Des milliards gaspillés par l’ONU dans ses programmes climat

[Article de The Guardian, pourtant d'habitude gardien du temple du climatiquement correct]

Les producteurs d'énergie abusent régulièrement des fonds de compensation d'émissions de carbone, selon une des études américaines

• • • • •

Des milliards d'euros sont gaspillés à payer les industries de pays en développement à réduire les émissions responsables du réchauffement climatique, selon deux analyses du programme de compensation de carbone de l'ONU.

Des universitaires et groupes de surveillance affirment que le fond de compensation principal de l'ONU est systématiquement abusé par les compagnies de produits chimiques, de gaz et les producteurs d'énergie éolienne et hydroélectrique qui demandent des crédits de réduction des émissions pour les projets qui ne le devraient pas. Selon les chercheurs, le résultat est qu'il n'y a pas eu de véritable réduction de pollution, ce qui remet en cause l'assurance donnée par le gouvernement britannique et d'autres que les marchés du carbone pourraient réduire de manière spectaculaire les gaz à effet de serre.

Le marché des crédits
MDP vaut de près de
20 milliards de $/an

La critique est centrée sur le mécanisme de développement propre (MDP) de l'ONU, un système international établi par le protocole de Kyoto qui permet aux pays riches d'atteindre les objectifs d'émissions en finançant des projets d'énergie propre dans les pays en développement.

Les crédits d'un projet sont achetés par des entreprises européennes et les gouvernements qui n'arrivent pas à répondre en interne à leurs objectifs de réduction de carbone.

Le marché des crédits MDP est en pleine croissance. À l'heure actuelle, il vaut de près de 20 milliards de $/an, mais ce chiffre devrait passer à plus de 100 Md$ dans les quatre ans. Plus de 1.000 projets ont jusqu'à présent été approuvés et plus de 2.000 font leur chemin à travers le processus.

Une étude par deux universitaires de haut rang de l'Université de Stanford a examiné plus de 3.000 projets en cours d'application ou déjà approuvés d'un montant de 10 Mrd $ de crédits du fonds MDP de l'ONU au cours des quatre prochaines années et a conclu que la majorité n'aurait pas dû être approuvé. "Ces projets auraient été construits de toute façon", affirme David Victor, professeur de droit à l'université de Californie. "Il semble que entre un et deux tiers de toutes les compensations MDP ne correspondent pas à des vraies réductions d'émissions."

Il semble que entre un et
deux tiers de toutes les
compensations MDP ne
correspondent pas à des
vraies réductions d'émission

Les gouvernements considèrent que le MDP est indispensable à la réduction des émissions mondiales selon les termes du traité de Kyoto. Pour obtenir des crédits dans le cadre du mécanisme, les réductions d'émissions doivent s'ajouter à celles qui auraient eu lieu sans le projet. Mais les critiques font valoir que cette "additionnalité" est impossible à prouver et facile à contourner. Le document de Stanford, par Victor et son collègue Michael Wara, a constaté que presque toutes les nouvelles installations hydroélectrique, éolienne et au gaz naturel à construire en Chine au cours des quatre prochaines années se portent candidats aux crédits MDP, alors que la Chine elle-même encourage le développement de ces industries.

"Les opérateurs trouvent des moyens d'obtenir des crédits qu'ils n'auraient jamais eus avant. Vous ne le saurez jamais avec précision, mais les pays riches sont clairement en train de payer des sommes colossales", a déclaré Victor.

Une autre étude publiée cette semaine par le watchdog américain International Rivers fait valoir que près des trois quarts des projets relevant du MDP étaient financés au moment de l'approbation, ce qui suggère que l'argent du MDP ne serait pas nécessaire pour les financer.

"Il semble évident qu'un projet qui est déjà construit ne peut pas avoir besoin de plus d'argent pour être construit," a déclaré Patrick McCully, directeur d'un cercle réflexion en Californie. "L'évaluation des additionnalités s'est révélée invérifiale et impraticable. Il ne peut jamais être définitivement prouvé que, si un promoteur ou propriétaire d'usine ou le titulaire n'avait pas la compensation CDM, n'aurait pas construit quand même son projet."

