Controverses sur le calme plat du soleil.


(Un nouvel article de Vinety)

Le 24 avril 2009, sur Icecap, paraissent deux articles contradictoires et controversés sur le calme solaire : un article de Pollack Ghosh, correspondant scientifique de la BBC News et un autre de Pierre Corbyn de WeatherAction.

Les deux auteurs parlent du soleil qui actuellement est d'un calme plat, ce qui intrigue les astronomes du monde entier.

Selon le premier article, le professeur Mike Lockwood, de l'université de Southampton, affirme que ce calme, qui historiquement a été annonciateur de périodes froides, ne peut atténuer la hausse de température actuelle, attribuée à la combustion de carburants fossiles, qui augmente la teneur en CO2 atmosphérique et qui déclenche le réchauffement climatique (RCA).

Cependant, Piers Corbyn, prévisionniste météo à long terme, affirme le contraire, compte tenu du refroidissement qui est survenu lors de la moitié du 17e siècle, où une période très tranquille, connue sous le nom  du "Minimum de Mauder", a mené à une mini âge glaciaire qui a duré 70 ans. Lui prévoit que la planète va continuer à se refroidir jusqu'en 2030.

Qui a raison, Mike Lockwwood, conseiller scientifique du Royaume Uni ou Piers Corbyn de WeatherAction, spécialiste en prédictions météorologiques à long terme ?

Pour se faire une idée, il suffit de lire les deux articles contradictoires ci-dessous…

1-Le calme du soleil intrigue les astronomes.

Par Pallab Ghosh, correspondant scientifique, BBC News

L'activité du soleil est à son plus bas niveau depuis presque un siècle.

Il n'y a pas de taches solaires et très peu d'éruptions. Notre plus proche étoile est des plus tranquilles, et cela, depuis une très longtemps. Les observations intriguent les astronomes, qui s'appêtent à étudier les nouvelles photos du soleil, prises de l'espace lors de la Conférence Nationale d'Astronomie du Royaume Uni.

Le soleil passe normalement par des cycles d'activité de 11 ans. Au maximum du cycle, il est tellement actif que son atmosphère bouillante crache des langues de feu et des bulles de gaz extrêmement chaudes de la grosseur d'une planète. S'en suit une période plus calme. L'année passée, on s'attendait à ce qu'il redevienne plus actif, après une période calme. Mais à la place, les vents solaires sont les plus bas depuis 50 ans, ses émissions radios, les plus basses depuis 55 ans et l'activités de ses taches, la plus basse depuis 100 ans.

Selon la professeur Louise Hara de l'University College de Londres, il n'est pas clair pourquoi cela arrive et on ne sait quand le soleil redeviendra plus actif.

Les taches solaires pouvaient être vues en 2001 avec le télescope Soho, mais pas cette année.
Taches solaires visibles en 2001 (gauche) mais pas cette
année (droite) par le télescope Soho

"Il n'y a aucun signe annonciateur d'un prochain changement", dit- elle à BBC News.

"En ce moment, il y a des informations scientifiques qui suggèrent que nous serons bientôt dans une période d'activité normale."

"D'autres suggèrent que nous allons vers une autre période d'activité minimale. Actuellement, c'est un grand débat scientifique."

Lors de la moitié du 17e siècle, une période très calme connue sous le nom de "Minimum de Mauder"qui a duré 70 ans, a mené à un mini âge glaciaire. Ce qui a amené certaines personnes à suggérer qu'une période de froid similaire pourrait compenser les impacts du changement climatique actuel. Selon le professeur Mike Lockwood de l'université de Southampton, cette vision est quelque peu simpliste. "Je souhaite que le soleil vienne à notre aide, mais malheureusement les données montrent que ce n'est pas le cas", dit-il.

Le professeur Lockwood est l'un des premiers chercheurs à avoir montré que l'activité solaire a graduellement diminué depuis 1985, même si depuis la température a continué à augmenter. "Si vous regardez attentivement les observations, il est assez clair que le niveau d'activité sous-jacent du soleil a atteint un sommet en 1985 et ce qu'on voit est la poursuite de la tendance vers une baisse (de l'activité solaire), qui se manisfeste depuis deux ou trois décennies. Si l’affaiblissement du soleil devait avoir un effet refroidissant, nous l’aurions vu."

Point d'équilibre ?

Les preuves par les cernes d'arbres et les carottes de glace nous suggèrent que le soleil est dans une phase de calme plat, suite à une grande activité. Le professeur Lockwood croit que de même qu'existent les cycles de 11 ans de l'activité solaire, il y a un autre niveau d'oscillation sous-jacent, qui lui, dure plusieurs siècles. Il suggère que l'année 1985 correspond au "grand maximum" de ce long cycle et le "Minimum de Maunder" à son point le plus bas.

"Nous revenons dans une période de moyenne activité, après les 10% du temps où le soleil a été à son maximum" explique le professeur Lockwood. "Nous pouvons nous attendre à ce que cette période dure plus de 100 ans avant redescendre au niveau du Minimum de Maunder". Il ajoute que le léger affaiblissement actuel du soleil ne va pas renverser la hausse globale de la température due à la combustion de carburants fossiles.

"Ce que nous voyons est cohérent avec la hausse de température mondiale : le soleil ne peut pas nous aider".

Les données du GIEC montrent que la température moyenne mondiale a monté de 0.7 °C depuis le début de 20e siècle. Et ses projections montrent une poursuite du réchauffement, avec des hausses de températures prévues entre 1.8°C et 4°C à la fin du siècle.

Personne ne connaît le fonctionnement des cycles centenaires de déclin et de croissance de l'activité solaire. Selon le professeur Richard Harrison du Rutherford Appleton Laboratory d'Oxfordshire, la période actuelle de calme solaire est une opportunité unique pour les astronomes. "C'est très excitant, parce que, en tant qu'astronomes, nous n'avons jamais rien vu de tel depuis que nous sommes nés". Il y a des satelittes qui étudient le soleil avec des détails phénoménaux. Avec ces télescopes, nous pouvons étudier cette activité minimale alors qu'il était impossible de le faire auparavant.

Source, traduction par Vinety.

—————————————————————–

2 . Un astrophysicien accuse la BBC et les apôtres du RCA  de dissimuler le refroidissement.

