2 454 Comments     Poster votre commentaire »

2201.  Hug | 7/10/2020 @ 17:16 Répondre à ce commentaire

chercheur (#2199),
L’insee indique un chiffre de 28400 décès de plus entre le 1er mars et le 21 septembre 2020 par rapport à la même période de 2019. C’est probablement ce qui est le plus proche de la vérité pour le nombre de décès à cause de la Covid: https://www.insee.fr/fr/statistiques/4487861?sommaire=4487854#graphique-figure_evol

2202.  Anecdote | 7/10/2020 @ 22:01 Répondre à ce commentaire

https://youtu.be/UQFZHtnW8DY
Vers un Nuremberg contre les alarmistes du Covid19 ?

2203.  Hug | 8/10/2020 @ 9:15 Répondre à ce commentaire

Un article que je trouve excellent : https://www.contrepoints.org/2020/10/08/381669-covid-19-knock-gouverne-la-france

2204.  scaletrans | 8/10/2020 @ 9:32 Répondre à ce commentaire

Les praticiens belges réagissent
En France pendant ce temps…

2205.  Bernnard | 8/10/2020 @ 11:15 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#2204),

Un exemple de plus ici, avec la recommandation officielle surréaliste d’une vaccination massive contre la grippe saisonnière alors que celle-ci majore pourtant de 36% le risque de contracter une infection à coronavirus…

C’est bien ce qui me préoccupe ! Je ne sais pas d’où viennent ces 36 %. Le principe de précaution est à géométrie variable ! Il est probable d’avoir un risque et ça pourrait s’expliquer si on se donnait la peine (et le temps) de l’étudier. On fait l’autruche et on ne regarde pas le risque réel. Où est ce sacro-saint principe ? Vendre des vaccins à tout prix voilà l’objectif !!!

2206.  the fritz | 8/10/2020 @ 12:34 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2205),
C’est simple , parce que l’on confond les deux suite aux symptomes , mais qu’on ne cherche que le covid parmi les atteints

2207.  Bernnard | 8/10/2020 @ 14:13 Répondre à ce commentaire

the fritz (#2206),
Oui c’est l’explication la plus simple. Les symptômes du covid étant peu différents des symptômes de grippe. Si c’est le cas, cet hiver on va avoir une flambée de « cas » symptomatiques de covid qu’il faudra valider en testant (avec un test sûr).

2208.  JC | 8/10/2020 @ 15:20 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2205),

Interférence virale : je n’y crois pas du tout. Pourquoi croire une étude statistique sans aucun mécanisme biologique proposé ? Je ne vois pas par quel mécanisme des défenses dirigées contre le virus de la grippe pourrait accélérer la pénétration et/ou la réplication du virus du covid ! ça n’a aucun sens biologique. je serais plus à même de croire les scénario catastrophiques du giec plutôt que cette interférence virale, c’est dire.

2209.  Bernnard | 8/10/2020 @ 15:31 Répondre à ce commentaire

JC (#2208),
Je n’ai pas parlé d’interférence virale (dans # 2205). Sinon Raoult parle de « recombinaison » de virus (#2198). C’est une manière de penser ? de parler ?

2210.  JC | 8/10/2020 @ 15:42 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2209),
Moi je parlais de cette remarque où il est question d’interférence virale :
« Un exemple de plus ici, avec la recommandation officielle surréaliste d’une vaccination massive contre la grippe saisonnière alors que celle-ci majore pourtant de 36% le risque de contracter une infection à coronavirus… »

Recombinaison virale : cela peut arriver chez un individu infecté par deux souches différentes du virus du covid : les deux matériaux génétiques peuvent s’associer au moment de la formation des virions dans la cellule infectée.

2211.  JC | 8/10/2020 @ 15:46 Répondre à ce commentaire

Apparemment la définition de l’interférence virale est :
 » Phénomène par lequel une infection par un premier virus entraîne, chez des cellules ou des tissus, une résistance à un second virus »

Et là ça se comprend facilement : des défenses immunitaires dirigées contre un virus (ou autre microbe) peuvent aussi agir contre un autre microbes proposant des sites antigéniques identiques.

Par contre je ne sais pas si le vaccin contre la grippe protége un tant soit peu contre le coronavirus. Si c’était le cas, on en aurait parlé.