Hier, un porte-parole pour le MDP à Bonn a déclaré que le fonds a permis de réduire sensiblement les émissions et d'offrir des incitations aux entreprises à employer des technologies propres : "Il y a un niveau de contrôle responsable. Le processus est en réforme continuelle. Tous les projets sont examinés indépendamment et sont ensuite certifiés par des tierces parties. Il existe de nombreux contrôles et contrepoids et nous pouvons démontrer à quel point tous les projets ont été examinés de près."

Nous pensons que le MDP est
essentiellement transparent et
robuste, bien que nous continuerons
à faire pression pour l'intégrité
environnementale des projetsCO2

Le gouvernement britannique a défendu hier soir le MDP. "Nous rejetons totalement toute affirmation selon laquelle [le MDP] serait fondamentalement vicié", a déclaré un porte-parole. "Nous avons travaillé sans relâche et avons constaté des améliorations dans les procédures du MDP au cours des dernières années de son fonctionnement. Nous pensons que le MDP est essentiellement transparent et robuste, bien que nous continuerons à faire pression pour l'intégrité environnementale des projets."

Source

1.  dem | 29/05/2008 @ 8:44 Répondre à ce commentaire

Merci pour ce post.
Dans l’escarcelle de quelle organisation l’argent émanant du droit à polluer tombe-t-il ?

2.  Charles II | 29/05/2008 @ 8:48 Répondre à ce commentaire

Des milliards gaspillés

Ce qui n’empêche pas la France et l’ADEME, noyauté par les intégristes verts, de continuer son endoctrinement auprès de nos chères têtes blondes :
http://www.infobourg.fr/sectio.....p?id=12493

Voyez plutôt la page destinée aux élèves :
http://www.inrp.fr/lamap/climat/eleve

(Le lien est correct mais le site ne répond pas à chaque fois, il faut insister!!!)

3.  scaletrans | 29/05/2008 @ 8:59 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J’ignore où poster ce message qui n’est pas dans le fils du sujet, mais je viens de tomber sur ce commentaire des résultats des derniers carrotages en Antarctique, et j’aimerais avoir vos avis:

http://www.synergy-space.com/i.....Itemid=114

4.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 9:53 Répondre à ce commentaire

les pays riches sont clairement en train de payer des sommes colossales

Pauvres de nous, nous alons devenir un peu moins indécemment riche par rapport aux pays en voie de développement…

concernant l’article de scaletrans, relevons

Tout d’abord, ces travaux confirment, tout en l’étendant, l’étroite corrélation observée entre les températures enregistrées en Antarctique dans le passé et les teneurs atmosphériques en CO2 et CH4.

mais aussi

Par ailleurs, jamais, sur les derniers 800.000 ans, n’ont été relevées des teneurs en gaz à effet de serre aussi élevées qu’aujourd’hui.

5.  scaletrans | 29/05/2008 @ 9:57 Répondre à ce commentaire

Oui coca, mais il s’agit de commentaires peut-être orientés, et j’aimerais connaître le fond de l’histoire, car on nous ment tellement côté réchauffistes que je suis méfiant…

6.  Curieux | 29/05/2008 @ 10:15 Répondre à ce commentaire

Inédit, ce phénomène pourrait résulter de l’intensité, plus ou moins importante, de l’érosion continentale qui affecte le cycle du carbone sur de grandes échelles de temps

Hé bé, voilà que les continents s’y mettent aussi à produire du CO2. Ça va compliquer l’explication anthropo-carboné.

A moins que les 4×4 et l’érosion ?

7.  miniTAX | 29/05/2008 @ 10:33 Répondre à ce commentaire

@ scaletrans,
Les données sont publiées ici.

