Bulletin des climato-réalistes n° 40

À LA UNE :

– Anne Hidalgo invoque l' »urgence climatique » pour imposer la piétonnisation de la voie sur berge rive droite, à Paris

– Cécile Duflot souhaite constitutionnaliser l’impératif climatique

CLIMAT

Rapport annuel sur l’état du climat de L’American Meteorogical Society

L’American Meteorogical Society a publié le 2 août son rapport annuel sur l’état du climat. « Sombre portrait de la Terre que nous donne ce rapport« , commente Le Monde qui ne mentionne que discrètement l’épisode El Niño de 2015, un des plus forts observés depuis cinquante ans (il n’aurait, selon Le Monde, fait qu' »exacerber » la tendance au réchauffement global). Gageons que le refroidissement induit par La Niña  attendue dès l’automne 2016 (avec une probabilité estimée à 55-60% par la NOAA) sera attribué à la variabilité naturelle du climat.

États Unis : incendies et inondations relancent le débat sur le réchauffement

« Ces catastrophes seraient-elles les premières conséquences du tant redouté changement climatique ? » s’interroge avec effroi La Tribune, qui s’empresse de conclure : « les preuves du lien entre catastrophes et réchauffement planétaire étant insuffisantes – mais l’absence de preuve ne prouve pas l’absence de lien ». Les astrologues, numérologues et autres pyramidologues sont d’accord.

Pour France info, la cause est entendue : « le réchauffement climatique est le facteur déterminant des incendies en Californie. » Ces événements sont évidemment qualifiés de sans précédent : nulle mention dans la presse de la crue du Mississippi de 1927 qui fut l’inondation la plus catastrophique de l’histoire des États-Unis. Nulle mention non plus du fait que la NOAA  attribue la sécheresse de Californie à des causes naturelles, comme le rappelle un article du blog elogedelacomplexite.

Pourtant, les États-Unis n’ont pas connu d’ouragan majeur depuis 11 ans

Alors que depuis 1851, un ouragan frappe les Etats-Unis environ tous les deux ans, « cette décennie de calme météorologique fait figure de record absolu » admet Atlantico qui s’empresse d’ajouter que « cette absence d’ouragan ne doit pas laisser penser que le réchauffement climatique n’est plus une menace » et que « le retour de bâton pourrait s’en trouver d’autant plus violent« . Roy Spencer titre, dans un article du 8 août : « atteindrons nous 4000 jours sans qu’un cyclone majeur n’ait frappé les Etats Unis ? ».

Sylvestre Huet et Stéphane Foucart sortent du bois

Sylvestre Huet réaffirme dans son blog {sciences²} (désormais hébergé par Le Monde) que « La poussée de fièvre planétaire… s’explique pour l’essentiel par l’intensification de l’effet de serre ». Quant à Stéphane Foucart, il évoque dans Le Monde la chimère du 1,5 °C : « Sauf à imaginer l’émergence rapide et inattendue d’un gouvernement mondial totalitaire d’obédience écologiste, on comprend que cette fameuse cible de 1,5 °C tient au mieux du rêve, au pire de l’aimable supercherie ». Stéphane Foucart souhaite t-il l’émergence de ce « gouvernement mondial totalitaire » ? Au vu de la tournure de sa phrase, le doute est permis.

ÉLECTION PRESIDENTIELLE

Cécile Duflot souhaite constitutionnaliser l’impératif climatique

Libération a publié la lettre de candidature à la présidentielle de Cécile Duflot. On y lit la profession de fois suivante :

Je plaide pour que l’impératif climatique soit rendu constitutionnel et que notre république devienne une république écologique, digne des questions soulevées par l’anthropocène. Voila le cap. Je défends l’idée d’une France 100% renouvelable qui sorte enfin de l’hiver nucléaire.

« Cécile Duflot à l’Élysée, le climato scepticisme deviendrait contraire à la Constitution, ce qui donnerait peut-être les armes juridiques pour embastiller les récalcitrants » commente Benoît Rittaud sur son blog.

Benoît Hamon : code du travail et dérèglement climatique, même combat

Dans un style carrément amphigourique, Benoît Hamon nous fait connaître sa vision dans Le Figaro : « Notre modèle de développement est à bout de souffle. Est-ce que vous vous rendez compte de ce qu’on est prêt à sacrifier pour courir après un demi point de croissance? Le Code du travail, des milliards d’argent public, une remise en cause de notre environnement qui, objectivement, se traduit par un dérèglement climatique… C’est devenu totalement insoutenable« .

Arnaud Montebourg : climat ou nucléaire, il faut choisir

Arnaud Montebourg, lui aussi candidat à la candidature à la présidentielle de 2017, avait fait connaître  sa position sur les ondes de France Inter dès le mois de juin : « L’urgence c’est le dérèglement et le réchauffement climatique… On ne peut pas avoir deux fronts, le réchauffement climatique et le nucléaire (…) faire les deux c’est irréaliste ».

BÊTISIER

6% pendant 5 ans d’augmentation, ça fait 30% d’augmentation !