2212.  Bernnard | 8/10/2020 @ 15:51 Répondre à ce commentaire

JC (#2210),
Oui c’est un peu plus clair. Pratiquement la question reste la vaccination entraine t-elle (ou non) un risque accru vis à vis de cette maladie ? J’ai noté que vous n’y croyez pas. Il faut avouer que dans la somme de ce qui s’écrit à ce sujet pour les non-specialistes ( dont je suis) il y a matière à s’interroger !

2213.  scaletrans | 8/10/2020 @ 16:10 Répondre à ce commentaire

JC (#2210),
La détection du risque (36%) fait l’objet d’une ou plusieurs études « randomisées » dont les références figurent dans l’article des praticiens belges.

2214.  JC | 8/10/2020 @ 16:31 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#2213),
OK, mais quel serait ce mécanisme étrange qui permettrait à des défenses immunitaires dirigées contre un virus (celui de la grippe) d’accentuer les effets du covid ? Franchement je ne vois pas du tout. Les deux phénomènes sont indépendants l’un de l’autre : les défenses immunitaires agissent dans les tissus et détruisent des cellules infectées (lymphocytes T cytotoxiques) ou fabriquent des anticorps (plasmocytes) qui neutralisent les microbes. Rien à voir avec le fait qu’un virus rentre dans une cellule via un récepteur et s’y réplique via la machinerie cellulaire.
A mon avis vaut mieux se faire vacciner contre la grippe plutôt que de croire à ces élucubrations.

Quant aux 36 % de corrélation, nous sommes assez bien placés pour savoir que les corrélations ne valent pas grand chose (ex. CO2/T°).

2215.  amike | 8/10/2020 @ 18:26 Répondre à ce commentaire

Hug (#2203), Merci pour l’info : « le client devra attendre le premier plat pour ôter son masque… » A quand le mangeoire à grains ? sad

2216.  Bebop76 | 8/10/2020 @ 19:08 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#2204),
Il est clair que ce papier émane d’un groupe de médecins antivacs. Poubelle

2217.  Curieux | 8/10/2020 @ 19:47 Répondre à ce commentaire

Bebop76 (#2216),
Il est clair que vous n’avez pas lu le papier ou que vous ne sachiez lire.
Celui-ci énonce des lieux communs, il n’y a aucun teste de ces vaccins, ni de réelles mesures de leur efficacité. Ils ne sont valides que pour certains type de grippes et parfaitement inefficaces pour d’autre.
Il n’y a aucune attaque contre d’autres vaccins ni contre « les » vaccins.

Donc Bebop76, poubelle ?

2218.  Bernnard | 8/10/2020 @ 20:21 Répondre à ce commentaire

J’ai l’impression que cette crise (mondiale) est maintenant arrivée à un tel point qu’elle va amplement dépasser le RCA. La science (dont la médecine) vont être balayés. Le RCA est une arnaque et cette situation sanitaire ne vaut pas mieux, elle va complétement déstabiliser le monde que nous avons connu pour des années… Quel héritage allons-nous léguer à nos descendants ? Il faut vraiment espérer un ressaisissement rapide et salutaire. La fuite (jusqu’où ?) devant un virus est la certitude de ne pas s’en sortir.
En ce moment je ne suis pas optimiste c’est un fait.

2219.  scaletrans | 8/10/2020 @ 20:26 Répondre à ce commentaire

Bon, je reconnais que le bon pour vaccination que je reçois chaque année va direct dans la cheminée, mais par ailleurs plusieurs sommités ont évoqué ce problème de vaccination pouvant augmenter le risque vis à vis d’un virus couronné. Quant aux 36% ils sortent d’une étude qu’il serait bon de lire avant de la mettre à la poubelle. Je dis ça, je dis rien.
J’ajouterai que la plupart des études concluent que l’efficacité du vaccin antigrippal atteint rarement 50%.

2220.  Anecdote | 8/10/2020 @ 20:29 Répondre à ce commentaire

amike (#2215),
Il faut résister face à cela.
Si vous allez au resto, ne mettez pas votre masque une fois assis.
Résistez
Et si on tente/menace d’employer la force contre vous (appel de la police etc), quittez ostensiblement le restaurant en faisant un scandale.
Montrez ainsi que la vie imposée comme telle est insupportable.