"Les données officielles montrent qu'il y dix ans, la planète est passée par un maximum de température mais malheureusement, la BBC et les apôtres du RCA essaient de cacher ces faits", affirme Piers Corbyn, un "réaliste du climat", astrophysicien, prévisionniste climat et météo à long terme, en réaction, le 24 avril 2009, au rapport suivant "Le calme du Soleil intrigue les astronomes" (voir l'article ci-dessus).

Par Piers Corbyn

"La BBC et le professeur Lockwood de l'université de Southampton, déforment les faits en tentant de cacher le rôle central que joue le soleil dans le contrôle de la température terrestre.

"Ils font l'affirmation ignare et tendancieuse que "le léger affaiblissement actuel du soleil n'inversera pas la hausse de la température globale causée par la combustion de carburants fossiles". Ceci est une triple confusion, car (1) la planète continue de se refroidir malgré la hausse du CO2 atmosphérique ; (2) il n'y a aucune preuve que la combustion de carburants fossiles n'ait, ni ne fera jamais monter la température de la planète et (3) des scientifiques du soleil réputés et bien informés savent que l'influence du soleil sur la Terre ne se résume pas à ses variations d'intensité lumineuse."

"Il apparaît que la BBC et le professeur Lockwood espèrent persuader le public que la combustion du charbon gouverne le climat en nous racontant qu'une théorie discréditée – l'affaiblissement du soleil – ne marche pas. Cette approche est malhonnête. C'est incroyable qu'un  argument aussi bizarre que "ce n'est pas un chien, donc ce doit être un chat" puisse émaner d'un membre du Conseil de rRcherche sur l'Environnement Naturel du R.U.

"Il est bien connu que la température mondiale suit en premier lieu le cycle magnétique solaire de 22 ans, donc en toute logique, la moitié du temps, la température va changer dans le sens opposé à celui des variations de faible intensité du cycle de 11 ans. Ce fait a été rappelé au professeur Lockwood à maintes reprises, mais là encore, il persiste recycler cette vieille histoire. Avec le leadership de scientifiques de  ce calibre, quel espoir le Royaume Uni a-t-il de se sortir d'une récession par des investissements sains dans la science et la technologie ?"

"Les dernières avancées sur l'étude de la relation Soleil-Terre montrent non seulement l'importance primordiale des liens magnétique et particulaire entre le soleil et la terre mais aussi que ces liens sont modulés par l'effet lunaire qui génère le cycle de 60 ans observé tout aussi bien sur la température mondiale que celle des États-Unis. Ce qui veut dire que la planète va continuer à se refroidir jusqu'en 2030. Aucun des cycles de 60 ans, ni de ceux de 22 ans, ni aucune fluctuation des températures mondiales depuis les derniers 100 ans, 1000 ans ou des millions d'années ne peuvent être expliqués par les changements de la concentration atmosphérique en CO2. De plus, les progrès dans la compréhension de l'activité des particules et du magnétisme dans la relation Soleil-Terre ont permis de prédire avec succès des phénomènes météo dangereux et des changements climatiques des mois et des années à  l'avance ; alors que les prédictions basées sur la théorie du CO2 ont échoué et vont continuer à échouer et que les taxes et les mesures anti-CO2 n'ont  jamais arrêté un seul évènement climatique extrême. Le GIEC de l'ONU n'a jamais à ce jour répondu à la demande d'un groupe international de scientifiques de fournir les preuves de la théorie sur le CO2.

"C'est tragique que la BBC soit motivée par un but politique et se met à propager de la pseudo-science plutôt que de rapporter les avancées de ce domaine d'une importance scientifique et politique déterminante. La BBC et la NERC ont boycotté la Conférence sur le Changement Climatique tenue à New York du 8 au 10 mars 2009, et c'est bien dommage, car ils ont manqué de nombreux rapports de premier plan et de judicieuses réfutations de la théorie du RCA."

"On peut se demander si la place du professeur Lockwood au Conseil de Recherche sur l'Environnement Naturel et l'opposition bien connue de son président aux sceptiques du climat n'altèrent pas leurs facultés" (voir le registre du NERC).

Source, traduction par Vinety.

———————————-

Quelques références.

++ PowerPoint & Audio of Piers Corbyn's & Other Presentations at International Climate Change Conference
www.heartland.org/events/NewYork09/proceedings.html – section V track 1 see slide 28 for world Temperature forecast to
2030.
** Environmental Effects of Increased Carbon Dioxide:  http://www.heartland.org/custom/semod_policybot/pdf/22434.pdf
** 13th Feb 2009 – Where's the Evidence? – Scientists Challenge Institution of Mechnical Engineers to produce evidence for
CO2 driven climate Change http://www.lowefo.com/pdf/MIE090213_Where_Evidence.pdf
*+  Letter to UN Sec General 14 July 2008 http://www.tech-know.eu/uploads/Letter_UN_Sec_Gen_Ban_Ki-moon.pdf
Posté par Araucan.


169 réponses à “Controverses sur le calme plat du soleil.”

  1. Car actuellement le Soleil va vers un minimum de meme ampleur que le minimum de Dalton comme le cycle de Suess diminue tout les 179 a cause du mouvement du Soleil autour du barycentre causé par les planetes geantes.

    Vous avez toute les explications et des schemas sur plusieurs siecles prouvant ceci dans mon site http://la.climatologie.free.fr/soleil/soleil.htm , ainsi que la loi de G.O. qui tombe a chaque fois qu’on a un alignement des planetes gazeuses et donc fait varier la vitesse du mouvement du Soleil autour du barycentre et donc influence son activité…

    Williams

  2. williams (#51), mais les autres peuvent répondre!

    Car actuellement le Soleil va vers un minimum de même ampleur que le minimum de Dalton…

    Ok, mais je m’interroge sur ce qu’il faut en déduire : les températures vont-elles baisser plus ou moins dans les mêmes proportions que lors du minimum de Dalton OU les températures baisseront au même niveau que celles du minimum de Dalton?

