Bulletin des climato-réalistes n° 90

– Conférence avec John Christy et Laurent Alexandre à Paris le lundi 6 mai 2019

– L’Etat français assigné pour « inaction climatique »

SOIRÉE CLIMATO-RÉALISTE LUNDI 6 MAI

L’association des climato-réalistes organise une soirée de conférences lundi 6 mai à Paris de 18h30 à 21h30, avec des exposés de John Christy et Laurent Alexandre.

John Christy est climatologue à l’université d’Alabama à Huntsville. Il a conçu et développé les mesures satellitaires de température de la Terre qui sont l’un des éléments-clé pour la quantification des évolutions climatiques récentes, ce qui lui a valu la prestigieuse médaille de la NASA pour réalisation scientifique exceptionnelle.

John Christy vient d’être nommé conseiller scientifique de l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Laurent Alexandre est chirurgien, essayiste et entrepreneur. Engagé sur diverses questions sociétales et de prospectives, il est chroniqueur dans de multiples médias, notamment L’Express — voir ici pour sa dernière chronique, intitulée « les Verts vont mettre nos enfants sous Prozac ».

La conférence aura lieu Espace Grenelle, 84 rue de Grenelle à Paris 7ème. Les modalités d’inscription vous seront précisées ultérieurement.

ÊTES-VOUS PRÊTS POUR LA FIN DU MONDE ?

La « marche du siècle » pour le climat du 15 mars dernier aurait, selon ses organisateurs, rassemblé 450 000 jeunes en France. C’est peu rapporté aux près de quinze millions d’écoliers, collégiens, lycéens et étudiants du pays, mais c’est aussi beaucoup et inquiétant, car, comme se le demande Michel Negynas, « quand toute une génération se soulève contre la génération d’avant, et cela à l’échelon mondial, comment cela peut il finir ? ».

Dans une interview pour Atantico, Ferghane Azihari et Benoît Rittaud notent que ce mouvement n’aurait pas pris autant d’ampleur si la jeunesse n’était pas matraquée depuis longtemps de discours catastrophistes. À cause de celui-ci, la jeunesse est portée à manifester son anxiété en reproduisant le discours mortifère qui leur est martelé, comme Benoît Rittaud l’explique dans une vidéo.

La rhétorique apocalyptique tournant désormais en boucle, aucune référence au réel n’est plus nécessaire. Le récit d’un environnement en état perpétuel de dégradation est accepté sans aucune réserve, et « les alarmes sur tel ou tel phénomène soi-disant « inédit  » ne relèvent pas de l’exposition objective de la situation climatique mais d’une stratégie de communication », ajoute Benoît Rittaud dans une tribune.

L’ÉTAT FRANÇAIS ASSIGNÉ POUR « INACTION CLIMATIQUE »

Savamment orchestré par la pétition « l’Affaire du siècle », quatre ONG ont déposé un recours devant le tribunal administratif de Paris, demandant au juge de reconnaître les  «manquements » de l’État et « d’enjoindre le Gouvernement d’y mettre un terme ». L’État accusé de ne pas en faire assez, alors qu’il est patent qu’il en fait déjà trop, comme pour la taxe carbone ? Et qu’il se prépare à en faire davantage, comme la multiplication par 2,5 des capacités d’éoliennes terrestres prévues par la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) ? Une accusation surréaliste, d’autant que ces actions coûteuses ne changeront rien au climat, comme l’explique Rémy Prud’homme.

Voici donc le gouvernement acculé à surseoir à la présentation du projet de loi sur la PPE afin de renforcer  « l’ambition du texte » . Car l’objectif de « neutralité carbone » en 2050 qui a subrepticement remplacé dans le texte la division par quatre des émissions, n’a pas eu l’heur de plaire au Conseil économique social et environnemental, qui a retoqué le projet et enjoint le Gouvernement à préciser « noir sur blanc » ses objectifs de baisse des émissions.

D’ici 2050, la France doit-elle diviser ses rejets de CO2 par 4, par 6 ou par 8 ? ironise Rémy Prud’homme. Dans un article intitulé « CO2 : Byzance, ou le diviseur qui divise », il montre que la division par 4 des émissions françaises entraînerait une réduction de l’augmentation des températures de 10 dix-millièmes de degré, une division par 6 de 11 dix-millièmes  et une division par 8 de 12 dix-millièmes.

LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE NE SERA PAS LE CONTE DE FÉES PROMIS PAR L’ADEME

Les conséquences du dérèglement climatiques sont largement mises en scène, mais on parle moins de celles qu’auraient les réductions massives de nos émissions sur le niveau de vie des français. Passons sur les calculs de l’ADEME qui, après avoir affirmé qu’un mix électrique « 100% renouvelable » en 2050 était possible, prétend dans une nouvelle étude démontrer que le déploiement massif des énergies renouvelables dans l’Hexagone aurait un impact positif sur la croissance, l’emploi et le pouvoir d’achat des ménages.

Jean Pisani-Ferry promet du sang et des larmes : il estime que la transition vers une économie neutre en carbone exigera des sacrifices, et que ce sont les plus vulnérables qui seront les plus touchés. On est loin, nous-dit-il, du scénario selon lequel nos concitoyens « pourraient continuer à consommer et à voyager comme à leur habitude. Ils sont sans doute disposés à manger un peu moins de viande et à utiliser des voitures moins gourmandes en carburant, mais à condition que leur pouvoir d’achat n’en soit pas affecté. »

LES LIBRES PENSEURS CONTRE LA DOXA CLIMATIQUE

 « L’humanité ne se pose jamais que des problèmes qu’elle est capable de résoudre » a écrit Karl Marx. Or c’est l’inverse qui se produit aujourd’hui : l’humanité cherche à résoudre un problème qui éventuellement n’existe pas et qui n’a pas de  solution dans un cadre démocratique. Saluons donc la Fédération nationale de la libre pensée, qui vient de publier un communiqué lucide sur la situation (commenté ici par Benoît Rittaud), dont voici un extrait :

Seule la totale liberté de recherche sans pression, l’arrêt des politiques de réduction des crédits de recherche et de mises en concurrence dans le cadre des appels d’offres cadrés et orientés pourra donner un souffle nouveau pour comprendre la réalité et trouver les solutions quand problème il y a, bien loin des buzz, du business vert et des opérations médiatiques.

Ce communiqué courageux et lucide a bien évidemment valu à ses auteurs de multiples réactions effarouchées. La Fédération a donc publié un second communiqué où tout en affirmant son « agnosticisme » en matière de climat défend la liberté pour les scientifiques « hétérodoxes » à remettre en cause la théorie dominante :

La Libre Pensée…défend la liberté, y compris pour un scientifique, de remettre en cause le discours de son collègue, ce qui, dans la climatologie actuelle, n’est pas possible, du fait des pressions politiques.

27 Comments     Poster votre commentaire »

1.  Usbek | 25/03/2019 @ 19:20 Répondre à ce commentaire

Bulletin n°90 en ligne

2.  AntonioSan | 25/03/2019 @ 21:41 Répondre à ce commentaire

La transition energetique est simplement l’etablissement d’une economie de guerre.

3.  Murps | 26/03/2019 @ 0:16 Répondre à ce commentaire

Encore un beau bulletin.
J’aime beaucoup le

l’humanité cherche à résoudre un problème qui éventuellement n’existe pas et qui n’a pas de solution dans un cadre démocratique

Seul le terme « éventuellement » semble de trop, pour le reste je signe des deux mains.

4.  Marco40 | 26/03/2019 @ 7:37 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#2), C’est déjà en cours : pour économiser la facture d’éclairage public, de plus en plus de communes éteignent ces éclairages en prétextant de la lutte contre la « pollution lumineuse ».
Idem pour les bords des routes : je vois de plus en plus souvent des panneaux qui justifient le non fauchage par des « fauchages raisonnés »…..
A cela vous ajoutez toutes ces « recommandations » et enquêtes médiatiques contre le gaspillage, les économies qu’il faut faire à tout prix…
Bientôt les tickets de rationnement?

