Climat: « La crosse de hockey » avait disparu. La revoilà qui renaît de ses cendres !

Merci au Cdt e.r. Michel  qui a traduit cet article. Il nous semble important d’en assurer la publication en français sur Skyfall.

La crosse de hockey de l’AR6 du GIEC

Par Stephen McIntyre

11 août 2021 – 3:14 PM

Bien que les climatologues ne cessent de répéter que les défauts de leurs reconstitutions par procuration en « crosse de hockey » n’ont pas d’importance – qu’il importe peu qu’ils utilisent des données à l’envers, qu’ils choisissent des séries individuelles selon qu’elles augmentent ou non au cours du 20e siècle, que cela n’a pas d’importance s’ils écartent les séries qui ne vont pas dans le « bon » sens (« cacher le déclin »), que cela n’a pas d’importance s’ils utilisent des données contaminées ou des bristlecones rayées, que de telles erreurs n’ont pas d’importance parce que la crosse de hockey elle-même n’a pas d’importance – le GIEC reste accro à la crosse de hockey : Et voilà que la figure 1a de son tout nouveau résumé pour les décideurs contient quoi d’autre – un diagramme en crosse de hockey. Si vous pensiez que la crosse de hockey de Michael Mann était mauvaise, imaginez une crosse de hockey ressuscitée par des climatologues réveillés. Comme le disent les climatologues, c’est encore pire que ce que nous pensions.

CH 1

Curieusement, ce diagramme principal du résumé à l’intention des décideurs ne figure pas dans le rapport lui-même. (Du moins, je n’ai pas été en mesure de le localiser dans le chapitre 2.) Cependant, il est clairement la progéniture du Consortium PAGES2K (Nature 2019) et de Kaufman et al (2020), que j’ai tous deux brièvement commentés sur Twitter (voir ici).

Il est difficile de savoir par où commencer.

L’idée/définition d’un « proxy » de température est qu’il a une sorte de relation linéaire ou quasi-linéaire avec la température, les erreurs étant du bruit blanc ou du bruit rouge de faible ordre. En d’autres termes, si vous examinez un panel de « proxies » de température réels, vous vous attendez à voir des séries qui sont assez similaires et cohérentes.

Mais ce n’est pas ce que l’on observe avec les données utilisées par le GIEC. Vous ne le saurez jamais en lisant le rapport du GIEC ou même les articles cités, car les auteurs de ces reconstructions de température sur un ou deux millénaires évitent scrupuleusement de représenter graphiquement les données sous-jacentes. Il est difficile pour les lecteurs qui ne sont pas familiers avec le sujet d’apprécier pleinement l’extrême incohérence des données « proxy » sous-jacentes, étant donné la précision illusoire du diagramme du GIEC.

De nombreuses séries discutées dans ce post, y compris la quasi-totalité de toute série en forme de HS (Hockey Stick = Crosse de Hockey), ont déjà été discutées dans des articles de blog de Climate Audit (tag/pages2k) d’il y a 2, 5, 10 ou même 15 ans ou dans des tweets de 2019 et 2020 (voir ici).

Le PAGES2019 n’est pas une sélection « aléatoire » de proxies, mais il est filtré par des critères ex post. Comme Rosanne d’Arrigo l’a expliqué au panel de la NAS (National Academy of Science) il y a de nombreuses années : si vous voulez faire une tarte aux cerises, vous devez d’abord cueillir des cerises (NdE Référence à l’anti méthode du Cherry Picking consistant à choisir des données en fonction du résultat attendu).

L’ensemble de données PAGES2019 se compose de 257 proxies, sélectionnés à partir de l’ensemble de données PAGES2017, composé de 692 proxies, qui avaient été sélectionnés parmi des milliers de séries de proxies accumulées par de nombreux auteurs au fil des ans.

Afin de donner aux lecteurs une vue d’ensemble des données sous-jacentes – et non du produit final massé, j’ai tracé trois lots de 11 séries sélectionnées aléatoirement à partir de chacun des cercles d’arbres nord-américains PAGES2017, PAGES2019 puis PAGES2019, puis j’ai commenté chaque lot. (Les échantillons ont été sélectionnés par la formule R sample(1:K, 11) où K est la taille de l’ensemble de données à échantillonner). Dans chaque cas, il y avait généralement des séries que j’avais déjà étudiées plus de nombreuses séries non descriptives, qui sont remarquables et importantes à montrer précisément parce que la majorité des proxies sont non descriptives et qu’il faut le voir pour le comprendre.