    N’ayant pas eu la chance de recevoir une formation scientifique, je m’excuse par avance si ma question a l’air (peut-être!) un peu bébêtte…

  3. dubitatix (#53),

    n’étant pas scientifique non plus, je me risquerai néanmoins à faire jouer le bon sens. Le minimum de Dalton s’est produit à la « queue » du Petit Age Glaciaire, il a sans doute eu d’autant plus d’effet, car la réserve froide des océans, dont la restitution est décalée de nombreuses années, devait être encore assez importante.

  4. 2009 has been a good year for noctilucent clouds–and that’s no surprise. Noctilucent clouds almost always surge during years of solar minimum such as 2009. No one fully understands the link, but here is a popular idea: Low solar activity allows the upper atmosphere to cool, promoting the formation of tiny ice crystals that make up noctilucent clouds. Browse the gallery for observing tips and more snapshots from July 12th and 13th:
    http://spaceweather.com/nlcs/g…..3c6lmrvpa5

  5. Voici que la NASA elle même dit maintenant que la répétition d’un minimum de Dalton est possible dans les prochaines années…

    Mieux encore, on signale que le soleil pourrait avoir un impact de 2°C (quand on sait que certains lui vouait une influence minime sur le climat jusqu’alors, c’est une nouvelle !)… et de s’inquiéter de l’actuelle saison végétative au Canada qui est très mauvaise et qui pourrait devenir la règle : après un printemps froid, la sécheresse s’est installé cet été sans que la chaleur soit réellement présente.

    Articles à lire :
    http://wattsupwiththat.com/200…..#more-9624
    http://www.nytimes.com/2009/07……html?_r=2
    http://www.cwb.ca/en/newsroom/…..061109.jsp

  6. Une année ne fait pas un climat… Il n’empêche, cet été 2009 semble devoir être historiquement froid sur un grand nord-est des Etats-Unis.

    DECLARATION PUBLIQUE D’INFORMATION
    NATIONAL WEATHER SERVICE NEW YORK NY National Weather Service NEW YORK NY
    444 AM EDT FRI JUL 24 2009 444 AM EDT Fri Jun 24 2009

    …UNUSUALLY COOL JULY FOR CENTRAL PARK… … juillet EXCEPTIONNELLEMENT FROID POUR CENTRAL PARK …

    POUR UNE PERSPECTIVE… ICI SONT REPORTÉS LE TOP TEN DES MOIS DE JUILLET LES PLUS FRAIS DANS LES ARCHIVES
    DEPUIS 1869 POUR CENTRAL PARK IN NEW YORK CITY :
    PLUS FRAIS :
    TEMP. MOY. ANNEE
    21.5 1888
    22.2 1884
    22.3 1914
    22.4 2000/1871
    22.5 1891
    22.6 1895
    22.7 1902/1869/1956
    22.8 1890
    22.9 2001

    Dus à d’inhabituelles conditions de fraicheur jusque tard dans l’année en juillet, voici quelques faits intéressant à noter…

    Avec une moyenne journalière de température de 22.0°C…On se dirige vers un mois avec une anomalie de température de 2,6°C en dessous de la normale. Ce mois de juillet 2009 est sur les rangs pour être le 2nd plus froid mois de Juillet depuis 1869 à New-York.

    Les températures ont été inférieures à la normale 21 jours sur 23 pour l’heure et les deux autre jours ont été normaux. Il y a eu 0 jours au dessus de la normale.

    CENTRAL PARK a atteint 85°F (29.4°C) une seule fois ce mois-ci, le 17. Et on n’a pas encore atteint les 90°F (32.2°C). Si cela continue jusqu’à la fin du mois, ce sera la seconde fois depuis 1869 que 90°F n’a pas été atteint en juin ou en juillet. La seule autre fois où cela est arrivé est en 1996.

    Source :
    http://wattsupwiththat.com/200…..n-history/

    Cincinatti, Traverse-City ou Peoria signalent une fraîcheur analogue…
    http://www.examiner.com/x-3854…..imate-data
    http://www.google.com/hostedne…..QD99L417O0
    http://www.pjstar.com/news/x20…..uel-Summer

  7. Pour être totalement complet, signalons que pendant que l’été est pourri à l’est, une chaleur exceptionnelle règne à l’ouest de l’Amérique du Nord jusqu’en Arctique.

    Tx de +20,9°C le 14/07/2009 à Eureka (79°59’N, Nunavut), soit un record en juillet et un record absolu.

    Les Tx les plus élevées à Eureka depuis 1948 :
    +20,9°C le 14/07/2009
    +20,7°C le 23/07/2007
    +20,0°C les 11/07/2003 et 22/07/2007

    En Colombie-Britannique :

    41.2° à Lillooet (4ème Tx consécutive > 40°), Txm de 34.0° au 28 juillet!
    40.5° à Lytton (2ème Tx consécutive > 40°), Txm de 32.4° au 28 juillet.
    40.5° à Pemberton
    39.8° à Port Alberni –> record mensuel et absolu (anciens : 36.1° et 38.4°), c’est situé sur l’île de Vancouver, c’est dire si c’est exceptionnel.
    38.6° à Kamloops
    38.0° à Hope, banlieue de Vancouver
    37.7° à Osoyoos, là où poussent des cactus…

    35.1° à Whistler (904 m), hôte des prochains J.O. d’hiver.
    32.9° à Victoria, valeur très rare là-bas.
    30.9° à Vancouver (2ème Tx > 30° alors qu’il n’y en a en moyenne qu’une tous les 5 ans!)

