La fréquence d’un évènement change ? Aucun doute le RCA y est pour quelque chose !


Quel progrès ! Avant on s’en doutait mais maintenant on peut quantifier la part du changement qu’on va pouvoir attribuer au RCA

On n’arrête pas la science !

Merci à Papijo pour le lien

Cet article est paru dans Phys.Org. Sous le titre

La « science de l’attribution »  ou comment établir un lien entre le changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes

L’ouragan Ida s’intensifie avant de toucher terre. Crédit : Photo : Collège de Du Page

Fin août, l’ouragan Ida de catégorie 4 a ravagé la Louisiane et causé d’énormes dégâts dans le nord-est en raison des inondations. De nombreuses maisons dans les deux régions ont été détruites et des pannes de courant prolongées se sont produites. Alors qu’Ida se déplaçait vers le nord, elle a engendré des tornades, des précipitations record, des inondations importantes et a fait 82 morts.

Est-il possible de déterminer dans quelle mesure le changement climatique a influencé un événement extrême comme Ida ?

Aujourd’hui, alors que les événements météorologiques extrêmes se produisent plus fréquemment, les gens demandent régulièrement s’ils sont causés par le changement climatique.

Il y a dix ans, les scientifiques auraient eu du mal à répondre à cette question. Aujourd’hui, un nouveau type de recherche appelé science de l’ attribution peut déterminer, non pas si le changement climatique a causé un événement, mais si le changement climatique a rendu certains événements extrêmes plus graves et plus susceptibles de se produire, et si oui, dans quelle mesure.

Il y a toujours eu des événements météorologiques extrêmes causés par de nombreux facteurs naturels, mais le changement climatique augmente le nombre et la force de ces événements. Maintenant, il est possible de quantifier plus précisément l’influence du changement climatique, cependant, déterminer que le changement climatique a contribué à un événement ne signifie pas qu’il a causé l’événement.

Que peut nous dire la  science de l’attribution ? .

Un article de 2004 intitulé « Contribution humaine à la vague de chaleur européenne de 2003 » est généralement considéré comme la première étude scientifique sur l’attribution. Il a modélisé dans quelle mesure les gaz à effet de serre d’origine humaine augmentaient la probabilité de la vague de chaleur historique de 2003 en Europe.

Aujourd’hui, à l’initiative World Weather Attribution (WWA) , une collaboration de scientifiques du monde entier, effectue des analyses en temps réel des événements extrêmes juste après qu’ils se soient produits pour déterminer dans quelle mesure le changement climatique y a joué un rôle. La science de l’attribution détermine la probabilité ou la gravité d’un événement particulier qui se produit aujourd’hui par rapport à la façon dont il aurait pu se dérouler dans un monde imaginaire que les humains n’ont pas réchauffé. Mais parce que la variabilité naturelle joue toujours aussi un rôle, même si un événement extrême s’avère avoir été rendu plus probable par le changement climatique, cela ne signifie pas nécessairement que la probabilité que ce type d’événement se produise chaque année augmentera.

 

Comment ça marche?

Lorsqu’il y a un événement météorologique extrême, les scientifiques déterminent d’abord à quelle fréquence un événement de cette ampleur pourrait se produire sur la base de données historiques et d’observation. Il est important d’avoir de bonnes données d’observation qui remontent à loin. WWA dit que l’ensemble de données devrait remonter au moins aux années 1950, idéalement au 19ème siècle. Certains types d’événements extrêmes peuvent être analysés plus précisément que d’autres. Ceux avec de longs enregistrements d’observation qui peuvent être simulés par des modèles informatiques, en particulier ceux liés à la température, tels que les vagues de chaleur, offrent le plus de certitude dans les études d’attribution.

Les études d’attribution exécutent ensuite des modèles climatiques identiques selon deux scénarios. Dans le premier, les concentrations de gaz à effet de serre sont maintenues constantes à un certain niveau par rapport au passé avant que les humains ne commencent à brûler des combustibles fossiles , et le modèle climatique est exécuté sur, disons, une période de 150 ans. C’est ce qu’on appelle le « monde contrefactuel », le monde qui aurait pu être. Pour le deuxième scénario, le modèle climatique remonte à nouveau dans le temps, en enregistrant les concentrations réelles de gaz à effet de serre pour chaque année à mesure qu’elles augmentaient au fil du temps. En comparant les résultats des deux scénarios modélisés, les scientifiques peuvent estimer dans quelle mesure les émissions humaines dues à l’activité des combustibles fossiles ont changé les chances. Des méthodes statistiques sont ensuite utilisées pour quantifier les différences de gravité et de fréquence de l’événement.