Le gag est ancien, mais le sujet reste d’actualité, et je ne peux m’empêcher de l’exhumer pour ceux auxquels il aurait échappé : Jean-Paul Chapel du service économique de France 2 a prononcé lors du Journal Télévisé du 19 Février 2013 cette phrase inoubliable, digne d’un économiste de haut vol :

pas besoin d’avoir fait polytechnique pour comprendre que 6% d’augmentation de sa facture d’électricité pendant 5 ans, ça fait 30% d’augmentation.

Le réchauffement de la planète menace la santé, voire la vie des sportifs !

Sans rire, La Tribune nous rapporte une étude coordonnée par l’ONG brésilienne Observatorio do Clima, selon laquelle « une augmentation de la température de 10°F (environ 5°C) « coûte » deux minutes lors des marathons ».

Mais comment ont fait les athlètes Ethiopiens  depuis tant d’années ?

Faut-il faire des enfants en période de réchauffement climatique?

Devant un public de plusieurs dizaines d’étudiants, le philosophe Travis Rieder  (Berman Institute of Bioethics, Université de Baltimore) a essayé de convaincre son auditoire de ne pas faire d’enfants, ou du moins pas trop : « c’est un devoir moral envers les générations futures qui vivront au milieu de la dévastation climatique » a t-il indiqué. Allez savoir pourquoi revient en mémoire cette pensée d’Arnold Toynbee : « Les civilisations meurent par suicide, non par meurtre« .

Voie sur berge à Paris : Anne Hidalgo ne suivra pas l’avis défavorable de la commission d’enquête publique

La mairie de Paris a annoncé qu’elle ne suivrait pas l’avis défavorable la commission d’enquête publique sur la piétonnisation des voies sur berge rive droite à Paris. Motif invoqué par la maire, Anne Hidalgo : «ces motivations [de la commission] résonnent comme un déni complet de l’urgence climatique» a t-elle déclaré, précisant qu’elle convoquera «début septembre une conférence destinée à faire prévaloir, malgré tous ceux qui cherchent à le détisser, l’application intégrale de l’accord de Paris sur le climat».

REJOIGNEZ L’ASSOCIATION !

Vous aimez notre bulletin ? Vous souhaitez nous aider à diffuser le climato-réalisme dans la sphère francophone ? Rejoignez l’association et soutenez-nous !

Ce bulletin a été réalisé par les climato-réalistes.

Retrouvez-nous sur Skyfall, ainsi que sur notre page Facebook.

Pour nous contacter, cliquez ici.

70 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 25/08/2016 @ 11:21 Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous
Le Bulletin N° 40 est en ligne

2.  Christial | 25/08/2016 @ 12:01 Répondre à ce commentaire

Excellent bulletin, comme d’habitude mais par moment je me demandais si je ne lisais pas le Climathon de le rentrée.

Ne rêvons pas, aucun politicien français, de quelque bord qu’il soit, en mettra en doute le catastrophisme des réchauffistes.
On peut cependant espérer que des candidats mettront fin à la gabegie des Énergies Nouvelles Renouvelables, si la science est une langue étrangère pour nos énarques, l’économie l’est un peu moins. Quoi que.
En tout cas le positionnement sur ce sujet ne sera pas neutre sur le choix de mon bulletin de vote.

3.  Hug | 25/08/2016 @ 12:05 Répondre à ce commentaire

Une petite remarque: Le blog de Huet s’appelle toujours sciences² mais il n’est plus hebergé par Libération. Il est désormais chez LeMonde.

4.  Parousnik | 25/08/2016 @ 12:56 Répondre à ce commentaire

Cécile Duflot coule et Anne Hidalgo s’immerge sur les rives… et dire qu’ils y en à qui pensaient que la femme est l’avenir de l’homme. Entre celle qui voudrait embastiller les climotoseptiques et l’autre qui confond volontairement pollution et RCA… l’avenir ressemble bien au passé…et seule une minorité d’hommes et de femmes sont l’avenir de l’humanité….

5.  Usbek | 25/08/2016 @ 13:02 Répondre à ce commentaire

Hug (#3),
Merci pour cette remarque, j’ai donc corrigé

6.  AntonioSan | 25/08/2016 @ 20:22 Répondre à ce commentaire

Anne Hidalgo : «ces motivations [de la commission] résonnent comme un déni complet de l’urgence climatique»

Non ma pauvre fille, simplement un desir de fluidifier la circulation de Paris… je parie qu’elle va aller se montrer a la COP 22 cette pimbeche, a la nage?

Le Point milite pour plus d’eoliennes…
Un certain Michel Revol s’en fait l’avocat:

Mais le commissariat général note aussi que le retard pris l’an dernier (soit 1,2 million de tonnes équivalent pétrole) « provient principalement de la filière éolienne ». En début d’année, il révélait ainsi que la puissance éolienne installée lors du premier trimestre 2016 était en retrait par rapport au premier trimestre 2015 (- 33 %). Les raisons de ce retard ? Il s’agit avant tout, selon le syndicat des énergies renouvelables, des multiples recours déposés à chaque projet de parc d’éoliennes.

Ah ces gens et leurs qualite de vie qui empechent les bons industriels verts de faire leur fric… Il va etre temps de passer outre ces empecheurs de tourner en rond…

Il va donc falloir accélérer, d’autant que la loi de transition énergétique de 2015 a fixé d’autres objectifs pour 2030, pour le moment guère plus atteignables (40 % d’énergies renouvelables dans l’électricité consommée, contre 18,9 % aujourd’hui, pour rappel).