    Au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest :

    33.0° à Fort Liard (60°14’N)
    31.7° à Dawson (64°03’N)
    31.3° à Carmacks (62°07’N)
    31.0° à Faro (62°14’N)
    30.5° à Norman Wells (65°17’N)
    30.5° à Watson Lake (60°07’N)
    30.4° à Whitehorse (60°43’N)
    29.5° à Inuvik (68°18’N)
    29.1° à Old Crow (67°34’N)

    Source :
    http://forums.infoclimat.fr/in…..;p=1037091

  8. L’activité solaire est toujours aussi faible : une nouvelle période d’un mois sans tache solaire officielle sera bientôt atteinte…

    Les images du soleil se passent de commentaire et se ressemblent depuis des mois et des mois…

    Le flux solaire est retombé sous les 70, tandis que des taches n’ont plus été vus depuis la mi-juillet…

  9. Ça bouge, semble-t-il…
    Si la chaîne météo devient « iconoclaste »… Où va-t-on !!!!!
    Lu sur :
    http://www.lachainemeteo.com/i…..dance-pour…_1332_2009-07-19.php

    Dans un contexte mondial où la communauté scientifique semble plus partagée concernant le changement climatique, de nouvelles pistes sont envisagées à propos de l’évolution du climat vers un arrêt du réchauffement global, voire même vers un refroidissement qui serait entamé depuis l’année 2007. L’activité solaire, au ralenti depuis plusieurs mois, retient l’attention, mais l’impact sur le climat ne serait pas visible de façon aussi immédiate (à voir sur l’échelle de la décennie serait plus raisonnable)…Ces considérations climatiques font l’objet de débats, et engendrent un nouveau courant de pensée qui serait que la période de réchauffement qui culmina entre 1998 et 2003 serait peut-être une variation naturelle, avec par conséquent une réelle incertitude sur les tendances futures et sur l’autorégulation de la machine climatique mondiale…

  10. et oui bientot 30 jours demain sans aucune tache. Dans trois jours nous battrons le record de nombre de jour sans tache pour ce minimum qui avait été de 31 en 2008, periode arrété a cause d’une mini tache qui a fait debat au sein des organismes pour la compter ou pas. Bref selon la nasa nous sommes entré dans un minimum de dalton et leur prevision d’un cycle 24 super puiisant sont passé aux oubliettes. Certains speculent sur le faite que nous soyons deja dans le cycle 25. L’ocean atlatnique lui se refroidit avec une imposante masse froide sur le centre d l’atlantique signe d’un amo negatif qui prefoquent deux fois sur trois un hiver rigoureux en europe

    brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

  11. REDBARON 17 (#61),

    Parfois avec les journalistes ce qu’il y a de pratique, c’est qu’il ne savent pas résister à faire un article accrocheur (le consensus au bout d’un moment, ça lasse) : on verra la suite, mais il est vrai que le Soleil reste fort calme …

    jerem (#62),

    Mais El Nino se réveille …. Mais l’hiver sera intéressant pour voir si de ce coté-ci de la terre qui l’emporte El Nino ou l’AMO …

  12. Certains prédisent déjà comme suit:

    le Maroc entamera une phase de sécheresse à partir de l’année prochaine

    Aujourd’hui, il faut oublier les conditions des inondations vécues en 2008-2009, et se préparer dans notre région (la Méditerranée Occidentale) à une nouvelle phase de sécheresse.

    lien 4. août 2009

  13. Abder (#65),

    Je trouve l’article intéressant (capacité à prévoir la pluviométrie). Le voici en entier.

    Aujourd’hui, il faut oublier les conditions des inondations vécues en 2008-2009, et se préparer dans notre région (la Méditerranée Occidentale) à une nouvelle phase de sécheresse.

    La « Méthode Energétique », développée à l’Université Hassan II de Casablanca, nous permet depuis l’an 2000 de prédire les précipitations saisonnières au Maroc et dans l’espace Euro-Méditerranéen occidental, en vu d’une meilleure gestion afin d’épargner le pays des conséquences néfastes du manque ou de l’excès de l’eau, et ce grâce au savoir-faire et aux techniques disponibles.

    Les études réalisées dans ce domaine permettent de prédire les précipitations au Maroc par la surveillance et le suivi de l’état de l’océan Pacifique et Atlantique. L’observation spatiale nous donne aujourd’hui ces renseignements océanographiques avec une précision jamais réalisée auparavant. Les événements océaniques précèdent l’état hygrométrique de l’atmosphère marocaine ; ce qui donne la possibilité aux décideurs politiques et aux acteurs socio-économiques de se préparer à l’avance à une gestion planifiée de l’année hydrologique.

    L’exemple de l’événement humide 2008-2009, a été prévisible dès le mois de septembre-octobre 2007, à l’apparition des conditions de fraîcheur de « La Niña » au Pacifique, et de la circulation ondulée aux latitudes ouest méditerranéennes, et les prédictions faites depuis cette date se sont réalisées exactement selon le scénario présenté en octobre 2007.

    Pour la phase « El Niño » à venir, celle qui s’est déclenchée depuis le mois de juin 2009, et s’il évolue dans les conditions classiques, nous prévoit une nouvelle période sèche qui pourrait être plus affinée au fur et à mesure qu’on s’approche de l’automne et de l’hiver. Le cumul de l’expérience marocaine dans la gestion de la rareté de l’eau est bien une réussite que nous connaissons. Il va falloir aujourd’hui remettre les pendules à l’heure et intégrer cette gestion dans l’évènement global que vit et subi la planète « Terre » : Le Changement Climatique Global.

    LA NOUVELLE SECHERESSE AU MAROC (ET AILLEURS) EST DIFFERENTE DES SECHERESSES HISTORIQUES QUE NOUS AVONS CONNU, LA NOUVEAUTE SE MATERIALISE PAR CE QU’ON APPELLE LES « EXTRÊMES »:

    – EXCES THERMIQUE,
    – NOUVELLE ORGANISATION DU CYCLE DE L’EAU,
    – LES IMPACTS THERMOHYDRIQUES SUR LES ECOSYSTEMES: RESSOURCES EN EAU, L’ECOULEMENT SUPERFICIEL ET SOUTERRAIN, LES SOLS, LES FORÊTS, LES SYSTEMES MONTAGNEUX,
    – LES IMPACTS SUR LES SOCIOSYSTEMES: DISPONIBILITE DE L’EAU, AGRICULTURE, SECURITE ALIMENTAIRE, TOURISME, ENERGIE, ASSURANCES, MIGRATION, ECONOMIE, …ETC.

    Donc, la phase humide que nous avons vécue était exceptionnelle, et nous devons l’oublier pour un bon moment. Cependant, la situation normale (sèche) reprend sa place, et on doit se préparer pour la vivre avec le moins de dégâts possibles.

