Quel sceptique êtes-vous ?

( Grâce aux Climategate, les sceptiques du RCA ont désormais une existence reconnue, Le Figaro l'a dit : les sceptiques font même l'objet d'études en sociologie !. Skyfal est peuplé de sceptiques divers et variés, qui ne sont pas des barbares payés par des industries pétrolières pour semer la zizanie dans les commentaires de posts. Il y a des sceptiques déclarés, peu, devenus quasi officiels dans leur rôle de contradicteurs nécessaires à alimenter le débat. Et puis il y a les sceptiques de l'ombre, ceux qui envoient des commentaires et ceux qui les lisent. Ce post est ouvert pour vous présenter : comment êtes vous devenu sceptique ? Et surtout quel sceptique êtes-vous ? Voici un petit guide, non limitatif et non obligatoire, bien sûr, ce n'est pas un sondage,  pour faciliter votre présentation personelle. Comme moi, vous pouvez aussi vous inspirer du schéma proposé par L'ombre de l'olivier. Araucan).

 • • • • •

Définition de départ : sont des sceptiques (du climat) ceux qui n'adhèrent pas aux conclusions du GIEC ou ceux qui n'adhèrent pas aux solutions développées pour lutter contre les émissions de CO2 ou de gaz à effet de serre (hors vapeur d'eau).

1) Pensez-vous qu'il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?

Si non, pourquoi ?

Si oui, ce réchauffement se poursuivra-t-il ?

Si non aller en 2)

Si oui a) oui pendant longtemps et les conséquences seront importantes.

b) oui pendant longtemps mais les conséquencs ne seront pas si dramatiques que cela

c) non,  les modèles ne peut que se tromper

d) je n'en sais rien mais ce ne sont pas les modèles qui sont à même de prédire l'avenir

e) logiquement cela devrait se refroidir maintenant

f) je n'en sais rien mais depuis 1998, cela n'augmente plus

g) autre :

ensuite aller en 2)

2) Ce réchauffement est-il dû

a) totalement au CO2 et aux GES (hvp : hors vapeur d'eau) dans l'atmosphère,

b) fortement au CO2+GEShvpe dans l'atmosphère,

c) faiblement lié au CO2+GShve dans l'atmosphère,

d) au Soleil  d.1 irradiance, d.2 : variation de l'activité magnétique et rôle des rayons cosmiques

e) à d'autres activités humaines (défrichements, aérosols)

f) à un mélage des causes f.1 : humaines prépondérantes, f.2 : naturelles prépondérantes ?

3)  Dans le cas de réponses positives à 2a),b),c),f.1), pensez-vous qu'il faut agir contre le CO2 ?

Si oui, a) la Convention sur le climat est-elle un bon outil ?

a.1 ) oui dans tous ses aspects (là , je vous signale que vous êtes un pro-RCA, pas un sceptique )

a.2) pas suffisant (là , je vous signale que vous êtes un pro-RCA, pas un sceptique )

a.3) le coté atténuation (limitation des émissions de CO2+GEShve) est illusoire autant se concentrer sur l'adaptation(cf B. Lomborg)

a.4) autre : détailler

Si non, b) l'aide au développement classique peut aider les pays en développement à s'adapter,

c) la Convention Climat est déjà vendue à la finance internationale, il faut changer totalement de modèle économique, (là , je vous signale que vous êtes un pro-RCA, pas un sceptique)

d) le protocole de Kyoto coute cher et n'a aucune efficacité , il n'est pas nécessaire de persister dans l'erreur, c'est à chaque pays de décider ce qu'il doit faire,

d) autre  : détailler

4) Dans le cas de réponses positives à 2d),e),f.2), pensez-vous que

a) bien que basée sur des hypothèses erronées, la Convention sur le Climat permettra de faire avancer les choses sur l'environnement et la pollution en général,

b) la Convention sur le Climat est prématurée

c) la Convention sur le Climat devrait être supprimée

d) ce n'est pas une Convention sur le Climat qu'il y a besoin mais d'une organisation mondiale de l'environnement, pour faire pendant à l'OMC,

e)  autre : détailler

5) Sur le GIEC et après l'affaire du Climategate

a) il faut réformer en profondeur le GIEC,

b) il faut faire une enquête sur le fonctionnement au sein du GIEc,

c) il faut supprimer le GIEC,

d) autre

6) Etes-vous devenu sceptique d'abord pour des raisons scientifiques ?

Si oui aller en 7).

Si c'est pour une autre raison aller en 8).

7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

a) la très faible teneur en CO2 de l'atmosphère

b) les méthodes suivies pour les calculs de température moyenne, le manque et la diminution du nombre de stations météo aux normes

c) les incertitudes présentes dans les explications données sur les causes du RCA

d) le fait que le CO2 est utile à la vie

e) la notion d'effet de serre appliquée à l'atmosphère (qui n'est pas une serre)

f) les prédictions présentées comme des faits certains

g) le refus de prendre en compte le Soleil,

h) la théorie de "l'effet de serre" elle-même

i) la minimisation du rôle des océans

j) la lecteur d'un auteur sceptique qui vous a convaincu (citez :    )

j) autre :

8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

a) la culpabilisation permanente

b) le calcul d'une empreinte carbone

c) l'invasion des éoliennes

d) les discours sur les énergies renouvelables

e) les solutions économiques proposées

f) la saturation du message

g) les sites sceptiques sur Internet (lesquels ?)

h) autre :

9) Par rapport à la climatologie,

a) avez-vous eu une formation spécifique dans cette matière ? l'utilisez vous dans votre profession ?

b) êtes-vous un passionné de météo, un utilisateur averti de météo pour raisons professionnelles, un météorologue  ?

c)  avez-vous eu une formation qui touche à certains des matières utilisés en climatologie (géologie, physique ou chimie de l'atmosphère, statistiques, paléontologie, biologie, océanologie, etc …) ?

d) autre :

10) Si vous étiez en situation de décider d'un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ?

11) Tout autre élément pertinent que vous jugeriez utile …

• • • • •

1.  Edailnes | 8/12/2009 @ 0:22 Répondre à ce commentaire

Devenus sceptique à la lecture du forum du cercle Zététique(à la base pour trouver de bons arguments sur les phénomènes »paranormaux ») et a ma recherche qui en suivit (avec comme base principale le site pensée unique(qui m’avait d’abord rebuté vus le nom faisant assez complotiste…)) Sceptique aussi parce que je déteste profondément les religions(pas les religieux… enfin le plus souvent ‘^^) et que l’attitude autour du climat me faisait de plus en plus penser à un acte de fois plus qu’a une science.

1) d) je n’en sais rien mais ce ne sont pas les modèles qui sont à même de prédire l’avenir
et f) depuis 1998, cela n’augmente plus
2) f2
4) b) la Convention sur le Climat est prématurée(et sans doute inutile mais sans plus d’affirmations)
5)a) il faut réformer en profondeur le GIEC… Mais j’hésite à dire qu’il faut le supprimer.
8) Lecture du site de jean martin et après lecture de celui ci :
7) f) les prédictions présentées comme des faits certains et g) le refus de prendre en compte le Soleil,
9) d : je n’ai même pas finis mes secondaires(ou plutôt, je suis en train de les finir…)

En sommes je suis très peu qualifié pour débattre sur des points scientifiques. Ce qui explique que je sois assez neutre. Je ne pense pas qu’il y ai complot ou même volonté consciente de tronquer la science, juste que l’idéologie est la plus puissante des armes pour manipuler des scientifiques. Et que c’est cette idéologie qui donne la situation actuelle de la science du climat.

Vous excuserez donc mes erreurs, mes ignorances et mon manque de qualification…

En vous remerciant pour la tenue de ce genre de sites. ^^

Et je rajoute que je ne suis pas payé par exxon… malheureusement…

2.  Manu95 | 8/12/2009 @ 1:34 Répondre à ce commentaire

Juste une remarque pratique le schéma tiré de L’ombre de l’olivier que l’on voit en suivant le lien donné est bien trop petit pour être lisible.
Le voici en taille normale

Pour moi, c’est simple j’ai toujours été sceptique depuis que j’ai osé tenir tête à mes parents vers l’âge de seize ans. Catholiques pratiquants, ils m’ont imposé une éducation chrétienne, y compris la fréquentation d’un collège catholique tenu par des Jésuites avec messe tous les matins obligatoire. J’en ai eu ras le bol et j’ai rejeté tout en bloc.
Ensuite, j’ai obtenu une licence en chimie où je me suis spécialement intéressé à la chimie analytique (minérale) et aux phénomènes radioactifs. Je ne me suis jamais vraiment intéressé à la météorologie et je ne considère pas la climatologie comme une vraie science.

Je suis non seulement sceptique mais aussi athée militant. Je respecte les personnes, mais pas leurs idées. Je rejette tous les dogmes en bloc, quels qu’ils soient.

Pour le RCA, dont je n’ai entendu parler que tardivement ne suivant pas l’actualité de près (pas de journal papier, TV et radio que je n’allume que rarement), je n’y ai jamais cru.
Si réchauffement climatique global il y a, il est pour moi tout à fait naturel et vu son ampleur au cours des trente dernières années, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

Je ne crois pas que les grands plans d’action des gouvernements et des ONG pourront améliorer la situation du Tiers-Monde. Il y a bien trop d’argent qui se perd en chemin. Je ne crois qu’à l’action sur place, à la formation directe des principaux intéressés, à la mise à disposition des connaissances et des techniques pour qu’ils se sortent eux-mêmes de leur situation en se prenant en main.

L’ONU, les Nations Unies, etc. sont des grands machins qui ne servent pas à grand chose.
Le GIEC, émanation politique des Nations Unies, est un truc pourri jusqu’à l’os, tout à fait irrécupérable qu’il faut euthanasier au plus vite pour abréger ses souffrances.

3.  ladywaterloo | 8/12/2009 @ 8:17 Répondre à ce commentaire

Je ne suis vraiment pas scientifique, cependant j’aime beaucoup l’histoire, et je sais que la révolution française était due à aussi à des récoltes catastrophiques conséquences d’ un dérèglement climatique. En cherchant un peu, j’ai découvert l’optimum climatique médiéval (réchauffement). Puis un jour, ai découvert ce blog.

Je suis outrée par la culpabilisation permanente qu’on essaie de nous inculquer, chaque fois que je tire la chasse d’eau, je suis obligée de penser aux pluies actuelles… Mon eau n’ira de toute façon pas dans les déserts…

Les grandes puissances ne s’attaquent pas aux bons problèmes pour de bonnes raisons. L’urgence est de mettre en place d’une organisation mondiale pour l’environnement.

Quelles sont les motivations actuelles des grandes puissances? Recherche d’indépendance énergétique vis à vis du moyen orient? Cela rejoindrait les thèses de l’exploitation du 11/09/2001 par les US pour régler leurs problèmes d’approvisionnement en pétrole afin d’éviter les grandes crises dues aux changements brutaux de leur modèle économique actuel. Relance des économies occidentales par le bais de dépenses engagées pour ces changements?

4.  Bob Chidie | 8/12/2009 @ 8:22 Répondre à ce commentaire

Il y a un an et demi, un contact a moi m’a passé un lien vers The Great Global Warming Swindle.
Mes premières réactions, à une époque ou je croyais fermement au RCA, furent de trouver vraiment con de dire que le RC n’est pas anormal. Le film a fini par me troubler, et comme je ne gobe rien comme ça, je me suis mis à faire mes recherches.
Je suis alors tombé sur pensee-unique.fr que je suis fréquemment, et depuis le Climategate, je me rend fréquemment sur skyfal.