Pour remonter à 800 kY, les climatologues ont peu de données mais beaucoup d’imagination.
Il n’y a qu’à voir l’étalonnage entre épaisseur de glace et l’âge estimé (graphe 3) ou la résolution temporelle (nombre d’années séparant deux mesures qui varie au petit bonheur de la chance, graphe 2) pour savoir que c’est fait au pifomètre, même pour il y a 200 kY, alors pour il y a 800 kY 😯
T’y crois toi à la courbe, qui montre que la température (mais c’est valable également pour le CO2, le CH4…) fluctue fortement ces 100 kY mais plus on remonte dans le temps, plus c’est stable ? Bah !

S’il n’y avait pas la FARCE, ce genre de données totalement inutiles et inutilisables qui seraient restées au fin fond des archives paléo. Et il est très probable que si on ne nous foutait pas autant la trouille, on n’aurait pas payé pour financer ce genre de « recherche ».

8.  Curieux | 29/05/2008 @ 10:43 Répondre à ce commentaire

Pour les ceusses qui croient encore au mythique lien CO2 T° par exemple celui qui reprend

Par ailleurs, jamais, sur les derniers 800.000 ans, n’ont été relevées des teneurs en gaz à effet de serre aussi élevées qu’aujourd’hui

Qu’ils nous expliquent pourquoi, alors qu’il y a tant de CO2 dans l’air, nos T° actuellles sont inférieures aux T° des Optimum de l’Holocène, des Romain, du Moyen Age ?

Et que les T° actuelles stagne de puis 10 ans et baisse depuis 3 avec ces taux de CO2 jamais atteint depuis 800 000 ans ?

9.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 10:48 Répondre à ce commentaire

C’est justement parce que la résolution temporelle est meilleure dans les années récentes que les courbes semblent fluctuer plus. On peut assimiler les couches plus anciennes à des lissages temporels. sinon, je ne vois pas de problème particulier concernant la courbe d’étalonnage…

Pas de commentaire sur le fait que les taux de CO2, CH4 sont les plus élevés de ces 800 000 dernières années ?

sinon, scale, l’article est un bon résumé de la publication initiale

10.  Marot | 29/05/2008 @ 11:00 Répondre à ce commentaire

Amusant sinon plus de constater que plus bas on descend, plus un mètre de glace représente d’années (courbe bleue) smile

Faut-il croire qu’à Dome C la glace est compressible ?

Si l’on prolonge la courbe vers l’asymptote suggérée, on trouvera des milliers d’années dans un centimètre.

11.  scaletrans | 29/05/2008 @ 11:01 Répondre à ce commentaire

Mervi minitax

Ce qui me chiffonne néanmoins, c’est la façon dont les datations des carottages sont obtenues. Qu’est-ce qui peut différencier deux couches et les attribuer à des années successives sinon une couche de poussière? Mais ladite poussière peut fort bien s’être déposée entre deux séquences de précipitations, par exemple à l’occasion d’une éruption importante.
Mes doutes ont commencé lorsqu’on a retrouvé, au Groenland, le P 38 « Glacier Girl » à 70 mètres alors qu’on pensait qu’il était à 15-20 mètres… Cependant, je ne nie pas que les précipitations sur la calotte Antarticque ne soient très faibles… à l’heure actuelle…

12.  scaletrans | 29/05/2008 @ 11:04 Répondre à ce commentaire

#10
Attention, il ne faut pas négliger une certaine « plasticité » de la glace (sur une grande échelle), qui peut faire que, compressée au centre elle puisse s’évader par les côtés, comme il semble que cela se passe en certains points du Groenland.

13.  dubitatix | 29/05/2008 @ 11:08 Répondre à ce commentaire

@8
Je me fais la même réflexion que vous…
Comme j’ai l’esprit large, je veux bien admettre que le CO2 puisse, dans l’absolu, devenir un « marqueur » de la hausse des températures, mais en ce cas, comment expliquer une telle relation de cause à effet lorsque la hausse de CO2 se révèle postérieure à la hausse des températures?

