Véhicule électrique et émissions de CO2

Un récent rapport du Ministère de la développitude durable évalue les bénéfices du véhicule électrique. Nous nous intéresserons ici principalement au bilan CO2.

Une batterie de 24kWh c’est 6 tonnes de CO2 contre 38 tonnes émises pour un véhicule conventionnel à essence sur toute sa durée de vie.

Après prise en compte des pleins d’électrons nécessaires pour rouler, le bilan est favorable en terme d’émissions de CO2 pour tout mix de production électrique qui émet moins de 864g/kWh produit. L’Allemagne taquine les 500 grammes et la Pologne les 800.

Le chiffre de 6 tonnes vient de l’Ademe qui explique :

Concernant la production de la batterie qui est une phase très consommatrice d’électricité, le facteur d’émission est donné pour un mix électrique correspondant au mix français.

Le chiffre utilisé pour le mix français est de 53g/kWh. Si les batteries sont construites en France on peut utiliser sa voiture et aller rouler en Allemagne tout en conservant un bilan favorable. Toutefois ce sera un trajet périlleux et un tantinet longuet vu la taille de la batterie.

Le prix des batteries baissant, la tendance est à l’augmentation de leur taille. Le nouveau Kangoo ZE à une batterie de 30 kWh contre 22 kWh pour l’ancien modèle. La dernière Zoé a une batterie de 41kWh. La Chevrolet Bolt en est à 60 kWh et la Tesla va jusqu’à 100 kWh.

Une batterie de 48 kWh, c’est 12 tonnes de CO2. Si elle est fabriquée en France et si les calculs de l’Adème sont justes.

Il est illusoire de penser qu’on va construire 38 millions de véhicules (le parc actuel) en France équipés de batteries françaises. Une batterie de 48 kWh construite en Allemagne, c’est 120 tonnes de CO2 si je fais une règle de trois. Ceci avant même d’avoir fait le premier plein d’électrons plus ou moins décarbonné. Il vaut mieux dans ce cas en rester au 38 tonnes du véhicule à essence.

Tesla en feu

Une Tesla émet aussi de la vapeur d’eau, un gaz à effet de serre, lors de sa phase de refroidissement après combustion spontanée de sa batterie

Le rapport nous explique que le véhicule électrique pollue peu, « essentiellement des particules émises lors du freinage ou de l’abrasion des pneus et des chaussées« . Nos auteurs n’ayant pas jugé bon de prendre en compte le poids des véhicules dans leur étude, on ne pourra pas parler du petit problème de surpoids des véhicules électriques.

 

60 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Nicias | 1/10/2017 @ 23:51 Répondre à ce commentaire

Puisque ça discute véhicule électrique sur un autre fil…

2.  Bernnard | 2/10/2017 @ 0:17 Répondre à ce commentaire

Une batterie de 24kWh c’est 6 tonnes de CO2 contre 38 tonnes émises pour un véhicule conventionnel à essence sur toute sa durée de vie.

Pour combien de Km parcouru pendant la durée de la vie de la voiture ou plutôt pour combien de Kg utiles x distance parcourue durant cette même durée de vie ?
On dira que c’est la même durée de vie pour les 2 types de voiture (ce qui est surement faux si on dit que la durée de vie est la durée de la batterie) et on simplifiera en disant que c’est un parcours sur du plat bitumé, rectiligne, sans vent et sans climatiser l’habitacle.
Quand on compare il faut aller jusqu’au bout si on veut être rigoureux et « scientifique » !

3.  Nicias | 2/10/2017 @ 0:20 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2),

C’est 3 tonnes par batterie d’une durée de vie de 7 ans. Un véhicule à une durée de vie de 16 ans.

4.  BenHague | 2/10/2017 @ 0:47 Répondre à ce commentaire

Sachant que pour un vehicule thermique , le chauffage est gratuit et ne consomme pas de carburant en plus .
Sur une electrique … nada … Si il fait -5 degC dehors , alors il fait -5 degC dans l’habitacle ( un peu plus parce que le corps humain chauffe …) , donc il faut mettre le chauffage et pomper dasn la batterie et on roule (beaucoup) moins loin ….

Donc ne pas climatiser l’habitacle n’est pas réaliste … Autant on peut rouler par +40 degC avec les fenetres ouvertes sans clim’ , autant il est impossible de rester assis, deux heures, immobile dans un environnement á 5 degC ou moins …. meme avec le manteau et les moufles ….