Par exemple, si l’événement extrême se produit deux fois plus souvent dans le modèle climatique actuel que dans le modèle climatique contrefactuel, il est alors déterminé que le changement climatique a rendu l’événement deux fois plus probable qu’il ne l’aurait été dans un monde sans l’homme. émissions induites.

Les limites des analyses d’attribution

En raison de la variabilité naturelle, cependant, il est plus difficile d’effectuer des analyses d’attribution d’événements de précipitations extrêmes comme l’ouragan Ida, selon le climatologue Radley Horton, de l’observatoire terrestre Lamont-Doherty de la Columbia Climate School.

« Ce n’est pas facile d’attribuer des événements de pluie extrême comme celui-ci, même si les gens le font à coup sûr »,

a-t-il déclaré:

« C’est parce que la variabilité naturelle des précipitations extrêmes d’une année à l’autre dans n’importe quel endroit est beaucoup plus grande, ce qui rend plus difficile de voir le signal du changement climatique par rapport au bruit de la variabilité. »

Image d’observatoire de la Terre de la NASA de la vague de chaleur de juin 2021 . Crédit: Nasa_Joshua Stevens

Les modèles climatiques sont également moins fiables pour les précipitations extrêmes car ils fonctionnent avec des grilles qui couvrent de vastes zones spatiales ; par exemple, 100 milles sur 100 milles. Pour chaque case de la grille, il y a un nombre qui représente tout – la température, les précipitations et la vitesse du vent – sans les différencier. Cependant, les précipitations extrêmes tombent souvent dans des bandes géographiques relativement étroites. Les précipitations les plus extrêmes, par exemple, peuvent se produire dans une bande de 40 milles de large, et dans la plupart des modèles climatiques, la grille est plus grande que 40 milles.

« Le modèle climatique ne peut rien vous dire à une échelle spatiale plus fine que sa grille, il ne peut donc pas vraiment capturer les événements de précipitations extrêmes »

a déclaré Horton. Il a ajouté :

 » À l’heure actuelle, les résultats d’attribution sont plus robustes pour les vagues de chaleur, les conditions changeant progressivement qui couvrent une vaste zone comme l’élévation du niveau de la mer, la température moyenne mondiale ou l’étendue de la banquise arctique. Essayer de quantifier à quel point le changement climatique a augmenté extrême les précipitations sont toujours difficiles et font l’objet d’une recherche active. »

Les modèles climatiques n’ont actuellement pas une résolution spatiale suffisamment fine pour traiter les nombreux aspects des précipitations extrêmes, en grande partie parce qu’ils manquent de puissance de calcul suffisante. En outre, ils sont limités par ce que les scientifiques ignorent encore sur les relations entre les différents composants du système atmosphérique que le changement climatique peut modifier de manière imprévisible – des processus clés qui pourraient interagir pour déclencher de nouveaux comportements à mesure que les gaz à effet de serre augmentent et que les températures augmentent.

À l’avenir, cependant, la science de l’attribution deviendra probablement plus définitive. « Tous les cinq à dix ans, nous avons plus d’années de données, nous sommes donc mieux en mesure d’estimer le risque de base, car nous parlons d’événements très rares », a déclaré Horton. « Nous aurons également de nouveaux produits de données comme les satellites qui peuvent nous aider à regarder les températures des nuages et à estimer les précipitations dans des endroits où il n’y a peut-être pas beaucoup de stations météorologiques. Mais je pense que ce qui sera encore plus important à mesure que notre puissance de calcul augmentera, ces grilles deviendront plus fines et plus petites. Nous aurons des modèles à plus haute résolution.  »

Bien que les études d’attribution soient limitées lorsqu’il s’agit de déterminer dans quelle mesure le changement climatique affecte les précipitations, l’essentiel est que le changement climatique a rendu de nombreux types d’événements extrêmes plus courants qu’ils ne l’étaient par le passé.

Et pour n’importe quelle tempête donnée, comme Ida, il existe un fort potentiel de précipitations plus abondantes car une atmosphère qui se réchauffe retient plus d’humidité. Les scientifiques sont confiants dans leurs projections selon lesquelles les événements de précipitations extrêmes sont en augmentation et qu’ils constitueront un problème croissant à l’avenir, car les tendances observées ont été si importantes dans de nombreux endroits. Mais il existe encore de grandes incertitudes quant à la gravité des extrêmes supérieurs, ce qui est essentiel pour savoir comment planifier, éviter les dommages économiques et sauver des vies.