14.  Curieux | 29/05/2008 @ 11:12 Répondre à ce commentaire

@ Marot

La glace est compressible quand elle contient pas que de la glace (i.e. des bulles d’air).
Ce qui engendre une sérieuse perte de précision et explique cette pseudo stabilité à grande profondeur.
Mais on a aussi montré que les bulles d’air migrent… et entache encore plus la précision des mesures dans le temps.

Cela dit, je ne voit pas bien ce que ce carottage ajoute au débat*. Le CO2 est esclave de la T° (sauf aujourd’hui) quand il fais froid le CO2 diminue et il augmente quand la T° augmente. Banal.

* sauf #6

15.  Marot | 29/05/2008 @ 11:36 Répondre à ce commentaire

à Curieux,

Je veux bien mais tout de même, à la louche :

au départ, 200 000 ans = 2 000 m
à la fin , 200 000 ans = 300 m

Taux de compression 6

La glace va devenir un gaz parfait.

Et si on suit scaletrans, que deviennent les bulles et leur contenu en situation de déformation plastique ?

16.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 11:52 Répondre à ce commentaire

Oui, Curieux, c’est vrai. Sauf que cette fois-ci, il n’y a pas de décalage de plusieurs centaines d’années entre augmentation de T et augmentation du CO2 atmosphérique.

Sinon, Marot, les déformations de la glace et la migration des bulles sous pression ont déjà été étudiées et, pour ce que j’en ai lu, le calibrage tient compte de ces contributions justement.

17.  Curieux | 29/05/2008 @ 11:53 Répondre à ce commentaire

@ Dubitatix

Le CO2 ne sera jamais un marqueur des T°. Sa variation est lié aux T° par l’intermédiaire de rétroactions, la T° des océans, qui absorbe plus quand ils sont froids et la masse chlorophilienne qui consomme plus de CO2 quand elle est importante (quand il fait chaud !). Le tout est trop imprécis est a trop d’inertie.
Il vaut mieux utilisé des isotopes cosmogéniques (Be, etc.).

18.  Curieux | 29/05/2008 @ 11:56 Répondre à ce commentaire

il n’y a pas de décalage de plusieurs centaines d’années entre augmentation de T et augmentation du CO2 atmosphérique

Sur les 10.000 dernières années, c’est vrai le CO2 est resté stable à 240 ppm et les T° on fait du yoyo !

19.  miniTAX | 29/05/2008 @ 12:24 Répondre à ce commentaire

C’est justement parce que la résolution temporelle est meilleure dans les années récentes que les courbes semblent fluctuer plus.

Pas de commentaire sur le fait que les taux de CO2, CH4 sont les plus élevés de ces 800 000 dernières années ?

@9 La réponse est juste au dessus.
– Taux de CH4 « sans précédent » mesuré correctement depuis 20 ans
– Taux de CO2 « sans précédent » mesuré correctement depuis 50 ans
– Intervalle entre 2 points de mesures il y a 500.000 ans : 600 ans.
Cherchez l’erreur.

20.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 12:45 Répondre à ce commentaire

En effet, cherchons tous l’erreur dans ce graphe (de Vostok, Petit et al, Nature 1999)

et essayons d’imaginer quelle est la probabilité qu’une montée telle que celle observée actuellement dans le CO2 et CH4 passe totalement inaperçue dans les enregistremments du passé…

21.  Curieux | 29/05/2008 @ 14:32 Répondre à ce commentaire

100 % !

La monté de CO2 actuelle est de 140 ppm en 1/2 siècle.
La résolution du carottage est ~ 7000 ans par 55 cm.
Donc 1/2 siecle = 0,008 cm.
Les 55 cm sont analysé en une seule fois.

22.  Marot | 29/05/2008 @ 14:46 Répondre à ce commentaire

C’est une pure manipulation que de présenter un graphe sous un titre :

Vostok ice core

et, sans mentionner quoi que ce soit, prolonger les courbes de 724 ans BP jusqu’à ce jour sans même un changement de couleur.