Enfin bon c’est le progrés des neuneus …

5.  patilleverte | 2/10/2017 @ 9:33 Répondre à ce commentaire

Les particules (fines ?) émises « lors du freinage ou de fabrication de pneus », oui bon dit l’ADEME petit problème, y’a pas de solution miracle quôa…
Il est vrai que le CO2 est un très très vilain « polluant », tandis que les particules fines ???
Ah ben alors pourquoi que d’aucun(e)s ils (elles) veulent à tout prix éliminer les moteurs Diesel ?
Parce qu’ils émettent plus de « polluant » (lire CO2) ? Non justement, mais parce qu’ils (sont supposés) émettent émettre) plus de particules « fines »(surtout depuis que les normes EURO6 sont mises en application, (modulo les fraudes éventuelles de certains constructeurs…).
En tant que (ex) grand utilisateur des transports en commun et notamment du RER B, je peux vous certifier que les moteurs électriques des rames, n’émettent ni CO2 (sur place), ni particules fines, mais alors les « quelques » particules fines d’usure, de freinage et tout le reste, c’est pas rien, voir les taux de particules à la station des Halles (voir lien plus bas) , où transitent plusieurs centaines de milliers d’usagés par jour; et c’est pas mieux dans le reste du réseau « métro ».
http://www.lemonde.fr/pollutio.....52666.html
Bon, certes, ce sont pour beaucoup des « gens », des « sans dents » et autres rebuts de la société, et ils n’y restent pas des heures (quoique…), enfin ceux qui travaillent « en sous-sous-sol, si) mais là, silence « assourdissant » de l’ADEME (entre autres).

6.  patilleverte | 2/10/2017 @ 9:47 Répondre à ce commentaire

Et une autre à propos du « polluant » CO2.
De la bouche même de Jancovici, la construction de transports en commun en sous-sol équivaut à l’émission de 100 ans de CO2 de la circulation équivalente en passagers transportés !
(Ou plus précisèment il dit que « l’amortissement CO2 » est de 100 ans dans ce cas, ce qui revient au même)
C’est ça qui doit s’appeler un investissement « d’avenir »…
Air France avait calculé que la construction de la LGV de et vers Strasbourg équivalait à 10 ans démissions d’ avions de type A320 sur la ligne Paris Strasbourg.
C’est mieux, mais c’est du plein air essentiellement, et les trafics de la ligne Paris Strasbourg sont sans commune mesure avec ceux de routes remplacées par des métros.

7.  amike | 2/10/2017 @ 9:51 Répondre à ce commentaire

« mix français » !!
Et pourquoi pas les fabriquer en Norvège ? C’est encore mieux, non ?

Cette démonstration de l’Ademe est en réaction aux motifs d’absurdité des subventions à l’auto électrique. Cette agence va tenter d’argumenter afin de nourrir la narrative d’une auto électrique écologique.

Ce calcul, sur le CO2 de la fabrication des batteries ou de l’usage, ne devrait avoir lieu que comme la base de départ, pas d’une justification. Et la conclusion de l’Ademe devrait être : « on arrête les subventions tant qu’on n’a pas un mix CO2 acceptable » (j’évite de dire écolo ou EnR puisque c’est quasi inatteignable pour la France).

En effet : Pourquoi ajouter une consommation électrique supplémentaire alors que la production « propre » pêche par insuffisance et disponibilité ? Pure idéologie et post-justification, en attendant les preuves de capitalisme de connivence…

8.  Christial | 2/10/2017 @ 10:17 Répondre à ce commentaire

53g/kWh grâce au nucléaire. Il est vrai que, dans le mix futur, les ENR suppléeront au sale nucléaire. Bon, c’est vrai, pour compenser l’intermittence le consommateur devra s’équiper de … batteries !

9.  Fagus | 2/10/2017 @ 10:54 Répondre à ce commentaire

L’auteur oublie la problématique des poussières fines principalement liées au moteur à diesel et les émissions de NOx liés à la combustion et largement supérieures pour le diesel comparé à l’essence. Tous deux sont des polluants dangereux. Avec la substitution des voitures thermiques par les voitures électriques, la qualité de l’air va se trouver très sensiblement améliorée et la santé des citadins améliorée. Se limiter au CO2 quand on parle des voitures électriques est au mieux un signe d’incompétence.

Personnellement, j’apprécie moins se site depuis qu’il aborde plus les aspects liés aux énergies renouvelables (de manière orientée) et moins le réchauffement climatique.

10.  volauvent | 2/10/2017 @ 11:02 Répondre à ce commentaire

amike (#7),

Il y a de nombreux problèmes à résoudre sur les batteries avant que la voiture électrique ne devienne une utilisation de masse. Ceci dit, pour la France, elle présente deux avantages:

– réduction à des valeurs très faibles la pollution atmosphérique en milieu urbain
– diminution de la dépendance vis à vis des importations de pétrole et de gaz, qui nous lient pieds et poings liés aux pays du Golf et à la Russie. Ce point est pour moi le plus important de tous,en particulier pour combattre le prosélytisme islamiste radical.

C’est pourquoi je passerais tout ce qui est possible à l’électricité nucléaire( y compris le chauffage, par pompe à chaleur) et le reste du gaz ou du carburant produit à partir du charbon importé d’Australie, du Canada ou des USA.