Ben voyons ma poule, et puis les petits copains auront vent des endroits ou les parcs seront installes et bien sur iront investir dans l’immobilier ailleurs…

7.  JC | 25/08/2016 @ 21:00 Répondre à ce commentaire

Moi ça ne me dérange pas que les voies sur berges soient libérées de la circulation mais cela ne fait pas diminuer la circulation pour autant puisque les voitures passent au-dessus à 2 à l’heure libérant encore davantage de polluants. L’idée derrière ça, c’est que les automobilistes ayant marre des bouchons passeront par d’autres endroits libérant la ville de la pollution. Franchement, je ne suis pas certain que ça marche.
Le vrai problème de Paris c’est vraiment les bagnoles : du bruits et des mauvaises odeurs. Cette ville est épuisante à cause de ce fléau.
Paris sera bien dans 20 ans quand il y aura des bagnoles électriques.

8.  pastilleverte | 25/08/2016 @ 21:10 Répondre à ce commentaire

Commentaires sur le bulletin N° 40 :
Comme disait mon grand-père : « Il vaut mieux entendre (lire) ça que d’être sourd (aveugle) »
Mais bon réjouissons-nous, il y a actuellement une terrrrible canicule, et au mois d’août en plus (ça ne vous rappelle rien ?)

9.  Christial | 25/08/2016 @ 21:20 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#8),

Il serait tout à fait dommage de ne pas profiter de cette canicule pour en rajouter une bonne couche.
Avec le réchauffement, on va tomber comme des mouches et que les Parisiens ne pensent pas pouvoir y réchapper.
« Canicule : à Paris aussi, on meurt du réchauffement climatique » par l’ami Fritz, journaliste scientifique, puisque c’est ainsi qu’il se qualifie.

http://tempsreel.nouvelobs.com.....tique.html

10.  JC | 25/08/2016 @ 21:38 Répondre à ce commentaire

C’est triste pour des journalistes de confondre « canicule » et « réchauffement climatique » , mais bon nous sommes habitués à leurs bêtises !
A écouter ces journalistes, les 2°C de prédiction du GIEC pour dans x années, ont déjà eu lieu depuis 2003… que dire de plus ?

11.  the fritz le testut | 25/08/2016 @ 22:15 Répondre à ce commentaire

Christial (#9),

« Canicule : à Paris aussi, on meurt du réchauffement climatique » par l’ami Fritz

To

ute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé et intervenant sur ce site est purement fortuite.

12.  AntonioSan | 25/08/2016 @ 22:40 Répondre à ce commentaire

Christial (#9), Oui celui la vaut son pesant de cacahuetes… Son profil linkedin ne mentionne aucun bagage scientifique….

13.  amike | 25/08/2016 @ 22:59 Répondre à ce commentaire

La canicule, c’est une chaleur élevée (surtout la nuit) sur une durée d’au moins 3 jours. Eh bien, je peux vous rassurer : à la campagne, en Lorraine (pardon, le GrandEst), passé 22heure, on claque des dents ! Et on est encore loin du point de rosée avant le petit matin.

AntonioSan (#6),

40 % d’énergies renouvelables dans l’électricité consommée, contre 18,9 % aujourd’hui, pour rappel

Sauf qu’il faut retirer les barrages (15%) pour se rendre compte de l’effort à réaliser : Cela fait 5 fois plus de puissance EnR (25%contre 4%) à installer !

14.  AC-DCA | 25/08/2016 @ 23:42 Répondre à ce commentaire

DItes-moi, avec Mme Hidalgo qui prend pour du papier toilette l’avis lourdement défavorable de la commission d’enquête publique sur la piétonisation des voies sur berge rive droite et les 219 contributions négatives sur 292 écrites par des citoyens qui ont pris le temps de se déplacer, le tout au nom de l’urgence climatique, ne serions nous pas en train d »assister à la 1ère grosse action d’une dictature écologique en devenir ?
Les coups d’avant il n’y avait pas réellement d’enquête publique, bien que la majorité des gens y soient opposés, et les décisions se sont prises entre élus.
– Radar écoloqigue sur le périphérique parisien.
– Démarrage de la vignette écologique depuis le 1 juillet 2016.
– Interdiction dans paris des voitures d’avant 1997 et des motos d’avant 1999.
-…

15.  Gilles des Landes | 26/08/2016 @ 8:35 Répondre à ce commentaire

la 1ère grosse action d’une dictature écologique en devenir ?