D’autres facteurs jouent également un rôle dans la création d’une catastrophe naturelle. Selon la WWA, d’abord les conditions météorologiques. Deuxièmement, l’exposition à l’événement : combien de personnes et combien de biens se trouvent dans les zones dangereuses. Et enfin, la vulnérabilité : les attributs et les circonstances d’une population ou d’un système qui le rendent vulnérable aux impacts de l’événement.

Parfois, les analyses d’attribution constatent que les événements extrêmes n’ont pas nécessairement été exacerbés par le changement climatique, mais plutôt par l’exposition et la vulnérabilité de la population. Par exemple, alors que de plus en plus d’Américains construisent des maisons dans des zones à haut risque d’inondations et d’incendies de forêt, les dommages catastrophiques qui se produisent sont dus à une confluence de facteurs, tels que des étés plus chauds et plus secs qui augmentent le risque d’incendie de forêt ou un manque de réglementations gouvernementales pour la construction. dans les plaines inondables.

La science de l’attribution au travail

En juillet, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas ont subi des inondations catastrophiques en raison de précipitations record lors d’une tempête qui a fait 220 morts. Selon l’histoire de la région, il y avait 1 chance sur 400 qu’autant de précipitations tombent au cours d’une année donnée. Mais une analyse d’attribution de la WWA a révélé que le changement climatique induit par l’homme rendait l’événement 1,2 à 9 fois plus probable qu’il ne l’aurait été il y a 100 ans. Le réchauffement des températures a également augmenté la quantité de précipitations de 3 à 19 pour cent.

La vague de chaleur qui a frappé le nord-ouest du Pacifique en juin a entraîné des températures plus élevées que jamais enregistrées dans cette région. L’événement a été estimé à 1 sur 1000 ans et n’aurait peut-être jamais eu lieu sans le changement climatique, selon la WWA.

Le cône d’ouragan d’Ida. Crédit : Centre national des ouragans

La vague de chaleur s’est également avérée 2 degrés Celsius plus chaude qu’elle ne l’aurait été si elle s’était produite avant la révolution industrielle. Si le monde atteint 2 degrés Celsius de réchauffement climatique (il s’est actuellement réchauffé d’environ 1,1 degré Celsius mais devrait atteindre 1,5 degré Celsius d’ici 2040), ce type de vague de chaleur sur 1000 ans pourrait se produire tous les cinq à 10 ans.

Deux études d’attribution ont révélé que le changement climatique a rendu l’ouragan Harvey, qui a causé des inondations et plus de 100 morts au Texas et en Louisiane en 2017, trois fois plus probable et a augmenté les précipitations de la tempête de 15%. Contrairement à l’ouragan Ida, l’ouragan Harvey a couvert une vaste zone avec des précipitations extrêmes tombant sur une plus longue période de temps.

Carbon Brief, un site Web britannique rendant compte des derniers développements en science du climat, a cartographié plus de 350 études évaluées par des pairs sur les phénomènes météorologiques extrêmes dans le monde et analysé les tendances. Dans l’ensemble, les événements extrêmes ont augmenté au cours des 10 à 15 dernières années. 70 pour cent des 405 événements météorologiques extrêmes ont été rendus plus probables ou plus intenses par le changement climatique induit par l’homme. 92 pour cent des 122 études d’attribution des chaleurs extrêmes ont révélé que le changement climatique les rendait plus probables ou plus graves. 58 pour cent des 81 études sur les précipitations ont révélé que l’activité humaine les rendait plus probables ou intenses. Et 65 pour cent des 69 épisodes de sécheresse ont également été exacerbés par le changement climatique.

 

Comment la science de l’attribution peut-elle être utilisée autrement ?

La science de l’attribution est de plus en plus reconnue et établie pour fournir un soutien dans certains litiges juridiques. En 2020, le Sabin Center for Climate Change Law et Lamont-Doherty Earth Observatory ont créé la base de données d’attribution climatique. Il contient 385 ressources scientifiques organisées par thème : attribution au changement climatique, attribution aux événements extrêmes, attribution à l’impact et attribution à la source. La base de données aidera les scientifiques à comprendre comment la recherche d’attribution pourrait être appliquée aux lois et aux politiques, permettra aux avocats d’accéder aux dernières recherches pour étayer leurs cas et fournira aux décideurs politiques des ressources qui justifient leurs politiques climatiques. Un certain nombre d’impacts environnementaux, tels que l’élévation du niveau de la mer, la fonte du pergélisol ou du manteau neigeux, la chaleur extrême et l’acidification des océans peuvent être attribués en toute confiance au changement climatique. Et une fois qu’il a été déterminé qu’un impact est influencé par le changement climatique, il est possible de déterminer la proportion à attribuer à une source spécifique d’émissions.