11.  patilleverte | 2/10/2017 @ 11:33 Répondre à ce commentaire

Fagus (#9),
Je comprends votre agacement devant l’augmentation des fils sur ENR.
Cependant, si vous lisez bien la presse, vous verrez que les questions « climatiques » et ENR » sont devenues indissociables.
Tout simplement parce que, vite dit et avec le minimum syndical de réflexion( et c’est valable pour nos politiques et bien des « scientifiques mainstream »), on pose l’équation suivante :
+ de CO2 = + de réchauffement climatique (RC), lequel est Anthropique (RCA), ==> limiter voire « tuer » l’énergie « carbonée », et en plus comme nuke = pas gentil Ergo les ENR sont LA solution.
Je caricature ? à peine…
Conséquence Skyfall aborde de plus en plus les sujet ENR…. A tort ou à raison ? à vous de voir.

12.  Philippe | 2/10/2017 @ 11:38 Répondre à ce commentaire

38 millions de véhicules, 40 kWh.
Si l’on compte une heure de recharge, il faut une source de 40 kW.
Supposons qu’il n’y a que 2 millions de voitures qui chargent en même temps.
Cela fait une puissance demandée de 80 GW, soit, si on prend une tranche nucléaire à 2 GW (ce qui est vraiment un maximum encore non atteint), rien moins que 40 tranches nucléaires.
Soit grosso modo ce qu’on a actuellement. Donc il faudra doubler le parc de centrales.
Il ne faut pas oublier aussi le réseau de transport et de distribution qu’il faudra aussi doubler.
Bon, pour ceux qui sont intéressés, ils pourraient calculer le nombre d’éoliennes nécessaires pour délivrer ces 80 GW, ou la surface nécessaire en photovoltaïque.

13.  Bernnard | 2/10/2017 @ 11:45 Répondre à ce commentaire

volauvent (#10),
Le problème, à mon avis, n’est pas de tout passer à l’énergie nucléaire, même si je pense que c’est certainement la solution la plus rationnelle. La sécurité des sites, ainsi que le problème du traitement des déchets peuvent être encore fortement améliorés.
Le problème est surtout la fragilité à laquelle le « tout électrique » expose la société.
Si une panne durable, ou si des sites de production électrique sont mis subitement hors réseau, toute la société s’effondrera.
Aucune transaction dématérialisée ne pourra se faire, feux rouges en panne, chauffage en panne, pas de carburant pour cause de pompes en panne, etc. La liste est longue !
Voilà un danger qui est bien ignoré. Notre société sophistiquée est devenue fragile.
Et nous nous focalisons sur quelle ou quelle énergie serait la meilleure !
Il faut savoir aussi que la charge du réseau électrique doit être équilibré et qu’une panne durable à un endroit du réseau à une répercussion ailleurs.
La voiture électrique ne nous rendra pas moins dépendant vis-à-vis d’une rupture d’approvisionnement de cette énergie.
Il y a propablement des actions urgentes à faire pour éviter un tel scénario.

14.  amike | 2/10/2017 @ 11:48 Répondre à ce commentaire

volauvent (#10),

diminution de la dépendance … Ce point est pour moi le plus important de tous

Avec l’âge, je suis devenu plus terre à terre : Le plus important, c’est de l’énergie disponible et bon marché 😉
L’indépendance énergétique est devenu une sorte d’argument faux nez de politique géo stratégique, à notre détriment de petits citoyens.
L’indépendance, c’est mieux, mais j’ai peur d’en avoir que l’apparence alors je me contenterai du bien…

Pourquoi refuser le gaz russe, si ce dernier est déjà vendu aux chinois qui nous refourguent leurs produits ?
Pourquoi importer du charbon d’aussi loin, au lieu d’être converti sur place ?
Pourquoi mieux combattre le prosélytisme quand l’oligarchie au pouvoir est cynique (« L’invasion ? Mais ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ! » Dixit le Pape, Muttie, le Gosse…)

15.  Nicias | 2/10/2017 @ 11:52 Répondre à ce commentaire

amike (#7),

Oui tout à fait la Norvège. Merkel avait proposé à Macron de transférer leur industrie automobile en France mais finalement Le Président des Etats-Unis du Monde a décidé, sur conseil d’une commission composée d’ingénieurs compétents que ce serait en Norvège. Les Chinois sont les plus enthousiastes.

Ce calcul, sur le CO2 de la fabrication des batteries ou de l’usage, ne devrait avoir lieu que comme la base de départ, pas d’une justification.

Trop tard, le ministre est déjà passé à la télé et a annoncé sa décision sur avis de son conseiller en communication.