  14. el nino el nino, arretez un peu avec ca, il n y a pas que el nino ou la nina, en plus celui ci sera bien faible comme en 2002 et 2005 ce qui n’a pas empeché l’europe d’avoir un hiver froid. L’amo a bien plus d’influence sur l’europe et l’afrique que el nino qui concerne surtout le perou, l’australie et l’indonesie, ainsi qu’une partie de l’amerique du nord. Ensuite ces effets sont trop indirects pour l’eurasie et l’afrique, l’atlantique primera toujours. Et l’atlantique est bien froid depuis plusieurs moisn et de plus en plus meme en ce mois d’aout ce qui joue sur la nao et l’ao qui sont plus frequemement negatives avec une amo negative.

  15. Araucan (#66),

    Sur ce site, les prévisions saisonnières 2009-2010 vont plus loin avec des détails parfois impressionnants : excédent pluviométrique prévu pour août et octobre, puis prévisions chiffrées : déficit de 60% pour décembre, puis excédent de 50% pour janvier et de 30% pour février… On dirait que Les modèles se raffinent, ce que les observations confirmeront ou infirmeront dans quelques mois?

  16. Faites le tour des sites de prévisions saisonnières et notamment passez par le comparatif de Williams Fondevilla dont vous trouverez le lien sur cette page :
    http://www.science-climat.info/liens.php

    Cela permet du nuancer fortement le discours car les résultats sont très souvent nettement moins impressionnants… La route est encore longue pour celui qui veut cerner les secrets du climat.

  17. Abder (#68),

    FLORENT76 a raison mieux vaut suivre ce que disent les prévisionnistes.
    S’il y a avait un statisticien dans le coin, ce serait intéressant de voir si au total cela ne revient pas à un tirage au hasard …

    Je ne sais pas si dans le tableau ce sont des valeurs absolues, mais les écarts de prévision sont toujours positifs… (3ième feuille en bas à droite).

    Mais là on parle de températures.
    Cela n’empêche pas de regarder si le modèle marocain pour les pluies fonctionne et s’il se trompe souvent : donc à suivre. (pas trouvé de textes sur sur internet…)

  18. Cela permet du nuancer fortement le discours car les résultats sont très souvent nettement moins impressionnants… La route est encore longue pour celui qui veut cerner les secrets du climat.

    florent76 (#69), si nos prévisionnistes extraordinaires devaient légalement répondre de leur lecture de marc de café, ils seraient depuis longtemps condamné pour tromperie sur la marchandise et abus de confiance. Chez n’importe quel conseil financier, on trouve la mention légale obligatoire d’avertissement aux clients « Les performances passées d’un instrument financier ou d’un type d’instrument financier ne préjugent pas de leurs performances futures« .
    Nos climatologues eux font des prédictions qui non seulement ont une perf nulle (ça c’est prouvé et ils le savent pertinemment sans quoi ils auraient exposé fièrement leurs prédictions passées) mais en plus engagent des enjeux infiniment plus importants, et pas que financiers. Mais eux par contre, ont un pass gratuit pour annoncer ce qu’ils veulent sans devoir rendre compte à personne.
    Cherchez l’erreur…

  19. Abder (#68), beau site d’astrologie climatique. Les détails sont en effet impressionnants… mais de bêtise.

    ON NE SAIT PAS FAIRE DES PREVISIONS SAISONNIERE, ni à 4 mois, NI à 4 ans, ni à 40 ans. Il y a une méthode très simple pour le constater, il suffit de demander aux prévisionnistes auto-proclamés de montrer leur prévisions passées et il n’y aura plus personne.
    Quand est ce que les gens vont le comprendre et arrêter de croire aux charlatans ???

  20. Tout à fait d’accord!
    On lit :

    L’exemple de l’événement humide 2008-2009, a été prévisible dès le mois de septembre-octobre 2007

    mais on ne trouve nulle part où cette prévision aurait été faite. D’ailleurs elle était prévisible et non pas prévue , selon le texte…

  21. Araucan (#64),

    Cyclone Morakot :
    Hier d’après Arte le plus violent cyclone depuis 50 ans
    Ce soir d’après le JT d’ Antenne 2 le cyclone est mis sur le compte « du changement climatique et du RC « 

  22. miniTAX (#72),
    Tout à fai, en France metropolitaine, pour les prév à + de 15 jours, on obtient la même fiabilité avec une boule de christal

  23. Araucan (#70), Sur le comparatif de Williams, tous les écarts et erreurs calculées sont en valeur absolue sinon cela n’aurait pas de sens car deux énormes erreurs d’un signe opposé pourraient s’annuler. Son travail est sérieux : il relève tous les chiffres des prévisions concernant la température sur tous les sites de prévisions saisonnières chiffrant des anomalies pour la France…

    Il va effectivement de soi que lorsqu’on se livre à cet exercice il faut rendre des comptes… Prévisionniste saisonnier, j’affiche clairement (et même graphiquement) toutes mes prévisions passées depuis le départ : les erreurs parfois importantes ne sont pas cachées. (voir sur mon site : http://www.science-climat.info…..cation.php

    Le travail de Williams permet de faire un tour d’horizon car trop de prévisionnistes, ne prennent hélas pas encore cette peine. La qualité des prévisions de ce point de vue est comparée sur le premier onglet (métadonnées de prévisions) à gauche de son fichier excel… Au niveau amateurs, nous ne sommes que 4/11 à archiver nos prévisions et je suis le seul à calculer mes erreurs prévisionnelles…

    Comme dit MiniTAX, on peut dès lors annoncer ce qu’on veut, aucun compte n’est rendu à personne ! Je m’insurge contre ça car je ne pense pas que ce soit un service rendu à ce type de prévision encore à ses débuts. Je préfère que l’on affiche clairement que les erreurs peuvent être importantes ou même que l’on ne sait pas faire comme Météo France souvent, que de décridibiliser toute recherche sur la prévisions à long terme en faisant passer des vessies pour des lanternes.

  24. Il va effectivement de soi que lorsqu’on se livre à cet exercice il faut rendre des comptes… Prévisionniste saisonnier, j’affiche clairement (et même graphiquement) toutes mes prévisions passées depuis le départ : les erreurs parfois importantes ne sont pas cachées. (voir sur mon site : http://www.science-climat.info…..cation.php

    florent76 (#76), très intéressant en effet. Si on fait la moyenne de tes erreurs de prévision, on trouve que tu fais mieux qu’une hypothèse nulle (càd chaque prévision a écart nul par rapport à la normale 1971-2000).
    Par exemple, pour 2008, tu prévois +0,42°C, l’écart réel a été +0,75°C, donc c’est mieux que si on prévoyait +0°C (hypothèse nulle). Donc bravo !

    Mais, parce qu’il y a bien un mais, la température étant fortement autocorrélative (2009 a plus de chance de ressembler à 2008 qu’à 2000) il ne faut pas comparer à l’hypothèse nulle basée sur la normale 1971-2000 mais sur la normale 1979-2008. Et là, je suis certain que tu fais moins bien qu’une hypothèse nulle, en clair que les prévisions par quelle que méthode sophistiquée que ce soit, sont statistiquement moins bonnes qu’une simple moyenne glissante sur les 30 années précédentes.
    Le vrai champion des prévisionnistes climatiques à battre, c’est celle-là : la moyenne glissante ! 😉

    A noter ce que j’ai déjà eu l’occasion de signaler, Meteo France fait des prévisions climatiques saisonnières et fait des bilan climatiques pour résumer le climat des saisons passé. Mais elle se garde bien de montrer ses prévisions passées (contrairement au Met Office par ex.). Le bilan de ces prévisions passées, il faut aller sur le site de Williams pour le connaître. Mon petit doigt me dit que MF n’est pas très fier de l’exactitude de ses prévisions saisonnières. Remarque, la fiabilité de ses prévisions à 4 jours est tout aussi lamentable, on en a la preuve ici dans le lien « Révision climatologique » du blogroll à gauche (lien qui avait marché un temps).

  25. Merci ! Le calcul me donne une prévision de +1,17°C pour un écart réel de +0,75°C en 2008… Pour la moyenne glissante annuelle, 1979-2008 comporte 0,35°C de plus que 1971-2000 pour la station que j’étudie Paris le Bourget.

    Effectivement, la moyenne glissante est plus difficile à battre, mais je la surclasse toujours même légérement hormis dans les premiers 6 mois de l’année 2009, mais celle-ci n’est pas finie.

    Il faut se méfier malgré tout de ce genre de statistiques ramenées sur un an car j’obtiens par exemple de bons résultats en 2007 selon ce calcul alors que c’est une des années où les erreurs mensuelles sont les plus importantes… Mais en moyenne, on arrive à la bonne prévision annuelle…

  26. Effectivement, la moyenne glissante est plus difficile à battre, mais je la surclasse toujours même légérement hormis dans les premiers 6 mois de l’année 2009, mais celle-ci n’est pas finie.

    florent76 (#78), plus précisément, ça veut dire quoi stp ? Tes prévisions battent oui ou non une moyenne glissante (mensuelle ou annuelle) et de combien ?
    Pour l’instant, tu fais un concours, mais … à un seul participant. Niveau performance, c’est toujours le top dans ces conditions 😉

  27. Le concours de prévisions, c’est autre chose… Il y a eu quatre participants en août.
    http://www.science-climat.info…..tation=all

    J’ai fait des courbes et un tableau pour les moyennes annuelles : on voit que mes prévisions battent la moyenne glissante.

    Par rapport à la normale 1971-2000, référentiel commun, les températures observées sont en rouge (a), la moyenne glissante en brun (b), mes prévisions en bleu (c). J’ai comparé les différences b-a et c-a en valeurs absolues représentés en tiretets sur la courbe orange et bleu clair respectivement sur la courbe. On voit que mon écart à a (température observé) est toujours plus faible ou égal à celui de la moyenne glissante. Egalité à 0,41°C en 2008 (sauf que je suis en écart positif et la moyenne glissante en écart négatif), inférieur de 0,68°C à 0,27°C tandis que la moyenne glissante faisait 0,95°C en 2007. Tu as tous les chiffres annuels en tableau et graphe.

  28. florent76 (#80),
    Merci, je n’avais pas l’explication de ton graphique, d’autant plus que tu n’as pas publié tes prévisions 2003 et 2004.
    Tu pourrais me C/C tes T de Paris/ le Bourget avec lesquelles tu as calculé la normale et la moyenne mobile stp ?

  29. Je n’ai pas publié 2003 et 2004 parce que je n’avais pas commencé les prévisions avec ce mode de calcul avant 2005 et que si ces deux années obtiennent de bons résultats, c’est qu’elles m’ont servi pour caler mes calculs ultérieurs comme indiqué sur le graphe.
    Que voudrais-tu comme T (annuelle, mensuelle) et où je les envoye ?

  30. UN numéro complet sur le Solei le climat du Journal of Geophysical Research

    Global Dimming and Brightening, Special Issue of Journal of Geophysical Research, vol. 114, no. , 2009.

    http://www.sciencedaily.com/re…..195200.htm

    http:// http//www.agu.org/journals/jd/special_sections.shtml?collectionCode=DIMBRIGHT1&journalCode=JD

    Mais les glaciers aux Kerguelen fondent depuis les années 60… RCA ?
    http://www.goodplanet.info/goo…..-Kerguelen
    http://etienne.berthier.free.f…..R_2009.htm
    http://www.institut-polaire.fr…..r_francais

  31. florent76 (#82),
    Salut Florent,
    J’avais pris l’appéro hier avec un copain à MF. Il m’avait suggéré une chose toute bête au sujet de la prédiction, et ce en tenant compte de la tendance de la température à être autocorrélative : pour faire des prévisions de 2009, il suffit de prendre la température (ou les précipitations) de 2008 !
    J’ai vérifié la « méthode » en reprenant tes données. Et en effet, en prenant l’année n-1 pour « prédire » l’année n, cette méthode bat la tienne à plate couture : elle fait bien mieux que toi pour 2006, 2007, 2009, et à peine 2% moins bien en 2008 !
    Pour ce qui est de la T, donne moi stp les valeurs mensuelles depuis 1960. Tu n’as qu’à copier/coller en commentaire ici. Merci.

  32. miniTAX (#84),
    Ah! Minitax est revenu gonflé à bloc
    Allez, remballez moi toutes ces prévisions à la noix, cette pseudo science giecienne ; à partir de maintenant les prévisions climatiques seront limitées à une année, celle de la météo à une journée ; vive la variabilité naturelle et à bas les trends que l’on condamne même à MF après deux ou trois apéros

    C’est juste pour mettre un peu de nerf dans les discussions!!!!!!!!!