Ce billet sera un travail en cours pendant quelques jours, car j’ai quelques sections sur des questions spéciales que j’essaierai d’ajouter au fur et à mesure que j’aurai le temps.

Un premier lot : Proxies de PAGES2017

À titre de première illustration, voici un échantillon aléatoire de 11 séries de PAGES2017. Les séries reportées à PAGES2019 sont en bleu. Pour référence, la courbe du GIEC est indiquée en rouge. Comme vous pouvez facilement le constater, la plupart des séries sont non descriptives et courtes. Une seule série de cet échantillon (les alcénones de température du Cap Ghir) a une forme de crosse de hockey, mais elle descend.

CH 2

La série du Cap Ghir, présentée ci-dessus, est exprimée en degrés Celsius, mais présente un problème évident : elle diminue. (Voir la discussion antérieure de Climate Audit sur la série des alcénones du Cap Ghir ici). Et il ne s’agit pas d’un cas où la mesure brute du proxy a une relation inverse avec la température (par exemple, le Sr du corail ou le d18O du corail), mais d’un cas où l’estimation de la température à partir du proxy diminue. Les alcénones sont un indicateur très particulier car il existe des formules largement acceptées pour convertir directement les mesures d’alcénone en degrés Celsius. Les alcénones sont largement utilisées pour estimer la température des océans en temps profond, donnant des estimations cohérentes pour des millions d’années. C’est totalement différent des mesures des cercles d’arbres, où la largeur des cercles doit d’abord être ajustée en fonction de l’âge et de l’emplacement, avant d’essayer de développer une formule locale ad hoc pour estimer la température locale à partir d’une sorte de moyenne des largeurs des cercles.

La raison précise pour laquelle les températures locales du Cap Ghir (au large du Maroc) baissaient est un peu un dilemme. Plutôt que de résoudre ce dilemme, Neukom et ses collègues se contentent de mettre la série à l’envers, suivant l’exemple de Upside Down Mann en orientant la série en fonction de sa corrélation avec la température instrumentale cible, même dans leur reconstruction « CPS » – une technique qui résiste normalement à l’inversion opportuniste des proxies pour améliorer le caractère HS d’une reconstruction finale.

Regardez ce que Neukom et al ont fait avec leur méthode « CPS » :

CH 3

Le CPS (à ma connaissance) dans toutes les reconstructions antérieures par des auteurs non-éveillés est une moyenne de données mises à l’échelle qui a été orientée ex ante par les propriétés connues du proxy. En d’autres termes, il ne se retournera pas contre une estimation de la température des alcénones simplement parce qu’elle va dans le mauvais sens. Mais cette propriété salutaire n’est pas maintenue dans l’implémentation abâtardie du CPS par Neukom – une abâtardissement à laquelle les réviseurs auraient dû résister à un moment donné. PAGES2K a produit des reconstructions de température par sept méthodes différentes, qui ont toutes donné des résultats assez similaires à ceux de CPS – ce qui suggère fortement que ces autres méthodes inversent également des séries comme celle du Cap Ghir.

Une deuxième fournée : Proxies de PAGES2019

Voici un deuxième échantillon aléatoire de proxies, provenant cette fois-ci du sous-ensemble PAGES 2019, qui a fait l’objet d’un contrôle supplémentaire. Jetez-y un coup d’œil, commentaires ci-dessous.

CH 4

Ce n’est pas comme si PAGES2K avait fait un composite à partir de 257 séries longues de deux millénaires, toutes ou une majorité ayant une forme HS. Une série de cet échantillon ressemble beaucoup au bâton du GIEC et sera discutée en détail ci-dessous, mais les autres sont très différentes.