2221.  amike | 8/10/2020 @ 20:30 Répondre à ce commentaire

Bebop76 (#2216), Ils font référence à une étude de 2018, qui signale l’exception des corona virus dans l’absence d’effet du vaccin de la grippe avec les autres maladies respiratoires. L’étude considère une sorte de masquage de l’immunité naturelle par la vaccination. Évidemment, 2ans plus tard, on se demande comment les auteurs auraient considéré cette interaction spécifique, plutôt que l’avantage globale de la vaccination.
Dans le cadre d’une campagne officielle, qu’on décrit massive et s’imposant aux ‘populations à risque’ (âgés), on peut poser la question !

Une autre étude remarque l’inefficacité du vaccin anti-grippal, et il s’agit encore de la population âgée dont on sait qu’ils développent moins d’anti viraux que les plus jeunes. Encore une fois, il n’y a rien d’exceptionnel dans ce constat ou relevant d’une idéologie « antivacs » ou anti scientifique.

2222.  amike | 8/10/2020 @ 20:51 Répondre à ce commentaire

Anecdote (#2220), « Montrez ainsi que la vie imposée comme telle est insupportable. »
Vous avez raison, mais je suis plutôt dans le cas du consommateur « par plaisir », et fidèle, soit l’inverse de la cantine ou de la table occasionnelle. Donc, se sera abstention mais sans scandale smile

2223.  Demokratia | 8/10/2020 @ 21:00 Répondre à ce commentaire

L’incohérence des mesures finira, je l’espère, par pousser les gens à ne plus les suivre et mettre un terme aux inepties de nos gouvernements.
Un exemple intéressant : au Luxembourg, le port du masque est normalement obligatoire dans les salles de classes (bien que dans la réalité un laxisme assez grand existe), et pour éviter que le virus ne se répande, les fenêtres et les portes doivent rester ouvertes en permanence durant les cours. Comme il ne fait pas chaud et bien humide, de plus en plus d’élèves tombent malades (rhume, grippe) et se mettent à tousser (à l’école ou à la maison). On vous rend malade pour vous éviter la maladie.
Quand on sait que les jeunes ne sont quasiment pas contagieux, ne souffre que très rarement du covid et n’en meurent pas…..
En plus, toutes ces écoles hitech qui ont coûté bien cher pour être bien isolées, et dont on ouvre portes et fenêtres en permanence… que dit Greta ?

Bon on apprend que les parents commencent à se plaindre de la situation….

2224.  papijo | 8/10/2020 @ 21:11 Répondre à ce commentaire

amike (#2215),

le client devra attendre le premier plat pour ôter son masque…

En fait, je me demande si ce n’est pas un coup des restaurateurs, pour vous obliger à prendre un (ou plusieurs) apéro dès votre entrée au restaurant (avec quelques cacahuètes …) !

2225.  floyd | 8/10/2020 @ 21:55 Répondre à ce commentaire

La folie n’a pas de limite : Port du masque pendant l’accouchement : des femmes témoignent.
https://www.franceinter.fr/parentalite/port-du-masque-pendant-l-accouchement-des-femmes-temoignent

2226.  JC | 8/10/2020 @ 22:38 Répondre à ce commentaire

Petite expérience personnelle aujourd’hui :
Comme tous les matins je me rend au boulot avec mon masque. Ce matin je croise une nana qui fume et qui rejette sa fumée au moment où je passe. La fumée s’est littéralement engouffrée sous le masque et a stagné, j’étais gazé. J’ai dû retirer rapidement le masque pour qu’elle s’échappe. Je n’aurais pas eu le masque je n’aurais pas senti cette gène, car une fois croisée, l’odeur serait partie dans la seconde.
Ce midi gare du nord : je croise par hasard un gars (sans masque et sans mettre la main) qui me tousse dessus. merde je me dis, l’air rejeté plein de microbes que je viens de traverser va se coincer sous mon masque comme ce matin pour la fumée et va stagner bien plus longtemps que si je n’avais pas eu de masque, augmentant mes chances de chopper le microbe.
Je ne suis pas antimasque, mais il est vrai que dans certaines situations on se demande s’il ne présente pas un handicap. Et j’en reviens à ce qui se disait au départ de l’épidémie à propos du masque : il n’est valable que pour celui qui est malade et qui tousse car empêchant les projections.