Mais nous y sommes déjà depuis un bon bout de temps…Les taxes « vertes », le haro sur le Diesel, les ENR au sens large, et toutes ces « bonne choses » que veulent imposer certains, sans parler de la dictature sociale envers certains, promue par Corinne Lepage, NKM, Ségolène, Hulot, Gemenne, Obama, Avaaz,… J’arrête la liste ici, ce serait trop long… voir entre autres les billets 10 et 13 sur le site afffaireclimatique.fr)

16.  Abitbol | 26/08/2016 @ 9:09 Répondre à ce commentaire

JC (#7),

Il est possible que la mairie de Paris veulent « détourner » la circulation chez les autres…
C’est pour cela que Paris n’avait pas de maire avant 1976, parce que Paris est un département et en plus la Capitale du Pays, c’est à dire une ville ouverte à tous et pas la propriété des parisiens (dont je fais partie).
Maintenant la mairie travaille uniquement pour les parisiens, pour gagner des voix au élections.
Les parisiens (ceux qui ont encore assez de fric pour se loger à Paris) vont devenir une race de seigneurs : ils auront tous les avantages de la ville sans les inconvénients.
– Des transports en commun, de l’éclairage public, etc… mais pas de production d’électricité > trop sale, trop encombrant, c’est bon pour la banlieue de se taper les centrales qui font fonctionner tout ça.
– De l’eau propre pour boire, se laver et faire joli dans les fontaines, etc… mais pas d’usine de retraitement des eaux usées > trop sale, trop encombrant, c’est bon pour la banlieue de se taper les centrales qui font fonctionner tout ça.
– Les parisiens produisent certainement autant de déchets que les autres français… mais pas d’incinérateurs, pas de décharge sur la commune de Paris > trop sale, trop encombrant, c’est bon pour la banlieue de se taper les centrales qui font fonctionner tout ça.
La merde, c’est pour les autres qui vivent autour, et comme ils sont vraiment trop merdiques ces gens des banlieues; faudrait pas qu’ils viennent nous polluer de leur présence.
J’ai un peu honte d’être parisien ces derniers temps.

17.  JC | 26/08/2016 @ 9:14 Répondre à ce commentaire

Càd que, pour moi qui habite paris et qui trouve que l’air pue, il est urgent de diminuer la quantité de bagnoles dans Paris. Comment faire, je ne sais pas. Par contre prendre comme prétexte le changement climatique pour le faire, c’est nous prendre pour des cons. Si on veut moins de bagnoles, c’est pour que l’air pue moins, c’est tout ! ça n’a rien à voir avec l’écologie, ça à voir avec la qualité de vie.

Concernant la météo : les présentateurs des bulletins météo pleurent dès que l’été est pourri, « Ah !… à quand le beau temps ?… » et pleurent dès qu’il fait très chaud l’été pendant trois jours !
Personnellement je n’aime pas la chaleur, j’ai trouvé cet été (à Paris) très agréable car à part deux jours pénibles en juillet et ces jours-ci, pour moi ça a été un été idéal en terme de T° agréables (autour de 25°C la plupart du temps).

18.  JC | 26/08/2016 @ 9:20 Répondre à ce commentaire

Abitbol :

Tu as sans doute raison mais pour installer des centrales électriques, des usines de retraitement des eaux usées, des centres de traitement de déchets il faut de la place comme tu le dis… sauf que la place à Paris, ben y en à pas.

Avant hier sur M6, un doc sur Paris et notamment sur la centrale de traitement des déchets parisiens située à Issy les Moulineaux (je crois) qui permet de transformer la chaleur de l’incinération en énergie : une merveille ! Y a pas à dire c’est quand même vachement bien pensé.

19.  delperbe | 26/08/2016 @ 10:36 Répondre à ce commentaire

Ce numero 40 nous fait douter de l’intelligence de nos « élites »

Deux contributions rafraichissantes dans ce trou noir :
Sur le site la pensée unique de juillet une video de 5 minutes de Lindzen qui résume parfaitement le débat.
Sur le site slate.fr , généralement plutôt pensée unique, un article du 4 août dénonçant les mesures démagogiques de Mme Hidalgo .http://www.slate.fr/story/1217.....-demagogie

20.  Hug | 26/08/2016 @ 11:42 Répondre à ce commentaire

JC (#7), JC (#17),
L’air ne pue pas à Paris. Les mauvaises odeurs c’est plutôt à la campagne (porcheries,…), ou alors pour ceux qui habitent au-dessus d’une poissonnerie ou d’un restaurant (mais ce n’est pas propre à Paris).
N’en déplaise à Hidalgo, les « diesels qui puent » sont de plus en plus rares (les diesels modernes ne puent pas), je parle en connaissance de cause, ayant pas mal circulé à vélo dans Paris ces dernières années. La pollution atmosphérique baisse régulièrement depuis quelques décennies et cela va continuer, pas grâce à la vignette de Ségo mais grâce aux normes Euro sur les véhicules et au renouvellement du parc auto (d’autant plus que la part du diesel va diminuer). Il faut simplement laisser le temps au temps (il n’y a pas de grave problème de santé publique, seulement un problème de confort pour certaines personnes à la santé respiratoire fragile et ceux qui habitent sur les grands axes de circulation).
Reste la « pollution » sonore. Fléau réel et difficilement réductible, mais ce n’est pas spécifique à Paris. La voiture électrique est de ce point de vue intéressante mais elle restera toujours pénalisée par son autonomie insuffisante pour les trajets interurbains. Je pense que Hidalgo devrait plutôt porter ses efforts sur la promotion du scooter électrique plutôt que sur la voiture électrique. Si les scooters restent peu nombreux par rapport aux voitures, il se sont quand même fortement répandus depuis 15 ans et la faible autonomie de l’électrique n’est pas un problème pour ces véhicules exclusivement urbains et souvent plus polluants et bruyants que les voitures.

