficile (et assez glauque à mno goût)

    Au fait, j’ai appris hier que le chairman du GIEC M. Rajendra Pachauri avait été dans le conseil d’administration d’une compagnie pétrolière indienne, qu’il est dans un institut de l’énergie de l’inde et qu’il est économiste. Je n’ais rien contre aucun des 3 postes, mais ça fait quand même un beau CV pour un chairman.
    J’étais juste (un peu) surprise (un peu parceque bon, c’est comme leur sois disant liste de scientifique d’origine hétérogène à majorité ONUsienne)…
    Ca décridibilise surtout les proCC quand ils disent que les sceptiques sont payé par Shell (dans le même registre: EDF, Ibis, l’oréal,… sont les premiers partenaires de M.Hulot pour sa fondation jeune big brother….)

  5. lol, je viens d’apprendre que’un des pères du WWF, Julian Huxley était un théoricien de l’eugénisme….. ben avec ce sacré changement climatique, on est mal parti (sauf pour ceux et celles qui désirent de devenir Ariel la petite sirène dans le pays enchanté de Mickey)

  6. Faudrait demander à Mme Bardot si le surpeuplement des phoques est aussi un facteur déterminant de la disparition du poisson.

    Hier, je lisais dans mon journal local que la pollution diminue le quotien intellectuel des enfants nés dans des milieux fortement urbanisés.

    Ça doit être là que Paul Watson est né. Lui qui déclare ceci en 1982: « Mon engagement écologiste est né d’une révélation. Je me suis dit : plutôt que de sortir dehors pour tirer un oiseau, je devais au contraire sortir pour tirer sur l’enfant qui tue l’oiseau. »

  7. Marot (#3),

    L’étude mérite d’être regardée en détail, mais il serait aussi intéressant de voir si les stations météos de référence pour évaluer le RC ne sont pas dans des îlots urbains.
    J’en retiens aussi un fort effet des crues (en sus d’eaux plus chaudes des centrales…) -mais j’ai vite lu-…

  8. Je penserai plutot à une adaptation des espèces face à leur prédateur (l’homme). Plus ils sont gros, plus ils sont chassés et tués. Il faudrait comparer les espèces convoitées par l’homme avec les autres.

  9. Le président du GIEC, M. Rajendra Pachauri, siège aussi au CA de la bourse du carbone de Chicago. dont 17% appartient à Al Gore par le truchement de son Hedge Fund. À signaler que Goldman Sacks, la banque de Gore, a 10 % des actions de cette bourse.

    Enfin, un des clients de cette bourse est nul autre que Monsanto, l’ennemi public numéro un des grenellois. Oh le beau nid de vipères climatiques…

  10. Moi, cette étude (surtout ses conclusions) me réjouit plutôt.
    Parce que je pense qu’elle s’ajoute dans le plateau de la balance des absurdités publiées, et que plus il y en a, plus vite le fléau va s’incliner brusquement.
    Il y a 2 ou 3 ans, je pensais qu’on en aurait pour une bonne dizaine d’années. Maintenant, je crois que l’échéance peut se compter sur les doigts d’une seule main, et que ça va s’écrouler à toute allure.
    Alors, ouiiii! que l’on publie encore plus de co…ries !

  11. Pierre-Ernest (#14),

    J’y ai longtemps cru que l’absurde finit par s’imposer et par être corrigé : en fait, non, on va générallement jusqu’au bout…
    Regardez la convention sur la couche d’ozone ….

    ardeche07 (#12),

    En fait, il y a plein d’explications possibles mais quel est leur poids dans la balance ? surpêche, pollution, salinité des eaux, nourriture disponible…
    Après tout le gulf stream a bien ralenti pendant un moyen puis est reparti : cela a peut-être un effet (composition de l’eau de mer…)

    Ce que l’on ne sait pas c’est si la biomasse totale de poissons augmente ou diminue…

  12. Araucan (#15),

    Ce que l’on ne sait pas c’est si la biomasse totale de poissons augmente ou diminue…

    Mais si, il sait tout le monsieur :

    la masse totale des poissons présents dans les eaux européennes a baissé de 60%.

  13. Pierre-Ernest (#14),

    Mais avec les conséquences de la crise, des directives européennes, des politiques,du média etc… est-ce que même un an ça ne serait pas déjà trop tard? Est-ce qu’on a pas dejà le doigt dans le c**, mais qu’on ne le sens pas?