2227.  Araucan | 8/10/2020 @ 23:01 Répondre à ce commentaire

scaletrans (#2219),
Les 50 % c’est parce qu’entre la date où est établie la liste des virus circulants (HiNt), donc susceptibles d’être présents six mois plus tard , il faut fabriquer et diffuser le-dit vaccin, soit six mois. Entre temps , les virus ont pu muter , d’où les 50%.

2228.  Araucan | 8/10/2020 @ 23:04 Répondre à ce commentaire

papijo (#2224),
Juste du bon sens …

2229.  Bernnard | 8/10/2020 @ 23:06 Répondre à ce commentaire

JC (#2226),
Il y a, et il y aura des situations où le port du masque sera au minimum très gênant et au maximum bien plus dangereux que le non-port. Par exemple (en ce qui me concerne), j’ai un nez fragile car ayant été rugbyman dans ma jeunesse et j’ai pris un bon coup sur le nez. Maintenant, j’ai une fragilité importante qui se manifeste en hiver. Au lieu d’avoir le nez qui coule comme beaucoup de monde quand il fait froid, je saigne très facilement du nez. SI ça m’arrive, quoiqu’il advienne, je retirerai le masque pour me faire un point de compression ! Je conviens que, même si ce n’est pas mortel par rapport au risque de respirer un virus hautement mortel (est-ce cas?), le saignement de nez est plus acceptable, mais extrêmement gênant pour mon entourage et moi !

2230.  Bernnard | 8/10/2020 @ 23:11 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2229),
Ça me fait penser que je trouve que le nez est un filtre humide (en hiver) extrêmement performant avec les mucosités qui s’y trouvent. Et que peut-être son efficacité pour retenir les pathogènes est plus efficace qu’un masque à condition de se moucher souvent (de jeter le mouchoir) et de respirer exclusivement par le nez.

2231.  JC | 9/10/2020 @ 6:39 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2230),
Les saignements de nez c’est effectivement très gênant.
Oui entre les poils du nez, le mucus, et le nez fin des européens, la nature a pas mal d’année d’évolution pour filtrer l’air et donc les microbes.

2232.  JG2433 | 9/10/2020 @ 9:38 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2229),

ayant été rugbyman dans ma jeunesse et j’ai pris un bon coup sur le nez

Néanmoins, à en croire ce qu’en avait dit le célébrissime joueur de rugby Walter Spanghero, dans une occurrence analogue, vous avez eu, vous aussi, de la chance ! acute

Heureusement que j’avais le nez, sinon le marron je me le prenais en pleine gueule

Reconnaissons que son appendice nasal était plutôt « conséquent »…
https://www.team-aaz.com/up-pics/images/1602228992.jpg

2233.  amike | 9/10/2020 @ 9:56 Répondre à ce commentaire

JC (#2226),

La fumée s’est littéralement engouffrée sous le masque et a stagné, j’étais gazé.

Je compte « +15 » ? Un barbu à la barbe mal taillée selon des recommandations sanitaires ? smile
La barbe : A raser ou pas ?

2234.  JC | 9/10/2020 @ 10:20 Répondre à ce commentaire

amike (#2233),
Non je ne suis pas barbu.
Article : Il n’y a pas d’étanchéité du masque sinon on ne pourrait pas respirer.

2235.  micfa | 9/10/2020 @ 11:11 Répondre à ce commentaire

JC (#2226),
Cette expérience démontre autre chose: l’air que nous respirons contient de la vapeur d’eau. Nous l’inspirons puis nous la rejetons, et elle devient visible quand il fait froid. Elle se comporte comme la fumée de cigarette du fumeur que l’on peut croiser, sauf que suivant la température, elle peut devenir invisible en étant toujours présente. Reste à savoir si elle peut transporter des virus. Malgré les innombrables débats, je n’ai rien entendu à ce sujet alors que ça me paraît être une interrogation majeure car j’ai entendu dire que le virus aime l’humidité, mais je ne suis pas infectiologue.

2236.  papijo | 9/10/2020 @ 12:06 Répondre à ce commentaire

amike (#2233),
Dans ma jeunesse, il était interdit de porter la barbe pendant le service militaire. Motif: la barbe empêche le masque à gaz d’être étanche … mais les motivations de l’armée de l’époque n’étaient pas forcément plus fondées que les explications des experts d’aujourd’hui !