21.  Nicias | 26/08/2016 @ 12:01 Répondre à ce commentaire

JC (#17),

Et le bruit !

Hug (#20),

L’air ne pue pas à Paris

Vous plaisantez ? Je suis banlieusard (de l’ouest des Yvelines pas de Sarcelle parce qu’il y a un monde entre les deux), Paris pue moins, mais Paris pue encore.

Il y a un vrai problème de pollution locale à Paris. Il peut aussi y avoir des problèmes de pollution locaux à la campagne.

22.  Nicias | 26/08/2016 @ 12:07 Répondre à ce commentaire

Abitbol (#16),

C’est pour cela que Paris n’avait pas de maire avant 1976, parce que Paris est un département et en plus la Capitale du Pays, c’est à dire une ville ouverte à tous et pas la propriété des parisiens (dont je fais partie).

C’était plutôt à cause de la Commune et du côté populaire de Paris. En 1940 encore, nos généraux avais immobilisé une armée entière en cas de révolte communiste à Paris. Mais cela a beaucoup changé et je suis d’accord qu’il y a des problèmes de périmetre des circonscriptions électorales.

23.  Christial | 26/08/2016 @ 12:18 Répondre à ce commentaire

Christial (#2),

Excellent bulletin, comme d’habitude mais par moment je me demandais si je ne lisais pas le Climathon de le rentrée.

Je m’autocite car, si cela va sans dire mais c’est mieux en le disant, il ne s’agit surtout pas d’une critique du bulletin mais de constater qu’après cette période de fin de vacances, nos politiques; notre « intelligentsia » et nos médias sont en grande forme dans leurs délires réchauffistes.

Pour Paris, sa pollution et ses bouchons, j’ai personnellement trouver La solution.
Plutôt que de m’en remettre à Hidalgo, pas fou quand même, et bien qu’adorant Paris, j’ai migré en province mais tout le monde n’a pas cette opportunité.
😉

24.  JC | 26/08/2016 @ 13:20 Répondre à ce commentaire

Euh…. l’air à paris ne pue pas ?????
Faut vraiment avoir le nez bouché alors ou être de mauvaise fois.
Personnellement j’ai un odorat pas top, et je me déplace bcp à pieds à Paris… c’est dur…
Je retourne souvent dans mon village d’origine en Bourgogne : l’odeur de l’air n’a rien à voir.
Moi aussi je pense à la solution de déménager en province.
Bon après il y a le même problème dans les grosses agglomérations.

Quand au bruit, je ne sait pas comment certains peuvent vivre près des grandes voies de Paris…

25.  Hug | 26/08/2016 @ 13:35 Répondre à ce commentaire

Nicias (#21), JC (#24),
Je ne plaisante pas, je ne suis pas de mauvaise foi, et je n’ai pas non plus de problèmes d’obstruction nasale. Simplement, je ne fais pas d’amalgame entre pollution et odeur. D’une manière générale, je ne suis pas incommodé par l’odeur de l’atmosphère parisienne Paris que je ne distingue pas de celle d’une autre ville, même si j’apprécie évidemment beaucoup plus de déjeuner en terrasse à la campagne que sur un trottoir parisien.

26.  JC | 26/08/2016 @ 14:02 Répondre à ce commentaire

Les odeurs d’échappement se reconnaissent facilement, Hug.
Tant mieux pour toi, si tu ne te rends compte de rien, mais il faut vraiment faire qqchose à Paris… trop de voitures actuellement.
Problème difficile à gérer…

27.  Hug | 26/08/2016 @ 14:29 Répondre à ce commentaire

JC (#26),

Les odeurs d’échappement se reconnaissent facilement

Bien sûr, à vélo derrière un véhicule motorisé mal réglé, ça se sent, mais je ne passe pas mes journées dans ces conditions.

trop de voitures actuellement.

Pas plus qu’il y a 30 ans. Et les TC sont globalement saturés. Attention donc à ne pas trop limiter la place de la voiture.

28.  papijo | 26/08/2016 @ 15:51 Répondre à ce commentaire

JC (#18),

Avant hier sur M6, un doc sur Paris et notamment sur la centrale de traitement des déchets parisiens située à Issy les Moulineaux (je crois) qui permet de transformer la chaleur de l’incinération en énergie : une merveille ! Y a pas à dire c’est quand même vachement bien pensé.

D’accord, une usine d’incinération c’est habituellement « bien-pensé » (je prêche pour ma paroisse) !

Ayant eu (un tout petit peu) à faire dans le temps avec cette usine, il faut savoir que c’est avant tout une usine « de riches » (fallait faire « chic » vis à vis des riverains du sud 15 et 16ème, Issy et Boulogne Billancourt) :
Architecture « riche » (pas de vulgaire bardage plan de grande banlieue !), usine « enterrée » (je n’ai plus le chiffre exact, mais environ à 30 m de profondeur au-dessous du niveau de la Seine, avec système de pompage permanent – plusieurs m3/h – pour éviter le noyage), système sophistiqué pour supprimer le panache de vapeur d’eau aux cheminées (évidemment invisibles car camouflées dans l’architecture), évacuation des mâchefers par péniches (diésel) beaucoup plus cher mais tellement plus écolo que des camions sur le périph. Par contre, rien de particulier pour ce qui concerne la qualité de l’incinération ou la qualité du traitement des fumées, même les usines de pauvres ne polluent plus, alors pourquoi faire des efforts qui ne se voient pas.