16.  Nicias | 2/10/2017 @ 12:02 Répondre à ce commentaire

Fagus (#9),

A ma connaissance la pollution aux particules fines n’a pas d’effet réchauffant notoire. Ce n’est pas un article contre le VE. C’est un article contre le VE comme solution à nos émissions de CO2, encore qu’en France le dossier est défendable.

17.  Nicias | 2/10/2017 @ 12:04 Répondre à ce commentaire

volauvent (#10),

Les VE font aussi moins de bruit, c’est important, enfin moi j’y tiens.

18.  Nicias | 2/10/2017 @ 12:09 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#13),

Il y a propablement des actions urgentes à faire pour éviter un tel scénario.

Interdire les éoliennes, ne pas encourager les oligopoles à rationner l’offre pour créer des pics de prix délirants comme en Australie.

19.  Hug | 2/10/2017 @ 12:21 Répondre à ce commentaire

Fagus (#9),
L’intérêt de la voiture électrique, c’est effectivement pour les trajets urbains/péri-urbains : réduction de la pollution et du bruit et autonomie des batteries suffisante pour ces trajets.
Mais, il ne faut pas non plus exagérer l’impact bénéfique sur la pollution atmosphérique : les véhicules thermiques aux normes Euro6 sont désormais très peu polluants (yc le diesel ne vous en déplaise) et les particules fines émises par ces voitures sont issues presque uniquement de l’usure des pneus et des freins, équipements dont sont munies également les voitures électriques…
La qualité de l’air déjà largement satisfaisante va continuer à s’améliorer même sans la voiture électrique du simple fait du renouvellement du parc.

20.  amike | 2/10/2017 @ 13:56 Répondre à ce commentaire

Nicias (#15), Oui, la Norvège pour la production finale. Mais quid des métaux et autres terres rares utilisés ? L’extraction est également une activité extrêmement « carbonée »…Les métaux Lithium, Cobalt, Terres rares, Nickel, Graphite, Cuivre sont plus que nécessaires, et ils ne sont pas présents à l’état de veines épaisses de 10 mètres sous terre…

Au moins une bonne nouvelle 😉 On aura moins besoin de platine pour les pots d’échappement…

21.  volauvent | 2/10/2017 @ 17:07 Répondre à ce commentaire

amike (#14),

Pourquoi refuser le gaz russe,

Parce que M Poutine peut fermer le robinet.

Pourquoi importer du charbon d’aussi loin, au lieu d’être converti sur place ?

On peut aussi, je n’y vois pas d’inconvénient. On perd un peu de valeur ajoutée.

Pourquoi mieux combattre le prosélytisme quand l’oligarchie au pouvoir est cynique (« ?

Comment combattre le terrorisme s’il est financé par notre propre argent?

22.  Herté07 | 2/10/2017 @ 17:07 Répondre à ce commentaire

Hug (#19),
Pour les particules fines émises par le freinage, l’avantage est aux V. E. grâce au freinage électrique.

23.  Hug | 2/10/2017 @ 17:33 Répondre à ce commentaire

Herté07 (#22),
Certes et véhicules hybrides aussi.

Tiens un truc intéressant, Airparif a mesuré la baisse de pollution au NO2 lors de la journée d’hier interdite au trafic routier par rapport à une journée sans interdiction de trafic avec météo similaire: https://www.airparif.asso.fr/actualite/detail/id/212
Il y a des zones où la baisse est importante mais elles sont assez limitées. Il n’y a pas d’impact sur la quasi-totalité des zones d’habitations. Emmerder les parisiens pour ça ? :roll:

24.  amike | 2/10/2017 @ 18:39 Répondre à ce commentaire

Herté07 (#22), Le freinage électrique ( régénératif ) n’est pas un vrai frein ! Il ne fait que récupérer une partie de l’énergie cinétique : en cas de freinage d’urgence ou appuyé, ce sont les freins classiques qui font tout le travail.
De ma propre expérience, les freins de ma prius ou de ma précédente diesel ont durés aussi longtemps (j’anticipe et j’utilisais systématiquement le frein-moteur).
Et le sur-poids dû à la batterie renchéri l’usure !

25.  Paul Aubrin | 3/10/2017 @ 17:48 Répondre à ce commentaire

patilleverte (#5),
Inutiles de payer pour connaître les concentrations en particules dans le métro:
– Elle atteint 200µg/m³ au métro Halles et ne descend pas en dessous de 45.
– Elle atteint 40µg/m³ sur le boulevard périphérique.

http://www.francetvinfo.fr/met.....73772.html

D’après un ouvrage de Jean Kersvadoué, les estimations de décès liés aux particules fines reposent sur une étude de l’air dans des mines qui ne sont pas représentative de l’air des villes. Par extrapolation des mêmes estimations l’air de Paris et de Londres au début du vingtième siècle aurait été responsable de la totalité des décès de l’époque (cela paraît douteux).

En revanche le CO2 ne pose aucun problème aux animaux et est grandement bénéfique pour les plantes.