6.  micfa | 28/03/2019 @ 18:14 Répondre à ce commentaire

Dans l’industrie automobile, des gens vont perdre leur emploi à cause de la transition énergétique, alors que leurs enfants ont manifesté pour le climat, c’est à dire pour que l’état la mette en place. Les repas risquent d’être animés dans les chaumières. laugh

7.  pastilleverte | 30/03/2019 @ 16:56 Répondre à ce commentaire

Marco40 (#4),
Cela dit, la « pollution lumineuse » existe bien dans pas mal de villes, AMHA

8.  amike | 2/04/2019 @ 14:22 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#7), La pollution lumineuse a un avantage : elle se voit, elle n’est pas chère à résoudre et on peut le faire savoir.
Par contre, la pollution humide – le réseau d’assainissement urbain – présente moins d’urgence : ça ne se voit pas, c’est cher, et ça ennuie tout le monde …

9.  pastilleverte | 6/04/2019 @ 14:51 Répondre à ce commentaire

amike (#8),
Remarque bien « sentie » !

10.  Jojobargeot | 7/04/2019 @ 14:01 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#9), Imaginez tous les $ claqués en pure perte qui auraient été investis plus durablement dans l’assainissement et ce que l’on appelle la mise en séparatif des eaux claires et des eaux dites usées en vue de leur traitement optimal.
Avec le retour d’expérience, ça vaut vraiment le coup, mais c’est très cher.

11.  yvesdemars | 11/04/2019 @ 15:06 Répondre à ce commentaire

Murps (#3),

et si on remplace éventuellement par probablement …. ce qui correspond à mon opinion ….

12.  the fritz | 14/04/2019 @ 21:04 Répondre à ce commentaire

Message de Jean Louis Butré que je ne peux pas m’empêcher de mettre en ligne
Bonjour à tous
>
Greenpeace a maintenant tous les pouvoirs
>

Publié par France info hier

« La République des pollueurs doit être paralysée » : des ONG appellent à la désobéissance civile pour le climat
> https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/tribune-la-republique-des-pollueurs-doit-etre-paralysee-des-ong-appellent-a-la-desobeissance-civile-pour-le-climat_3274159.html#xtor=CS2-765-%5Bautres%5D-
>
> Le journal Contrepoints a mis en ligne hier soir l’article que je leur avais immédiatement adressé pour réagir (*)
> « Emmanuel Macron otage du climat »
> https://www.contrepoints.org/2019/04/12/341456-emmanuel-macron-otage-du-climat
>
> Ce matin Greenpeace dénigre violemment l’EPR de Flamanville ,
> « epr-de-flamanville-le-chantier-n-a-plus-de-sens-il-faut-arreter-les-frais »
> https://www.francetvinfo.fr/societe/nucleaire/epr-de-flamanville-le-chantier-n-a-plus-de-sens-il-faut-arreter-les-frais_3308285.html#xtor=CS2-765-%5Bautres%5D-
>
> Mon analyse:
>

Il s’agit en réalité d’une attaque internationale contre la France qui a pour but la destruction et le dépeçage de son industrie énergétique. Greenpeace (Une ONG à double fond) n’est que l’un des pivots de cette attaque. Il est même possible que l’industrie des énergies renouvelables et leurs syndicats internationaux (dont le puissant lobby de l’éolien) jouent un rôle.
>
> Un plan national de sauvetage des filière énergétiques de la France est devenu critique
> ( La vente en cours de la filière hydraulique et des barrages ne fait que renforcer cette analyse)
>
> – L’industrie nucléaire de la France est ridiculisée jour après jour à la face du monde. Elle est dans le coma.

– Les organisations de contrôle de cette filière sont soit disant indépendantes. Elles doivent être libérées de leurs idéologues qui ne sont probablement là que pour la bloquer méthodiquement par des normes irréalistes et inaccessibles comme à Flamanville.

– EDF va faire virtuellement faillite et ne sera maintenu en survie que pas des hausses insupportables du prix de l’électricité pour les consommateurs. Le nucléaire est le coupable idéal. L’exemple criant est Flamanville..

– Les dirigeants actuels d’EDF, société publique stratégique pour notre pays, doivent être changés. Ils n’ont pas défendus leur entreprise et ni même eu le courage de venir s’exprimer une seule fois devant les médias.

– L’arrêt des palabres publiques sur la programmation pluriannuelle de l’électricité ( PPE) est urgent, ainsi que les consultations nationales truquées, les débats citoyens irréalistes ou les plus incompétents font la loi. Il faut voir la vérité en face, aujourd’hui ce sont les « ONG vertes comme de la décroissance » Greenpeace qui détiennent les clés du pouvoir. Elles contrôlent les médias et le ministère de « l’environnement ».