  33. à partir de maintenant les prévisions climatiques seront limitées à une année

    the fritz (#85), tu sais, rien n’interdit de faire des prédictions à plus long terme : tu fais bien des prédictions à 2012 pour le prix du pétrole-qui-ne-peut-que-monter, hi hi. On est dans un pays libre après tout.
    Seulement, si ta prédiction à 1 an fait moins bien que « ma » méthode, elle n’est ni utile, ni efficace. Comme dirait l’autre, « il y a mieux, mais c’est moins cher ».

  34. miniTAX (#87),

    Plus sérieusement, l’hypothèse « reconduction année antérieure » donne aussi de meilleurs résultats en moyenne pour l’inflation.

  35. miniTAX (#85),

    Je ne sais pas comment tu as vérifié cela, mais ton constat est faux ! En effet, il y a une part de ressemblance entre les années qui se suivent, ce que l’on appelle des trends, mais aussi des changement soudains que ta méthode année n-1 ne verra jamais venir ! Est-ce que cette méthode résiste à l’analyse statistique ? La réponse est non. La méthode n-1, ça ne marche pas et elle ne bat absolument pas mes prévisions saisonnières à plate couture : c’est plutôt le contraire !

    A part en 2005 (j’en étais à mes débuts), je surpasse toujours cette méthode et de plus en plus fortement… Mon erreur moyenne (écart entre la prévision et la réalité) est plus faible et le nombre de mes prévisions avec une erreur inférieure à 0,8°C plus important…

    Si tu as autre chose de plus probant à proposer, n’hésites pas, car ici, c’est une mauvaise pioche !

  36. Température moyenne mensuelles – Paris Le Bourget (93)

    Année JAN FEB MAR APR MAY JUN JUL AUG SEP OCT NOV DEC
    1961 3,6 8,3 8,8 13,0 12,7 16,6 17,5 18,5 19,0 12,4 6,3 4,3
    1962 5,4 4,1 3,9 9,5 11,8 15,5 17,2 17,8 15,1 11,9 5,6 1,1
    1963 -2,5 -1,7 6,8 10,0 12,2 16,3 18,0 16,1 15,1 11,0 9,7 0,4
    1964 0,7 5,9 5,3 9,8 15,0 16,4 19,0 18,6 16,7 9,2 7,2 3,0
    1965 3,6 1,8 7,0 9,4 13,1 16,5 16,4 16,8 13,8 11,3 5,8 6,2
    1966 1,2 8,4 6,7 11,3 12,8 17,8 17,0 17,1 16,2 12,7 5,2 5,9
    1967 3,8 6,4 8,0 8,9 12,6 15,4 19,7 17,8 15,7 13,2 6,1 3,2
    1968 3,7 3,8 7,5 10,2 11,8 16,2 17,6 17,8 15,7 13,5 5,8 1,8
    1969 5,4 2,4 6,9 9,7 13,8 15,6 19,2 17,9 16,2 12,5 7,3 0,9
    1970 4,3 4,6 4,7 8,1 13,8 18,2 17,4 18,3 16,9 11,6 8,8 2,5
    1971 3,6 4,6 4,2 10,9 15,1 15,1 19,2 18,2 15,3 11,3 5,6 4,7
    1972 2,9 5,5 8,6 9,7 12,3 14,0 18,3 17,0 13,3 10,6 7,3 4,6
    1973 3,1 4,1 6,6 8,4 13,7 17,5 18,4 20,4 17,0 10,8 6,3 4,3
    1974 7,3 5,7 7,4 10,5 12,7 16,5 17,4 18,7 14,6 8,3 8,0 7,9
    1975 7,5 5,9 5,7 9,8 12,4 16,2 19,3 20,8 16,4 10,0 6,8 2,7
    1976 5,0 4,8 5,9 9,6 14,8 20,2 21,7 19,8 15,0 12,9 7,2 2,4
    1977 4,3 7,2 8,8 8,7 13,0 15,5 18,3 17,1 14,3 13,4 7,7 6,1
    1978 3,6 3,3 8,0 8,6 13,2 15,2 16,9 16,4 14,9 11,9 6,0 5,0
    1979 -1,0 2,9 6,4 9,0 12,8 16,2 17,6 17,0 15,2 12,5 7,0 6,3
    1980 1,2 6,3 6,1 8,9 12,5 15,5 16,7 18,6 16,5 10,6 5,8 3,8
    1981 3,9 3,0 10,3 10,5 13,6 15,9 18,3 18,8 16,4 11,1 7,7 4,0
    1982 3,6 5,2 7,0 9,3 13,9 18,3 20,3 18,0 17,8 11,3 8,6 5,2
    1983 6,5 2,4 7,3 9,4 12,1 17,7 21,9 19,6 15,9 11,7 7,1 4,9
    1984 4,9 4,3 5,8 9,7 11,4 16,1 18,5 18,8 14,8 12,3 9,9 4,8
    1985 -1,3 2,5 5,4 10,2 14,0 15,1 18,6 17,0 16,6 11,2 4,0 6,2
    1986 4,1 -1,9 5,8 7,2 13,7 17,9 18,1 17,2 12,8 13,3 8,4 5,7
    1987 -1,9 3,4 4,7 12,1 11,5 15,4 18,0 18,0 17,3 12,1 6,8 4,5
    1988 7,2 5,0 7,1 10,2 14,5 16,3 17,6 18,6 15,6 12,6 5,9 7,3
    1989 4,5 6,0 10,0 8,4 16,1 16,8 19,9 19,1 16,6 13,8 6,2 4,7
    1990 5,7 9,3 8,7 9,2 15,2 15,8 19,3 21,0 14,9 13,7 7,2 3,9
    1991 4,2 1,0 9,7 9,3 11,6 14,7 19,2 20,1 17,5 11,1 6,7 3,4
    1992 3,2 5,0 8,4 9,5 15,4 16,5 19,4 20,0 15,2 9,2 9,0 4,5
    1993 6,8 3,4 7,5 12,3 15,0 17,6 17,9 17,6 14,9 10,4 3,8 7,0
    1994 6,4 4,9 9,7 9,6 14,1 17,1 22,1 19,2 14,9 11,8 11,4 6,9
    1995 5,4 8,5 7,0 10,0 14,1 16,2 21,4 21,0 15,0 14,9 7,7 3,3
    1996 4,0 2,8 6,3 10,5 11,9 17,9 18,8 19,0 14,3 12,0 6,9 2,3
    1997 0,4 7,7 9,9 9,9 14,4 17,2 18,8 23,1 16,8 11,9 9,1 6,3
    1998 5,3 6,1 8,9 10,1 16,0 17,8 18,1 19,4 16,6 12,1 5,1 5,8
    1999 6,7 5,2 8,9 11,4 16,3 17,0 21,1 20,1 18,7 12,1 6,5 5,7
    2000 4,5 7,2 8,5 10,8 15,8 17,8 17,6 19,9 17,0 12,5 8,8 7,4
    2001 5,2 6,0 9,2 9,6 15,7 17,2 20,0 20,2 14,1 15,4 6,7 3,5
    2002 5,7 8,3 9,2 11,0 14,1 18,4 19,1 19,3 15,7 12,4 9,5 6,9
    2003 3,1 3,6 10,2 11,7 14,9 20,9 20,9 23,4 16,6 9,9 8,8 5,3
    2004 5,3 5,9 7,4 11,2 13,4 18,2 19,4 20,7 17,7 13,0 7,8 3,8
    2005 5,8 3,5 7,9 11,6 14,8 19,4 20,5 18,6 17,9 15,9 6,6 4,2
    2006 3,0 3,7 6,2 10,7 15,2 18,5 23,9 17,9 19,4 15,2 9,5 5,9
    2007 8,0 8,4 8,1 14,8 15,9 18,6 18,8 17,9 15,4 11,5 7,0 4,6
    2008 7,0 6,8 7,6 10,1 16,5 17,8 19,8 19,5 15,2 11,5 8,1 3,4
    2009 1,6 4,3 7,6 12,8 14,9 17,3 20,2