5.  Mr Hulot (celui de J Tati ! ! ) | 8/12/2009 @ 8:34 Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Pourquoi suis-je devenu sceptique ?
Pas pour des raisons scientifiques, pas plus pour une quelconque théorie du complot.
Simplement le discours qui envahissait les médias et le politique est celui de faute de l’homme pécheur et jouisseur qui est puni par une force supérieure. L’homme doit alors faire pénitence, reconnaitre sa faute, accepter la punition et se racheter par des actes de contrition.
Le doute s’est insinué par la répugnance que j’éprouve pour cette pensée et les remugles réactionnaires qu’elle véhicule.
Depuis, le discours « religieux » s’est accentué rendant blasphématoires la moindre interrogation.
A écouter Huet dans l’émission « Ligne jaune », il n’est pas besoin d’arguments scientifiques, il offre pas son comportement l’image du prélat outragé par des barbares qu’il convient d’excommunier.

Cette intuition initiale fut consolidée par la lecture de quelques scientifiques « païens », de quelques sites « diaboliques ».

Je suis aujourd’hui bien plus inquiet de la dimension totalitaire du discours que de tout changement climatique.
Et quand l’humanisme est mis en péril…

6.  John-D | 8/12/2009 @ 9:14 Répondre à ce commentaire

J’ai l’impression qu’être sceptique est une tournure d’esprit, celle du doute et de l’esprit critique.

Personnellement je sais qu’il y a 5 ou 6 ans, on nous gonflait avec cette histoire, tout cela soutenu par les néo-communistes/verts doublé du discours de la pénitence et de la rédemption : chez moi cela a allumé la petite lumière du doute.

Mes premières lectures furent les articles de Charles Muller (quelqu’un a-t-il des nouvelles) et puis très vite climateaudit fut ma base d’information.

je constate, probablement comme vous tous, qu’il y a de plus en plus de gens qui ne croient plus au RCA. Mais aujourd’hui, la remarque que je rencontre régulièrement c’est l’incrédulité que cela ait pu prendre une telle dimension si c’est une connerie ! Cela fout la trouille au gens de s’être manipuler de manière aussi importante.

7.  Daniel | 8/12/2009 @ 9:19 Répondre à ce commentaire

Né au début des années 50 pendant toute mon enfance j’ai entendu ma grand-mère pester contre le temps « détraqué a cause de la conquête spatiale  »
Début des années 70 les médias nous prédisaient une ère glaciaire du a la pollution
En février 1976 jeune ouvrier passionné par les énergies douces non polluantes j’ai construit ma première installation de production d’eau chaude solaire , puis par la suite j’ai animé pendant plusieurs années une association de promotion de ces énergies ce qui m’a amené a m’intéresser de près au rôle moteur du soleil et a la climatologie …

8.  Piloteman | 8/12/2009 @ 10:09 Répondre à ce commentaire

Quand les journalistes estiment que leur « mission » consiste à « sensibiliser », « conscientiser », et « éduquer » plutôt que d’informer.
Quand des enseignants pensent qu’il est de leur devoir de former les enfant et les jeunes à des vérités indiscutables.

Extrait des programmes de l’école primaire BO du 19 juin 2008:
Familiarisés avec une approche sensible de la nature, les élèves apprennent à être responsables face à l’environnement, au monde vivant, à la santé. Ils comprennent que le développement durable correspond aux besoins des générations actuelles et futures . En relation avec les enseignements de culture humaniste et d’instruction civique, ils apprennent à agir dans cette perspecvtive.

Quant les plus grands organismes scientifiques du pays cautionnent, à destination des jeunes enfants, et sans vergogne une affiche de propagande outrageusement mensongère:

( Rappelons que les scientifiques les plus catastrophistes prévoient une montée des eaux de 1 m en 100 ans, alors que cette affiche présente une montée de 120 m qui sera vécue par Thomas né en l’an 2000 en France. )
Quand TF1 précise avoir diffusé en 1 an la bagatelle de 500 sujets sur le rechauffement changement dérèglement climatique.
Quand je vois les neomalthusien d’extrème droite tomber dans les bras des anitcapitalistes d’extrême gauche, avec la bénédiction des politiques de tout bord qui ouvrent le tiroir caisse.

Alors j’ai une petite lampe rouge qui s’allume .. Je sais pas si c’est le principe de précaution

9.  Piloteman | 8/12/2009 @ 10:12 Répondre à ce commentaire

en complément du message précédent

je sais toujours pas insérer une image

http://www.smf.asso.fr/Ressour.....ffiche.jpg

10.  floyd | 8/12/2009 @ 10:17 Répondre à ce commentaire

Bon je vais faire mon ‘coming-out’ aujourd’hui smile , quand le film d’Al-Gore est sorti, je suis allé le voir et je croyais que les thèses présentées étaient vrais. Mais même à l’époque je trouvais que les solutions proposées étaient totalement utopiques et je n’ai pas spécialement enthousiaste.
Il y a quelques années en arrière j’étais assez ouvert, sans être un fanatique, aux énergies renouvelables et au bio. Ce qui m’a fait changer d’avis c’est que c’est devenu une religion. On veut absolument nous imposer une idéologie en utilisant la peur. D’ailleurs on le voit bien quand on discute avec des réchauffistes, le fond du problème n’est pas scientifique mais idéologique : ‘On s’en fout si le réchauffement est réel ou pas, l’important c’est de changer de société’. Bref la fin justifie les moyens. Or on a vu dans l’histoire les conséquences catastrophiques quand ce précepte était appliqué.
En plus ce que je ne supporte pas c’est que c’est très souvent des hypocrites. Ils n’arrêtent pas de cracher sur la société moderne, mais cela ne les dérangent pas de profiter de tous les aspects positifs de celles-ci. Quand je vois les trolls verts qui passent leur temps sur internet et qui s’arrêtent pas de nous dire que les ressources seront bientôt épuisés, je me demande pourquoi ils continuent à utiliser toute la journée un ordinateur qui dépense beaucoup d’énergie.
Pour couronner le tout, les icônes des mouvements alarmistes (Hulot, Al-Gore) sont des hypocrites de la pire espèce, qui n’appliquent jamais à eux-mêmes leur préceptes et qui ne se gênent pas pour dépenser l’énergie sans compter.
J’ai connu la première fois les thèses des sceptiques en lisant dans la presse un article sur le documentaire ‘The Great Global Warming Swindle’. J’ai passé pas mal de temps sur internet pour chercher des infos sur ce film et je suis tombé sur ce site et aussi sur http://www.pensee-unique.fr. Je crois que ce documentaire a eu un impacte énorme pour la cause des sceptiques.

11.  Peak.Oil.2008 | 8/12/2009 @ 10:19 Répondre à ce commentaire

Je suis convaincu d’une chose, l’homme a impact croissant sur tout ce qu’il touche et cela se retourne déjà contre lui. Comme le dit Courtillot, l’homme est devenu un agent géologique de la Terre. Je crois en effet que le nombre peut avoir un impact sur l’environnement. La notion de limite est importante en ce qu’elle permet à un individu ou à un groupe de connaître le cadre dans lequel il peut se développer et donc de s’organiser. Certains éduquent les leurs sans imposer de limites avec le résultat que l’on connaît.

Le mode de vie occidentale prétend pouvoir se débarrasser des limites sous couvert de techno-optimisme, de progressisme et de démocratie et c’est un mensonge. En fait cela se fait en pillant les plus faibles, en fait cela ne peut durer qu’une courte période. Il s’agit de consommer le plus possible avant l’autre et avant que ces limites ne soient atteintes. L’oligarchie mondiale si dispute le pillage de la Terre, ce qu’elle a toujours fait et qu’elle fait très bien.

Les dirigeants n’ont plus de solution à apporter et leurs mensonges ne passent plus, ils sont arrivés au bout. Je suis prêt à parier que les citoyens vont défier le pouvoir à cause de l’effondrement économique et que le système en arrivera à des choses genre contrôle des masses type la puce RFID. Cela se fera peut-être sous-couvert d’un fascisme soi-disant vert mais ne correspondra en rien à de l’écologie. Les mouvements localistes ne seront pas derrière cette écologie-là.

Le RCA peut être un alibi pour éviter le sujet tabou ‘limitation de ressources’ … mais bon, le GIEC me convaint.

12.  septix | 8/12/2009 @ 10:22 Répondre à ce commentaire

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?– Possible, mais j’ai de moins en moins confiance dans les données qui nous sont fournies. Donc à partir de là, je ne sais pas si cela va se réchauffer ou se refroidir. Je considère le calcul de la température moyenne comme une « foutaise ».
1.d) je n’en sais rien mais ce ne sont pas les modèles qui sont à même de prédire l’avenir
1.f) je n’en sais rien mais depuis 1998, cela n’augmente plus

2) Ce réchauffement est-il dû
2.d) au Soleil d.1 irradiance, d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques : entre d.1 et d.2, sincèrement je n’ai pas les compétences pour choisir
2.f) à un mélage des causes f.1 : humaines prépondérantes, f.2: naturelles prépondérantes ?

4) Dans le cas de réponses positives à 2d),e),f.2), pensez-vous que

4.c) la Convention sur le Climat devrait être supprimée. Toute organisation internationale est un « machin » inutile et couteux. Il y a probablement des problèmes plus urgent à traiter au travers d’autres outils que ce nid de fonctionnaires inutiles et incompétents.

5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate
5.c) il faut supprimer le GIEC, (voir raison en 4.c) mêmes raisons, même punition

6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ?
Oui, j’attends des faits, même si je me laisse guider par mon intuition, je n’ai pas d’état d’âme à changer d’vis si les preuves ne sont pas au rendez-vous.

7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
7.a) la très faible teneur en CO2 de l’atmosphère
7.b) les méthodes suivies pour les calculs de température moyenne, le manque et la diminution du nombre de stations météo aux normes
7.c) les incertitudes présentes dans les explications données sur les causes du RCA
7.d) le fait que le CO2 est utile à la vie
7.e) la notion d’effet de serre appliquée à l’atmosphère (qui n’est pas une serre)
7.f) les prédictions présentées comme des faits certains
7.g) le refus de prendre en compte le Soleil,
7.h) la théorie de « l’effet de serre » elle-même
7.i) la minimisation du rôle des océans
7.j) la lecture d’un auteur sceptique qui vous a convaincu : le site de Charles Muller, pensée unique et skyfal
7.h) En fait, je n’arrivais pas à gober cette histoire de CO2 réchauffant l’atmosphère avec 380 ppm. De plus, cette belle « unanimité » entre des gens aussi différents culturellement que politiquement me paraît plus que douteuse. Donc j’ai mené mon « enquête » sur le Web et j’ai découvert ces deux sites et celui-ci bien sûr

8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
8.a) la culpabilisation permanente
8.b) le calcul d’une empreinte carbone
8.c) l’invasion des éoliennes
8.d) les discours sur les énergies renouvelables
8.e) les solutions économiques proposées
8.f) la saturation du message
8.g) les sites sceptiques sur Internet (lesquels ?)
8.h) autre : je me considère comme politiquement incorrect ! Cela tombe bien, les autres me voient comme ça aussi…

9) Par rapport à la climatologie,
a) avez-vous eu une formation spécifique dans cette matière ? l’utilisez vous dans votre profession ?
9.b) êtes-vous un passionné de météo, un utilisateur averti de météo pour raisons professionnelles, un météorologue ?
Non
9.c) avez-vous eu une formation qui touche à certains des matières utilisés en climatologie (géologie, physique ou chimie de l’atmosphère, statistiques, paléontologie, biologie,
océanologie, etc …) ?
Non
9.d) autre :
Profane qui se renseigne auprès de « vrais » scientifiques. Tout du moins, des personnes à qui je prête une véritable honnêteté intellectuelle. Je peux me tromper, mais les personnes qui m’assènent des vérités toutes faites, je ne supporte pas. Pour ça, il y a les lieux de cultes.

