Discussions sur l’effet de serre

L’effet de Serre atmosphérique engendre d’innombrables discussions sur son interprétation et son fonctionnement. Voici une page dédiée aux commentaires le concernant.

Un peu de lecture pour le comprendre :

Taking greenhouse warming seriously par Richard Lindzen

L’effet de serre atmosphérique : plus subtil qu’on ne le croit ! par Jean-Louis Dufresne

Comprendre l’effet de serre par P. de Larminat

Les commentaires seront lourdement modérés. Pas de hors-sujet et restons courtois.

Le fil de discussion précédent est archivé ici.

 

4 410 Comments     Poster votre commentaire »

4401.  Pascal | 25/02/2024 @ 11:43 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous, j’ai traduit l’article de W. Harper pour ceux que cela intéresse. Je l’ai mis à disposition sur le cloud via kdrive :
https://kdrive.infomaniak.com/app/share/1019731/d56ecde2-c55a-45cf-a71a-119ad9ee506e

4402.  Cdt e.r. Michel | 25/02/2024 @ 14:18 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#4398),

si ça peut aider dans le débat en cours…

Document intéressant, que j’ai fait traduire. Mais j’hésite à partager cette traduction.
Je ne veux pas participer à cette querelle byzantine, sorte de discussion sur le sexe des anges, qui pourrit Skyfall depuis des mois.

4403.  papijo | 25/02/2024 @ 16:18 Répondre à ce commentaire

Cdt e.r. Michel (#4402),
A l’origine, ce fil « Discussions sur l’effet de serre » avait été créé dans le but que les discussions entre gens intéressés au « bidulator » ne viennent pas polluer les discussions (sur le « fil info ») à propos de sujets qui n’avaient rien à voir.
Ce fil doit à mon avis continuer, les personnes non intéressées peuvent l’ignorer et disposent d’autres fils pour s’y exprimer !

4404.  Zagros | 25/02/2024 @ 18:56 Répondre à ce commentaire

papijo (#4403),
Papijo
L’effet de serre n’est qu’un sous-produit du rayonnement solaire. Il ne fait que convertir une fraction dudit rayonnement en chaleur pour réchauffer l’atmosphère. Mais il est bien insuffisant pour réchauffer notre Terre, à commencer par ses océans dont la capacité thermique est d’un autre ordre de grandeur que celle de l’air que nous respirons. Les évolutions thermiques de la Terre sont liées aux cycles solaires, mais pas seulement. A côté de cela, que l’air de l’atmosphère se réchauffe par convection ou par irradiation, j’ai mon opinion, mais franchement on s’en fout, c’est totalement dérisoire par rapport aux variations climatiques qui nous ont affectés et qui nous attendent encore. Libre à vous de continuer à discuter du sexe des anges. Je vous prie sincèrement de m’excuser si je vous dérange (vous et d’autres sur ce fil) dans votre zone de confort habituelle que vous avez, certes, bien approfondie, mais vos compétences seraient plus utiles pour discuter des questions primordiales, dans lesquelles les appels à la physique ne manquent pas non plus…
Pour autant le fil « effet de serre » doit continuer à vivre, ne serait-ce que pour démolir la doxa officielle, par exemple en montrant que l’augmentation de la teneur atmosphérique en CO2 n’est pas de nature à réchauffer notre atmosphère de façon significative et avant longtemps…

4405.  Bernnard | 26/02/2024 @ 9:23 Répondre à ce commentaire

Dans un autre fil on parle d’eco-anxiété et on se demande pourquoi !
Quand on invente le terme « Effet de serre », on se référe à l’effet délétère de se trouver dans un enclos avec une chaleur mortelle !
Oui mais l’atmosphère terrestre n’est pas un enclos transparent fermé et n’a rien d’une serre !
Cet abus de langage qui donne à tout le monde la vision d’un enfer est malheureusement la cause de cette anxiété.
Après on s’étonne !
Alors, pour se protéger du climat et de ses variations capricieuses (qui vont nous tuer ! smile ) , on se détourne du progrès qui en matière d’énergie nous permet de faire du froid quand il fait chaud et de faire du chaud quand il fait froid. Seulement on faisant cela on s’en remet à la nature et à ses caprices contre lesquelles l’humanité a toujours combattu !
Ce monde est tombé dans la folie. smile