26.  Desonis | 4/10/2017 @ 18:54 Répondre à ce commentaire

amike (#24), Soir,
C’est les limites de l’hybridation d’un véhicule essence : sur ma 508 hybride diesel j’ai un freinage important et sur ma première 508 j’ai amené mes Michelin primacy à 69 000 kms et jamais changé les plaquettes (séparé du véhicules à 120 000 kms). Il est vrai que cela dépend de l’usage. De toute façon le débat est clos : plus de diesel a dit La Ségo donc ces véhicules ont été arrêté snif…

27.  Cdt Michel e.r. | 4/10/2017 @ 19:17 Répondre à ce commentaire

Paul Aubrin (#25),

En revanche le CO2 ne pose aucun problème aux animaux et est grandement bénéfique pour les plantes.

Aux animaux et donc à nous qui sommes des primates. Nous ne descendons pas du singe, nous sommes des singes… quoi qu’en disent les livres dits sacrés, qui ne racontent que des salades sur nos origines.
De mémoire, nous n’avons pas de problème tant que l’air que nous inspirons ne contient pas plus de 10 000 ppm de ce gaz satanique et celui que nous expirons en contient ± 40 000 ppm.

28.  Cdt Michel e.r. | 4/10/2017 @ 19:31 Répondre à ce commentaire

Trouvé sur H16, dans les commentaires de la page
Cette pauvreté allemande qui rassure les rédactions françaises

Higgins 27 septembre 2017, 11 h 25 min
Je n’ose imaginer ce qui se passerait si jamais un des imbéciles heureux qui préside à nos destinées décidait de renoncer au nucléaire. Je plains les Allemands avec leurs Grünen, nostalgiques souvent de la brillante RDA.
On peut faire une remarque identique avec le diesel. Carlos Tavares, le PDG de PSA, a des mots très durs et très justes pour tous ces clowns. Il reste également lucide face à tant de bêtise: « Le diesel a gagné la bataille technologique, mais perdu la bataille politique … » Le patron s’avoue agacé de voir les pouvoirs publics décider des choix stratégiques des constructeurs à leur place. « Ce n’est pas leur rôle, fustige-t-il. Ils devront donc en assumer la responsabilité scientifique. » (http://www.leparisien.fr/autom.....281771.php)

sam player 27 septembre 2017, 13 h 00 min
Effectivement le prix des véhicules diesel chutent sur le marché de l’occasion…
Faut dire aussi que la techno de réparation suite aux messages d’avarie anti-pollution n’est pas très au point, et ce à cause du paquet de sondes et capteurs dont ces moteurs sont équipés… ça aide pas…

Higgins 27 septembre 2017, 16 h 26 min
Un autre interview encore plus direct : « Le patron de PSA, Carlos Tavares, s’est montré très suspicieux vis-à-vis de la voiture électrique. « Le monde est fou » a-t-il déclaré en réponse aux annonces politiques contre les moteurs thermiques. »
Avec de bonnes questions : « Carlos Tavares parle de « chaos » et s’inquiète en posant plusieurs questions que le monde politique semble éluder.
1) Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ?
Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ?
2) Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ?
3) Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ?
4 ) Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ?
5) Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point de vue sociétale pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres ? »
C’est là : https://www.moniteurautomobile.be/actu-auto/decryptage/carlos-tavares-psa-folie-electrique.html

29.  patilleverte | 5/10/2017 @ 12:10 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#28),
Certes, mais d’aucuns diraient que Carlos Tavares « prêche pour sa paroisse » (désolé d’employer des termes qui vous hérissent smile )
Et de toutes les façons, comme vous le savez, aucun argument « raisonnable » ou « raisonné », sans parler de ceux « de bon sens » n’a sa place dans le soit-disant débat, qu’il soit sur le Climat, sur les ENR, le nuke ou les VE, pour ne rester que sur des sujets plus ou moins abordés ici.

30.  Murps | 5/10/2017 @ 13:53 Répondre à ce commentaire

patilleverte (#29), certes il prêche pour sa paroisse, mais il faut lui reconnaître à la fois la lucidité et le courage moral, car il en faut du courage à son niveau de responsabilité pour tenir un tel discours.
Deux phrases ont retenu mon attention, celle où il explique que le diesel a gagné la bataille technologique et perdu la bataille politique et une autre ou il met les politiques devant leurs responsabilités au sujet des choix délirants sur la voiture électrique.

On saura s’en souvenir quand le soufflé écolomarxiste sera retombé.

31.  papijo | 5/10/2017 @ 16:35 Répondre à ce commentaire

Une variante, encore plus performante, à la voiture électrique: la machine à café « à pédales ». Le site « EIKE » s’amuse à étudier cette nouvelle « invention » d’une député « grün »
Lien (en anglais): EIKE

32.  M_a_n_u | 5/10/2017 @ 20:28 Répondre à ce commentaire

Fagus (#9),
Tout à fait d’accord sur l’obsession anti-EnR ; à moins que ça ne soit une obsession pro-radioactif ? (^_^)

Et c’est oublier finalement l’argument qui pourrait justifier à lui tout seul le passage à l’électrique : le silence en ville.