10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ?
En l’état des connaissances actuelles sur le climat, il est urgent d’attendre et de laisser travailler les hommes de l’Art sur leurs expériences. Tout au plus, prendre des avis mesurés sur des « conséquences » éventuelles d’un réchaufemment (pas grave) ou d’un refroidissement (plus grave !)

11) Tout autre élément pertinent que vous jugeriez utile …
A ce stade, j’ai déjà été assez impertinent…

13.  pecqror | 8/12/2009 @ 10:59 Répondre à ce commentaire

Quand le film d’Al-Gore est sorti, je suis allé le voir (sur internet) je me disais déjà que le film ne servait à rien car il parlait de chose dont on « savait déjà ». Mais même à l’époque je trouvais que les solutions proposées étaient totalement utopiques et je n’ai pas spécialement enthousiaste.
Il y a quelques années en arrière j’étais assez ouvert, sans être un fanatique, aux énergies renouvelables et au bio. Ce qui m’a fait changer d’avis c’est qu’il y a un an, j’ai vu la doc The Great Global Warming Swindle.
Mes premières réactions->doutes->cherche renseignement-> site du GIEC trop de Blablabla pas assez d’explications->pensee-unique ->sceptique
1)c, e
c) non, les modèles ne peut que se tromper
e) logiquement cela devrait se refroidir maintenant
2) d
d) au Soleil d.1 irradiance, d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques
4) e
e) autre : Un organisme sur le climat ne sert à rien.
5) c
c) il faut supprimer le GIEC,même sans climategate !!
7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ : a) la très faible teneur en CO2 de l’atmosphère

14.  rageous | 8/12/2009 @ 11:04 Répondre à ce commentaire

floyd (#13),
Ben pas moi (mais j’adhère également à tes propos!) et pour faire honneur à son concepteur, je vais essayer de m’y tenir…
Pfuiiiiit, déjà que la lecture de Skyfal avec d’autres sites occupent mon temps libre à plein temps, vais essayer de faire court.

1) Ces 30 dernières années, c’est exactement la période de notre activité professionnelle d’éleveurs ovins, la meteo (avec les thunes) est un des principaux facteurs déterminant notre quotidien.
A savoir si je pense que le climat se réchauffe, ma réponse aurait été bien différente après l’été 2003, cet épisode climatique m’a litéralement angoissée (d’après mon illustre ancètre qui se plaisait à dire que nous étions les dignes descendants des vikings… D’où ma bêtise d’être allée m’installer dans le sud) sans doute parce que sa gestion ne se limitait pas à nos personnes mais à tous les bestiaux de la ferme.
Il est surprenant de constater au fil des années, des saisons, un rééquilibrage de ces évênements (sécades, pluviométrie, etc.). Pour cette question je n’ai que mon constat visuel et local, et plus loin dans le temps l’histoire qui nous précède, donc je saute au

2) et répondrais comme Courtillot à savoir d’attendre d’en savoir plus sur l’activité solaire qui donne déjà des éléments consistants pour notre compréhension de notre système climatique.

3) Agir contre le C02, non, mais sur les émissions nocives de nos industries, oui (dioxines, métaux lourds, etc.). Se servir des expérience industrielle passées avec ces ratés pour ne pas reproduire les mêmes effets ailleurs.

4) Donc oui peut-être s’en tenir à une convention sur l’environnement, contraignante pour les activités les plus prégnantes, pour celles dont on connait les conséquences assez désastreuses, en exemple l’exploitation orifère par cyanurisation, je vis pas très loin du site des mines d’or de Salsigne…

5) Sur le GIEC même avis que mon rebelle  prédécesseur Manu95!

6)7)8) Accès internet depuis la campagne présidentielle de 2007, également partie à fureter chez les zététiques au sujet des ogm, la découverte du site de Jean Martin, pensée-unique m’a laissée sur le cul, j’ai adoré son caractère pédagogique et partagé totalement son aversion envers les medias, une bouffée d’air frais! Il faut dire aussi que je me suis assez tôt occupée des projets éoliens qui ont jeté leur dévolu sur le secteur dès la première heure.

9) Mes connaissances en la matière se limitaient jusque là à l’ouvrage de René Chaboud « la meteo question de temps » 1993, très utile dans notre domaine d’activité.

10) et 11) Je n’ai évidemment aucunes compétences mais il me semble sage de faire confiance à la recherche scientifique à condition qu’elle reste ouverte et non pas muselée et arrêtée à des convictions spectaculaires plus politiques que scientifiques comme on en a l’exemple en ce moment. Les doutes et les incertitudes doivent continuer à alimenter cette recherche, à mon humble avis c’est le moteur essentiel pour l’avancée des connaissances et sans doute ce qui anime les motivations des chercheurs.

15.  Laurent | 8/12/2009 @ 11:26 Répondre à ce commentaire

1 – b (non seulement les conséquences ne sont pas dramatiques, mais elles sont même souvent bénéfiques…
2 – f.2 (jusqu’à preuve du contraire….)
4 – c ; 5 – c (pourquoi s’encombrer de machins qui ne servent à rien et détournent l’attention sur des faux problèmes au détriment des vrais?)
7 – c,h,i + j: Les questions qui se posaient au milieu des années 80, quand j’ai entendu parlé pour la première fois de cette théorie n’ont jamais été étudié sérieusement (protocole expérimental). La « science » du RCA s’est focalisée sur les effets (dans des domaines encore plus flous…) et a délaissé l’étude des causes (trop compliqué… et de plus trop incertain pour le « dogme »)
9 – a (dans les années 80)
10 – se recentrer sur les bases: la physique de l’atmosphère

16.  jmr | 8/12/2009 @ 12:02 Répondre à ce commentaire

Daniel (#7),
Je n’ai pas retrouvé un texte de Mme de Sévigné écrivant à peu près ceci (de mémoire, c’est l’esprit mais pas les mots) :
« Depuis quelques mois le temps n’est plus comme avant, il s’est détraqué. Je pense que l’armée française y est pour quelque chose avec les essais de canon à longue portée… »

L’enquête :
1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?
Réchauffement léger par endroits, stagnation ou léger refroidissement à d’autres.
Le concept de températures globales comme le dit Courtillot est idiot : s’il fait la nuit 18° dans la chambre, 16° dans le séjour et 23° dans la cuisine quelle est la température globale de mon appartement ?
De même si un été il fait 35° et le suivant 15° la température moyenne de l’été est-elle de 25° ?

2) Ce réchauffement est-il dû
au Soleil d.1 irradiance + d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques + sans doute d’autres mécanismes

4) Pensez-vous que
ce n’est pas d’une Convention sur le Climat dont on a besoin mais d’une organisation mondiale de l’environnement et encore, ce qui est politique est en général plutôt foireux !

5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate
Il faut attribuer le rôle aux scientifiques, genre déjà vu style « Année géophysique internationale » et rejeter tout organisme politique.

6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ?
OUI

7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
L’attente d’une certitude du rôle du CO2 qui n’est jamais venue puis la lecture du forum zététique (la zététique est l’art du doute) dévoilant les contorsions de Mann et de la crosse de Hockey

8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
a) la culpabilisation permanente
b) le calcul d’une empreinte carbone
e) les solutions économiques proposées
f) la saturation du message
g) les sites sceptiques sur Internet (pensee unique, skyfal, climat sceptique, climateaudit, wattsup…)
h) la vanité de penser qu’on puisse dérégler quelque chose à l’échelle planétaire aussi facilement

9) Par rapport à la climatologie, avez-vous eu une formation qui touche à certains des matières utilisés en climatologie (géologie, physique ou chimie de l’atmosphère, statistiques, paléontologie, biologie, océanologie, etc …) ?
Il y a bien longtemps licence maths-physique en Fac de Sciences

10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ?
Voir 4)d)
11) Tout autre élément pertinent que vous jugeriez utile …
J’ai fini par collaborer par le biais de traductions de communications scientifiques avec ce site et avec pensee-unique (traductions de Richard Lindzen et Fred Singer) et j’ai même rencontré Jean Martin !

17.  chria | 8/12/2009 @ 13:41 Répondre à ce commentaire

Alors voilà je suis devenu sceptique grâce à Laurent Cabrol et à miniTax ! J’avais posté un mail sur le site de Cabrol pour le critiquer (j’étais réchauffiste) puis au fur et à mesure de mes pérégrinations en ligne je suis tombé sur le site de skyfall. Ma première contribution m’a valu un torrent d’insultes de la part de miniTax (depuis j’ai compris que c’était une sorte de rite) j’ai encaissé, rechigné, puis après avoir cherché un peu si on m’aurait menti, j’ai fini par rentrer dans les discussions de Skyfall et j’ai vu les choses d’une manière différente. Toutefois, je suis prêt à accepter n’importe quel argument scientifiquement, je ne suis pas un nieur en bloc. Tout simplement parce je doute de tout. Et que la science avance avec des questions, pas des réponses. J’ai aussi une sainte horreur des religions. Enfin j’emmerde les cons qui croient tout savoir.

Oui, les températures ont augmenté dans certaines régions du globe comme en France entre 1985 et 1995. Je sais qu’il existe des biais dans les mesures mais le signal semble clair. D’autres aspects comme la phénologie le montre aussi. Toutefois je reste dubitatif face à la température « globale ». Quant à la question de savoir si le réchauffement se poursuivra, disons que les modèles le montrent. Mais je ne crois à ces modèles qui ne sont pas à même de restituer l’ensemble des paramètres, même si quelques uns suffisent généralement à se faire une idée. La notion d’incertitude est ici primordiale.
Pour moi ce réchauffement est dû en grosse partie à des causes naturelles. Il n’est pas exclu toutefois que les GES y jouent un rôle, mais il est sûrement surestimé actuellement dans les modèles du Giec.
Sur les GES, je pense qu’il faut éviter d’atteindre un seuil de saturation ( ?) mais pour l’instant les émissions ne sont pas encore assez importantes. Ensuite limiter les GES c’est aussi un programme de société, qui échappe à ce débat. Je pense d’ailleurs que l’atténuation est une illusion politique. Quand à l’adaptation, elle s’inscrit dans l’aménagement du territoire et la prospective, ce qui est nouveau et intéressant c’est de plus intégrer le climat comme facteur déterminant l’évolution socio-économico-environnementale.
La convention climat passe à côté des choses importantes.
Il faut supprimer le Giec et sa bande d’expert qui font honte à la science.
7) Un peu de tout
8) pareil, pour moi la politique a pollué le débat scientifique.
9) j’ai un doctorat en climatologie appliqué. Je suis très sensibilisé aux systèmes complexes et à tout ce qui va avec. Pas de compétence en modélisation numérique mais une bonne expérience de terrain.
10) continuer la recherche sur les points qui font débat (donc presque tout), faire des expériences, et avoir de la transparence, honnêteté intellectuelle, etc. Tout ce que cette histoire de Giec a mis en lumière doit être repensé.

18.  super.mouton | 8/12/2009 @ 14:58 Répondre à ce commentaire

Définition de départ : sont des sceptiques (du climat) ceux qui n’adhèrent pas aux conclusions du GIEC ou ceux qui n’adhèrent pas aux solutions développées pour lutter contre les émissions de CO2 ou de gaz à effet de serre (hors vapeur d’eau).

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?