Ce graphe N’est PAS celui de Vostok c’est un mêlange qui ne dit pas son nom.

23.  miniTAX | 29/05/2008 @ 14:57 Répondre à ce commentaire

Le pire que sur la courbe de température de Vostok tout comme de Dome C (là où paraît il, on a déterminé le climat d’il y a 800.000 ans), on voit très clairement que la température lors des interglaciares précédents (-150, -250 et -350 kY) sont supérieures aux températures actuelles de plusieurs degrés… pour des taux de gaz à effet de serre supposés bien inférieurs ce qui montre bien que la Terre n’a nulle besoin des 4×4 et des cheminées d’usine pour se réchauffer toute seule.

Les promoteurs des gaz sataniques se tirent une balle dans les pieds avec leurs propres graphiques.

24.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 15:29 Répondre à ce commentaire

Comment osez-vous parler de manipulation ? Le taux de 365 ppm de CO2 est le taux moyen actuel, il n’y a aucun souci là-derrière.

Sur ce graphique, on voit surtout que CO2, CH4 et températures sont corrélés étroitement. Et ne venez pas me dire que le CH4 est émis par évaporation des océans…

Alors, c’est vrai, il y a 120000 ans, les températures étaient légèrement plus élevées. Comme le niveau des mers d’ailleurs. Espérons que la terre aie sous le bras un mécanisme de rétroaction afin de nous débarasser du CO2 et des augmentations de T qu’il devrait induire…

25.  Marot | 29/05/2008 @ 15:41 Répondre à ce commentaire

J’ose parceque c’est exactement le cas ici.

Le pseudo scientifique qui affiche une courbe d’origine hétérogène l’écrit et le montre explicitement.

Il ne tente pas de tromper le lecteur en lui faisant croire ce que la carotte n’a pas révélé.

26.  Curieux | 29/05/2008 @ 16:52 Répondre à ce commentaire

@ coco, le CO2 ne fais PAS varier la T°, c’est la T° qui FAIS varier le CO2.

Et ton graphe le montre explicitement regarde la gueule de tes T° avant le 0 des abscisses, elle est quasi horizontale et regarde tes courbes de CO2 et CH4, elles sont quasi verticales.

Au passage tu remarqueras, sur les abscisses, que la distance de -quelque chose à 0 représente 100 (cent) ans alors que celle de 0 à la première gradation qui est la même vaut… 1000 (mille) ans ! Si ça ne s’appelle pas une supercherie, alors les escrocs ont de beaux jours à venir.

Corrélation, vous avez dit corrélation ?

27.  miniTAX | 29/05/2008 @ 17:45 Répondre à ce commentaire

Corrélation, vous avez dit corrélation ?

Dites, ne demandez quand même pas trop de subtilité de compréhension à cocaaucarbondioxide, déjà qu’il a du mal avec un simple coefficient de corrélation. :roll:

28.  scaletrans | 29/05/2008 @ 17:54 Répondre à ce commentaire

Coca, les vraies courbes sont là, et pas trafiquées celles-là :

http://www.pensee-unique.fr/soleil.html

29.  Curieux | 29/05/2008 @ 17:54 Répondre à ce commentaire

Erreur, l’intervalle 0- première gradation ne vaut pas 1000 (mille) ans mais… 10.000 (dix mille) ans !

30.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 18:02 Répondre à ce commentaire

Mon cher Marot, je ne fais que reprendre un graphe publié dans Nature, je ne vais pas commencer à récrire l’article non plus. si vous êtes intéressé par la construction du graphe, allez voir la publication.

Monsieur curieux, l’utilisation de majuscules ne vous aidera pas… De plus que selon votre raisonnement, une augmentation de température engendre une augmentation de CH4 atmosphérique. Mais comment ? C’est surement que la T FAIT varier l’évaporation de CH4 des océans, j’imagine ?