2237.  Bernnard | 9/10/2020 @ 13:02 Répondre à ce commentaire

papijo (#2236),
Effectivement ! J’ai fait mon service militaire en 68 (SEA ou le Service des Essence des Armées) comme appelé. Porter la barbe était interdit pour les mêmes raisons. Nous avions des masques « militaires » à cartouche vissée pour les gaz chimiques. Pour savoir si le masque qu’on vous attribuait, chaque mois était opérationnel, on testait sur les nouveaux incorporés. Ceux-ci étaient priés de se mettre, par groupe d’une dizaine et masqués, dans un local (d’environ une trentaine de m3) qui pouvait être bien fermé. Ce local était situé à l’extérieur en plein champ et était muni de fenêtres. On pouvait donc de l’extérieur observer ce qui se passait, On s’y entassait, on fermait la porte et par une petite ouverture au niveau du sol on y balançait 4 grenades lacrymogènes. Il fallait séjourner dans ce local 1/4 d’heure. Ceux qui avaient mal ajusté leur masque ou bien s’il était défectueux étaient extraits rapidement via un sas. Drôle d’impression que celui qu’on va gazer !
Je ne sais pas si on continue ce genre de test.

2238.  papijo | 9/10/2020 @ 13:09 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2237),
J’ai subi la même épreuve … à peu de choses près. Le local était dans la caserne et sans fenêtres, le masque nous était donné à l’entrée, muni d’une cartouche datant de … ??? et déjà tout imprégné de gaz intérieur comme extérieur, on ne restait que quelques minutes à l’intérieur, et évidemment tout le monde pleurait et râlait en sortant !

2239.  JC | 9/10/2020 @ 13:55 Répondre à ce commentaire

Bernnard (#2237),
Moi aussi j’ai subi le test du gaz quand j’ai fait mon service militaire. Je ne savais pas que c’était pour tester si le masque était opérationnel ou non !
Par contre je n’en ai qu’un vague souvenir. Impossible de savoir si j’ai tenu tout le temps ou non. ça ne m’a pas marqué. Le lancer de grenade m’a plus marqué.

2240.  shayabe | 9/10/2020 @ 17:09 Répondre à ce commentaire

papijo (#2236), Dans un registre plus léger , j’ai essayé le masque de plongée intégral Décathlon, avec ma barbe : au bout de 30 secondes il est plein d’eau. Ce type de masque a été utilisé en respirateur pour des malades du virus.

2241.  Bernnard | 9/10/2020 @ 22:00 Répondre à ce commentaire

Devant l’avalanche de chiffres de mortalité attribués au Covid-19 qu’on risque désormais d’avoir presque quotidiennement venant des médias il va falloir les prendre avec prudence.
Voici ce qu’on dit sur le blog de L’INSEE déjà à propos de la grippe saisonnière :

La grippe, cause directe ou indirecte du décès
Une fois identifiée, reste à savoir de combien de décès l’épidémie est effectivement responsable. La réponse est complexe car elle doit tenir compte de la « comorbidité », c’est-à-dire la conjonction, en règle générale, de plusieurs facteurs lorsque l’épidémie de grippe touche chaque hiver la population : de fait, dans les certificats de décès, les médecins doivent coder les différentes causes, selon une classification internationale des maladies. La cause initiale de décès est alors définie comme étant la maladie, ou les circonstances en cas de mort violente (suicide, accident, homicide), « à l’origine du processus morbide ayant entraîné le décès ». C’est ainsi que pour un patient atteint par exemple d’une infection pulmonaire, d’une affection respiratoire ou d’un diabète, la grippe peut précipiter le décès sans être comptabilisée comme la cause directe Le décès serait alors survenu mais quelques semaines ou mois plus tard. Selon cette classification, sont recensés chaque année en France « seulement » quelques centaines de décès attribués à la grippe en cause principale : ce nombre a varié entre 317 et 1 890 selon les années entre 2011 et 2016, d’après les données collectées et publiées par le centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès. Il peut exister un rapport de 1 à 10 entre le nombre de décès causés directement par la grippe et recensés comme tels dans les certificats de décès et le nombre de décès dont l’épidémie est « responsable », mesuré à partir de l’analyse statistique de la surmortalité.

Alors pour les décès attribués au covid, ça craint !