Oui dans certaines régions, mais pas de manière constante, ni inusuelle… Si oui ce réchauffement se poursuivra-t-il ? Peut être…je ne sais pas, connais pas tro pbien les effets du soleil, d’el ninon etc…
puis:
non, les modèles ne peut que se tromper
et
depuis 1998, cela n’augmente plus

autres: on est loin de tout savoir….

2) Ce réchauffement est-il dû

d) au Soleil d.1 irradiance, d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques

e) à d’autres activités humaines (défrichements, aérosols)

+ VAPEUR D’EAU….

Même en n’ayant pas répondu aux autres réponses:

Si oui, a) la Convention sur le climat est-elle un bon outil ?

a.3) le coté atténuation (limitation des émissions de CO2+GEShve) est illusoire autant se concentrer sur l’adaptation(cf B. Lomborg)

a.4) autre : un pb que je voit c’est que les gens qui sont à fond dans COP 15 ne doivent pas bien comprendre le monde dans lequel nous vivons…

Si non, b) l’aide au développement classique peut aider les pays en développement à s’adapter: si on donne pas l’argent aux dictateurs…

c) la Convention Climat est déjà vendue à la finance internationale, il faut changer totalement de modèle économique, (là , je vous signale que vous êtes un pro-RCA, pas un sceptique) Ca je le savais!!

d) le protocole de Kyoto coute cher et n’a aucune efficacité , il n’est pas nécessaire de persister dans l’erreur, c’est à chaque pays de décider ce qu’il doit faire,

d) autre : détailler

4) Dans le cas de réponses positives à 2d),e),f.2), pensez-vous que

a) bien que basée sur des hypothèses erronées, la Convention sur le Climat permettra de faire avancer les choses sur l’environnement et la pollution en général,
NON, CO2 n’est pas nécessairement lié à la pollution

c) la Convention sur le Climat devrait être supprimée: A FORTIORI

d) ce n’est pas une Convention sur le Climat qu’il y a besoin mais d’une organisation mondiale de l’environnement, pour faire pendant à l’OMC,: NON: comment une organisation mondiale pourrait savoir ce qu’il se passe à péquenot les oies?

5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate
c) il faut supprimer le GIEC,
Il ne sert à rien par définition: juste confirmer ce que les politiques veulent entendre: à la poubelle!!

6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ?
OUI
Si oui aller en 7).

Si c’est pour une autre raison aller en .

7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
g) le refus de prendre en compte le Soleil,
b) les méthodes suivies pour les calculs de température moyenne, le manque et la diminution du nombre de stations météo aux normes
f) les prédictions présentées comme des faits certains
i) la minimisation du rôle des océans

8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

a) la culpabilisation permanente

b) le calcul d’une empreinte carbone

c) l’invasion des éoliennes

d) les discours sur les énergies renouvelables

e) les solutions économiques proposées

f) la saturation du message

g) les sites sceptiques sur Internet (lesquels ?)

9) Par rapport à la climatologie,

a) avez-vous eu une formation spécifique dans cette matière ? non
l’utilisez vous dans votre profession ? J’ai dû

b) êtes-vous un passionné de météo, un utilisateur averti de météo pour raisons professionnelles, un météorologue ? 6 mois à calculer la direction du vent…

c) avez-vous eu une formation qui touche à certains des matières utilisés en climatologie (géologie, physique ou chimie de l’atmosphère, statistiques, paléontologie, biologie, océanologie, etc …) ?
Mathématiques

10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ? attendre que la génération anti proéthéenne passe pour pouvoir enfin avoir des ordi à ADN pour pouvoir faire des vrais calculs « non-linéaires ». Plus me pencher sur qdes questions de philosophies de sciences: lien entre climato et météo, où se situe la climato parmis les autres sciences?

19.  Araucan | 8/12/2009 @ 15:03 Répondre à ce commentaire

J’ai lu le livre de Le Roy Ladurie au début des années 90 et un autre sur le futur du Climat peu de temps après : le premier m’a beaucoup plu et le second bien moins. A l’époque, je n’ai même pas su qu’il y avait un sommet à Rio.
Ensuite, j’ai toujours travaillé sur des sujets que l’on met maintenant dans le paquet « Environnement » ou métiers verts. J’ai plutôt l’habitude des débats d’experts sur ce genre de sujets et du système qui va avec derrière. Sinon études de biologie, coté végétal.
J’ai commencé à m’intéresser au RCA après avoir lu un article de Leroux, visité le site de Muller et m’être dit  » Tiens, encore un sujet pas clair et bien parti pour un débat du type OGM « . Surtout que par ailleurs, je voyais que la sauce RCA prenait. J’ai commencé ensuite à creuser le sujet, à venir sur Skyfal et à y intervenir l’an dernier : ma première remarque a été sur les températures (réseau de mesures…) et je suis fait tancer parce qu’elle n’était pas au bon endroit ! laugh
A la base, je suis sceptique pour des raisons scientifiques : données insuffisantes, moyennes de température dont on ne sait pas quelle grandeur physique il y a derrière, utilisation des proxies très limite, généralisation des informations des proxies sans base réelle, lien CO2-température non prouvé et aussi la quantification démesurée de l’effet attribué au CO2 (100 ppm aurait fait s’élever de 0,7 °C la température de toute la troposphère ? C’est énorme !), recours aux modèles prédictif excessif, méthodes statistiques faiblardes, beaucoup d’incertitudes partout et pas de bases physiques derrière avec plus récemment, cette histoire d’acidification de l’océan, basée sur des modèles (où sont les bases de données avec les mesures de pH ?).
On verra si l’hypothèse Soleil se concrétise (plus bases physiques) et je pense que les changement d’utilisation des terres peuvent avoir un effet au niveau local.
Les aspects politiques m’interpellent aussi et ces dernières années, ils ont été plus vite que les aspects scientifiques (sauf ces dernières semaines), notamment le développement de ce que l’on appelle l’économie de l’environnement. Je suis allergique aux aspects idéologiques à tous les étages sur cette histoire de RCA, qui s’apparentent à de la manipulation mentale à grande échelle et aussi que sous prétexte d’environnement, de fait on laisse aux experts le soin de décider et qu’on oublie de demander aux gens : les choix environnementaux sont toujours plus complexes qu’on ne le dit.
Je pense que l’on peut supprimer le GIEC (qui ne fera pas sa révolution de toute façon), que le protocole de Kyoto est un non-sens mais que l’on n’arrêtera pas la convention Climat (c’est très difficile de faire mourir une convention internationale). On fera le bilan fin décembre.
Pour les aspects scientifiques, cf Chria et Laurent mais j’ajouterais aussi : mettre en place de véritables réseaux structurés d’observation du climat au sol, disponibilité des données et méthodes (c’est toujours de la recherche publique derrière), de la R&D parce que l’innovation technique est une clef importante de l’avenir, réchauffé ou non (ah oui, pour l’avenir, je ne sais pas).
Précision : je n’ai pas vu le film d’Al Gore.

20.  chria | 8/12/2009 @ 15:36 Répondre à ce commentaire

Araucan (#19),
moi non plus je n’ai pas vu son film. Et pourtant j’étais réchauffiste. Mais j’aime pas les grandes messes, je m’en suis méfié, bien m’en a pris.
Sinon pour les réseaux d’observations du climat au sol il n’y aura pas de recul. Bien pour l’avenir, mais aujourd’hui ?

21.  Araucan | 8/12/2009 @ 15:54 Répondre à ce commentaire

chria (#20),

On attend …. Parce que sinon dans trente ans on aura toujours la même intox
du style quand ça chauffe c’est le CO2 quand il fait plus froid c’est la nature

http://wattsupwiththat.com/200.....al-causes/

22.  Araucan | 8/12/2009 @ 15:57 Répondre à ce commentaire

Araucan (#21),
De toute façon, pour tous les pays qui n’en ont pas ce sera utile, pour la météo ! ;).

Bon d’une certaine manière, la dernière conférence de l’OMM a repris l’offensive là-dessus … mais cela mettra du temps s’il n’y a pas des raisons politiques fortes !

23.  Flo | 8/12/2009 @ 16:00 Répondre à ce commentaire

Par curiosité j’ai acheté un livre de Christian Gérondeau « Ecologie la grande arnaque ».
Grâce à lui j’ai lu Bastiat et je me suis aperçu que j’étais libéral (quelle horreur!).
Je sentais confusément monter un message qui sentait bon la propagande et je percevais un décalage important entre la déconcertante simplicité du message qu’on voulait nous faire entrer dans le crâne et l’extraorinaire complexité du sujet, surtout avec la perspective du très faible niveau scientifique de l’ensemble de la population.
Associée à de consternantes autant que prétentieuses sorties des Voynet, Hulot et consorts, la lecture de ce livre a conforté les doutes déjà très forts que j’avais depuis longtemps sur les « informations » distillées par les médias traditionnels.
Les solutions proposées conduisant à la décroissance et à des dépenses publiques pharaoniques (les deux phénomènes s’amplifiant mutuellement) me paraissaient si absurdes et même contraires à l’intérêt général et aux faits constatés que j’ai essayé d’en savoir un peu plus sur le « problème ».
De là Pensée Unique, « The great swindle » et Skyfal…
Je n’ai pas une formation scientifique en rapport avec le sujet mais j’ai essayé de parler plusieurs fois de ce sujet avec les mêmes personnes de niveau comparable au mien. En les interpellant au fur et à mesure des « découvertes » que je faisais en lisant les différents intervenants de Skyfal et leurs sources, j’ai constaté que leur point de vue évoluait vers plus de scepticisme et plus vite que ce que j’aurais pensé.
Pour répondre aux questions je pense:
– qu’il y a un léger réchauffement depuis le mileu des années 80 surtout perceptible les mois « froids », et que cette tendance s’est arrêtée au début du siècle
– que le chaud (à moins d’être exceptionnel comme en 2003) tue moins que le froid même modéré (à ce moment de l’année en 2008 on déplorait déjà de nombreux morts sur nos trottoirs…)
– que l’impact du CO2 s’il existe est très faible
– que toutes les mesures prises et en particulier les taxes sont absurdes et inutiles
– qu’entre deux solutions égales par ailleurs il vaut mieux évidemment choisir la moins polluante, (mais bon là je défonce une porte ouvrete)
– que personne ne peut prévoir sérieusement comment cela va évoluer
– que la conférence sur le climat est une escroquerie de plus
– qu’il faudrait supprimer le GIEC (quelle honte!)
– que dès que des gugus arrivent avec des affirmations comme quoi ils ont tous compris et qu’il n’y a pas d’autres solutions que de se plier au merveilleux système qu’ils ont imaginé pour nous, j’ai des alarmes internes qui retentissent et je m’attends en général à les voir se discréditer dans les pires turpitudes aux antipodes de leurs belles préconisations.

24.  Myke | 8/12/2009 @ 16:51 Répondre à ce commentaire

Flo (#23),
Si vous avez aimé « Ecologie la grande arnaque », je me permets de vous recommander « CO2 un mythe planétaire » du même auteur ; vous comprendrez pourquoi Copenhague sera un échec.
(je n’ai pas d’actions dans la maison d’édition, ni d’ailleurs aucune action nulle part).

25.  Fabge02 | 8/12/2009 @ 16:55 Répondre à ce commentaire

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?
R: Je fais des mesurse de températures depuis 1975, je peux confirmer que, sur mes sites, il y a bien eu un réchauffement sur une vingtaine d’années, qu’il semble généralisé en Eurpe occidentale d’après ce qu’en disent des collègues de confiance. Quant au global?

Si non, pourquoi ?