Le plus drôle est l’utilisation de l’argument (je cite) :
« près de 0, la température reste constante alors que le CO2 et CH4 augmentent, ce qui est bien la preuve que c’est l’augmentation de T qui induit l’augmentation de la concentration de ces gaz »

C’est gentil, je n’ai même plus besoin d’arguments maintenant :0) Ou alors vous allez nous propose une nouvelle branche de la physique où les effets précèdent les causes… Sinon, je ne comprends pas votre remarque sur les graduations – elles sont en effet régulières…

Finalement, cher miniTAX, je vois que vous n’avez toujours pas compris ma question sur l’autre forum. Et vous retombez de nouveau dans le dénigrement – en ‘absence d’arguments.

31.  Marot | 29/05/2008 @ 18:05 Répondre à ce commentaire

Encore un truc sur l’échelle de gauche cette fois.

L’intervalle de graduation n’est pas de 1 °C mais de 1,33 °C

C’est vraiment la première fois que je vois une telle échelle.

Au total qu’y a-t-il à conserver de ce fatras ?

32.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 18:07 Répondre à ce commentaire

Merci Scale, elles montrent aussi l’augmentation énorme de CO2. Les images ici ne sont pas trafiquées mais simplement refaites à partir des données initiales.

Au passage, faites attention, les graphiques originaux sont protégés par des lois de copyright, il vaut donc mieux reproduire les graphes à partir des données (qui sont souvent du domaine public)

33.  cocaaladioxine | 29/05/2008 @ 18:10 Répondre à ce commentaire

L’ordonnée, Marot, l’ordonnée. Vous devez bien être le premier à rejeter des résultats en bloc parce que la graduation ne vous plaît pas… Et quel est votre problème avec la graduation de 10 000 ans ???

34.  Marot | 29/05/2008 @ 20:39 Répondre à ce commentaire

Trop de sottises déjà relevées et pour une image « adaptée ».

Les scolaires sont bien mal traités.

Point final.

35.  Curieux | 29/05/2008 @ 23:47 Répondre à ce commentaire

C’est surement que la T FAIT varier l’évaporation de CH4 des océans, j’imagine ?

A mon avis le Réchauffement Anthropique ta évaporé le cerveau.

36.  dubitatix | 29/05/2008 @ 23:59 Répondre à ce commentaire

@17
Merci, mais je tiens à vous dire que j’ai aucune formation scientifique…
@20
Ce graphique, s’il est pertinent, semble surtout montrer une forte hausse du méthane par rapport à celle du CO2, non? En ce cas, pourquoi focaliser sur le CO2 dans l’hypothèse « réchauffiste »?
Merci.

37.  laurent | 30/05/2008 @ 0:00 Répondre à ce commentaire

Coco

Les carottages de glaces donnent toujours des teneurs en CO2 anormalement basses. Les phénomènes de fractionnement du CO2 au piégeage, les échanges physico-chimiques avant que les bulles soient « scellées » (ce qui peut prendre plusieurs centaines d’années d’après certaines publications), ainsi que les variations même après le piégeage (par exemple dissolutions dans les micro-bulles d’eau résiduelles dans la bulle d’air), sont très mal pris en compte.

Il y a plein d’articles sur ces phénomènes dans la littérature scientifique…. quelques références:
– Jaworowski, Z., Segalstad, T.V. and Ono, N., 1992b. “Do glaciers tell a true atmospheric CO2 story?” The Science of the Total Environment, Vol. 114, pp. 227-284.
– Killawee, J.A., Fairchild, I.J., Tison, J.-I., Janssens, L. and Lorrain, R., 1998. “Segregation of solutes and gases in experimental freezing of dilute solutions: Implications for natural glacial systems.” Geochimica et Cosmochimica Acta, Vol. 62, No. 23-24, pp. 3637-3655.
– Oeschger, H., Stauffer, B., Finkel, R. and Langway Jr, C.C., 1985. “Variations of the CO2 concentration of occluded air and of anions and dust in polar ice cores.” In: E.T. Sundquist and W.S. Broecker (eds.), The Carbon Cycle and Atmospheric CO2: Natural Variations Archean to Present. American Geophysical Union, Washington, D.C.,pp. 132-142.
– Pearman, G.I., Etheridge, D., de Silva, F. and Fraser, P.J., 1986. “Evidence of changing concentrations of atmospheric CO2, N2Oand CH4 from air bubbles in Antarctic ice.” Nature, Vol. 320, pp. 248-250.
– Severinghaus, J.P., Grachev, A. and Battle, M., 2001. “Thermal fractionation of air in polar firn by seasonal temperature gradients.” Geochemistry Geophysics Geosystems, An Electronic Journal of the Earth Sciences, Vol. 2 (July 31), paper number 2000GC000146.