Je pense que c’est un facteur sous-estimé de renouveau urbain, voire de redistribution des cartes : bien malin celui qui peut prévoir les effets sur le marché de l’immobilier de l’arrivée du silence en ville ?

L’effet immédiat sera celui bu bien-être des habitants.

Les effets de la piétonisation et de la désaffection pour l’automobile, conjointement au renouveau du vélo (de plus assisté électriquement), et peut-être dans une certaine mesure, le retour vers une consommation de proximité, commencent à modifier les commerces de centre ville (en tout cas, c’est l’expérience que je retire de villes assez différentes comme Nantes et Amiens que je connais bien).

La généralisation de l’électrification des véhicules, et en attendant, la remontée de la proportion de motorisation essence — sans oublier l’hybride —, et le silence qui va avec devraient être facteur de ré-appropriation de l’espace urbain, espace depuis si longtemps dévolu quasi totalement à la sacro-sainte voiture. Électrique ou pas, elle restera pour longtemps incontournable ; mais au moins désormais, elle ne nous cassera — presque — plus les oreilles.

33.  jdrien | 5/10/2017 @ 20:39 Répondre à ce commentaire

M_a_n_u (#32),

Tout à fait d’accord sur l’obsession anti-EnR

ce n’est pas une obsession, mais un réalisme technique et économique, mais tout à fais d’accord pour l’intérêt de la voiture électrique en ville, mais il n’y a pas que les voitures particulières, il y a les véhicules de livraison, les bus… à convertir à l’électrique.
Petite anecdote concernant le silence, quand j’étais gosse, à Bordeaux, le ramassage des ordures se faisait avec des bennes électriques, on les entendait arriver de loin à cause de leur transmission par chaine!

34.  the fritz | 5/10/2017 @ 22:34 Répondre à ce commentaire

Fagus (#9),
Vous racontez n’importe quoi !

Dans quelles régions meurt-on le plus tard au début du XXIe siècle ?
L’Île-de-France s’impose comme une zone de faible mortalité

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1280858

Personnellement, j’apprécie moins se site depuis qu’il aborde plus les aspects liés aux énergies renouvelables

Mais CE site a changé simplement de priorité , le RCA n’étant plus qu’une anecdote journalistique ; la priorité , c’est de ne pas sombrer dans la récession économique à cause des lubies écologistes concernant les énergies fossiles et nucléaires , les ENR n’étant qu’un placébo pour éviter la décroissance verte

35.  the fritz | 5/10/2017 @ 22:49 Répondre à ce commentaire

M_a_n_u (#32),

Tout à fait d’accord sur l’obsession anti-EnR ; à moins que ça ne soit une obsession pro-radioactif ? (^_^)

Et c’est oublier finalement l’argument qui pourrait justifier à lui tout seul le passage à l’électrique : le silence en ville.

Eh oui, et il y avait des gens qui vivaient dans le silence à la campagne et il y a des saligauds qui sont venus installer des éoliennes à proximité ; y a qu’à les mettre dans les villes pour laisser vivre les gens en paix dans les campagnes

36.  lemiere jacques | 6/10/2017 @ 7:52 Répondre à ce commentaire

Il me semble que l’ademe a pour vocation de on ne sait pas trop quoi faire mais…pour la transition energetique…
Elle le fait de façon qu’elle veut sérieuse mais jusqu’à un certain point. Les problèmes sont en général évoqués mais bien planqués.
M_a_n_u (#32), oui l’automobile a des nuisances vous pouvez aussi bien proposer que les gens aillent habiter à la , mais attention , les gens vivent en ville et alentour non pas pour le silence mais parce qu’ils y gagnent leur vie. Si le silence voire la qualité de l’environnement étaient prioritaires dans la décision du lieu de vie ,ils iraient vivre à la campagne.

Le silence en ville oui mais pas à n’importe quel prix. Ceci étant dit oui, on ne peut qu’être d’accord mais avec des réserves …
Une remarque passer de la voiture au vélo reste avant tout un appauvrissement matériel, la voiture automobile est ..automobile, le vélo non. Quand on est jeune quand il fait beau, ce n’est pas un choix désagréable… A vrai dire en ville le trafic est si intense que le vélo peut être clairement un progrès…mais….ça reste un appauvrissement matériel. qui bien peut se transformer en économie…

mais si le niveau de vie des gens ne change pas ..le passage au déplacement en vélo va conduire à un transfert de dépenses ( et de pollution , d’émissions de CO2 etc) ailleurs… donc la transition vélocipédique urbaine peut ne pas être globalement  » écologique »…

37.  lemiere jacques | 6/10/2017 @ 8:02 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#28),

je n’aime pas trop l’utilisation du terme de désastre écologique..trop flou comme la catastrophe climatique….il n gagnerait à être plus précis..les gens ne vont pas faire d’économie…et le progrès environnemental ne sera m^me pas clair.
Tout à fait typique de la croissance verte.
Ok d’accord je vais faire des économie d’électricité mais 5 millions d’euro c’est cher pour un frigo AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++.