4406.  papijo | 26/02/2024 @ 11:09 Répondre à ce commentaire

Zagros (#4404),
Je suis d’accord avec vous … « l’effet de serre » existe, mais ce n’est pas lui qui est responsable de 100% de l’augmentation de température, bien au contraire !
L’affirmer, c’est bien, mais pouvoir le prouver (et de manière physiquement correcte), c’est tout de même beaucoup mieux ! (Voir par exemple https://co2coalition.org/wp-content/uploads/2023/11/The-Role-of-Greenhouse-Gases-in-Energy-Transfer-in-the-Earths-Atmosphere.pdf )

Et puisque nous parlons de serre, et pour en revenir à une discussion récente … un argument auquel je m’en veux de ne pas avoir pensé plus tôt … Comment prouver l’importance de la convection dans le transfert de chaleur de la basse atmosphère … il suffit de se balader dans une vraie serre en plastique « ordinaire », de celles qui laissent passer le rayonnement IR et qui agissent seulement en bloquant la convection sur quelques mètres de hauteur. Dès qu’il y a quelques beaux rayons de soleil, on doit impérativement y rétablir la convection (des ouvertures sont prévues pour çà) sous peine de « cuire » les légumes à l’intérieur ! Le « refroidissement IR » compte pour pratiquement rien !

4407.  phi | 26/02/2024 @ 11:39 Répondre à ce commentaire

Zagros (#4404),

Il ne fait que convertir une fraction dudit rayonnement en chaleur pour réchauffer l’atmosphère.

Désolé de vous contredire. L’effet de serre, c’est l’action de GES.

1. Les GES sont la source froide de la machine thermique atmosphérique, ils ne réchauffent donc absolument pas l’atmosphère. Et, pas de GES, pas de dynamique atmosphérique sinon dans une très mince couche limite en puissante inversion de température fonctionnant à la conduction.

2. Les GES empêchent largement le refroidissement radiatif de la surface, ils provoquent donc une élévation de sa température.

c’est totalement dérisoire par rapport aux variations climatiques qui nous ont affectés et qui nous attendent encore.

L’augmentation du taux de CO2 pourrait bien avoir un effet dérisoire sur les températures de surface mais personne ne peut le démontrer par la théorie parce que le calcul en est impossible.

Sinon, pensez-vous que les recherches que vous souhaitez parviendront à expliquer ceci : https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/static/77a100efc31fb024aee934abb2917576/8bb0e/IPCC_AR6_WGI_SPM_Figure_1.png

Si oui, tant mieux, si non, vous allez perdre votre temps.

Je sais que vous allez perdre votre temps.

4408.  Zagros | 26/02/2024 @ 12:39 Répondre à ce commentaire

phi (#4407),
Il est inutile de se fatiguer à expliquer votre courbe « reconstructed » qui est fausse. Si on se réfère aux courbes beaucoup plus fiables basées sur les carottes de glace du Groenland par exemple qui appliquent la méthode du « thermomètre isotopique » on s’aperçoit que ces 10 000 dernières années il a fait en moyenne 2°C de plus qu’en 1850, avec des optimums (Romains, Green Land, Moyen-âge) et que donc avec une remontée de 1°C, au demeurant très lente, nous ne sommes qu’à mi-chemin d’un retour à la « normale ». Pas de quoi fouetter un chat et les vociférations du GIEC et de ses dévots, basées sur des catalogues de courbes bidon, n’y changeront rien.
Vous avez raison, je maintiens qu’il est inutile de perdre son temps sur la question de l’effet de serre, dès lors que le problème est un faux problème et qu’il ne relève pas du domaine scientifique.

4409.  amike | 26/02/2024 @ 20:23 Répondre à ce commentaire

papijo (#4406),

Comment prouver l’importance de la convection dans le transfert de chaleur de la basse atmosphère … [la serre à légumes]

Comment prouver l’importance du rayonnement … La montgolfière ? L’air chaud dans son enveloppe doit être régulièrement réchauffé pour maintenir la montée ou suspension dans l’atmosphère.

4410.  papijo | 26/02/2024 @ 22:29 Répondre à ce commentaire

amike (#4409),
Effectivement … la montgolfière perd de la chaleur par conduction à travers son enveloppe et convection à l’intérieur et à l’extérieur … mais …
– le rayonnement de la flamme du bruleur sur l’enveloppe ne doit pas être négligeable (teneurs en H2O et CO2 de l’ordre de 100 000 ppm, températures de 700 / 800°C (au pif !)
– si la montgolfière montre très haut, les écarts de température avec l’air ambiant grandissent, et les échanges par rayonnement aussi !
Et que vouliez vous démontrer au juste ?