    Je veux pas être pessimiste (non…) Je crois qu’on va en baver un peu avec cette science de « c’est dit, on n’y reviendra pas » et de ces petites familles prétencieuses qui jouent avec toutes les cartes (gouvernement, finance, environnement, …) … Mais comme dit mon papa, il y a toujours un équilibre, et les gens ne se laissent pas marcher sur les pieds, surtout quand on touche à leurs acquis et droits.

    Mais en même temps, que dire des milliers de milliards de $ (je n’exagère pas; le PIB de la France ~ 2000 Md$, celui des US~ 12000Md$) données « gratuitement » (normalement ça n’aurait pas été le cas, mais finalement si: ces près se sont évaporés en qques jours…)sans que personne ne réagisse?

    Pareil pour les politiques de repressions sur la polution! je ne dis pas que c’est mal de lutter contre la polution (enfin, en même temps, je crois qu’en europe 90% de la lutte est déjà faite.. bon, le pb c’est que celle-ci avait pour solution la délocalisation de la polution) , mais les méthodes sont un tantinet inéquitable… Et personne ne réagit, et tout le monde en demande encore…..

    Je me pose quand même beaucoup de question. Je pense que mon père à raison: un jour, la balance se rééquilibrera, mais je pense qu’elle risque d’être déséquilibré pendant un petit moment, et je crois que ça a déjà commencé: où plutôt, ça sera à la rentrée 2010, quand les budget seront devenu quasiment nul puisque nos cher politicien (que j’ai envie de les embrasser!) sont en train de vider les caisses de l’état (et s’ils ne la vident pas, ils déscridibilisent les instituts, comme l’éducation, ou les hôpitaux…. )

  14. super.mouton (#17),

    Il est vrai que le RCA apparaît comme le cache-sexe des politiciens et permet de maintenir et de développer un discours, vu par certains de progrès, en tous cas concernant l’avenir, qui sera meilleur parce que plus vert.
    Sans cela, le métier serait bien plus difficile : mondialisation, délocalisation ou concurrence féroce au niveau de l’industrie (celle que l’on a laissé tomber depuis 25 ans, Europe aidant), réforme de l’administration, trou de la Sécu, secteur bancaire et finance internationale, Europe…. Tous sujets récurrents, complexes , difficiles et impliquant des sacrifices.
    Alors utiliser le RCA, l’ »augmentation inéluctable de la température » si l’on ne fait rien, permet d ‘avoir un discours clair, d’espoir qui mobilise (au moins) les médias, en promettant de sauver le monde (lequel d’ailleurs) pour dans 50 ans, théoriquement par une révolution technologique, un meilleur partage des richesses, moins de pollution et de gaspillage et la marche à pied : jouer les rabat-joie
    dans ce contexte c’est jouer perdant ou devenir un mouton noir.
    Regarder Allègre : il dit le RCA, ce n’est pas le vrai problème, le vrai problème c’est la question de l’eau. Quelque part, il n’a pas tort sur ce point, sauf que ce n’est pas sexy et qu’il n’y a pas un grand élan international derrière : résoudre les problèmes d’eau douce en Afrique du Sud est sans bénéfice même intellectuel pour les habitants d’Athis-Mons (mais peut-être pour Véolia). Par contre arriver à faire croire à l’habitant de Vesoul qu’il participe au gaspillage mondial et aussi à sa rédemption, ça c’est de la politique !

    On oublie juste que pour financer toute cette belle politique, il faut de l’activité économique derrière et que pour le moment, c’est plutôt dur…

  15. Araucan (#18),
    je trouve au contraire que le discours du RCA permet de continuer les politiques de délocalisation (direct), réformes administratives (indirecte: la présence de plus en plus commune de cellule environnementale dans les universités par exemple est un côté, le détournement des portefeuilles en est un autres), mondialisation (direct, suffit de voir les scénario que nous propose le GIEC), privatisation(qui d’autre que Nestlé peut nous nourrir correctement? à quand une PAC financé par les privés? ça chatouillerait encore la concurrence agricole) etc… sans se soucier du discours qui devient unilatéral, indéniable et unanime: c’est à cause du RCA… on met le couteau sous la gorge des gens en menaçant leurs enfants, on les rackette avec des bourses et ils ne doivent rien dire, c’est leur faute…

    Claude Allègre soulève un lièvre en remettant les politiques à leur place. Le problème est qu’il est très à fleur de peau et qu’il ne va pas dans les meilleures émissions. Il représente le stigmate du sceptique. D’ailleurs, les proRC, comme M. Tison et Hannon,2 profs de science du changement climatiques, (les connaissez-vous? ils sont du GIEC), et, je sais qu’il ne faut pas faire de préjugé sur les gens, mais leurs tête m’inspire celle de Jouzel (que je ne peut pas voir en photo, oui sorry, c’est sa tête de bouledogue qui m’ennerve, c’est dans mes gènes, je me méfie tout le temps des gens qui ne regarde pas dans les yeux quand ils parlent, et chez lui, c’est inné, on dirait qu’il ment tout le temps avec son strabisme.. dsl, c’était ma touche d’humour noir), enfin ces deux profs pensent qu’il (allègre) est le seul sceptique français…
    Enfin, je ne lui en veut pas trop pour cette image, je le trouve plutôt courageux à ce niveau là. Et quand on passe de l’autre côté, on se rend compte qu’il ne dit pas du tout de connerie au niveau lutte des conséquences du changement climatique au moins (s’il y en a un…) comme le problème du monté du niveau de la mer.

    Aussi, même si le discours apparent c’est:  » plus d’égalité, partage des ressources », en grattant un peu , on se rend vite compte que le RC est tout le contraire: « vite récupéront tout, plus vite! » (genre bio carburant, tout les produits verts qui sont vert que parcequ’un label inconnu le dit vert, encouragement de technologie pas nécessairement plus efficace ou moins polluante…)

  16. Araucan (#20)
    Je viens enfin de trouver ce que ‘grenelle’ veut dire…
    ici
    Encore un tour de passe-passe politique…

    Et c’est un foutoir d’absurdité et de contre-connerie où le loup fait partie des ‘bons’ et traite les ‘méchants’ de loup! Le monde à l’envers….
    Mais ce qui est riche d’apprentissage dans ce débat (pour moi en tout cas, qui est plutôt naive et impressionnée par le statut de mes interlocuteurs) c’est qu’on se rend compte qu’on peut dire des bêtises et être écouté! On peut donner des analyses sociologiques sans être sociologue, on peut se déclarer météorologue, scientifique, critique du média etc.. et quand même être écouté et publié! (je pense notamment aux interviewdans la recherche où des scientifiques donnent leur point de vue sur les sceptiques, ce qui, ma fois, ne devrait pas être leur rôle).
    Fini le monde de Bourdieu où seulement les specialistes, médiocres mais rapide à répondre à l’actualité, avaient la parole, maintenant tous les médiocres ont la parole, à partir du moment où ils ont du répondants et qu’ils amusent la galerie…
    Bien sûr tout ça ça vient de l’interdisciplinarité encouragé dans les univ aujourd’hui. Et puis avec Internet, on a tout vu, tout lu !

    En même temps j’ai toujours regretté l’époqe où tout scientifique était mathémticien, chimiste, physicien, écrivain, essayiste, politicien et philosophe (sauf que cette dernière matière se perd dans des propos BHLiens…nada quoi, ce n’est plus de la philo, mais du blabla narcissique). Maintenant je peux dire des conneries dans tous les domaines et être applaudis! c’est génial!!! Moi qui n’avait pas trop confiance en moi, même dans ma spécialité , j’en suis comblée!

  17. super.mouton (#21),

    Considérant le site que vous mettez en référence, ne vous est-il jamais apparu que ce type de site ne traite jamais (ou quasi jamais) des question d’écologie politique sauf lorsqu’il s’agit de bagarres individuelles ?

    on se rend compte qu’on peut dire des bêtises et être écouté

    Oui si vous êtes dans le politiquement correct : répéter les idioties communément admises vous exonère de les assumer et vous procure un tremplin, si vous êtes capable d’en rajouter…

  18. Araucan (#22),

    a vrai dire, j’ai trouvé ce site à la va-vite (j’ai juste vu que le titre ne risquait pas trop de froisser sur le coup) . Normalement, on ne trouve pas le mot grenelle dans le dictionnaire.

    Pour les questions d’écologies, finalement il n’y a pas beaucoup de site qui parle d’écologie sinon on vivrait dans un monde un peu plus positif (oui , parcequ’il n’y a pas que du négatif dans l’écologie…)
    Mas j’admet que ce site, à vu d’oeuil ressemble plutôt à un site people blong blong (vu les titres) déguisé en site politique…

    Je suis ‘abonnée’ (enfin j’ai rien payé pour ça) à la newsletter du journal de l’environnement, et celui-ci ne parle pas non plus d’écologie… mais plutôt de toutes les taxes et lois qui nous attendent…

  19. Pour les questions d’écologies, finalement il n’y a pas beaucoup de site qui parle d’écologie

    Mince ! Je sais pas ce qu’il vous faut !

  20. Murps (#24),

    non, il y a beaucoup de sites sur l’environnement, c’est à dire le milieu, mais pas sur l’écologie, c’est à dire sur les intéractions d’organisme dans un milieu. On parle d’ailleurs rarement des abeilles par exemple (un peu plus cette année peut être, mais ca fait 10 ans que c’est un problème)

    Je veux dire, on peut parler sur un même sujet d’environnement ou d’écologie. Le premier observe la dégradation ou l’amélioration de l’environnement avec ou sans de bonne intéraction de ses habitants (un environnementaliste dira quil n’y a pas de problème dans un zoo si l’ours polaire à une chambre froide et que le zoo n’émet pas trop de CO2, mais il ne verra pas les problèmes psycho-socio des animaux, tandis qu’un écologiste dira qu’un zoo n’est pas un environnement adéquats pour ses animaux….) tandis que le second parle des inérractions entre ses habitants, liés ou non à l’environnement.
    L’écologie c’est la vie, l’environnement c’est la mort en gros… (enfin je veux dire l’environnement s’occupera , à tort ou à raison de question comme la quantité de tel produit chimique à un endroit…)

    Donc non, je n’ais pas encore beaucoup vu de sites écologistes mais plutôt des sites environnementalistes…

  21. Pour les abeilles: on parle surtout de leur disparition et des causes (RC bien sûr) mais on va très peu avoir un discours écologiste sur le rôle des abeilles dans un écosystème etc… et des problèmes économiques en découlant…

    Je ne dis pas non plus que l’environnement c’est mauvais… Les questions de l’eau, de la pollution de l’air et des sols par exemple sont essentielles. La question du déchet peut aboutir à un faux débat du point de vue environnementaliste et écologique. Le RC c’est 100% environnementaliste.

  22. (en plus si on avait affaire à des écologues, on encouragerait les émissions de CO2….)

  23. super.mouton (#26), E nfin non je me corrige… :p au contraire en fait si un problème d’écologie nous pose directement problème économiquement, on se posera la question… mais en général les gens pensent au niveau d’un changement directe (environnement) mais pas subtil comme celui qui peut avoir lieu dans un écosystème…

  24. la betise est sans limite, on atteint un degré tel que même un asile de fou ne pourrait plus rien faire contre tous ce qui est préconisé contre le co2″ responsable de « l’effet de serre » :

    http://www.vedura.fr/actualite…..s-co2-2010

    le réchauffement climatique est de pire en pire dans leur tète d’abrutis ca c’est certain

  25. 32 euros par tonne….

    http://fr.news.yahoo.com/3/200…..633fe.html

    Avec les associations de consommateurs qui disent OK mais avec un chèque en retour : il serait plus simple de ne pas créer du tout de taxe !
    (d’autant qu’il en existe déjà une qui s’appelle la TIPP sur les même produits : elle a la même fonction, non ?)

    Pourquoi faire croire que l’on invente quelque chose de nouveau ?

  26. Araucan (#30)
    32 euros la tonne de CO2… pour commencer !
    Déjà prévu : 100 euros pour 2030 (Le Monde, LIEN ICI).
    On peut lancer un concours : jusqu’où montera la tonne de CO2…

  27. dubitatix (#31),

    Et un autre concours, encore plus difficile: jusqu’où ira la c…rie ambiante ? J’ai entendu Rocard ce matin sur France Inter; bien qu’assez brouillon dans son expression, je le considérais comme intelligent et honnête; même chose pour Juppé. Hé bien je me suis lourdement trompé; comme ce ne sont pas des imbéciles, surtout le dernier nommé, je suis obligé de conclure qu’ils sont malhonnêtes.
    PS J’ai naturellement envoyé une question, comme d’habitude, et je n’ai pas eu de réponse, comme d’habitude. Il faut dire que les questions non consensuelles (je n’ai pas dit agressives notez bien!), à France Inter, on n’aime pas.

  28. Ah, la dialectique…!!!
    Je paye mon gaz de ville en… mètre cube… mon eau en mètre cube…

    Et le CO2… en mètre cube… ça ne flanque pas assez la frousse…
    Vous balancez des mètres cube de CO2 dans l’atmosphère… c’est presque gentil…!!!
    Vous balancez des TONNES de CO2… ça c’est payant en terme de marketing de la frousse…!!!

  29. #32 et 33
    On notera aussi que Michel Rocard souhaite taxer l’électricité… (Libé, LIEN ICI). Or, en France, celle-ci est très largement fournie par… le nucléaire ! Lequel ne rejette pas des masses de CO2… smile
    Manifestement, si ça continue, on ne pourra plus appeler ça « taxe carbone »! L’expression « Contribution Climat Energie » conviendra mieux.
    Encore que… « taxe décroissance » ne ferait pas trop mal l’affaire…

  30. Désolé si doublon…
    Il semblerait que Michel Rocard n’exclut pas de texer aussi l’électricité (Libé, LIEN ICI). Or, celle-ci est en France, principalement fournie par le nucléaire, lequel ne dégage pas des masses de CO2… smile
    D’où vocable de « taxe carbone »… Préférons « Contribution Climat Energie » ouplus simplement « taxe décroissance »…

  31. dubitatix (#31),
    Je ferais remarque encore une fois le consommateur et les PME se font avoir : 32 euros la tonne alors que sur le marché des quotas pour le moment ce n’est même pas la moitié….

    Promettre 100 € en 2030 (x3), c’est peut-être pour nous préparer avant à ce tarif…et puis cela permet d’oublier si cette taxe carbone s’appliquera aussi aux importations…

    Enfin, l’arnaque de l’arnaque c’est de taxer aussi l’électricité : j’espère que les exportations vers les pays qui nous bassinent avec leurs éoliennes seront aussi taxées de même (et sans chèque de compensation).

    REDBARON 17 (#33),
    Et votre essence en litres…

  32. Il semblerait que Michel Rocard souhaite également taxer l’électricité… (Le Figaro, LIEN ICI). Or, en France, celle-ci est principalement issue du nucléaire, lequel n’est pas connu pour dégager des masses de CO2… smile
    Plus possible dans ces conditions de continuer à parler de « taxe carbone » ! Contribution Climat Energie convient mieux.
    Why not « taxe décroissance » ?

    PS : pour Rocard et la taxation dde l’électricité, Libération propose un article plus intéressant, mais désolé, quand j’insère le lien pour Libé, ça ne passe pas…

  33. Il semblerait que Michel Rocard souhaite également taxer l’électricité… (Le Figaro, LIEN ICI). Or, en France, celle-ci est principalement issue du nucléaire, lequel n’est pas connu pour dégager des masses de CO2… smile
    Plus possible dans ces conditions de continuer à parler de « taxe carbone » ! Contribution Climat Energie convient mieux.
    Why not « taxe décroissance » ?

    PS : pour Rocard et la taxation de l’électricité, Libération propose un article plus intéressant, mais désolé, quand j’insère le lien pour Libé, ça ne passe pas…

  34. Araucan (#34)

    Promettre 100 euros en 2030 (x3), c’est peut-être pour nous préparer avant à ce tarif […]

    Je suis bien d’accord ! d’où mon idée de concours… A combien sera la tonne de CO2 dans un an, deux ans, cinq ans, dix ans etc.

    Le fait de vouloir aussi taxer l’électricité (donc chez nous, le nucléaire) est assez révélateur de l’état d’esprit qui prédomine tout là-haut chez nos grands hommes… Manifestement, leur lubie « CO2esque » ne leur suffit pas ! Voilà qu’ils reluquent la décroissance maintenant…

  35. Araucan (#34)

    … et puis cela permet d’oublier si cette taxe carbone s’appliquera aussi aux importations…

    Oui, mais là, on change peut-être de sujet… Cette CCE appliquée aux importations, cela resemble fort à une mesure protectionniste dissumulée sous un paravent de vertu… Là, le problème, ce n’est plus une « crise climatique » prétendument causée par l’Homme, mais une réelle crise économique à laquelle une mauvaise gestion de la mondialisation n’est sans doute pas étrangère…

  36. #Araucan
    1. Oui, oui, celui-là!
    2. Je persiste cependant à soupçonner un protectionnisme non-avoué, sous couvert de nobles et bons sentiments : sauver la planète, nos petits nenfants etc.

  37. Que préconisez-vous ?
    Au-delà d’inclure le nucléaire dans la Contribution climat énergie, nous soutenons le dispositif qui vise à rembourser les ménages. Le «chèque vert» peut être une bonne solution pour pousser tout le monde à consommer moins. Pourquoi aussi ne pas envisager que la taxe sur l’électricité puisse être réduite en fonction du pourcentage d’énergies renouvelables utilisé? Le pourcentage d’énergies renouvelables dans la consommation électrique représente environ 10%, ce qui conduirait à payer 90 % de la facture. C’est dans ce sens que nous souhaitons aller.

    on va dans le sens de la simplicité … !
    qui va calculer le chèque vert et en fonction de quoi … puisqu’on veut réduire les émission de gaz, ce serait bien de pas construire d’usine à gaz.
    D’ailleurs les usines a gaz, je me demande si c’est pas la seule industrie qui nous restera au milieu de tout ce bazar.

  38. piloteman (#41),

    Forfaitaire le chèque vert et non modifiable…

    dubitatix (#40),

    Bien sûr qu’il y a un effet protectionniste …. mais n’oubliez pas que la CCNUCC introduit deux régimes différents sur les économies nationales, les taxées sous contraintes et les non taxées sans contraintes….
    Je ne suis pas favorable à une taxe carbone mais si elle est mise en place ce que Rocard dans le libé d’aujourd’hui laisse penser, alors que tout le monde soit à égalité …. sinon ce seront encore des emplois en moins pour des raisons artificielles…

  39. La voici la cause de la diminution de la taille des poissons….

    Des requins pour produire du biogaz

    par Dominique Raizon (avec AFP)

    Avec sa chair toxique impropre à la consommation humaine, le requin du Groenland, deuxième plus gros requin carnivore de la planète et casse-tête des pêcheurs, pourrait servir à la production de biogaz et contribuer à fournir aux Inuits une énergie durable.

    Pris par milliers dans les filets des chalutiers groenlandais, ces squales des eaux polaires qui peuvent atteindre plus de 7 mètres de long et peser jusqu’à une tonne, sont jusque là simplement rejetés. Mais, au Centre de technologie arctique Artek, à Sisimiut (ouest), l’utilisation du Skalugsuak (son nom inuit) à la chair très huileuse fait partie d’un projet pilote destiné à produire du biogaz à partir des déchets de la pêche.

    Chargée par la commune d’Uummannaq (nord-ouest) d’un projet sur la transformation du requin en « ressource énergétique », Marianne Willemoes Joergensen -de la branche Artek à l’Université technique du Danemark (DTU)- pense que la chair mélangée à des macro-algues et aux eaux résiduelles des ménages pourrait « servir de biomasse à la production de biogaz ». « Je pense qu’il existe une alternative pour exploiter les milliers de tonnes de résidus des produits de la mer, dont ceux, nombreux, des requins », estime la chercheuse.

    Une source d’énergie verte

    Le biogaz à base de requins et autres déchets de la mer constituerait une source d’énergie verte pouvant représenter 13% de la consommation énergétique totale d’Uummannaq, peuplée de quelque 2 450 habitants : « Le biogaz est la meilleure solution, dit-elle, pour ce type de déchets organiques qui peuvent être utilisés pour produire de l’électricité et le chauffage par une méthode de production neutre en CO2 ».