Lindene Patton, partenaire de Earth & Water Law, a déclaré à E&E News :

« Quand la science change, quand un ensemble de connaissances auquel un professionnel responsable est censé suivre, comprendre et prêter attention, quand cela change, cela change ce qu’ils doivent faire pour protéger les gens. Cela change la norme de soins. »

La science de l’attribution peut ainsi potentiellement être utilisée pour défendre des réglementations climatiques contestées comme étant trop strictes ou pour établir une qualité pour agir en montrant que certaines parties ont été lésées par les impacts du changement climatique. Cela peut aider à tenir les émetteurs responsables et à poursuivre les gouvernements pour ne pas suffisamment réglementer les émissions de gaz à effet de serre. Selon Michael Burger, directeur exécutif du Sabin Center for Climate Change Law de l’Université de Columbia, un tribunal néerlandais a ordonné à Shell de réduire de 45 % les émissions de gaz à effet de serre associées à la combustion de ses combustibles fossiles d’ici 2030, en utilisant une forme d’« attribution de source . » Et les PhilippinesLa Commission des droits de l’homme a déterminé que les entreprises de combustibles fossiles ont la responsabilité, en vertu d’une loi philippine sur les droits de l’homme, de réduire les émissions résultant de leurs produits et services. Cependant, à ce jour, aucune compagnie d’énergie fossile ou d’électricité n’a été tenue pour responsable de dommages liés au climat sur la base d’un événement extrême ou d’un changement progressif des conditions environnementales. Mais comme la science de l’attribution permet de quantifier les risques accrus, cela entraînera probablement davantage de poursuites à l’avenir.

La science de l’attribution pourrait également être utilisée pour aider les gouvernements à déterminer le bon niveau pour un plafond d’émissions ou une taxe sur le carbone, et pourrait même éventuellement être utilisée pour prédire des événements extrêmes.

« Déjà, nous voyons des études d’attribution menées avant même qu’un événement ne se produise »,

a déclaré Horton.

« Disons qu’il y a un ouragan dans l’Atlantique tropical. Vous voyez ce cône d’incertitude quant à l’endroit où cette tempête pourrait aller dans une semaine ou 10 jours. Les gens peuvent lier ces prédictions à court terme à des modèles qui nous donnent le monde contrefactuel sans réchauffement par rapport au monde d’aujourd’hui, de sorte qu’avant même l’arrivée de la tempête, il existe une estimation de la probabilité que vous ayez cet événement. « 

Étant donné que l’avenir est susceptible d’apporter des conditions météorologiques et des impacts extrêmes dans des zones qui n’ont pas connu d’événements aussi fréquents ou intenses dans le passé, la science de l’attribution pourrait également contribuer à l’ adaptation au climat . Par exemple, les villes pourraient décider d’installer plus d’infrastructures vertes pour absorber une augmentation prévue des eaux pluviales. Ou si une zone est consciente que des événements météorologiques plus extrêmes se produiront probablement à l’avenir, les résidents pourraient être persuadés de déménager plutôt que de reconstruire.

La science de l’attribution fournit de nouvelles perspectives sur les impacts du changement climatique . En tant que tel, il a un grand potentiel en tant qu’outil pour aider à éduquer, préparer et influencer les communautés mondiales face aux impacts d’un monde en réchauffement.

 » Mon sentiment personnel à propos de la science de l’attribution, a déclaré Horton, est qu’il s’agit moins d’une révolution dans notre compréhension que d’une révolution dans la façon dont nous appliquons les connaissances pour attribuer le blâme et répartir la responsabilité, et peut-être plus important encore, pour informer et motiver les communautés et parties prenantes à prendre des mesures. « 


Plus :

La science de l’attribution dit que le changement climatique est responsable de certains événements météorologiques extrêmes


18 réponses à “La fréquence d’un évènement change ? Aucun doute le RCA y est pour quelque chose !”

  1. On n’est jamais à court d’imagination pour prouver ce que l’on croit ! Et c’est « scientifique »

  2. Bernnard (#1),
    Merci pour la traduction. En fait je n’avais pas lu l’article jusqu’au bout … et la fin (en particulier la conclusion) fait vraiment peur !
    D’après ces gens là, cette théorie permet une attribution aux GES de toute catastrophe (seuls les GES sont analysés comme cause possible, même s’ils reconnaissent que d’autres causes qu’ils ne savent pas évaluer peuvent contribuer … en utilisant des outils qui ne permettent même pas une prévision fiable sur une dizaine de jours !) et cela dans le but de faire condamner n’importe quel « ennemi » devant les tribunaux !

