Dissimuler le réchauffement naturel

J’ai pensé que cela valait d’être publié : Oubliez les variations naturelles et le CO2 explique tout !

Article signalé par papijo   . merci à lui !

10 août 2023 par le rédacteur en chef de Klimanachrichten

Mesdames et Messieurs

En juillet 2023, l’écart de la température globale par rapport à la moyenne sur 30 ans des mesures satellitaires de l’Université de l’Alabama (UAH) a augmenté de manière très significative par rapport à mai. La valeur est de 0,64 degrés Celsius et représente le deuxième écart le plus élevé par rapport à la moyenne à long terme depuis 1979. Dr. Roy Spencer a déclaré : « quelque chose d’étrange se passe. ” En savoir plus sur les raisons possibles ci-dessous. La hausse de température a été en moyenne de 0,14 degrés Celsius par décennie depuis 1979.

fig 0

Continuer la lecture

À propos des oscillations océaniques. Quelques réflexions.

Parfois, j’ai exposé dans des commentaires l’idée que je me fais de la genèse des oscillations océaniques. J’ai pensé qu’un article serait plus approprié.

Je ne suis pas géologue ni océanographe ni météorologue, mais chimiste et physicien.

Donc, par curiosité, je me suis intéressé à ces fluctuations oscillantes des températures de surface des océans.

Que sont les oscillations océaniques ?

On les connaît. La phase chaude de la plus connue d’entre elles fait couler pas mal d’encre dans les médias :  El Niño et son pendant froid : La Niña
Dans les océans du monde, il y en a bien d’autres qui ont des sigles pour les principales :

  • -North Atlantic Oscillation (NAO) : localisée dans la zone Nord-atlantique extra tropicale.

  • -North Pacific Oscillation (NPO) : localisée dans la zone Nord-pacifique extra tropicale.

  • -El Niño Southern Oscillation (ENSO) : localisée dans la zone pacifique tropicale.

  • -Southern Oscillation (SO) : localisée dans l’océan Austral.

  • -Pacific Decadal Oscillation (PDO) : localisée dans la zone Nord pacifique (côte américaine), et le Pacifique tropical.


    Ce sont des grandes étendues d’eau de surface dont la température monte et descend de plusieurs degrés avec des périodes très variable se comptant en mois ou année.
    Comme juste au-dessus de la surface des mer les températures de l’atmosphère et celle de l’eau de surface sont en équilibre, ces variations ne sont pas sans influer sur le climat mondial à moyen et long terme.

Continuer la lecture

23 EXPERTS DANS LES DOMAINES DE LA PHYSIQUE SOLAIRE ET DE LA SCIENCE DU CLIMAT CONTREDISENT LE GIEC — LA SCIENCE N’EST PAS RÉGLÉE

Récemment Zagros nous à signalé l’existence d’un article mentionnant une opposition entre les scientifiques à la fois de la physique du soleil et du climat avec le GIEC.

Un long article est donc publié avec de nombreuses références dans la revue de recherche astronomique et astrophysique.

Ce même article à été signalé par les climato-réalistes dans une traduction d’un article de Judith Curry par Camille Veyres .

Il existe un résumé en anglais de cet article que j’ai choisis de traduire à la fois pour des raison de facilité et de rapidité

C’est ce résumé qui est présenté ici

Merci à Zagros et au Cdt e.r. Michel qui a traduit l’article. Vous trouverez la traduction complète ICI . (DOCX de 137 Pages A4, 16.42 Mo)

Un groupe d’experts diversifié composé de scientifiques du monde entier trouve prématuré de blâmer le changement climatique principalement sur les émissions de gaz à effet de serre .

Leurs conclusions contredisent la conclusion du GIEC, qui, selon l’étude, est fondée sur des données étroites et incomplètes sur l’irradiance solaire totale (TSI) du Soleil.

Orbite simplifiée de la terre autour du soleil

  La majeure partie de l’énergie de l’atmosphère terrestre provient du Soleil. Il est reconnu depuis longtemps que les changements dans ce que l’on appelle « l’irradiance solaire totale » (TSI), c’est-à-dire la quantité d’énergie émise par le Soleil, au cours des derniers siècles, pourraient avoir contribué de manière substantielle au changement climatique récent. Cependant, cette nouvelle étude a révélé que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies n’a pris en compte qu’un petit sous-ensemble des ensembles de données TSI publiés lorsqu’il évaluait le rôle du Soleil dans le changement climatique et que ce sous-ensemble ne comprenait que la « faible variabilité solaire ». ensembles de données. En conséquence, le GIEC a été prématuré en excluant un rôle substantiel pour le Soleil dans le changement climatique récent.
L’article de revue scientifique examine le rôle que le Soleil a joué dans le « changement climatique » au cours des 150 dernières années.

Il constate que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies a peut-être été prématuré dans sa conclusion selon laquelle le changement climatique récent est principalement causé par les émissions humaines de gaz à effet de serre.

Continuer la lecture

Conversation avec Willie Soon

Une conversation avec le Dr Willie Soon sur les ours polaires, le Soleil et le climat de la Terre

Science, philosophie et enquête sur une échelle galactique

Originellement paru sur WUWT.

Le Dr Willie Soon est un astrophysicien qui étudie le Soleil et son influence sur le climat de la Terre depuis plus d’un quart de siècle. Il y a peu de temps, il a eu une conversation avec M. Grégoire Canlorbe.

Continuer la lecture

Prévisions pour le cycle solaire 25

Après les rayons cosmiques sur le climat  parlons du soleil avec cet article tiré de WUWT smile

Source

Traduction : Scaletrans

James A. Marusek

  1. Introduction

Le Soleil est la source naturelle de chaleur et de lumière pour notre planète. Sans notre soleil, la Terre serait une planète froide et morte dérivant dans l’espace. Mais le Soleil n’est pas constant. Il change et ces changements subtils affectent le climat et la météorologie de la Terre.

À la fin du cycle 23, le nombre de taches se réduisit à un niveau qu’on avait pas vu depuis 1913. [Comparaison de la moyenne annuelle du nombre total de taches1]

Continuer la lecture

Le cycle du soleil basculé.

Voici 2 articles dont les liens ont été publiés sur le site consacré au soleil spacewheather.com à la date du 28 mars 2016.

Bernnard : « La météo spatiale » n’est pas sans influence sur celle de la terre comme vous allez le voir. Traduction par Scaletrans.

1  -Le soleil basculé.

Source

Par Madhulika Guhatharkurta et Tony Philips

Découvert il y a plus de 150 ans et minutieusement étudié depuis, le cycle du soleil est, d’une certaine façon, largement incompris.

Beaucoup de gens et certains scientifiques ont de l’activité solaire un point de vue simpliste et binaire. Le maximum solaire est une période active, marquée par des explosions massives et une météo spatiale dangereuse qui peut affecter les systèmes complexes sur Terre et dans l’espace, alors que le minimum solaire est une période de calme où il ne se passe presque rien.

Continuer la lecture