  37. florent76 (#89), Je vérifie tout simplement en utilisant les données que tu me donnes (merci au fait).

    Maintenant que j’ai l’historique depuis 1961, je peux comparer avec tes prédictions depuis 2003. Donc si je reprends ton bilan, le constat est le même : ma méthode (prendre les données de l’année n telles quelles pour prédire l’année n+1) est bien meilleure que la tienne, cf tableau. A part en 2008 où tu me bats, mais de très peu et 2004 où on est ex aequo, mes erreurs de prédictions sont bien plus faibles que les tiennes. C’est un score sans appel. Désolé !

    P.S. l’anomalie (« écart » selon ta terminologie) de 2004 que j’ai calculée à partir de ta série n’est pas la même que celle que tu as trouvée. Il doit y avoir une erreur qq part mais elle ne vient pas de moi.

  38. Quand Minitax est en vacances, il peut faire des tableaux excel, et la ca saigne!

  39. A part en 2005 (j’en étais à mes débuts), je surpasse toujours cette méthode et de plus en plus fortement… Mon erreur moyenne (écart entre la prévision et la réalité) est plus faible et le nombre de mes prévisions avec une erreur inférieure à 0,8°C plus important…

    florent76 (#89), je ne comprends pas comment tu calcules « l’erreur moyenne » dans ton tableau ??
    C’est complètement différent de l’erreur dans ton tableau précédent
    Par ex. en 2005, tu trouves une erreur de prédiction de 1,5°C pour le premier, et de 0,75°C pour le deuxième. Où est le loup ?

  40. Suite /

    Ces graphiques étaient sur le site du CNRS en accompagnement du texte suivant.

    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers…..fement.htm

    Les dangers d’utiliser les données brutes
    Il faut tout d’abord insister sur le fait que l’estimation de tendances à long terme est une opération délicate, qui ne peut être conduite à partir des données brutes d’observation sans de grandes précautions. Les techniques d’homogénéisation ont pour objectif d’identifier les ruptures d’homogénéité des longues séries de données climatologiques (générées par les changements de capteurs ou de pratiques d’observation, par le déplacement des sites d’observation, ou par les modifications de leur environnement) et de les corriger. Elles permettent donc d’extraire le signal climatique en supprimant au mieux les effets de poste.

    Météo-France utilise des méthodes mises au point récemment par Olivier Mestre (2 000). Le traitement des données de la station de Pau-Uzein illustre extrêmement bien les performances de l’algorithme. La figure 2 présente l’évolution des données brutes de moyennes annuelles des températures maximales quotidiennes sur le XXème siècle. Une estimation de tendance linéaire sur le siècle conduit à un refroidissement important : près de 1,2°C par siècle.

    La même opération réalisée après identification des ruptures d’homogénéité et correction de celles-ci (figure 3) conduit à un réchauffement de 0,7°C sur le siècle, tout à fait cohérent avec la tendance globale au réchauffement, et les données environnantes. A noter qu’on retrouve bien sur cette série chronologique les trois phases généralement observées : une croissance modérée de la température jusqu’au début des années 50, une stagnation ou une diminution jusque vers 1970, et ensuite une forte croissance.

  41. Commentaires ?
    Araucan (#94), bah le seul commentaire que je vois c’est que pour transformer un refroidissement constaté en réchauffement calculé, ça ne peut pas être autre chose qu’un changement-climatique-d’origine-humaine.

    Ah si, l’autre commentaire que je peux faire, c’est : putain !!!!

  42. miniTAX (#93),
    Je calcule les erreurs en valeur absolue, ainsi une erreur négative n’est pas annulée par une erreur de signe opposé et inversement. Ton tableau n’a ainsi aucun sens puisque deux énormes erreurs de -5°C, puis de 5°C = 0°C soit un parfaite réussite dans ton analyse, mais bien une énorme erreur moyenne de 5°C dans la mienne ! Quand on fait le calcul correctement, le verdict est sans appel : je m’écarte bien moins que toi des températures observées.

  43. the fritz (#96), Araucan (#97),

    Oui, bonne question! Quelle est la crédibilité d’une tendance calculée, après correction (magouille selon Minitax ?), uniquement sur les températures maxi ? J’aimerais bien avoir ces dernières données…