Mais il ne faut surtout pas croire que toutes les ordures des parisiens sont incinérées. La majeure partie est mise en décharge, principalement dans l' »Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux » de la REP à Claye-Souilly (jetez un oeil avec Google-Earth – appréciez les dimensions de la plus grande décharge de France), près de Meaux, chez les bouseux du grand est parisien ! La capacité de cette « ISDND » (Pour les non-initiés: DND = poubelle « grise ») est 1 100 000 tonnes par an (pour info, chaque français produit en moyenne 1 kg déchet par jour).

Bien entendu, dans ses documents « publics », le SYCTOM (en charge des déchets de Paris) se garde bien de se vanter de ses décharges !

29.  Claude C | 26/08/2016 @ 16:24 Répondre à ce commentaire

Bien sûr qu’il faut à tout prix s’occuper des déchets qui nous impactent directement.
sans pour cela faire cet amalgame récurrent avec le RCA… encore une logique incohérente qui a l’art de tout confondre
Info radio de RMC découverte par hasard:

« Les gaz à effet de serre stables depuis 10 ans sont repartis à la hausse aujourd’hui »

Ah bon ?
Les sources inconnues de ces informations tout public qui alimentent régulièrement nos médias sont détestables.

30.  pastilleverte | 26/08/2016 @ 17:32 Répondre à ce commentaire

Christial (#9),
C’est normal qu’on meure du RC (A), car disait notre grand spécialiste des pôles :
« C’est comme une poêle à frire »

31.  Nicias | 26/08/2016 @ 19:08 Répondre à ce commentaire

papijo (#28),

Faut dire que le quartier ne se prête franchement pas pas à une installation bâclée… Je ne serai pas étonné que ce soit l’usine de ce type la plus cher d’Europe.
Avant :

IIs ont tout rasé et construit du neuf pour cadre supérieur à 8000€ le m2 (voir plus). Ceci dit le quartier fait plutôt pauvre quand on traverse la Seine pour aller à Boulogne…

32.  Jopechacabri | 26/08/2016 @ 21:24 Répondre à ce commentaire

Au fait ! La « Canicule » a désormais sa loi en ‘Socialie’ :
Canicule = Trois nuits consécutives durant lesquelles la température ne descend pas en dessous de 21°C.

C’est légal !

Malheureusement comme souvent, il ne suffit pas de faire une loi pour qu’elle soit connue de tous, et encore moins appliquée et surtout en l’occurrence par nos MédiaSubventionnés.

33.  papijo | 26/08/2016 @ 22:08 Répondre à ce commentaire

Jopechacabri (#32),
Quelques corrections:
– Les plans canicule ne datent pas du gouvernement socialiste actuel, mais d’un gouvernement de droite dans les années qui ont suivi 2003.
– Il n’y a pas un seuil unique de température, mais des seuils Tmin et Tmax fixés par département: ainsi dans mon Tarn et Garonne, une Tmax supérieure à 36°, 3 jours de suite, déclenche l’alerte, alors que chez mon beau-frère de Morlaix, plus douillet, le seuil est à 31°C seulement. (Lien Météo-Paris)

34.  pastilleverte | 26/08/2016 @ 22:41 Répondre à ce commentaire

papijo (#33),
Et chez mon beauf à Cherbourg, je ne sais pas, mais ça doit se déclencher vers 25°C 😉

35.  Christial | 27/08/2016 @ 8:35 Répondre à ce commentaire

papijo (#33),

Les seuils définissant la canicule sont donc dépendant du lieu et peuvent évoluer dans le temps. Sur la seule petite France; l’écart est de 5°C en journée, sans doute le même écart la nuit.
On comprend que l’impact sur la santé et le confort dépendent en effet de l’habitat, des modes de vie, de la nourriture, peut-être d’adaptations physiologiques, que sais-je encore.
Mais alors s’il y a une augmentation progressive de, disons, 2°C sur le siècle, comment les réchauffistes peuvent-ils affirmer que le nombre de jours de canicule augmentera substantiellement puisque les seuils définissant la canicule devront évoluer dans le même sens ?

36.  JC | 27/08/2016 @ 9:12 Répondre à ce commentaire

Pour moi la canicule (ces fortes chaleurs pdt plusieurs jours et nuits) c’est le temps de merde par définition (alors que pour la majorité des gens, c’est quand il pleut).
On ne peut rien faire, on dort mal, le corps est épuisé.
Je pensais que grâce à la COP 21, il n’y aurait plus jamais de canicule !