Si oui, ce réchauffement se poursuivra-t-il ?
R: Sur mes sites de mesures, le maximum est soit en 1994, soit en 1998, soit, plus rarement, en 2003. Tout semble comme si nous étions sur le sommet d’une sinusoïde et, après le sommet, il y a la partie descendante

Si non aller en 2)

Si oui a) oui pendant longtemps et les conséquences seront importantes.

b) oui pendant longtemps mais les conséquencs ne seront pas si dramatiques que cela

c) non, les modèles ne peut que se tromper

d) je n’en sais rien mais ce ne sont pas les modèles qui sont à même de prédire l’avenir

e) logiquement cela devrait se refroidir maintenant

f) je n’en sais rien mais depuis 1998, cela n’augmente plus

g) autre :

ensuite aller en 2)

2) Ce réchauffement est-il dû

a) totalement au CO2 et aux GES (hvp : hors vapeur d’eau) dans l’atmosphère,
R : J’ai été élevé aux 95% d’effet de serre dû à la vapeur d’eau et rien ne m’a vraiment convaincu que cet ordre de grandeur était faux

b) fortement au CO2+GEShvpe dans l’atmosphère,

c) faiblement lié au CO2+GShve dans l’atmosphère,

d) au Soleil d.1 irradiance, d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques
R: C’est la seule source d’énergie, n’est-il pas? Quant à savoir de quelle manière, je ne saurais répondre.

e) à d’autres activités humaines (défrichements, aérosols)

f) à un mélage des causes f.1 : humaines prépondérantes, f.2 : naturelles prépondérantes ?
R: Dans le cadre de ma pratique de terrain dans les milieux dits naturels, j’ai toujours tendance à voir la main de l’homme partout mais, là, je cale.

3) Dans le cas de réponses positives à 2a),b),c),f.1), pensez-vous qu’il faut agir contre le CO2 ?

Si oui, a) la Convention sur le climat est-elle un bon outil ?

a.1 ) oui dans tous ses aspects (là , je vous signale que vous êtes un pro-RCA, pas un sceptique )

a.2) pas suffisant (là , je vous signale que vous êtes un pro-RCA, pas un sceptique )

a.3) le coté atténuation (limitation des émissions de CO2+GEShve) est illusoire autant se concentrer sur l’adaptation(cf B. Lomborg)

a.4) autre : détailler

Si non, b) l’aide au développement classique peut aider les pays en développement à s’adapter,
R: Le développement est le meilleur pari à faire pour permettre aux pays de s’adapter à un climat qui, par essence, est changeant, l’aide au développement classique est là pour ça, je me méfie beaucoup de ce qu’il y a du côté Convention climat

c) la Convention Climat est déjà vendue à la finance internationale, il faut changer totalement de modèle économique, (là , je vous signale que vous êtes un pro-RCA, pas un sceptique)

d) le protocole de Kyoto coute cher et n’a aucune efficacité , il n’est pas nécessaire de persister dans l’erreur, c’est à chaque pays de décider ce qu’il doit faire,

d) autre : détailler

4) Dans le cas de réponses positives à 2d),e),f.2), pensez-vous que

a) bien que basée sur des hypothèses erronées, la Convention sur le Climat permettra de faire avancer les choses sur l’environnement et la pollution en général,
R : La lutte pour l’amélioration de l’environnement et la réduction des pollutions est en route depuis des décennies en l’absence de tout enjeu climatique

b) la Convention sur le Climat est prématurée

c) la Convention sur le Climat devrait être supprimée

d) ce n’est pas une Convention sur le Climat qu’il y a besoin mais d’une organisation mondiale de l’environnement, pour faire pendant à l’OMC,

e) autre : détailler

5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate

a) il faut réformer en profondeur le GIEC,

b) il faut faire une enquête sur le fonctionnement au sein du GIEc,

c) il faut supprimer le GIEC,
R : Peut-être le fera-t-il lui-même, il y a quand même beaucoup de compétences là-bas?

d) autre

6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ?
R: Je suis devenu sceptique aussi bien pour des raisons citoyennes que pour des raisons scientifiques

Si oui aller en 7).

Si c’est pour une autre raison aller en .

7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

a) la très faible teneur en CO2 de l’atmosphère
R : Petites doses grands effets, pourquoi pas? Mais l’effet de masse joue toujours, une variation infime de la teneur en vapeur d’eau ou d’influence solaire renvoie le CO2 dans les cordes

b) les méthodes suivies pour les calculs de température moyenne, le manque et la diminution du nombre de stations météo aux normes
R: J’ai le plus grand respect pour mes collègues qui s’échinent à faire des restitutions de températures et je crois qu’il est possible de reconstituer des tendances en s’entourant de beaucoup de précautions, en précisant ses méthodes et en n’hésitant pas à réanalyser lorsquon a un doute. Qui a le temps de le faire?

c) les incertitudes présentes dans les explications données sur les causes du RCA
R: bien évidemment

d) le fait que le CO2 est utile à la vie
R : C’est à côté de la question

e) la notion d’effet de serre appliquée à l’atmosphère (qui n’est pas une serre)
R: Notion à revisiter évidemment

f) les prédictions présentées comme des faits certains
R: C’est un peu la loi du genre

g) le refus de prendre en compte le Soleil,
R: inexcusable

h) la théorie de « l’effet de serre » elle-même
R: Là ce débat sur le climat devient vraiment intéressant

i) la minimisation du rôle des océans
R: J’ai été élevé avec cette notion du contraste thermique entre les océans et l’atmosphère, rien de nouveau pour moi

j) la lecteur d’un auteur sceptique qui vous a convaincu (citez : )
R: Marcel Leroux, que j’ai fréquenté à partir de 1987

j) autre :

8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

a) la culpabilisation permanente
R: J’espère qu’il y aura quelques sociolgues pour étudier comment on en est venu là (pour le moment, ce n’est pas mûr)

b) le calcul d’une empreinte carbone
R: On frise le ridicule

c) l’invasion des éoliennes
R : Je n’y étais pas hostile parce que j’y voyais le moyen de procurer quelques royalties aux communes en difficulté, mais l’avenir ne semble pas évident de ce côté-là

d) les discours sur les énergies renouvelables
R: Pourquoi pas? Je suis né dans l’admiration enfantine de la maîtrise de la production hydraulique, mais j’ai l’impression qu’on se trouve face à un nombre de contradictions bien grand.

e) les solutions économiques proposées
R: Je me méfie grandement du nouvel ordre économique « vert », surtout vis-à-vis des pays en voie de développement.

f) la saturation du message
R: Oh oui!

g) les sites sceptiques sur Internet (lesquels ?)
R: Côté français, Climat sceptique, Pensée unique et Skyfal, sur l’anglo-saxon, Climate Audit, Whattsupwiththat, FOS, CO2science

h) autre :

9) Par rapport à la climatologie,

a) avez-vous eu une formation spécifique dans cette matière ? l’utilisez vous dans votre profession ?
R: Je suis biogéographe et je fais de la climatologie appliquée

b) êtes-vous un passionné de météo, un utilisateur averti de météo pour raisons professionnelles, un météorologue ?
R : 30 ans d’observateur bénévole Météo Nationale puis Météo-France

c) avez-vous eu une formation qui touche à certains des matières utilisés en climatologie (géologie, physique ou chimie de l’atmosphère, statistiques, paléontologie, biologie, océanologie, etc …) ?
R: Je suis géomorphologue d’origine, ce qui fait que, pour moi, le changement climatique, c’est avant tout le rythme des glaciations, le reste c’est du détail

d) autre :

10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ?
R : Il y a encore beaucoup à faire en paléoclimatologie et climatologie historique

26.  Fabge02 | 8/12/2009 @ 17:06 Répondre à ce commentaire

J’allais oublier!
Les relents d’eugénisme et de malthusianisme qui se font jour actuellement ont achevé de me dégoûter du discours dominant.

27.  Flo | 8/12/2009 @ 17:07 Répondre à ce commentaire

@ Myke (24)

Je n’ai pas eu le temps de l’acheter mais j’en ai lu quelques passages.
Il me semble que dans « la grande arnaque » C. Gérondeau ne mettait pas en doute le « consensus » du GIEC mais montrait l’inutilité et même le caractère nuisible au plan économique et parfois écologique et humanitaire des mesures envisagées et mises en oeuvre. Dans son dernier ouvrage il était déjà passé dans le camp des nettement plus sceptiques et mettait totalement en doute l’influence du CO2 anthropique sur le « changement climatique ».

28.  Argus | 8/12/2009 @ 17:18 Répondre à ce commentaire

Quelle sorte de climatosceptique êtes vous ?

En réalité les sceptiques sont des vieux Pro-Bush (etc…revoir la liste d’Araucan) et, surtout, vous relevez du Néo-Poujadisme…

Vous ne me croyez pas ?

Alors allez voir : http://www.rue89.com/american-.....sme-129125

débat en cours sur Rue89 …

@piloteman#9 : pour inclure une image sur skyfal, il faut cliquer sur Img et remplir avec l’URL de l’image désirée….Pas d’autre moyen.

29.  Bof | 8/12/2009 @ 17:35 Répondre à ce commentaire

Ingénieur Telecom (comme Jancovici, c’est dire si je suis qualifié pour traiter de climatologie), je croyais aussi dur comme fer au RCA. Même si.. ma passion de l’histoire me maintenait dans le fond de la tête des points qui ne « collaient » pas: période chaude lors de l’empire romain, période froide au 17e siècle. Ca ne collait pas avec la crosse de Hockey, mais je n’allais pas chercher plus loin… pas le temps
Et puis un jour (il y a 2 ans), j’ai lu un article…du Monde ! Oui, c’est par « le monde » que je suis devenu sceptique.
Cet article faisait état d’un pari entre 2 climatologues, dont l’un estimait que ça allait se refroidir dans les 15 ans qui viennent. D’emblée, ça a renforcé l’idée chez moi que quelque chose ne « collait » pas dans ce qu’on nous disait, et que des facteurs naturels pouvaient être plus forts que ce dont on accusait l’homme. Et un lecteur, en commentaire de cet article, a mis le lien de « pensée-unique ». Je suis alleé voir, et fut très surpris (et pas malheureux) de lire ce que j’y lisais. J’y trouvais des arguments sérieux, étayés par des références sérieuses (articles peer-reviewed,..). Je voulais voir en face ce qui existait pour contredire « pensée-unique ». Mais j’ai eu beau chercher, je ne suis tombé que sur des discours formatés, renvoyant pour toute source vers le rapport du GIEC.
Bref, les arguments scientifiques étaient du côté sceptique

30.  FERRET | 8/12/2009 @ 17:45 Répondre à ce commentaire

Définition de départ : sont des sceptiques (du climat) ceux qui n’adhèrent pas aux conclusions du GIEC ou ceux qui n’adhèrent pas aux solutions développées pour lutter contre les émissions de CO2 ou de gaz à effet de serre (hors vapeur d’eau).

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ? OUI

Si oui, ce réchauffement se poursuivra-t-il ? NON

2) Ce réchauffement est-il dû

d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques

b) la Convention sur le Climat est prématurée

5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate

a) il faut réformer en profondeur le GIEC,

6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ? NON

8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

a) la culpabilisation permanente OUI

g) les sites sceptiques sur Internet « PENSEE UNIQUE »

9) Par rapport à la climatologie,

a) avez-vous eu une formation spécifique dans cette matière ? NON
l’utilisez vous dans votre profession ?
OUI

d) autre : ARCHITECTE

10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ? ??????????

11) Tout autre élément pertinent que vous jugeriez utile …
CHANGER LE SYSTEME DE PUBLICATION DES RECHERCHES SCIENTIFIQUES.

31.  shayabe | 8/12/2009 @ 17:53 Répondre à ce commentaire

Bonjour
Je consulte régulièrement skyfal depuis pas mal de temps.
Vers 2007, ne m’intéressant pas plus que cela au réchauffement, je suis tombé sur une chronique zététique sur « La bulle d’air chaud » dans laquelle en particulier le truandage (il n’y a pas d’autre mot) qui avait conduit à la courbe en crosse de hockey était décortiqué. D’où ma première interrogation de sceptique : comment un organisme comme le GIEC pouvait fonder son argumentation sur un mensonge ?
Au même moment paraissait le compte-rendu d’un colloque de l’Académie des Sciences où j’ai découvert les travaux de Courtillot (déjà) : il relevait la disproportion entre le nombre d’équipes qui faisaient tourner des modèles ordinateurs et le nombre de personnes qui s’attachaient à récolter et caractériser correctement les données; il présentait aussi une autre approche de la question du réchauffement. Tout cela est repris dans son livre que je suis en train de lire.
J’ai d’abord consulté des forums comme fr.sci.geosciences ou fr.soc.environnement qui ont petit à petit fourni les adresses des bons sites : skyfal, pensee-unique, climat audit, WUWT, la climatologie, etc. C’est là que j’ai découvert l’ampleur du « scepticisme » à l’étranger comme en France. Et la force et la richesse de l’argumentation développée, face au discours réducteur et intolérant des « réchauffistes ». Par exemple m’intéressant à l’astronomie depuis longtemps j’ai été surpris de voir le soleil écarté comme cause éventuelle des changements climatiques : alors que j’ai toujours appris que nous, la Terre, nous sommes « dans » le Soleil, nous baignons dans son influence, dans l’énergie qu’il nous fournit, son vent solaire, ses éruptions,etc. Cela ne s’est quand même pas arrêté en 1975 !
Les sceptiques sont simplement des réalistes, des gens attachés à la réalité des faits et à la démarche scientifique, deux choses absentes du discours officiel du GIEC (pas de celui de l’immense majorité des scientifiques qui sont derrière) et du délire écologiste. Je suis sceptique pour ces deux raisons, du fait des études scientifiques que j’ai faites et par la carrière technique (télécoms) que j’ai menée. Mettre l’accent sur ces deux exigences c’est lutter contre cette idéologie de peur, de catastrophisme, d’obscurantisme, de culpabilité, d’urgence, idélogie mensongère développée et entretenue par les groupes écologistes et la majorité des médias français. Heureusement qu’il y a internet ! Mais c’est pas gagné. J’habite en Bretagne et je lis « Ouest-France » qui nous assène à longueur de semaine sur le réchauffement un bourrage de crâne apocalyptique à côté duquel les chroniques du Monde et de Libé apparaissent modérées. La une de lundi était : « Quinze jours pour sauver la planète ». Je rappelle que c’est le premier journal français par la diffusion. Pas moyen de répondre, le courrier des lecteurs y est chose rare.

1 b (la tendance à long terme reste le réchauffement; tant mieux) e (ça devrait se refroidir dans les années à venir)
2 f.2
4 c
5 a
6 oui
7 b, f, g, i
8 a, b, e, f, g : skyfal, pensée-unique, WUWT,etc
9 c : physique ionosphérique (il y a longtemps…)
11 : Encore merci à skyfal et à ses passionnants débats !

32.  pastilleverte | 8/12/2009 @ 18:33 Répondre à ce commentaire

Je suis devenu sceptique grâce essentiellement au site pensée-unique, déjà largement cité; bien sûr skyfall puis skyfal, mais également les sites anglo saxons climateaudit, CO2science, les plus scientifiques, SPPI, Junkscience Icecap, souvent avec de bonnes bases scientifiques mais toujours très orienté politiquement (néo conservateurs, libéraux et pro Bush…)
j’ose dire (et sans doute de manière prétentieuse) que je fais la part des choses dans ces derniers sites…
je vais sans doute en étonner plus d’un , mais, élevé chez les jésuites et étant resté catho pratiquant, ce qui m’a rendu sceptique c’est tous ces relents de…religion, ces dogmes climato alarmistes, cette culpabilisation très judéo chrétienne, ces gourous pour ne pas dire ces sauveurs du monde (personnellement un autre Sauveur est déjà venu, et basta)
Je ne suis pas un scientifique, mais je bosse dans le développement durable d’une grosse boite « impliquée » dans le RCA puisqu’émettrice de CO2 (lol)
Suis très en accord avec V Courtillot (référence son interrview sur France Info il y a une semaine environ), et bien sûr Jean Martin (site pensée-unique)
oui réchauffement, mais post petit âge glaciaire, pas spécialement « sans précédent » ni global, oui démographie galopante, urbanisation mal contrôlée, usage des terres ne serait-ce que pour tenter de nourrir 6,7 Mds de personnes;
oui moins de glaces banquise pôle nord qu’il y 3 ans, mais « record » de septembre 2007 pas dépassé en 2008 ni en 2009 avec dans le même temps une extension banquise Antartique en record (d’où peu de problème d’albédo)
Oui montée des eaux, mais se ralentit, pas extrardinaire et logique suite sortie périodes froides
Et non la science climatologique est tout sauf « définitive » (settled)
Ce qui m’inquiète c’est que les vrais problèmes mondiaux n’auront plus ou moins de financements : éducation pour limiter la démographie, accès à l’eau potable et à l’assainissement, lutte contre la déforestation (un des rares bons points, a priori, de Copenhague, développement d’énergies « vraiment » vertes et renouvelables (analysées en cycle de vie, et arriver enfin à nourrir correctement tout le monde. Enfin halte aux pollutions de toutes nature (surtout médiatiques, lol), maiss le CO2 n’est PAS un polluant, ni dangereux pour la santé (bravo l’EPA pour cette ânerie)
Ah foutu Bush ! tu étais tellement c… et antipathique que Al Gore apparait comme l’homme de la vérité qui dérange (oui mais qui dérange qui? voir Climategate)

33.  scaletrans | 8/12/2009 @ 18:49 Répondre à ce commentaire

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernières années ?
Sans doute, mais il est terminé.
c) Les modèles sont de la foutaise comme largement démontré puisqu’ils ne sont pas capables de prévoir l’évolution du climat, basés qu’ils sont sur trop peu de données et beaucoup trop d’à peu près (guesswork).
e) logiquement cela devrait se refroidir maintenant
2) Ce réchauffement est-il dû
d) au Soleil d.1 irradiance, d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques.
d) le protocole de Kyoto coûte cher et n’a aucune efficacité, il n’est pas nécessaire de persister dans l’erreur, c’est à chaque pays de décider ce qu’il doit faire,
d) autre : Cela fait plus de dix ans que je répète que l’activité humaine en matière climatique ne sort pas du bruit de fond.
4) Dans le cas de réponses positives à 2d),e),f.2), pensez-vous que
c) la Convention sur le Climat devrait être supprimée
5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate
b) il faut faire une enquête sur le fonctionnement au sein du GIEc,
c) il faut supprimer le GIEC,
d) J’ai mis les deux car je pense qu’il faut aussi une enquête pour mettre au jour de quelle manière la FARCE a été montée, et par qui.
6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ?
OUI
7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
j) autre : il y a plus de dix ans, Arte faisait une émission spéciale sur le « réchauffement » et, après une heure des faux constats auxquels nous sommes dorénavant habitués, alors que je pensais que c’était terminé, un long sujet était consacré à Henrik Svensmark et sa théorie. Ce fut pour moi la révélation : il était impossible que, face à ce mécanisme, l’activité humaine puisse faire le poids. Tout ce que j’ai pu lire (et traduire) depuis n’a fait que renforcer mes convictions, tout en améliorant mes connaissances. Un autre élément essentiel de mon raisonnement était de considérer les ordres de grandeur : là non plus il n’y a pas photo.
8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
De a) à f) Ces aspect ne m’ont pas influencé, mais souvent mis en colère devant tant de nullité et de mauvaise foi.
g) les sites sceptiques sur Internet (lesquels ?) : d’abord Climat Sceptique, puis Pensée Unique, et enfin Skyfal.
h) autre : n’ayant pas d’opinion politique à proprement parler, je peux cependant dire que mon agacement avait commencé très tôt car, ayant identifié très tôt le type de forces sous-tendant cette FARCE, les connaissant « comme si je les avais fait » (je vois que certains vont m’appliquer le vocable réducteur de « théoricien du complot », mais je n’en ai cure car je me situe sur un autre plan), je soupçonnais depuis le début un biais important dans cette affaire.
9) Par rapport à la climatologie,
d) autre : Je suis ce que l’on appelle un autodidacte ayant eu à se former, notamment dans le cadre de mon activité de traducteur technique et scientifique qui a occupé une (petite) partie de ma vie.
10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ?
De transférer les énormes financements axés sur le RCA à l’étude des effets du Soleil, la formation des nuages, la mystérieuse circulation thermoaline et, plus généralement les phénomènes de « restitutions » décalées (de plusieurs siècles pour certaines…) de l’énergie reçue du Soleil. Bref toutes études propres à améliorer une connaissance véritable de la machine climatique et à délivrer des avis circonstanciés aux dirigeants dont les fonctions régaliennes devraient être de « gouverner et prévoir ». Ceci n’a bien évidement rien à voir avec le sacro saint et stérilisant principe de précaution.
D’ailleurs, rien que la prise en compte des théories de Marcel Leroux permettrait d’améliorer considérablement les prévisions météo.

34.  JG2433 | 8/12/2009 @ 19:34 Répondre à ce commentaire

Je ne saurais parler de moi facilement – surtout pas façon « épanchement” “misère psychologique » comme à la télé que je regarde d’ailleurs très peu : le foot, encore, (j’ai pratiqué en amateur pendant une trentaine d’année)…

Agnostique, plutôt rationnel. Même si je n’ai pas de comptétences supérieures en la matière, lorsqu’il s’agit de science, particulièrement, je ne me satisfait pas de “l’argument d’autorité”. Surtout quand ce sont les “intellectuels” eux-mêmes, scientifiques ou autres qui, sur tous les sujets, même ceux concernant la science, consciemment ou pas, sombrent dans l’aveuglement et se vautrent dans le mensonge, pour des raisons idéologiques qui ne sont plus évidemment du ressort de la science. Un cas emblématique et de triste mémoire : le lyssenkisme.

Une anecdote qui permet de m’expliquer…
En 1992-93, après la lecture du (très bon) livre de Luc Ferry “Le nouvel odre écologique”, je donne à mon fils, élève en Seconde au lycée, une citation tirée de ce livre. Les mots “écologie” et “écologisme” y étaient définis et leurs acceptions distinctes précisées. Lors de la discussion en classe sur ce sujet, il a cru bien faire en abordant ce distingo. Bien mal lui en a pris ! Le prof l’a aussitôt “remis à sa place”, sèchement (il s’est fait engueulé, quoi !) en lui disant : « L’écologisme, ça n’existe pas ! »
Le fiston avait-il prononcé une injure ? une insanité ? Ce prof “idéologue” et sectaire l’a sous-entendu, malheureusement.

Pourquoi suis-je climato-sceptique ? Comme le laisse deviner facilement ce que je viens de relater : par réaction à toute idéologie qui ne recherche pas la réflexion critique de chacun mais l’adhésion fusionnelle à des émotions partagées à partir de fausse science ou de croyances diverses.
« Une chose n’a pas besoin d’être vrai ou fausse, les gens y croient parce qu’ils ont besoin d’y croire » (R. Boudon). Quitte à ce qu’on les y aide ; par les moyens modernes de propagande, rien n’est plus facile.

Comment suis-je arrivé sur les sites dénommés “sceptiques” ? Par hasard !
Voici peu d’années, à peine familiarisé avec l’internet, j’explique à ma femme comment elle pourrait opportunément et facilement se servir “comme une grande” de “Google”. Et, pour prendre un exemple, je tape… climat !… Sans savoir que le hasard (et la nécessité ? selon J. Monod) allait me conduire vers des sites et des informations passionnantes.
1 – oui pendant ~ 20 ans ; stabilisation ou légère régression durant ~ 10 dernières années.
a) non b) …
c) d) extrapolations incertaines par des modèles dont la fiabilité reste à prouver
e) apparemment oui f) oui
2a), 2b) non – 2c) oui – 2f) 2 oui
3a non – 3a) 3 oui illusoire – 3b) oui – 3c non – 3d oui
4a oui – 4b) … – 4c oui – 4d ?
5b) oui (c’est ce que j’ai envoyé comme « voeu au dirigeants ») – 5c) oui
6) oui trop d’incertitudes
7c) oui – 7f) oui prédictions incertaines – 7g) oui effets du soleil insuffisamment étudiés
7i) oui
7j) par ordre alphabétique : C. Allègre, V. Courtillot, Ch. Muller, J. Martin, C. Gérondeau
8f) oui (matraquage médiatique apocalyptique omni-présent = propagande quasi totalitaire)
8g) Pensée unique, Skyfal Terre du Futur (plus récemment) ont répondu à mes besoins d’info.
9) a, b c non – d) cursus fac de sciences (physique chimie biologie) 3 ans puis doctorat de chirurgie dentaire.
10) Engager tous programmes de recherches à partir de l’acquis qui intégreraient les interrogations actuelles insuffisamment prises en compte dans la démarche générale.
11) Que la pratique scientifique soit moins « politisée ».
je me doute : les financements publics/privés, etc.…, ce n’est pas chose simple. Mais, en cette période de l’année, il ne sera pas plus raisonnable de « croire en Copenhague » pour « sauver la planète », que de croire au Père Noël…

35.  Electron | 8/12/2009 @ 19:37 Répondre à ce commentaire

ça ressemble au questionnaire de Proust mais en beaucoup moins littéraire, dommage, je m’efforce quand même d’y répondre:

En préambule, je suis sceptique de la pire des catégorie: les sceptiques rationalistes, je ne me souviens pas quand ça m’a pris mais ça remonte probablement à ma plus tendre enfance. Déjà un de mes profs de collège m’avait surnommé « le raisonneur » et je ne pense pas que c’était un compliment dans sa bouche ;). En résumé disons que je suis assez proche des positions de l’AFIS mais, parfois, même les sceptiques me laissent sceptique !

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?
Cela me semble vrai bien qu’à mon échelle, ce soit difficilement quantifiable

Si oui, ce réchauffement se poursuivra-t-il ?
impossible à savoir à priori, j’ai tendance à privilégier l’hypothèse d’un retour de balancier mais la nature est souvent imprévisible

2) Ce réchauffement est-il dû

f) à un mélage des causes f.2 : naturelles prépondérantes ?

3) Dans le cas de réponses positives à 2a),b),c),f.1), pensez-vous qu’il faut agir contre le CO2 ?

non, du moins pas dans l’immédiat


4) Dans le cas de réponses positives à 2d),e),f.2), pensez-vous que

la Convention sur le Climat est très largement prématurée

5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate

b) il faut faire une enquête sur le fonctionnement au sein du GIEc,
c) il faut supprimer le GIEC et, le cas échéant privilégier des enquêtes menées par des cabinets ou laboratoires indépendants,

6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ?

On peut présenter les choses sous cet angle mais je redis que le scepticisme est avant tout un état d’esprit pour moi

7) Dans les aspects scientifiques qui vous ont ou auraient amenés à vous interroger sur le RCA, quels ont été les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

b) les méthodes suivies pour les calculs de température moyenne, le manque et la diminution du nombre de stations météo aux normes
c) les incertitudes présentes dans les explications données sur les causes du RCA
f) les prédictions présentées comme des faits certains
g) le refus de prendre en compte le Soleil,
h) la théorie de « l’effet de serre » elle-même
i) la minimisation du rôle des océans

j) la lecteur de plusieurs auteurs sceptiques :articles de Leroux, Svensmark, Abdussamatov , etc … et plus généralement la qualité de l’information mise à disposition par les sceptiques en regard de la soupe assez lamentable étalée à longueur de périodiques par les tenants de la pensée dominante

8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :

a) la culpabilisation permanente
b) le calcul d’une empreinte carbone
c) l’invasion des éoliennes
d) les discours sur les énergies renouvelables
e) les solutions économiques proposées
f) la saturation du message

g) les sites sceptiques sur Internet (lesquels ?) climate audit , pensée unique , skyfal bien sur 😉 , etc …

9) Par rapport à la climatologie,
Je suis ingénieur chef de projet en électronique et informatique industrielle. Ma formation ne me permet donc pas à priori d’avoir un avis d’autorité sur la climatologie en général et le RCA en particulier. En revanche, avec du temps, je peux me permettre de décortiquer et de confronter des articles scientifiques d’un bon niveau et de me forger une opinion sur leur valeur

11) Tout autre élément pertinent que vous jugeriez utile … Un petit détail, je me suis penché sur les sources Fortran piratés, notament le fameux tableau de coefficients d’interpolation et je dirais que si ça n’est pas un truandage de première espèce ça y ressemble drôlement 😉 A ma connaissance, il n’y a d’ailleurs pas eu de réponse claire du CRU sur ce point ?

Un dernier mot pour remercier les créateurs de ce site. Imaginons qu’internet n’existe pas, peut-être serions nous en route vers un nouveau totalitarisme? L’important n’est pas que les sceptiques aient raison ou tort , c’est tout simplement qu’ils existent et puissent s’exprimer . En revanche, je plains vraiment les journalistes « conventionnels »…:cry:

36.  JG2433 | 8/12/2009 @ 19:43 Répondre à ce commentaire

JG2433 (#34)
P.S. 1 : Merci aux administrateurs du site d’avoir permis aux anonymes de développer leurs points de vue de « climato-conscients »
2 : une trentaine d’annéeS

37.  joletaxi | 8/12/2009 @ 20:19 Répondre à ce commentaire

Mince!

Cela me rappelle ma confession publique à l’école ,pour remise en cause du marxisme.
Cela me rappelle aussi « notre tête » devant un problème de graphostatique sur lequel on planchait depuis une semaine et dont la solution,si on changeait de base de données tenait en 3 lignes!
Depuis,en toute matière,je ne me fie qu’à l’inspiration,et aux « illuminés »
Et surtout, je me méfie des « déroulages d’équations ».Si la réflexion ,si « l’inspiration » initiale est fausse,tout est faux.
Je n’ai pas encore trouvé un élément de réponse aux questions,je ne sais pas si les t° augmentent, ni de combien,je ne sais pas si l’optimum médiéval a été plus chaud(je vous rappelle la réflexion de MacIntyre sur la découverte de campements dans les Alpes)je ne sais pas si le CO2 intervient au point de vue radiatif,je ne comprends pas le mécanisme des gaz à la limite de la troposphère et de la stratosphère,je n’ai aucune idée sur le mécanisme des courants océaniques,et je suis dubitatif sur tous les bilans énergétiques et de carbone.
Je suis aussi très énervé,et je vous en ai déjà parlé, parce que je ne parviens pas à retrouver ce « papier » qui remet en cause la méthode en vogue de mesure du CO2.
Comme tout le monde ,j’ai ma petite théorie,qui vaut ce qu’elle vaut.
Je regrette de ne pouvoir approfondir cette théorie d’un univers « plasmatique »
Pour ce qui est du GIEC, et de toute cette organisation, j’aime autant parler de la main de Thierry Henry.
bref,vous l’avez compris, je suis un vieil em…
Et je remercie les auteurs d’articles sur ce site de ne plus aborder le problème des éoliennes,cela a tendance à très légèrement m’énerver

38.  Daniel | 8/12/2009 @ 20:22 Répondre à ce commentaire

jmr (#16),

C’est clair que de tout temps une des discutions favorites des humains c’est de parler du temps qui s’est détraqué
La ou cela devient vraiment grave c’est quand un Ministre se permet au nom de notre pays de parler de « chaos climatique » du soit disant a notre niveau de vie envié par bon nombre de citoyens de la planète et soutient devant ses homologues africains que c’est l’homme occidental qui est responsable de la moindre sécheresse sur leur continent et qu’ils ont droit a une indemnisation légitime

39.  MARIE | 8/12/2009 @ 21:55 Répondre à ce commentaire

Pour ma part je suis devenue très sceptique quand j’ai commencé à entendre parler de CO2 en bourse et de taxe carbone (d’ailleurs j’ai trouvé dernièrement un article intéressant sur le climat sur le site de BOURSORAMA).
Alors, merci internet : j’ai commencé par faire quelques recherches et je suis tombée entre autre sur le site de « la pensée unique ». Il a retenu toute mon attention parce qu’il y avait enfin une information scientifique, technique, enfin des courbes, des noms de labo et de chercheurs, des références, des liens. Je ne suis pas scientifique, j’avoue y découvrir des principes et des débats qui me dépassent mais il y a aussi tant de phrases en bon français que je peux comprendre. Loin des raccourcis médiocres des journalistes peu scrupuleux, la vraie information est accessible. Ce qui m’a définitivement convaincu de la malhonnéteté de nos pouvoirs publics, c’est la composition de la liste des experts français pour le « réchauffement climatique ». N. Hulot à Ushuaya oui, mais expert climatique???????????????? Le regretté Marcel Leroux s’en retourne encore dans sa tombe.

40.  vincent benard | 8/12/2009 @ 22:08 Répondre à ce commentaire

J’ai toujours eu un fond de méfiance contre les exagérations sur le RCA dès les années 90, mais basé sur « rien », juste que le propos me paraissait outrancier.

Puis un jour de 2003 ou 2004, je suis tombé par hasard sur un témoignage de Richard Lindzen de1997 au sénat US: un document précis, factuel. J’ai recoupé ce qu’il disait. Puis j’ai cherché et j’ai découvert pensee unique, John Daly…

Ce qui m’a le plus frappé, c’est l’usage de techniques staliniennes pour empêcher un débat serein sur la question. D’un côté, des « sceptiques » qui parlaient de science, de l’autre des « alarmistes » qui se répandaient en attaques ab hominem. Alors je n’ai pas eu trop de mal à me convaincre que la raison était du côté qui doutait. Et puis il y eu skyfall, avec 2L à l’époque, puis Charles Muller, puis, puis, puis…. j’ai découvert qu’en fait, les « sceptiques » étaient bien plus nombreux que les « officiels », mais qu’ils n’avaient pas un organisme grassement soutenu comme le GIEC pour organiser leur défense.

après quoi, puisque je cherchais des sujets pour mon blog, j’ai décidé de couvrir graduellement la chose. Et voilà le résultat !
http://bit.ly/8YJnmG

41.  mica | 8/12/2009 @ 23:32 Répondre à ce commentaire

Araucan (#19),

On était à 6000 ppm je crois à l’ère primaire si je me souvient bien, ce qui fait une température de 42°C de plus que maintenant… pfff ils ont eu chaud nos prédécesseurs…

42.  Murps | 8/12/2009 @ 23:33 Répondre à ce commentaire

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?
Pas convaincu de l’existence d’un réchauffement.
Je pense que les compilations de mesures de températures ne sont même pas représentatives du climat.