Estimer le nombre de victimes du coronavirus dans les statistiques de décès va demander du temps
Contrairement à la grippe ou à la canicule, pour lesquels la répétition des observations et la mise en place de dispositifs de suivi spécifiques permettent d’affiner les modèles et les analyses, le coronavirus est une maladie nouvelle. Pour autant, l’information chiffrée sur le nombre de cas recensés et le nombre de décès liés ne manque pas. Elle provient principalement des remontées des hôpitaux, qui enregistrent les décès directement imputés au Covid dans leurs services, mais aussi des arrivées et sorties des services qui permettent de mesurer l’évolution de l’épidémie. Elle est récemment complétée par des remontées en provenance des maisons de retraite.


La suite peut-être lue sur ce lien:
https://blog.insee.fr/mourir-de-la-grippe-ou-du-coronavirus-faire-parler-les-chiffres-de-deces-publies-par-linsee-avec-discernement/

2242.  Cdt Michel e.r. | 11/10/2020 @ 12:55 Répondre à ce commentaire

C’est un miracle ! Cette année 2020, il n’y a plus de morts du cancer, d’infarctus ou d’AVC. Tous meurent de la Covid ou avec celle-ci.

2243.  amike | 12/10/2020 @ 13:30 Répondre à ce commentaire

Cdt Michel e.r. (#2242), Déjà qu’il paraitrait que les covidiens ne (res)sentent plus la douleur…

2244.  Bernnard | 12/10/2020 @ 18:18 Répondre à ce commentaire

Un calcul à la louche, et peut-être significatif :
Sur le site signalé ci-après, on lit à la date actuelle que le total mondial des cas positifs depuis le début, en chine, de l’épidémie attribuée au coronavirus dans le monde est de 37 606 333 et le total mondial des décès imputés à ce même virus durant la même période est de 1 078 097. Ce qui rend ce virus mortel pour la maladie qu’il développe à environ 2.9 %. On observe aussi que la létalité diminue dans l’année avec les beaux jours. Il faudra confirmer ou infirmer ce pourcentage avec l’observation d’une année complète sur le monde entier donc en été prochain (à virus constant, non-muté, bien sûr).
Étant donné la dimension des nombres, on est, me semble-t-il avec une létalité de 3 % maximum à ce jour pour la Covid-19. On a connu bien pire dans les pandémies de grippe du passé.
https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

2245.  Pigouille | 12/10/2020 @ 21:54 Répondre à ce commentaire

Traditionnellement, l’OMS consacre la journée du 10 octobre à la santé mentale dans le monde. En 2019, par exemple, le thème portait sur la prévention du suicide, qui n’est pas sans rapport avec la montée en puissance de l’eco anxiété et de la déprime dès collapsologues (phobie doomsday).

Cette année 2020 est spéciale car l’OMS est assez impliquée dans la catastrophe du covid19 et du confinement. Il est ainsi interessant de voir leur analyse du problème en regard de la conjoncture.
https://www.who.int/fr/news-room/detail/27-08-2020-world-mental-health-day-an-opportunity-to-kick-start-a-massive-scale-up-in-investment-in-mental-health

2247.  AntonioSan | 14/10/2020 @ 23:28 Répondre à ce commentaire

La raison d’espérer (…) c’est que nous sommes en train de réapprendre à être une nation. C’est à dire qu’on s’était progressivement habitués à être une société d’individus libres. Nous sommes une nation de citoyens solidaires. (…) »

Bienvenue en dictature!

2248.  Floyd | 15/10/2020 @ 1:07 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#2247),

Les citoyens solidaires ? Oui on a vu ça pendant le confinement quand les gens ont dévalisé les rayons de papier hygiénique, de pate et de riz.

2249.  chercheur | 15/10/2020 @ 12:17 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#2247),

S’il y avait une phrase à retenir des affirmations de Macron, c’est bien celle-là. Merci de la mentionner.

Le plus terrible, c’est que très peu de gens ne semble se rendre compte de la portée de cette affirmation. La très grande majorité semble l’accepter sans réagir. Le pire est aussi de constater que les rares qui n’y adhèrent pas sont considérés comme le mal incarné.

2250.  Hug | 15/10/2020 @ 14:12 Répondre à ce commentaire

AntonioSan (#2247), chercheur (#2249),
Il a vraiment dit ça ?