Un bon exemple dans les données de ce forage est le minima de CO2 « observé » à 172 ppm
Si c’est vrai… une grande partie des espèces de plantes a du en crever… vu que la plupart commencent à stresser en-dessous de 250 ppm.
Qui a entendu parler d’une extinction massive des espèces dans les derniers 800.000 ans ???

38.  cocaaladioxine | 30/05/2008 @ 9:20 Répondre à ce commentaire

Chers amis,

Marot : en effet, autant mettre un point final à cette discussion stérile

Curieux : il s’agit ici d’un effet de style appelé ironie. En effet, si on explique l’augmentation actuelle de CO2 par un dégazage océanique, je me demande 1- pourquoi le dégazage a lieu avant la montée de température et 2 – qu’en est-il du CH4 ? Comment expliquer son augmentation ? Moi j’ai mon idée, j’attends les vôtres à titre de comparaison.

laurent : c’est cocA mon nom, pas cocO Je vous ferai remarquer que les données présentées dans l’article sont des données corrigées tenant compte du fractionnement (voir base de données sur internet ou article initial). Vous pensiez vraiment qu’ils n’étaient pas au courant ?

dubitatix : c’est une bonne question d’autant pus que le CH4 est un gaz à effet de serre « plus efficace » que le CO2. Certains chercheurs pensent que sa contribution peut être négligée car son contenu est faible (partie par milliards et CO2 et parties par millions). D’uatres pensent au contraire que sa contribution à l’effet de serre pourrait rapidement devenir non-négligeable.

39.  dubitatix | 30/05/2008 @ 11:21 Répondre à ce commentaire

@38, merci coca, je n’avais pas vu que les données du CH4 étaient en parties par milliards…
Quant à sa contribution à l’effet de serre, j’avais déjà lu quelque part qu’elle était intrinsèquement plus « efficace » que le CO2. Cependant, la question reste entière : pourquoi les réchauffistes ne communiquent auprès du grand public essentiellement que sur le CO2? Les réchauffistes auraient-ils un intérêt quelconque à ne déclarer la guerre qu’au seul CO2? Est-il possible qu’une action de lobbying pousse les scientifiques à se focaliser sur le seul CO2 et ce, au détriment d’autres « causes », tout ausi scientifiquement plausibles ou raisonnablement envisageables?
En d’autres termes, la communication réchauffiste vous apparaît-elle SINCERE, au sens strict, plein et entier du terme?

40.  cocaaladioxine | 30/05/2008 @ 12:59 Répondre à ce commentaire

Le problème du CH4 est bien connu – comme je vous le disais, toutefois, sa contribution est pour le moment considéré comme secondaire.

L’augmentation de CH4 provient principalement de l’élevage (pas besoin de dessin) et de la culture de certains aliments, tels que le riz. Et, aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreuses études sont déjà en cours concernant la réduction d’émission de méthane (pilules « anti-pets », etc.). La communauté scientifique internationiale tient donc très sérieusement à l’oeil ce problème, mais il est moins médiatisé…

41.  Chaniel 37 | 30/05/2008 @ 13:42 Répondre à ce commentaire

@ dubitatix

Nous vivons dans un capitalisme financier et tout « doit » rapporter de la monnaie…!!!