Quatre des séries de l’échantillon sont très courtes – trois d’entre elles sont en fait plus courtes que l’enregistrement instrumental. Ce sont toutes des séries Sr ou d18O coralliennes, qui constituent 25 % de l’ensemble de données de PAGES2019. Les enregistrements extrêmement courts illustrés ci-dessus sont typiques, voire presque universels, dans cette catégorie d’indicateurs. Ils présentent une tendance prononcée au cours de la période instrumentale. Cela contraste avec l’absence de tendance que l’on observe dans les deux longues séries de données indirectes de la colonne centrale ci-dessus – une série de cercles d’arbres du Mt Read, en Tasmanie (également utilisée dans MBH98) et une série de carottes de glace de 1983 par Fisher provenant de la calotte glaciaire Devon sur l’île de Baffin (également disponible pour les études multi-proxy des années 1990).

Les courtes séries coralliennes n’apportent aucune information sur les périodes médiévales et antérieures que l’on tente de comparer à la période moderne. Quelle est donc leur fonction ? Apporte-t-elle quelque chose d’autre que de peindre une moustache sur les séries longues non descriptives ?

Les séries de cernes de cet échantillon sont plutôt courtes ; les procédures de sélection ont quelque peu concentré les séries avec de légères hausses. (Les chronologies à base de bristle et d’écorce qui étaient si importantes dans le Hockey Stick de Mann et al continuent d’être utilisées dans PAGES2019 – comme nous le verrons plus loin. J’ai discuté de la série dans la colonne de gauche avec un grand uptick (Asi_MUSPIG aka paki033) dans un fil de tweet 2019 ici. J’ai localisé les mesures sous-jacentes de la largeur des anneaux à la NOAA et recalculé la « chronologie » des anneaux d’arbres en utilisant la méthodologie standard – voir ci-dessous. Les détails à haute fréquence correspondent, ce qui montre que les données de mesure sous-jacentes sont cohérentes. Aucune chronologie des auteurs originaux n’est archivée à la NOAA : alors comment PAGES2K a-t-il réussi à obtenir une telle crosse de hockey ? Je n’en ai aucune idée.

CH 5

La série la plus « intéressante » de ce lot d’échantillons est la reconstruction de la température des carottages qui présente une si étrange ressemblance avec la reconstruction finale du GIEC. Par coïncidence (ou non), j’ai écrit sur cette reconstruction de la température des carottages (de WAIS Divide, Antarctique) en février 2019, quelques mois avant la publication de PAGES 2019 – voir ici – faire défiler vers le bas – pour une analyse plus approfondie.

J’ai écrit de nombreux articles sur les mathématiques des calculs d’inversion des carottages, qui visent à estimer les températures pour des milliers d’années dans le passé à partir des températures actuelles mesurées dans les carottes. Ces calculs nécessitent l’inversion d’une matrice multicollinéaire (dont le déterminant est proche de 0). En ce qui me concerne, presque tous les détails sur lesquels les spécialistes pontifient sont une sorte d’artefact du modèle de Chladni.

Mais c’est une autre histoire. Ici, le problème était beaucoup plus étrange. Quelques années plus tôt, j’avais réussi (de manière détournée) à obtenir une copie du code utilisé pour calculer cette inversion de forage (qui n’est archivé nulle part). Le code montrait qu’ils avaient supprimé les 15 premiers mètres de carottage dans leur calcul.

CH 6

J’ai eu BEAUCOUP de mal à obtenir les températures sous-jacentes des carottages pour certaines séries célèbres. (Le panel 2006 de la NAS a cité l’un de ces résultats, mais l’auteur original (un employé du gouvernement américain) a refusé de mettre les données à disposition, et, à ma connaissance, elles restent indisponibles). Cependant, dans ce cas, les températures de fond sous-jacentes avaient été archivées, y compris les valeurs qui avaient été supprimées. Inutile de dire qu’elles ont baissé. Une inversion utilisant toutes les données n’aurait pas donné lieu à l’impressionnant crosse de hockey de l’ensemble de données PAGES2019, mais à une baisse récente substantielle.

CH 7

Prima facie, un autre exemple de « cacher la baisse ».