38.  Briscard | 6/10/2017 @ 11:36 Répondre à ce commentaire

Je me souviens d’avoir lu il y a plus de vingt ans un article qui comparait la consommation en gaz d’une automobile fonctionnant au gaz et d’un véhicule similaire fonctionnant avec de l’électricité produite par une centrale à gaz, avec, à l’époque des batteries au plomb.
En tenant compte des pertes d’énergie pour transformer la chaleur produite par la combustion du gaz en électricité, les pertes en ligne sur le réseau électrique, la perte au niveau de la batterie qui ne restitue qu’une partie de l’énergie qui a servi pour la charger, l’article concluait que la voiture électrique consommait 5 fois plus de gaz que le voiture au gaz. Il n’était pas fait de calcul sur les émissions de CO2
Je serais curieux de savoir s’il existe des études récentes sur le sujet, mais il est probable qu’aujourd’hui encore, une voiture roulant au gaz consomme moins qu’une voiture électrique quand l’électricité est produite par des centrales à gaz.

39.  scaletrans | 6/10/2017 @ 16:40 Répondre à ce commentaire

Briscard (#38),

Moi aussi je serais curieux de savoir si une étude récente (pas faite par les escrologistes naturellement!) donne un moins grand écart. Mais seuls les escrologistes pourraient douter du sens de l’écart…

40.  lemiere jacques | 7/10/2017 @ 11:18 Répondre à ce commentaire

Briscard (#38), non pertinent , avec les progrès des batteries à venir et la decarbonisation de la production électrique en cours à vitesse exponentielle, la non acceptation complète de la voiture électrique au minimum comme preuve de la bonne volonté à portée symbolique évidente est de l’ordre du crime contre le climat.
Il faut remettre l’humain au centre de la voiture, réaccpeter le principe de relocalisation des déplacements.

41.  Briscard | 7/10/2017 @ 11:45 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#40),
le principe de relocalisation des déplacements, ce n’est pas la voiture électrique, c’est la marche à pieds, à la rigueur à vélo.

42.  lemiere jacques | 7/10/2017 @ 11:58 Répondre à ce commentaire

Briscard (#41), Pas du tout , il s’agit de localiser les déplacements. Par exemple aller à Vesoul à Rennes. On peut imaginer une plateforme web où des gens échangent leur déplacements de façon citoyenne et solidaire.
La première question qui se pose est l’utilité m^me du déplacement physique , il est clair que si vous vous voulez voir votre famille qui habite au loin, il est de beaucoup préférable, si on tient à contenir ses émissions personnelles de CO2 et sauver sa part de planète, que votre famille se déplace jusqu’à vous. Et c’est économique pour vous!
donc c’est possible de relocaliser ses déplacements personnels si on s’en donne les moyens. et si tout le monde joue le jeu alors les choses iront dans le bon sens si possible localement.

et le pire c’est que parfois on est pas loin de ça.

43.  Ecophob | 7/10/2017 @ 13:13 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#42), je trouve hallucinant un débat de ce type. Que devient la liberté individuelle de circuler dans tout ça? C’est un pas de plus vers la dictature écologiste.

44.  the fritz | 7/10/2017 @ 13:21 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#42),

La première question qui se pose est l’utilité m^me du déplacement physique

Moi, je me questionne sur l’utilité de vos messages psychiques

Faut arrêter de faire du blablabla; cela ne donne plus envie de retourner sur ce site

45.  Philippe | 7/10/2017 @ 13:36 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#40),
Ah bon ? et comment la production électrique va-t-elle être décarbonnée ?
Avec quoi va-t-on produire les dizaines de GW nécessaire à la charge de millions de voitures électriques?
Je suis curieux de le savoir, moi j’en suis arrivé à la construction d’une quarantaine d’EPR et au doublement du réseau électrique.
Et vous ?

46.  lemiere jacques | 7/10/2017 @ 17:49 Répondre à ce commentaire

the fritz (#44), parce qu’on ne peut plus rigoler?

