Dissimuler le réchauffement naturel

J’ai pensé que cela valait d’être publié : Oubliez les variations naturelles et le CO2 explique tout !

Article signalé par papijo   . merci à lui !

10 août 2023 par le rédacteur en chef de Klimanachrichten

Mesdames et Messieurs

En juillet 2023, l’écart de la température globale par rapport à la moyenne sur 30 ans des mesures satellitaires de l’Université de l’Alabama (UAH) a augmenté de manière très significative par rapport à mai. La valeur est de 0,64 degrés Celsius et représente le deuxième écart le plus élevé par rapport à la moyenne à long terme depuis 1979. Dr. Roy Spencer a déclaré : « quelque chose d’étrange se passe. ” En savoir plus sur les raisons possibles ci-dessous. La hausse de température a été en moyenne de 0,14 degrés Celsius par décennie depuis 1979.

fig 0

Continuer la lecture

L’augmentation de l’ionisation favorise la croissance des aérosols dans les noyaux de condensation des nuages

Le 19 décembre, 2017 Henrik Svensmark a publié dans Nature Communication un article qui décrit comment l’ionisation favorise la croissance des aérosols à partir des noyaux de condensation des nuages.

Vous trouverez dans ce billet la traduction complète de cet article. Traduction faite par Scaletrans que je remercie

C’est un article scientifique qui est bien documenté. Il y a de ce fait des équations mathématiques qui peuvent rebuter certains lecteurs. Il n’est pas nécessaire de les comprendre, mais il faut suivre la démarche et les expériences qui y sont décrites.

Les ions, et en particulier l’ion H+ initie la condensation de l’eau dans l’atmosphère terrestre et c’est comme chimiste que je vous en parle.

Vous avez peut-être en TP de chimie (pour ceux qui en ont fait) versé de l’oléum (c’est de l’acide sulfurique à plus de 100%) dans un bécher. Si vous l’avez fait vous avez vu un gros panache de « fumées blanches » sortir du goulot avant le liquide. Ce n’est pas un gaz blanc, mais des micro-gouttelettes d’eau liquide en suspension. On a les mêmes volutes de « fumées blanches » avec tous les acides forts à haute tension de vapeur. C’est toujours des micro-gouttelettes d’eau liquide un peu acide toutefois.

Que se passe-t-il ? Prenons le cas de l’acide sulfurique

L’acide (H2SO4) un peu volatil, rencontre une molécule d’eau dans l’air et forme H3O+ un ion oxonium qui est associé dans le cas de l’acide sulfurique au contre ion négatif HSO4

Cet ion oxonium positif va s’entourer de molécules d’eau nombreuses de manière à former une sphère autour de lui comme sur cette image.

En réalité c’est une sphère et pas un disque où chaque molécule d’eau (ici en rouge) est orienté en présentant son atome d’oxygène face à la charge positive de H3O+ central

C’est le début d’une condensation. On conçoit donc que les ions positifs (plus spécialement l’ion oxonium) soient des amorceurs de condensation.

Pourquoi y a-t-il de l’acide sulfurique dans la haute atmosphère ? Cet acide résulte des réactions avec l’ozone du soufre ou des sulfures organiques (comme par exemple le sulfure de dimethyl). Ce sont des réactions photo catalysées par des rayonnements énergétiques et les UV.

Je vous laisse poursuivre par la lecture de cet excellent article

Bernnard

Continuer la lecture

Entretien avec William Happer (2/4) : la «crosse de hockey» et l’activité solaire

Entretien publié sur TheBestSchools

Traduction: Bernnard

Dans cette partie William Happer questionné par « TheBestSchools » donne son point de vue sur la crosse de hockey et le début des rapports du GIEC. Il nous parle aussi de l’influence de l’activité solaire sur le climat.

Continuer la lecture

Phénomènes climatiques émergents

Par Willis Eschenbach

Article paru sur WUWT, traduction par Scaletrans.

Dans un post récent, je décrivais comment l’altération El Niño/La Niña opère comme une pompe géante. Lorsque l’Océan Pacifique devient trop chaud à sa surface, la pompe El Niño/La Niña se met en marche et enlève l’eau chaude du Pacifique, la pompant d’abord vers l’ouest puis vers les pôles. J’ai aussi écrit à propos des dauphins dans un article intitulé “Here There Be Dragons”.

Remplissant une obligation à laquelle je m’étais engagé dans l’article précédent en disant que j’écrirais à propos d’émergence et de climat, permettez-moi de prendre un point de vue plus large sur la situation en notant que El Niño et les dauphins sont tous les deux des exemples de choses que l’on nomme phénomènes “émergents”. Continuer la lecture

Une nouvelle étude calcule la vitesse de formation de la glace

J'ai trouvé l'article que vous allez lire intéressant, non pas parce qu'il décrit une attrayante  étude qui tente d'aboutir à une  bonne connaissance de la cinétique de formation de la glace (d'eau douce) mais parce qu'il montre comment en science les super-calculateurs peuvent aider dans l'avancée des connaissances, pourvu que les modèles numériques qui sont mis en oeuvre débouchent sur des résultats qui sont en concordance avec les expériences et les observations.

Ce qui est loin d'être le cas de la science du climat . C'est pour cela que j'ai choisi de traduire cet article de WUWT

La source  primaire.


Bernnard

Continuer la lecture