Pour être juste, comme je l’ai observé dans le post précédent, il y a une fluctuation saisonnière spectaculaire des températures dans la partie supérieure de la couche de glace de l’Antarctique, ce qui rend le problème d’inversion déjà formidable (et probablement impossible) encore plus insoluble. Dans mon post de février 2019, j’ai montré un diagramme de van Ommen et al (1999) qui montrait les changements dramatiques de la température de fond de puits au fil des saisons : une sorte de modèle sinusoïdal amorti peut être discerné. Dans les 15 premiers mètres de la carotte, les changements saisonniers dominent.

CH 8

Notez que la lame sur la crosse de hockey dans cette série du GIEC dépend entièrement du choix de 15 mètres comme point de coupure pour l’inversion du carottage. Un choix de 20 mètres aurait probablement éliminé complètement la lame.

Le fait que la partie supérieure de la carotte doive être exclue en raison des effets saisonniers crée également une étrange ironie : les couches à 15 mètres au WAIS remontent aux années 1960. Le GIEC a donc fini par s’appuyer sur une série qui prétend reconstruire la température jusqu’en 2007, mais sans utiliser aucune des carottes de glace datant de ~1965 à 2007. Le calcul est entièrement réalisé à partir des couches de carottes de glace datant d’avant les années 1960. Est-ce que cela vous semble fiable ? Pas pour moi.

De plus, la reconstitution de la température des trous de sonde du WAIS Divide donne un résultat totalement différent de la série isotopique d18O largement reproduite et bien comprise.

Étant donné les questions et les défauts qui entourent la série d’inversion des forages WAIS, il est absurde que cette série (un singleton, en plus) soit utilisée dans un document pertinent pour les politiques. Le fait que le diagramme final du GIEC soit si semblable à cette série poubelle amène également à s’interroger sur ce qui se passe sous le capot des calculs multivariés.

Un troisième lot : PAGES2019 Les cernes des arbres nord-américains

Les cercles d’arbres nord-américains (y compris certaines séries arctiques) représentent environ 25 % des proxies de PAGES2019. Voici un échantillon aléatoire.

CH 9

La majorité d’entre eux sont courts et plutôt non descriptifs – rien à voir avec le diagramme final du GIEC.

Il y a une série avec une énorme crosse de hockey : Le delta du Mackenzie (Porter 2013) ; et deux séries (« GB [Great Basin] » et nv512) avec des pointes de fermeture notables. Les lecteurs les plus attentifs ont peut-être déjà compris une partie de cette histoire.

J’ai discuté de la super-crosse du delta du Mackenzie de Porter et al (2013), une nouvelle entrée dans la technologie de fabrication des crosses de hockey, en juillet 2019 ici sur Twitter. Il provient du Yukon, au Canada, une région qui, dans une étude de 2004 de d’Arrigo et al, avait été un emplacement type pour le « problème de divergence » classique – la largeur des anneaux diminuant, alors que les températures augmentaient. Alors comment Porter et al ont-ils réussi à obtenir une super crosse qui avait échappé à Jacoby et d’Arrigo, chercheurs de longue date de crosses de hockey dans les données de cernes d’arbres et qui n’hésitent pas à cueillir des cerises pour faire une tarte aux cerises ?

Ils ont poussé le principe de « cacher la baisse » à des extrêmes qui n’avaient jamais été envisagés par les praticiens antérieurs de cet art obscur. Plutôt que de dissimuler la baisse dans le produit final, ils l’ont fait pour des arbres individuels : comme expliqué dans l’article sous-jacent, ils ont exclu les « portions divergentes » d’arbres individuels qui ont eu la témérité d’avoir une croissance décroissante au cours des dernières années. Même Briffa n’aurait jamais envisagé des mesures aussi radicales.

CH 10

Pour être juste, l’article original de Porter et al a montré à la fois la chronologie réelle (non descriptive) de tous les arbres, ainsi que le superstick résultant de « cacher la baisse » sur des arbres individuels : la décision d’utiliser le superstick fallacieux appartient à Neukom et PAGES2019.