– Le domaine de L’énergie doit être « libéré », sorti immédiatement de ce ministère et transféré vers celui de l’économie.

– La refonte et l’allègement du ministère de l’environnement et de l’ADEME sont devenus indispensables. Il n’est plus concevable d’y héberger et de financer ceux qui ne sont là que pour détruire l’industrie de la France.

– Une action de défense concertée des industriels français dans tous les domaines (des multinationales, aux PME) est urgente. La compétitivité de leurs entreprise est en danger.

– Une déclaration publique et solennelle du président République sur l’énergie est nécessaire. L’avenir du nucléaire doit être la clé de voute. Il doit mettre les députés de la majorité devant leurs responsabilités et leur demander de sauver notre pays d’un effondrement programmé . S’il ne le fait pas, ceux-ci, anesthésies par les sirènes des ONG, basculeront (si ce n’est pas déjà fait) vers la décroissance « verte et joyeuse », dans un climat frais et radieux, qui se traduira pas des mouvement sociaux totalement incontrôlables et qui conduira la France au mieux au moyen âge, au pire à celui des cavernes.
>

Cordialement
>

JLB

13.  Murps | 14/04/2019 @ 23:32 Répondre à ce commentaire

the fritz (#12), excellente analyse.
Je signe des deux mains, sauf pour l’Ademe qu’il faut supprimer et non « alléger ».
La remarque sur les dirigeants d’EdF qu’on entends jamais s’exprimer est tout à fait pertinente. En fait ils sont nommés en conseil des ministres et ne sont que des exécutants même avec leurs gros salaires. A la limite j’ai plus de liberté de parole qu’eux avec mon statut de petit fonctionnaire.
Les patrons des boites privées comme Carlos Tavares, eux ne se gênent pas pour dire les quatre vérités.

14.  Murps | 14/04/2019 @ 23:39 Répondre à ce commentaire

Les sites des ong signataires de l’appel à une « grande action de désobéissance civile non violente » sont surprenants : on a affaire à des fous dangereux…
350.org
AEFJN
ANV-COP21
Enseignant.e.s pour la planète
Extinction Rébellion France
Greenpeace France
Il est encore temps
~ le mouvement
Les Amis de la Terre France
Les Désobéissants
Sciences citoyennes
Unis pour le climat
Youth For Climate France
ZEA

15.  scaletrans | 15/04/2019 @ 8:45 Répondre à ce commentaire

Il faudrait trouver le moyen de réunir un groupe de scientifiques pour signer une lettre ouverte de mise en garde envers cette attaque incontestable contre l’indépendance et la sécurité énergétique du pays. Ne serait-il pas opportun aussi d’essayer de contacter des personnes des G J,en vue mais de bonne foi…, pour leur démontrer la dangerosité et la perversité des projets escrologistes en ce qui concerne leur facture d’électricité, laquelle augmente déjà depuis plusieurs années à cause des « escroqueries en bandes organisées » que sont les énergies intermittentes ?

16.  Bernnard | 15/04/2019 @ 9:18 Répondre à ce commentaire

Murps (#14),

…. civile non violente..

La non-violence ? Je demande à voir ! C’est ce qui les perdra ! Il ont la volonté d’éliminer ou de faire taire définitivement ceux qui n’adhèrent pas à leurs croyance en utilisant tous les moyens avouables et inavouables.
En ce moment, nous sommes sous un feu nourrit de désinformation (fakes-new officielles) et de propagande

17.  the fritz | 15/04/2019 @ 11:28 Répondre à ce commentaire

Murps (#13),

Mon analyse:

Vous aurez compris; c’est pas mon analyse , c’est celle Jean Louis Butré smile

18.  the fritz | 15/04/2019 @ 11:58 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#16),
Il me semble qu’on ne compte plus les opérations violentes contre centrales nucléaires , forages et installations pétrolières à travers le monde par ces décroissants

19.  Cyril | 15/04/2019 @ 12:39 Répondre à ce commentaire

the fritz (#12),
ça fait longtemps que je pense aussi que les dirigeants successifs d’EDF auraient dus démissionner quand on voit ce que l’état les oblige à accepter. Leur mission est de défendre l’approvisionnement électrique de la France, la stabilité du réseau, et leurs clients que nous sommes.
Et non pas de nous imposer des hausses de tarifs dus à des orientations ruineuses.

