Discussions sur l’effet de serre

L’effet de Serre atmosphérique engendre d’innombrables discussions sur son interprétation et son fonctionnement. Voici une page dédiée aux commentaires le concernant.

Un peu de lecture pour le comprendre :

Taking greenhouse warming seriously par Richard Lindzen

L’effet de serre atmosphérique : plus subtil qu’on ne le croit ! par Jean-Louis Dufresne

Comprendre l’effet de serre par P. de Larminat

Les commentaires seront lourdement modérés. Pas de hors-sujet et restons courtois.

Le fil de discussion précédent est archivé ici.

 

3 315 Comments     Poster votre commentaire »

3301.  Demokratia | 8/10/2021 @ 19:48 Répondre à ce commentaire

Cyril (#3300),
La il va y avoir du boulot, car si on fait la liste des prix Nobel, en dehors des hommes blancs, on ne trouve pratiquement rien.
Encore une preuve que la physique et la science, faites par des mâles blancs, sont un complot pour dominer le monde. Si on avait laissé faire les femmes et les gens de couleurs, les lois physiques et biologiques seraient sûrement différentes, plus douces, plus humaines et écolos compatibles.

3302.  Murps | 8/10/2021 @ 22:10 Répondre à ce commentaire

Andre (#3299), en fait Manabe n’a rien montré du tout, il a juste modélisé un truc très discutable.
Par contre je note que le comité nobel a ménagé la chèvre et le chou en donnant également le prix à un théoricien du chaos…
Un petit message caché ?
blum

3303.  Bob | 9/10/2021 @ 10:11 Répondre à ce commentaire

Murps (#3302),

Qui êtes vous pour critiquer Manabe ? Quelles sont vos compétences en modélisation du climat ? Je sais que je pose ces questions dans le vide, je n’aurai aucune réponse valable, et pour cause…

3304.  fritz | 9/10/2021 @ 12:50 Répondre à ce commentaire

Bob (#3303), Murps (#3302),
Lien transmis par mon ami Jean Laherrere
https://journals.ametsoc.org/view/journals/atsc/32/1/1520-0469_1975_032_0003_teodtc_2_0_co_2.xml

An attempt is made to estimate the temperature changes resulting from doubling the present CO2 concentration by the use of a simplified three-dimensional general circulation model. This model contains the following simplications: a limited computational domain, an idealized topography, no beat transport by ocean currents, and fixed cloudiness. Despite these limitations, the results from this computation yield some indication of how the increase of CO2 concentration may affect the distribution of temperature in the atmosphere. It is shown that the CO2 increase raises the temperature of the model troposphere, whereas it lowers that of the model stratosphere. The tropospheric warming is somewhat larger than that expected from a radiative-convective equilibrium model. In particular, the increase of surface temperature in higher latitudes is magnified due to the recession of the snow boundary and the thermal stability of the lower troposphere which limits convective beating to the lowest layer. It is also shown that the doubling of carbon dioxide significantly increases the intensity of the hydrologic cycle of the model.

il me semble difficile d’admettre que le même modèle peut faire abstraction du couvert nuageux et en même temps démontrer que le doublement du CO2 augmente l’intensité du cycle hydrologique

De même je ne peux concevoir un modèle qui fait abstraction du transport de chaleur par les courants océaniques qui sont à égalité avec le transfert atmosphérique
Mais c’est vrai qu’en 45 ans la connaissance et les prévisions à court terme de la météorologie ont progressé , celles de la climatologie , je ne pense pas ou très peu

3305.  fritz | 10/10/2021 @ 10:36 Répondre à ce commentaire

Bob (#3305),
Ah! le Robobert
Quelqu’un pourrait modéliser ses futures réponses ?

3306.  Cdt e.r. Michel | 10/10/2021 @ 15:47 Répondre à ce commentaire

fritz (#3305),
Please DNFTT
Le simple fait de parler d’un T l’incite à revenir déposer ses crottes…

3307.  fritz | 10/10/2021 @ 20:14 Répondre à ce commentaire

Cdt e.r. Michel (#3306),
On pourrait lui décerner le prix Nobel de la crotte ….euh de la crosse ….de la crasse de Hansen qui aurait mérité le prix Nobel de la physioclimastrologie aussi bien que Banané…. euh que Manabé sioncourau modèle ….. au bordel du futur de la planète …. dash
Bon je sors

3308.  Demokratia | 11/10/2021 @ 15:18 Répondre à ce commentaire

Un article intéressant concernant le prix Nobel de physique de cette année :
Science-climat-énergie

3309.  Bernnard | 11/10/2021 @ 15:47 Répondre à ce commentaire

Demokratia (#3308),
C’est un article à faire circuler le plus largement possible. C’est réjouissant d’y lire cette citation de Jacques Duran qui intervenait sur ce site en commentant les articles . Elle est toujours d’actualité.

