Discussions sur l’effet de serre

L’effet de Serre atmosphérique engendre d’innombrables discussions sur son interprétation et son fonctionnement. Voici une page dédiée aux commentaires le concernant.

Un peu de lecture pour le comprendre :

Taking greenhouse warming seriously par Richard Lindzen

L’effet de serre atmosphérique : plus subtil qu’on ne le croit ! par Jean-Louis Dufresne

Comprendre l’effet de serre par P. de Larminat

Les commentaires seront lourdement modérés. Pas de hors-sujet et restons courtois.

Le fil de discussion précédent est archivé ici.

 

3 406 Comments     Poster votre commentaire »

3401.  Cdt e.r. Michel | 18/04/2022 @ 5:34 Répondre à ce commentaire

papijo (#3400),

Mériterait peut-être d’être transformé en article !

Anneffè,
Traduction DeepL Pro envoyée sur le site du poilu, ainsi que la biographie (en anglais).

Dans une archive RAR, j’ai mis trois autres formats pour un éventuel partage avec vos connaissances.

Détails des fichiers:
andymay2020_politique-du-giec-et-variabilite-solaire.docx (16 pages A4, 579 Ko)
bibiography-for-ipcc-politics-and-solar-variability-1.pdf (181 Ko)
andy-may-20200418.rar (epub, pdf et odt,1891 Ko)

Temps d’édition de la traduction ~ 1 heure. Le reste, c’est du fignolage.

N.B.: C’est la seule traduction de ce mois, ce qui n’est guère économique.

3402.  Bernnard | 18/04/2022 @ 8:26 Répondre à ce commentaire

papijo (#3400),

Malgré une inondation désespérée de publications plus ou moins scientifiques soulignant le rôle direct néfaste des activités humaines sur l’évolution du climat, j’ai le sentiment que de plus en plus de monde s’éloigne de cette « croyance ». Il me semble cependant que les positions se radicalisent de plus en plus quand on prend position du rôle direct de l’homme sur le climat au contraire de la position qu’on peut avoir de l’influence humaine sur la pollution environnementale.
C’est un sentiment. Le message du CO2 qui chauffe à du mal à passer pour ceux qui font l’effort de s’interroger. Pour les autres, c’ est une croyance et ces cas sont irrémédiables.

3403.  Ecophob | 19/04/2022 @ 18:55 Répondre à ce commentaire

Pour compléter concernant le soleil, voici une publication très importante de J. L. Le Mouel et V. Courtillot, sortie en 2019, qui parle des liens évidents trouvés entre différentes courtes périodes d’activité solaire (6, 22, 11, 9, 5,5 et 4,7 ans) et les variations de température de la base HadCrut. Elle dit entre autre qu’« en analysant des séries de taches solaires qui commencent en 1700, les tendances de l’activité solaire et des températures sont très semblables de 1850 à 2017, avec une augmentation ralentie avant 1900 et après les années 1900, séparant une augmentation plus rapide durant la plus grande partie du 20ème siècle. Ces tendances, extraites seulement sur 150 ans, pourraient être une partie d’un changement sur plusieurs centaines d’années de l’activité solaire. Une grand partie de la variabilité des températures de surface pourrait être rattachée au soleil. »
et une autre de 2021 où Willie Soon est co-auteur, qui explique l’origine possible de ces différents cycles.

3404.  amike | 20/04/2022 @ 11:45 Répondre à ce commentaire

Ecophob (#3403), Pour relativiser l’importance de la publication de Mouel et Courtillot, je référerai encore un article de WEschenbach qui s’est attaqué aussi à trouver des liens entre tâches solaires et variation de température (mais avec un poil de scepticisme) smile
WUWT: Comment rechercher toute signature de variations solaires liées aux taches solaires dans les ensembles de données climatiques

Mais lui a pris une démarche différente : il a effectué les rapprochements non pas avec les températures de surface, mais de la troposphère, tropopause et stratosphère, selon le principe qu’une réaction (évidente et attendue) constatée de la couche haute de l’atmosphère devait donner un point de comparaison sur l’influence jusqu’à la surface.

Conclusion : « Les gens disent que parce que nous savons que le cycle des taches solaires affecte la haute atmosphère, il est donc probable que les variations solaires liées aux taches solaires affectent également des choses à la surface comme l’océan, ou le débit des rivières, etc.

Cependant, comme le montre cette analyse, les effets des variations solaires sont incapables de se propager même de la basse stratosphère jusqu’à la basse troposphère, encore moins jusqu’à la surface. Allez comprendre. »

Comme déjà dit : trouver des corrélations entre cause et effet supposé, OK, mais il faudrait passer maintenant à trouver les liens de causalité.

3405.  Ecophob | 20/04/2022 @ 13:36 Répondre à ce commentaire

L’analyse spectrale faite par Le Mouel me semble quand même plus sérieuse que celle d’Eschenbach qui ressemble plus à un calcul de coin de table, sans vouloir vous offenser.
De plus, elle est reprise et interprétée dans l’étude de Willie Soon qui n’est pas non plus un amateur en climatologie.

3406.  papijo | 21/04/2022 @ 22:01 Répondre à ce commentaire

EIKE a mis en ligne sur YouTube une vidéo (en anglais très compréhensible) de la télé-conférence de John Christy pour leur séminaire de novembre 2021.
Très instructif !!!