UN calcul d’meission de CO2 TOTAL est très complexe; toutefois, on constate empiriquement que pour un foutu pays donné on a une relation assez étroite entre richesse produite et émission de CO2, relation qui évolue certes si la technologie change et la nature de l’économie change MAIS on peut assez bien assumer en premiere approximation grossière …que TOUT compris, prix = CO2….ce qui revient peu ou prou à dire que les batteries, mais aussi les bagnoles en général ont interet à durer longtemps si on veut que la bagnole soit CO2 intéressante..
Certes c’est du calcul à la hache mais dans le monde tel qu’il est à un stade technologique donné, il suffit de regarder le prix, et ça tombe bien c’est ce que les gens ont tendance à faire.
Les ressources naturelles sont toutes gratuites…ce qui « coûte » c’est le boulot pour les transformer déplacer etc..et ça c’est fait par les énergies fossiles et donc….

Allons plus loin, puisqu’en réalité tout le monde de fout de sa consommation d’énergie fossile réelle, qui se soucie de ces calculs illusoires? évidemment les politiques dans le seul but de justifier une taxation ou une subvention. .

47.  lemiere jacques | 7/10/2017 @ 18:21 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#46), et il est où le fritz quand des gens appellent au meurtre ici ( jai vu!) ? quand des gens diffament courant ? voire quand des gens racontent n’importe quoi mais que comme par ailleurs ce sont des potes il ne dit rien…???
Et jacques lemiere, c’est mon nom. J’ai une opinion assez mitigée sur les donneurs de leçon sous pseudonyme…
Le plus rigolo est que la blague sur la relocalisation des déplacements est à peine caricaturale que ce qu’on peut entendre de la part des économiseur de CO2 tout azimut.

48.  the fritz | 7/10/2017 @ 23:09 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#47),
Faut préciser quand vous rigolez ou quand vous êtes sérieux ; personnellement j’ai du mal à faire la différence

et il est où le fritz quand des gens appellent au meurtre ici ( jai vu!)

donnez moi des liens ; j’ai été très occupé dans les derniers temps et je suis un peu plus libre maintenant ; en général je ne loupe pas ceux qui appellent au meurtre; je suppose que vous pensez aux catastrophistes qui nous traitent de meurtriers parce que nous consommons du fossile ; j’ai milité pour la cause des climato sceptiques sur les blogs de Huet et ce fut difficile ; si vous y étiez allé vous sauriez d’abord mon nom et j’ aurai peut-être été un peu moins solitaire dans ce cas ; le climato scepticisme ne progresse pas seulement à cause de skyfall, mais à cause de vos positions dans votre vie courante et là c’est bien plus délicat si vous ne voulez pas rompre des liens dans toutes vos relations et domaine d’activité

49.  lemiere jacques | 8/10/2017 @ 10:20 Répondre à ce commentaire

the fritz (#48), je suis désolé, quoique relocaliser les déplacements…je pensais que c’était clair, il est vrai que Mme royal est sérieuse, bah je le dis bien innocemment, passez mes posts alors…smile je pense que l’histoire du climato scepticisme n’en sera bouleversée. J’ai déjà dit que si il y avait des modérateurs, et qu’isl estiment que mes posts sont nuisibles (?) il suffisait de me demander de ne plus psoter ou m’indiquer une façon de charte à respectersmile Je perdais juste un défouloir sur un des endroits qui échappe à la folie rechauffiste.
Quant aux liens merci bien j’ai déjà du mal à suivre mes propres discussions..
mais par exemple, de mémoire, donc sujet à caution mais l’esprit est bien là, death wish de jojolebarjot, ( pas sûr désolé si je me trompe ) il y a eu réaction toutefois et accusation que les journalistes sont des menteurs. Je comprends des réactions sous l’effet de la colère, mais , il me semble que parfois, si on intervient régulièrement sur un site, on se doit de signifier sa désapprobation.
sans parler du reste… tsih ne connait RIEN à la thermodynamique récemment… Je mets de conté les insultes gratuites, quelques surnoms comme pour Ségolène royal ou hulot
heureusement qu’il a pris le flambeau sinon bonjour les accusations misogynie.
et sans parler du reste du reste , je vais mettre de coté l’effet de serre, mais par exemple , une affirmation comme » les données de marégraphe démentent les données satellitaires » , dit comme ça tout idiot que je suis ça ne passe pas.
Je n’accorde guère de poids au consensus et à la démocratie quand il s’agit de connaitre la vérité, mais du point de vue de l’éthique de comportement , il me semble inconcevable que sans chercher à toujours pousser le raisonnement on ne puisse pas dire non, quand on lit les propos d’une personne qui dit des choses que l’on pense ou sait inexactes. J’ai un problème hors de ce site avec les scientifiques qui laissent les journalistes et les politiques déconner à bloc en leur nom!.
et puis après tout pourquoi pas, en plus de l’idiotie j’ai des problèmes psychiques je ne suis plus à ça près. smile qui n’en a pas d’ailleurs?
sans rancune.

50.  jdrien | 8/10/2017 @ 11:31 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#49),

les données de marégraphe démentent les données satellitaires

prenez le temps d’aller voir ce site pour les marégraphes