CH 11

Chronologies des bristles à écorce large

Comme indiqué ci-dessus, les lecteurs aux yeux aiguisés se souviennent peut-être de l’identifiant nv512. Il s’agit de l’une des chronologies classiques de Graybill (Pearl Peak), dont nous avions observé qu’elle dominait à la fois la PC1 de MBH98 et la reconstruction finale de MBH98. Ce site (et d’autres sites clés de stripbark) était répertorié dans le tableau 1 de McIntyre et McKitrick (2005 GRL) :

CH 12

Les lecteurs se souviendront également que le NAS Panel de 2006 a recommandé que les chronologies « stripbark » soient « évitées » dans les reconstructions de température. Bien que la communauté climatique ait fait profession d’appliquer les recommandations du NAS Panel, elle est accro aux chronologies stripbark, dont les propriétés sont bien connues. Cinq séries différentes de PAGES2019 utilisent des bristolines stripbark (trois provenant des versions originales de Graybill) : nv512 (Pearl Peak) ; nv513 (Mount Washington) ; ca529 (Timber Gap Upper) ; SFP (une mise à jour de San Francisco Peaks, incorporant az510) et GB (un composite de Pearl Peak, Mount Washington et Sheep Mountain, utilisant à la fois Graybill et des informations mises à jour).

En 2018, j’ai examiné comment les réseaux de cernes d’arbres nord-américains avaient changé depuis MBH98. La seule constante était l’addiction des paléoclimatologues aux chronologies à écailles – un phénomène que j’avais commenté bien avant le Climategate (en citant Clapton et al et Paeffgen et al), au grand dam des dendros, mais le commentaire reste aussi vrai aujourd’hui qu’il l’était alors.

Proxies d’Amérique du Sud

ajouter

Autres procurations

ajouter

Conclusion

J’ai discuté de nombre de ces problèmes en juillet 2019, quelques jours après la publication de l’article sous-jacent (voir ici). Bien que je ne m’attende pas nécessairement à ce que les réviseurs du GIEC prêtent une attention soutenue à mon fil twitter, on présume sûrement que les climatologues du GIEC, qui travaillent à plein temps sur ces sujets, sont suffisamment compétents pour remarquer des choses que j’ai pu observer dès le premier jour environ d’examen de PAGES2019. Mais leur stupidité ne cesse de surprendre.

 

39 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Bernnard | 17/08/2021 @ 10:20 Répondre à ce commentaire

La crosse de hockey a la peau dure !

2.  Andre | 17/08/2021 @ 11:42 Répondre à ce commentaire

Faut arrêter de niaiser avec le puck, la maison brûle et on va tous crever la gueule ouverte! laugh laugh laugh Sauve qui peut!

3.  Murps | 17/08/2021 @ 19:32 Répondre à ce commentaire

Quelques bizarreries de traductions mais le fond de l’article est tout simplement remarquable : on peut mettre à la poubelle les proxies de température réalisés à partir de cernes d’arbres et de petites bulles d’air.
Enfin du moins pour décrire « le climat » au sens ou le GIEC le conçoit.

Les courbes ne montrent que du bruit…
wacko

4.  phi | 17/08/2021 @ 21:51 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),
Ne vous trompez pas de cible. McIntyre ne démontre pas la plus ou moins mauvaise ou plus ou moins bonne capacité des proxies à suivre la température. Il confirme simplement que les proxies n’ont pas de comportement en forme de crosse de hockey. La figure 1 du SPM n’est donc qu’un infâme tripatouillage; le la du GIEC.

5.  Murps | 17/08/2021 @ 22:24 Répondre à ce commentaire

phi (#4), je vous suis parfaitement et j’opine.
Simplement une fois que vous avez retiré la crosse, il n’y a plus grand chose…

6.  phi | 17/08/2021 @ 22:28 Répondre à ce commentaire

Murps (#5),
Effectivement ! Et comme c’est essentiellement la raison d’être du GIEC qui disparaît…

7.  scaletrans | 17/08/2021 @ 22:34 Répondre à ce commentaire

Je me demande simplement ce que veut dire une série « en forme de HS » et ce que signifie le sigle NAS que j’ai laissé en rouge…

8.  Bernnard | 17/08/2021 @ 23:03 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#7),
NAS : National Academy of Science
http://www.nasonline.org/

9.  phi | 17/08/2021 @ 23:07 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#7),
Et HS pour Hockey Stick.

10.  scaletrans | 18/08/2021 @ 9:48 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#8), phi (#9),
Merci à tous les deux.