    Pour rappel, aux USA, les juges sont élus … donc au tribunal vous pouvez vous trouver face à un juge élu ouvertement activiste écolo et qui tient à le montrer ! Liens: L’Oiseau moqueur 1, L’Oiseau moqueur 2, L’Oiseau moqueur 3 (il faut lire aussi les 2 derniers articles qui parlent du financement des campagnes électorales des juges)

  3. Le raisonnement se tient, mais comme tout modèle, il est facile de se tromper, surtout si on ne prend pas tous les paramètres en considération. Et dire qu’un événement ne se serait pas produit sans influence humaine, je dois avouer que cette assertion me gêne un peu aux entournures et je suis curieux de savoir comment ils peuvent prouver cela.

  4. Pour résumer : hypothèse et modélisation, projection (rappel glossaire GIEC: toute description du futur et du chemin qui y mène, donc une narrative) et justice à charge. Il ne manque plus que la réglementation…
    Quoi de neuf ?

  5. Réchauffement climatique : La montée du niveau des mers se poursuivra pendant plusieurs siècles, selon une étude scientifique
    INONDATIONS Plusieurs grandes villes et un demi-milliard de personnes seraient affectés
    Neuf mégapoles asiatiques menacées
    Un demi-milliard de personnes au minimum serait concerné par cette hausse directe du niveau de la mer et les inondations engendrées mais aussi plus vulnérables aux tempêtes. L’Asie, qui compte neuf des dix mégapoles à plus haut risque, sera la plus durement frappée.

    « Le combat peut presque sembler perdu d’avance. La limite de 1,5 degré inscrite dans l’Accord de Paris et que les pays du monde entier vont essayer de maintenir au sommet COP26 de Glasgow le mois prochain se traduit par une montée des eaux de près de trois mètres sur le long terme. « A Glasgow et jusqu’à la fin de cette décennie nous avons la possibilité soit d’aider les cent prochaines générations, soit de les trahir », conclut Ben Strauss. »

    https://www.20minutes.fr/planete/3146415-20211012-rechauffement-climatique-montee-niveau-mers-poursuivra-pendant-plusieurs-siecles-selon-etude-scientifique

  6. Depuis le temps que c’est annoncé, les Pays-Bas auraient déjà disparu de la surface.

  7. Daniel (#7),
    Parlons français : « on » (qui est-ce ?) n’a rien promis aux générations futures, donc il est difficile de dire que nous les trahissons.
    « 3 mètres sur le long terme » : c’est précis ça, le long terme : 1000 ans ? Ce monsieur semble ignorant de l’histoire. En 1000 ans, je doute que les mégalopoles d’aujourd’hui soient toujours là.
    En fait rien qui n’ait déjà été annoncé ces 30 dernières années.
    Comment les gens ne prennent pas ces écolos-prophètes pour des guignols ? On nous a dit que l’accord de Paris allait sauver le monde. Maintenant on nous dit que l’accord de Paris ce sera 3 mètres d’eau en plus et donc que cela ne va pas.

  8. Demokratia (#11), Bin oui, 2100 n’a jamais été l’année de l’Armageddon, finale et définitive, de la plage entre la mer et la terre. Ce n’est qu’une borne, un chiffre rond. Et évidemment en 2101, à l’instar des Shadock, la mer continue de monter, les températures itou, etc…

    Comme il est dit dans ce reportage de 1989 sur la montée des eaux : « [nombreuses] illustrations de catastrophe naturelles » pour montrer que (forcément) le changement sera chaotique et dantesque. A aucun moment, aucun expert ne semble accepter l’idée que de bons cotés climatiques sont possibles, ou un équilibrage en réaction au supposé effet du CO2.
    Hé oui, en 1989, l’émotion déjà menait le journalisme de France Public !

  9. Il faut lire l’album d’Astérix « Le Devin ». Toute personne normale rigole en lisant cela, devant la niaiserie des villageois qui croient n’importe quoi. Mais ce même public ne se rend pas du tout compte que notre situation aujourd’hui est exactement la même et qu’ils sont eux-mêmes sujets à ces mêmes travers.
    La différence, et qui n’est pas pour la gloire de la science, c’est que l’on a remplacé « devin » par « scientifique ». Quelle tristesse.

  10. Demokratia (#14),
    C’est exactement à cet album que je pense à chaque fois quand on me parle de dérèglement climatique. « Après la pluie le beau temps ».

  11. Murps (#13),
    Il ne manque plus qu’à créer un impôt « manque de vent », comme en 1976 avec la sécheresse et le manque d’eau. yes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *