Énergie et politiques du climat

Pour discuter de nos vaillants efforts afin de décarboner l’économie.


Le rapport de l’académie des technologies sur la réglementation thermique 2012.


Ils sont contre les éoliennes :

Le site de l’EPAW, Plateforme européenne contre l’éolien industriel.

Stop these things (Australie, eng),  » We’re not here to debate the wind industry, we’re here TO DESTROY IT ! »

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone

1 666 Comments     Poster votre commentaire »

1651.  Nicias | 21/02/2017 @ 20:56 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#1650),

pourquoi faut il se mêler de production d’énergie ?
le fait est que sans intervention politique si l’énergie vient à manquer son prix augmente

Sauf que entre la hausse du prix et la réponse des entreprises pour équilibrer l’offre et la demande il faut attendre. Entre temps, politiquement cela peut être ingérable. Je ne veux pas défendre Janco et Tsih mais juste dire que un Etat qui n’intervient pas sur le marché de l’énergie, cela n’existe pas pour de très bonnes raisons (et l’Etat n’est pas toujours débile!).

1652.  lemiere jacques | 21/02/2017 @ 21:35 Répondre à ce commentaire

Nicias (#1651), certes, je ne dis pas ça..je dis qu’il faut ne pas être péremptoire et prendre des décisions qui peuvent saper une économie à la légère…
Le fait est que ,en ce qui concerne les énergies renouvelables, on a affaire à ce qui sonne pour le moins comme de la propagande : la transition énergétique, les « recommandations de l’ademe » , le matraquage de la possibilité de passer au tout renouvelable, j’ai du mal à croire que de purs desseins aient besoin d’arguments aussi bancals voire trompeurs pour s’imposer.
SI on est pas toujours d’accord sur des peccadilles, je crois que tous on a tiqué en entendant une info relative à la politique énergétique au moment où le petit truc pas forcement faux mais absolument trompeur nous est asséné. Je peux le pardonner à des militants pas à des journalistes scientifiques ou des gens mieux informés.

Et sur certains points je suis 100% en accord avec jancovici qui dénote dans le paysage sur ce plan.
Assez curieusement ce sont des échanges de mails avec jancovici où le le félicitais sur ces points mais lui demandais sur quoi il fondait ses convictions quant au rca qui ont achevé de bétonner mon scepticisme…( ça date!!!)..

Et si je vous demandais dans une optique d’intérêt général ,quel est le but suivi par les gouvernements avec la politique énergétique…que me répondriez vous?

c’est quoi ce monde où on prétend donner de l’argent aux gens pour en économiser? moi je deviens tout de suite suspicieux.

1653.  tsih | 21/02/2017 @ 23:16 Répondre à ce commentaire

lemiere jacques (#1652),

Il n’y a jamais eu d’énergie nucléaire, par exemple, sans intervention de l’état.

Et il n’y en aura pas plus dans le futur.

1654.  Cdt Michel e.r. | 22/02/2017 @ 5:40 Répondre à ce commentaire

GWPF signale un article de The Daily Caller
Congress Slashes Funding For NASA’s Global Warming Research
Andrew Follett – Energy and Science Reporter – 4:11 PM 02/20/2017

The U.S. Senate passed legislation recently cutting funding for NASA’s global warming research.

The House is expected to pass the bill, and President Trump will likely sign it. Supporters say it “re-balances” NASA’s budget back toward space exploration and away from global warming and earth science research. Republicans plan to end the more than $2 billion NASA spends on its Earth Science Mission Directorate.

Voilà quelque chose qui va sûrement plaire à Gavin Smith et ses complices. 🙂

1655.  Cdt Michel e.r. | 22/02/2017 @ 8:23 Répondre à ce commentaire

Je m’a « trumpé »  : c’est bien sûr du Dr. Gavin Schmidt qu’il s’agit, le successeur de Hansen à la tête du GISS.

1656.  tsih | 22/02/2017 @ 10:37 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#1655),

Une coupe sérieuse dans le budget (largement excessif et gaspillé) dans la modélisation du climat (le dada et jouet à Gavin Schmidt) est une bonne mesure parfaitement rationnelle. Ces modèles sont essentiellement du pipeau.

Mais ne croyez pas que Trump va pouvoir arrêter ce qui se fait dans l’observation du climat par satellites (GRACE, OCO etc etc) et c’est une très bonne chose car ce serait une idiotie totale.

On n’arrête pas ça en claquant des doigts comme on coupe le courant d’un ordinateur. C’est des programmes planifiés et exécutés sur le long terme sans rapport sérieux avec le temps politique et la péripétie Trump.

1657.  papijo | 22/02/2017 @ 11:15 Répondre à ce commentaire

tsih (#1653),
Il y a une autre raison que la peur du risque pour empêcher les sociétés privées de se lancer dans le nucléaire, c’est le financement. Les sociétés cotées demandent des TRI (Taux de rentabilité interne) de l’ordre de 12% après impôt. En pratique, ce niveau de taux conduit à ce que les seules années qui comptent vraiment pour juger de la rentabilité du projet sont les 5 ou 6 premières années. Quand un investissement est prévu pour une durée de vie de 40 ans, voire 60 ans, les bénéfices réalisés au bout de 20 ans ne sont presque pas pris en compte (1/(1,12^20) = 10%). Pour que l’investissement soit jugé « rentable » il faudrait que l’investissement soit remboursé dans les 5 ou 6 premières années, ce qui conduirait à des prix de vente inacceptables.

En bref, un investissement, comme une centrale nucléaire, dont la rentabilité n’est assurée qu’au delà de 20 ans ne peut pas être réalisé par une société privée cotée en bourse (pour une société non cotée, le raisonnement peut être différent).

1658.  Marco40 | 22/02/2017 @ 11:27 Répondre à ce commentaire

papijo (#1657), Vous avez raison si on s’en tient au coût des centrales actuelles.
Mais, qu’aurait pu être l’énergie d’origine nucléaire si elle n’avait pas été une composante nécessaire aux programmes d’armes nucléaires?
Regardez avec les programmes d’exploration spatiale : des coûts monstrueux, avec pendant des années des motivations essentiellement de domination technologique, de leadership et d’orgueils nationaux.
Depuis quelques années, des entreprise privées s’y mettent, avec des coûts d’ordre de grandeur bien inférieur*

*J’admets bien volontiers qu’elles bénéficient des sommes d’expériences bien coûteuses. N’empêche que l’on ne saura jamais quel aurait été l’autre alternative s’il n’y avait pas eu la course à l’armement pendant et après la WW2.

1659.  papijo | 22/02/2017 @ 11:56 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#1658),

Depuis quelques années, des entreprise privées s’y mettent, avec des coûts d’ordre de grandeur bien inférieur

Bien sûr, mais en tant que constructeur, tout comme Framatome était un constructeur privé. De plus, ces privés bénéficient en plus des infos techniques « gratuites », de budgets d’études conséquents de la NASA pour leur permettre de démarrer leur activité. Je ne vois pas un privé lancer une ISSbis et en assurer le fonctionnement pendant des dizaines d’années en comptant sur le bon vouloir de clients privés ou publics pour lui payer des loyers.

1660.  Cdt Michel e.r. | 22/02/2017 @ 12:31 Répondre à ce commentaire

tsih (#1656),
Vous n’avez visiblement pas lu ou pas compris l’article que j’ai cité.
Il n’est pas question de supprimer mais de re-balancer les budgets. Le GISS continuera probablement d’exister, mais il verra ses budgets réduits au profit de l’exploration spatiale.

The House is expected to pass the bill, and President Trump will likely sign it. Supporters say it “re-balances” NASA’s budget back toward space exploration and away from global warming and earth science research.
[…]
“By rebalancing, I’d like for more funds to go into space exploration; we’re not going to zero out earth sciences,” Texas Republican Rep. Lamar Smith, who chairs the House Committee on Science, Space and Technology, told E&E News.

1661.  tsih | 22/02/2017 @ 14:53 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#1660),

« Re-balancer » c’est augmenter le budget de l’exploration spatiale et donc diminuer celui des sciences de la terre, non?
Ce qui implique de supprimer une partie des programmes de recherche de ces dernières et tout ce que je voulais souligner c’est qu’on peut facilement sans inconvénient supprimer un gros paquet coté modélisation contrairement à l’observation par satellite où on ne peut ( et il ne faut pas) le faire.