11.  fritz | 18/08/2021 @ 12:20 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),
Mettre à la poubelle les cernes des arbres , les bulles dans la glace , les isotopes de celle-ci, et ceux des carbonates des fossiles , c’est remettre en cause tout le passé climatologique de la terre qui remonte à plus de quelques siècles ; il y a pourtant des arguments massues ( glaciers, moraines , sédiments …, fossiles ) qui confirment ces variations climatiques que précisent un peu plus les proxies au point de vue variation des températures et des âges
Certes les mesures modernes sont encore plus précises. Mais il y a quand même des données paléo climatiques qui permettent de mettre un peu d’ordre dans les relations de causalité et de grandeur entre les variation de températures et de teneur de l’atmosphère en CO2; c’est peut-être l’occasion de discuter des événements Dansgaard Oeschger concernant lesquels j’ai laissé le post suivant sur le site SCE
https://www.science-climat-energie.be/2021/08/10/sce-info-le-nouveau-testament-du-giec-est-enfin-disponible/

Je ne sais pas si c’est une bonne occasion de parler des événements DO pour montrer aux gens que le climat changent régulièrement
Les événements DO se passent en période glaciaire quand la banquise arctique dépasse largement la mer arctique ce qui n’est pas le cas depuis le début de l’Holocène ; si on revient aux périodes glaciaires il est évident que la circulation thermique océanique est contrariée par l’extension de cette banquise arctique .
La chaleur des océans n’est pas seulement fournie par le soleil, le flux géothermique y participe aussi, certes à un moindre pourcentage ; mais cette chaleur s’accumule lorsque la circulation thermohaline est contrariée et un jour ou l’autre il faut bien qu’elle s’évacue en provoquant des événements DO qui n’ont rien à voir avec les cycles de Milankovitch ou les cycles de l’activité solaire

A ce propos je suis effaré par ce que l’on peut lire sur WIKI à ce propos
«  »Les évènements de Heinrich ne se produisent qu’à l’occasion des vagues de froid qui précèdent immédiatement les réchauffements de Dansgaard-Oeschger, ce qui conduit certains à suggérer que les cycles D-O peuvent causer ces évènements ou, du moins, contraindre leur période d’apparition7. » »

12.  Murps | 18/08/2021 @ 13:33 Répondre à ce commentaire

fritz (#11), on ne jette pas tout. Comme je m’attendais à votre réaction, j’ai bien écrit :

Enfin du moins pour décrire « le climat » au sens ou le GIEC le conçoit.

C’est à dire reconstituer années par années la température moyenne de tout le globe à 5/100 ° C près.
Donc, oui bien sûr on peut reconstituer le climat passé à partir des données géologiques.
Mais juste le climat.
Pas la température moyenne du globe.

13.  Cdt e.r. Michel | 18/08/2021 @ 14:23 Répondre à ce commentaire

Le titre original The IPCC AR6 Hockeystick a été mal traduit par DeepL Pro en Le bâton de choc du GIEC AR6. Et cela m’a échappé.
La traduction correcte est La crosse de hockey de l’AR6 du GIEC

Corriger : « cacher le la baisse » en « cacher la baisse ».
Idéalement ce serait plutôt « cacher le déclin ».

14.  Bernnard | 18/08/2021 @ 14:48 Répondre à ce commentaire

Cdt e.r. Michel (#13),
Merci de vos observations. C’est corrigé.

15.  Murps | 18/08/2021 @ 17:56 Répondre à ce commentaire

https://www.youtube.com/watch?v=WMqc7PCJ-nc
laugh
Hide the decline !!!!!

16.  AntonioSan | 20/08/2021 @ 6:53 Répondre à ce commentaire

Bravo!

17.  scaletrans | 26/08/2021 @ 18:45 Répondre à ce commentaire

L’IREF publie un commentaire après lecture des 3.900 et quelques pages du rapport du GIEC. Il y de plus quelques commentaires intéressants.

18.  Andre | 27/08/2021 @ 8:39 Répondre à ce commentaire

« Le rapport du GIEC dit le contraire puisqu’il assure de la corrélation « presque proportionnelle » entre le taux de CO2 de l’atmosphère et sa température. »
Oui il y a probablement corrélation, mais il semblerait que ce soit l’inverse de ce que dit le GIEC à savoir que c’est l’augmentation des températures qui fait monter le CO2 et non l’inverse.