Je pense que le CH4 ne présente pas d’intérêt particulier puisque le marché du gaz existe déjà. Alors que créer le marché du gaz carbonique était plein de promesses… quelques milliards de dollars… C’est chose faite.

http://www.ecxeurope.com/default_flash.asp

42.  miniTAX | 30/05/2008 @ 14:39 Répondre à ce commentaire

@39, 41
C’est surtout que la concentration atmosphérique du CH4 n’a PAS augmenté depuis 10 ans sans que personne ne soit foutue de savoir pourquoi.

Une cause de catastrophe qui ne serait pas imputable à l’homme, telle que le CH4, les volcans, les tremblements de terre voire les météorites tueuses, n’intéresse pas la FARCE. Elle ne permet pas à la fraternité alarmiste de faire la morale au bon peuple en donnant des leçons de « protection du climat ».

43.  laurent | 30/05/2008 @ 19:27 Répondre à ce commentaire

@cocaa

Bien sur qu’ils savent ce qu’est le fractionnement…. vu que le directeur de l’IPSL, qui chapeaute le LSCE, J. Jouzel, à écrit pas mal d’article sur la question.
… cela ne veut pas dire qu’ils le corrigent correctement

Les corrections appliquées à l’heure actuelle sur les carottages sont discutables… et discutées (nombre d’articles sur la question… mais je n’en cite plus, vu que cela ne t’intéresse pas…).

J’ai posé une question à la fin de ma réponse précédente… tu a une idée?

44.  Charles II | 30/05/2008 @ 19:35 Répondre à ce commentaire

Hé, hé, on sait pourquoi la terre s’est refroidie entre 1945 et 1970 :
http://www.lemonde.fr/sciences....._id=853716

Vous imaginez le terrible refroidissement entrainé par l’évaporation d’un seau d’eau de mer en quelques secondes.

J’ai vraiment l’impression qu’on nous prend pour des c…

Mais, et c’est assez rassérénant, je ne suis pas le seul, lisez plutôt les commentaires liés à l’article.

45.  dubitatix | 30/05/2008 @ 19:50 Répondre à ce commentaire

@44
Merci pour l’article du Monde ! Proprement hallucinant !

46.  laurent | 30/05/2008 @ 20:00 Répondre à ce commentaire

On est le 30 mai ou le 1er Avril?

47.  Abitbol | 31/05/2008 @ 1:44 Répondre à ce commentaire

Les « scientifiques » atteignent des sommets dans le ridicule !
Je ne suis pas plus étonné que cela que le Monde suive le mouvement…
Il faut juste espérer que ce genre de torchon soit bientôt éliminé par internet, ce qui aura le mérite de sauver quelques arbres.

48.  cocaaladioxine | 31/05/2008 @ 12:09 Répondre à ce commentaire

Quelqu’un ici a-t-il lu l’article original ? J’aimerais en savoir plus sur l’estimation de DT…

Toutefois l’évaporation de l’eau est connue pour être fortement endothermique. Il n’y a rien de ridicule dans l’idée initiale

49.  Charles II | 31/05/2008 @ 13:05 Répondre à ce commentaire

@ coca

Vous pensez vraiment que le temps de remonter un seau au bout du corde et d’y tremper un thermomètre à la précision aléatoire est suffisant pour faire baisser la température de sorte qu’elle modifie la courbe d’évolution sur 25 ans.

Vous arrivez à croire à ça ?????

Les marins devaient être de plus en plus lent ou les bateaux de plus en plus hauts, dans ce cas, pour que la température diminue « régulièrement ».

Ne seriez-vous pas en train de vous comporter comme un chimpanzée, je veux dire, de vous raccrocher aux branches ?
Remarquez bien que je n’ai pas parlé d’atèle !!!

50.  the fritz | 31/05/2008 @ 13:23 Répondre à ce commentaire

Il est temps de ranger Foucart au placard; tout comme Huet à Libé; mais où s’arrêtera le sectarisme chez les médias français?

Sorry, the comment form is closed at this time.