37.  Murps | 27/08/2016 @ 10:12 Répondre à ce commentaire

En même temps, si Mme Royal intervient pour décider à la place des experts météo si il faut passer en vigilance rouge machin ou orange truc…

38.  JC | 27/08/2016 @ 11:21 Répondre à ce commentaire

Les politiques sont à côté de la plaque, ça me sidère. Eventuellement ils agissent par peur qu’on ne leur reproche qqchose.
Par exemple ils ont viré les migrants qui squattaient vers Jaurès sous le métro. Et bien ils sont où ? 500 m plus loin en bas de l’avenue de Flandres où il y a un merdier pas possible : des tentes, des déchets…Que fait le gouvernement ? ça ne doit pas être compliqué de s’occuper un minimum de ces gens, ils ne sont pas des millions. Par exemple un terrain libre, des petites bâtisses comme sur les chantier pour les ouvriers, ce serait déjà une solution provisoire qui ne couterait pas très cher (en tout cas bien moins que la COP 21 a couté 120 millions d’euros, ou qu’un tableau de Rembrandt acheté 80 millions d’euros… y a du pognon…). Mais là que fait le gouvernement en ce qui concerne les migrants : RIEN ! Rien n’est fait, mais ça cause…

39.  papijo | 27/08/2016 @ 14:03 Répondre à ce commentaire

JC (#36),

Pour moi la canicule (ces fortes chaleurs pdt plusieurs jours et nuits) c’est le temps de merde par définition

Vous êtes originaire d’où ? Nord Bretagne, Normandie ?
Profitez donc des journées de canicule pour faire une petite sieste (que vous pourrez compenser en vous levant un peu plus tôt … ou vous coucher un peu plus tard), sortez le barbecue, le pastis, le rosé, mangez des melons …. et ne nous parlez pas de temps de m…. !

40.  micfa | 27/08/2016 @ 14:42 Répondre à ce commentaire

Canicule?Où ça? Chez moi dans le massif central à 600m d’altitude, j’ai relevé 30° de maxi hier et 9,5° de mini ce matin, soit une amplitude de 20,5°. Et c’est cela depuis mardi. J’ouvre les fenêtres la nuit et j’ai 22° dans la maison. L’effet de serre qui est censé ralentir le refroidissement nocturne, doit être en vacances dans la capitale. C’est une canicule purement urbaine, les stations ne font que mesurer la T° des îlots de chaleur urbaine. Pas étonnant que ça se réchauffe. J’aimerais savoir d’ailleurs l’impact des îlots de chaleur urbaine sur l’augmentation des températures des stations terrestres. A part ça on se régale, sauf que cela donne des arguments aux réchauffistes qui y voient un signe du dérèglement climatique, ce qui est grotesque.

41.  tsih | 27/08/2016 @ 17:45 Répondre à ce commentaire

micfa (#40),

L’effet de serre qui est censé ralentir le refroidissement nocturne, doit être en vacances dans la capitale

Je ne vois pas trop pourquoi l’effet de serre ne contribuerait pas à atténuer l’amplitude de variation que vous observez entre jour et nuit. Si vous étiez dans le Hoggar en Afrique à la même altitude vous auriez autour de 0 °C en fin de nuit et plus de 40 °C dans l’après-midi. Région aride avec très peu de vapeur d’eau et effet de serre réduit.
Bien sûr ce n’est pas simplement une affaire d’effet de serre. Papijo vous expliquera. L’humidité plus élevée dans le Massif Central joue aussi un rôle tempérant important via la chaleur latente+convection en transportant la chaleur en haute altitude le jour et en récupérant celle des basses couches en fin de nuit.

42.  micfa | 27/08/2016 @ 18:01 Répondre à ce commentaire

tsih (#41), Vous n’avez vraiment rien compris, c’est bien ce que je dis. Quand à la vapeur d’eau qui est un gaz à effet de serre autrement plus efficace que le CO2 elle n’est que de 28%, et c’est bien pour cela que l’amplitude est forte, un peu comme dans le désert.

43.  Murps | 27/08/2016 @ 23:54 Répondre à ce commentaire

tsih (#41),

Région aride avec très peu de vapeur d’eau et effet de serre réduit.

Sans blague ? L’effet de serre passe avant les chaleurs latentes ????
C’est bien l’absence de vapeur d’eau qui provoque ces différences énormes de température. Pas besoin d’avoir une interprétation à coup de molécules de CO2 qui s’étirent dans tous les sens pour rayonner.
Les énergies liées aux changements de phase suffisent.

Déjà que vous êtes incapable de me dire quelle serait la température de la terre sans CO2…

44.  tsih | 28/08/2016 @ 3:17 Répondre à ce commentaire

Murps (#43),

Sans blague ?

Eh oui, professeur Murps, sans la moindre blague.

Mais encore une fois ne vous fâchez pas pour si peu, et rappelez-vous, je ne suis pas votre élève.

45.  lemiere jacques | 28/08/2016 @ 7:39 Répondre à ce commentaire

Murps (#43), je n’ai pas l’impression que c’est ce que dit tsih

46.  lemiere jacques | 28/08/2016 @ 8:09 Répondre à ce commentaire

tsih (#44), il me semble aussi que vous avez émis des doutes voire été outré par le fait que murps était enseignant alors que vous n’avez jamais assisté à un de ses cours, ça peut se comprendre dans le feu du dialogue mais ça aussi c’est insultant voire diffamant , du moins à mon opinion. Bon je ne suis pas très bien les fils mais dans ce cas où le professionnalisme d’une personne est mise en doute on dépasse les petites piques insignifiantes liées à l’ego courantes sur ce site. Ça ne coûte rien de s’excuser parfois.