19.  fritz | 27/08/2021 @ 9:11 Répondre à ce commentaire

Andre (#18),

Oui il y a probablement corrélation, mais il semblerait que ce soit l’inverse de ce que dit le GIEC à savoir que c’est l’augmentation des températures qui fait monter le CO2 et non l’inverse.

Vous faites partie de ceux qui pensent que l’augmentation du CO2 atmosphérique provient du dégazage des océans ?

20.  leraubert | 27/08/2021 @ 10:43 Répondre à ce commentaire

Andre (#18),

Et la loi de conservation de masse, qu’en faites vous ?

21.  scaletrans | 27/08/2021 @ 10:45 Répondre à ce commentaire

fritz (#19),
On ne peut pas dire que le dégazage des océans n’est pour rien dans l’augmentation de la concentration atmosphérique, même si la part anthropique est significative, ce qui est possible, mais en tous cas bénéfique à la nature et à l’agriculture.

22.  jdrien | 27/08/2021 @ 11:22 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#21), l’augmentation étant inférieure (de moité) aux émissions, il n’y a pas la place pour une autre source.

23.  fritz | 27/08/2021 @ 11:47 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#21),
Certes , l’océan contient du C02 sous diverses formes et ne parlons pas de C; certes certaines de ces formes peuvent participer à l’augmentation du CO2 atmosphérique comme le CO2 dissout qui dégaze quand on chauffe , mais je pense que ce CO2 participe autant à l’augmentation du CO2 atmosphérique que celui-ci participe au réchauffement climatique , à savoir pea-nuts ; comme dit jdrien , la moitié des émissions disparaissent dans la biosphère et l’océan , le reste , reste dans l’atmosphère ; bilan isotopique des divers puits et source comme preuves

24.  Marco40 | 27/08/2021 @ 12:14 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#21), fritz (#23), Existe t-il des études permettant d’évaluer la part de dégazage de CO2 par augmentation de chaleur seule ?

26.  papijo | 27/08/2021 @ 18:18 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#24),
Si vous aimez les calculs … (L’exercice est déconseillé !)

27.  fritz | 27/08/2021 @ 18:44 Répondre à ce commentaire

papijo (#26),
On est foutu
L

lorsque la concentration en dioxyde de carbone augmente, l’effet de serre croit. en effet, ce gaz est un agent essentiel de l’effet de serre., l’énergie absorbée par les gaz à effet de serre augmente (flèche marron) et corrélativement la température augmente.

En plus les données historiques montrent que dans le passé , dès que les températures montent , le CO2 augmente
Faites pénitences mon cher papijo

28.  Bernnard | 27/08/2021 @ 18:52 Répondre à ce commentaire

papijo (#26), rofl Que de souvenirs !

29.  papijo | 27/08/2021 @ 21:57 Répondre à ce commentaire

fritz (#27),
J’avais dit « Pas l’exercice ! »

30.  Andre | 28/08/2021 @ 9:07 Répondre à ce commentaire

fritz (#27),
Visiblement on a le même avis.

31.  Herté07 | 28/08/2021 @ 23:30 Répondre à ce commentaire

je ne connais pas la notion de « bruit rouge » Je suppose que la traduction exact serait « bruit rose »

32.  fritz | 29/08/2021 @ 9:05 Répondre à ce commentaire

Andre (#30), je ne sais pas quel est votre avis
Qu’il s’agisse de l’actuel, des périodes historiques ou préhistoriques les variations de température et de CO2 étaient toujours plus ou moins bien corrélées ; mais pendant les périodes glaciaires interglaciaires la température montait de mémoire de 5 à 6 degré et le CO2 gagnait 100 ppm; depuis le petit âge glaciaire période qui inclut l’ère industrielle la température a augmenté de 1 degré et le CO2 a gagné 200 ppm; on se demande bien ce qui s’est passé unknw

33.  joletaxi | 29/08/2021 @ 9:50 Répondre à ce commentaire

fritz (#32),
par pur hasard, c’est le moment où l’on commence à faire des mesures directes, certaines d’ailleurs n’ont pas eu l’air de plaire
car les petites bulles qui ont mille ans dans la glace…. un peu comme les cernes des arbres… ou les gigatonnes qui vont qui viennent, au doigt mouillé, la seule variable connue étant justement nos émissions
mais bon, faut y croire, comme au vaccin

34.  Bernnard | 29/08/2021 @ 10:43 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#33),
Les mesures directes, précises et significatives sont la base de l’énoncé correct du problème (si on admet que pour le climat il y a un problème urgent à solutionner).