20.  papijo | 15/04/2019 @ 19:52 Répondre à ce commentaire

Cyril (#19),

les dirigeants successifs d’EDF auraient dus démissionner quand on voit ce que l’état les oblige à accepter

Vous prêtez de bien grandes vertus aux dirigeants de nos entreprises … En fait, s’ils sont arrivés à ces postes, ce n’est certainement pas pour leurs vertus morales, c’est d’abord en éliminant tout concurrent potentiel prêt à prendre leur place, et évidemment en étant prêts à avaler toutes les couleuvres qu’on leur demandera d’avaler (s’ils ont des salaires mirobolants, c’est bien pour çà !).

Un exemple, H Proglio qui, PDG de Véolia, ne se privait pas pour se moquer en interne de la folie des ENRs, et qui devenu PDG d’EDF a fait … comme on lui a dit de faire et a bénéficié pour cela d’un salaire à la hauteur de sa soumission (NB: il n’a pas entièrement réussi à éliminer ses adversaires: il comptait être PDG à la fois de Véolia et EDF, mais … ça n’a pas marché, il a été remplacé chez Véolia par un de ses ex-adjoints !)

21.  andqui | 15/04/2019 @ 22:24 Répondre à ce commentaire

papijo (#20), Je vous suggère de mettre un gilet jaune et de vous rendre sur le plus proche rond-point; vous y rencontrerez des gens ayant la même hauteur de vue que vous .

22.  Murps | 15/04/2019 @ 22:38 Répondre à ce commentaire

the fritz (#17), javécompri…
laugh
papijo (#20), non, papijo a bien analysé le problème. Le patron d’edf est nommé en conseil de ministre, non ?

Il (le patron) fait ce qu’on lui demande, en particulier fermer des centrales nucléaires et planter des moulins à vent et des panneaux solaires, ne pas augmenter le prix de l’électricité mais augmenter la CSPE… Et il a intérêt à fermer sa gu… il est payé pour cela, pas pour produire du kWh bon marché.
Cette magnifique boîte bien pensée techniquement et stratégiquement a été massacrée par les politiques depuis vingt ans au profit de quelques carrières politiques personnelles.
A vomir.

23.  papijo | 16/04/2019 @ 9:11 Répondre à ce commentaire

andqui (#21),
Tiens, cet article de Libé sur le même personnage, il a une hauteur de vue moins haute ou plus basse que moi ?
On ne devient pas « grand » patron en allant à la messe chaque dimanche et en distribuant son argent aux pauvres !

24.  papijo | 17/04/2019 @ 18:13 Répondre à ce commentaire

papijo (#23),
Et s’il n’y avait que les patrons d’EDF …

Voir cet article de Boursorama

25.  pastilleverte | 18/04/2019 @ 9:47 Répondre à ce commentaire

Lu récemment : « Macron va recevoir Marion Cotillard et Cyril Dion, pour parler… du Climat ».
Je n’ai rien contre ces « braves » gens, mais si ce sont les seuls autorités scientifiques sur la question du « climat » (qui ne veut plus rien dire, ou plutôt qui parle de « tout »), on est mal barrés.
Dommage que Leonardo di Caprio soit américain, sinon il aurait été également invité
Cela dit, quand on voit/entend les arguments « scientifiques » de JJouz ou d’autres sur LE sujet (dont il ne faudrait plus dire le nom de peur d’être immédiatement réduit en cendres), pourquoi pas Marion, excellente comédienne au demeurant.

26.  Murps | 18/04/2019 @ 19:07 Répondre à ce commentaire

pastilleverte (#25), cet engagement des artistes vers la politique est une tradition depuis la guerre froide.
Montand et Signoret ont été fervents communistes.
Avec l’effondrement du bloc de l’est, le RCA est la nouvelle marotte du showbiz…

27.  Marco40 | 19/04/2019 @ 5:33 Répondre à ce commentaire

Murps (#26), Oui, le schéma est le même.
Mais faut-il s’étonner d’un pays qui n’a toujours pas fait son autocritique sur ces trop nombreuses années où une grande partie de la population, notamment les élites et les personnalités, glorifiaient une idéologie criminelle? Le son de la chute du mur de Berlin, comme le nuage de Tchernobyl, s’est arrêté à nos frontières.