« Les prévisions sur le futur de notre planète sont pour le moins hasardeuses car nous avons affaire à un énorme système d’équations différentielles à coefficients inconnus, non linéaires et couplées entre elles. Ces équations sont donc très difficiles à élucider. En plus, certaines de ces équations se comportent de manière chaotique, c’est-à-dire qu’elles sont très sensibles aux conditions initiales souvent inconnues. Il n’y a pas pire ! Pourtant, les programmeurs sur ordinateurs s’en donnent à cœur joie avec des milliers de paramètres inconnus et la forme des équations maîtresses qu’il faut essayer de deviner. Disons gentiment que, comme toujours, ils obtiennent des résultats mais le problème c’est que l’on peut faire évoluer les résultats comme on le désire en changeant un seul des paramètres ou une seule des équations inconnues. Comment croire alors que les ordinateurs font une prédiction correcte alors que les mécanismes essentiels des échanges et des rétroactions (feedbacks) positives et négatives sont encore très mal comprises et font toujours l’objet d’âpres discussions entre les chimistes, physiciens, climatologues, et géophysiciens? »

« La croyance dans la véracité de telle ou telle prédiction d’ordinateur relève plus de la foi que de la certitude scientifique. Étant donné la multiplicité des méthodes de résolution possibles, les équations hasardeuses et le nombre de paramètres injectables, les résultats des simulations sur ordinateur sont très difficilement contrôlables par quiconque ne les a pas programmées lui-même. Bref, on nage dans le flou et les partis-pris prennent le dessus. Pour leur part, les politiques et les écologistes choisissent les résultats qui leurs conviennent, mais ils ignorent tout des nombreuses incertitudes, des approximations et des problèmes que posent les méthodes qui ont été employées. Les politiques et les écologistes sont dans l’incapacité totale d’apprécier la fiabilité des résultats qui leur sont communiqués et l’on ne saurait leur en vouloir au vu des difficultés du problème. La seule chose que l’on peut leur reprocher c’est leur trop grande crédulité et leurs affirmations péremptoires pour faire croire que tout cela est sûr et certain. Alors que ça ne l’est pas du tout! »

3310.  papijo | 12/10/2021 @ 22:25 Répondre à ce commentaire

Un article au sujet d’une étude de Henrik Svensmark, Nir Shaviv, … sur l’influence des perturbations du soleil sur notre climat (qu’ils évaluent à 2 W/m² entre situations « calme » et « tempête »)
Lien: Phys.org

3311.  fritz | 15/10/2021 @ 21:08 Répondre à ce commentaire

J’ai bien aimé cette réponse de Murps sur MMM’S

On ne peut donc pas chauffer un gaz qui n’a pas les propriétés radiatives d’un GES ?

https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2021/10/14/ce-record-de-temperature-dont-on-ne-vous-a-pas-parle/#comments
Réponse à laquelle j’ai répondu

Voyons Murps ; la convection libre , on appelle cela de la dilatation ; la convection pas libre , c’est celle qui se passe dans une serre , GES présents ou pas cela ne change rien

J’espère que PHI reviendra lancer la discussion ici où les gens répondent plus librement

3312.  Murps | 17/10/2021 @ 0:28 Répondre à ce commentaire

fritz (#3311), pas convaincu par la « démonstration » de Manabe tout prix Nobel qu’il soit, comme vous vous en doutez.

3313.  micfa | 17/10/2021 @ 11:42 Répondre à ce commentaire

fritz (#3311),
Merci pour ce lien. En effet l’hiver a été particulièrement froid en Antarctique. A la base Amundsen-Scott la température moyenne des 9 premiers mois de l’année est inférieure de 3,3° à celle de 2020. Un commentaire propose d’organiser une transhumance des ours polaires du pôle Nord vers le pôle Sud, je pense que ce ne sera pas utile vu qu’actuellement la banquise Arctique a une étendue supérieure de 1,15million de km² par rapport à 2020 à pareille époque, et de 1 million de km² par rapport à 2019.
https://nsidc.org/arcticseaicenews/charctic-interactive-sea-ice-graph/

3314.  Andre | 17/10/2021 @ 14:02 Répondre à ce commentaire

Oui mais on est en dessous des « normes » de 1980! Vite, la maison brûle!

3315.  Demokratia | 17/10/2021 @ 17:31 Répondre à ce commentaire

Andre (#3314),
Pas la maison, la banquise ! C’est la banquise qui brûle…. c’est sûrement pour cela qu’elle fond laugh