1662.  tsih | 22/02/2017 @ 15:07 Répondre à ce commentaire

papijo (#1657),

C’est pareil pour le grand hydroélectrique, non ?
(En Afrique il reste un énorme potentiel mais ça n’avance plus beaucoup depuis des décennies maintenant depuis que les anciens états coloniaux se sont désengagés.)

Seul un état peut assurer les risques de tout ordre liés à de tels projets..

1663.  Nicias | 22/02/2017 @ 16:09 Répondre à ce commentaire

tsih (#1662),

Personne n’aime les gros risques qui peuvent vous emmener au fond du trou. Surtout pas les banques ou les assureurs. Faut faire un pool de banques, et même là c’est compliqué de financer de gros projets d’infrastructures.
C’est pareil pour un gros champs de pétrole. Ho eux n’ont pas besoin de soutient public. Mais c’est parfois les 3 ou 4 plus grosses capitalisations de la planète qui se partagent le cout de l’investissement.

1664.  tsih | 22/02/2017 @ 16:25 Répondre à ce commentaire

Nicias (#1663),

Oui, je comprends et en passant cela montre bien en passant le statut extraordinaire du pétrole comme source d’énergie en termes de rentabilité exceptionnelle pour que le privé ait pu et puisse encore s’y attaquer sans se rompre le cou.

1665.  Nicias | 22/02/2017 @ 17:35 Répondre à ce commentaire

tsih (#1664),

Oui le pétrole c’est rentable. C’est plus ou moins rentable avec les variations de prix qui gigotent. Et quand j’y pense cela me revient. Ce sont pour beaucoup les Etats qui font tampon pour les variations de prix. Avec un pétrole à 20$, un pays comme le Venezuela serre les fesses. Les sous rentrent peu, faut bien que les compagnies pétrolière investissent et si vous prélevez trop elles viennent pas. Avec un pétrole à 100$, là l’Etat n’hésite pas et se régale.
L’autre versant de l’histoire est évidemment que les compagnies pétrolières sont frileuses, au moins pour les investissements lourds. Si le pétrole est à 100$ depuis 2 ans, bah vous n’allez pas pour autant investir dans du pétrole à 80$. Trop risqué. 25$ c’est bien assez. C’est long les cycles de prix du pétrole en plus.

Je sais pas si certains se souviennent du financement du tunnel sous la Manche et le refus obstiné de Thatcher de garanties d’Etat…
Bon revenons à nos moutons, après la farce du financement de Hinckley Point :

UK considers state backing for nuclear, says report

Another person involved in the process told the newspaper state support would have to be « financially engineered » in a way that avoided adding to public debt. This could still allow the government to buy minority stakes in the projects, or to provide credit guarantees, the newspaper said.

1666.  lemiere jacques | 22/02/2017 @ 18:18 Répondre à ce commentaire

tsih (#1653), sans doute ou pas on en sait simplement rien du tout…
mais on peut présenter mon point autrement..on peut admettre qu’il existe une politique qui anticipe bien le futur pour le mieux , meilleur prix, meilleur tout…. posons cela …bon…alors par quel espèce de miracle la magie du vote permettrait de la connaitre et de la choisir.
Tout le monde est d’accord pour dire qu’une bonne politique énergétique est souhaitable ( et une mauvaise non souhaitable) sauf que on a pas une bonne politique énergétique on a UNE politique énergétique.
On a aussi une politique de l’emploi, une politique du logement…hem….

On peut aussi rappeler ce qu’& été la politique électrique française : à fond dans le nucleaire puis..maintenant des objectifs ahurissants sortis du chapeau , et paf on devra consommer 50% moins d’energie en 2050 ( le jeudi 7 août ?)
La vérité c’est qu’on ne peut pas savoir quelle politique énergétique est la bonne, poser la question de savoir si il faut une politique énergétique n’est pas si stupide que cela.
Il y a d’autres facteurs qui incitent à l’investissement notamment la visibilité législative.Or si vous êtes plein de fric que vous pensez que le nucléaire par exemple est une technologie rentable assurable…vous ne mettrez pas votre pognon si vous pensez que les gens peuvent du jour au lendemain s’arroger le droit d’interdire une technologie car elle a l’heur de mal plaire! Le fait est que désormais des gens s’arrogent le droit d’aller détruire des trucs légaux car ça leur fait peur…