La compréhension du climat dépasse le niveau premier cycle…deuxième cycle ou troisième cycle ou N ieme cycle, à mon humble avis on ne comprend pas on en a parfois une description satisfaisante. On est bien aise d’affirmer comprendre pourquoi l’amplitude thermique dans tel ou tel lieu est moins grande que dans tel autre et, en général , ça tient la route, sauf que, il est très rare qu’on puisse conduire un raisonnement absolument satisfaisant en un lieu donné disons grâce à un raisonnement » vertical « et fermé , on pourrait résumer cela en disant que l’air circule….
alors on est dans l’explication et non dans la compréhension… il est facile de raisonner en pensant au sahara sans nuage et sec , mais si à l’inverse on vous demandait pourquoi l’humidité du sahara est ce qu’elle est ou son ennuagement…
Je ne critique pas, c’est déjà beau, ça tient la route mais …mais ..il faut éviter d’etre péremptoire…et savoir rappeler les limitations des explications que l’on donne.

47.  tsih | 28/08/2016 @ 9:02 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#46),

il me semble aussi que vous avez émis des doutes voire été outré par le fait que murps était enseignant

Oui, en effet, il vous semble à juste titre. Je suis consterné par les outrances de Murps ici, qui sont stupéfiantes dans la bouche d’un enseignant en science.
Vous vous lancez dans une leçon de morale à ma destination, que je reçois volontiers, de la part d’un sage comme vous. Pourtant dans votre post précédent vous faites remarquer à juste titre à notre ami Murps que:

je n’ai pas l’impression que c’est ce que dit tsih

Vous êtes sûr que vous avez adressé votre leçon de morale au bon destinataire ?.

48.  JC | 28/08/2016 @ 9:29 Répondre à ce commentaire

papijo : « Vous êtes originaire d’où ? Nord Bretagne, Normandie ?
Profitez donc des journées de canicule pour faire une petite sieste (que vous pourrez compenser en vous levant un peu plus tôt … ou vous coucher un peu plus tard), sortez le barbecue, le pastis, le rosé, mangez des melons …. et ne nous parlez pas de temps de m…. ! »

Là je suis à Paris et ça a été très dur ces derniers jours : quand à 2h du mat, il fait encore 28°C, c’est difficile pour le corps. Ces chaleurs ce n’est pas ma tasse de thé.

micfa : Canicule?Où ça? Chez moi dans le massif central à 600m d’altitude, j’ai relevé 30° de maxi hier et 9,5° de mini ce matin, soit une amplitude de 20,5°. Et c’est cela depuis mardi. J’ouvre les fenêtres la nuit et j’ai 22° dans la maison.

C’est là qu’il faut que je me sauve alors à la prochaine canicule.

micfa : « L’effet de serre qui est censé ralentir le refroidissement nocturne, doit être en vacances dans la capitale. C’est une canicule purement urbaine, les stations ne font que mesurer la T° des îlots de chaleur urbaine. Pas étonnant que ça se réchauffe. J’aimerais savoir d’ailleurs l’impact des îlots de chaleur urbaine sur l’augmentation des températures des stations terrestres. A part ça on se régale, sauf que cela donne des arguments aux réchauffistes qui y voient un signe du dérèglement climatique, ce qui est grotesque.

Oui c’est inadmissible de rattacher des périodes très chaudes d’un été (ce qui est un peu normal) à un qcq réchaufffement climatique, c’est absurde.

49.  amike | 28/08/2016 @ 9:37 Répondre à ce commentaire

micfa (#40), Oui, le problème caniculaire est d’abord un problème de lieu d’habitation. D’ailleurs, si on souffre de la chaleur en été dans son logement, il est fort probable qu’on y soufrerait également beaucoup en hiver sans pousser le chauffage.
Les températures de canicule, basées sur les relevés standard de météorologie, ne peuvent donner qu’une indice imparfait de la situation individuelle.

Dans mon cas personnel, la canicule durait tout l’été car ma chambre était coté ouest derrière un mur épais qui encaissait les rayons du soleil couchant. En isolant l’intérieur et l’extérieur, j’ai fermé le four…

50.  Christial | 28/08/2016 @ 10:41 Répondre à ce commentaire

amike (#49),

Oui, le problème caniculaire est d’abord un problème de lieu d’habitation. D’ailleurs, si on souffre de la chaleur en été dans son logement, il est fort probable qu’on y soufrerait également beaucoup en hiver sans pousser le chauffage.

Souvent mais pas nécessairement, le soleil passe par rayonnement alors que l’isolation en hiver relève surtout de la qualité de l’isolation donc de la conduction et, plus secondairement, de la convection, des fuites d’air.
Pour le confort d’été on connait les deux points clés de l’habitat, en plus de l’isolation qui compte quand même, bien entendu : se protéger du soleil en fermant ses volets de jour ; surventiler, surtout la nuit, pour évacuer les calories stockées par la bâti en journée, bâti qui finirait sinon par saturer, quelle que soit son inertie..