À défaut de disposer de telles données irréfutables, le risque d’appliquer une solution peut-être pire que le mal.

La précision des instruments de mesures et des méthodes de traitement du signal ainsi que, il faut le reconnaître, l’affinement des modèles devraient nous permettre de prendre les bonnes décisions. Dans quel avenir ? La question reste ouverte. 

35.  leraubert | 29/08/2021 @ 11:43 Répondre à ce commentaire

fritz (#32),

Que faites vous de l’inertie du système ?

En plus les données historiques montrent que dans le passé , dès que les températures montent , le CO2 augmente

Vous en êtes encore là ? Il faut vous mettre à la page mon petit et relire Caillon et al 2003 avec le doigt.

36.  fritz | 29/08/2021 @ 12:23 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#33),
C’est vrai , la géologie c’est compliqué , cela demande d’être au courant de plein de choses depuis la botanique jusqu’à la tectonique, de la physique à la chimie et si vous voulez comprendre quelque chose au passé et au futur climatique de la Terre et même du système solaire il ne faut pas réfuter les données des bulles (même celle du champagne , à votre santé) , ni celles de Jouzel dans les glaces ; il y a d’autres arguments sédimentologiques qui confirment ces données
Au doigt mouillé , comme vous dites, vous pensez que la température terrestre était quoi quand la Manche était gelée et que les glaciers alpins arrivaient à Lyon
Je n’irai pas jusqu’à vous mettre le nez dans votre caca , la prochaine fois que vous remettrez en cause la fiabilité des mesures directes

37.  joletaxi | 29/08/2021 @ 12:56 Répondre à ce commentaire

fritz (#36),
ou avez vous vu que je remettais en cause la fiabilité des mesures directes?

quant à comprendre le passé et le futur climatique de la terre, bonne chance,
et quand je parle de doigt mouillé, c’est de ces estimations d’échanges carbone,qui tiennent plus des contes de l’oncle Paul, la seule donnée connue, enfin, presque , ce sont nos émissions directes
décidément, cela devient pénible ici

38.  fritz | 29/08/2021 @ 13:09 Répondre à ce commentaire

joletaxi (#37), Je ne sais pas si c’est vous ou d’autres qui remettent en cause les mesures satellites , les mesures terrestres en disant que des moyennes de températures cela n’a aucun sens ; je suis tout à fait d’accord parce que les satellites ne voient pas le fond de la mer et que les stations de températures sur Terre sont divisées par 5 depuis pas mal de temps
Pour le CO2, c’est pareil ; cela dépend si vous le prenez place de l’Etoile à Paris à Vent couvert quand cela brûle ou au pôle sud
Tout le monde bidouille comme il veut

39.  joletaxi | 29/08/2021 @ 14:17 Répondre à ce commentaire

fritz (#38),
je crains que vous n’ayez pas compris le sens de mon propos, ou bien, ce qui est plus vraisemblable, je me suis mal exprimé
en fait ,nous ne disposons , au point de vue climatique, de mesures à peu près fiables,que depuis quelques décennies
si on remonte dans le temps, on a quelques indices historiques
et puis on a les proxis, qui nous permettent d’avoir une vision quelques idées de ce qui s’est passé, mais publier des courbes, au 1/10 degré, d’il y a 10.000 ans, j’ai du mal
de même on établit des bilans carbone sur des chiffres dont je me demande comment ils ont été établis, sauf bien sur pour les fossiles que nous brulons
alors ,si on espère à partir de là ,comprendre les mécanismes climatiques, et les prévoir, j’ai vraiment beaucoup de mal
mais peutêtre que demain, un « savant » va nous proposer une validation expérimentale de l’effet de serre, j’en serais ravi, ce serait déjà un grand pas(pour l’homme… blablabla)