    La chercheuse compte lancer des essais l’année prochaine dans une installation de traitement de déchets organiques financée par l’Union européenne car, à Uummannaq, le requin arctique représente plus de la moitié des déchets. « Des chaluts entiers sont parfois remplis de requins et on en attrape partout, notamment à l’est et à l’ouest du Groenland, au grand désespoir des pêcheurs », confirme Bo Lings, ancien chef-machiniste sur un grand chalutier. « C’est un grand prédateur dévorant poissons, calmars, phoques et autres. Il détruit en outre les lignes et les filets des pêcheurs de flétan », ajoute le président de l’Association des pêcheurs et chasseurs (Knapk).

    Ce requin, que les Inuits chassaient par le passé pour ses dents aiguisées -qui servent à la fabrication de couteaux- et pour l’huile extraite du foie -qui permet d’éclairer les maisons-, est devenu « un problème pour l’environnement » car « on en pêche trop et qu’on le jette ensuite », explique l’ingénieur Joern Hansen, de la société de consultants Ramboell et membre du groupe de suivi d’Artek.

    Pour se débarrasser des déchets de l’industrie du poisson et des eaux résiduelles, les Groenlandais ont en effet pour habitude de les jeter non traités à la mer alors qu’il est « possible », selon lui, de les exploiter dans le domaine énergétique. « Il suffit de mettre en place des installations dans les établissements de traitement du poisson comme à Ilulissat où le chauffage de l’usine de crevettes et flétan est alimenté à moitié par l’huile tirée des déchets de la pêche », souligne Joern Hansen dont, « même le directeur, relève-t-il, roule dans une voiture fonctionnant avec de l’huile issue de déchets organiques ».

    Pour Aksel Blytmann, consultant à la Knapk, ce requin des glaces pourrait s’avérer être « une source énergétique inespérée ». D’autant que cette espèce qui « pullule dans les eaux arctiques, n’est pas menacée d’extinction », contrairement à ce qu’avance l’International Union for Conservation of Nature (IUCN), affirme-t-il.

    http://www.rfi.fr/sciencefr/ar….._82691.asp

  40. Il faudrait des chèques écologiques c’est à dire virtuel et non en papier. Faut sauver nos arbres, vous savez….

    Pour ceux qui nous disaient que ça prend des sous pour faire une campagne de peur comme ça. Bien, les alarmistes du climat ont un budget d’ un milliard donné par Ted Turner, patron de la chaine téklévisée CNN pour nous culpabiliser de vivre sur terre. Ce budget finance le GIEC et peut promener les scientifiques et les activistes des groupes écolos en bande de Naïrobi à Montréal, de Bali à Paris et bientôt à Copenhague. Oui ils voyagent princièerement pour notre bien…

    http://www.un.org/News/fr-pres…..94.doc.htm

  41. Curieux (#45),

    Ce graphique est très intéressant et mérite plusieurs commentaires:
    1) la recherche en climatologie aux USA a été très importante depuis 1990 (certainement la plus importante du monde, bien que ce pays n’ait pas ratifié le protocole de Kyoto) : il a donc de fait contribué à l’hystérie ambiante, via sa recherche (où alors sa recherche n’a pas réussi à enrayer l’hystérie tout dépend comment on le lit)
    2) avec très peu de décalage, la R&D (solaire, éolien, etc…) s’est développée, ce qui révèle un bon sens de l’opportunité : les USA vont donc désormais nous vendre leurs brevets et leurs technologies, alors que les Européens se sont lancés dans l’aventure de fait sans minutions, juste pour des raisons émotionnelles… Certaines technologies sont devenues vendables à défaut d’être mâtures, donc le gouvernement US a tout intérêt à utiliser la CCNUCC comme relais commercial.

  42. pour revenir au poisson, on peut suivre ce raisonnement :
    http://www.thierry-billet.org/…..36205.html
    Puis lisez le billet le plus récent :
    http://www.thierry-billet.org/…..36822.html

    La température du lac en surface s’est réchauffé d’environ 1°C depuis 25ans et 2°C au printemps. On a le coupable idéal, mais est-ce bien du ce réchauffement ou alors se rajoute-t-il à d’autres pressions ? Il semblerait que finalement ce soit cela, comme pour beaucoup d’autres problèmes environnementaux. Mais bon, cela reste flou. On a vite fait de corréler les observations des utilisateurs avec le CC, c’est très pratique, même sans preuve.

  43. youpi bientôt je pourrais avoir une mini-baleine dans mon acquarium!!!