En particulier la notion de climat global et de température globale.
Peut-on me prouver que j’ai tort ? Après tout, le calcul d’une moyenne par des moyens statistiques et informatiques complexes ne fait pas théorie.
C’est tout ce qu’est la science climatique actuellement.

2) A partir du moment ou on estime ne pas pouvoir définir la notion même de « climat global », à partir du moment ou même les « observables », les échelles de temps et les mécanismes sous-jacents sont mal définis, comment peut-on discuter sainement ? Quels sont les paramètres auxquels on peut accorder crédit ?

Evaluer la météo du lendemain à partir de modèle numériques de Navier-Stokes et de photos satellites puis vérifier les résultats en temps réel est une chose.
Prévoir le climat en choisissant ses paramètres pour en tirer des statistiques en est une autre. On a de la science réfutable et reproductible dans un cas, de la manipulation de données et de la spéculation dans l’autre cas.


3) Le CO2

C’est dramatique, mais je ne suis pas convaincu du mécanisme de l’effet de serre. Je pense qu’il est au mieux d’un effet dérisoire sur le climat, et au pire absolument inexistant. La fameuse « démonstration » à partir de la loi de Stefan-Boltzmann qui trouve 34 ° d’écart entre le calcul et la température « réelle » ne prouve rien : on trouve -19° C et on annonce que la véritable température est +15°et que donc l’effet de serre existe.
D’autres démonstrations sont du même acabit, mais d’une manière générale il me parait impossible que 0.04% de CO2 puissent à eux seuls faire monter la température des 99,96% de gaz restant. Ou alors il faudrait me sortir une expérience de laboratoire simple et irréfutable. L’avez vous en banque ?

a) « bien que basée sur des hypothèses erronées, la Convention sur le Climat permettra de faire avancer les choses sur l’environnement et la pollution en général, »
Je pense que le rapport Bruntland à l’origine du GIEC est un manifeste de parti environnementaliste. A ce titre il n’a rien de scientifique.
Il faut dissoudre le GIEC qui est un organisme dont les travaux sont à l’origine de désastres économiques et sociaux. Le Giec n’est plus scientifique et n’a jamais été démocratique.

Du coup j’ai réellement pris en grippe l’écologie. Idéalisme échevelé et inapplicable, puis manipulation, mensonge, positions sectaires, tartufferies, amalgames, désinformation, mauvaise foi, démagogie…
Voila l’image que j’en ai en plus du matraquage médiatique et politique auquel on a droit. C’est une relève du marxisme.
De rêveurs sympas et désinteressés qu’ils semblaient être dans mon adolescence, ils sont devenus des idéologues bornés. A moins qu’ils ne l’aient toujours été.

8) « Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ : »
Très jeune je me suis engueulé avec des amis pour ces histoires de « changement climatique ». Avant le développement d’internet j’étais déjà dubitatif, les sites comme pensée-unique ou skyfall n’ont fait que me conforter. Souvent je me suis posé la question « Est-ce que tes présupposés politiques ou sociaux influent ton jugement scientifique ? Est-ce que tu n’aurais pas des « idées toutes faites » ? ».
Mon cauchemar étant de ressembler à ceux que je dénonce.

Dans le même registre, je ne suis pas convaincu par la météorite qui aurait mis fin aux dinosaures… Trop tordu, trop hollywoodien… De nombreux points plus scientifiques viennent étayer cette contestation. Voir les sites ad-hoc qui exposent en plus d’autres théories.

a) la culpabilisation permanente

Je la subis.

b) le calcul d’une empreinte carbone

C’est risible, c’est de l’astrologie. DAns quelques années, ce sera un sujet de moquerie de la part de nos enfants…

c) l’invasion des éoliennes
Un non sens économique, sauf dans des cas bien précis (zones isolées, mal desservies…).

d) les discours sur les énergies renouvelables
La notion d’énergie renouvelable n’est pas rationnelle. C’est un point de vue philosophique avant tout, pas une réalité scientifique et encore moins industrielle.

9) Par rapport à la climatologie,

c) avez-vous eu une formation qui touche à certains des matières utilisés en climatologie (géologie, physique ou chimie de l’atmosphère, statistiques, paléontologie, biologie, océanologie, etc …) ?
J’ai trainé mes basques il y a longtemps sans beaucoup de succès dans un cours de licence de « géophysique et géochimie fondamentale et appliquée ».
Puis j’ai carrément bifurqué vers la mécanique classique (maîtrise de mécanique « pure », pas « génie mécanique »…) et en particulier la « méca-flotte » J’ai donc bouffé du Navier-Stokes et ce qui va avec. Je me souviens sur Strabourg d’un cours pittoresque qui m’a particulièrement marqué : « stabilité de systèmes dynamiques au voisinage de positions d’équilibre » : un cours sur le chaos, une révélation pour moi.
Je suis ensuite devenu Ingénieur en nucléaire (ou j’ai un peu appris à modéliser…), puis au chômage, me voila prof certifié depuis quelques années.
La science est une véritable passion depuis mon enfance je me documente et continue à me former et je n’aime pas la voir instrumentée par les politiques. Je ne suis encarté nulle part ; j’attends désespérement mon chèque d’Exxon.

Dans ma petite expérience en modélisation, (‘en l’occurence sur des simulations de réacteurs « sous-modérés ») j’ai appris à faire dire ce que je voulais à mes logiciels de calcul. De nombreux autres exemples m’ont appris à me méfier des codes de calculs, c’est si confortable de ne pas réfléchir et de cueillir les données à la sortie de l’écran. C’est déjà facile de se faire abuser en sciences « dures », alors en sciences de la terre !

10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ?
Aucune idée par ou commencer… Je constate le naufrage des sciences dures dans ce domaine, et pourtant je les aime ces sciences dures.
Ca me fait dire que la climatologie n’existe pas.
Paradoxalement, l’histoire et la géographie (la climatologie de grand Papa…) sont probablement bien plus pertinentes et objectives sur ces sujets.

Cordialement,
Murps

43.  floyd | 8/12/2009 @ 23:41 Répondre à ce commentaire

J’aimerais aussi ajouter que je suis un grand amoureux de la nature. Il est fondamental pour mon équilibre de pouvoir me promener souvent dans la campagne et les montagnes, et je m’en fiche pas mal que ce soit à la mode ou pas. Par contre je trouve assez ironique d’entendre répéter les gens qu’il faut sauver la planète et que la nature va bientôt disparaitre alors que la grande majorité d’entre eux n’y vont que très peu ou jamais. Ils ne semblent connaitre celle-ci qu’à travers les reportages catastrophistes et apocalyptiques. Je pense que c’est pour cela qu’ils sont si influençables, car ils ne la connaissent pas vraiment. C’est d’ailleurs incroyable de constater que les associations écologistes ont réussi à faire croire aux gens que le changement, qu’il soit climatique ou pas, soit anormal, alors que la vie, la nature, et l’univers en général n’est que changement!
Je me souviens dans les années 80, quand la télévision passait des reportages sur les pluies acides. On nous montrait des forêts dévastées. La fin des forêts étaient pour bientôt! Je ne dis pas qu’il y ait eu dans certains endroits des problèmes, mais à cette époque quand je me promenais je voyais qu’elle était toujours magnifique et que dans tout les cas cela n’avait rien à voir avec ce que je voyais à la télévision. Je savais donc bien qu’on essayait déjà de nous manipuler.

44.  Choucas | 9/12/2009 @ 1:01 Répondre à ce commentaire

Depuis qu’ils existent, j’ai considéré les avis du GIEC comme de simples hypothèses, et plus ils devenaient alarmistes, plus je doutais. Sauver la planète était pour moi une ineptie, quand on sait ce qu’elle a enduré dans le passé.

Là où je suis devenu franchement sceptique, c’est lorsque la direction de l’établissement où j’enseigne (j’ai une formation de biologiste, côté animal) a présenté le film d’Al Gore aux élèves. Ce film sentait la propagande à plein nez ! J’étais révolté. Trois points majeurs dans ce film m’ont fait bondir, hormis l’impact affectif que ce film a eu sur les élèves :
– le consensus. En science, c’est le doute qui prévaut. Je ne pouvais pas croire que la climatologie était une science aboutie.
– la crosse de hockey. Je savais que le climat change tout le temps, qu’il y avait l’optimum médiéval et le petit âge glaciaire, invisibles ici.
– les courbes corrélés du taux de CO2 et de la température d’après les glaces de Vostok, mal interprétées par Gore.

J’ai alors commencé des recherches sur internet, découvert les blogs qui traitaient de ce sujet, diverses vidéos dont l’arnaque du réchauffement climatique, et surtout le site de Jean Martin que j’ai lu entièrement, remarquable notamment par tous les liens qu’il comporte. Parmi ceux-ci, le travail de Gerlich et Tscheuschner, selon moi difficilement réfutable.

Depuis, mes élèves sont parfaitement au courant, non seulement des théories du GIEC, mais des théories alternatives et des critiques. Je ne me prive pas de les informer. Par contre, mes collègues, même scientifiques de formation, inutile d’en parler. Ils me prennent au mieux pour un excentrique, au pire pour un parano.

45.  antoniosan | 9/12/2009 @ 5:43 Répondre à ce commentaire

Piloteman (#9), Toi Thomas 8 ans, manipulé aujourd’hui.
Hulot soit qui Manicore!

46.  Murps | 9/12/2009 @ 8:29 Répondre à ce commentaire

Je ne me prive pas de les informer. Par contre, mes collègues, même scientifiques de formation, inutile d’en parler. Ils me prennent au mieux pour un excentrique, au pire pour un parano.

Bienvenue au club de la salle des profs réchauffiste ou on se moque gentiment de moi en me traitant de « pollueur ». Surtout avec mon passé dans le nucléaire… smile

47.  Myke | 9/12/2009 @ 9:25 Répondre à ce commentaire

Flo (#27),
En effet : tout se passe comme si l’auteur avait mis provisoirement de côté cette question, puis l’avait « examinée » de plus près (skeptikos, de skeptomai, examiner). Un itinéraire mental intéressant.

48.  jeff hersson | 9/12/2009 @ 10:25 Répondre à ce commentaire

à mon tour :

1) Pensez-vous qu’il y a bien eu réchauffement ces trente dernière années ?
Non.
2) Ce réchauffement est-il dû
d) au Soleil d.1 irradiance, d.2 : variation de l’activité magnétique et rôle des rayons cosmiques
4) Dans le cas de réponses positives à 2d),e),f.2), pensez-vous que
c) la Convention sur le Climat devrait être supprimée
5) Sur le GIEC et après l’affaire du Climategate
c) il faut supprimer le GIEC
6) Etes-vous devenu sceptique d’abord pour des raisons scientifiques ?
Non, politiques.
8) Dans les aspects politiques qui vous ont ou auraient conduits à vous interroger sur le RCA, quels sont les éléments qui ont attiré votre attention au départ :
a) la culpabilisation permanente
9) Par rapport à la climatologie,
d) autre : grande passion de la géologie, de l’histoire de la Terre, ainsi que de celle des Hommes.
10) Si vous étiez en situation de décider d’un programme de recherche en climatologie, que décideriez-vous ?
De n’écarter aucune hypothèse.

49.  jeff hersson | 9/12/2009 @ 10:27 Répondre à ce commentaire

jeff hersson (#48), J’étais déjà un sceptique des pluies acides, du trou dans la couche d’ozone, et du bug de l’an 2000… :mrgreen:

50.  scaletrans | 9/12/2009 @ 11:06 Répondre à ce commentaire

jeff hersson (#49),

Votre compte est bon mon ami, votre rond de serviette est prêt dans le futur QHS pour sceptique :mrgreen:

Sorry, the comment form is closed at this time.